Le Capteur Manducateur

Commentaires

Transcription

Le Capteur Manducateur
Orthopédie Pédiatrique
Approche posturale
www.fisiokinesiterapia.biz
POSTURE : de quoi parle-t-on ?
z
Dès le début du 19e siècle,
Charles Bell posait le
problème suivant :
z
Comment un homme
maintient-il une posture
debout ou inclinée contre
le vent qui souffle sur lui ?
z
Il est évident qu’il possède
une aptitude à réajuster et
à corriger tout écart par
rapport à la verticale.
z
Cette aptitude est le
contrôle postural
z
C’est un système
complexes à multifonctions
z
- maintenir une station
érigée ;
- nous situer dans
l’espace temps
structuré qui nous
entoure ;
- nous équilibrer dans
le mouvement, le
guider et le renforcer.
Régulation posturale = vraie fn
physio, non supportée, comme la
respi, par organe particulier mais
par organisation complexe
relations entres
structures.
diverses
⇒ compléxité, fragilité, voire
immaturité (cf nveau-né humain
qui a besoin de 12 longs mois
pour tenir debout).
z
(Tiré de l’Office de Recherche Interdisciplinaire
sur les Organisations Neurophysiologiques,
ORION, http://www.chez.orion/cours1.htm
Position debout : forces déséquilibrantes
z
accélérations angulaires et
linéaires d'orig extérieure
(pressions / poussées
environnt = pesanteur, modif
support)
z
d'orig interne (mvts actifs
segt corporel)
(Kendall, Charles Bell)
Forces correctrices
z
architecture
ostéoarticulaire
z
résistance viscoélastique
musculo - ligamentaire
z
ajustements
posturaux
correcteurs
(APC)
=
corrections posturales
musculaires : maintenir la
proj cetnre grav au sol ds
polyg sustent
(Kendall, Charles Bell)
SYSTEME MULTIPLEXÉ
= à multiples entrées
Pour maintenir la position debout,
l’organisme utilise les
CAPTEURS POSTURAUX
2 types
z
Les exocapteurs = entrées sensorielles
qui sont en relations directe avec
l’environnement et nous situe par
rapport à lui :
le système visuel, l’oreille interne, les
pieds, le toucher
z
Les
propriocepteurs
situent
les
différentes parties de notre corps par
rapport
à
l’ensemble,
dans
une position donnée
EFFECTEUR DU SYSTEME POSTURAL
1 Effecteur
= muscles
en particuliers extenseurs
anti-gravidiques
= APC
La régulation posturale est
automatique
Informations
posturaux
des
capteurs
⇒
centres régulateurs
(SNC = niv medullaire,
niv cortico-sous cortical)
⇒
réponse musculaire :
contraction / relâchement (MI,
tronc) = APC
⇒
nouvelle variation infos des
capteurs posturaux
⇒
Nouveaux AP
Complémentarité
z
1 syst complx de rétroactions
modifiant
ordre
donné
par
commande centrale, à partir
d'infos issues des inter-relations
entre capteurs =
«complémentarité informationnelle» =
détecteurs d’erreurs
( réflx oculo-vestib, vestib-spinal,
oculo-cervical…)
compensations posturales
substitutions sensorielles
Déficit Vr bilat compensé par couplg
O-C + capt Pod en qq sem
Systéme multimodal
z
2 schémas posturaux principaux
z
SCHEMA POSTUR ASCENDANT :
théorie pendule inversé
oscillations corporelles position
orthostatiques
enregistrables
(posturographie) = APC
Systéme multimodal
z
SCHEMA
POSTURAL
DESCENDANT :
z
Stabilisation constante tête
en rotation autour de l’axe
du regard,
Tête stabilisée dans l’espace
est une référence obligatoire
à
partir
de
laquelle
s’organise la posture de la
tête jusqu’aux pieds
(Berthoz)
Schéma postural descendant
Tête stabilisée =
z
But
=
utilisation
maximale infos visuelles
et vestibulaires
z
contrôle
proprioceptif
d’origine
cervicale
+
vestibulaire
(Berthoz)
Implications des schémas posturaux
ascendants et descendants
z
Croissance : plusieurs étapes
plylogéniques
z
Naissance – Marche
verticalisation
céphalo-caudale
progressive avec comme reférent
principal la tête = organisation en
SP
descendant
avec
fonctionnement
articulé
tête/tronc)
z
Marche – 6 ans .
