Principe de l`amplification par PCR

Commentaires

Transcription

Principe de l`amplification par PCR
Principe de l'amplification par PCR
La PCR (Polymerase Chain Reaction ou réaction de polymérase en chaîne) est une technique
d'amplification d'ADN in vitro. Elle permet d'obtenir un très grand nombre de copies d'une séquence
d'ADN choisie.
Chaque cycle de PCR est constitué de trois étapes : une dénaturation de l'ADN par chauffage pour
séparer les deux brins qui le composent, une hybridation des amorces aux extrémités de la
séquence recherchée, puis une élongation grâce à l'action d'une ADN polymérase*. Ce cycle est
répété un grand nombre de fois pour obtenir une multiplication exponentielle de la séquence d'ADN
cible (la durée d'un cycle est de l'ordre de la minute).
Taq polymérase
(polymérase active à des
températures élevées)
ADN de
l'échantillon
à tester
A
C A A A
A C C G
Un couple d'amorces*
spécifiques de la séquence
d'ADN recherchée, présent
en de nombreux exemplaires
1er cycle
G
C T
Nombreux
désoxyribonucléotides*
séquence recherchée, à amplifier
G G A T C G T T T T A T G C C T A A G G G C A T
C
C C T A G C A A A A T A C G G A T T
G T G G C G A T A
C C C G T A
Etape I :
Dénaturation de l'ADN
=> séparation des 2 brins
A C C G C T A T
Chauffage ( 95°C )
G G A T C G T T T T A T G C C T A A G G G C A T
C
C C T A G C A A A A T A C G G A T T
G T G G C G A T A
C C C G T A
Diminution de la température
Etape II :
Hybridation des amorces
G G A T C G T T T
T
A C C G C T A T
( entre 40 et 65°C, en fonction de la longueur
et de la séquence des amorces )
A T G C C T A A G G G C A T
C
A C C G C T A T
C A A A
amorces
C C T A G C A A A A T A C G G A T T
C C C G T A
A C C G
G T G G C G A T A
Ifremer – Décembre 2009 – v1 – Fiche réalisée pour Bibliomer http://www.bibliomer.com/
et le centre de veille des produits aquatiques http://veilleproduitsaquatiques.com/
Etape III :
Hausse de la température
Elongation des brins d'ADN grâce à la
Taq polymérase à partir des deux amorces
( 72°C : température optimale
pour l'action de la Taq polymérase)
G G A T C G T T T T A T G C C T A A G G G C A T
C A A A A
C
A C C G C T A T
C
A C C G
T A C
C A
C C T A G C A A A A T A C G G A T T
T
C C C G T A
G T G G C G A T A
er
Résultat du 1 cycle
G G A T C G T T T T
A T G C C T A A G G G C A T
C A A A A T A C G G A T T
C C C G T A
C
A C C G C T A T
G T G G C G A T A
G G A T C G T T T T A T G C C T A A G G G C A T
C
C C T A G C A A A A T A C G G A T T
G T G G C G A T A
Résultats du 2nd cycle
(après les étapes I, II et III)
C C C G T A
A C C G
Remarque : le couple d'amorces
nd
du 2 cycle est identique à
er
celui du 1 .
Il est représenté de couleur
différente pour faciliter la lecture
du schéma
A
B
C
B
 6 brins d’ADN
différents obtenus
D
E
(A, B, C, D, E et F)
D
F
Ifremer – Décembre 2009 – v1 – Fiche réalisée pour Bibliomer http://www.bibliomer.com/
et le centre de veille des produits aquatiques http://veilleproduitsaquatiques.com/
Résultats du 3ème cycle
Remarque : le couple
d'amorces est toujours le
même
(après les étapes I, II et III)
A
B
C
B
C
B
D
Séquence cible d'ADN
= « amplicon »
E
(molécule d’ADN double brins
précisément définie à ses extrémités)
D
E
D
F
Au 4ème cycle, l’amplicon devient majoritaire
…
Cycle de PCR répété de 20 à 50 fois
n
 n cycles de PCR permettent en théorie de produire 2 copies de la séquence ciblée (amplicon).
Il est ainsi possible d'obtenir plus d'un million de copies de la séquence d'ADN recherchée en une
vingtaine de cycles.
Risque de contamination de la PCR : au cours de l'expérience, il y a des risques
d'introduction involontaire d'ADN dans le tube de réaction lors de son ouverture. Ceci peut
conduire à de faux résultats positifs ou négatifs. Il est donc conseillé de réaliser les
manipulations pré-PCR et post-PCR dans des pièces séparées.
Ifremer – Décembre 2009 – v1 – Fiche réalisée pour Bibliomer http://www.bibliomer.com/
et le centre de veille des produits aquatiques http://veilleproduitsaquatiques.com/
Une méthode quantitative : la PCR en temps réel
Le principe de la PCR en temps réel repose sur la possibilité de suivre la quantité d’ADN présente
dans la réaction à tout instant et non à la fin de la PCR (PCR en point final).
Des sondes* fluorescentes se fixent :
 soit sur l’ADN double brin (ex : Technologie SYBR)
 soit sur une séquence d’ADN précise (ex :Technologies Taqman et Beacon).
Ces sondes ne fluorescent qu’une fois fixées à l’ADN.
La mesure de la fluorescence permet de déterminer "en temps réel" si le fragment recherché
(amplicon) est effectivement présent – et donc amplifié – sans avoir besoin de faire une
électrophorèse par exemple. De plus, la fluorescence émise est directement proportionnelle à la
quantité d’amplicons générés pendant la réaction PCR.
La quantité d’amplicons est corrélée à la quantité initiale d’ADN de la matrice originale, ce qui permet
pour d’autres applications de « doser » la matrice originale (ex : virus).
-------------Bibliographie
Asensio Gil L. (2007). PCR-based methods for fish and fishery products authentication. Trends in Food Science &
Technology 18 (11) : 558-566.
Poitras E. et Houde A. (2002). La PCR en temps réel : principes et applications. Reviews in Biology and
Biotecnhologie. 2 (2): 2-11.
http://www.ens-lyon.fr/RELIE/PCR/principe/anim/presentation.htm
http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/PCR/index.htm
http://www.creatis.insa-lyon.fr/~bagory/documents/La%20PCR%20et%20RT-PCR%20quantitative%20tempsreel.pdf
Ifremer – Décembre 2009 – v1 – Fiche réalisée pour Bibliomer http://www.bibliomer.com/
et le centre de veille des produits aquatiques http://veilleproduitsaquatiques.com/

Documents pareils

Real-time PCR

Real-time PCR • Ne discrimine entre le gène d’interêt et d’autres ADN (e.g. contamination) • Ne permet pas la PCR multiplex • Moins d’étapes requises • Moins coûteux

Plus en détail