jeudi 4 février - Le Cri du Port

Commentaires

Transcription

jeudi 4 février - Le Cri du Port
Le Cri du Port le lieu de tous les Jazz(s)
communiqué
On ne peut parler du jazz à Marseille sans évoquer le travail de longue haleine entrepris à partir de 1981 par cette
association qui œuvre depuis 35 ans pour que viennent régulièrement s’exprimer dans cette ville les jazzmen les
plus significatifs des différentes époques qu’elle a traversées. Seuls quelques initiés connaissent les circonstances
précises dans lesquelles le Cri du Port a vu le jour, à commencer par l’origine de ce nom pour le moins insolite… Il
fallait bien deux personnages aussi inspirés que Christian Ducasse, futur photo-journaliste et Jacques Ménichetti,
déjà musicien, pour trouver un nom d’association aussi particulier ; au cours d’une soirée pluvieuse, les deux compères inventent un nom au caractère surréaliste, sauf qu’à y regarder de plus près, il évoque bien Marseille (le port)
et le jazz (le cri).
En cette fin des années 70, des étudiants marseillais se sont liés d’amitié à Aix, en fac de géographie, grâce entre
autre à l’intérêt qu’ils portent en commun au jazz et au blues ; font partie de cette bande : Ellen Bertet, Yves Sportis,
Didier Magnetto, Michel Antonelli... Christian Ducasse passe à l’acte en créant en février 1981 le Cri du Port puis en
organisant au Théâtre Toursky, le 1er mars 1981, un concert du quartet de Didier Lockwood. Quelques mois plus
tard, en octobre 1981, une nouvelle tentative a lieu encore au Théâtre Toursky, avec la formation Mingus Dynasty de
George Adams, Don Pullen, Cameron Brown et Danny Richmond. L’équipe s’étoffe ensuite avec Hocine et Boularès
Tafer, Lidia Thys, Yves Delgoffe et beaucoup d’autres. Ainsi est né le Cri du Port.
Faute de posséder une expérience significative dans l’organisation de concerts, les militants du jazz du Cri du Port
vont s’allier pour les premiers temps à une autre association, l’APSM (Association pour la promotion du spectacle
à Marseille), déjà en activité et cherchant à se professionnaliser dans l’organisation de concerts. Cette alliance va
durer de 1981 à 1984. Les concerts organisés par les deux associations seront labellisés Jazz Marseille.
En ce début des années 80, le jazz dans le Sud-Est est dans une situation d’abondance paradoxale; de nombreux
festivals présentent au cours de l’été des programmes très riches, Nîmes, Nice, Juan-les-Pins, Salon, La GrandeMotte, Saint-Rémy, Châteauvallon se sont lancés depuis plusieurs années dans des programmations qui font appel
aux géants du jazz, aux bluesmen mythiques ou à l’avant-garde du jazz; Marseille par contre n’a pas mis en place
de festival de jazz et comme le reste de l’année voit se raréfier les tournées significatives, on reste sur sa faim dès
la fin de l’été. Seul Georges Mory, producteur indépendant propose deux à trois fois par an à Marseille des concerts
intéressants. C’est dans ce vide relatif que le Cri du Port va intervenir en produisant des concerts de jazz en dehors
de la période estivale.
Un article signé par Michel Castel paru dans le quotidien La Marseillaise du samedi 9 octobre 1982 présente le
programme Jazz Marseille des deux associations pour la saison 1982/83 en abordant aussi le contexte dans lequel
se place la programmation du jazz dans cette période : « L’APSM et le Cri du Port se sont associés l’an dernier pour
mettre en place plusieurs concerts de jazz qui ont de par leur succès comblé un vide plusieurs fois dénoncé dans
ces colonnes. Leur démarche pour cette nouvelle saison s’inscrit toujours dans l’ouverture à tous les courants, de
l’avant-garde au «swing» le plus classique. Il est à noter que les concerts, faute d’une salle (ou de salles) de spectacles appropriés à la musique sous toutes ses formes à Marseille, doivent se dérouler en des lieux différents...».
Dès les premiers concerts organisés par le Cri du Port et l’APSM, la fréquentation confirme l’intérêt du public même
si personne n’imagine alors qu’en 2016 seront soufflées les bougies du 35e anniversaire du Cri du Port, fort des centaines de concerts qui ont été produits pour la plupart sous la direction de Michel Antonelli, directeur de l’association dès 1985, rejoint en 96 par Armel Bour, puis Dany Cheruele.