organisation SP ascendant avec
un fonctionnement en bloc de
l'ensemble tête/tronc
•7 ans – Adulte
fonctionnement articulé de l'ensemble
tête/tronc, permettant une stabilisation de la
tête dans l'espace en vue d'une organisation
SP descendant
•Maturité posturale = 12 ans
Les systémes « tampons »
z
Capacités de compensation
= SYSTEMES TAMPONS
absorbent inexactitudes syst
postur. :
z
SYST. PODAL (pied - cheville) .
z
CEINT PELV / SCAPUL tous les
plans . .
z
Quand syst tampons dépassés
⇒ pathologie
(BRICOT)
Les systémes « tampons »
z
SYST. TAMPON PELV.:
Bascule pelvienne / ILMI
(Bricot, Catanzariti)
z
BB pas systé = ILMI ou
déformation rachis.
z Maj cas = compensation
automatique
physio
déficience postur ⇒
z Tentative correction BB
par moy méca (talonnette)
risque décomp postur
Les systémes « tampons »
z
Troubles statiques
podaux
z
Éliminer SPD
SYSTEME MULTIMODAL
Expériences de Mesure et coll.
z
Evalu perf postur dynq (équil
bipodal / plateau instable) groupe
sujets experts (prof sports équil :
planche/voile, danse)
/ non experts = novices
z
Résultats ⇓ signific nbre chutes YF
chez experts
z
amélio
contr
entraînement
z
entraînement : sélectionner de
manière + rap et donc + efficace la
stratégie
posturale
la
mieux
adaptée
postur
par
SYSTEME MULTIMODAL
Expériences de Mesure et coll.
Si entraînement (experts)
permet utilisation spécif
de
stratégies
postur
mieux adaptées à la
situation, ⇒ rééduc specif
permettre
de
récup
stratégies
sensorimotrices + effic pour cert
patho (rééduc posturale)
Fonctionnement du système postural
SYSTEME POSTURAL SYNTHESE
1.
2.
3.
4.
Automatique (APC)
Multiplexé (capteurs posturaux)
Inter-relationnel (compensations, substitutions)
Multimodal (stratégies, traitements)
Intérêt clinique
z
Asymétries de posture sont
susceptibles d’entraîner des
contraintes articulaires asym
z
Prolongées : douleurs,
troubles statiques
z
Etude cause(s) asymétries
posture =
traitement « étiologique »
associé traitement sympto
classique
ou
Intérêt clinique
z
Toute asymétrie posturale
n’est
pas
synonyme
de
pathologie mécanique :
z
Il faut l’association :
anomalie postur sructurelle,
hyperfonctionnement
du
segment
concerné
et
dépassement des capacités de
compensation
(DEBUSE)
Le Capteur Vestibulaire
z
App V spécialisé ds détection position + mvts tête
ds ttes directions
Contr mvts ocul
Tonus extsion tronc et 4 mbes
z
⇒ contr SPD
z
z
Le Capteur Podal
z
Rôle essentiel contr postur :
z
nbx R proprio et extéroceptifs
Pacini, ruffini, Meisner …
sensibles pression et déplacts
z
BaroR hypoderme plantr : détecter pressions à partir de 0,3 g + donner
infos sur oscillations corporelles (APC) et variation polyg sustentation
z
Très nbx en z appui surtt orteils + part ant bd ext pied
z
Pied = plate-forme de force, transmet en permanence au cerveau infos
sur positions articulaires, tensions musculaires, pressions exercées
sur plante, permettant maintien équil par APC = Shéma postual
Ascendt
Le Capteur Podal
récept cut proprio
info mécanoR ⇒ médullaire ⇒ réponses réflexes
stéréotypées (réflexe cuta-plant)
info mécanoR ⇒ cortex proprioceptif
Le Capteur Podal
z
Interface de mousse entre sol et pieds :
– Limitation
des
informations
mécanorécepteurs
plantaires =
– Dégradation du contrôle postural
– Oscillations corporelles (APC) x 2
(Gagey 1988)
Implication : rôle postural des semelles amortissantes
(chaussures de sport, podologie) = augmentation du
confort et des microtraumatismes plantaires au dépend du
contrôle postural d’origine podale ?
