Portrait des ressources minières

Commentaires

Transcription

Portrait des ressources minières
Portrait des ressources
minières
Novembre 2005
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
2
Analyse et rédaction : Mariella Collini, agente de recherche.
Collaboration : Lili Germain et Julie Thibeault, agentes de recherche de
l’Observatoire.
Reproduction autorisée avec mention de la source. Toute reproduction totale ou partielle doit être fidèle au
texte utilisé.
Vous pouvez vous procurer ce document à l’adresse suivante :
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
170, avenue Principale, bureau 102
Rouyn-Noranda (Québec)
J9X 4P7
Téléphone : 819-762-0774
Télécopieur : 819-797-0960
Pour télécharger la version PDF : www.observat.qc.ca
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
3
TABLE DES MATIÈRES
TABLE DES MATIÈRES ................................................................................................................. 3
LISTE DES TABLEAUX .................................................................................................................. 4
INTRODUCTION .......................................................................................................................... 5
GLOSSAIRE ................................................................................................................................. 6
1. LES ORIGINES DE L’INDUSTRIE MINIÈRE ............................................................................... 8
2. GÉOLOGIE ............................................................................................................................. 10
2.1
Potentiel minéral ......................................................................................................... 10
3. INDUSTRIE MINIÈRE............................................................................................................. 12
3.1
Conjoncture mondiale et provinciale............................................................................... 12
3.2
Exploitation ................................................................................................................ 12
3.2.1 Sociétés d’exploitation dans les métaux précieux et usuels ............................................ 12
3.2.2 Sociétés d’exploitation dans les minéraux industriels..................................................... 14
3.2.3 Production minérale ................................................................................................. 15
3.2.4 Première transformation des métaux .......................................................................... 18
3.3
Exploration................................................................................................................. 19
3.3.1 L’obtention de titres miniers ...................................................................................... 19
3.3.2 Les sociétés d’exploration actives............................................................................... 19
3.3.3 Les entreprises de forage.......................................................................................... 20
3.3.4 Équipementiers ....................................................................................................... 20
3.3.5 Investissements miniers ........................................................................................... 21
3.3.5.1
Dépenses en exploration sur et hors d’un site minier ............................................. 22
3.3.5.2
Exploration et mise en valeur selon le type d’établissement .................................... 23
3.3.5.3
Exploration et mise en valeur selon la substance................................................... 24
3.3.5.4
Nombre de projets d’exploration selon la substance............................................... 25
3.3.6 Nouvelles découvertes significatives ........................................................................... 26
3.3.7 Financement des activités d’exploration ...................................................................... 27
4. MAIN-D’ŒUVRE MINIÈRE...................................................................................................... 29
4.1
Nombre d’emplois dans l’industrie minière ...................................................................... 29
4.2
Structure professionnelle.............................................................................................. 31
4.3
Caractéristiques de la main-d’œuvre .............................................................................. 34
4.4
Perspectives du marché du travail dans le secteur minier .................................................. 36
4.5
Défis et enjeux en ressources humaines dans l’industrie minière ........................................ 37
4.6
Formation et éducation ................................................................................................ 37
4.7
Autres interventions pour le développement des compétences ........................................... 40
5. INNOVATIONS ET NOUVELLES TECHNOLOGIES..................................................................... 41
5.1
Organismes de recherche-développement ....................................................................... 42
5.2
Nouvelles technologies d’exploration .............................................................................. 43
5.3
Nouvelles technologies d’exploitation ............................................................................. 44
5.4
Nouvelles technologies environnementales...................................................................... 45
5.5
Créneaux d’excellence du projet ACCORD ....................................................................... 46
BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................ 47
ANNEXE I .................................................................................................................................. 49
ANNEXE II................................................................................................................................. 50
ANNEXE III ............................................................................................................................... 51
ANNEXE IV ................................................................................................................................ 52
ANNEXE V ................................................................................................................................. 54
ANNEXE VI ................................................................................................................................ 55
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
4
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1
Tableau 2
Tableau 3
Tableau
Tableau
Tableau
Tableau
4
5
6
7
Tableau 8
Tableau 9
Tableau 10
Tableau 11
Tableau 12
Tableau 13
Tableau 14
Tableau 15
Tableau 16
Tableau 17
Tableau 18
Tableau 19
Tableau 20
Tableau 21
Tableau 22
Tableau 23
Tableau 24
Tableau 25
Principales dates de l’histoire minière de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec..... 9
Mines en production commerciale et nombre d'emplois, Abitibi-Témiscamingue
et Nord-du-Québec, 2005 ........................................................................................ 13
Fermetures de complexes miniers, Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec,
2000 à 2005 .......................................................................................................... 14
Production minière selon la substance, 2001 à 2003p ................................................... 16
Production d’or (en grammes) dans les MRC de l’Abitibi-Témiscamingue, 1971 à 2003p .... 16
Valeur des expéditions minérales selon la substance, 2001 à 2003p ............................... 18
Forage au diamant effectué selon les mètres forés en surface et sous terre et coûts de
forage, Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 2004p ................................ 20
Dépenses en immobilisation par secteur et sous-secteur du SCIAN1,
Abitibi-Témiscamingue, 2001-20052 .......................................................................... 21
Dépenses d’exploration et de mise en valeur ($), Abitibi-Témiscamingue, 1997 à 2004..... 23
Dépenses d’exploration et de mise en valeur selon la phase de développement
et le type d’établissement, Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec,
2003 et 2004 (données révisées) .............................................................................. 23
Dépenses d’exploration et de mise en valeur selon la phase de développement
et le type de substances, Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 2004......... 25
Nombre de projets en exploration hors chantier, sous-provinces de l’Abitibi
et du Pontiac ......................................................................................................... 25
Répartition des projets en exploration selon les sous-régions de l’Abitibi, 2004 ................ 26
Projets d’exploration parmi les plus avancés et ayant un potentiel d’exploitation
à court et moyen termes, Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec ............................. 27
Emploi total en extraction minière*, population de 15 ans et plus,
Abitibi-Témiscamingue et Québec, 1987 à 2004 .......................................................... 29
Analyse comparée de l'emploi, des salaires et des heures dans l'industrie minière
en Abitibi-Témiscamingue ........................................................................................ 30
Répartition de la main-d’œuvre active en extraction minière selon les territoires
de l’Abitibi-Témiscamingue, 2001.............................................................................. 30
Répartition de la main-d’œuvre active où plus de 50 personnes travaillent en extraction
minière selon les municipalités de l’Abitibi-Témiscamingue, 2001................................... 31
Caractéristiques du marché du travail dans le secteur minier de l’Abitibi-Témiscamingue,
2004-2008 ............................................................................................................ 32
Répartition de la population active en extraction minière selon de grands groupes d’âge,
Abitibi-Témiscamingue et Québec, 2001..................................................................... 34
Répartition de la population active en extraction minière selon de grands groupes d’âge,
territoires de l’Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 2001........................ 35
Nombre d’emplois spécialisés selon la profession liée au secteur des mines et certains
groupes d’âge, Abitibi-Témiscamingue et une partie du Nord-du-Québec, 2003 ............... 35
Programmes de formation et institutions d’enseignement menant à l’exercice
d’un métier dans le secteur minier, Québec, 2005 ....................................................... 38
Clientèle étudiante en formation professionnelle et technique dans les
programmes actifs en lien direct avec le secteur minier offerts par les institutions
d’enseignement de l’Abitibi-Témiscamingue, 2000-2001 à 2004-2005 ............................ 40
Missions des unités et chaires de recherche de l’Université du Québec en AbitibiTémiscamingue en lien avec la recherche et développement dans le secteur minier .......... 42
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
5
INTRODUCTION
Depuis près d'un siècle, l'Abitibi-Témiscamingue est désignée comme une région minière d'importance,
non sans raison. D'un point de vue essentiellement géologique, la sous-province de l’Abitibi est reconnue
mondialement pour le grand nombre et la richesse de ses gisements de métaux précieux et usuels.
Traditionnellement, la région exploite principalement de l’or, du cuivre et du zinc. L’exploration et
l’exploitation en termes de mines exploitées, d’emplois et d’investissements en font toujours l’une des
principales régions minières du Québec.
De 1997 jusqu’à 2003, un ralentissement important des activités du secteur minier dans la région était
constaté. Toutefois, au cours des dernières années, la hausse (en dollar américain) du cours de l’or et des
prix des métaux usuels a favorisé les activités d’exploration, d’où une phase de relance de l’industrie. Un
autre élément favorable à l’exploration est la récente révision de la fiscalité au palier provincial par le biais
notamment des mesures accréditives. À moyen et court termes, le raffermissement des prix inciteront
probablement certaines compagnies à réévaluer le potentiel minéral de leurs propriétés. Différents
spécialistes du secteur suggèrent que l’industrie minière continuera de croître pendant quelques années.
Toutefois, pour voir se réaliser une croissance continue de ce secteur, l’industrie minière a plusieurs défis
majeurs à relever. Comme facteurs externes, il y a la compétition des pays en voie de développement, le
raffermissement des législations (environnement, sécurité, normes du travail, etc.), le prix fluctuant des
métaux ainsi que l’accès au territoire dans un contexte de développement durable. À ces facteurs
« mondiaux » s’ajoutent la diminution des réserves pour plusieurs des gisements en opération de la région
ainsi que la rareté de la main-d’œuvre qualifiée combinée à un désintéressement des jeunes quant à une
carrière au sein de l’industrie minérale. Les contraintes opérationnelles (processus d’extraction, coûts
d’opération, environnement souterrain, etc.) particulières à la région pourront à moyen et long termes
affecter la vigueur du secteur minier. La recherche de productivité sera de mise dans un contexte de
compétitivité internationale.
Dans le cadre de ce portrait, après deux brefs chapitres portant sur l’histoire minière ainsi que le contexte
géologique en lien avec le potentiel minéral de l’Abitibi-Témiscamingue, l’analyse du chapitre 3 se
concentre sur l’industrie minière en matière d’exploitation et d’exploration. Dans un quatrième temps, la
situation de la main-d’œuvre et de la formation est décrite. Dans le chapitre 5, on aborde les innovations
technologiques et la recherche et développement. Enfin, il est à noter que ce portrait n’aborde pas la
question de l’environnement et des aires à résidus miniers. Les lectrices et lecteurs intéressés par ces
questions devront se référer au portrait sur l’environnement de l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue1.
1
Le portrait de l’environnement sera réalisé d’ici le printemps 2006.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
6
GLOSSAIRE2
Bail minier : Document accordant le droit d'effectuer des recherches, de mettre en valeur des gisements
et d'en extraire des substances minérales dans la zone visée par le bail.
Concentrateur : Usine de traitement produisant un concentré à partir de métaux usuels ou précieux.
Pour tirer le métal pur du concentré, il faut poursuivre le traitement.
Dépenses d’exploration et de mise en valeur : Les dépenses d’exploration comprennent les
activités de terrain et les dépenses d’immobilisations, de réparation et d’entretien, réalisées sur ou hors
d’un site minier en vue de chercher et de découvrir un gîte minéral et d’en exécuter la première
délimitation, afin d’établir sa valeur économique potentielle (tonnage et teneur) et de justifier des travaux
additionnels et plus détaillés. Les dépenses de mise en valeur comprennent toutes les activités de
terrain et les dépenses d’immobilisations, de réparation et d’entretien, réalisées sur un site minier ou hors
d’un site minier afin d’acquérir une connaissance détaillée d’un gîte déjà délimité et de satisfaire aux
besoins d’une étude de faisabilité justifiant la mise en production. Les activités terrains incluent
notamment le fonçage de puits et de galeries pour pénétrer un gisement minier dans le but de l'étudier de
façon plus détaillée et précise. Elles excluent les travaux d’extension dans le cas des réserves connues.
Dépenses hors d’un site minier : Activités appliquées à l'exploration de gîtes qui ne sont pas situés sur
un site minier en production ou dont la mise en production est engagée3.
Dépenses d’aménagement du complexe minier : Dépenses engagées pour délimiter et définir en
détail le minerai, y avoir accès et en préparer l’extraction sur une propriété en production ou qui le sera
bientôt.
Exploitation à ciel ouvert : Mine exploitée en surface, à ciel ouvert, comme une carrière.
Exploration : Ensemble des activités faisant partie de la recherche de gisements miniers susceptibles de
se prêter à une exploitation commerciale; par exemple, la prospection, l’échantillonnage, les levés
(géologiques, géochimiques, géophysiques), le forage au diamant, etc.
Industrie minière : L’industrie minière, aussi appelée secteur des minéraux et des métaux, comprend
l’exploration minérale, les mines et les carrières, la première transformation des métaux, la fabrication de
produits métalliques et la production minérale non métallique. Elle est ainsi formée entre autres des mines
de métaux4, de non-métaux5, des carrières, sablières et gravières, des exploitations de sables bitumineux
et des établissements manufacturiers que sont les fonderies, les affineries de métaux non ferreux et les
aciéries6. Note : Généralement, dans le cadre de ce document, l’industrie minière sous-entend plus
particulièrement l’exploration minérale, les mines de métaux ainsi que la première transformation des
métaux.
Gisement minier : Concentration locale de substances minérales dont la quantité et la qualité se prêtent
à une exploitation minière rentable.
Intervenants miniers : Majeur : Toute compagnie dont l’actif est supérieur à 50 M$ et qui effectue des
travaux d’exploration, de mise en valeur ou d’aménagement de complexe minier au Québec. Junior :
Comprend les « juniors » au sens strict du terme et les « juniors » en développement. Le premier
comprend les compagnies dont la principale activité est l’exploration minière, qui sont assujetties pour
l’essentiel de leurs activités à des financements sur les marchés publics et privés. Ce type englobe aussi
les prospecteurs. Les « juniors » en développement comprend les sociétés qui détiennent une participation
directe, seules ou en coparticipation, sur une propriété qui a atteint le stade d’aménagement du complexe
minier (en production) ou sur une propriété en production de laquelle elles retirent de faibles revenus et
2
Plusieurs des définitions ont été tirées du site Internet : http://epe.lac-bac.gc.ca/100/200/301/inacainc/building_future-f/min/glss_f.html
3
Définitions du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Communiqué « 2004 : une année exceptionnelle
pour l’exploration minière au Québec. », 12 janvier 2005.
4
Cuivre, nickel, plomb, zinc, or et argent.
5
Amiante, potasse et sel. Le charbon ainsi que les carrières et sablières sont aussi compris dans cette catégorie.
6
ASSOCIATION MINIÈRE DU CANADA, Faits et chiffres 2004, Produits, gens, lieux, 2005, p. 4.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
7
dont l’actif est inférieur à 50 M$. Publique : Inclut les Sociétés d’État, en l’occurrence SOQUEM INC. et
leurs filiales et les Fonds miniers dont le financement est assuré par le gouvernement du Québec7.
Levés géophysiques : Méthodes de prospection scientifique mesurant les propriétés physiques des
formations rocheuses.
Métaux usuels : Métaux communs comme le cuivre, le plomb, le zinc et le nickel.
Métaux précieux : Terme qui désigne généralement les métaux qui ont une valeur pécuniaire ou qui
servent à la joaillerie comme l'or, l'argent, le platine et le palladium.
Usine de traitement :
1) Usine effectuant le traitement des minerais afin d'en extraire les métaux précieux ou concentrant les
minéraux précieux afin de réduire le volume à expédier à la fonderie ou à la raffinerie.
2) Pièce d'équipement servant à la concentration, comprenant une turbine tournante et servant à broyer
finement les minerais avant le traitement.
7
Définitions du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Communiqué « 2004 : une année exceptionnelle
pour l’exploration minière au Québec. », 12 janvier 2005.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
8
1. LES ORIGINES DE L’INDUSTRIE MINIÈRE
« Depuis l’ouverture de la mine de cuivre et or « Horne », à Noranda, en 1927, plus de 150
mines, la plupart en Abitibi, ont contribué à la production de près de 2 000 tonnes d’or, de 5
millions de tonnes de cuivre et d’environ 6 millions de tonnes de zinc. »8
La mine Wright a été la première mine en exploitation en Abitibi-Témiscamingue sinon au Canada. Ce
gisement de plomb et d’argent était situé dans le canton de Guigues. Cette mine fut mise en exploitation
dans les années 1890 pour être exploitée périodiquement par la suite jusqu’en 1952, date définitive de sa
fermeture. Quelques mines seront aussi exploitées pour de courtes durées dans le canton de Fabre.
Toutefois, lorsque l’industrie minière prendra définitivement son envol, l’exploration et l’exploitation se
situeront dans les régions du Nord-Est ontarien d’abord et ensuite dans le Nord-Ouest québécois.
Ainsi donc, le développement minier de l’Abitibi-Témiscamingue est intimement lié à celui du Nord-Est
ontarien. En 1902, lors de la construction du Timiskaming and Northern Ontario Railway à North Bay, il y
eut découverte d’importants dépôts miniers le long du tracé, ce qui provoqua une ruée de prospection qui
s’étendit sur l’ensemble du Nord-Est ontarien. Après la découverte d’un important gisement de fer à Cobalt
(1903), une série de gisements aurifères ont été mis à jour dans les secteurs de Porcupine Lake (1909) et
de Kirkland Lake (1911 et 1912). Vers 1920, des gisements de zinc et de cuivre sont découverts dans la
région de Timmins. Au début des années 1910, les prospecteurs étendirent leur zone d’exploration jusque
dans le Nord-Ouest québécois en suivant la faille de Cadillac-Larder Lake.9 Les premières découvertes
minières sur le territoire abitibien furent situées dans les cantons de Rouyn et de Duparquet (1910) suivies
de celles près de Val-d’Or (entre 1911 à 1914). C’est au début des années 1920 que le prospecteur
Edmund Horne découvrit un important gisement de cuivre et d’or sur les rives du lac Osisko à Noranda10.
Ce gisement devint la mine Horne mise en production quelques années plus tard, en 1927.
L’entrée en production de la mine Noranda engendra dans la région une intense activité minière tant de
prospection que d’exploitation. Entre 1926 et 1935, 14 des 15 mines d’or et 4 des 5 mines de cuivre en
exploitation dans la province étaient localisées dans le Nord-Ouest québécois. Parmi ces mines, outre la
mine Horne, on notait la présence des mines Siscoe (1929), Granada (1930), O’Brien (1931), Aldermac et
McWatters (1932), Beattie et Jacola (1933), Perron et Sullivan (1934). Dès 1937-1938, l’extension du
réseau ferroviaire du Canadien National le long de la faille de Cadillac fut à l’origine de l’établissement des
villes minières de Val-d’Or, Malartic et Cadillac.11 À Malartic, de 1935 à 1939, on retrouvait les mines
Canadian Malartic, East Malartic, Sladen Malartic et Malartic Goldfield. À Val-d’Or et Bourlamaque, il
s’agissait des mines Lamaque (1935) et Sigma (1937). Du côté de Cadillac, la principale mine du secteur
était la mine O’Brien. Au total, de 1927 à 1950, une cinquantaine de mines étaient en production dans la
région, pour la plupart situées le long de la faille de Cadillac12. Vers les années 1950 et 1960, l’exploration
minière se déplaça un peu plus au nord; le secteur minier de l’Abitibi étant aux prises avec des moments
difficiles. Aux mêmes titres que les villes minières de Rouyn, Noranda, Val-d’Or, Cadillac et Malartic, les
villes de Matagami et Joutel furent ainsi créées. Jusqu’à la fin des années 1970, les mines en exploitation
dans les territoires situés plus au nord ont permis la croissance de l’industrie minière québécoise. Au cours
des dernières décennies du XXe siècle, quelques grandes mines furent mises en opération : Thompson
Bousquet (1978), Doyon (1979), Selbaie (1981), Kiena (1983), Sigma 2 (1984), LaRonde (Dumagami en
1988) et de Bousquet 2 (1990). Aujourd’hui encore, le camp minier de Bousquet-Cadillac demeure la
principale région aurifère au Québec, avec les mines Doyon, Mouska et LaRonde.
8
Alain SIMARD, Le potentiel minéral du Québec; un état de la question, ministère des Ressources naturelles et Faune,
p. 3.
9
Pierre PAQUETTE, Les mines du Québec, 1867-1975, Carte blanche, p. 101 à 104.
10
PRODUCTIONS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE. L’Express, 1984, p. 19.
11
Pierre PAQUETTE, Op.cit., p. 101 à 104.
12
Marc RIOPEL. « La ruée vers l’or : l’ouverture des mines en Abitibi » tiré du document : À travers le temps. Disponible
sur le site Internet : http://www.encyclobec.ca
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
9
Tableau 1
Principales dates de l’histoire minière de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec
1686
1903
1906
1911
1920-1930
1920-1950
1924
1929
1931-1937
1933
1950-1970
1956
1972
1978-2004
1997
2000-2001
2004
Découverte d'un gisement de plomb, zinc et argent en Abitibi-Témiscamingue par le Chevalier
de Troyes sur une rive du lac Témiscamingue. Ce dépôt sombre dans l'oubli pendant 200 ans,
avant d'être exploité dans les années 1890.
Premières découvertes de cuivre et d'amiante dans le secteur de Chibougamau, par
P. McKenzie. Il observe la présence de cuivre sur l'île du Portage et d'amiante sur l'île de
l'Amiante, au lac Chibougamau. Dès 1905, la région est reconnue comme une région minière
potentielle. En 1908, E. Dulieux signale la présence de minéralisation sur l'île Merrill.
Alphonse Olier et Auguste Renault découvrent le premier gisement aurifère de la région de
Rouyn-Noranda, sur le bord du lac Fortune. Malgré cette découverte, la région ne devient un
camp minier qu'à la suite du jalonnement de claims au nord du lac Tremoy et de la découverte
d'un gisement de cuivre et d'or par Edmund Horne, un prospecteur de la Nouvelle-Écosse,
en 1922.
Première découverte d'or dans la région de Malartic-Val-d'Or, par J.J. Sullivan et Hertel
Authier. Ce n'est toutefois qu'en 1928 que les résultats d'exploration sur cet indice sont
suffisamment encourageants pour l'exploitation de la mine Sullivan.
Boom minier dans le Nord-Ouest québécois. À ce chapitre, l'Abitibi-Témiscamingue compte
90 % des titres miniers enregistrés au Québec. À cette époque, les compagnies exploitent le
cuivre, l'or, le fer et l'amiante.