L’association a investi tour à tour le Théâtre Axel Toursky, l’Opéra de Marseille, la Salle Saint-Georges, La Criée,
l’Espace Julien, la Maison de l’Etranger, le Chapiteau le Stadium, le Théâtre du Moulin, l’Espace Massalia, la Cité
de la Musique, des églises, écoles, bibliothèques, cinéma, parcs… et aujourd’hui son propre espace dans un ancien
temple, le Cri du Port, rue du Pasteur Heuzé…, et a présenté aux Marseillais le gotha du jazz (Lionel Hampton Big
Band, Dizzy Gillespie, Stan Getz et Chet Baker, Art Blakey & the Jazz Messengers, Chico Freeman, Mingus Dynasty,
Lester Bowie Brass Fantasy, Bobby Few, Bobby Hutcherson, Robin Kenyatta, le Chicago Blues Festival, Andy Bey,
Jack DeJohnette, et beaucoup d’autres, de nombreux groupes nationaux et régionaux, des musiciens d’exception
de la musique cousine du Brésil, notamment João Bosco, Egberto Gismonti et le grand Baden Powell). Pendant ces
trente cinq ans, d’autres énergies, comme celle de Christian Betti, Philippe Mériaux, Jacques Dorville, sont venues
seconder l’équipe pour prolonger l’aventure.
Par Claude Vesco «guitariste et adhérent historique», avec les souvenirs de Christian Ducasse, Jacques Menichetti
et Michel Antonelli. Article légèrement modifié et actualisé paru dans la Revue Jazz Hot.
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
Le Cri du Port le lieu de tous les Jazz(s)
CALENDRIER JANVIER À MAI 2016
JANVIER
Jeudi 21
Jeudi 28
FÉVRIER
Jeudi 4
Samedi 27
MARS
Jeudi 3
Dimanche 6
Samedi 12
Dimanche 20
Jeudi 24
Jeudi 31
AVRIL
Vendredi 15
Jeudi 21
Lundi 25
Vendredi 29
MAI
Lundi 9
Jeudi 12
Jeudi 19
Jeudi 26
Mysterlô dans le cadre de Trëma le Tour 5e édition
Anna Farrow Days & Moods
Anniversaire du Cri du Port
Mauro Gargano Suite For Battling Siki - Le Moulin à Jazz (Vitrolles)
Sortie de l’album Breitenfeld de Pierre Fenichel Trio
Marc Cary présente Rhodes Ahead
Eli Degibri Quartet Cliff Hangin’
Thierry Maucci Double Trio
Ronnie Baker Brooks Blues Band
Perrine Mansuy Rainbow Shell
Meshell Ndegeocello - Espace Julien
Swing Manding
Otis Taylor Band - Espace Julien
Julien Lourau Electric Biddle
Al Foster Quartet - La Croisée des Arts (Saint Maximin)
Francesco Bearzatti Quartet This Machine Kills Fascists
Jonathan Kreisberg Quartet
Pierre Fenichel Trio // Trio BIS
Les communiqués de presse, visuels et autres éléments pour la communication sont disponibles en téléchargement sur le site
du Cri du Port : cliquer ici
www.criduport.fr/téléchargements.html
Chaque trimestre la playlist des artistes programmés est à écouter sur Deezer
ansi qu’un choix de vidéos à visionner sur la chaîne YouTube du Cri du Port
Le Cri du Port
Le lieu de tous les Jazz(s)
8, rue du Pasteur Heuzé 13003 Marseille
Tel : 04 91 50 51 41 www.criduport.fr
contact presse : [email protected] - Tél : 06 08 91 61 13
MYSTERLÔ
Laurent Kouby - piano, batterie
Rémi Abram - saxophone
Patrick Ferne - contrebasse
Marika Divita - voix
Le Cri du Port le lieu de tous les Jazz(s)
communiqué
MYSTERLÔ
JEUDI 21 JANVIER 2016
20:30 le cri du port
Concert dans le cadre de TRëMA, le Tour 5e édition
Mysterlô alias Laurent Kouby, a su très tôt qu’il serait musicien. Dans les années 90, il donne le rythme aux haletantes compositions de
Tex Willer, un combo post-rock. Par la suite, à l’heure des premiers samplers et autres échantillonneurs, il créé LoOp, un étrange trio
tout en boucles.
Laurent Kouby - piano, batterie
Rémi Abram - saxophone
Patrick Ferne - contrebasse, basse
Marika Divita - voix
Mysterlô alias Laurent Kouby, a su très tôt qu’il serait musicien. Dans les années 90, il donne le rythme aux haletantes
compositions de Tex Willer, un combo post-rock. Par la
suite, à l’heure des premiers samplers et autres échantillonneurs, il créé LoOp, un étrange trio tout en boucles.
Cet amoureux des B.O. signées François de Roubaix ou Michel Colombier conçoit des musiques à l’empreinte mélancolique forte et aux arrangements soignés dans la lignée
de ces petits bijoux estampillés seventies.
A l’automne 2012, il livre Kaléidoscope, un album aux dix
plages majoritairement instrumentales. Ce titre emprunté
à l’une de ses compositions, colle parfaitement à son travail réalisé sur plusieurs années. L’atmosphère générale
de ces morceaux composés au piano, se faufile entre easy-listening orchestral et trip-hop cinématique. Mélancolique sans être neurasthénique, cette passionnante odyssée introspective en dix étapes, ce road-movie enjoué est
porté par de séduisantes mélodies. Comme la lumière,
les musiques de ce Kaleïdoscope se réfléchissent à l’infini
donnant autant de paysages sonores que d’auditeurs.
