Asie du Sud-est et « sécurité humaine

Commentaires

Transcription

Asie du Sud-est et « sécurité humaine
O B S E R VAT O I R E A S I E D U S U D - E S T 2 0 1 4 / 2 0 1 5
étude
Asie du Sud-est et
« sécurité humaine »
Étude quadrimestrielle n°1, cycle 2014/2015, Observatoire Asie du Sud-est
Mai 2015
Cette septième Etude quadrimestrielle prolonge la
précédente en termes de « turbulences »1, de « sécurité
non-traditionnelle » ou plus exactement de « sécurité
humaine »2. Cette notion développée par les Nations
unies cible l’individu qu’il convient de placer « à l’abri
de la peur » et « à l’abri du besoin » en veillant à sa
sécurité personnelle, politique, communautaire, sanitaire,
alimentaire, économique, etc. Après les réfugiés,
l’environnement et les trafics de drogue fin 2014,
l’Observatoire se penche dès lors sur le cas du terrorisme
(et surtout de Daesh) – en Indonésie ainsi qu’aux
Philippines –, sur les catastrophes humanitaires (et les
modes de coopération) ainsi que sur la pêche illégale
(et les modes de réaction) à cause de tous les conflits
qui peuvent en découler par manque d’anticipation.
71 boulevard Raspail
75006 Paris - France
Tel : +33 1 75 43 63 20
Fax : +33 1 75 43 63 23
www.centreasia.eu
[email protected]
siret 484236641.00029
Éric Frécon (dir.), « « Turbulences » sud-est asiatiques », Étude
quadrimestrielle, n°3, cycle 2013/2014, Observatoire Asie du
Sud-est, septembre 2014, 20 p.
2
Unité sur la Sécurité Humaine Bureau de la Coordination des
Affaires Humanitaires, La Sécurité Humaine en Théorie et en
Pratique – Application du Concept de Sécurité Humaine et Fonds
des Nations Unies pour la Sécurité Humaine, Nations Unies, New
York, ONU, 2009, 86 p.
Pour chaque thème ont été sollicités des analystes autant
que des acteurs locaux, au plus près du terrain et des
problématiques traitées ; ils sont en l’espèce originaires
de Singapour, des Philippines ainsi que d’Australie.
Par ailleurs, il a été décidé de réactualiser la note sur
les élites stratégiques indonésiennes3 suite à la prise de
fonction de Joko Widodo – ou Jokowi – à la présidence
de la République indonésienne fin 2014 et du fait de
précieux contacts à Jakarta, à la périphérie des réseaux
du pouvoir : entre médias, think tanks et ministères.
Toutes vos remarques seront bien évidemment traitées
avec le plus grand égard afin de répondre au mieux à
vos attentes.
1
Éric Frécon, « Elites stratégiques en Indonésie : on prend les
mêmes et on recommence ? », Etude trimestrielle « pays », n°1/8,
cycle 2012-2013, Observatoire Asie du Sud-est, mars 2013, 12 p.
3
Terrorist Threats and Trends in Asia:
Rising Challenge of ISIS in Indonesia
Sommaire
Terrorist Threats and Trends in Asia: Rising Challenge
of ISIS in Indonesia
Jolene Jerard, Manager at the International Centre for
Political Violence and Terrorism Research (ICPVTR)
2
ISIS Followers in the Philippines: Threats to
Philippine Security?
Rommel C. Banlaoi is the Chairman of the Board of the
Philippine Institute for Peace, Violence and Terrorism
Research (PIPVTR) and Director of its Center for Intelligence
and National Security Studies (CINSS)
6
Le Regional HADR Coordination Center (RHCC) de
Singapour : réelle plus-value opérationnelle ou outil
d’intégration géopolitique régionale ?
Louis-Arthur Borer, Junior Fellow à Asia Centre au sein de
l’Observatoire Asie du Sud-est, chercheur associé à l’IPSE
(Institut Prospective & Sécurité en Europe)
9
By Jolene Jerard
Dr Jolene Jerard is Manager, Capacity Building at
the International Centre for Political Violence and
Terrorism Research (ICPVTR), a specialist Centre of
the S. Rajaratnam School of International Studies,
Nanyang Technological University, Singapore. She has
conducted field research in several threat zones including
Afghanistan, Iraq, Libya, Somalia, Yemen and Southern
Thailand. In that connection she interviewed numerous
leaders and members of terrorist and politico-religious
groups Asia, Africa and the Middle East.