Le Capteur Podal
z
Déafférentation cutanée plantaire, chirurgicale
chez l’animal, par anesthésie chez l’homme
– Dégradation du contrôle postural statique, notamment YF
(Berthoz 1978, Enjalbert 1993)
– Idem dynamique, à la marche
(Perry 1997)
z
Stim.
mécanorécept.
Plant.
(massages,
vibrations, surélévations ponctuelles, chaleur) :
amélio. contrôle postural
(Demanze, Roll 1988 , Okubo 1980, Gagey 1990)
Le Capteur Podal
z
STATIQUE SAGITTALE DU RACHIS
z
INFLUENCE TYPE DE PIED
z
Pied plat : hypercyphose dorsale (Monthéard) .
Pied creux : hyperlordose lombaire et cervicale (Monthéard) .
z Pied valgus : hyperlordose lombaire et hypercyphose dors.
z
(Bricot) .
z
Pied varus : délordose lombaire et dos plat (Bricot) .
Le Capteur Podal
z
INFLUENCE HAUTEUR DU TALON
z
STATIQUE SAGITTALE DU RACHIS
z
lordose lombaire + talon 7,5 cm :
– Augmente 60%
– Diminue 25%
– Sans influence 15%
(Valembois)
z
TOUTE COMPENSATION, SURTOUT TALONNETTE,
REPERCUSSION RACHIDIENNE
Le Capteur Visuel
2 sous-systémes :
1 exocapteur rétinien =
informations sur l'environnement : essentiellement rétine
périphérique sensible aux mouvements ds l’environnement
1 endocapteur proprioceptif oculomoteur =
infos position oeil dans cavité et / autres capteurs posturx
Le Capteur Visuel – Rétinien :
z
Voie posturale à point de départ
rétinien (Jouen)
z
Simple
fermet
oculaire
⇒
augmentation
des
oscillation
corporelles (APC) en position
debout 250%
z
personne ds train sensation fictive
de son propre déplact créé par
démarrage
autre
train
voie
parallèle
z illusions mouvements corps
Qd gde part environnt se déplace
⇒
messg rétin l’interpr comme
déplact propre du sujet adulte ou
nveau-né : APC = déséquil corps
sens opposé au mouvt scène
Le Capteur Visuel – Rétinien
z
Voie proprio-posturale
à point de départ
rétinien (Jouen)
z
Application :
– Nourrissons IMC
hypotonie maj tronc ⇒
redressemt
uniquement
passif
Stim rétine périph par
passage répété scènes
vis type damiers noir /
blanc ⇒
redressement actif +++
(Vasseur)
Le Capteur Visuel - Oculomotricité
z
Voie proprio-posturale à point de départ
oculomoteur (Baron, Gagey)
z
Déséquil OM unilat animal par ténotomie
incurv tronc par contracture paravertébx
controlat au déséquil OM + déplact circul
manège, tjrs même sens.
z
Homme sain + verres prism ⇒
déséquil OM 1 - 4 ° (mauv centrage
verres correcteurs) ⇒
trbl posturx =
attit scoliotique par Ê tonus m parav
controlatx à dév ocul
Le Capteur Visuel - OM
z
Afférences issues R mOM se
projettent, par V, sur struct
impliquées ds contr postur =
nyx vestib
cérvelet
visuelles (colliculus)
z
mOM
morpho
et
innerv
sensorielle complx, ⇒
fn extrêmemt précise, type
régulation syst postur
z
Ens ces données : existence voie
proprio-postur à pt départ OM +
trtt simult infos orig rétin particip
élabo centr schéma postur statiq
+ dyn
Le Capteur Visuel - Oculomoteur
z
z
Déséquilibre OM, 1-4°, induit asymétrie du
tronc par contracture m. paravertébrx
controlatérx au déséquilibre OM.
Rôle dans attitude scoliotique / SI ?