Quelques années plus tard, Mysterlô se consacre à l’organisation d’événements culturels, dont les fameuses soirées
Cooksound Party, qui innovent à l’époque en matière de
clubbing, croisant au même menu musique, gastronomie
et cinéma, et aujourd’hui le Festival Cooksound.
Pour autant, Mysterlô ne lâche pas ses instruments. Musi- Mysterlô est un projet solo, mais à géométrie variable, des
cien, il est. Musicien, il restera, et c’est en solo qu’il se réin- musiciens accompagnant l’artiste en fonction des lieux et
vente en imaginant un nouveau projet créatif, passant de des possibilités.
la batterie aux claviers de son piano et de son ordi.
Dans les années 2000, dans la foulée des soirées Cooksound, il conçoit un livre de recettes de cuisine éponyme
accompagné d’un CD (distribué par Acte Sud et Naïve). L’on
peut y découvrir Rhodes Black, le premier titre personnel à
sortir de son studio. Mysterlô dévoile enfin sa face cachée.
Lieu du concert :
Le Cri du Port
8 rue du Pasteur Heuzé. 13003 Marseille
infoline 04 91 50 51 41
www.criduport.fr
Tarifs :
normal 13€ / réduit 10€ (hors frais de location)
Le réseau TRËMA rassemble des acteurs professionnels de la filière Musiques Actuelles en région PACA et s’investit en faveur de la structuration
professionnelle du secteur Musiques Actuelles en région. Cette représentation collective portée par les membres adhérents ambitionne à une meilleure
reconnaissance et visibilité de la filière.
www.trema-paca.com
Album à écouter : Kaleidoscope / La Plage Sonore /sur 1d-paca.
et sur les plateformes : Deezer, Itunes, Amazone…
A écouter : http://soundcloud.com/mysterl-1#
photo : D.R.
Billetterie :
www.criduport.fr / www.digitick.com
Fnac, Carrefour, Géant
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
ANNA FARROW
DAYS & MOODS
Anna Farrow - chant, composition
Ben Rando - piano, composition
Sam Favreau - contrebasse
Cédrick Bec - batterie
invité : Florent Briqué - trompette
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
Le Cri du Port le lieu de tous les Jazz(s)
ANNA FARROW
um
el alb
nouv
DAYS & MOODS
JEUDI 28 JANVIER 2016
20:30 le cri du port
Présenté par Le Cri du Port et le label Onde Music
Anna
Farrow « singer-songwriter » sort son album Days & Moods.
Dans ce premier opus de compositions co-écrites avec le pianiste Ben
Rando, Anna Farrow révèle sa voix à travers des mélodies prenantes, des
grooves voluptueux et une écriture de textes directe et nourrie.
Anna Farrow - chant, composition
Ben Rando - chant, composition
Sam Favreau - contrebasse
Cédrick Bec - batterie
invité :
Florent Briqué - trompette
Autodidacte et de culture franco-anglaise, Anna développe la tradition du singer-songwriter en un univers
musical singulier. Entourée du pianiste Ben Rando (avec
lequel elle forme aussi un duo), du batteur Cédrick Bec
(Ben Aronov, Raphaël Imbert, Yaron Herman, Nicolas Folmer…) et du contrebassiste Sam Favreau (Sam
Favreau Funkestra, Benoît Paillard, Jean-Luc DiFraya,
Christian “Ton Ton” Salut…), musiciens incontournables
de la scène jazz.
« La voix est assurée, naturelle dans son émission, coulante
dans son rapport à la musique »
Le Monde.fr
« Dans le pari audacieux d’un premier album en répertoire
original (élaboré en compagnie du pianiste Ben Rando), la
franco-britannique Anna Farrow s’arrête peu aux conventions. Son approche autodidacte de cette musique du cœur
l’autorise à choisir de ne pas choisir, entre rythmes brinquebalants et parfum exotique, néo nude, folk et jazz de l’instinct. »
Christian Larrède.
La formation sera en résidence au Cri du Port afin de préparer
les concerts de promotion pour la sortie de l’album et une tournée en Chine au mois de mars.
Dans Days & Moods, la pulsation du jazz, du blues, les
accents de soul et de folk music se mêlent finement, portés par une conception harmonique taillée sur mesure
pour la voix. On s’immerge ainsi tour à tour dans un paso
doble gracieux Travelling Melody, un groove balancé Happy Fool, un jazz chaloupé Words, ou encore une envolée
bluezzy A little Help
Lieu du concert :
Le Cri du Port
8 rue du Pasteur Heuzé
13003 Marseille
infoline 04 91 50 51 41
www.criduport.fr
Tarifs : normal 13€ / réduit 10€ (hors frais de location)
Billetterie :
www.criduport.fr / www.digitick.com
francebillet.com - Fnac, Carrefour, Géant
Album à écouter :
Days & Moods / label Onde Music - dist. Ropeadope.