1. The Global Threat Landscape: Rippling Effects on
Asia
2. Threat and Appeal of ISIS
3. Asians Joining ISIS
4. Way Forward
From a Fisheries Perspective: Reframing Illegal
Fishing in Southeast Asia
Meryl J. Williams, Head of the Asian Fisheries Society
project
19
Les hommes forts de Jokowi en matière de
diplomatie et de défense
Arnaud Richard, étudiant à l’IEP de Lyon et à l’ENS de
Lyon
24
Introduction
In this era of perpetual insecurity, the looming threat of
terrorism has imprinted an indelible mark on the way in
which governments and nations have channeled resources
towards the safety and security of its people. While the
phenomenon of terrorism in it of itself is not new, the
speed at which security, intelligence and law enforcement
services have had to embrace the challenges in this
new security environment is at an unprecedented pace
especially over the last few years. The threat of terrorism
continues to dominate the security agenda. The ensuing
conflict in Syria, the spiralling downhill of Iraq, the insecurity
in Pakistan, the tenuous security of Afghanistan in the
aftermath of the US Pull-out from Afghanistan, will have a
ripple effect on the security of the Asian Region writ large.
Asia and by extension Indonesia as a result is significantly
impacted by the increasingly tumultuous global climate of
insecurity vis-à-vis terrorist threats. Despite the preparation
that governments globally have had over the last decade
since the dawn of the new era of insecurity since
11 September 2001, the present threats and trends have
steadily continued and have seemingly appreciated
over the last five years.
1. The Global Threat Landscape: Rippling Effects on
Asia
As a whole, Islamic State of Iraq and Sham (ISIS) along
with Al Qaeda and their affiliate and hybrid groups continue
to threaten global security. Historically, ISIS has its roots
in the larger Al Qaeda movement. Just as Al Qaeda and
2
the Arabian Peninsula (AQAP) is presently viewed as Al
Qaeda’s most dangerous offshoot vis-à-vis the group’s
ability to launch attacks outside of Yemen, ISIS too has
its early roots in Al Qaeda and is on a rise garnering both
support and territory. The increased focus on ISIS in turn
should not relegate the threat emanating from Al Qaeda
and its associate groups to the side-lines. The more virulent
groups from the Al Qaeda affiliates – AQAP predominantly
operating in Yemen and Saudi Arabia; Al Qaeda in the
Islamic Maghreb (AQIM) whose areas of operation are in
Algeria, Morocco and sub-saharan Africa; the recently
formed Al Qaeda in the Indian Subcontinent (AQIS)
operating in Pakistan, India, Myanmar and Bangladesh
– continue to pose a threat to security. Boko Haram’s
pledge of allegiance Abu Bakar Al-Baghdadi on 7 March
2015 and the rising possibility of Al-Shabaab following the
same path have increased fears amongst security analysts
who reiterate the growing presence of ISIS spanning from
Africa to Asia. The recent attack by Al-Shabaab gunmen
at the Garissa University College in Kenya by Al-Shabaab
on 2 April 2015 where approximately 147 people were
killed reinforce the growing strength of a once thought of
to be fledgling group under its new leader Ahmed Omar
Abu Ubeyd. Al-Shabaab’s former leader Ahmed Abdi
Godane was killed in US airstrikes in September 2014.
It is against this tumultuous global backdrop of prevalent
and emerging groups that terrorist and extremist groups
in Asia are operating. The global threat landscape will
undoubtedly affect the activities within the Southeast
Asian region and result in cascading effects on its own
security.
In the near term threat posed by ISIS, Al Qaeda affiliated
groups and the ISIS-Al Qaeda hybrid as seen in the
recent attacks in France in January 2015 is a trend that
is anticipated to dominate the security landscape in the
near future. The challenge of self-radicalised individuals,
lone wolves and sleeper cells threaten the manner through
which the security of the global landscape is affected.
This challenge in turn resonates with much of Asia as it
struggles to manage the future threat amidst its growing
appeal.