L'exploitation minière s'effectue dans plusieurs régions. En plus de l'Abitibi, on trouve des
gisements à Chibougamau, sur la Côte-Nord, au Labrador, dans la péninsule gaspésienne et
en Estrie.
M.J. O'Brien découvre de l'or dans la région de Bousquet-Cadillac, en 1924. Le gisement qui
porte son nom est exploité en 1932.
Exploitation de la seule mine de molybdène au pays, la mine Eureka, située dans le canton de
La Corne.
Découverte de plusieurs indices de cuivre et de nickel dans la péninsule de l'Ungava.
Signalisation de minéralisation aurifère dans la région de Belleterre et découverte du gisement
de sulfures massifs de Lorraine, en 1961.
On assiste à une recrudescence de l'exploitation du fer sur la Côte-Nord, de l'or et du cuivre
en Abitibi-Témiscamingue et de l'amiante en Estrie.
Travaux de géophysique qui permettent de localiser d'importantes anomalies
électromagnétiques dans la région de Matagami. En 1957, des forages de la compagnie
Mattagami Syndicate permettent d'intercepter la minéralisation, qui devient le gisement du lac
Mattagami.
Mise en production de la mine d'amiante d'Asbestos Hill (à Purtuniq). Il s'agit de la première
mine à être mise en exploitation dans le Grand Nord québécois.
Mise en exploitation des mines Thompson Bousquet, en 1978, et Doyon, en 1979, au nord de
la municipalité de Cadillac, en Abitibi-Témiscamingue ainsi que des gisements LaRonde
(Dumagami) en 1988, et de Bousquet 2, en 1990.
Exploitation des gisements de cuivre, nickel et cobalt au camp minier Raglan, dans le Grand
Nord.
Découverte de diamants à l'est de la Baie d'Ungava et près des monts Otish.
Découverte du gisement aurifère « Éléonore » à la Baie-James.
Source : Ministère des Ressources naturelles et Faune. Site Internet :
http://www.mrn.gouv.qc.ca/mines/industrie/industrie-histoire.jsp (août 2005)
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
10
2. GÉOLOGIE
Le contexte géologique varié du Québec est favorable à de nombreux types de minéralisations et offre des
perspectives intéressantes pour l’exploration minérale. Faut-il encore le rappeler, 90 % du sous-sol
québécois est constitué de roches précambriennes du Bouclier canadien. Ces roches sont parmi les plus
dures et les plus vieilles de la terre. Le Bouclier se divise en trois grandes provinces géologiques : la
Province du Supérieur, la Province de Churchill et la Province de Grenville.13
La Province du Supérieur couvre une grande partie du continent nord-américain et le tiers de la
superficie du Québec, soit 600 000 km2. Cette province forme la partie centrale du Bouclier canadien. Elle
est reconnue mondialement pour ses nombreux gisements de cuivre, d’or, de zinc, de nickel et d’argent.
Elle-même se subdivise en plusieurs sous-provinces (annexe I), dont la plus connue est la sous-province
de l’Abitibi. Elle s'étend de l'est de Val-d'Or à l'ouest de Rouyn-Noranda, jusqu'au nord de Chibougamau
et de Matagami. La limite sud de l'Abitibi géologique est la faille de Cadillac-Larder Lake qui s’étend sur
plus de 210 kilomètres entre Val-d’Or et Kirkland Lake. Au sud de la faille, ce sont les roches du Pontiac et
la région du Témiscamingue. Depuis plus d'un siècle, l’activité minière du Québec repose principalement
sur les gisements des sous-provinces de l’Abitibi et du Pontiac.
2.1
Potentiel minéral
Comme ailleurs dans le monde, l’avenir de l’industrie minière dépend des découvertes minéralogiques. Nul
doute que le potentiel minéral du territoire québécois est bien réel. Avec une superficie de plus de 1,5
millions de kilomètres carrés, la superficie des claims14 couvre environ 6,4 millions d’hectares soit moins
de 5 % du territoire québécois15. Or, le pouvoir d’attraction d’un pays pour les compagnies minières
résulte de trois facteurs : le potentiel géologique, la stabilité politique et le régime réglementaire. À cet
égard, l’enquête 2004-2005 de l’Institut Fraser classe le Québec comme la première région canadienne et
la quatrième au monde pour l’attrait de son potentiel minéral ainsi que pour les conditions réglementaires
propices à l’investissement minier. À l’échelle mondiale, ces facteurs lui ont permis de se maintenir, pour
une troisième année consécutive, parmi les cinq premières positions.
Au chapitre du potentiel minéral de l’Abitibi-Témiscamingue, bien qu’une partie importante de la région ait
été intensivement prospectée au cours du dernier siècle, les districts miniers bien établis de Val-d’Or,
Rouyn-Noranda et Cadillac recèlent toujours d’importants gisements en métaux précieux (or), notamment
en profondeur. Selon l’Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ), la majorité des forages
d’exploration (92 %) n’ont pas franchi la limite des 200 mètres de profondeur16. À preuve, six projets
aurifères d’envergure ont récemment obtenu des résultats impressionnants à grande profondeur dans le
camp minier de Cadillac. Il s’agit des projets LaRonde II et Lapa des Mines Agnico Eagle, le projet Pandora
de Queenston Mining Inc., des projets Westwood et Zone J de Cambior et du projet O’Brien-Kewagama de
Ressources minières Radisson Inc. La découverte de ces gisements semble indiquer que peu de travaux
d’exploration dans ce secteur ont été effectués à plus de 400 mètres de profondeur17. Pour un autre
secteur géographique, Géologie Québec a mené des travaux portant sur le potentiel aurifère le long de la
faille Porcupine-Destor dans le secteur de Duparquet. Cette faille est dix fois plus exploitée du côté
ontarien que québécois. Rappelons que cette faille est à l’origine de la première découverte d’or en Abitibi
par John Beattie en 1910. Le potentiel de cette faille résiderait, elle aussi, en profondeur18. La formation
géologique de Blake River, au nord-ouest de Rouyn-Noranda, est un autre secteur à fort potentiel pour les
métaux précieux et usuels. Actuellement, en attendant une décision définitive du gouvernement quant à
l’instauration d’une aire protégée sur le territoire de Kanasuta, une partie du territoire géologique de Blake
13
Alain SIMARD, op.cit., p. 2.
Le claim est le seul titre d'exploration valable au Québec. Le claim confère à son titulaire le droit exclusif de
rechercher toutes les substances minérales du domaine de l'État, à l'exception du sable, du gravier, de l'argile et autres
dépôts meubles, sur le territoire qui en fait l'objet.
15
RESSOURCES NATURELLES CANADA, Survol des tendances observées dans l’exploration minérale canadienne, 2005,
p. 61.
16
LE DEVOIR. Exploration minière – Le Québec, quatrième ressource mondiale, 4 novembre 2004.
17
Pierre DOUCET et Benoît LAFRANCE. Le potentiel aurifère en profondeur du camp minier de Cadillac, 2005, p. 3.
18
Marc LEGAULT et Jean GOUTIER. La faille de Porcupine-Destor – Un potentiel aurifère important, Géologie-Québec,
février 2003.
14
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
11
River fait l’objet d’un interdit de jalonnement par le gouvernement19. Pour terminer, dans les environs de
l’ancienne mine d’or de Belleterre au Témiscamingue, des indices aurifères intéressants ont été identifiés
au cours des dernières années20. Par ailleurs, toujours au Témiscamingue, la société d’exploration Fieldex
Exploration a frappé des indices intéressants de cuivre et de nickel21.
Afin de favoriser la découverte et l’exploitation de nouveaux gisements de cuivre dans le Nord-Ouest
québécois, stabiliser l’approvisionnement à la Fonderie Horne et parfaire la connaissance de la géologie de
certains districts miniers quant aux métaux usuels, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune
(MRNF) et Géologie Québec ont publié une évaluation-synthèse du potentiel en métaux usuels pour la
sous-province de l’Abitibi et la partie sud du territoire de la Baie-James (ceinture de Frotet-Evans). Cette
évaluation a permis de définir et de documenter, pour ce vaste territoire situé entre le 47e et le
51e parallèle, plus de 150 cibles présentant le meilleur potentiel de nouvelles découvertes22.
Quant à l’exploration pour les métaux rares (lithium, béryllium, tantale, niobium, etc.), la région n’a été
que très peu explorée au cours des dernières décennies. La majorité des travaux datent de 1950 dans la
sous-province d’Abitibi. Les anciennes mines de molybdène Preissac Molybdenite et Cadillac Moly ainsi que
l’ancienne mine de lithium Québec Lithium se trouvent sans ce secteur23. Une récente étude24 mentionne
que les secteurs de La Motte et de La Corne possèdent un très bon potentiel d’exploration pour le tantale
et le lithium. Dans la sous-province du Pontiac, le secteur du lac Simard demeure aussi très intéressant
pour l’uranium et le tantale. Les travaux les plus récents dans ce secteur datent du début des années
1980.
Les sous-provinces de l’Abitibi et du Pontiac possèdent également un potentiel significatif pour les
minéraux industriels et la pierre architecturale. Bien que par le passé des gisements de minéraux
industriels aient déjà été exploités au Témiscamingue (chaux, quartz, kyanite, mica et grenat), ce secteur
d’activité demeure très peu développé en Abitibi-Témiscamingue (annexe II). Ce type de ressource
bénéficie d’encore trop peu de connaissance malgré un vaste territoire bénéficiant d’un excellent
potentiel25. La silice, le calcaire et la pierre représentent aussi un certain potentiel dans la région, et
particulièrement dans le secteur du lac Témiscamingue. Une étude d’évaluation réalisée dans les territoires
de Rouyn-Noranda et de la Vallée-de-l’Or a notamment mis en évidence le potentiel de pierre
architecturale dans ces territoires.
Pour ce qui est de l’exploration diamantifère québécoise, elle se concentre, à toute fin pratique, dans le
Nord-du-Québec. Néanmoins, quelques traces de diamants ont été repérées au Témiscamingue. Le secteur
de Notre-Dame-du-Nord contient plusieurs cheminées kimberlitiques faiblement diamantifères.
Enfin, au-delà des travaux d’exploration effectués dans les districts miniers situés en Abitibi, les districts
miniers de Matagami et de Chibougamau font aussi l’objet de nombreux projets d’exploration dans le
Nord-du-Québec26. Malgré une récente vague d’exploration, ce vaste territoire demeure ouvert à
l’exploration et son potentiel minéral reste à découvrir. En ce sens, le MRNF travaille à mettre en évidence
le potentiel minéral de nouveaux secteurs peu connus dans le prolongement du camp minier de
Chibougamau27.
19
Toutefois, des travaux d’exploration peuvent avoir lieu sur tous les claims acquis avant cet interdit de jalonnement.
La Loi sur les mines comporte des dispositions qui permettent la réalisation des travaux sur la propriété minière durant
la période de validité d'un claim qui est de deux ans.
20
Tiré du site Internet du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune à l’adresse suivante :
http://www.mrnf.gouv.qc.ca/abitibi-temiscamingue/mines/mines-potentiel.jsp
21
LA FRONTIÈRE, « Le Témis, le secret le mieux gardé au niveau du cuivre et du nickel », 6 avril 2005, p. 17.
22
Tiré du site Internet du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune à l’adresse suivante :
http://www.mrn.gouv.qc.ca/mines/geologie/geologie-cartes.jsp
23
Tiré du site Internet du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune à l’adresse suivante :
http://www.mrnf.gouv.qc.ca/abitibi-temiscamingue/mines/mines-potentiel.jsp
24
Lucie STE-CROIX et Pierre DOUCET. Potentiel en métaux rares dans les sous-provinces de l’Abitibi et du Pontiac,
2001, p. 2 et 6.
25
Informations tirées du site Internet du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.
26
Daniel BERNARD. Portrait et positionnement du secteur minier, Projet ACCORD Abitibi-Témiscamingue, 2002, p. 34.
27
RESSOURCES NATURELLES CANADA, op.cit., p. 61.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
12
3. INDUSTRIE MINIÈRE
3.1
Conjoncture mondiale et provinciale
Selon le Bilan et faits saillants de l’industrie minière du Québec en 200428, l’industrie minière mondiale et
québécoise a profité de la croissance de la consommation des métaux et minéraux. La dépréciation du
dollar américain est l’un des facteurs qui s’est reflété sur la valeur à la hausse du cours de l’or. La hausse
des prix de plusieurs métaux usuels s’explique notamment par la forte demande internationale. En effet, la
croissance économique fulgurante que connaît la Chine depuis 10 ans combinée à la faiblesse des stocks
au plan mondial explique en grande partie la hausse soutenue du prix des métaux usuels. Ce pays le plus
peuplé du monde est devenu aujourd’hui le plus grand producteur et le plus grand importateur net de
ressources naturelles29. Notamment, entre 1999-2004, la croissance de la consommation chinoise de
métaux usuels représente près de 60 % de la croissance mondiale récente30. Selon les perspectives, la
demande de métaux et de minéraux devrait rester soutenue en 2005. Quant aux prix des métaux, il est
difficile d’en prédire le cours puisque nombreuses sont les conditions économiques mondiales qui
interviennent dans le jeu de l’offre et de la demande. Des interruptions de production imprévues, des
fluctuations importantes des devises ainsi que l’évolution de la demande chinoise rendent volatiles les prix
des métaux.
3.2
Exploitation
Traditionnellement, l’industrie minière de l’Abitibi-Témiscamingue s’est caractérisée par l’exploitation
souterraine de gisements de métaux précieux et usuels. À ce titre, elle est reconnue comme possédant
une expertise de calibre mondial. Aujourd’hui, le panorama minier est principalement marqué par la
présence de petits producteurs ainsi que de producteurs intermédiaires plutôt que par des sociétés
majeures d’exploitation. Au cours de la dernière décennie, la fermeture de mines ainsi que le transfert de
l’exploitation minière en d’autres lieux ont eu pour effet de réduire le nombre d’experts dans la région. Il y
a un risque de voir s’accentuer la perte de la masse critique d’experts dans le secteur des mines advenant
l’absence de découvertes à court terme et compte tenu du nombre peu élevé de mines en activité. Au-delà
de la production de métaux précieux et usuels, l’Abitibi-Témiscamingue ne possède aucune ou sinon très
peu d’expertise dans l’exploitation de minéraux industriels, de diamants et de certains autres métaux
(tantale, etc.)31.
3.2.1
Sociétés d’exploitation dans les métaux précieux et usuels
En septembre 2005, huit compagnies minières exploitent dix mines situées dans les régions de l'AbitibiTémiscamingue et du Nord-du-Québec, ce qui représente la totalité des mines de métaux précieux et
usuels du Québec. La société Cambior compte trois propriétés minières en exploitation et Ressources
Campbell possède deux complexes miniers. Quant au groupe Agnico-Eagle, il détient le plus grand
gisement aurifère du Canada, la division LaRonde. Avec une profondeur de plus de 7 380 pieds (plus ou
moins deux kilomètres sous terre), le puits nommé Pena est le plus profond en Amérique du Nord32.
28
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), Bilan et faits saillants de l’industrie minière du Québec en
2004, 2005.
29
ASSOCIATION MINIÈRE DU QUÉBEC, Rapport annuel 2004-2005 – La Chine – menace ou opportunité pour le secteur
minier, p, 3. Par ailleurs, en 2004, les exportations minérales canadiennes vers les États-Unis ont représenté 71,8 % de
l’ensemble des exportations; c’est un peu moins qu’en 2003 mais en hausse par rapport à 1997. Encore aujourd’hui, ce
pays est notre principal partenaire commercial pour les minéraux et leurs produits. Toujours en 2004, la Chine a
continué d’offrir de grands débouchés aux sociétés minières canadiennes. Les importations chinoises de produits
canadiens se sont accrues, passant de 3,7 milliards en 1995 à 9,5 milliards de dollars en 2004. À la Chine s’ajoutent de
nouveaux venus, comme l’Inde et le Brésil, qui comptent parmi les 20 plus grandes économies dans le monde.
Sources : ASSOCIATION MINIÈRE DU CANADA, Faits et chiffres 2004, Produits, gens, lieux, 2005, p. 28 et Rapport
annuel – Comité de la politique commerciale, 2005. Site Internet : http://www.mining.ca/2005-annual-report/fr/213.html
30
Luc VALLÉE, Le miracle asiatique et ses effets sur les régions ressources, mars 2005, p.16.
31
Daniel BERNARD, op.cit., p. 11.
32
La mine la plus profonde au monde, située en Afrique du Sud descend jusqu’à 12 000 pieds par l’entremise de
plusieurs puits. Aussi, grâce à plus d’un puits, la mine Kid Creek à Sudbury est en voie de dépasser les 8 000 pieds de
profondeur. Source : DÉVELOPPEMENT TEMISCABITIBIEN. Le puits de mine le plus profond des deux Amériques, mars
2005, p. 11.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
13
La production minérale de l’Abitibi-Témiscamingue repose sur les activités d'exploitation de cinq mines qui
extraient majoritairement des métaux précieux (or et argent). Ces mines sont : Doyon, Mouska, Sigma,
Beaufor et Donald J. LaRonde. À ce jour, deux compagnies minières ont annoncé l’ouverture de leur
gisement d’ici quelques années. À 95 kilomètres au nord de La Sarre, Mines Aurizon Ltée poursuit ses
travaux sur le projet Casa Berardi. Ce complexe minier devrait entrer en opération à la fin de l’année
2006. Quant aux Mines Agnico-Eagle ltée, après des travaux de réhabilitation des infrastructures et un
projet d’exploration et de développement d’environ 10 M$ en 2004, la société a annoncé à l’été 2005 la
construction d’une nouvelle mine d’or sur le site Goldex. Près du pont Thompson à Val-d’Or, la
construction nécessitera un investissement de 176 M$ échelonné sur trois ans. La mine devrait entrer en
production en 2008, créer environ 200 emplois et générer plus de 40 millions de dollars par année dans
l’économie. La durée prévue de l’exploitation, y compris la période de construction, est de 12 ans.33
Dans le Nord-du-Québec, trois mines exploitent majoritairement des métaux précieux (Géant-Dormant,
Joe Mann et Troilus) et deux autres se concentrent dans les métaux usuels (Copper Rand 5 000 et
Raglan). Bien que situé dans le Nord-du-Québec, le complexe Raglan, qui se veut le seul producteur de
nickel au Québec, compte un nombre important de travailleurs en provenance de l’Abitibi-Témiscamingue.
Le Nord-du-Québec a vu entrer en opération, à l’est de Chibougamau, la mine Copper Rand 5000 de
Ressources Campbell en 2005. Ressources Breakwater ltée compte reprendre la production de la mine
Langlois au nord-est de Lebel-sur-Quévillon en 2006 pour environ huit années. À ce jour, la mise en
production du gisement Persévérance localisé près de Matagami, propriété de Falconbridge Limitée34, est
retardée au moins jusqu’en 2007.
Tableau 2
Mines en production commerciale et nombre d'emplois, Abitibi-Témiscamingue et Nord-duQuébec, 2005
Nord-du-Québec
AbitibiTémiscamingue
Compagnie
Mine
Mines Richmont inc.
Beaufor
Les Mines Agnico Eagle Ltée
Cambior inc.
Cambior inc.
Donald J. LaRonde
Doyon
Mouska
Century Mining Corporation
Sigma
Cambior
Géant Dormant
Ressources Campbell inc.
Joe Mann
Corporation minière Inmet
Troilus
Falconbridge Limitée
Raglan**
Ressources Campbell inc.
Copper Rand
Localisation Année(s) de
production
Nombre
d’emplois*
Nord-est de
Val-d’Or
Cadillac
Cadillac
À l’est de
RouynNoranda
Val-d’Or
1933-1951 et
1996…
1988
1980
1991
135
2005
nd
Au nord
d’Amos
Chibougamau
1987-1991 et
1992…
1956-1959,
1974-1975 et
1987…
1997
210
Au nord de
Chibougamau
Fosse de
l’Ungava
Près de
Chibougamau
560
380
116
175
297
1998 454 n.d en 2004
2004
95
* Plusieurs des données de ce tableau demeurent préliminaires et ont été colligées auprès des sociétés avant la
préparation de leur propre bilan officiel. Emplois au 31 décembre 2004.
** Le complexe Raglan est situé dans le district minier de Sept-Îles dans la région du Nord-du-Québec.
Source : Géologie Québec. Rapport sur les activités d'exploration minière au Québec 2004, 2005.
33
GÉOLOGIE QUÉBEC. Les points chauds – Métaux précieux. Article intitulé : Mines Agnico-Eagle annonce le début de la
contrustion du projet minier aurifère Goldex, 4 août 2005. Site Internet du ministère des Ressources naturelles et de la
Faune : http://www.mrnf.gouv.qc.ca/mines/geologie/geologie-points-precieux.jsp
34
Le 30 juin 2005, Falconbridge Limitée et Noranda Inc., ont mené leur fusion à terme. L’entreprise fusionnée
poursuivra ses activités sous la dénomination de Falconbridge Limitée.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
14
Fermeture de mines
Depuis le début des années 2000, une dizaine de mines ont cessé leur production en AbitibiTémiscamingue et dans le Nord-du-Québec. Parmi les plus récentes, il y a les mines Bouchard-Hébert et
Louvicourt (2005) en Abitibi-Témiscamingue et les mines Selbaie et Bell-Allard (2004) dans le Nord-duQuébec. La fermeture de ces quatre mines de métaux usuels en un laps de temps aussi court représente
plus de 700 emplois perdus, bien qu’un certain nombre d’emplois soient comptabilisés pour le
démantèlement et la restauration des sites. Selon les prévisions actuelles, la mine Joe Mann localisée dans
le Nord-du-Québec devrait cesser ses opérations au cours de 2006.
Tableau 3
Fermetures de complexes miniers, Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, 2000 à 2005
Compagnie
Abitibi-Témiscamingue
Mines Western Québec Inc.
Noranda
Mines Richmont Inc.
Mines McWatters
Barrick Gold Corporation
Mines McWatters
Ressources Breakwater Ltée
Nord-duQuébec
Ressources Aur Inc.
Cambior
Métaux Billiton Canada Inc.