– Evaluer scoliose chez malvoyants
– Evaluer déséquilibre Oculo-Moteur dans
SI
Scoliose chez l ’enfant DÉFICIENT VISUEL
5x plus de scolioses chez déficients visuels / non DV
35
30
25
20
Déficients visuels (75)
Témoins (728)
15
10
5
0
Scolioses (%)
Scoliose et Vision
– le plus souvent mineure
(Cobb moyen 14° de 10 à 28°),
non évolutive (1/6), haute
cervico-dorsale (1/3)
– compensation
cervicocéphalique de la pathologie
visuelle : position de blocage
d’un nystagmus, troubles
oculomoteurs …
Scoliose et DV : en pratique
z
Prise en charge classique inadaptée
z
Scoliose « spécifique » :
Prise en charge conjointe :
z
Médecins : diagnostic ophtalmologique
et orthopédique
z Orthoptiste : modification de la posture
cervico-céphalique par « manipulation »
de l’entrée visuelle (orthoptie, prismation)
z Kinésithérapeute : stimulations correctrices
du systéme posturale par le biais d’autres
capteurs posturaux : tact (peau), proprioception musculaire …
z Podologue : « manipulation » de l’entrée podale par semelles
spécifiques
Scoliose et Vision : en pratique
Scoliose chez l’enfant DV
z
Scoliose chez déficient visuel
– 1 exemple de prismation chez
une jeune patiente DV de 11
ans présentant une scoliose
évolutive
dorsolombaire
gauche à grand rayon de
courbure (12 à 18° en 6 mois).
– Refus du corset à temps partiel
des parents et de l’enfant.
Scoliose et Vision : en pratique
Scoliose chez l’enfant DV
Prismation
unilatérale pour
défaut de fixation
de l’œil droit par
strabisme
(10
dioptries).
Cobb
10°
(radiographies
avec prismation).
Traitement continu pendant 18
mois sans kiné ni semelle : > arrêt
Cobb = 12° (18° au départ)
Le Capteur Visuel - Oculomoteur :
– Evaluer scoliose chez malvoyants
– Evaluer déséquilibre Oculo-Moteur
dans la ScoIiose Idiopathique
Le Capteur Visuel - Oculomoteur :
41 JEUNES FILLES SCOLIOSES IDIOPATHIQUES (14 ans 3mois)
(angle de Cobb moyen 35°, 10 à 86°)
/
27 TEMOINS (14 ans 1 mois)
Bilan OMG
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Témoins
Scolioses
Anomalies Mvts lents NOC p<0,001
OMG
p<0,001
p<0,001
Comparaison Scolioses Evolutives / Non Evolutives
70
60
50
40
Scolioses évolutives
S. non évolutives
30
20
10
0
Mvts lents p<0,05
NOC p<0,05
z
Déséquilibre oculomoteur
est-il secondaire à la
Scoliose Idiopathique ?
z
Scolioses
maj.
déséquilibrées,
attitude
compensatrice tête-tronc,
parfois aggravante, pour
conserver horizontalité du
regard (Fauchet).
z
Si incomplet, trouble OM.
z Le
déséquilibre oculomoteur est-il
secondaire à la Scoliose Idiopathique
?
– Anomalies OM (petites ondes carrées
lors de la poursuite lente, asymétries des
saccades du NOC) origine neurologique?
(Catanzariti)
Le Capteur Visuel - Oculomoteur :
z
Anomalies OM dans SI
pouvant
évoquer
atteinte cérébelleuse
z
(Dubousset)
(Catanzariti)
z
Etudes
évoquant
trouble
coopération
proprio-visuovestibulaire
(Herman,
Yamada,
Nachemson…)
Rôle possible déficit
en mélatonine dans
genèse de la scoliose
Barrios,
z
Récepteurs
mélatonine
dans
cervelet
impliqués
dans
interaction
cérébello-vestibvisuelle.
Déficit
=
troubles
OM
(poursuite lente)
(Cesarini)
z
Anomalies OM et déviation du rachis
pourraient donc avoir la même origine =
neuro-hormonale, avec mise en jeu de la
mélatonine comme neuro-transmetteur, le
cervelet
comme
site,
et
le
dyfonctionnement de la coopération
proprio-visuo-vestibulaire comme lien
physiopathologique.
z
Utiliser
entrée
oculo-motrice
traitement de la scoliose
dans
– Amélioration posture du tronc par prismation :
biofeedback visuel à visée posturale
(Wong)
Le Capteur Visuel - Oculomoteur
z
Antoine V. 11 ans SI 17 ° +
exophorie avec insuffisance de
convergence (OD)
z Rééducation orthoptique
inefficace
•Prismation posturale 1 dioptrie, arrête
à droite 1 an, pas de kiné ni semelle ni
corset
•Dés prismation Cobb = 12°
•> arrêt prismation Cobb < 5°
Le Capteur Manducateur :
Physiologie
z
Ensemble
anatomofonctionnel : dents et
tissus
de
soutien,
notamment ligts alvéolodentr,
M
masticateurs
tdons, 2 ATM, langue.
z
Nerf trijumeau V mot +
sensitif
Le Capteur Manducateur :
Physiologie
z Capt Manduc rôle contrôle cervico-
céphalique, donc contrôle postural
descendant
z Quels sont les arguments ?