2. Threat and Appeal of ISIS
A foremost security challenge that regional governments
in Southeast Asia are facing is undoubtedly the rise of
the ISIS and the impact emanating from Asian fighters
joining in the battle remain a visible challenge. Echoing
the aftermath of the Soviet Afghan war whereby individuals
including Southeast Asians returned to Asia radicalised by
the war, the resonating fear is that the foreign fighter
returnees from Syria would radicalise communities in
Asia.
On 4th August 2014 the Indonesian government declared
a ban on ISIS as it was against the government’s stand of
Pancasila4. The ban came swiftly after the release of a video
– Joining the ranks – where an Indonesian named “Abu
Muhammad al Indunisi” attempted to galvanise support
for fellow Indonesians to come and join the ranks of ISIS.
In Asia, the attraction to ISIS like in many parts of the Asia
arises from the notion of “Khilafah Minhaj Nebuwwah” or
the “end-of-times caliphate” and the ensuing war between
the forces of Imam Mahdi and the Dajjal or the anti-Christ.
The strong anti-Shia stance of ISIS renders its radical
ideology attractive to the predominant Sunni leanings of
the majority of its supporters in Asia.
Of the more than 30 terrorist and extremist groups and
splinter movements over the last 3 decades, the aspiration
has constantly been for the establishment of an Islamic
Caliphate. Today, ISIS epitomizes this long held aspiration
through the presence of its self-proclaimed Caliph Abu
Bakar Al-Baghdadi and its securing of territory through
its battle field victories. In mid-2014, using a small force,
ISIS captured Mosul despite the presence of an apparently
larger and skilled Iraqi military. Since then, ISIS has grown
from strength to strength changing the threat landscape
both within the Middle East and beyond. The paroxysms
of emotional appeal of ISIS is presently further exacerbated
by three dominant trends across Asia, affecting the
Indonesian threat landscape.
Trend 1 – Recruitment and Radicalisation through the
Social Media
Against the backdrop of the threat emanating from the rise
of ISIS is the use of the social media to recruit and radicalise
individuals. The speed through which ISIS managed
to spread its message and recruit is seen through the
group’s use of social media and social networking sites to
propagate their ideology and battlefield successes.
The challenge for governments in much of Asia stem from
the fact that the new generation of terrorists are digital
natives, whose command and ability to capitalise on
the technology has reinforced its ability to spread radical
message and propaganda amongst the people. The
unfortunate reality is that individuals who are tasked to
clamp down on the use of the social media are typically
digital migrants who had earlier underestimated the
speed through which ISIS has managed to reach out
to like-minded individuals whilst inspiring individuals to
join their cause through the social media. Most regional
governments are unfortunately playing catch up in a
domain that the terrorists and extremist groups have
dominated. Gaining back the strategic communications
battle-field is an uphill task. Indonesia has most recently
attempted to engage with an Austrian university with the
attempt to counter the ideological narratives posed by ISIS
through “a digital campaign designed to penetrate jihadist
discussion forums and undermine ISIS’s theological
arguments”5.
Pancasila is the five principles that embody the Indonesian
Constitution. These five principle are (1) Belief in the divinity of
God, (2) Just and civilized humanity, (3) The unity of Indonesia, (4)
Democracy and (4) Social justice.
5
Imogen Mathers, “Indonesia and Austria Counter ISIS on Social
Media”, Sci Devt Net, 3 April 2015: http://www.scidev.net/global/
technology/news/indonesia-austria-counter-isis-social-media.html.
4
3
Trend 2 – Loose Network of Operatives, Splits and Schisms
Unlike the hierarchical nature of the groups in the past, the
present loose network of operatives results in the difficulty
in identifying the perpetrators. Amidst the chatter, noise
and growing intelligence gathered on terrorist and extremist
groups, operatives in loose networks are assumedly
in a better tactical position to hide their activities. In this
instance, terrorist leadership acts as propagandists and
strategists and does not directing participate as ground
commanders of operations. The ISIS and Al Qaeda hybrid
operation in France is a case in point. Just as Al Qaeda has
devolved into a less centralised, less hierarchical structure,
ISIS through the formation of its various wilayats or
governates (including the attempt at an Indonesian wilayat)
aims to devolve its power and uses these governates as a
platform to expand the influence of ISIS.
Numerous groups in Asia in particular Southeast Asia
have sworn their allegiance to the self-proclaimed caliph
Abu Bakr Al-Baghdadi over the last 6 to 8 months. In
the past where the oath of allegiance was expressed in
person to the leadership, today this pledge is undertaken
either through a video as an articulation of support for the
leadership and a pledge to follow in the ways of the leader.