Sortie janvier 2016
Autres concerts :
jeudi 4 février au Sunside (Paris)
mardi 23 février Salon de Musique ( Salon-de-Provence)
A voir sur youtube : https://youtu.be/euuj2L3O_no
www.ondemusic.com
Photo : D.R.
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
Anna Farrow- chant, composition
Sam Favreau - contrebasse
En 2008, après avoir étudié l’écriture et l’histoire de l’art
à la fac de lettre de Nice, Anna Farrow, chanteuse autodidacte de culture franco-anglaise, se consacre à la seule
discipline qui l’appelle véritablement : le chant.
Guidée par l’ inspiration de vocalistes gracieuses, elle
débute sa carrière en interprétant des standards de jazz
en piano-bar et sur d’autres scènes, principalement en
région PACA (Petit festival culturel, salle Nikaia à Nice,
Théâtre de la Verrerie à Aix-en-Pce, Le Baiser Salé à Paris...).
Lors de ses voyages à l’étranger, dans des villes telles
que Londres, Sydney, New York, elle visite les jazz club et
s’imprègne de ces atmosphères pour entamer un travail
d’écriture de chansons.
Sam Favreau évolue dans le milieu jazz comme compositeur et arrangeur.
Il participe à de nombreux projets en tant que bassiste et
contrebassiste et se produit notamment en compagnie
de Philippe Renaud, Jean-Luc Difraya, Edeil trio, Christophe Leloil, Marie Annick Saint Céran…
De façon occasionnelle, il s’est également produit en
concert auprès de Yaron Herman, André Ceccarelli, Cédrick Bec.
Cédrick Bec, fait partie des batteurs les plus actifs et les
plus sollicités de sa génération.
Il a collaboré avec de nombreux musiciens tels que Michel Portal, Yaron Herman, Nicolas Folmer, Ben Aronov,
Ambrose Akinmusire, Logan Richardson et a eu l’occasion de jouer dans une trentaine de pays sur des scènes
et festivals parmi les plus réputés au monde.
Anne Ducros, Tony Petrucciani…. Il forme son premier
projet en tant que leader en 2008 le Sam Favreau Funkestra.
En mai 2015, avec son acolyte le pianiste Ben Rando
et après une période de co-écriture musicale, Cédrick
Bec et Sam Favreau rejoignent le projet, naturellement
connectés par une amitié et une vision musicale commune. Le groupe est fondé. L’album Days & Moods est
enregistré en 2015 avec sept musiciens et paraîtra le 28
janvier 2016 chez Onde Music/ Ropeadope.
Une tournée en France et en Chine est prévue pour l’année 2016.
Ben Rando - piano, composition
Ben Rando semble voué à rejoindre très vite le peloton
des « très hauts (Aaron Parks, Jason Moran ...)»
Eric Quenot, Jazz Magazine
« Un son et une cohésion de groupe d’une absolue perfection, des compositions et des solos millimétrés»
Eric Quenot
Ben Rando a dernièrement co-écrit avec Anna Farrow
l’album Days & Moods en tant que pianiste, arrangeur et
compositeur. Il s’est produit sur des scènes prestigieuses
(Jazz sous les Pommiers, France Inter, Sunside, Charlie
Free, Jazz au Couvent…)
Il fonde le groupe Dress Code en 2006 qui se démarquera
au tremplin jazz de La Défense en remportant deux prix
de solistes. Ben Rando joue également régulièrement
en Chine (Hong-Kong international jazz festival, JZ Shanghai Music festival, Beishan festival, Guangzhou jazz festival...).
Depuis 2004, il a participé à de nombreux projets et
spectacles en tant que pianiste, compositeur ou arrangeur. Irama, I Got Plenty, Yasmine Kyd, Bianca’s Song, GSound, Souvent Record, Pills&Pearls, Anitya, Le Bal De
L’Afrique Enchantée..
Cédrik Bec - batterie
Cédrick Bec, fait partie des batteurs les plus actifs et les
plus sollicités de sa génération.
Il a collaboré avec de nombreux musiciens tels que Michel Portal, Yaron Herman, Nicolas Folmer, Ben Aronov,
Ambrose Akinmusire, Logan Richardson et a eu l’occasion de jouer dans une trentaine de pays sur des scènes
et festivals parmi les plus réputés au monde.
Anne Ducros, Tony Petrucciani…. Il forme son premier
projet en tant que leader en 2008 le Sam Favreau Funkestra.
Il a également été récompensé à plusieurs reprises, on
peut citer le prix de la SACEM en 2004, le prix de groupe
du Concours National de la défense en 2005 avec la formation Newtopia quintet (Choc Jazzman) et le prix de
soliste en 2007 avec le quintet Dress Code (Révélation
Jazzmag.
Florent Briqué - trompette
Apres avoir dirige pendant deux années l’orchestre régional de jazz en Lorraine, Florent Briqué est aujourd’hui directeur artistique et compositeur pour le collectif artistique chinois «Shanghai Surnatural».