Falconbridge Limitée
Mine (localisation)
Type de
gisement
Joubi (Val-d’Or)
Gallen
(Rouyn-Noranda)
Francoeur
(Rouyn-Noranda)
Kiena
(Val-d’Or)
Bousquet 2
(Cadillac)
Sigma Lamaque
(Val-d’Or)
Bouchard-Hébert
(Cléricy, R-N)
Louvicourt
(Val-d’Or)
Langlois
(Lebel-sur-Quévillon)
Selbaie
(Ouest de Matagami)
Bell-Allard
(Matagami)
Précieux
Usuels
Année de
Emplois
fermeture
à la
définitive
fermeture
(année(s) de
production)
2000 (9)
n.d
2000 (16)
n.d
Précieux
2001
57
Précieux
67
Précieux
Septembre 2002
(21)
2002 (13)
n.d
Précieux
Octobre 2003
n.d
20 février 2005
(10)
12 juillet 2005
(11)
Novembre 2000
(4)
21 janvier 2004
(23)
17 octobre 2004
(5)
131
Usuels
Usuels
Usuels
Usuels
Usuels
215
142
n.d
175
Source : Géologie Québec. Rapports sur les activités d'exploration minière au Québec, 1999 à 2004.
Outre l’épuisement des réserves qui est la raison généralement invoquée pour cesser définitivement
l’exploitation d’un gisement, d’autres facteurs associés à la fluctuation des prix des métaux ont pour
conséquence la fermeture temporaire ou définitive de l’exploitation d’un gisement, faute de rentabilité
économique. Les coûts élevés de production liés à la profondeur ou au type d’exploitation des mines, la
faible teneur des minerais, la nécessité de dépenser davantage pour l’exploration et la mise en valeur ainsi
que l’augmentation du coût de la main-d’œuvre et du matériel peuvent être d’autres facteurs explicatifs.
3.2.2
Sociétés d’exploitation dans les minéraux industriels
Au Québec, on recense plus d’une trentaine de minéraux industriels dont les principaux sont le chrysotile,
le graphite, l’ilménite, le mica, le sel, la silice (quartz), le soufre, la stéatite et la tourbe35. Actuellement,
l’Abitibi-Témiscamingue ne possède aucune entreprise majeure dans le secteur des minéraux industriels36.
La région compte un seul producteur de silice et de calcaire situé à Saint-Bruno-de-Guigues (Témisca
35
Les minéraux industriels proviennent de plus d’une cinquantaine de roches, substances et minéraux, non métalliques
pour la plupart.
36
3E CONSULTANT. Le secteur des mines et de la transformation des métaux, 2004, powerpoint, p.19.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
15
inc.). Au chapitre du soufre, on le récupère dans les minerais de cuivre et de zinc sous la forme d’acide
sulfurique. La fonderie Horne et l’affinerie de zinc de Valleyfield sont les seules usines au Québec à
produire de l’acide sulfurique.
Aux minéraux industriels s’ajoutent une centaine de carrières de pierre architecturale au Québec. Dans la
région, la compagnie Les Pierres du Nord exploite, depuis le début des années 1970, le schiste nordic
provenant d’une carrière située au sud-ouest de Beaudry. Dans la carrière du Lac Beauchêne, dans le sudest de Témiscaming, elle exploite depuis 2000 du quartz. Ces pierres sont utilisées pour la production de
pierre d’aménagement paysager. Ensuite, le Groupe Polycor inc. extrait de façon intermittente du granit de
deux carrières situées à l’est de Winneway depuis le début de 1990.
L’industrie minière comprend aussi la production de matériaux de construction utilisés majoritairement par
l’industrie de la construction. Au Québec, les principaux matériaux de construction exploités sont la chaux,
le ciment, la pierre, les produits d’argile ainsi que le sable et le gravier. À ce titre, l’Abitibi-Témiscamingue
compte quelques producteurs de sable et gravier.
3.2.3
Production minérale
Selon les données préliminaires de 200337, le volume de production en provenance des gisements de
l’Abitibi-Témiscamingue a été à la baisse pour la majorité des substances minérales comparativement à
l’année précédente. Cinq minéraux et métaux ont subi des baisses de production : le sable et gravier, l’or,
le soufre, le cuivre et le zinc. Le sélénium, le tellure et l’argent ont enregistré des hausses. Du côté du
Nord-du-Québec, les volumes liés à l’or, au nickel et au zinc ont augmenté entre 2002 et 2003.
Entre 2003 et 2004, le volume de production de l’or a baissé au Québec. Cette diminution de volume est
surtout attribuable à la fermeture temporaire de la mine Mouska, à la baisse de production à la mine
Doyon et à l’exploitation de minerai à des teneurs moins élevées à la mine Beaufor. Au chapitre du nickel,
la mine Raglan a augmenté sa production de 5,7 % par rapport à celle de 200338.
Une analyse détaillée de la production métallique de 2003 révèle que l’Abitibi-Témiscamingue est
responsable de 47 % de la production de zinc du Québec, de 64 % de la production de cuivre, de 68 % de
la production aurifère et de 71 % de la production d’argent. Caractérisée par son fort potentiel aurifère et
par la présence de métaux usuels, l’Abitibi-Témiscamingue a maintenu son rang de première région
minière du Québec. Elle se classe au premier rang pour la production d’or. Elle a été deuxième pour le
zinc, précédée par le Nord-du-Québec qui produit, à lui seul, toute la production de nickel du Québec.
37
38
Il a été impossible d’obtenir des données plus récentes en provenance du MRNF pour 2004.
MRNF. Bilan et faits saillants de l’industrie minière du Québec en 2004, 2005.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
16
Tableau 4
Production minière selon la substance, 2001 à 2003p
ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (08) Unité de
mesure
Argent
g
Cuivre
kg
Or
g
Sable et gravier (construction)
t
Sélénium
kg
Soufre (minéraux industriels)
t
Tellure
kg
Zinc
kg
NORD-DU-QUÉBEC (10)
Argent
g
Cuivre
kg
Nickel
kg
Or
g
Sable et gravier
t
kg
Zinc
Source : MRNF.
P
2001
154
61
25
2
260
396
690
136
190
141
42
128 018
2001
84 515
36 617
24 417
8 305
259
124 123
2003p
2002
430
725
597
937
223
045
020
789
145
385
232
348
318
917
156
55
23
1
167
386
667
633
124
114
31
121 934
2002
96 538
32 031
24 692
9 074
819
115 060
153 161 573 000
469 51 315 000
380 18 976 000
164
1 163 000
240
202 000
450
105 000
195
34 000
506 119 444 000
2003p
041 67 395 000
346 28 999 000
547 24 845 000
163
9 077 000
438
1 133 000
177 133 680 000
Variation
2002-03
3,5 %
-7,4 %
-19,8 %
-28,8 %
62,6 %
-8,3 %
9,0 %
-2,0 %
-30,2
-9,5
0,6
0,0
38,3
16,2
%
%
%
%
%
%
: données préliminaires.
Depuis près d’un siècle, l’Abitibi-Témiscamingue est reconnue pour le grand nombre et la richesse de ses
mines de métaux précieux. La faille de Cadillac–Larder Lake n’est pas étrangère à cette situation. Entre
autres, « le camp minier de Cadillac détient, encore aujourd’hui, la première place en tant que région
productrice d’or au Québec et demeure un des camps miniers les plus importants au Canada. À ce jour, il
a produit plus de 12 millions d’onces d’or. »39 Le tableau suivant illustre la répartition de la production d’or
au cours des trente dernières années au sein des MRC de la région. Le territoire de la Ville de RouynNoranda arrive bonne première, avec 79 % de la production d’or de l’Abitibi-Témiscamingue. Nul doute
que la présence des mines Doyon, Donald J. LaRonde, Mouska et Francoeur explique cet écart entre les
deux territoires miniers de la région.
Tableau 5
Production d’or (en grammes) dans les MRC de l’Abitibi-Témiscamingue, 1971 à 2003p
Abitibi-Ouest
1971
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
39
184
163
105
50
12
537
822
596
699
752
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
1 185
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
Vallée-de-l'Or
12
11
10
8
8
9
9
8
6
4
5
9
9
8
8
8
008
233
072
615
727
157
003
340
930
855
728
517
024
481
529
334
Rouyn-Noranda
378
892
146
010
604
920
555
305
172
603
451
236
873
250
460
947
5
2
2
1
1
1
4
6
8
10
10
10
10
007
917
374
941
400
836
371
338
990
900
838
121
660
652
812
254
868
506
440
261
061
373
064
904
124
620
551
177
931
835
410
948
AbitibiTémiscamingue
17 200 783
14 315 220
12 552 182
10 606 970
10 140 417
9 994 293
9 374 619
8 679 209
8 920 296
9 756 223
12 568 187
17 638 413
19 685 804
19 134 085
19 341 870
18 589 895
Pierre DOUCET et Benoît LAFRANCE. Le potentiel aurifère en profondeur du camp minier de Cadillac, 2005, p.3.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
Abitibi-Ouest
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003P
17
Vallée-de-l'Or
n.d
n.d
n.d
4 023
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
n.d
7
7
7
9
10
10
8
7
8
8
7
7
7
6
3
3
3
458
327
813
204
829
897
287
649
334
253
946
598
916
662
979
826
904
Rouyn-Noranda
602
626
050
904
247
585
858
362
674
739
450
666
506
867
281
507
000
11
14
16
19
26
24
25
24
23
22
18
19
18
19
21
19
15
874
706
949
277
458
168
198
000
129
555
293
484
541
610
711
840
072
100
654
773
940
125
695
758
345
881
161
879
248
042
141
316
873
000
AbitibiTémiscamingue
19 332 702
22 034 280
24 762 823
28 486 867
37 287 372
35 066 280
33 486 616
31 649 707
31 464 555
30 808 900
26 240 329
27 082 914
26 457 548
26 273 008
25 690 597
23 667 380
18 976 000
n.d : non disponible
Source : MRNFP (mines). Mise à jour : 5 février 2004.
Selon les données préliminaires de 2003, la valeur de la production de l’industrie minière de l’AbitibiTémiscamingue s’établit à plus de 619 millions de dollars en 2003. Il s’agit d’une valeur en expéditions
minérales moins importante que celles de 2002 (705 M$) et 2001 (729 M$). Sur l’ensemble de la valeur
des expéditions minérales du Québec évaluée à 3,6 milliards de dollars, la région en représente 17 %.
Quant au Nord-du-Québec, il enregistre une valeur de la production de 744 M$, ce qui est plus élevé qu’en
2002 (696 M$). Cette valeur en expéditions minérales représente 20 % de celle du Québec.
Ainsi donc, l’industrie minérale de l’Abitibi-Témiscamingue appartient toujours au peloton de tête au
Québec pour la production de minéraux. Avec 17 % de la valeur de production totale, la région est
considérée comme étant la troisième région la plus importante au Québec, suivant la Côte-Nord (34 %) et
le Nord-du-Québec (20 %). La première position de la Côte-Nord s’explique par le minerai exploité, en
l’occurrence le fer, qui bénéficie d'une valeur constante. Si l'on associait les retombées économiques de
l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, la production équivaudrait à celle de la Côte-Nord.
Au chapitre des substances, l’or arrive en tête. La valeur des expéditions d’or de l’Abitibi-Témiscamingue
est chiffrée à 308,6 M$ en 2003, ce qui représente 68 % de celle de l’ensemble du Québec. L’or
représente d’ailleurs la moitié de la valeur de production totale de l’Abitibi-Témiscamingue. Autrement,
deux autres métaux ont eu une valeur de production de plus de 100 M$ : le zinc et le cuivre représentant
respectivement 47 % et 64 % de la valeur québécoise. Enfin, la valeur des expéditions en argent de
l’Abitibi-Témiscamingue représente 71 % de celle du Québec.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
18
Tableau 6
Valeur des expéditions minérales selon la substance, 2001 à 2003p
ABITIBI-TÉMISCAMINGUE (08)
Argent
Cuivre
Or
Sable et gravier
Sélénium
Soufre
Tellure
Zinc
TOTAL
NORD-DU-QUÉBEC (10)
Argent
Cuivre
Or
Sable et gravier
Zinc
TOTAL
QUÉBEC
2001
2002
2003p
33 899 656 $
36 468 623 $
35 433 000 $
153 430 415 $
136 527 646 $
124 849 000 $
345 281 626 $
370 394 493 $
308 645 000 $
4 215 612 $
3 672 548 $
3 288 000 $
2 285 720 $
1 691 899 $
2 882 000 $
7 966 236 $
5 035 800 $
4 633 000 $
172 825 $
500 956 $
548 000 $
180 378 474 $
149 003 967 $
137 241 000 $
729 282 165 $
705 000 406 $
619 178 000 $
2001
2002
2003p
18 572 710 $
22 543 854 $
14 779 000 $
91 506 845 $
78 957 269 $
70 554 000 $
111 623 880 $
142 010 647 $
147 637 000 $
807 999 $
2 221 735 $
2 470 000 $
174 890 599 $
140 603 536 $
153 598 000 $
742 916 888 $
696 368 095 $
743 968 674 $
3 599 664 470 $ 3 741 845 909 $ 3 662 041 674 $
Note : Les données n’égalent pas le total selon les régions administratives car certaines données par substances
n’étaient pas disponibles (confidentialité). Il s’agit des données pour l’Abitibi-Témiscamingue portant sur la pierre et la
silice et pour le Nord-du-Québec, du cobalt, du nickel, du paladium, du platine et du rhodium.
Source : MRNF. P : données préliminaires.
3.2.4
Première transformation des métaux
L’essentiel de l’activité minière de l’Abitibi-Témiscamingue consiste à extraire le minerai du sous-sol. À la
lumière de l’annexe III, l’industrie métallurgique québécoise est majoritairement située dans le sud de la
province.
Ainsi, bien que les métaux soient concentrés grâce à la présence de concentrateurs et d’usines de
traitement dans la région, les activités de première transformation des métaux40 se centralisent à la
Fonderie Horne située à Rouyn-Noranda. Elle est la seule dans la région à couler le cuivre pour en produire
des anodes. Ces dernières sont par la suite expédiées vers l’affinerie CCR de Noranda localisée à Montréal
afin d’y subir sa transformation finale. Pour élargir ses sources d’alimentation en matières premières, la
Fonderie Horne traite des matières recyclables contenant du cuivre et des métaux précieux provenant des
Amériques, de l’Europe et de l’Asie41. Le nombre d’employés à la Fonderie Horne est de 543 au 30
septembre 2005. En 2004, le tonnage traité (incluant concentrés et matériaux recyclés) a été de 673 400
tonnes métriques (tm). Le tonnage d’anodes de cuivre produites a atteint 149 700 tm et d’acide sulfurique
produit de 466 200 tm42. Quant aux concentrés de zinc et de nickel, ils sont expédiés respectivement vers
Valleyfield au Québec et Sudbury en Ontario.
Avec les fermetures récentes de gisements en métaux usuels, l’Abitibi-Témiscamingue a un urgent besoin
de nouvelles mines de cuivre pour approvisionner la Fonderie Horne. La situation est jugée sérieuse
40
Ce sous-secteur comprend les établissements dont l'activité principale consiste à fondre et affiner des métaux
provenant d'un minerai, de fonte brute ou de ferraille dans des hauts fourneaux ou des fours électriques. Le produit de
la fonte et du raffinage est utilisé, habituellement sous forme de lingots.
Tiré du site Internet : http://strategis.ic.gc.ca/canadian_industry_statistics/cis.nsf/IDF/cis331deff.html
41
Tiré du site Internet de l’Université de Sherbrooke :
http://www.callisto.si.usherb.ca:8080/ameus/colloques/edition13/noranda_defis.html
42
Informations transmises par Falconbridge Limitée, fonderie Horne. Note : Une tonne métrique équivaut à 1 000
kilogrammes.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
19
puisqu’en plus d’avoir produit des cartes qui présentent des cibles pour le cuivre, un comité Plan cuivre43 a
été mis sur pied pour trouver des mesures visant à encourager la mise en œuvre de travaux d’exploration.
De tels travaux ont actuellement cours dans le secteur de la mine Louvicourt et dans les camps miniers de
Rouyn-Noranda (projet West Ansil notamment) et de Chibougamau (Corner Bay).
3.3
Exploration
L’exploration minérale et l’aménagement de complexes miniers sont l’avenir même de l’industrie minière.
Or, l’exploration minière est une activité de nature cyclique. Une demande importante de métaux sur les
marchés internationaux influencera généralement à la hausse le cours des métaux. Ces deux éléments,
combinés en un temps donné, ont pour incidence de déclencher les cycles d’exploration. Il devient
généralement plus aisé pour les sociétés minières de financer leurs programmes de mise en valeur dans
un tel contexte. A l’inverse, lorsque le secteur minier ne bénéficie pas de conditions favorables à
l’exploration, il est confronté tôt ou tard à des problèmes d’approvisionnement importants. À titre
d’exemple, le ralentissement important en exploration de 1997 à 2002 dans la région a eut un effet certain
sur le nombre peu élevé de gisements mis en opération, et ce, bien que plusieurs mines aient cessé leurs
opérations au cours des dernières années. Le déplacement des investissements en exploration à l’extérieur
de la région a pour sa part provoqué un certain exode de l’expertise (consultants, géologues, etc.). Le
regain de vitalité de l’exploration observé ces dernières années permet de croire que les choses
s’amélioreront d’ici 5 à 10 ans, période jugée nécessaire pour mettre en opération un gisement minier.
Pour poursuivre sur cette lancée, les travaux d’exploration exigent cependant un volume important
d’investissements.
3.3.1
L’obtention de titres miniers
Le régime minier du Québec s’appuie sur la Loi sur les mines basée sur le principe du « free mining »,
c’est-à-dire sur l’accès universel à la ressource. L’acquisition d’un titre d’exploration donne le droit exclusif
de rechercher toutes les substances minérales sur un territoire prédéfini (claim ou titre minier), ce qui
peut mener à l’obtention d’un bail minier (titre d’exploitation) dans le cas de la découverte d’un gisement
économiquement exploitable. L’obtention de titres miniers au Québec peut se faire par la désignation sur
carte, bien que le jalonnement sur le terrain persiste encore dans certains secteurs. L’acquisition de titres
miniers par la désignation sur carte est moins coûteuse pour l’industrie que le jalonnement sur le terrain.
L’acquisition d’un nouveau claim désigné, d’une superficie moyenne de 50 hectares, représente un
déboursé de 48 $ alors qu’une superficie similaire par jalonnement (3 claims de 16 hectares) coûterait aux
environs de 85,50 $ (incluant les enregistrements et plaques de jalonnement excluant les coûts liés aux
travaux de l’équipe sur le terrain)44. En novembre 2004, 28 296 titres miniers étaient actifs en AbitibiTémiscamingue. Ces titres incluent les baux miniers ainsi que les titres émis pour l’extraction des
substances minérales de surface45.
3.3.2
Les sociétés d’exploration actives
Historiquement, l'exploration minière était essentiellement menée par les grandes sociétés productives.
Ces dernières garantissaient une certaine stabilité en exploration en raison d'investissements constants et
d'une équipe établie qui assurait une courbe d'apprentissage constante. En 2004, parmi les 72 sociétés qui
ont géré des projets d'exploration sur le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue (annexe IV), 59 sont des
sociétés d’exploration juniors, 12 sont des compagnies majeures et une origine du secteur public. Les
sociétés d’exploration juniors disposent de moins de budget et comptent généralement un nombre moins
important d’employés.
43
Celui-ci est composé de représentants de l’Association de l’exploration minière du Québec, de l’Association minière du
Québec, de la Coalition Noranda, de SOQUEM, du ministère des Ressources naturelles et de la Faune et du ministère du
Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation.
44
Informations transmises par le géologue résident du MRNF.
45
Données tirées intégralement du site Internet du MRNF. Pour obtenir un bail minier, le titulaire d'un claim doit
démontrer qu'il existe des indices qui permettent de croire à la présence d'un gisement exploitable. La durée initiale du
bail est de 20 ans. Il peut ensuite être renouvelé tous les dix ans pendant toute la durée de l'exploitation. La durée du
bail d'exploitation des substances minérales de surface ne peut excéder 10 ans, sauf dans le cas de la tourbe,
dont la durée est de 15 ans. Le bail est renouvelable pendant toute la durée de l'exploitation.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
3.3.3
20
Les entreprises de forage
Selon la liste des entreprises de forage du Québec de la Direction du développement minéral, 13
entreprises de forage sont localisée (siège social ou divisions) en Abitibi-Témiscamingue46. L’AbitibiTémiscamingue est reconnue internationalement pour ses services de forage au diamant47. Parmi celles
qui font affaire à l’étranger, on retrouve entre autres Forage Orbit inc., Forage M. Rouiller inc. et Forage
Long Trou CMAC inc48.
Selon des données préliminaires pour 2004, 492 539 mètres de forage ont eu cours en AbitibiTémiscamingue, ce qui est plus élevé qu’en 2003 (442 612 mètres). Près de 69 % des mètres forés en
2004 l’ont été en surface (337 402), alors qu’il en était de 53 % des mètres forés en 2003. Il s’est donc
réalisé moins de mètres de forage sous terre en 2004 qu’en 2003. Toujours selon les données
préliminaires, le coût total moyen de mètre forage est de 71,92 $ dans la région, ce qui est moindre que le
coût moyen dans le Nord-du-Québec (95,58 $) et que la moyenne québécoise (83,91 $). Les coûts liés au
forage en 2004 ont atteint plus de 35,4 M$ en Abitibi-Témiscamingue, ce qui est plus élevé qu’en 2003
(28,4 M$).
Tableau 7
Forage au diamant effectué selon les mètres forés en surface et sous terre et coûts de forage,
Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 2004p
Surface
Abitibi-Témiscamingue
Mètres forés
Coûts
Coût par mètre foré
Nord-du-Québec
Mètres forés
Coûts
Coût par mètre foré
Québec
Mètres forés
Coûts
Coût par mètre foré
Sous terre
Total
337 402
25 916 211 $
76,81 $
155 137
9 500 919 $
61,24 $
492 539
35 417 130 $
71,91 $
468 432
46 956 631 $
100,24 $
60 802
3 626 932 $
59,65 $
529 234
50 583 563 $
95,58 $
827 569
75 193 746 $
90,86 $
230 939
13 627 851 $
59,01 $
1 058 508
88 821 597 $
83,91 $
Notes : p Données préliminaires. Les données proviennent du relevé des dépenses d’exploration et de mise en valeur et
d’aménagement du complexe minier. Source : Ministère des Ressources naturelles et de la Faune.
