télécharger l`article au format PDF

Commentaires

Transcription

télécharger l`article au format PDF
Chroniques bleues
Les gardiens français sont loin du compte
samedi 17 septembre 2016, par Bruno Colombari
Voir l'article en ligne
Que pèsent, en terme de sélections, Barthez et Lloris face aux plus capés des gardiens anglais, allemands, brésiliens,
espagnols, italiens, uruguayens, argentins et néerlandais ? Pas grand chose, sauf si on regarde les stats de plus près.
Dans quelques mois, peut-être en mars prochain, Hugo Lloris (82 matches en bleu) devrait rejoindre puis dépasser Fabien Barthez
(87) au classement des sélections et devenir ainsi le gardien français le plus capé [1]. Pour autant, s’il peut envisager atteindre les
cent sélections lors de la coupe du monde 2018, le portier de Tottenham ne rejoindra probablement pas Lilian Thuram, à moins
d’une longévité exceptionnelle.
Historiquement, jamais la France n’a eu de gardien de but hégémonique, alors que c’est un poste qui se prête bien à battre des
records en raison de sa faible concurrence. Il a fallu attendre Joël Bats et 1989 pour voir un gardien à 50 sélections, et Fabien
Barthez et 2002 pour que ce total, pourtant modeste, soit enfin dépassé.
Si on compare le cas des gardiens des Bleus à celui des huit autres grandes nations (les champions du monde plus les Pays-Bas,
trois fois finalistes), on découvre que quatre d’entre elles ont un gardien recordman du nombre de sélections.
Casillas et Buffon, les géants du vingt-et-unième siècle
En Espagne, Iker Casillas en est à 167 sélections après l’Euro, où il a plus ou moins laissé entendre (via un extrait vidéo de Rambo)
qu’il prenait sa retraite internationale. A lui tout seul, il compte presque autant de matches avec l’Espagne que Barthez et Lloris
réunis avec les Bleus (169). Il est en tout cas le joueur espagnol le plus capé de l’Histoire, et ses stats depuis ses débuts en 2000 à
19 ans sont extraordinaires : outre un titre de champion du monde en 2010 et deux de champion d’Europe en 2008 et 2012, il ne
compte que 19 défaites (dont une contre la France en juin 2006) pour 121 victoires. A noter qu’Andoni Zubizarreta est quatrième
avec 126 sélections, ce qui le mettrait devant Thierry Henry (123).
En Italie, Gianluigi Buffon est tout près de San Iker, et comme lui est toujours sélectionnable, il pourrait bientôt le dépasser. Avec
163 sélections depuis 1997 (lui aussi à 19 ans), il a relégué Dino Zoff (112 capes) à la cinquième place. Mais il compte 32 défaites
(pour 78 victoires), la dernière contre la France à Bari.
Shilton et Van der Sar, invaincus contre les Bleus
Le troisième est l’Anglais Peter Shilton. Sous la menace de Wayne Rooney, qui devrait le dépasser bientôt, Shilton reste en tête du
classement des joueurs des Trois Lions avec 125 sélections accumulées entre 1970 (à 21 ans) et 1990. C’est beaucoup plus que
David Seaman (75) ou du légendaire Gordon Banks (73) à qui il a succédé. Il n’a perdu que 24 fois, et a battu la France en 1982
(3-1).
Le quatrième, c’est le Néerlandais Erwin Van der Sar. Avec 130 sélections entre 1995 et 2008, il est toujours en tête du classement
international des Pays-Bas, alors qu’il n’a commencé sa carrière en sélection qu’à 24 ans. C’est beaucoup plus que le suivant, Hans
Van Breukelen (73). Il n’a perdu que 18 fois, et jamais contre la France (deux victoires en 2000 et 2008, deux nuls en 1996 et 2004).
Maier et Taffarel, les champions du monde
Le cas de la France ressemble assez à celui de l’Allemagne, où le gardien des champions du monde 1974, Sepp Maier, n’est que 13e
avec toutefois 95 sélections (entre 1966 et 1979). Il ne compte que 13 défaites, dont une contre les Bleus en février 1977. Maier
devance Oliver Kahn (86 sélections), mais Manuel Neuer, qui compte 71 sélections à 30 ans (il a neuf mois de plus que Lloris),
pourrait mettre tout le monde d’accord dans les années à venir.
Au Brésil, où les gardiens sont rarement à la fête, c’est Claudio Taffarel qui compte le plus de sélections avec 101 matches disputés.
S’il a gagné un titre mondial dans les cages brésiliennes en 1994, on rappelle au passage que sa dernière apparition a tourné au
cauchemar, puisque c’était le 12 juillet 1998 et qu’il perdait ce jour-là pour la douzième fois. Le grand Gilmar est 9e avec 94
sélections.
En Uruguay, Fernando Muslera compte désormais 83 sélections, mais il est toujours en activité (il a 30 ans) et gagnera certainement
quelques places (il est actuellement 9e). Enfin, en Argentine, le mieux classé est Sergio Romero (81 sélections, 9e), l’actuel portier
des Albiceleste (et remplaçant à Manchester). Le champion du monde 1978 Ubaldo Fillol est bien loin derrière avec 58 capes (26e).
Barthez, le meilleur de sa génération ?
Si on s’attache aux performances de ces neuf gardiens (buts encaissés par match et nombre de défaites), le niveau de Fabien
Barthez est tout à fait remarquable : 7 défaites seulement en 87 matches joués (8% du total), et 48 buts encaissés (0,55 par match).
C’est très en dessus (ou en dessous, selon comment on considère ces chiffres) de ses collègues, qui pointent autour de 0,75
but/match et de 15% de défaites. Voilà qui démontre que Barthez est non seulement le meilleur gardien français de l’Histoire (ce qui
ne fait aucun doute), mais probablement un des meilleurs du monde depuis une trentaine d’années. Bien entendu, la qualité de la
défense alignée devant lui est aussi déterminante.
Gardiens d’ailleurs
Le gardien comptant le plus de sélections dans l’Histoire du football est le Saoudien Mohamed Al-Deayea avec 172 sélections entre
1993 et 2006, à 14 capes du record absolu de l’Egyptien Ahmed Hassan. En Europe, on rappellera l’existence de deux gardiens
suédois quasi-inamovibles, Thomas Ravelli (143 sélections entre 1981 et 1997) et Anders Isaksson (133 sélections, toujours en
activité). Le Danois Peter Schmeichel, 129 capes entre 1987 et 2001, est recordman national, tout comme le Nord-irlandais Pat
Jennings (119 sélections entre 1964 et 1986) et le Hongrois Gabor Kiraly (107 sélections entre 1998 et 2016). En Amérique, le
Mexicain Jorge Campos (130) et l’Etatsunien Tony Meola (109) sont centenaires en sélections mais loin derrière les premiers.
Notes
[1] Voir le tableau des gardiens.