IIIIIII galerie caroline tresca IIIIIII

Commentaires

Transcription

IIIIIII galerie caroline tresca IIIIIII
IIIIIII galerie caroline tresca IIIIIII
CR
INTERVIEW CAROLINE TRESCA
EXPOSITION EVENEMENT NOVEMBRE 2015 – « STRATEGIE GENEREUSE » (Page 2)
Privilégiant la liberté du langage plastique à travers l’abstraction lyrique et
l’expressionnisme, la galerie caroline tresca se consacre à l’art contemporain dans toute
sa diversité - dessin, gravure, peinture, photographie, sculpture - pourvu qu’elle soit
caractérisée par une vision émotionnelle et subjective du monde.
« Comment décide-t-on d’ouvrir une Galerie d’art après votre parcours ? »
Il s’agit sans aucun doute d’une question d’intuition ! Cette envie est aussi une réponse à mon côté artiste, à mon regard
sur mon époque. C’est également une volonté de changer de vie. Au départ, le projet semblait fou avec un désir de
marcher à contre-courant. Les galeries ferment, nous ouvrons ! Cela doit correspondre à mon goût d’entreprendre,
j’imagine, et à celui de relever les défis. Cette aventure résulte donc d’une passion. Pour moi, quand les choses se
déclenchent avec conviction, elles se développent plus facilement. Nous avons voulu aussi nous positionner avec une
belle éthique, et proposer l’art à son juste prix, sans spéculation outrancière. Quand tout est juste cela fonctionne mieux !
C’est un beau métier que d’offrir l’accès à la beauté au plus grand nombre ! Habituellement, l’art élève le niveau de
conscience de chacun. Il interroge, choque, provoque, flatte, contribue à mieux cerner notre quotidien, l’espace et le
temps, révèle ou témoigne souvent et libère parfois l’avenir. C’est un agréable compagnon de route.
« Comment choisissez-vous les artistes de la Galerie »
La vie apporte les artistes. Nous les choisissons par rapport à l’identité de la galerie, et donc en fonction de notre goût,
tourné davantage vers le contemporain, avec une dose abstraction lyrique de préférence. Encore une fois, nous
choisissons les œuvres qui nous plaisent vraiment car sans cette proximité, on ne peut pas aimanter le désir des autres.
Nous pouvons aussi nous laisser surprendre et accepter de « sortir » de notre ligne identitaire, de temps en temps, pour
un vrai « coup de cœur ». Le choix reste dense, puisqu’ il y a plus d’artistes que de galeries ! Quoi qu’il en soit, l’idée est
de satisfaire un triangle vertueux : artiste, galerie et public fidèle, avec les collectionneurs qui nous achètent.
« Quelle est votre philosophie à travers l’art ? »
Travailler dans l’art, c’est être vivant ! L’art est avant tout une réponse pour s’ouvrir et se transformer, pour prendre
conscience de notre sensibilité et de notre émotion. C’est un remède miracle contre les névroses, contre la folie du
monde. Plus d’art et moins de séances de psy !! Aimer l’art, c’est également accepter de recevoir ce que dégage une
œuvre, sa force, sa beauté, son mystère. C’est à la fois un équilibre entre un appel et une parole libérée. Acheter une
œuvre d’art doit rester une aventure émotionnelle, un choc vibratoire et non un support à valeur spéculative.
« Que souhaitez-vous apporter à vos visiteurs dans le cadre de l’ensemble de vos expositions ? »
Démocratiser l’art pour donner envie au plus grand nombre de pousser la porte des galeries, d’acheter des œuvres d’art
et de faire vivre l’art chez soi ! Il détient une fonction beaucoup plus importante qu’on ne le croit. Comme je l’ai dit, l’art
est un merveilleux compagnon de route : acheter une œuvre c’est être séduit et partir avec un ou une inconnue. Aimer
l’art, c’est vivre sa vie comme une rencontre amoureuse !
Pour nos visiteurs, l’Art est également une manière de se découvrir, de plonger dans son intimité, dans ses émotions et
d’accepter de les partager. C’est un moyen assez démocratique finalement de se confronter au monde, à ses dérives
comme à ses beautés. C’est un filtre qui ausculte l’humanité. Cela a toujours été et continuera à l’être. L’art est le