3.3.4
Équipementiers
Une étude49 indique que l’industrie minière a tendance à combler le tiers de ses besoins en produits et
services de fournisseurs situés à l’intérieur d’un rayon de 80 kilomètres des opérations. Parmi les quelque
110 équipementiers du secteur minier répertoriés au Québec, plus de 40 % sont situés en AbitibiTémiscamingue. Les équipementiers de la région sont des entreprises de petite taille qui gravitent
essentiellement autour des exploitants régionaux. Les équipementiers sont principalement actifs dans des
créneaux traditionnels (fournisseurs d’équipements et de services) et plusieurs semblent éprouver des
problèmes de commercialisation. La grande majorité des entreprises de la région réalisent de la production
sur commande; très peu de masse50. La présence de petites et moyennes entreprises régionales en lieux
étrangers prennent de l’expansion (RSW-Béroma, Entrepreneur minier Montali, Les entreprises KNJ Dion
inc., Machines Roger international inc., Technosub et Versadrill51.
46
DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT MINÉRAL. Répertoire des exploitants miniers du Québec 2004 – Liste des
entreprises de forage, février 2005.
47
Daniel BERNARD, Le secteur des mines et de la transformation des métaux, 3E CONSULTANT, 2004, powerpoint, p.2.
48
L’ÉCHO, « L’expertise de la région reconnue partout dans le monde », La semaine minière 2005, p. SMO5.
49
Louise LAVERDURE et Jean-Marie FECTEAU. Définition d’un plan d’action en recherche et développement, essai et
expérimentation, favorisant la compétitivité et la sécurité des opérations minières souterraines, LMSM-CANMET et
SOREDEM, 2004, p. 9.
50
3E CONSULTANT. Le secteur des mines et de la transformation des métaux, 2004, powerpoint, p. 5.
51
L’ÉCHO, « L’expertise de la région reconnue partout dans le monde », La semaine minière 2005, p. SMO5.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
3.3.5
21
Investissements miniers
L’investissement total en Abitibi-Témiscamingue fluctue considérablement dans le temps selon la
conjoncture économique. L’industrie minière de la région n’échappe pas à cette réalité. Selon les données
provisoires réelles, les investissements en immobilisation52 (excluant les dépenses en réparations) en
extraction minière sont estimés à 282,8 M$ en 2004. Comparativement à 2003, il s’agit d’une
augmentation de 52 %. Ce montant représente 29 % de tous les investissements en immobilisation des
secteurs privé et public de l’Abitibi-Témiscamingue. Toutefois, ce même montant compte pour 90 % de
tous les investissements en immobilisation du secteur primaire. Une comparaison permet de constater que
les immobilisations annuelles du secteur de l’extraction minière sont demeurées supérieures à tous les
autres sous-secteurs de l’économie. Depuis les quatre dernières années, les investissements de l’industrie
minière en font le premier investisseur privé et public dans la région. Parmi les autres grands
investisseurs, on compte les secteurs de la finance et assurance (111,9 M$) et des services publics
(105,7 M$). Pour le secteur de l’extraction minière, on prévoit pour 2005 des projets d’investissement
inférieurs qui s’établiront à 186,2 M$, c’est-à-dire 17 % de tout l’investissement privé et public estimé
dans la région et 85 % de celui du secteur primaire. Seuls les services publics prévoient des perspectives
plus élevées (217,4 M$).
Tableau 8
Dépenses en immobilisation par secteur et sous-secteur du SCIAN1, Abitibi-Témiscamingue,
2001-20052
Tous les secteurs
Industrie primaire
Agriculture, foresterie, pêche et chasse
Cultures agricoles
Élevage
Foresterie et exploitation forestière
Activité de soutien à l'agriculture et à la
foresterie
Extraction minière et extraction de pétrole
et de gaz
Industrie secondaire
Aliments
Produits en bois
Impression et activités connexes de
soutien
Produits métalliques
Machines
Secondaire - autres sous-secteurs
Industrie tertiaire
Services publics
Commerce
Transport et entreposage
Industrie de l'information et culturelle
Finance et assurances, services
immobiliers et services de location et de
location à bail
Serv. prof., scient. et tech. et gestion de
52
2001
2002
2004
2005
854,9
374,1
53,0
8,1
11,9
32,4
2003
M$
740,6
207,9
21,2
6,5
13,7
1,0
626,3
242,1
33,4
0,7
1,6
31,2
974,2
313,3
30,5
6,5
11,8
12,2
1 066,8
220,3
34,1
6,5
11,8
15,8
–
0,6
–
–
–
208,7
321,1
186,6
282,8
186,2
77,7
0,8
21,2
76,5
–
19,5
132,4
2,6
15,3
100,7
2,5
26,0
129,8
2,6
36,6
0,2
0,3
2,0
0,3
0,3
0,4
0,9
54,2
238,1
26,7
15,1
32,0
39,2
0,3
0,1
56,3
324,8
27,7
17,1
43,2
47,0
0,3
0,2
112,1
307,5
45,4
17,0
34,6
22,8
0,4
0,3
71,2
464,5
105,7
29,4
48,4
28,6
0,5
0,3
89,6
619,5
217,4
36,0
44,7
31,6
25,4
46,5
45,7
111,9
125,3
4,3
6,4
4,3
21,5
20,2
Les dépenses en immobilisation présentées dans cette publication portent sur les dépenses brutes (estimées en
dollars courants), et comprennent uniquement les acquisitions de nouveaux biens, à l’exclusion des cessions de droits
de propriétés existantes. Bien qu’elles soient disponibles, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) a exclu les données
sur les dépenses en réparations ayant trait aux travaux mineurs effectués pour maintenir en bon état les biens en
capital. Les dépenses en immobilisation sont constituées du coût d'acquisition, de construction et d'installation d'usines,
de matériel et d'outillage durables, que ce soit ou non à des fins de remplacement ou de location.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
sociétés et d'entreprises
Services administratifs, de soutien, de
gestion des déchets et d'assainissement
Services d'enseignement
Soins de santé et assistance sociale
Hébergement et services de restauration
Autres services, sauf les administrations
publiques
Administrations publiques
Logement
22
2001
2002
2003
M$
2004
2005
0,5
1,0
2,2
4,0
4,2
20,3
12,8
1,9
21,5
59,8
2,6
25,6
57,9
4,6
19,1
29,1
6,2
29,2
28,8
7,2
4,6
4,0
8,0
11,2
25,5
55,4
68,3
48,0
79,4
39,6
92,8
49,2
95,8
49,5
97,2
1
Système de classification des industries de l'Amérique du Nord.
2001-2003 : données réelles; 2004 : données réelles provisoires; 2005 : perspectives.
Source : Institut de la statistique du Québec, Direction des statistiques économiques et sociales, 2005.
2
3.3.5.1 Dépenses en exploration sur et hors d’un site minier
Le suivi des investissements miniers représente un des meilleurs outils pour évaluer la santé du domaine
minier. Les dépenses en exploration et de mise en valeur sur et hors d’un site minier représentent
généralement le facteur le plus significatif de l’évolution future de l’industrie minière.
À ce chapitre, l’année 2004 représente l’année la plus active au Québec depuis la fin des années 1980. La
valeur des dépenses d’exploration et de mise en valeur des gisements dans la province a atteint un
sommet de 227,2 M$, soit une hausse de 93,2 M$ (70 %) par rapport à 2003. La hausse des dépenses
d’exploration et de mise en valeur a été observée pour les principales substances recherchées au Québec
en 2004, soit les métaux précieux (100 %), les métaux usuels (37 %) et le diamant (57 %) (annexe V).
D’après une compilation révisée des intentions des compagnies, les dépenses atteindront 226,5 M$ en
200553.
Les données révisées de 2004 pour l’Abitibi-Témiscamingue indiquent une augmentation des dépenses
totales associées à l’exploration et à la mise en valeur. Ces dépenses ont totalisé dans la région 84,9 M$
en 2004 comparativement à 44 M$ en 2003. Cette croissance est attribuable en grande partie à la bonne
performance de l’exploration et de la mise en valeur hors site minier. Ceci est particulièrement
encourageant puisque ce sont ces dépenses qui assurent généralement les découvertes et l’exploration à
plus long terme pour de nouveaux gisements. Globalement, 70 % des dépenses en exploration ont été
effectuées hors site minier alors que 30 % l’ont été sur site minier.
Les dépenses investies pour l’exploration hors d’un site minier ont atteint 59,3 M$ en 2004 alors qu’il en
était de 32,8 M$ en 2003. Il s’agit d’une augmentation de 80 % par rapport à l’année précédente. Un
autre signe révélateur est l’évolution dans le temps de l’exploration hors site minier. Après avoir connu
une baisse de régime à la toute fin des années 1990, ces dépenses sont constamment à la hausse depuis
2000. Elles sont passées de 12,5 M$ en 2000 à 59,3 M$ en 2004.
Autre signe encourageant, les dépenses en exploration et en mise en valeur sur le site minier qui étaient
continuellement à la baisse depuis 1997, à l’exception d’un léger regain en 2002, ont doublé en 2004
comparativement à 2003. L’an dernier, plus de 25,5 M$ ont été dépensés comparativement à 11,1 M$ en
2003. Néanmoins, les dépenses sur site minier ont diminué de moitié comparativement à 1997, ce qui
s’explique par le nombre deux fois moins élevé de complexes miniers en opération en 2004 qu’en 1997. Ce
nombre est passé d’une quinzaine de mines en opération en 1997 à sept en 2004.
Les régions du Nord-du-Québec et de l’Abitibi-Témiscamingue sont les principales bénéficiaires des
dépenses en exploration et en mise en valeur au Québec (annexe V). Avec respectivement 130,4 M$ et
84,9 M$, le total des dépenses de ces deux régions représente 95 % du total québécois en 2004. Les
dépenses d’exploration hors d’un site minier dans le Nord-du-Québec représentent 63 % des sommes
allouées au Québec. Il en va de 31 % en Abitibi-Témiscamingue. La ruée vers le diamant dans le Moyen et
Grand Nord doit expliquer, en partie, cette performance.
53
Établi par Ressources naturelles Canada, à partir du Relevé fédéral-provincial-territorial des dépenses d’exploration
minière, de mise en valeur du gisement et d’aménagement du complexe minier.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
23
Tableau 9
Dépenses d’exploration et de mise en valeur ($), Abitibi-Témiscamingue, 1997 à 2004 (données
révisées)
Dépenses d'exploration et de mise en valeur ($)
Abitibi-Témiscamingue
Hors site
Sur site
Nord-du-Québec
Total
Hors site
Sur site
Total
1997
23 086 058
57 994 534
81 080 592
63 153 765
3 102 948
66 256 713
1998
18 638 836
54 634 571
73 273 407
52 002 714
3 660 401
55 663 115
1999
10 827 758
34 564 764
45 392 522
48 853 148
3 713 320
52 566 468
2000
12 488 022
15 916 810
28 404 832
49 660 951
8 013 787
57 674 738
2001
16 502 491
15 042 336
31 544 827
47 320 333
13 567 608
60 887 941
2002
23 946 242
15 599 693
39 545 935
46 663 444
15 434 647
62 098 091
2003
32 822 588
11 119 585
43 942 173
69 314 901
8 254 839
77 569 740
130 380 924
59 328 441
25 563 397
84 891 838
10 314 159
2004
120 066 765
Source : Service de l'imposition et des données minières, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, mise à
jour du 27 octobre 2005.
Note : Il est dorénavant impossible d’obtenir les données portant sur les « dépenses d’aménagement de complexes
miniers (Travaux Immobilisation et Réparations).
3.3.5.2 Exploration et mise en valeur selon le type d’établissement
En Abitibi-Témiscamingue, selon des données révisées pour 2004, les sociétés juniors, majeures ou
publiques ont toutes enregistré des dépenses d’exploration et de mise en valeur à la hausse
comparativement à l’année précédente. Les dépenses des petites sociétés se sont accrues de 55 % en
2004 pour atteindre 24,7 M$. La part des petites sociétés dans l’ensemble des dépenses en exploration est
de 29 % en 2004, comparativement à 36 % en 2003. Les dépenses des sociétés majeures ont doublé en
2004, ce qui les a portées à 59 M$. Quant au Nord-du-Québec, l’augmentation dans les dépenses est de
l’ordre de 95 % chez les sociétés juniors et de 20 % chez les sociétés majeures.
Tableau 10
Dépenses d’exploration et de mise en valeur selon la phase de développement et le type
d’établissement, Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 2003 et 2004 (données
révisées)
Type
établissement
2004
Abitibi-Témiscamingue
Nord-du-Québec
Québec
2003
Abitibi-Témiscamingue
Exploration et mise en valeur ($)
Hors site minier
Sur site minier
Junior
Majeur
Public
Total
Junior
Majeur
Public
Total
Junior
Majeur
Public
Total
24 727 248
33 420 343
1 180 850
59 328 441
97 152 123
17 384 802
5 529 840
120 066 765
129 744 528
52 225 350
8 778 162
190 748 040
Junior
Majeur
15 966 758
15 892 462
Total
($)
36 423 636
24 727 248
58 983 740
1 180 850
84 891 838
97 361 292
27 489 792
5 529 840
130 380 924
129 964 777
88 428 737
8 778 162
227 171 676
11 119 585
15 966 758
27 012 047
25 563 397
25 563 397
209 169
10 104 990
10 314 159
220 249
36 203 387
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
24
Type
établissement
Nord-du-Québec
Québec
Public
Total
Junior
Majeur
Public
Total
Junior
Majeur
Public
Total
Exploration et mise en valeur ($)
Hors site minier
Sur site minier
963 368
32 822 588
11 119 585
49 259 599
544 396
15 215 913
7 710 443
4 839 389
69 314 901
8 254 839
544 396
73 693 374
32 856 894
8 118 175
114 668 443
18 830 028
19 374 424
Total
($)
963 368
43 942 173
49 803 995
22 926 356
4 839 389
77 569 740
74 237 770
51 686 922
8 118 175
134 042 867
Source : Service de l'imposition et des données minières, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, mise à
jour du 27 octobre 2005.
3.3.5.3 Exploration et mise en valeur selon la substance
Selon les données révisées de 2004, tant les métaux usuels que les métaux précieux ont bénéficié d’une
augmentation des dépenses en exploration en Abitibi-Témiscamingue. Les dépenses dans le secteur des
métaux précieux, où domine l’or, ont doublé en 2004 par rapport à 2003 en se situant à 69,8 M$. La part
de l’or dans le total des dépenses d’exploration et de mise en valeur de gisements pour tous les produits
minéraux de la région se situe aux environs de 82 %. En termes d’importance, l’or a conservé le premier
rang parmi tous les métaux explorés dans la région. La recherche d’or hors des sites miniers a, à elle
seule, représenté 70 % des dépenses totales de 69,8 M$ en 2004. Les dépenses en exploration pour les
métaux précieux dans la région représentent 52 % de celles enregistrées au Québec. À ce chapitre, la
région devance le Nord-du-Québec, qui enregistre quant à lui une part de 46 %. Les dépenses
d’exploration et de mise en valeur de gisements dans le secteur des métaux usuels se sont accrues de
47 % en Abitibi-Témiscamingue, pour atteindre 13,4 M$ en 2004. Au troisième rang des dépenses en
exploration se classe le diamant, avec un peu plus de 1,4 M$ en 2004 en Abitibi-Témiscamingue.
Par ailleurs, le tableau 11 illustre bien l’intérêt des sociétés d’exploration pour le Nord-du-Québec. Les
métaux usuels, précieux et le diamant enregistrent des variations à la hausse des dépenses. Dans ce
territoire, les métaux précieux accaparent 62 M$ des dépenses en exploration et mise en valeur (48 %)
suivi par les métaux usuels, avec près du tiers des dépenses, soit 39,5 M$. Quant au diamant, il s’agit
d’une somme totalisant plus de 26,8 M$ en 2004, ce qui représente 94 % de toutes les dépenses en
exploration et de mise en valeur du Québec.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
25
Tableau 11
Dépenses d’exploration et de mise en valeur selon la phase de développement et le type de
substances, Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec,2004 (données révisées)
Exploration et mise en valeur ($)
Hors site minier
Sur site minier
Abitibi-Témiscamingue
Métaux usuels
Métaux précieux
Métaux ferreux
Uranium
Diamant
Autres substances
Total
8 990 947
48 605 491
48 873
78 368
1 439 142
165 620
59 328 441
Nord-du-Québec
Métaux usuels
Métaux précieux
Métaux ferreux
Uranium
Diamant
Autres substances
Total
31 144 503
60 075 070
134 732
897 884
26 796 472
1 018 104
120 066 765
Québec
Métaux usuels
Métaux précieux
Métaux ferreux
Uranium
Diamant
Autres substances
Total Québec
44 367 011
111 806 742
776 721
1 360 224
28 502 520
3 934 822
190 748 040
4 374 454
21 188 944
25 563 397
8 327 744
1 986 416
10 314 159
12 702 197
23 175 359
546 080
36 423 636
Total
($)
13 365 400
69 794 435
48 873
78 368
1 439 142
165 620
84 891 838
39 472 247
62 061 486
134 732
897 884
26 796 472
1 018 104
130 380 924
57 069 208
134 982 101
776 721
1 360 224
28 502 520
4 480 902
227 171 676
Source : Service de l'imposition et des données minières, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, mise à
jour du 27 octobre 2005.
3.3.5.4 Nombre de projets d’exploration selon la substance
Au cours des trois dernières années, le nombre de projets d’exploration liés aux métaux précieux est en
continuelle augmentation. En 2004, 131 projets d’exploration ont été consacrés à l’or, ce qui représente
une hausse de 11 % comparativement à 2003. Au regard des métaux usuels, après une baisse importante
en 2003 (-39 %), 67 projets d’exploration ont eu cours, ce qui représente une augmentation de 14 % en
2004. Au total, 198 projets ont été signalés en Abitibi-Témiscamingue comparativement à 178 en 2003. Il
s’agit d’une augmentation de 11 % qui peut s’expliquer par l’augmentation du prix des métaux précieux et
usuels dans les dernières années.
Tableau 12
Nombre de projets en exploration hors chantier, sous-provinces de l’Abitibi et du Pontiac
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
Or
136
110
105
62
92
119
131
Polymétalliques
66
73
90
118
97
59
67
Source : Géologie Québec. Rapports sur les activités d’exploration minière au Québec 1998 à 2004.
Total
202
183
195
180
189
178
198
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
26
Les sous-régions de Malartic-Barraute-Val-d’Or et de Rouyn-Noranda-Cadillac comptabilisent le plus grand
nombre de projets d’exploration pour l’or. Avec 41 projets, ce secteur représente 60 % de tous les projets.
Entre autres, les projets Lapa, Westwood, East-Amphi, Kiena, Goldex et Croinor se situent dans ces sousrégions. Au niveau des métaux usuels, 19 projets en exploration ont été recensés dans la région de CasaBérardi-Matagami. Le secteur de Rouyn-Noranda-Cadillac se positionne au deuxième rang (11).
Tableau 13
Répartition des projets en exploration selon les sous-régions de l’Abitibi, 2004
Malartic-Barraute-Val-d’Or
Normétal-La Sarre-Amos
Rouyn-Noranda-Cadillac
Témiscamingue
Casa-Berardi-Matagami
Lebel-sur-QuévillonDesmaraisville
Chibougamau
TOTAL
Métaux précieux
41
8
37
4
8
25
Métaux usuels
8
8
11
4
19
9
TOTAL
49
16
48
8
27
34
8
131
8
67
16
198
Source : Géologie Québec. Rapport sur les activités d’exploration minière au Québec 2004, 2005.
3.3.6
Nouvelles découvertes significatives
Plusieurs projets aurifères avancés ont été réalisés en 2004 dans l’axe Rouyn-Noranda-Cadillac-Val-d’Or et
de nouvelles découvertes ont été effectuées.
•
•
•
•
•
•
•
•
La compagnie Mines Richmont a terminé la mise en place des installations de surface à son projet
East-Amphi. Considérant les travaux réalisés et à venir sur le gisement et la possibilité de mise en
production, ce projet est actuellement un des pôles majeurs d’exploration avancée dans la région
(et au Québec).
Mines Wesdome a mis en place un important programme de forage et de développement de
galeries d’exploration sur le site du complexe minier Kiena. Il s’agit d’un projet d’exploration
important en Abitibi qui pourrait mener à la remise en production de la mine. Une décision à ce
sujet est attendue incessamment.
En septembre 2004, la société Mines Agnico-Eagle a amorcé la mise en valeur du gisement
aurifère Lapa. Ce programme de mise en valeur, seulement deux ans après la découverte,
constitue une étape importante vers la mise en exploitation de cette nouvelle mine. Agnico-Eagle
est la société qui compte le plus grand nombre de projets d’exploration et de futures mines (à
Goldex s’ajoutent les projets Lapa, LaRonde II et Bousquet-Ellison).
Sur le site Croinor, Exploration Malartic-Sud a procédé à deux phases d’échantillonnages en préproduction de juillet à octobre 2004 et de décembre 2004 à mai 2005. La société évaluera
prochainement les coûts associés à un projet souterrain sur ce site.
Corporation minière Alexis, à l’est de Val-d’Or, mène des travaux de construction pour la première
phase de son programme d’exploration souterraine sur leur projet du lac Herbin. La phase I de ce
programme, débutée en août 2005, inclut le développement de la rampe et du forage de définition
souterrain54.
Falconbridge Limitée et Corporation minière Alexis poursuivent leurs travaux sur la propriété de
Noralex (au nord-ouest du camp minier de Cadillac dans le secteur des mines Doyon et Mouska).
Au Témiscamingue, Ressources Vantex a réalisé d’importants travaux d’exploration sur son projet
Guillet, aux environs de l’ancienne mine d’or Belleterre. Le potentiel pour de nouvelles découvertes
aurifères sur cette propriété demeure intéressant.