Son parcours de trompettiste est jalonné de rencontres
et de collaborations avec des musiciens de renom : World
Saxophone quartet, David Murray, Carla Bley, Steve
Swallow, Nicolas Folmer,... et de participations à des festivals internationaux : Jazz à la villette (Paris), L’esprit jazz
(Paris), Umbria jazz (Italy), Jz’s Shanghai festival (Chine),
Nancy Jazz pulsations (France).
Florent Briqué se produit régulièrement au sein de nombreuses formations jazz : FrogNstein, Akoustik Obsession, Europol orchestra, L’oeil du cyclone, L’ORJL, ...
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
LE CRI DU PORT
FÊTE SES 35 ANS !
Le Cri du Port le lieu de tous les Jazz(s)
SOIRÉE ANNIVERSAIRE DU CRI PORT
POUR LES 35 ANS DE L’ASSOCIATION !
JEUDI 4 FÉVRIER
19:30 le cri du port
Sans prétention mais avec chaleur nous soufflerons les bougies d’une aventure
amicale qui dure depuis 35 ans. Qui aurait pu dire que ce petit groupe d’étudiants en géographie épaulés par de jeunes journalistes de radios fraîchement
libres poursuivent depuis février 1981 un programme intitulé Jazz Marseille qui a
pu présenter 36 saisons de concerts.
Parmi les musiciens attendus :
Alex Barette
saxophone baryton
Christophe Cuzzucoli
basse
Arnaud Farcy
saxophone alto
Pierre Fenichel
contrebasse
Perrine Mansuy
piano
Renaud Matchoulian
banjo
Thierry Maucci
saxophone
Claude Mennillo
batterie
Paul Pioli
guitare
Claude Vesco
guitare
Se sont succédé en tant que présidents : Jean-Denis Jacquet dit «Finnegan», Christian Ducasse, Didier Magnetto, Philippe Mériaux, Christian Betti, Jacques Dorville, Hocine Tafer et
actuellement Ellen Bertet.
Du premier concert au Théâtre Toursky avec un tout jeune Didier Lockwood en quartet, aux historiques Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Stan Getz et Chet Baker... en passant par les libérateurs, Archie Shepp, Lester Bowie, George Adams-Don Pullen, Sam Rivers, Don Cherry, McCoy
Tyner... des jeunes lions des années 80 : Chico Freeman, Arthur Blythe, John Scofield, aux légendes du blues : Buddy Guy - Junior Wells, Jimmy Dawkins, Lucky Peterson, du Brésil : Egberto
Gismonti, Hermeto Pascoal, Baden Powell, à l’Afrique de Manu Dibango, Ray Lema, sans oublier
la pléiade des artistes européens : Martial Solal, Biréli Lagrène, Julien Lourau, Bojan Z, Enrico
Pieranunzi, Stefano di Battista, Carlos Bica… et tant d’autres du monde entier : Karnataka College Of Percussions, Avishai Cohen, et un clin d’œil aux magnifiques chanteuses, de Betty Carter
à Youn Sun Nah, Cécile McLorin Salvant, Cyrille Aimée, aux jeunes soufflants, Emile Parisien,
Dmitry Baevsky, aux guitaristes : Manu Codjia, Robben Ford…
Ouvert sur le monde le Cri du Port a fait la part belle aux créateurs, anciens, jeunes et/ou en
devenir, si certains sont devenus des «vedettes» d’autres poursuivent leur propre voie toute
aussi intéressante.
Dans une société où le jazz s’est transformé pour certains en produit marketing, notre travail
de fourmis, pas toujours reconnu à sa juste valeur, a rencontré des milliers de spectateurs.
Saluons ici, les centaines de musiciens, souvent pour la première fois à Marseille, qui ont
toujours su défendre au long de plus de mille concerts une musique aussi inventive et sans
frontière.
Cette soirée est aussi dédiée aux compagnons qui au fil des ans nous ont apporté leur aide
et leur temps, certains nous ont quittés pour un ciel étoilé lointain mais un grand nombre
œuvrent encore dans les rouages du jazz. Pour une soirée simple et amicale les musiciens
invités nous convient à une ballade de jazz
à tous les étages du Cri du Port. So Long.
Lieu du concert :
Le Cri du Port
8 rue du Pasteur Heuzé 13003 Marseille
infoline 04 91 50 51 41
www.criduport.fr
Réservation conseillée.
Photos : archive du Cri du Port, Claude Vesco, Claude Boyer
Tarifs : normal 13€ / réduit 10€ (hors frais de location)
Billetterie :
www.criduport.fr / www.digitick.com
francebillet.com - Fnac, Carrefour, Géant
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
MAURO GARGANO
SUITE FOR BATTLNG SIKI
Mauro Gargano - contrebasse, composition
Ricardo Izquierdo - saxophone
Jason Palmer - trompette
Manu Codjia - guitare
Bruno Ruder - piano
Jeff Ballard - batterie
Le Cri du Port le lieu de tous les Jazz(s)
communiqué
MAURO GARGANO
SUITE FOR BATTLING SIKI
um
el alb
nouv
SAMEDI 27 FÉVRIER
21:00 le moulin à jazz - vitrolles
Concert présenté par Charlie Free et Le Cri du Port
Place à six musiciens de haut vol sur le ring du Moulin à Jazz ! Le contrebassiste transalpin
rend hommage au boxeur nomade franco-sénégalais Battling Siki, légende peu connue
dont la vie romanesque sert de trame à ce beau projet.