Instead of having control of individuals who are gradually
accepted as part of the terrorist group, today the members
control their allegiance to the leader and ultimately the
group.
In Indonesia, these loose networks and outcries of
allegiance have additionally resulted in the splitting within
the ranks of the terrorist groups in Indonesia. The groups
as such profess to being either pro-ISIS or anti-ISIS. For
instance, Abu Bakar Bashyir swore allegiance to ISIS and
issued a decree that all members of Jemaah Anshorut
Tauhid should also support ISIS or leave the group. This
resulted in the splitting of Jemaah Anshorut Tauhid and
directly led to the formation of Jamaah Ansyarusy Syariah
in August 2014 by his own sons who had left Jemaah
Anshorut Tauhid in response to this.
Trend 3 – Foreign Fighters and Recidivists
The trend of foreign fighters returnees and recidivists who
were initially arrested but not deradicalised and since
have re-joined the terrorist and extremists groups will
continue to pose a challenge to governments in Asia.
While considerable effort has been placed on taking down
terrorist cells and networks, the effort placed on strategic
counter terrorism measures is far fewer. More needs to be
done to strategically counter terrorism aim at building an
environment that is hostile to terrorists and extremists.
3. Asians Joining ISIS
Several Singaporeans had become radicalised and a few
have gone to Syria and Iraq.
In Malaysia, since February last year, the Bukit Aman
Special Branch Counter Terrorism Division has arrested
approximately 92 suspected Malaysian militants, with
63 presently believed to be in Syria. Malaysian Ahmad
Tarmimi, became the first Malaysian to die as a suicide
bomber in Iraq in late May 2014.
The Philippines is estimated to have approximately 200 of
its citizens in Syria.
Central Asia is reported to have between 2,000-4,000
individuals fighting with ISIS in Syria.
In December 2014, 12 Indonesians, including five children
were arrested in Selangor during a large-scale operation.
They were planning to fly from KL airport to Turkey and then
to Syria. In an interview with the Jakarta Post in December
2014, Indonesian National Counter Terrorism Agency
(BNPT) Chief Commander General Saud Usman Nasution
reported that there were approximately 514 Indonesian
citizens fighting in Syria. It was emphasised that in June
2014, there were approximately 86 individuals, in October
2014: 284 individuals – an alarming rise of close to three
times in less than four months.6 The news of the formation
of a Khotibah Nusantara for Indonesian and Malaysian
foreign fighters in late 2014 was similar to the formation of
similar groups in Afghanistan for Southeast Asian fighters
during the Afghan-War of 1979-1989.
The numbers from Indonesia have been the largest in
Southeast. Beyond the lure of the radical ideology, in a
recent report, it was noted that several factors acted as
incentives for Indonesians to join ISIS – the promise of
homes, money of up 20 million rupiah (1,540 USD) and
a job. The training of young children reiterates the notion
that they are garnering the strength needed to sustain their
ranks over the next generation.
Why are these numbers staggering? The Institute for
Policy Analysis of Conflict (IPAC) Director Sidney Jones
noted that the number of Indonesians who went to fight
in Afghanistan from 1985 to 1994 did not exceed 300.
The use of a viable platform such as the social media
has multiplied the impact of the message and has in turn
rendered it far reaching beyond the Iraq and Syria. The
challenge will continue when these fighters return to Asia.
In the aftermath of the Soviet Afghan War, there was a
revival of terrorist and extremist activity within the region.
The entrenched fear is from the radicalised citizens who
return back to their home countries imbued with a radical
ideology, able to galvanise the masses and rain blows of
violence and discord amongst communities. The dangers
arise from the tensions within the community, whose
social fabric is often strained amidst these ever-present
challenges.
Nani Afrida, “Alarming rise in IS support”, The Jakarta Post,
8 December 2014.
6
4
4. Way Forward
As a visible show of unanimous support in the fight
against ISIS, in September 2014, 62 nations including the
European Union and the Arab League joined the US-led
Coalition against ISIS. The support pledged range from
providing air support, military equipment, humanitarian aid
to political support. As a collective, the coalition aims to
providing military support to Iraq, stop the flow of foreign
fighters that seek to join ISIS, counter ISIS financing, and
address the humanitarian crisis that has resulted from
the displacement of close to 2 million people. The core
question and unenviable challenge that remains is who
would be supplying the actual boots on the ground?