Quant à la découverte de métaux usuels (cuivre), on répertorie le projet Lac Montbray à l’ouest de
Rouyn-Noranda par Falconbridge Limitée et Corporation minière Alexis. Ce site est à proximité du
mont Kanasuta, dans la formation géologique Blake River. À une quinzaine de kilomètres de la
54
Corporation minière Alexis, « Corporation minière Alexis: Projet aurifère Lac Herbin début d'un programme
d'exploration souterraine d'envergure », communiqué de presse, 2 août 2005.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
27
Fonderie Horne, ce même tandem a fait une importante découverte de cuivre sur le gisement West
Ansil situé à deux kilomètres de l’ancienne mine Ansil55.
Le nombre de projets d’exploration dans le Nord-du-Québec qui pourraient éventuellement déboucher sur
des projets à moyen et long termes est intéressant.
•
À 15 kilomètres au sud de la mine Raglan, Canadian Royalties travaille sur la propriété ExpoUngava en deux gîtes distincts : Mesamax et Mequillon. D’ici 2007, au rythme actuel des
opérations et selon la conjoncture du marché, une mine de nickel et de cuivre (platine et
palladium) devrait entrer en opération. Le potentiel minéral évalué permet d’envisager une
opération d’une durée de 10 ans.
•
Au nord de l’ancienne mine Selbaie, il y a le gîte aurifère Fénelon d’International Taurus
Ressources et Fairstar Explorations.
•
Dans la région de Matagami, le site baptisé Renaissance bénéficie de travaux de forage par la
Falconbridge Limitée.
•
Au nord-est de Matagami, les travaux se poursuivent au projet Éléonore de Mines d’Or Virginia.
Selon les derniers communiqués, les zones aurifères forées seraient plus étendues, plus profondes,
plus riches et plus nombreuses que ce qui avait été annoncé en 200456.
Tableau 14
Projets d’exploration parmi les plus avancés et ayant un potentiel d’exploitation à court et
moyen termes, Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec
Compagnie
Projet en cours
Ressources Breakwater ltée
Mines Aurizon
Ressources Campbell
Mines Richmont Inc.
Falconbridge Limitée
Agnico-Eagle
Cambior
Wesdome
Malartic-Sud
Langlois
Casa Berardi
Corner Bay
East Amphi
Francoeur
Persévérance
Goldex
Lapa
Westwood
Kiena
Croinor
Type de
gisement
Région
administrative
Usuels
Précieux
Usuels
Précieux
Précieux
Usuels
Précieux
Précieux
Précieux
Précieux
Précieux
10
10
10
08
08
10
08
08
08
08
Année possible*
de mise en
opération
2006
2006
2006-2007
2006-2007
2007
2008
Pas avant 2008
2006
-
* Le début des opérations dépend des conditions du marché.
Sources : Rapport sur les activités d'exploration minière au Québec 2004, 2005. Divers rapports annuels de sociétés
minières. Revue de presse régionale.
3.3.7
Financement des activités d’exploration
L’exploration minière est une activité économique qui engendre des investissements à risque élevé. Le
risque est lié au fait que bien que la société d’exploration détienne un gisement économiquement
exploitable (en teneur et en volume), elle demeure vulnérable à la conjoncture internationale. Selon les
intervenants de l’industrie minière57, l’exploration peut s’étendre sur sept à huit ans pour trouver un
gisement intéressant et entraîner un coût de 70 millions de dollars pour le développement de la mine. Tout
cela avant de débuter l’exploitation de la mine dont la durée de vie est de plus ou moins dix ans pour les
mines de métaux. L’exploration minière nécessite par conséquent de forts volumes d’investissements.
Rappelons-le, le niveau des travaux en exploration dépend grandement du potentiel géologique, des
besoins en ressources minérales, des prix des métaux et du niveau de financement. À cet égard, le
55
L’ÉCHO, « Alexis dépensera 8 M$ en exploration en 2005 », La semaine minière 2005, p. SM04.
GÉOLOGIE QUÉBEC. Les points chauds – Métaux précieux. Article intitulé : Le projet Éléonore – zones aurifères plus
étendues, plus profondes, plus riches et plus nombreuses, 28 juillet 2005. Site Internet du ministère des Ressources
naturelles et de la Faune : http://www.mrnf.gouv.qc.ca/mines/geologie/geologie-points-precieux.jsp
57
RÉSEAUX. Article intitulé : Le secteur minier investit plus de 1 milliard $ en salaires et achats dans les régions du
Québec, février 2005, p. 21.
56
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
28
Québec offre plusieurs mesures fiscales (crédit d’impôt relatif aux ressources, actions accréditives58 et
mesures pour la recherche et le développement) qui permettent de diminuer significativement le coût net
de l’exploration des sociétés minières sur le territoire québécois et favorisent le financement de leurs
activités59.
L’exploration minière se réalise par le biais de sociétés productrices mais aussi, par les sociétés juniors
d’exploration60. Si les premières disposent généralement de sources d’autofinancement pour leurs
dépenses d’exploration, ceci n’est pas vrai pour les sociétés juniors. Ces dernières comptent presque
uniquement sur l’émission de capital-actions pour financer leurs projets. Elles doivent recourir aux
financements publics (actions ordinaires, actions accréditives ou débentures) beaucoup plus souvent que
les sociétés d’exploitation. Parmi ces fonds publics, le financement accréditif constitue généralement la
première source de financement des sociétés juniors.
Selon les données du ministère des Ressources naturelle et de la Faune61, le niveau des financements
accréditifs levés au Québec (auprès d'investisseurs québécois, par des financements publics ou privés à
l’exception des options), pour des projets d'exploration au Québec a été de l'ordre de 21 M$ en 2004,
19 M$ en 2003, 15 M$ en 2002 et 10 M$ en 2001. Entre 2003 et 2004, on note une croissance de 11 %
du financement accréditif. Le niveau des financements accréditifs levés au Québec pour des projets
d'exploration hors Québec a été de l'ordre de 25 M$ en 2004, 10 M$ en 2003, 1 M$ en 2002 et 1 M$ en
2001. Ces données illustrent bien le niveau des financements accréditifs levés auprès d'investisseurs
québécois, pour explorer au Québec ou ailleurs. Enfin, il est difficile d’établir des données fiables sur les
financements accréditifs levés hors Québec, pour explorer au Québec. Ceci s'explique notamment par le
fait que la presque totalité des sociétés en commandite d'actions accréditives, importants bailleurs de
fonds, ont leur siège social hors du Québec. Ils deviennent ainsi des « investisseurs hors Québec », et ce,
même si une partie des investisseurs peuvent être québécois.
En plus de mesures fiscales attrayantes, les sociétés d’exploration peuvent aussi compter, pour lever leurs
propres fonds, sur la présence de plusieurs fonds de capital de risque tels que : la Société
d’investissement dans la diversification de l’exploration (SIDEX), les sociétés de développement des
entreprises minières et d’exploration Sodemex et Sodemex II, le Fonds de solidarité FTQ (y compris les
Fonds régionaux Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Côte-Nord), le Fonds d’action CSN et les
sociétés en commandite d’actions accréditives. Les sociétés d’exploration peuvent aussi bénéficier d’un
important partenaire d’exploration, la Société québécoise d’exploration minière (SOQUEM INC.) qui
consacre annuellement, avec ses partenaires, plus de 10 M$ en travaux d’exploration hors chantier au
Québec. La Société de développement de la Baie-James (SDBJ) encourage les sociétés minières à explorer
son territoire. Ces interventions se réalisent par le biais de son fonds d’investissement mis sur pied pour
stimuler le développement économique, pour lequel une politique d’investissement distincte a été lancé en
2003 pour les sociétés juniors d’exploration. En octobre 2005, 12 projets d’exploration minière ont été
financés sur le territoire de la Baie-James au cours des deux dernières années pour un montant dépassant
le cap des 2,5 millions de dollars62. Parmi les projets ou sociétés juniors qui ont bénéficié
d’investissements, on note Copper Rand, Casa Berardi, Géant Dormant et les sociétés Majescor et Dios63.
Finalement, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune a accordé une aide financière de
650 000 $ en 2004-2005 pour trois fonds d’exploration minière autochtone. Il s’agit du Fonds d’exploration
58
Une action accréditive est un titre émis par une société de ressources qui renonce à déduire ses frais d’exploration en
faveur d’un investisseur. Lors du budget 2004, le gouvernement du Québec a prolongé indéfiniment l’ensemble des
avantages fiscaux relatifs à ce genre d’action. La Loi sur les impôts du Québec prévoit ainsi qu’un particulier investisseur
peut bénéficier d’une déduction fiscale atteignant jusqu’à 150 % du coût de l’investissement en exploration. En ce qui a
trait au fédéral, la Loi de l’impôt sur le revenu indique qu’un particulier peut réclamer une déduction de base de 100 %
du coût de l’investissement dans le contexte d’une émission accréditive, à laquelle peut s’ajouter un crédit d’impôt non
remboursable de 15 % des frais d’exploration de surface engagés avant 2007.
Sources : Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ). C’est le temps des accréditives !, 2005 et MRNF. Site
Internet.
59
ASSOCIATION CANADIENNE MINIÈRE. Survol des tendances observées dans l’exploration minérale canadienne, p. 63.
60
Une société junior d’exploration est une entreprise dont la principale activité est l’exploration minière. Elle est
assujettie à des financements sur les marchés publics ou privés pour l’essentiel de ses activités.
61
Données transmises par la Direction du développement minéral du ministère des Ressources naturelles et de la
Faune.
62
Société de développement de la Baie-James (SDBJ), « La SDBJ franchit le cap des 2,5 millions investis dans
l’exploration minière », 5 octobre 2005.
63
L’ÉCHO, « La Baie-James encourage les sociétés minières à explorer son territoire », Cahier spécial de l’AEMQ,
décembre 2004, p.08.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
29
minière du Nanuvik, actif depuis 1998, du Fonds minier innu Nitassinan, actif depuis 2000, et le Conseil cri
sur l’Exploration minérale, créé en 200264.
4. MAIN-D’ŒUVRE MINIÈRE
4.1
Nombre d’emplois dans l’industrie minière
Selon l’Enquête sur la population active, les mines ainsi que les industries de services relatifs à
l’exploration et à l’extraction génèrent quelque 4 500 emplois directs65 en Abitibi-Témiscamingue en 2004.
Les retombées de l’exploration et de l’exploitation des mines représentent 7 % de la main-d’œuvre
régionale, c’est-à-dire un peu plus qu’un emploi sur 14. Par ailleurs, l’extraction minière représente 24 %
de l’emploi dans les industries de biens (agriculture, exploitation forestière, extraction minière, services
publics, construction et fabrication), soit un emploi sur quatre. Par comparaison, la part d’emploi en
extraction minière dans la région est 17 fois plus élevée que celle du Québec (0,4 %). Les emplois miniers
régionaux représentent le tiers de ceux en exploration et exploitation de la province. La compilation des
emplois directs et des emplois qui en découlent illustre que l’industrie minière de la région représenterait
au total quelque 7 200 emplois, soit 11 % de la main-d’œuvre régionale66.
Au cours des dix dernières années, le nombre d’emplois en exploration et en extraction a grandement
fluctué. De 1994 à 2004, il s’est créé en Abitibi-Témiscamingue 100 emplois nets dans le secteur de
l’extraction minière. Depuis 1994, bien que le nombre ait totalisé 6 100 emplois en 1995, jamais il n’a
atteint les sommets enregistrés vers la fin des années 1980 (près de 7 000 emplois).
Tableau 15
Emploi total en extraction minière*, population de 15 ans et plus, Abitibi-Témiscamingue et
Québec, 1987 à 2004
Abitibi-Témiscamingue
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
Nombre d’emplois
5 700
6 900
6 800
6 300
5 500
5 600
3 900
4 400
6 100
4 900
5 600
4 600
4 300
4 200
3 800
4 000
% région / Québec
32,4 %
31,7 %
29,8 %
24,1 %
22,5 %
23,9 %
20,3 %
21,5 %
28,1 %
30,4 %
34,1 %
23,6 %
35,0 %
26,9 %
31,4 %
31,3 %
Québec
17
21
22
26
24
23
19
20
21
16
16
19
12
15
12
12
600
800
800
100
400
400
200
500
700
100
400
500
300
600
100
800
64
RESSOURCES NATURELLES DU CANADA. Bulletin Le Conjoncturel, article intitulé : Le financement de l’exploration
minière, décembre 2004.
65
STATISTIQUE Canada. Enquête sur la population active, 2004.
Note : Les données de l’EPA par secteur d’activité recensent tous les emplois associés à un secteur, peu importe les
professions que l’on y retrouve : mineur, manœuvre, directeur, etc.
66
Compilation de l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue à partir du multiplicateur suivant : pour chaque emploi créé
directement dans les mines, 0,6 autre emploi indirect et induit est généré. Source : Luc BLANCHETTE, Avis sur
l’industrie minière en Abitibi-Témiscamingue, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, juin
2005.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
30
Abitibi-Témiscamingue
Nombre d’emplois
5 100
4 500
2003
2004
Québec
% région / Québec
33,6 %
32,6 %
15 200
13 800
* Ces données incluent les mines, sablières/gravières ainsi que les industries des services relatifs à l’exploration et à
l’extraction minière.
Source: Statistique Canada, L'enquête sur la population active. Compilation : Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue.
Selon le Service de recherche en économie minérale (annexe VI), le nombre d’emplois en extraction
minière uniquement est évalué à 2 268 années-personnes67 en Abitibi-Témiscamingue. Il s’agit d’une
baisse de 13 % comparativement à 2003. Sur l’ensemble des emplois miniers du Québec, un emploi
minier sur six est situé dans la région alors qu’il en était d’un sur cinq en 2002. Depuis 1996, le nombre
d’emplois années-personnes est continuellement à la baisse dans la région. Dans le Nord-du-Québec, ce
nombre est évalué à 1 538. La situation de l’emploi y étant somme toute demeurée stable, cette région
fournit un emploi minier sur dix au Québec.
Tableau 16
Analyse comparée de l'emploi, des salaires et des heures dans l'industrie minière en AbitibiTémiscamingue
Abitibi-Témiscamingue
Emplois
annéespersonnes
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004p
4
4
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
2
2
544
369
811
492
770
987
766
537
450
266
189
949
023
621
268
Heures
payées
Salaires
216
212
198
184
195
220
204
221
219
203
202
194
201
172
145
832
169
418
368
733
175
132
086
334
344
886
026
806
330
136
827
265
532
053
766
904
280
922
336
470
400
498
551
731
118
Québec
Emplois
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
9
9
8
7
8
8
7
7
7
7
6
6
6
5
4
507
197
024
266
157
744
948
501
211
022
779
200
024
362
759
annéespersonnes
120
029
986
720
169
537
490
306
613
001
632
793
719
645
395
21
20
18
18
17
18
18
17
17
16
16
15
15
14
14
544
251
755
083
946
360
338
997
351
841
722
318
326
364
176
Heures
payées
Salaires
949
929
887
852
875
942
955
969
977
962
983
914
926
867
895
492
957
369
615
072
179
170
640
934
011
569
976
914
969
338
641
150
384
991
508
612
199
544
430
110
002
692
041
476
925
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
46
42
39
38
38
39
39
37
36
35
35
32
31
29
29
898
934
655
148
517
571
385
524
597
221
329
482
767
875
877
635
616
878
968
195
471
092
100
675
638
496
461
529
256
004
Source : Service de l'imposition et des données minières, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune.
Compilation : Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue.
4.1.1
Localisation géographique de la main-d’oeuvre
Selon le recensement de Statistique Canada, 79 % de la main-d’œuvre minière se concentre dans les
territoires de la Vallée-de-l’Or et de Rouyn-Noranda. Ensuite, près d’un travailleur minier sur cinq habite la
MRC d’Abitibi ou celle d’Abitibi-Ouest. Enfin, un peu plus d’un pour cent des effectifs miniers résident au
Témiscamingue. Les villes de Rouyn-Noranda et de Val-d’Or (toutes deux avant les regroupements)
recensent, à elles seules, 46 % de la main-d’œuvre minière de la région.
Tableau 17
Répartition de la main-d’œuvre active en extraction minière selon les territoires de l’AbitibiTémiscamingue, 2001
67
Représentent la somme, pour les douze mois de l’année, des salariés qui ont été payés le dernier jour de travail de
chaque mois, qu’ils soient payés au mois, à la semaine, à l’heure ou à la pièce; cette somme est divisée par douze. Les
emplois relatifs au secteur de l’investissement minier ne sont généralement pas inclus, sauf ceux reliés au forage au
diamant effectué par contrat. Les fonderies font partie de cet ensemble. Source : Service de l’imposition et des données
minières.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
Abitibi
Abitibi-Ouest
Rouyn-Noranda
Témiscamingue
Vallée-de-l’Or
Abitibi-Témiscamingue
Toutes les
industries
11
9
18
8
20
68
31
Extraction minière
Nombre
%
475
10,4
415
9,1
1 560
34,3
75
1,6
2 025
44,5
4 550
100,0
530
295
910
255
240
230
%
%
%
%
%
%
Source : Statistique Canada. Recensement 2001.
Compilation : Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue.
Parmi les municipalités de l’Abitibi-Témiscamingue, 20 comptent plus de 50 personnes parmi la population
active locale à œuvrer dans le secteur des métaux. Là où le bassin est le plus élevé en nombre absolu, on
liste les villes de Val-d’Or et de Rouyn-Noranda. L’extraction minière représente le gagne-pain de plus du
quart de la main-d’œuvre locale à La Motte, Cléricy, Mont-Brun, Preissac et Cadillac. L’emplacement
géographique des complexes miniers en exploitation en 2001 explique la concentration de la main-d’œuvre
en certains endroits sur le territoire.
Tableau 18
Répartition de la main-d’œuvre active où plus de 50 personnes travaillent en extraction minière
selon les municipalités de l’Abitibi-Témiscamingue, 2001
Toutes les
industries
Amos
La Sarre
Évain
Rouyn-Noranda
Sullivan
McWatters
Val-Senneville
D'Alembert
Val-d'Or
Dubuisson
Normétal
Bellecombe
Malartic
Rivière-Héva
Duparquet
La Motte
Cléricy
Mont-Brun
Preissac
Cadillac
6
3
1
13
1
290
455
775
585
780
995
1 330
505
11 355
840
370
325
1 530
545
290
200
230
220
290
325
Extraction minière
%
Nombre
%
155
2,5%
110
3,2%
110
6,2%
930
6,8%
165
9,3%
95
9,5%
130
9,8%
50
9,9%
1 185
10,4%
110
13,1%
50
13,5%
55
16,9%
275
18,0%
105
19,3%
60
20,7%
50
25,0%
60
26,1%
60
27,3%
95
32,8%
110
33,8%
Source : Statistique Canada. Recensement 2001.
Compilation : Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue.
4.2
Structure professionnelle
L’exploitation et la transformation des ressources naturelles requièrent une main-d’œuvre diversifiée. Une
vaste gamme de professions se rattachent ainsi à l’industrie minière, et ce, au sein de l’exploration, de
l’exploitation, des services miniers, des laboratoires d’analyse et de la recherche. Étant de plus en plus
fondée sur le savoir, l’industrie minière fait appel à une main-d’œuvre souvent très spécialisée et apte à
utiliser la technologie de pointe. Selon l’Association minière du Québec (AMQ), plus de 85 % de la maind’œuvre minière fait usage de technologies de pointe telles que l’électronique, la robotique et les
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
32
télécommunications68. Cette filière de production nécessite des compétences très techniques comme celles
des ingénieurs, des géoscientifiques et des experts techniciens. Par ailleurs, dans les mines quelque peu
mécanisées, le mineur se transforme en opérateur d’équipement69. Dans cette optique, l’Observatoire de
l’Abitibi-Témiscamingue a répertorié une vingtaine de professions se rattachant principalement au secteur
minier. À l’aide du tableau 19, on constate que les professions propres à ce secteur offrent des salaires
avantageux. Quant aux perspectives d’emploi, elles sont satisfaisantes pour les emplois qui nécessitent
des qualifications techniques ou professionnelles.
Tableau 19
Caractéristiques du marché du travail dans le secteur minier de l’Abitibi-Témiscamingue, 20042008
CNP1
Titre de la
profession
2113
Géologues,
géochimistes et
géophysiciens
Ingénieurs
métallurgistes
Ingénieurs miniers
Ingénieurs
géologues
Arpenteursgéomètres
Technologues et
techniciens en
chimie appliquée
Technologues et
techniciens en
géologie et en
minéralogie
Électriciens (sauf
industriels)
Électriciens
industriels
Soudeurs et
opérateurs de
machines à souder
et à braser
Mécaniciens de
chantier et
mécaniciens
industriels
Mécaniciens
d’équipement lourd
Foreurs et
dynamiteurs des
mines à ciel ouvert,
des carrières et des
chantiers de
construction
Conducteurs
d’équipements
lourds
2142
2143
2144
2154
2211
2212
7241
7242
7265
7311
7312
7372
7421
68
69
Revenu
Nombre
annuel
d’emplois
moyen
2002($) temps
20043
plein
(2000)2
58 000
130
35 000
70
53 000
51 000
Perspectives
d’Emploi-Québec4
2004-2008
AbitibiQuébec
Témiscamingue
Acceptables Acceptables
Perspectives de
Service Canada5
2005-2007
AbitibiQuébec
Témiscamingue
Acceptables
Limitées
N.P
Acceptables
Acceptables
Bonnes
100
10
Acceptables
N.P
N.P
N.P
Acceptables
Acceptables
Acceptables
Acceptables
42 000
110
Acceptables
Acceptables
Acceptables
Limitées
44 000
130
Favorables
Favorables
Acceptables
Bonnes
39 000
380
Favorables
Acceptables
Bonnes
Acceptables
38 000
180
Acceptables
Acceptables
Bonnes
Acceptables
52 000
200
Acceptables
Acceptables
Bonnes
Limitées
39 000
880
Acceptables
Acceptables
Bonnes
Acceptables
48 000
840
Favorables
Acceptables
Bonnes
Acceptables
45 000
850
Acceptables
Favorables
Bonnes
Bonnes
54 000
90
Acceptables
Restreintes
Bonnes
Limitées
39 000
760
Favorables
Restreintes
Bonnes
Acceptables
ASSOCIATION MINIÈRE DU QUÉBEC. Choisir les mines, c’est brillant !, 2005.