Plus qu’un voyage géographique, c’est une véritable exploration intime que nous présente
Mauro Gargano. Il a pratiqué la boxe, et ça s’entend. Sa musique la raconte de l’intérieur…
Mauro Gargano - contrebasse, composition
Jason Palmer - trompette
Ricardo Izquierdo - saxophone
Manu Codjia - guitare
Bruno Ruder - piano
Jeff Ballard - batterie
Habitué du Moulin à Jazz en tant que sideman, il revient
comme leader, pour une création sonore pensée comme
un combat de boxe ultime, qu’il décrit ainsi : « Le“match”
en soi est la conséquence d’une évolution logique et cathartique du protagoniste à travers les difficultés, les durs
entraînements, les doutes, les privations, la misère ».
Le 16 décembre 1925, le boxeur Battling Siki est abattu
à coups de revolver dans une rue de New-York. Il n’a pas
trente ans. On ne retrouvera jamais son assassin. Une
mort à l’image de sa vie, tissée d’énigmes. Siki a inspiré
des intellectuels et des artistes divers : Ho Chi Minh, Paul
Vaillant-Couturier, Ernest Hemingway, ou encore Henry
Miller.
L’aventure continue, le champion est de retour, aux couleurs du jazz cette fois !
La composition de Mauro Gargano organisée en une
suite de tableaux tout en rythmes et mélodies croisées,
laisse une grande place à la créativité de l’équipe.
Ainsi un large thème très orchestré côtoie polyrythmie,
conversation entre les récitants et les improvisateurs et
même une improvisation où la trompette de Jason Palmer rebondit sur le swing de la corde à sauter de Muhammad Ali à l’entraînement !
Lieu du concert :
Le Moulin à Jazz
Domaine de Fontblanche. 13127 Vitrolles
infoline Charlie Free : 04 42 79 63 60
[email protected]
http://www.charliefree.com
Tarifs : normal 12€ / réduit 10€
(hors frais de location)
Billetterie : auprès de Charlie Free
Fnac, Carrefour, Géant
Ecouter : A écouter le nouvel album :
Suite for Battling Siki Gaya Music /Socadisc, 2016
http://www.maurogargano.net/HOME_.html
https://youtu.be/tFSOMpeyTmw
Photo : Davide del Giudice
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
Mauro Gargano - contrebasse, composition
Ricardo Izquierdo - saxophone
Mauro est né à Bari (Italie) le 9 mai 1972. Après quelques années
d’études de la contrebasse classique et jazz aux côtés des maitres
italiens (Maurizio Quintavalle, Furio Di Castri, Paolo Fresu et Enrico Rava), il arrive à Paris en 1998 et intègre pendant deux ans la
classe de contrebasse classique du conservatoire du IV arrondissement dirigé par Christian Gentet, et gagne le concours d’entrée
au CNSM de Paris dans la catégorie « Jazz et musiques improvisées ».
Pendant 4 ans, il étudie la contrebasse jazz et contemporaine,
la composition et l’arrangement avec Riccardo Del Fra, François
Théberge, Hervé Sellin, Glenn Ferris, Daniel Humair, Dre Pallemaert et Frederic Stochl (théâtre instrumental), et obtient le 1er
Prix du CNSM mention «Très bien” et le DFS en Jazz.
En 2006 Mauro sort le projet «The Three Moons», avec les musiciens italiens Gaetano Partipilo et Fabio Accardi.
En 2007 rentre dans le quartette «Résistance Poétique» du batteur Christophe Marguet, avec Sébastien Texier et Bruno Angelini, avec lequel publiera 3 albums.
En 2008, enregistre avec le trio de Philippe Lebaraillec avec Ichiro Onoe, et le quartette de Nicolas Folmer avec Thierry Eliez et
Michel Legrand.
En 2012, Mauro dirige le projet «Mo’Avast Band» (Note Sonanti)
qui reçoit un bel accueil (Révélation Jazz Magazine, élu Citizen
Jazz, recommandé par les magazines italiens «Musica Jazz et Jazzit». En 2013, il fonde le trio « ANTS
» avec Ricardo Izquierdo et Fabrice Moreau. Et le « ZOUAVE
JACOB » avec les musiciens siciliens Gianni Gebbia et Dario de
Filippo. S’en suivent de nombreuses collaborations sur disque
(pas moins de 42 albums en tant que sideman, 3 en tant que leader) et sur scène puisqu’il accompagne des nombreux artistes de
jazz, de musiques improvisées et de musiques du monde comme:
Aldo Romano, Kenny Werner, Jason Palmer, Bojan Z, Daniel Humair, Rene Urtreger, Nasheet Waits, Mike Moreno, Chihiro Yamanaka, Chris
Cheek, Giovanni Mirabassi, Sebastien Jarrousse, Alexis Avakian,
etcetera.