Rôle Postural Capt Manduc
z Rôle Contr Stabil Cervico-Céphal
z
Le Capteur Manducateur :
Physiologie
z
z
Rôle Postural C Manduc
Par V, app manducateur
connexion avec struct équil :
vestib, cérébel, vis =
– colliculus sup : conv affer vis-
auditv-om-cervic-manduc
Âoculocephalogyrie
Le Capteur Manducateur :
Arguments expérimentaux
z
Rôle Postural
z
MEYER – BARON :
implication
app
manduc ds régul syst
postural
stim méca indolore ligts
alvéolo-dentaires 1ere + 2e
molaires sup ou anesthésie
régionale mandib, ⇒ perturb
postur statique, authentifiée
par posturogr
Le Capteur Manducateur :
2. Arguments expérimentaux
z
Rôle Postural
z
Variation rapports mandibulo-cran, par posture aN mandibule,
⇒ modif répart appuis plantr (BONNIER 1997).
z
Ainsi, prognathes hyperappui post podal (FERRE 1994).
D’après
Bricot
Le Capteur Manducateur :
2. Arguments expérimentaux
Rôle Postural
Modif morpho ATM ⇔
modif posture rachis
(Bricot)
Le Capteur Manducateur :
Physiologie
z
z
Capt Manduc rôle contrôle cervicocéphalique, donc contrôle postural
descendant
Quels sont les arguments ?
z
Rôle Contr Stabil Cervico-Céphal
–
–
–
Relations neuro-anat
Relations musculaires
Relations articulaires
Relations
Neuro-Anatomiques
ATM - RC
z
Contr Cervico-Cephal
z
Récept desmodontx dent
→
Nf Trijumeau →
Ny mésencéphalique →
3 1ers segts médull cerv +
Ny XI (trapèze et SCM)
(Hartmann 1993, Ertekin 2001. Leandri
2001)
z
Afférences des 3
premières racines
cervicales →
noyau spinal du V
(Hartmann 1993)
Relations Musculaires ATM - RC
z
Rôle Contr Cervico-Cephal
z
Synergie (EMG)
– Trapèzes / Masséters
– SCM / Masséters
(Hagberg 1987. Yoshimatsu 1989)
z
Stim électrique territoire V
→
contractions
splenius + SCM (Hartmann
1993)
z
SCM et Trapèzes :
muscles de contre – appui
de l’occlusion
(Bricot 1996)
Relations Articulaires ATM - RC
z
Rôle Contr Cervico-Cephal
Modif chir position jn cervico-céphal →
posture mandibulaire
contacts inter-dentaires
(Chapman 1991, Solow 1998)
(d’après Bricot)
Modif. posture mandib →
Modif. statique cervicale (lordose cervico-occipit.)
(Mirailles 1997, Mova 1994, Wenzel 1989)
Hypothèse physio-pathologique
ATM - RC
z
Rôle Contr Cervico-Cephal
z
Réflexe archaïque trigéminonuccal :
– C1, C2 et C3 (sous-occipitaux,
Tpz, SCM)
– V et XI
– Contractions M cervicx en
réponse à stimuli territoire V
– Modif posture cervico-céphal
+ mobil cervicale
– DIM
(Gola 1995, Van Tichelen 1996)
Le Capteur Manducateur :
Physiologie
z Les atm ont un rôle dans le contrôle
cervico-céphalique et dans le contrôle
postural descendant
z
DAM →
- Diminution mobilité cervicale (rotations)
- Torticolis
(Delaat 1993, Rousié-Baudry 1994)
Capteur dentaire
et SI
Théorie du chaos
(De Maurroy)
« la verticalisation de l’homme associé à sa latéralisation a
aboutit à l’existence de 2 bassins d'attraction. de part et
d'autre du rachis :
1) le bassin : le rachis peut alors être considéré comme un
métronome.