TABLE SECTORIELLE DE MAIN-D’ŒUVRE DE L’INDUSTRIE MINIÈRE DU QUÉBEC, Bilan sectoriel, 2004, p. 93.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
CNP1
Titre de la
profession
8221
Surveillants de
l’exploitation des
mines et des
carrières
Mineurs
d’extraction et de
préparation, mines
souterraines
Personnel
d’entretien et de
soutien des mines
souterraines
Manœuvres des
mines
Surveillants dans la
transformation des
métaux et des
minerais
Opérateurs de
poste central de
contrôle et de
conduite de
procédés industriels
dans le traitement
des métaux et
minerais
Opérateurs de
machines dans le
traitement des
métaux et des
minerais
Contrôleurs et
essayeurs dans la
transformation des
métaux et des
minerais
Manœuvres dans le
traitement des
métaux et des
minerais
Manœuvres en
métallurgie
8231
8411
8614
9211
9231
9411
9415
9611
9612
33
Revenu
Nombre
annuel
d’emplois
moyen
2002($) temps
20043
plein
(2000)2
63 000
330
Perspectives
d’Emploi-Québec4
2004-2008
AbitibiQuébec
Témiscamingue
Acceptables Acceptables
Perspectives de
Service Canada5
2005-2007
AbitibiQuébec
Témiscamingue
Limitées
Limitées
61 000
2530
Acceptables
Acceptables
Acceptables
Acceptables
52 000
90
Acceptables
Restreintes
Limitées
Limitées
36 000
70
Acceptables
N.P
Limitées
Limitées
66 000
120
Acceptables
Acceptables
Limitées
Acceptables
61 000
60
Restreintes
Restreintes
Limitées
Limitées
55 000
230
Restreintes
Restreintes
Limitées
Acceptables
40 000
40
N.P
Acceptables
Limitées
Limitées
41 000
40
Acceptables
Restreintes
Limitées
Limitées
22 000
30
N.P
Restreintes
Acceptables
Acceptables
N.P : Information non publiée.
1
Classification nationale des professions.
2,4
Emploi-Québec. Le marché du travail dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, Perspectives professionnelles 20042008, 2004. La lecture s’effectue comme suit : restreintes, acceptables et favorables.
3,5
Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Les perspectives sectorielles et professionnelles
en Abitibi-Témiscamingue Horizon 2005 à 2007, 2005. La lecture se fait comme suit : limitée, acceptable et bonne.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
4.3
34
Caractéristiques de la main-d’œuvre
4.3.1
L’âge
Une récente étude intitulée Prospecter l’avenir : relever le défi des ressources humaines dans l’industrie
canadienne des minéraux et des métaux70 indique que l’âge de la main-d’œuvre canadienne de l’industrie
des minéraux et des métaux est plus élevé que celui de la main-d’œuvre en général. Il s’agit exactement
du même scénario à l’échelle régionale. En 2001, parmi les 4 900 personnes actives en extraction minière
en Abitibi-Témiscamingue (y compris une partie de Lebel-sur-Quévillon et de Matagami), près de 14 % ont
moins de 30 ans, 64 % sont âgés entre 30 et 49 ans et 23 % ont plus de 50 ans. Parmi l’ensemble de la
population active, ces proportions sont respectivement de 24 %, 56 % et 20 %. Dans la région, il y a
pratiquement deux fois moins de travailleurs miniers âgés de moins de 30 ans (670) que ceux âgés de 50
ans et plus (1 120). Par ailleurs, la proportion de jeunes dans l’extraction minière (14 %) est moins élevée
que dans l’ensemble de la population active de l’Abitibi-Témiscamingue (24 %). La population active en
extraction minière au Québec est légèrement plus âgée que celle de la région, avec une proportion
d’effectifs âgés de 50 ans et plus frôlant les 30 %.
Tableau 20
Répartition de la population active en extraction minière selon de grands groupes d’âge,
Abitibi-Témiscamingue et Québec, 2001
Toutes les industries
Extraction minière et extraction
de pétrole et de gaz
Extraction de pétrole et de gaz
Extraction minière sauf
extraction de pétrole et de gaz
Activités de soutien à
l'extraction minière
Extraction minière - non
spécifiée
Abitibi-Témiscamingue
Moins de
30 à 49 50 ans et Moins de
30 ans
ans
plus
30 ans
24,3%
55,9%
19,8%
25,5%
Québec
30 à 49 50 ans et
ans
plus
52,7%
21,8%
13,7%
0,0%
63,6%
50,0%
22,9%
0,0%
15,8%
18,3%
54,4%
55,0%
29,7%
26,7%
13,2%
62,5%
24,3%
15,8%
53,0%
31,3%
17,7%
64,2%
17,7%
17,8%
61,5%
21,1%
2,9%
69,1%
25,0%
5,2%
64,9%
30,9%
Note : Le calcul est effectué selon les territoires de CHRC. À ce titre, les données de l’Abitibi-Témiscamingue
comprennent les territoires de Lebel-sur-Quévillon et Matagami.
Source: Service d'information sur le marché du travail, CRHC Abitibi-Témiscamingue.
Compilation : Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue.
Parmi la population active en extraction minière des territoires de la région, près du quart des travailleurs
miniers de la Vallée-de-l’Or sont âgés de 50 ans et plus. Avec une proportion plus élevée que la moyenne
régionale, le vieillissement de la main-d’œuvre minière se présentera avec acuité dans ce territoire d’ici 5
ans. Chez les jeunes de moins de 35 ans, il revient aux territoires d’Abitibi (17 %) et de Rouyn-Noranda
(15 %) d’enregistrer respectivement une proportion plus élevée que la moyenne régionale.
70
LA PRESSE. L’industrie minière doit piocher pour recruter, 24 août 2005, p. 4 et LE DEVOIR, Les mines appréhendent
une pénurie de main-d’œuvre, 24 août 2005, B4 et CAFIM, À la recherche de talents, communiqué.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
35
Tableau 21
Répartition de la population active en extraction minière selon de grands groupes d’âge,
territoires* de l’Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 2001
Abitibi*
Abitibi-Ouest
Rouyn-Noranda
Témiscamingue
Vallée-de-l’Or*
Abitibi-Témiscamingue*
Nord-du-Québec*
Québec
Total de la population
active en extraction
minière
685
475
1 560
75
2 105
4 900
620
16 320
Moins de 30
ans
30 à 49 ans
16,8%
11,6%
15,4%
26,7%
10,9%
13,7%
20,2%
15,8%
50 ans et
plus
62,0%
68,4%
62,8%
40,0%
63,9%
63,6%
55,6%
54,4%
22,6%
20,0%
21,5%
20,0%
24,2%
22,9%
25,0%
29,7%
Notes : Le calcul est effectué selon les territoires de CHRC. À ce titre, les données de l’Abitibi-Témiscamingue
comprennent les territoires de Lebel-sur-Quévillon et Matagami. Le CHRC de Senneterre inclut Barraute et Lebel-surQuévillon. Le CHRC d’Amos comprend Matagami. Le Nord-du-Québec inclut les trois CHRC de Chisasibi, NouveauQuébec et Chibougamau.
Source: Service d'information sur le marché du travail, CRHC Abitibi-Témiscamingue.
Compilation : Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue.
Le vieillissement de la main-d’œuvre selon les professions
En Abitibi-Témiscamingue, une étude intitulée Étude sur le vieillissement de la main-d’œuvre de l’AbitibiTémiscamingue et d’une partie du Nord-du-Québec aborde les caractéristiques de la main-d’œuvre sous
l’angle des professions en 2003. Selon cette étude, sur les 18 729 travailleuses et travailleurs spécialisés,
toutes industries confondues, 24 % ont plus de 50 ans. Quant aux professions du secteur minier (ou
connexes), il s’agit de la même proportion. La recherche révèle notamment que certaines professions
semblent bénéficier d’un personnel relativement plus « jeune »: ingénieur minier, géologue et
géophysicien, machiniste en usinage et outillage et opérateur en procédé industriel pour le traitement de
minerais. À l’opposé, deux professions - électriciens et dynamiteurs - ont un effectif où plus du tiers est
âgé de 50 ans et plus. D’ailleurs, parmi les travailleurs de 55 ans et plus - donc ceux susceptibles de
prendre leur retraite d’ici 2010 - la majorité appartiennent au groupe des métiers spécialisés (électriciens,
dynamiteurs et mineurs d’extraction).
Tableau 22
Nombre d’emplois spécialisés selon la profession liée au secteur des mines et certains groupes
d’âge, Abitibi-Témiscamingue et une partie du Nord-du-Québec (Matagami et Lebel-surQuévillon), 2003
CNP
2113
2143
2211
2212
7231
7241
7372
8221
8231
8411
9231
Titre de la profession
Géologue, géochimiste et géophysicien
Ingénieur minier
Technicien en chimie
Technicien en géologie et minéralogie
Machiniste d’usinage et outillage
Électricien
Foreur/Dynamiteur
Surveillant d’exploitation de mines et carrières
Mineur d'extraction
Personnel d'entretien de mines souterraines
Opérateur de procédé industriel et traitement
minerais
Total des professions associées au secteur
minier
Total de l’ensemble des professions à l’étude
TOTAL
25
52
65
151
33
325
30
35
542
166
50 ans et plus
Nombre
%
3
12%
4
8%
12
18%
32
21%
4
12%
104
32%
10
33%
9
26%
132
24%
38
23%
55 ans et plus
Nombre
%
2
8%
2
4%
7
11%
11
7%
1
3%
55
17%
4
13%
2
6%
60
11%
15
9%
32
4
13%
1
3%
1 456
18 729
352
4 489
24%
24%
160
1 641
11%
9%
Source : Luc BLANCHETTE et Guy PERRON. Étude sur le vieillissement de la main-d’œuvre de l’Abitibi-Témiscamingue et
d’une partie du Nord-du-Québec, 2003.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
4.3.2
36
Le sexe et l’origine ethnique
Toujours selon l’étude portant sur le vieillissement de la main-d’œuvre réalisée auprès des entreprises de
l’Abitibi-Témiscamingue, les femmes représentent 3 % des employés spécialisés du secteur minier. Dans
la région, la présence des femmes est un peu plus marquée dans les professions suivantes : technologue
en chimie appliquée et ingénieure minier.
Historiquement, les immigrants ont contribué à l’expansion du secteur minier en Abitibi-Témiscamingue.
Toutefois, aujourd’hui, ils sont très peu nombreux à y œuvrer (moins d’un pour cent de la main-d’œuvre
minière). La situation est similaire chez les autochtones de la région avec à peine 1 % de la main-d’œuvre
minière71. Du côté du Nord-du-Québec, on comptait 75 travailleurs cris (25 % de la main-d’œuvre) à la
mine d’or Troilus et 65 travailleurs inuits (14 % de la main-d’œuvre) à la mine de nickel Raglan. Les
compagnies d’exploration oeuvrant sur le territoire de la baie James ou dans la fosse de l’Ungava ont
embauché plus d’une cinquantaine de prospecteurs cris et inuits72. L’intégration et la formation des
autochtones (Cris et Inuits) à l’industrie minière est une réalité incontournable73.
4.3.3
Rémunération
Selon l’Association minière du Canada, le secteur minier détient la rémunération la plus généreuse à
l’échelle du pays. Elle est la seule composante de l’économie à posséder une rémunération hebdomadaire
moyenne supérieure à 1 000 $, avec 1 096,48 $ en 200474. Selon le service de recherche en économie
minérale, l’industrie minière de la région a versé plus de 145 M$ en masse salariale annuelle, ce qui
représente 16 % des salaires et gages que l’industrie minière versait au Québec en 2004. C’est 19 % de
moins qu’en 2003 (172 M$), ce qui s’explique entre autres par une diminution des effectifs. Quant aux
heures payées, leur nombre s’est élevé à 4,7 millions en 2004. Dans le Nord-du-Québec, on parle d’une
masse salariale de 117,5 M$ en 2004.
À l’échelle canadienne, le salaire annuel moyen s’établissait respectivement à 71 157 $, 59 309 $ et
56 646 $ dans les mines de charbon, les mines métalliques et les établissements de fonte-affinage. Les
secteurs de la première transformation des métaux et de la fabrication de produits minéraux et
métalliques reçoivent une rémunération hebdomadaire moyenne de 859,04 $ soit environ 44 670 $ par
an75.
4.4
Perspectives du marché du travail dans le secteur minier
À la lumière des perspectives professionnelles d’Emploi-Québec pour 2004-200876, la remontée des
investissements au chapitre de l’exploration, la hausse du prix de l’or et des métaux usuels, les récentes
découvertes sur la faille de Cadillac ainsi que l’importance grandissante de l’industrie dans le Nord-duQuébec auront un impact favorable sur l’emploi dans le secteur minier. La conjoncture actuelle pourrait
aussi contribuer à prolonger l’emploi dans certaines mines jugées jusqu’ici peu rentables. La mise en
opération sur un horizon de 2 à 3 ans de quelques mines peut être envisagée. Bref, il s’agit là de
débouchés qui pourraient accroître la demande en main-d’œuvre régionale.
Le contexte minier des dernières années a rendu le recrutement particulièrement difficile pour certains
types de professions. À cet égard, tout comme l’illustrent les perspectives professionnelles d’EmploiQuébec (tableau 19), il y a des débouchés très intéressants pour de nombreuses professions liées au
secteur minier, tant pour le personnel des sciences naturelles et appliquées (chimistes, géologues,
ingénieurs, arpenteurs-géomètres, techniciens, etc.) que pour les métiers liés à l’extraction du minerai
(mineurs).
71
STATISTIQUE CANADA, Recensement 2001.
MRNF. Bilan et faits saillants 2004, 2005, p. 23.
73
TABLE SECTORIELLE DE MAIN-D’ŒUVRE DE L’INDUSTRIE MINIÈRE DU QUÉBEC, Bilan sectoriel, 2004, p. 39.
74
ASSOCIATION MINIÈRE DU CANADA, Op.cit., p. 42.
75
ASSOCIATION MINIÈRE DU CANADA, Op.cit.
76
EMPLOI-QUÉBEC. Le marché du travail dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue, Perspectives professionnelles 20042008, 2004.
72
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
37
Les perspectives professionnelles de Ressources humaines et Développement des compétences Canada
pour 2005-200777 en arrivent, à peu de chose près, aux mêmes conclusions. Le scénario d’une durée de
deux ans indique globalement une diminution de l’emploi d’ici 2007 dans le secteur minier. En chiffres, il
s’agirait d’une baisse de 400 emplois (-3,5 %). Les perspectives illustrent jusqu’en 2006 les répercussions
sur l’emploi de la fermeture de certaines mines ayant eu cours en 2004 et 2005. Ensuite, le scénario
prévoit davantage d’emplois créés que de perdus, d’où une légère croissance de l’emploi dès 2007.
4.5
Défis et enjeux en ressources humaines dans l’industrie minière
Au Québec, 40 % de la main-d’œuvre minière atteindra l’âge de la retraite d’ici cinq ans78. L’industrie doit
ainsi relever de nombreux défis quant au recrutement d’une main-d’œuvre minière ayant fait des études
postsecondaires. L’un des premiers et non le moindre est de remplacer les travailleurs retraités ou
« exilés » dans un contexte où l’industrie fait simultanément face à une croissance de son activité et à une
pénurie (ou rareté) de travailleurs. Les problèmes liés au recrutement et à la rétention d’une maind’œuvre spécialisée, tant au niveau de l’exploration que de l’exploitation, sont occasionnés par une
multitude de facteurs.
Parmi l’un des facteurs fréquemment mentionnés, les intervenants s’accordent à dire que l’industrie a
mauvaise presse auprès de la société en général et qu’il en résulte un problème d’image79. Cette image
négative peut avoir des répercussions sur l’investisseur, le recrutement de la main-d’œuvre ainsi que sur
les admissions des étudiants dans les programmes des sciences de la terre. Contrairement à la pensée
populaire, les compétences requises ont évolué en raison des avancées technologiques rapides et des
règlements environnementaux. Les méthodes contemporaines d’exploration et d’exploitation d’un
gisement minier requièrent dorénavant des compétences en génie et en géologie. Les besoins en maind’œuvre sont divers : scientifiques (chimistes), ingénieurs, techniciens, mécaniciens, électriciens et
électroniciens. En plus des besoins de main-d’œuvre dans les métiers spécialisés, l’industrie minière
interpelle dans ses rangs des personnes ayant étudié en droit, en environnement, en finances et en santé.
Les employeurs ont signalé l’importance d’associer aux compétences techniques des compétences « non
techniques » qui regroupent la communication et une ferme compréhension des problèmes d’éthique
socioenvironnementale80.
Ceci amène l’épineuse question de la relève dans les domaines de formation. Pour de multiples raisons, qui
vont au-delà de l’image de l’industrie, il est difficile de recruter les jeunes. Il y a évidemment un facteur
démographique lié à la baisse des naissances. Ensuite, le phénomène migratoire chez les jeunes peut
accroître les difficultés liées au recrutement. D’un autre point de vue, l’étude mentionne que les mines
« éloignées », exploitées avec service de navette aérienne, amènent quelques inquiétudes et réticences.
D’autres se dirigeront plutôt vers d’autres secteurs industriels (services publics d’électricité et
construction) exigeant les mêmes compétences. D’un point de vue conjoncturel, la nature cyclique de
l’industrie ne favorise pas le recrutement de jeunes dans les formations désignées. Il est constaté que les
fléchissements qui marquent l’industrie sont généralement suivis par une réduction du recrutement dans
les programmes de formation dans ce domaine81.
4.6
Formation et éducation
En Abitibi-Témiscamingue, en ce qui concerne spécifiquement la formation professionnelle, le Centre de
formation professionnelle Val-d’Or, aussi le Centre national des mines pour le Québec, a le mandat
national de former des étudiants dans les programmes suivants : conduite de machines de traitement du
minerai, extraction de minerai et forage au diamant. Pour réaliser ce mandat, une usine de traitement de
minerai a été construite à même le centre de formation. En septembre 2005, le ministère de l’Éducation a
octroyé un demi-million afin de rendre l’usine totalement fonctionnelle. Le Centre aura nécessité, depuis sa
création, un investissement total de plus de 5,4 M$. Dans le secteur de la métallurgie, le Centre de
77
Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Les perspectives sectorielles et professionnelles
en Abitibi-Témiscamingue Horizon 2005 à 2007, 2005.
78
LES AFFAIRES, 16 avril 2005, p. 8.
79
TABLE SECTORIELLE DE MAIN-D’ŒUVRE DE L’INDUSTRIE MINIÈRE DU QUÉBEC, Bilan sectoriel, 2004, p. 39.
80
CAFIM, op.cit., 22 pages et LA PRESSE. L’industrie minière doit piocher pour recruter, 24 août 2005, p. 4 et LE
DEVOIR, Les mines appréhendent une pénurie de main-d’œuvre, 24 août 2005, B4.
81
Op.cit.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
38
formation professionnelle Lac-Abitibi offre deux programmes en soudure. À ces formations spécifiques au
domaine minier s’ajoutent des programmes de formation professionnelle de pointe répartis à travers la
région. Il s’agit notamment des DEP en mécanique d’engins de chantier (La Sarre) et de mécanique
industrielle et d’entretien (Amos). Une formation sur mesure est aussi offerte selon les besoins en
mécanique d’engins mobiles de mine au centre de formation professionnelle de La Sarre.
Afin de répondre aux demandes de l’industrie minière, la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois a aussi
développé et offre exclusivement le programme de Formation modulaire du travailleur minier (FMTM). Les
buts de ce programme sont d’uniformiser et de structurer la formation dans le secteur minier, d’abaisser la
fréquence et la gravité des accidents, d’attester des connaissances du travailleur minier et d’augmenter la
rentabilité des entreprises. Ce programme s’adresse principalement au travailleur minier en exercice dans
les mines souterraines mais aussi aux mécaniciens, électriciens, techniciens, géologues et ingénieurs qui
doivent exercer sous terre.
La technique minérale, qui comprend la géologie, l’exploitation et la métallurgie, est offerte au Cégep de
l’Abitibi-Témiscamingue. Cette technique est aussi dispensée au Collège de la région de l’Amiante à
Thetford-Mines. En métallurgie, aucun programme collégial n’est offert dans la région, ces derniers se
concentrent à Chicoutimi et à Trois-Rivières. D’autres formations connexes disponibles dans la région
peuvent s’adresser aux travailleurs susceptibles d’œuvrer dans l’industrie minière : technologie en génie
civil, technologie en maintenance industrielle et technologie de l’électronique industrielle.
Au niveau universitaire, la grande majorité des programmes de formation reliés directement à l’industrie
minière sont disponibles à l’extérieur de l’Abitibi-Témiscamingue. À l’Université du Québec en AbitibiTémiscamingue, des programmes de formation de 1er et 2e cycle sont offerts dans le domaine des sciences
de l’ingénieur. Il s’agit du certificat en électromécanique minière, du baccalauréat en génie
électromécanique, du D.E.S.S en génie minier, de la maîtrise en génie minéral (profil cours ou recherche)
et de la maîtrise en ingénierie. À l’automne 2006, un nouveau baccalauréat en génie mécanique sera offert
à l’UQAT. Finalement, certains programmes de formation de 2e et 3e cycle connexes à l’industrie minière
sont offerts dans la région (maîtrise en biologie et doctorat en sciences de l’environnement).
UQAC
UQAM
École polytechnique
Université Mc Gill
Université Laval
UQAT
Cégep de Thetford
Cégep de l’AbitibiTémiscamingue
Cégep régional de la CôteNord
Centre d’études collégiales de
Chibougamau
École nationale de camionnage
et équipement lourd
CS de la Baie James
CS Kativik
CS des Trois-Lacs
CS Cri
CS des Navigateurs
(Chaudières Appalaches)
CS régionale de Sherbrooke
CS de l’Estuaire Côte-Nord
Niveau secondaire (DEP)
Opération d’équipement de
traitement du minerai
Forage au diamant
Extraction du minerai
Forage et dynamitage
Conduite d’engins de chantier
Conduite d’engins de chantier
nordique
Entretien d’équipement minier
Mécanique industrielle
Mécanique d’engins de chantier
Métallurgie (soudage-montage)
Niveau collégial (AEC et DEC)
Cs du Fer
CFP Val-d’Or
Tableau 23
Programmes de formation et institutions d’enseignement menant à l’exercice d’un métier dans
le secteur minier, Québec, 2005
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
Exploration diamantifère
Géologie appliquée
Exploration
Minéralurgie
Maintenance industrielle
Électrodynamique
Niveau conjoint collégial et
universitaire
DEC-BACC Géologie
Niveau universitaire (1er, 2e
et 3e cycle)
Cert. en électromécanique
minière
Bac en génie minier
Bac génie électromécanique
Bac géologie / génie géologique
DESS en génie minier
Maîtrise en génie minier
Maîtrise en géologie / génie géol.