Saxophoniste Ténor et Soprano, Ricardo Izquierdo Reyes est né à
Matanzas, Cuba, en 1978. après avoir étudié a l ‘école superieure
de la havanne et joué avec les artistes locaux il s’installe à Paris en
2001.
Il a déjà collaboré avec : Franck Lacy , Michel Zenino , Ernest Dawkins , Napoleon Maddox, Raul Paz , Hamid Drake, Maxime Fougeres,
Carlos Maza , Manu Codjia , Jason Palmer , Jeff Ballard , Orishas ,
Bojan Z...
Fan de Joe Lovano, son opiniatreté dans le jeu, ainsi que son envie
de sans cesse renouveller son discours, le pousse toujours plus loin
dans ses improvisations enfiévrées. Un grand saxophoniste ténor.
Jason Palmer - trompette
Le trompettiste Jason Palmer est le représentant de l’avant garde
du jazz moderne actuel, avec un penchant vers le post-bop aventureux et cérébrale.
Originaire de High Point, en Caroline du Nord, Palmer a étudié au
New England Conservatory de Boston. Depuis sa sortie de l’université, Palmer a joué avec les noms les plus connus du jazz americain:
Roy Haynes, Jack Dejohnette, Benny Golson, Greg Osby, Ravi Coltrane; le guitariste Kurt Rosenwinkel, Jeff Ballard et plein d’autres.
En 2007 le magazine Down Beat l’a nommé un des 25 meilleurs
trompettistes de l’avenir. Un an plus tard, Palmer a sorti son premier
album solo, «Songbook» avec Greg Osby et Ravi Coltrane.
En 2009, Palmer a remporté le premier prix au Concours international de trompette jazz «Carmine Caruso». Cette même année, il
a joué dans le film musical indépendant «Guy & Madeline», dans
lequel il a joué le rôle d’un trompettiste de jazz.
En 2010, il sort son deuxième album, «Nothing To Hide», pour
Stepplechase Records. Un an plus tard, il revient avec l’album «Here
Today», mettant en vedette le saxophoniste Mark Turner. En 2012,
Palmer a livré son quatrième album studio «Take a Little Trip»
(Stepplechase), en hommage à la chanteuse de soul légendaire
Minnie Riperton.
Manu Codjia - guitare
C’est à Chaumont, dans la Haute-Marne, que naît Emmanuel Codjia
le 29 septembre 1975. Passé par la guitare classique dès l’âge de dix
ans à l’école de musique, le jeune apprenti-musicien se tourne vers
le jazz quelques années plus tard. Il suit tout d’abord les cours du
CIM (Centre d’information musicale) de Paris à partir de 1993 puis
entre l’année suivante au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, d’où il ressort diplômé en 2000.
Lauréat des prix de soliste et de groupe avec le trio de Matthieu
Donarier au Festival de jazz de La Défense en 1999, le guitariste
décroche un second prix avec la formation Spice Bones et un troisième avec le quintette de Gueorgui Komazov. En 2000, le directeur
de l’Orchestre National de Jazz Paolo Damiani l’engage au sein de
la phalange hexagonale. Dès lors, Manu Codjia multiplie les collaborations avec Erik Truffaz, Daniel Humair, Dr Knock, Henri Texier,
Christophe Wallemme et Simon Goubert, Géraldine Laurent...
Jeff Ballard - batterie
Natif de Santa Cruz, en Californie, Jeff Ballard a joué trois ans
auprès de Ray Charles, entre ses 25 ans et ses 28 ans, à raison
de huit mois de tournée par an. Le jeune Californien s’est ensuite installé à New York où il s’est aguerri auprès de brillants
jazzmen aussi soucieux de respecter la tradition que de créer
de nouvelles voies. Outre ses expériences auprès des pianistes
Chick Corea (depuis 1999) et Brad Mehldau(depuis 2006), on l’a
vu aux côtés de nombreux musiciens comme le guitariste Pat
Metheny ou le saxophoniste Joshua Redman. Il joue également
dans un autre trio, Fly (avec le bassiste Larry Grenadier du trio
Mehldau et le saxophoniste Mark Turner).
Dernièrement, Jeff Ballard a participé à l’album «The World begins Today» du jeune saxophoniste français Olivier Bogé, qu’il a
accompagné sur scène à L’Improviste et au New Morning.
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]
Au sujet de Battling Siki
Introduction de Jean Marie Bretagne auteur du livre biographie « Battling Siki » (ed.Rey)
Le 16 décembre 1925, le boxeur Battling Siki est abattu à coups de revolver dans une rue de New-York. Il n’a pas
trente ans. On ne retrouvera jamais son assassin. Une mort à l’image de sa vie, tissée d’énigmes.