2) la tête : le rachis peut alors être considéré comme un
pendule. C'est l'ajustement de ces deux bassins à la fois
dans 3 plans de l’espace et la dimension temporelle qui va
permettre l'équilibre postural de la colonne vertébrale.
L'existence d'un « attracteur étrange » (effet papillon)
musculaire, ligamentaire ou osseux, peut entraîner une
déviation vertébrale chez un enfant »
Capteur dentaire et SI
Théorie du cahos : De Mauroy
« Une perturbation du système postural, par exemple au niveau de
l'articulation temporo-mandibulaire, peut dérégler le système et
provoquer la " tornade " scoliotique. Mais il est aussi illusoire
de vouloir traiter en mode linéaire une scoliose évolutive par un
appareil dentaire, que d'aller à la chasse au papillon pour éviter
une tornade. »
Capteur dentaire et SI
z
Traitement orthodontique
ATM : Adaptatif : 100% ?
Bilan posturo-statique systé
avant tout traitement ODF
z
Problème scoliose faciale :
tête et mandibule systéme tampon ?
Adaptatif ?
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INTERROGATOIRE
– DOULEUR
– TOPOGRAPHIE
– ATM, «Névralgie faciale »
– Céphalées
temporales,
pseudo-
occipitales,
migraines
– Cervicalgies sup et moy,
myalgies des trapèzes et
SCM
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INTERROGATOIRE
– DOULEUR
– TOPOGRAPHIE
– Tendinites et accidents
musculaires, récidivts,
sportif
– Syndr fibromylagique
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INTERROGATOIRE
– DOULEUR
– HORAIRE
– Pseudo-inflammatoire:
–
–
–
–
2e partie de nuit, matin
Post-prandial
Période
de
stress
(parafonctions)
efforts (parafonctions)
Suites soins dentaires
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INTERROGATOIRE
– SIGNES
FONCTIONNELS
z
z
z
z
Bruits ATM
Oreille bouchée
Blocages
Parafonctions
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INSPECTION
– Edentations
Notamment post non
compensées
– Latéromandibulie
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INSPECTION
– Parafonctions:
hypertrophie
masséters,
abrasions dentaires
(incisives)
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
INSPECTION
– Déglutition
atypique
z
Interdentaire = type
infantile
SYMPTOMATOLOGIE ATM
z
EXAMEN MANUEL
z
FONCTIONS
z
OUVERTURE BUCCALE .
z
mesure ouverture buccale
(>3 travers de doigts .
z dysharmonie
chemin
ouverture (baïonnette)
z bruits articulaires
Test de déconnexion dentaire de
« Meersmann-Bonnier »
Introduire entre les incisives compresse > 5 mm (ou petits
rouleaux de coton), non pas pour équilibrer la mandibule mais
provoquer une interruption transitoire des informations
trigéminales
Faire marcher avt de retester pour
Reprogrammer syst postur
Mobilité RC avant / après,
Fukuda avant / après
Validé dans cervicalgies et PSH
d’après BRICOT
SYMPTOMATOLOGIE OCULAIRE
z
INTERROGATOIRE
– DOULEUR
z
TOPOGRAPHIE
z
Oculaire
Céphalées surtout frontales bilatérales
Cervicalgies
z
z
SYMPTOMATOLOGIE OCULAIRE
z
INTERROGATOIRE
– DOULEUR
z
HORAIRE
z
Jamais la nuit ou au réveil
Aggravation en fin de journée
z
SYMPTOMATOLOGIE OCULAIRE
z
INTERROGATOIRE
– ANTECEDENTS
z
z
z
Suites de correction vis,
(mauvais centrage des
verres)
Suites de TC bénin
Travail sur écran
SYMPTOMATOLOGIE OCULAIRE
z
INTERROGATOIRE
– SIGNES FONCTIONNELS
z
Fatigabilité visuelle : flou, picotement, rougeur, larmoiements
Le Capteur Visuel
- Oculomoteur
test de convergence
de Baron
Le Capteur Visuel - Oculomoteur
Le cover-test