Maîtrise en génie minéral - cours
Maîtrise en génie minéral recherche
Maîtrise en ingénierie
Doctorat en géologie / génie
géologique
Source : Association minière du Québec. Choisir les mines c’est brillant, 2005.
4.6.1
39
Effectifs dans les formations liées au domaine minier
Il est essentiel de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée et instruite pour avoir une industrie minière
productive. Au-delà de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée et spécialisée, on constate depuis le début
des années 2000, un problème lié au recrutement dans les formations liées aux sciences de la terre, ici
comme ailleurs au Québec.
Toutefois, la reprise de l’exploration minière et les perspectives encourageantes du secteur minier
semblent avoir donné un regain de popularité aux programmes offerts au professionnel secondaire, au
collégial et à l’université. Le nombre d’inscriptions augmente dans les programmes miniers offerts à Vald’Or et au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue depuis 2003-2004. Bien que le nombre d’intéressés à
l’automne 2005 au Cégep soit de 51, ce nombre demeure insuffisant pour combler la demande.
L’institution pourrait accueillir jusqu’à 90 étudiants dans ses trois années de formation. Quant à l’UQAT, le
baccalauréat en électromécanique a connu une augmentation constante de ses nouveaux inscrits entre
l’automne 2001 et 2005. Selon les données provisoires, il y a eu 24 nouveaux inscrits pour un total de 51
étudiants en cheminement à l’automne 2005. Quant au baccalauréat en ingénierie (programme offert en
extension pour les deux premières années avec la Polytechnique mais qui ne s’offre plus à l’UQAT depuis
l’automne 2005)82, il a terminé sa programmation avec 3 étudiants en cheminement. Enfin, les
programmes de 2e et 3ecycle en sciences appliquées offerts à l’UQAT enregistrent une hausse de clientèle
au cours des dernières années.
82
La gestion académique d’un programme offert par extension revient à l’établissement d’où origine le programme. La
gestion administrative du programme relève toutefois de l’établissement d’accueil. C’est dans ce dernier que
s’effectuent l’admission, l’inscription et la comptabilisation des effectifs étudiants. L’évaluation des étudiants pour
chacune des activités, incluant l’évaluation trimestrielle, relève du responsable de l’activité. L’évaluation globale des
étudiants incombe cependant à l’établissement d’où origine le programme, à qui il revient de recommander l’émission
des diplômes. Source : Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CRÉPUQ), Programmes
offerts en partenariat dans les établissements universitaires du Québec, juillet 2005, p.4 et 7.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
40
Tableau 24
Clientèle étudiante en formation professionnelle, technique et universitaire dans les
programmes actifs en lien direct avec le secteur minier offerts par les institutions
d’enseignement de l’Abitibi-Témiscamingue, 2000-2001 à 2004-2005
AbitibiTémiscamingue
Formation
professionnelle1
Métallurgie
Mines et travaux de
chantier
CÉGEP2
Technique minérale
UQAT3
Bacc. génie
électromécanique
- Nouveaux inscrits
- Total
Bacc. ingénierie
- Nouveaux inscrits
- Total
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
51
22
63
0
66
18
42
29
55
73*
75
53
30
26
36
12
34
11
32
19
40
18
54
22
42
4
7
1
6
6
7
3
3
3
3
Sources : 1 Direction régionale de l’Abitibi-Témiscamingue du ministère de l’Éducation, du Sport et du Loisir.
Dénombrement de la clientèle inscrite en formation professionnelle en Abitibi-Témiscamingue. Situation au 1er octobre
de chaque année. * Donnée transmise directement par le CFP de Val-d’Or (juin 2005). 2 Cégep de l’AbitibiTémiscamingue. 3 Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.
Au-delà du nombre d’inscrits, le nombre de diplômés est nettement insuffisant pour combler les besoins de
l’industrie. À titre d’exemple83, en mai dernier, seulement deux jeunes ont été diplômés en Technologie
minérale par le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. Selon les prévisions, il semble que le nombre ne sera
pas beaucoup plus élevé en mai 2006. Du côté universitaire, l’École polytechnique de Montréal n’a diplômé
que quatre personnes en 2005 et la situation était similaire à l’Université du Québec à Chicoutimi. Le
nombre de gradués des dernières années n’ayant pas su combler les besoins en main-d’œuvre, il apparaît
difficile que le nombre d’inscriptions actuelles puisse répondre adéquatement aux besoins futurs de
l’industrie.
En octobre 2004, une nouvelle association regroupant des géologues a vu le jour afin de promouvoir le
domaine minier auprès des jeunes. Cet organisme désigné sous le nom d’Association québécoise des
sciences de la terre (AQUEST) constitue une nouvelle section de l’Association géologique du Canada. En
novembre 2004, une première rencontre dite « historique » a eu lieu lors de l’événement « Québec
Exploration 2004 » afin de dresser un état de situation de la problématique de pénurie de main-d’œuvre.
Les intervenants de l’industrie minière ont convenu de travailler de façon concertée par l’entremise
d’actions ayant pour objectif d’attirer les jeunes vers des emplois qui utilisent aujourd’hui des technologies
de pointe84.
4.7
Autres interventions pour le développement des compétences
Au-delà de la formation acquise par les institutions du réseau de l’éducation, le développement de la maind’œuvre se réalise aussi par divers programmes gérés par Emploi-Québec85.
De avril 2003 à mars 2005, Emploi-Québec a investi près de 4 millions de dollars en AbitibiTémiscamingue dans le secteur minier afin d'assurer le développement de la main-d'œuvre et de favoriser
la réintégration et le maintien en emploi. Plus de 1 000 personnes de la région se sont prévalues de ces
83
RADIO-CANADA, « L’industrie minière s’inquiète de la pénurie de main-d’œuvre qui la guette », 24 août 2005 et LE
CITOYEN, « Pénurie de main-d’œuvre dans les mines », 10 septembre 2005.
84
AEMQ. Communiqué de presse : Regroupement historique des intervenants de l’industrie pour dresser la
problématique, novembre 2004.
85
Les informations de cette section ont été transmises par Emploi-Québec – Direction de l’Abitibi-Témiscamingue.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
41
services pour acquérir une formation dans un métier rattaché aux mines, pour adapter leurs compétences
afin de demeurer compétitives en emploi (notamment par la Formation modulaire du travailleur minier),
pour réintégrer le marché du travail après une mise à pied (comités de reclassement) ou pour profiter d'un
programme d'aménagement ou de réduction du temps de travail afin de demeurer en emploi. Le but
recherché est de travailler avec les entreprises et les travailleurs et personnes licenciées afin d'assurer le
développement et le maintien des compétences sectorielles dans la région.
Emploi-Québec gère aussi le Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) qui permet aux
travailleurs en emploi d’obtenir un certificat de qualification professionnelle et/ou une attestation de
compétences86. Ce programme vise à favoriser l’accès d’un plus grand nombre de personnes à des métiers
par le développement et la maîtrise des compétences en milieu de travail et la reconnaissance des
compétences. Parmi l’ensemble des 43 programmes qui existent, 5 sont liés à des professions importantes
de l’industrie minière : mécanicien d’engins de chantier, mécanicien industriel, mineur, soudeur et
soudeur-monteur.
5. INNOVATIONS ET NOUVELLES TECHNOLOGIES
Avec un environnement technologique des plus perfectionnés, l’innovation dans l’industrie minière est
maintenant considérée comme essentielle. Globalement, les progrès technologiques visent à améliorer les
procédés d’extraction et de concentration des gisements en abaissant les coûts de production. Elle apporte
aussi une attention particulière à améliorer ses résultats environnementaux et ses conditions de santésécurité au travail. Les objectifs visés par le développement de méthodes innovatrices sont de divers
ordres: l’augmentation de la capacité de production, l’amélioration de la santé et sécurité sous terre, la
réduction du coût de la main-d’œuvre, l’accroissement de la souplesse de production et la diminution de la
consommation d’énergie87.
Diverses technologies88 ont permis (ou permettront) aux entreprises de faire des gains de productivité et
de concurrence des coûts. Pour d’autres, elles permettront de trouver de nouveaux gisements ou
d’exploiter des gisements considérés jusqu’à ce jour comme non rentables. Entre autres, en AbitibiTémiscamingue, la mise en production de la mine Goldex en 2008 – première mine d’or en 10 ans à être
créée dans la région de Val-d’Or - sera rendue possible en grande partie, grâce aux innovations
technologiques89.
Au Canada, la R-D pour les mines souterraines avoisine les 50 M$ par an, dont quelque 15 M$ au Québec.
De ce montant, 30 M$ proviennent des entreprises, le reste des gouvernements. La raison pour laquelle la
majeure partie de la recherche est consacrée à l’exploitation minière sous terre est bien simple : en
surface, tout, ou presque, a déjà été exploité90. Selon une récente étude réalisée par CANMET pour le
compte de SOREDEM, quelque 80 M$ devront ainsi être consentis annuellement au Canada, sur un horizon
d’au moins dix ans, afin d’obtenir des résultats probants en R-D pour le secteur minier91. Selon Research
Infosource, parmi les 100 compagnies canadiennes à investir le plus en R-D en 2004, on retrouve
notamment Alcan inc. (8e), Inco Limited (51e), Noranda Inc.92 (63e) et Falconbridge Ltée (87e)93.
Bien qu’une partie importante de la recherche de pointe dans les secteurs de l’exploitation, l’extraction et
de la métallurgie s’effectue à l’extérieur de la région, certains producteurs miniers et équipementiers d’ici
86
Les normes professionnelles et les exigences d’obtention du certificat de qualification professionnelle, la durée globale
de l’apprentissage et les critères d’admissibilité au PAMT sont élaborés par les comités sectoriels de main-d’œuvre, en
collaboration avec Emploi-Québec, les employeurs ainsi que les travailleuses et travailleurs du secteur correspondant à
chacun des métiers.
87
Louise LAVERDURE et Jean-Marie FECTEAU. Définition d’un plan d’action en recherche et développement, essai et
expérimentation, favorisant la compétitivité et la sécurité des opérations minières souterraines, LMSM-CANMET et
SOREDEM, 2004, p. 41.
88
Par exemple, la modélisation géologique tridimensionnelle, le contrôle à distance d’activités minières, les véhicules
automatisés pour usage souterrain ou l’imagerie satellite pour l’exploration.
89
LES AFFAIRES, « Agnico-Eagle exploitera Goldex en 2008 », 6 août 2005, p. 34.
90
LES AFFAIRES. « L’industrie profite comme jamais des nouvelles technologies », Cahier A – Industrie minière du
Québec, 16 avril 2005, p. 6.
91
Louise LAVERDURE et Jean-Marie FECTEAU. Op.cit., p. iii.
92
Maintenant Falconbridge Ltée depuis le 30 juin 2005.
93
RE$EARCH Infosource Inc. Canada’s Top 100 corporate R&D spenders 2004.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
42
réalisent à l’interne des travaux de R-D94. Des méthodes d’extraction innovatrices ont été développées en
Abitibi-Témiscamingue au fil des années. On observe aussi que les entreprises minières choisissent de
participer à la R-D par le biais d’organismes et de consortiums de recherche situés dans la région ou
ailleurs au Québec, les intérêts corporatifs de chacun bénéficiant de cette approche. À la différence, les
manufacturiers d’équipements et de produits réalisent leurs propres projets de recherche seul ou avec des
partenaires ciblés afin d’en protéger éventuellement les résultats à des fins commerciales par l’obtention
de brevets.
5.1
Organismes de recherche-développement
À l’image de la formation universitaire, plusieurs infrastructures de recherche et de développement (R-D)
dans le domaine minier se situent à l’extérieur de la région (Québec, Montréal, Saguenay). Parmi les
groupes de recherche et de développement québécois liés au secteur minier, trois sont en activité en
Abitibi-Témiscamingue, soit la Mine-Laboratoire CANMET, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
et le Service géologique du Nord-Ouest (SGNO) du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.
Afin de répondre à divers besoins en recherche appliquée exprimés par l’industrie minière, la MineLaboratoire CANMET95 a été fondée en 1991 à Val-d'Or sur le site même de l’ancienne mine d’or Beacon.
Ce site minier réservé à la R-D permet notamment d'effectuer des travaux dans les mêmes conditions que
celles qui ont cours dans les mines souterraines. Elle offre ainsi d'excellentes possibilités de formation et
de mise à essai d’équipements miniers. La Mine-Laboratoire offre aux compagnies minières une occasion
unique de participer à des projets qui permettent de résoudre des problèmes techniques, d'améliorer la
sécurité dans les mines souterraines et d'accroître la productivité.
Du côté de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, on note la présence accrue de
nombreuses unités de recherche. Avec trois chaires de recherche en environnement minier, l’UQAT a
développé une forte expertise en gestion des résidus et restauration de sites miniers. Par ailleurs, depuis
quelques années, le Laboratoire Télébec Mobilité de recherche en communications souterraines sans fil
(LRCS) poursuit ses travaux. Quant à l’Unité de recherche et de service en technologie minérale (URSTM),
elle est active en environnement minier, en exploitation et en traitement des minerais ainsi qu’en
évaluation du potentiel minéral où elle travaille aux applications de la géophysique et à la modélisation 3D
des camps miniers en partenariat avec le Service géologique du Nord-Ouest.
Tableau 25
Missions des unités et chaires de recherche de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
en lien avec la recherche et développement dans le secteur minier
Société de technologie de
l’Abitibi-Témiscamingue
(STAT)
Centre d’aide au
développement technologique
(CADT)
Unité de recherche et de
service en technologie
minérale (URSTM)
Chaire CRSNG-PolytechniqueUQAT en environnement et
gestion des rejets miniers
94
Promouvoir et soutenir le développement technologique dans la région. La
STAT vise à faciliter l’accès aux ressources professionnelles, techniques et
scientifiques nécessaires à la réalisation concrète des projets de nos
entrepreneurs et inventeurs.
Supporter la création de nouveaux projets, soutenir les projets novateurs
à caractère technique, faciliter l'introduction de nouvelles technologies
ainsi que de favoriser l'émergence et la croissance de nouvelles
entreprises de pointe en Abitibi-Témiscamingue. Le CADT est issu de la
STAT.
Développer et transférer dans le milieu des méthodes et des outils
performants des domaines de l’exploration, de l’exploitation, du
traitement des minerais et de l’environnement. L’URSTM est le véhicule
privilégié de transfert technologique et de services spécialisés en sciences
de la terre à l’UQAT.
Développer des outils et des techniques géo-environnementales,
permettant une gestion intégrée de différents rejets solides et liquides,
des rejets de concentrateur générés par le traitement et des boues de
traitement ainsi que la restauration des sites .
Daniel BERNARD, Portrait et positionnement du secteur minier, Projet Accord Abitibi-Témiscamingue, 3e Consultant,
2002, p. 7.
95
Site Internet :www.nrcan.gc.ca/mms/canmet-mtb/mmsl-lmsm/ mines/mech/mineexperimental/experimental-f.htm
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
43
Étudier la problématique particulière de la restauration des sites miniers
Chaire de recherche du
Canada sur la restauration des ayant déjà généré du drainage minier acide (DMA). La chaire vise à
apporter une meilleure compréhension des notions fondamentales
sites miniers abandonnés
associées au DMA. Ces nouvelles connaissances permettront d’apporter
des modifications aux méthodes existantes de restauration des sites
générateurs de DMA afin qu’elles puissent s’adapter au cas particulier des
sites abandonnés.
Optimiser l’utilisation de la technologie des remblais miniers dans la
Chaire de recherche du
perspective d’une meilleure gestion des résidus sulfureux, d’une plus
Canada en gestion intégrée
grande sécurité des travailleurs et d’une plus grande productivité de
des rejets miniers sulfureux
l’industrie minière notamment des exploitations minières souterraines.
par remblayage
Améliorer les systèmes de télécommunications miniers selon trois
Laboratoire Télébec Mobilité
thématiques principales de recherche: 1) mesures et modélisations de la
de recherche en
propagation dans des mines métallifères à veine étroite 2)
communications souterraines
radiolocalisation des unités mobiles et 3) déploiement de systèmes
sans fil (LRCS)
commerciaux adaptés.
Sources : Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Site Internet de l’UQAT et sites des chaires et unités de
recherche. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Bilan et faits saillants 2004, 2005.
D’autres groupes de recherche sont présents ailleurs au Québec :
•
•
•
•
•
5.2
COREM : Organisme sans but lucratif qui a pour mission d’améliorer la compétitivité des
entreprises membres par le développement et le transfert d’innovations technologiques adaptées à
leurs besoins. Il s’agit d’un consortium de recherche précompétitive en traitement et
transformation de substances minérales.
SOREDEM : Société de recherche et développement minier est un organisme sans but lucratif
ayant pour mandat l’émergence de nouvelles technologies dans les mines souterraines du Québec
afin d’accroître la compétitivité de ces entreprises sur le marché international et de développer des
conditions plus sécuritaires en milieu de travail.
CONSOREM : Le consortium de recherche en exploration minérale (CONSOREM) porte sur les
technologies de l'exploration minérale au Québec et représente un maillon entre différents
intervenants du secteur de l'industrie minérale provenant des milieux industriels, gouvernemental
et universitaire.
DIVEX : Réseau de recherche géoscientifique au Québec qui regroupe une trentaine de chercheurs
en sciences de la terre de l’ensemble du Québec dont l’Abitibi-Témiscamingue. L’objectif commun
est de soutenir les efforts de diversification de l'exploration minérale par la recherche scientifique.
Ce réseau est notamment affilié à l’UQAT.
Ailleurs au Québec, les universités Laval, McGill, UQAM et UQAC ont développé une expertise en
recherche pour les géosciences et le génie minier. Au chapitre des géosciences, il y a le Centre
Géoscientifique de Québec et l’INRS-Géoressources.
Nouvelles technologies d’exploration
De façon générale, tel que nous l’avons vu précédemment, le sous-sol abitibien bénéficie encore d’un très
grand potentiel minier, particulièrement en profondeur. Ce type d’exploration a créé une demande pour
diverses innovations technologiques. À ce chapitre, l'industrie de l'exploration souhaite que tout le
territoire géologique à potentiel soit exploré avec de nouvelles technologies géophysiques aéroportées
(avion ou hélicoptère). On pense ici à des méthodes permettant de mesurer diverses propriétés physiques
du sous-sol avec des méthodes gravimétrique ou électromagnétique, comme dans ce dernier cas, le
MEGATEM ou le VTEM qui peuvent couvrir de grandes superficies de territoire à relativement peu de frais
et qui pour le MEGATEM par exemple, peuvent mettre à jour des masses minéralisées à des profondeurs
dépassant les 250 mètres. Au niveau des levés au sol, l’industrie de l’exploration minérale utilise aussi de
nouveaux outils telles la sismique réflexion ou des technologies comme le TITAN 24, ou le InfiniTEM, qui
pourrait investiguer jusqu’à 500 mètres de profondeur. L’exploration minière fait aussi appel à des
technologies géochimiques afin de suivre les altérations de la roche qui peuvent conduire aux gisements.
Les nouvelles plateformes d’intégration de données, comme la technologie gOcad, permettent de
construire des modèles tridimensionnels du sous-sol et de générer de nouvelles cibles d’exploration même
dans les camps miniers considérés matures. Cette technologie est utilisée avec succès par quelques
compagnies. L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue en partenariat avec le Service géologique
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
44
du Nord-Ouest poursuivent leurs efforts d’intégration des bases de données publiques afin de permettre
d’obtenir une modélisation 3D unifiée de la géologie, de la géophysique et de la géochimie à l’échelle des
camps miniers et des grandes structures géologiques96.
5.3
Nouvelles technologies d’exploitation
En Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec, la majorité des mines en opération sont
souterraines. Ces dernières exploitent souvent des métaux provenant de gisements filoniens (tels que
Mouska, Géant Dormant et Beaufor) et cherchent à le faire au plus bas coût possible en assurant la
sécurité des opérations souterraines97. Dans un contexte de forte concurrence mondiale, les compagnies
qui exploitent des gisements filoniens n’ont pas d’autres choix que d’améliorer leur façon de faire pour
trouver de nouveaux moyens d’exploiter à moindres coûts. Conséquemment, la majorité de ces
exploitations cherchent à utiliser des équipements à la fine pointe technologique. Toutefois, dans le cadre
d’une étude menée à l’échelle canadienne, plusieurs exploitants ont affirmé que les possibilités techniques
des équipements avancent plus vite que l’évolution des cultures d’entreprise98. Un autre constat de
l’industrie minière de la région est que le minerai se situe de plus en plus en profondeur (2 000 à 3 000
mètres). De nouvelles techniques d’exploitation et de nouveaux équipements seront nécessaires afin de
solutionner les contraintes géomécaniques ainsi que la chaleur dégagée par la roche et les engins de
production utilisés dans des niveaux aussi profonds.
Le remblai de pâte est l’une des nouvelles technologies les plus répandues dans les mines souterraines. Ce
matériau composé de résidus miniers d’eau et de ciment est utilisé pour remplir les chantiers laissés
ouverts par l’extraction du minerai. En se solidifiant, il agit comme pilier permettant l’exploitation des
zones minéralisées voisines. L’UQAT et les exploitants miniers disposent d’une expertise internationale
dans ce domaine. L’utilisation des technologies de l’information – notamment par le contrôle à distance de
l’équipement souterrain - a permis d’améliorer la santé et la sécurité des travailleurs. D’autres recherches
portent sur des technologies de forage et de fragmentation du roc ne faisant pas appel aux explosifs. Par
ailleurs, la Mine-Laboratoire CANMET travaille au remplacement des moteurs diesel des véhicules miniers
souterrains par des moteurs à hydrogène qui émettent moins de chaleur ainsi que d’émanations
polluantes99. Un nouvel équipement moins dommageable sur la santé des travailleurs est la création de
nouvelles poignées pour les foreuses sur béquilles. Ce nouvel équipement vise à réduire les vibrations
occasionnant la maladie des mains blanches, dite aussi maladie de Raynaud dont souffrent plusieurs
mineurs100. Afin que les sauveteurs miniers puissent intervenir beaucoup plus rapidement en cas
d’accident sous terre, une caméra thermique à la fine pointe de la technologie a été mise au point101.