Il naît à Saint-Louis du Sénégal en 1897. Puis, vers l’âge de dix ans, il est emmené en Europe par une danseuse hollandaise. Elle l’abandonne à Marseille. Il y dispute ses premiers combats de boxe, vers l’âge de 13 ans, avant de participer, en tant qu’engagé volontaire, à la guerre de 14-18 – où sa bravoure lui vaut la croix du mérite, la croix du guerre
et le titre d’adjudant.
Sa carrière pugilistique reprend en 1919. Il gagne sur tous les rings d’Europe contre des champions attitrés, mais
sans convaincre : il n’affronte, dit-on, que des boxeurs de second plan. En 1922, près de Paris, il rencontre pour le
titre mondial l’immense champion Georges Carpentier, le héros de toute la France et, à la surprise générale, il le
surclasse, le dévaste, l’envoyant définitivement au tapis en six rounds…
Une enfance romanesque, une guerre héroïque, un triomphe sportif déjouant tous les pronostics : ces circonstances
devraient lui valoir la gloire et l’argent.
Or, Siki ne récolte que railleries et diffamations. Dans la presse, largement acquise au racisme, ses hauts faits se
retournent contre lui. Son courage sous les drapeaux ? Allons, ce n’était que l’inconscience propre aux nègres ! Sa
victoire sur Carpentier ? Un coup de chance, peut-être même une tricherie !
Siki s’exile alors aux Etats-Unis, mais là-bas aussi, c’est à devenir fou. Malgré ses qualités, il ne peut pas boxer contre
les meilleurs, car ceux-ci sont blancs et ne veulent pas risquer le sort de Carpentier.
Alors, puisque les rings le refusent, Siki l’indomptable se bagarre dans les cafés, quand on refuse de le servir parce
qu’il est noir… Il se bat aussi dans la presse, rendant coup pour coup. « Vous avez une statue de la liberté, déclaret-il
à un journaliste américain, mais c’est un mensonge. Il n’y a pas de liberté ici, pas pour les gens comme moi ! » C’est
sans doute en voulant corriger un raciste qu’il trouvera la mort – à moins que la mafia n’ait voulu le punir pour un
combat où il avait refusé de se coucher…
La vie a fait de Siki un nomade. Au fil des titres de son album, le musicien Mauro Gargano a choisi, pour lui rendre
hommage, de suivre sa trace dans les villes où s’est déroulée son histoire. Cela va de Saint-Louis à Amsterdam, où
Siki a rencontré son épouse, de Dublin où il a perdu son titre de champion du monde, au quartier irlandais de New
York où il a été descendu... Et cela donne une brillante sarabande musicale, jouant avec jubilation des influences
les plus diverses. Mais le principal enjeu n’est pas là. L’album Suite for Battling Siki est, plus encore qu’un voyage
géographique, une exploration intime – Mauro Gargano a pratiqué la boxe, et ça s’entend, sa musique la raconte de
l’intérieur...
Chacun des morceaux qui compose cette oeuvre s’ouvre dans une sorte de brouhaha. On devine qu’on est au bord
du ring, lors du fameux match de Siki contre Carpentier. On entend la voix de l’entraîneur qui donne ses consignes
au boxeur (« Crois-moi, tu fais ce que je te dis ! T’as confiance en moi ? ») Mais que valent ses mots ? Parle-t-il pour
son bien ou pour le trahir ? On entend aussi Siki qui, dans des monologues intérieurs, s’exhorte, s’interroge, confie
ses espoirs, ses rêves, sa trouille. « J’en ai marre de me salir les mains
avec mon propre sang. Dieu sait si ça fait mal… » Saisissante sincérité, que celle d’un homme acculé dans un coin,
dans une impasse où la seule échappatoire est de se battre encore et encore.
Puis, quand le gong retentit, quand le match reprend, l’entraîneur et le boxeur se taisent, la musique prend le relais.
Six fois, à chaque round, la bagarre de cuivres blessés, de cymbales froissées, de notes courant sur la
contrebasse recommence. Six fois, c’est une succession de mélodies nerveuses, de tempos saccadés racontant la
boxe, comme dans les beaux films noirs qui lui ont été consacrés. Six fois, on devine Siki repartant au combat et
Mauro Gargano trouve de nouvelles harmonies pour chanter son énergie, son courage…
Siki a inspiré des intellectuels et des artistes divers : Ho Chi Minh, Paul Vaillant-Couturier, Ernest Hemingway, Henry
Miller ont écrit sur lui. Plus récemment, un opéra et une bd lui ont été consacrés. L’aventure continue, le champion
est de retour, aux couleurs du jazz cette fois !
Jean Marie Bretagne (auteur du livre « Battling Siki » ed.Rey)
Le Cri du Port saison Jazz Marseille 2015/2016 janvier à mai / contact presse : 06 08 91 61 13 [email protected]

Documents pareils

DOSSIER DE PRESSE - Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés

DOSSIER DE PRESSE - Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés le monde de la soul hexagonale (pas moins de cinq prix -du jamais vu- lors du dernier Tremplin Blues sur Seine). La jeune chanteuse-compositrice et guitariste émérite, à l’énergie débordante, a éga...

Plus en détail