Le latérocolis
SYMPTOMATOLOGIE PODALE
z
INTERROGATOIRE
– ANTECEDENTS
z
z
z
z
Traumatismes
podaux
Chirurgie du pied
Entorse de cheville
répétée
Notion de port de
semelles
SYMPTOMATOLOGIE PODALE
z
EXAMEN CLINIQUE
– TROUBLES
STATIQUES
z
z
z
z
SUR PLACE
A LA MARCHE
ASYMETRIQUE
USURE
ASYMETRIQUE
CHAUSSSURES
SYMPTOMATOLOGIE PODALE
z
TEST GENERAUX
– FUKUDA
– ROMBERG POSTURAL
TRAITEMENTS GENERAUX = rééducatifs
z
CHAINES MUSCULAIRES
– Mézières, Struys-Denis,
GDS …
z
OCULO-CERVICALE
– Revel …
z
CERVICO-SPINALE
z
PROPRIOCEPTIVE
TRAITEMENT ATM
z
OCCLUSODONTIE
– Gouttière de libération occlusale
– Cales interdentaires
z
ODF
z
ORTHO-CHIRURGIE
z
ORTHOPHONIE
z
KINESITHERAPIE
TRAITEMENT OCULAIRE : orthoptie – prismation –
correction optique …
TRAITEMENT PODAL : semelles proprioceptives
TRAITEMENT PODAL : semelles proprioceptives
TRAITEMENT VESTIBULAIRE :
kinésithérapie vestibulaire
En pratique quotidienne
z Latérocolis
et asymétrie de rot RC
z Déséquilibres ceintures surtt plans F et H
z Appuis plantaires asym ou morphotype MI
asymétrique
z Signes fonctionnels et douloureux
z Raideur postérieure et hypotonie
antérieure
En pratique quotidienne
Tests simples :
z Fukuda sans/ avec semelles et déconnexion
dentaire
z Test de convergence de Baron
z Ouverture buccale
z Test de déconnexion dentaire, podal,
oculaire sur les rotations cervicales
CONCLUSION
z
Beaucoup de chemin reste à
parcourir,
surtout
la
recherche
clinique
(évaluation tests cliniques,
thérapeutiques)
z
Concept séduisant pour
expliquer et traiter certains
troubles statiques bénins
CONCLUSION
z
La posturologie ne peut
expliquer toutes les troubles
statiques, le diagnostic
classique garde toute son
importance .
z
Toujours
éliminer
des
pathologies potentiellement
graves
avant
de
se
précipiter sur les ATM, les
muscles OM, les pieds …
Rachialgies
de l’enfant et l’adolecent
Epidémiologie
z
Fréquence variable
7 à 25 %
En agravation depuis
20 ans
z
RL : filles = garçons
RC : surtout filles 2/1
Entre 12 et 18 ans
z
z
Etiologies
z
Vertébrales osseuses
– Traumatiques : tassements
– Tumeurs
z Malignes : Sarcome d’Ewing
z B : Ostéome ostéoïde
– Dystrophies osseuses :
dysplasies fibreuse, Recklinghausen
– Infectieuses : spondylodiscite infectieuse
– Malformations rachis : douleurs rares sauf si assoc malf neuro
Etiologies
z
Vertébrales osseuses
– Dystrophies de croissance :
– Scheuermann
– Troubles statiques sagittaux
Etiologies
z
Vertébrales osseuses
– Scoliose : classiquement indolore, ex neuro, pieds
– Hernie discale
– Spondylolisthésis
Etiologies
z
Neurologiques
– Tumorales : neurinome, astrocytomes …
– Syringomyélie
z
A distance
– Paravertébrales : contractures et raideur , fibrosarcome
– Viscérale : tumeur rénale,
– lymphomes
Etiologies
z
Facteurs favorisants
– Obésité +++ et inactivité physique : plus importante que
le poids du cartable, problème du sport car compétition
= facteur de risque
augmentation de la prévalence des rachialgies
concommittante de la modification du style de vie :
nombres d’heures passées devant écran
– Stress
– Troubles posturaux notamment déséquilibre pelvien
Etiologies
z
Facteurs favorisants
–
Cartable entre 5 et 15 % poids du corps,
problématique si port prolongé, pas de diminution de
la fréquence par le cartable à roulettes classique
note ministérielle 17 octobre 1996
–
L’âge
–
Antcédents familiaux de rachialgies
–
Ergonomie : cartable, position assise, gestes et posture