Aussi, les recherches effectuées par l’UQAT afin de localiser le personnel sous terre et d’automatiser les
activités dangereuses par le développement d’un système de télécommunications sans fils devraient
donner des résultats probants d’ici quelques années.
L’Abitibi-Témiscamingue dispose aussi de consultants privés de grande réputation qui contribuent au
développement de l’innovation dans la région, la firme Léandre Gervais et Associé(e)s, maintenant
GENIVAR, en est un bon exemple. Ajoutons de plus qu’à l’expérience acquise par les compagnies minières,
les consultants et les groupes de recherche, s’ajoutent celles des entrepreneurs miniers qui ont su innover
par le développement d’équipements spécialisés tels la tête de forage V-30 de Machine Roger International
ou l’unité de forage multifonctionnelle mise au point par le Groupe minier CMAC102.
96
QUEBEC MINES, « Programmation gouvernementale 2005-2006 – Maximiser les retombées des activités d’exploration
au Québec », juin 2005, p. 6
97
Louise LAVERDURE et Jean-Marie FECTEAU, op.cit., p. 42.
98
Idem., p. 44.
99
LES AFFAIRES. « L’industrie profite comme jamais des nouvelles technologies », Cahier A – Industrie minière du
Québec, 16 avril 2005, p. 6.
100
Développement témiscabitibien, « Les chercheurs de CANMET s’attaquent à la pollution dans les mines, mars 2005,
p. 6.
101
L’ÉCHO, « Les sauveteurs miniers de Louvicourt pourront agir plus rapidement », Semaine minière 2005, p. SM08.
102
Denis Bois, USRTM- UQAT, Communications personnelles.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
5.4
45
Nouvelles technologies environnementales103
Considérant l’importance qu’attache la population à son environnement, la gestion des résidus miniers et
la restauration des sites est au cœur de tout projet minier moderne. L’innovation dans ce domaine est
issue principalement des liens que tissent l’UQAT avec le milieu et ses partenaires à travers la Chaire
CRSNG-Polytechnique-UQAT en environnement et gestion des rejets miniers, la Chaire de recherche du
Canada sur la restauration des sites miniers abandonnés, la Chaire de recherche du Canada en gestion
intégrée des rejets miniers sulfureux par remblayage et l’Unité de recherche et de services en technologie
Minérale (URSTM). L’Abitibi-Témiscamingue par ces différents canaux, a ainsi pu bénéficier du
développement de personnel hautement qualifié.
Plusieurs nouvelles connaissances et outils104 ont ainsi été développés et transférés vers des entreprises
du milieu tels que Barrick Gold Corporation, Falconbridge Ltée, Mines Agnico-Eagle Ltée, Aur Resources
Inc., INMET Mining Corporation, Golder Associés Ltée, SNC-Lavalin Dessau-Soprin MRNFP, le Ministère des
Ressources naturelles et de la Faune et le Ministère du Développement durable et des Parcs.
Ces développements attirent dans la région des chercheurs et des industriels de tout horizon qui viennent
s’enquérir des développements et des applications réalisés en Abitibi-Témiscamingue. Citons à ce chapitre
la tenue des 1er et 2e Symposium International sur l’environnement et les mines en novembre 2002 et
mai 2005 qui ont permis, à chaque occasion, de présenter plus de 32 conférenciers internationaux et
attirer 200 spécialistes et professionnels concernés par l’environnement minier.
103
Denis Bois, USRTM- UQAT, Communications personnelles.
À titre d’exemple, ces connaissances et outils portent sur les propriétés mécaniques, géotechniques, géochimiques et
environnementales des remblais, sur l’écoulement de l’eau dans les fosses remblayées, sur le comportement des boues
de traitement, sur la prédiction du drainage minier acide (DMA), sur le contrôle du DMA par des couvertures à effets de
barrières capillaires (CEBC), sur la végétation sur des recouvrements de type CEBC, sur le traitement passif des
effluents, sur la prédiction de l’évolution de la qualité de l’eau dans les rejets réactifs, sur la désulfuration
environnementales, etc. Source : Denis Bois, USRTM- UQAT, Communications personnelles.
104
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
5.5
46
Créneaux d’excellence du projet ACCORD
En 2002, le gouvernement du Québec accordait à l’Abitibi-Témiscamingue le leadership de développement
d’un créneau d’excellence minier – Techno-mines souterraines105. Parallèlement, il reconnaît au Nord-duQuébec le caractère émergent du créneau d’excellence « Consolidation et diversification de l’exploration et
de l’exploitation minière en milieu nordique ».
Le créneau d’excellence Techno-mines souterraines se définit comme « un réseau d’entreprises du secteur
minier et des associations qui les représentent, agissant en partenariat avec les acteurs du secteur public
et parapublic contribuant à la vitalité du système productif minier du Québec. »
Sa mission est de mettre en réseau le savoir-faire et l’esprit inventif du capital humain ainsi que les
infrastructures du système productif minier du Québec. En misant sur une approche intégrée, Technomines souterraines stimule l’innovation afin d’accroître la productivité dans l’ensemble du cycle minier
particulièrement pour les gisements de métaux précieux, de métaux usuels et de diamants. Ce créneau se
structure autour de six filières : géosciences et forage, extraction du roc, traitement des minerais,
équipementiers, environnement et formation et main-d’œuvre.
Un plan d’action 2005-2010 cible les objectifs généraux suivants :
1) Contribuer à la découverte et à la mise en production de nouveaux gisements sur les territoires
de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec plus spécifiquement.
2) Contribuer à la compétitivité des exploitations minières souterraines sur les territoires de
l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec.
3) Contribuer à la valorisation de l’industrie minière et de ses métiers.
4) Optimiser, standardiser et compléter la formation actuelle sur les territoires de l’AbitibiTémiscamingue et du Nord-du-Québec.
D’autres objectifs couvrent l’horizon 2010-2020. Le contenu du plan d’action représente le portefeuille de
projets que les acteurs du système productif Techno-mines souterraines prendront en charge. Le
développement du créneau Techno-mines souterraines repose sur six facteurs de succès :
1. le réseautage et l’intégration;
2. l’identification et la mise en valeur des ressources minières;
3. la productivité, la commercialisation de l’innovation;
4. la pérennité d’une main-d’œuvre hautement qualifiée;
5. la diffusion de savoir-faire;
6. l’accès au financement de l’innovation.
105
ACCORD, Développement économique, Innovation et Exportation et SGF. Plan d’action 2005-2010 du créneau
d’excellence Techno-mines souterraines, 2005.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
47
BIBLIOGRAPHIE
ACCORD Abitibi-Témiscamingue. Plan stratégique – Créneau d’excellence Techno-mines souterraines, en
partenariat avec le MDERR et la SGF, 2005.
ACCORD, Développement économique, Innovation et Exportation et SGF. Plan d’action 2005-2010 du
créneau d’excellence Techno-mines souterraines, 2005.
ASSOCIATION DE L’EXPLORATION MINIÈRE DU QUÉBEC. Communiqués de presse.
ASSOCIATION MINIÈRE DU CANADA, Faits et chiffres 2004, Produits, gens, lieux, 2005.
ASSOCIATION MINIÈRE DU QUÉBEC. Choisir les mines, c’est brillant !, 2005.
BERNARD, Daniel. Portrait et positionnement du secteur minier, Projet ACCORD Abitibi-Témiscamingue,
2002.
BLANCHETTE, Luc et Guy PERRON. Étude sur le vieillissement de la main-d’œuvre de l’AbitibiTémiscamingue et d’une partie du Nord-du-Québec, 2003.
3E CONSULTANT. Le secteur des mines et de la transformation des métaux, 2004, powerpoint.
DÉVELOPPEMENT TEMISCABITIBIEN, mars 2005.
DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT MINÉRAL. Répertoire des exploitants miniers du Québec 2004 – Liste des
entreprises de forage, février 2005.
DOUCET, Pierre et Benoît LAFRANCE. Le potentiel aurifère en profondeur du camp minier de Cadillac,
2005.
GÉOLOGIE QUÉBEC. Les points chauds – Métaux précieux.
GÉOLOGIE QUÉBEC, Rapport sur les activités d’exploration minière au Québec 2004, 2005.
LA FRONTIÈRE
LA PRESSE
LAVERDURE, Louise et Jean-Marie FECTEAU. Définition d’un plan d’action en recherche et développement,
essai et expérimentation, favorisant la compétitivité et la sécurité des opérations minières souterraines,
LMSM-CANMET et SOREDEM, 2004
LE CITOYEN
L’ÉCHO
LE DEVOIR
LEGAULT, Marc et Jean GOUTIER. La faille de Porcupine-Destor – Un potentiel aurifère important,
Géologie-Québec, février 2003.
LES AFFAIRES (hebdomadaire).
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), Bilan et faits saillants de l’industrie minière du
Québec en 2004, 2005.
PAQUETTE, Pierre. Les mines du Québec, 1867-1975, Carte blanche.
PRODUCTIONS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE. L’Express, 1984.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
48
QUEBEC-MINES, « Programmation gouvernementale 2005-2006 – Maximiser les retombées des activités
d’exploration au Québec, juin 2005, p. 6
RADIO-CANADA
RE$EARCH Infosource Inc. Canada’s Top 100 corporate R&D spenders 2004.
RÉSEAUX, février 2005.
RESSOURCES NATURELLES CANADA, Survol des tendances observées dans l’exploration minérale
canadienne, 2005.
RESSOURCES NATURELLES DU CANADA, Bulletin Le Conjoncturel, article intitulé : Le financement de
l’exploration minière, décembre 2004.
REVUE SAVOIR
RIOPEL, Marc. « La ruée vers l’or : l’ouverture des mines en Abitibi » tiré du document : À travers le
temps.
STE-CROIX, Lucie et Pierre DOUCET. Potentiel en métaux rares dans les sous-provinces de l’Abitibi et du
Pontiac, 2001.
SIMARD, Alain. Le potentiel minéral du Québec; un état de la question, ministère des Ressources
naturelles et de la Faune.
STATISTIQUE CANADA. Enquête sur la population active, 2004 et Recensement 2001.
TABLE SECTORIELLE DE MAIN-D’ŒUVRE DE L’INDUSTRIE MINIÈRE DU QUÉBEC, Bilan sectoriel, 2004.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
49
ANNEXE I
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
50
ANNEXE II
Indices ou gisements de minéraux industriels en Abitibi-Témiscamingue
Substances
Kyanite/Disthène
Sources
Dans les gneiss à biotite-grenat, les
gneiss à hornblende, les paragneiss à
grenat, quartzites et schistes à biotite
de la Province de Grenville.
Au sud du Témiscamingue dans le
secteur de Laniel, un site connu des
collectionneurs.
Dans le canton de Beaudin, à l’est de
Senneterre, une bande de gneiss
exceptionnellement riche en grenat
rouge affleure le long du chemin de fer.
Associé à la kyanite, à la staurotide et
au grenat dans les bandes de gneiss.
On en trouve aussi dans les pegmatites
de la région de Preissac-La Corne.
Indices ou gisements
Narco (canton de
Campeau), exploité
brièvement en 1970.
Utilisation
Industrie des réfractaires, du
verre et du ciment.
Une tentative pour
exploiter ce grenat fut
effectuée en 1928.
Abrasif et dans la filtration de
l’eau.
On a déjà tenté de
récupérer le mica.
Sillimanite
Dans des paragneiss.
Béryl,
spodumène
Dykes de pegmatite et aplite;
Filons de quartz recoupant des roches
ignées;
Roches sédimentaires métamorphisées;
Le béryl est également présent dans
des géodes.
Les pegmatites à spodumène sont
associées au batholite de Preissac-La
Corne ainsi qu’à d’autres massifs de
granites hyperalumineux.
Dans les veines qui recoupent des
intrusions ignées.
Indice du Lac Smith
(canton d’Edwards).
Des travaux récents ont
mis à jour de nouveaux
indices dans ce canton.
Gisement de béryl, connu
Massberyl (canton de La
Corne).
La mine Québec Lithium
a été exploité de 1955 à
1965.
Isolant électrique ou
thermique, boues de forage,
peinture, plastique,
céramique, ciments à joints
et plâtres, objets décoratifs.
Fabrication de matériaux
réfractaires.
Grenat
Mica
Quartz
Néphéline,
fluorine
La néphéline est associée au Complexe
alcalin de Kipawa.
Diamant
La fluorine se trouve dans des marbres
et roches calco-silicatées.
Dans le Témiscamingue.
Chrysotile
Dans les roches ultramafiques
serpentinisées.
Pyrophyllite
Dans les roches volcaniques felsiques
très altérées et très cisaillées.
Mine Beaudry (canton de
Montbeillard) gisement
Maconda Copper (canton
de Beauchastel).
Indice entre le lac Sairs
et l’Île à la Tortue.
Indice de Chutes
Enragées (canton de
Villedieu).
Les cheminées connues :
Guigues;
Notre-Dame-du-Nord 1;
Notre-Dame-du-Nord 2;
Campeau.
Une faible quantité a été
exploitée au gisement
Canadian Bolduc (canton
de Carpentier).
Le gisement se trouve
dans le canton de
Carpentier, à 20 km au
nord de Senneterre.
Le béryl a été récupéré
comme sous-produit du
spodumène.
Fabrication de silicium,
fondant.
Comme réfractaire, dans la
fabrication de tuiles.
Source : MRNF. Site Internet : http://www.mrn.gouv.qc.ca/abitibi-temiscamingue/mines/mines-potentiel-mineraux.jsp
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
51
ANNEXE III
Fonderies et affineries de métaux non ferreux, Québec, 1er janvier 2004
Société
Alcan Aluminium Limitée
Alcan Aluminium Limitée
Canadian Reynolds Metals Compagny
Alcan Aluminium Limitée
Aluminerie de Bacancour Inc.
Aluminerie Lauralcol Inc.
Alcan Aluminium Limited
Fonderie Générale du Canada
Alcan Aluminium Limitée
Noranda Inc.*
Noranda Inc.*
Noranda Inc.*
Aluminerie Alouette Inc.
Alcan Aluminium Limitée
Canadian Electrolytic Zinc Limited
Nova Plomb Inc.
Emplacement
Arvida
Alma
Baie Comeau
Beauharnois
Bécancour
Deschambault
Grande-Baie
Lachine
Laterrière
Montréal-Est
Murdochville
Noranda
Sept-Îles
Shawinigan
Valleyfield
Ste-Catherine
* Maintenant Falconbridge Limitée depuis le 30 juin 2005.
Source : Association minière du Canada. Faits et chiffres 2004. Produits, gens et lieux, 2005, p. 36.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
52
ANNEXE IV
Liste des sociétés actives en exploration (réparties en sociétés juniors et majeures),
Abitibi-Témiscamingue, 2004
Type établissement
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
Juniors
(Dev./Prod.)
(Dev./Prod.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
(Expl.)
Établissements
Mines d'Or Wesdome inc.
Exploration Malartic-Sud inc.
Golden Valley Mines Ltd.
Mines d'Or Duquesne Gold Mines inc.
2329-1677 Québec inc.
Ressources SearchGold inc.
Les Ressources Murgor inc.
Mines Abcourt inc.
Ressources NSR inc.
Contact Diamond Corporation
Osisko Exploration ltée
Gianor Minéral inc.
Les Ressources Yorbeau inc. (Exploration)
Ressources minières Radisson inc.
Ressources Melkior inc.
Beattie Gold Mines Ltd.
Gestion Lemco inc.
Queenston Mining Inc.
173714 Canada inc.
Ressources Freewest Canada inc.
Matamec Explorations inc.
Ressources Abitex inc.
Ressources Montigua inc.
Ressources Pershimco inc.
3421856 Canada inc.
Ressources Mirabel inc.
Aurora Platinum Corporation
Entreprises minières Globex inc.
Quinto Technology Inc.
Provenor inc.
Corporation minière Alexis
Exploration Typhon inc.
Corporation minière Northern Star
Corporation minière Niogold
Société minière Rivière Harricana inc.
Les Ressources d'Arianne inc.
Ressources Kalahari inc.
Kinbauri Gold Corp.
Thelon Ventures Ltd.
Ressources Métanor inc.
Superior Diamonds Inc.
Lake Shore Gold Corporation
Hinterland Metals Inc.
Nievex géoconseil inc.
Megastar Development Corporation
Ressources Vantex Ltée
Ressources Bermont inc.
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Juniors (Expl.)
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Majeurs
Publiques
Tres-Or Resources Ltd.
Corporation Ressources Britannica
Alexandria Minerals Corp.
Ressources Jake inc.
Les Ressources Gold Hawk inc.
170364 Canada inc.
Ressources Jourdan inc.
Les mines Century (Mine Sigma)
Exploration Placirent
Gestion de Capital Woodruff inc.
Explorations Cadillac West inc.
Exploration Fieldex Inc.
Mines Agnico-Eagle limitée (Mine LaRonde)
Falconbridge Limitée (Exploration Laval)
Usine Camflo inc. (Concentrateur)
Cambior inc. (Exploration)
Cambior inc. (Mine Mouska)
Mines Agnico-Eagle limitée (Exploration)
Cambior inc. (Mine Doyon)
Ressources Breakwater Ltée (Mine Bouchard-Hébert)
Les Ressources Aur inc. (Mine Louvicourt)
Mines Richmont inc. (Mine Beaufor)
Mines Richmont inc. (Francoeur)
La société minière Louvem inc. (Division Exploration)
SOQUEM INC.
Source : Liste transmise par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune.
53
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
54
ANNEXE V
Investissements miniers ($) selon la phase de développement et le type d’exploration, AbitibiTémiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 1997 à 2004 (données révisées)
Dépenses d'exploration/mise en valeur
Hors site
Sur site
Total
AbitibiTémiscamingue
1997
23 086 058
57 994 534
81 080 592
1998
18 638 836
54 634 571
73 273 407
1999
10 827 758
34 564 764
45 392 522
2000
12 488 022
15 916 810
28 404 832
2001
16 502 491
15 042 336
31 544 827
2002
23 946 242
15 599 693
39 545 935
2003
32 822 588
11 119 585
43 942 173
2004
59 328 441
25 563 397
84 891 838
1997
63 153 765
3 102 948
66 256 713
1998
52 002 714
3 660 401
55 663 115
1999
48 853 148
3 713 320
52 566 468
2000
49 660 951
8 013 787
57 674 738
2001
47 320 333
13 567 608
60 887 941
2002
46 663 444
15 434 647
62 098 091
2003
69 314 901
8 254 839
77 569 740
2004
120 066 765
10 314 159
130 380 924
1997
108 584 685
64 718 384
173 303 069
1998
84 006 753
58 294 972
142 301 725
1999
74 843 806
38 703 156
113 546 962
2000
70 184 936
23 930 597
94 115 533
2001
74 336 748
28 609 944
102 946 692
2002
80 163 382
31 044 340
111 207 722
2003
114 668 443
19 374 424
134 042 867
Nord-du-Québec
Québec
190 748 040
34 423 636
227 171 676
2004
Source : Service de l'imposition et des données minières, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, mise à
jour du 27 octobre 2005.
Note : Il est dorénavant impossible d’obtenir les données portant sur les « Dépenses d’aménagement de complexes
miniers (Travaux, Immobilisation et Réparations).
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
55
ANNEXE VI
Analyse comparée de l'emploi, des salaires et des heures dans l'industrie minière en AbitibiTémiscamingue, Nord-du-Québec et Québec, 1988 à 2004p
Années-personnes
Abitibi-Témiscamingue
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004 p
Nord-du-Québec
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004 p
Québec
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
Salaires
Heures payées
5
4
4
4
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
3
2
2
008
704
544
369
811
492
770
987
766
537
450
266
189
949
023
621
268
209
206
216
212
198
184
195
220
204
221
219
203
202
194
201
172
145
342
253
832
169
418
368
733
175
132
086
334
344
886
026
806
330
136
937
783
827
265
532
053
766
904
280
922
336
470
400
498
551
731
118
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
10
9
9
9
8
7
8
8
7
7
7
7
6
6
6
5
4
195
763
507
197
024
266
157
744
948
501
211
022
779
200
024
362
759
630
308
120
029
986
720
169
537
490
306
613
001
632
793
719
645
395
3
2
2
2
1
1
1
1
2
1
1
1
1
1
1
1
1
126
982
660
410
945
868
707
848
172
889
698
769
951
531
669
566
538
137
136
131
124
102
91
90
100
123
109
113
120
127
106
117
113
117
264
851
532
207
542
199
285
544
268
193
470
318
805
601
295
916
489
152
176
478
871
838
110
033
411
168
936
640
087
898
925
312
555
886
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
6
6
5
5
4
3
3
3
4
4
3
4
4
3
3
3
3
401
121
588
034
077
942
642
879
624
060
841
100
466
607
902
611
631
154
839
866
872
280
367
960
426
590
701
356
108
062
152
580
643
784
22
22
21
20
18
18
17
146
748
544
251
755
083
946
871
930
949
929
887
852
875
940
780
492
957
369
615
072
819
743
641
150
384
991
508
$
$
$
$
$
$
$
46
49
46
42
39
38
38
598
113
898
934
655
148
517
471
117
635
616
878
968
195
Portrait des ressources minières
Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004p
Années-personnes
18 360
18 338
17 997
17 351
16 841
16 722
15 318
15 326
14 364
14 176
Source : MRNF. Service de l'imposition et des données minières.
56
Salaires
942 179
955 170
969 640
977 934
962 011
983 569
914 976
926 914
867 969
895 338
612
199
544
430
110
002
692
041
476
925
$
$
$
$
$
$
$
$
$
$
Heures payées
39 571 471
39 385 092
37 524 100
36 597 675
35 221 638
35 329 496
32 482 461
31 767 529
29 875 256
29 877 004

Documents pareils