révélateur de nos passions, de nos ambiguïtés, de nos forces comme de nos lâchetés.
« L’art aujourd’hui… quelle serait votre définition ? »
L’art c’est la plus belle issue pour rester vivant ! Il est nécessaire, obligatoire, capital !
Interview par ELEART co-productrice de l’exposition « Stratégie Généreuse », du 3 au 17 novembre à la galerie
Contact Presse : ELEART - Emmanuelle BRAME 06 62 77 14 58
galerie caroline tresca - 14, rue Servandoni, 75006 Paris
du mardi au samedi de 14H00 à 19H00
T +33 (0) 143 268 036 - Mob +33 (0) 617 197 357 - www.galerie-caroline-tresca.fr
IIIIIII galerie caroline tresca IIIIIII
Présente
AURÈLE
Soasig CHAMAILLARD
Jean-Daniel LORIEUX
sculpture
sculpture
photographie
exposition du 03 au 17 novembre, du mardi au samedi de 14H à 19H
vernissage jeudi 5 novembre, de 18H30 à 22H00
« STRATÉGIE GÉNÉREUSE, invitation a l’inédit : 3 rencontres, 1 addition artistique »
Surtout ne pas se prendre trop au sérieux, ne rien regretter trop longtemps Un remède efficace au
ciel parfois gris pour déclencher des émotions positives.
C’est l’objet de l’exposition, « Stratégie généreuse », proposée au cœur du VIième arrondissement par
la galerie caroline tresca.
3 rêves créatifs et distincts,
3 réponses efficaces,
3 rayons de soleil
Hier, ses photos faisaient le tour du monde. Aujourd’hui, il revient avec des témoignages d’une époque
ensoleillée. Ses images nous charment avec un brin de nostalgie. Ici elles signent la joie d’une époque
à rechercher un idéal esthétique. C’est une réalité, Jean Daniel LORIEUX* aime les femmes, la
beauté, la grâce, la couleur, l’enchantement et la promesse d’un monde meilleur.
Connu et reconnu son travail a su plaire, il est aujourd’hui une référence dans l’histoire de la photo.
Dans la presse magazine, il fait la mode et la défait, habille et déshabille les filles pour créer ses
icones. Jean Daniel LORIEUX a rencontré et décrypté des multitudes de profils : les mondains
sophistiqués, les artistes vedettes de cinéma, les hommes politiques…Avec lui, on peut facilement
évoquer tout ce que la planète compte de scintillements et de merveilleux. Alors, comment aurait-il
photographié la Vierge Marie ?
C’est quasiment chose faite puisque sa sélection de photographies sera complétée par les vierges de
Soasig CHAMAILLARD**, artiste geek art en vogue dont la Vierge Marie est l’unique source
d’inspiration. « Il s'agit, comme bien souvent dans mon travail de ramener la femme au premier plan. »,
rappelle Soasig Chamaillard. « Je crois, poursuit-elle, qu'on peut dire qu'il s'agit d'un travail assez
féministe ! Dans cette optique, la sainte Vierge devient le symbole ultra reconnaissable et respecté de
« La femme ».
Cette approche originale sur l’esthétisme, l’intrigue et le décryptage de notre société sera complétée
par les œuvres d’ AURÈLE figure du courant post-industriel, accompagné de Bob, son Lost Dog, son
animal fétiche, son animal totem. Bob, le chien perdu, rencontré sur un avis de recherche collé sur un
réverbère dans la nuit New Yorkaise. Élément moteur de la recherche du plasticien depuis 30 ans, (du
projet sérigraphique avec Warhol, à l’Exposition universelle de Shangai en 2010). « Il y avait sur cette
affichette, explique Aurèle, tous les éléments de notre vie : l'argent, la quête matérielle ou spirituelle
selon les individus, l'affectif, la question de la volonté, du choix, du désir, et surtout l'idée de la perte.
Ce chien perdu était comme le symbole de l'homme perdu dans les désordres du monde moderne. »
La boucle se boucle. Trois artistes en quête d’une réalité presque idéale et sans défaut.
Presque, puisque l’espoir est le meilleur des stratèges.
*Livre SunStroke Edition Gourcuff Gradenigo, ** A retrouver dans le livre Geek Art Thomas Olivri Huginn&Muninn
« STRATÉGIE GÉNÉREUSE » du 3 au 17 novembre 2015, du mardi au samedi de 14H00 à 19H00
galerie caroline tresca - 14, rue Servandoni, 75006 Paris
du mardi au samedi de 14H00 à 19H00
T +33 (0) 143 268 036 - Mob +33 (0) 617 197 357 - www.galerie-caroline-tresca.fr

Documents pareils