The way forward to defeat terrorist and extremist groups
such as ISIS, Al Qaeda affiliated groups and Al QaedaISIS hybrid is through a multi-pronged, multi-agency, multinational effort where best practices are shared in a collective,
calibrated manner in an effort to mitigate the threat posed
by terrorist and extremist groups. It is important to build a
network of trusted partners who are then able to reassess
and re-examine strategies undertaken and to share best
practices in order to mitigate the threat of terrorism and its
impact on societies in the region.
in the past that have skirted around proscribing terrorist
and extremist groups, attempts have been made to ban
ISIS and criminalised support for the group as the ideology
of ISIS goes against the core tenets of Pancasila as put
forth by the Indonesian government.
Capacity building in Asia in particular acknowledges
the long term, uphill battle ahead to mitigate the threat
from terrorism and extremism and therein the role that
institutions and individuals play in the efforts to mitigate
the threat. Ultimately for Indonesia as it is with the rest of
Asia, it will take a network of partners that are informed
by intelligence and spearheaded by visionary leadership,
armed with both political will and motivated towards
working together in synergy to ultimately take down if
not mitigate the threat posed by a terrorist network to the
region in the near future.
To mitigate the threat from political violence and terrorism,
a multi-pronged strategy that focuses on training, outreach
and partnership is required. Similarly, governments,
agencies and institutions need to be networked in order to
improve the present security framework against terrorism.
Built on the foundations of understanding the current and
emerging threat, the ability for agencies and institutions
to improve training, to explore platforms to educate the
community against terrorism and extremism and expand
partnership through a multitude of networks will ensure
an effective security framework against terrorism and
extremism.
The landscape of terrorism is both volatile and constantly
evolving. In combating the threat of terrorism, academics
and policy-makers alike need to continuously reassess
the threat of terrorism. The asymmetric threat posed by
terrorists is never static. Terrorists constantly respond to
the environment within which they operate. Given the
ability of terrorists to adapt to counter terrorism measures
put in place, the measures undertaken by the counter
terrorism community needs to adapt to this dynamic
and the evolving threat. Sound knowledge of the enemy
is quintessential for the creation of both an efficient and
effective response to the threat.
Staying ahead of terrorist trends, tactics and procedures
will remain a challenge within the field of counter terrorism.
Moving forward, the Association of Southeast Asian Nations
(ASEAN) needs to have a collective response to the threat
of ISIS. The long-term goal is to create an environment
that is hostile to terrorists and extremists. While a collective
response has proven difficult at an institutional level,
individually countries that have been particularly afflicted
by ISIS have responded in various capacities. In Indonesia,
Jokowi’s government for instance has taken a forward step
in their attempts to clamp down on ISIS. Unlike leadership
5
ISIS Followers in the Philippines:
Threats to Philippine Security7
1. ISIS Followers in the Philippines
By Rommel C. Banlaoi
Rommel C. Banlaoi is the Chairman of the Board of
the Philippine Institute for Peace, Violence and Terrorism
Research (PIPVTR) and Director of its Center for
Intelligence and National Security Studies (CINSS). He is a
Senior Faculty at the Department of International Studies
at Miriam College, the Philippines.
1. ISIS Followers in the Philippines
2. ISIS and the Black Flag Movement in the
Philippines
3. The Khilafa Islamiya Mindanao: The Vanguard of
ISIS in the Philippines
4. Hapilon’s Video and ASG’s Allegiance to ISIS
5. RSIM’s Link to ISIS
6. Security Challenges
Introduction
After Al-Qaeda, the Islamic State of Iraq and Syria (ISIS) is
posing a serious threat to Philippine security.
Otherwise known as the Islamic State of Iraq and the
Levant (ISIL), now recently called by its followers as Islamic
State of Iraq and Al-Sham, ISIS, thus far, is the most violent
extremist jihadist armed group operating predominantly
in Iraq and Syria. But ISIS has a delusion to expand its
operations in the Muslim world not only in the Middle East
and North Africa but also in Muslim areas stretching from
Europe to Asia.
The Philippine government considers ISIS as a potential
threat to Philippine security. But the Philippine government
denies the presence of ISIS in the country. This paper
argues that ISIS has followers in the Philippines and the
threat that ISS followers pose to Philippine security is real
rather than imagined. Philippine Foreign Affairs Secretary
Albert del Rosario even confirmed this threat during his
speech at the Foreign Minister’s Meeting of the Association
of Southeast Asian Nations (ASEAN) held in Malaysia on
26 April 2015.8
This is an updated version of the original articles appeared in
“ISIS Threats and Followers in the Philippines”, Rappler (5 August
2014): http://www.rappler.com/thought-leaders/65313-isis-threatsfollowers-philippines (accessed in April 2015) and “ISIS Threat
to Philippine Security”, Rappler (11 July 2014): http://www.
rappler.com/thought-leaders/63007-isis-threat-philippine-security
(accessed in April 2015).
8
Aurea Calica, “Islamic State threatens Mindanao, Philippines
tells Asean”, The Philippine Star (27 April 2015).
Though the Armed Forces of the Philippines (AFP)
continues to deny the physical presence of ISIS in the
Philippines,9 the country is not spared from the virulent
threat of ISIS because it has self-proclaimed followers
among Muslim Filipinos or Moros who performed a Bayah or pledge of allegiance to ISIS founder, Abu Bakr alBaghdadi.
In Islamic parlance, a Bay-ah is an oath of allegiance to
a Muslim leader. It is practiced in the Muslim world to
recognize the establishment of a new caliphate or Islamic
monarchy. In some places, Muslims performed the Bayah to “sell” themselves to a spiritual leader as a quid pro
quo for physical protection, financial support, or spiritual
assistance.
On 29 June 2014, Baghdadi proclaimed himself as the
overall leader or a Caliph of a so-called independent ISIS
Caliphate. ISIS followers call this Caliphate as Al-Dawlah AlIslamiyah Fi Al-Iraq Wa-Al Sham. Muslims in the Philippines,
who called themselves part of the Ansar Dawlah Fi Filibbin,
posted a video in May 2014 showing a few men in white
dress performing a Bay-ah to Baghdadi. Interestingly, the
video was filmed a month before Baghdadi proclaimed
an independent ISIS Caliphate. Titled “Filipina Support
for ISIS and Bay-at to Shaikh Abu Bakar Al Baghdady
(Hafidzahullah),” the video displayed a few men speaking
in Arabic to express their support for and loyalty to ISIS and
its leader Baghdadi. In the latter part of the video, these
men spoke in Filipino, reiterating their allegiance to ISIS
and submission to Baghdadi.
On 7 July 2014, another video appeared on some
Internet sites showing Muslim detainees in the Philippines
performing the same Bay-ah to Baghdadi. The detention
area appeared to be the Special Intensive Care Area (SICA)
of the Bureau of Jail Management and Penology in Camp
Bagong Diwa, Taguig City.
SICA is known to be a “high risk” detention facility detaining
suspected “high risk” personalities associated with the
Abu Sayyaf Group (ASG), Jemaah Islamiyah (JI), Moro
Islamic Liberation Front (MILF), Moro National Liberation
Front (MNLF) and even the New People’s Army (NPA), the
Alex Boncayao Group (ABG) and drug syndicates.
SICA was the scene of the controversial “Bicutant Siege”
of May 2005, which resulted in the death of infamous
ASG leaders involved in the internationally renowned
2000 Sipadan Kidnappings: Commander Robot (Galib
Andang), Commander Kosovo (Alhamser Limbong), and
Commander Global (Nadzmi Sabdullah).
7
Philippine law enforcement authorities have officially
confirmed that the video was filmed inside SICA. In a
conference of the ASEAN Senior Officials Meeting on
Transnational Crimes held in Cebu City on 19 March 2015,
an official from the Philippine Center on Transnational
Alexis Romero, “ISIS has not penetrated PH – AFP”, The
Philippine Star (28 April 2015).
9
6
Crimes (PCTC) identified SICA as the site of the video. The
fact that it was produced inside a Philippine jail facility was
a strong reason for serious security concerns.
2. ISIS and the Black Flag Movement in the
Philippines
Apparent from these two videos were the tantamount
display of the Black Flag associated with ISIS and AlQaeda.
ISIS was originally the Al-Qaeda in Iraq (AQI) and was an
integral part of the Al-Qaeda in Arabian Peninsula (AQAP)
operating in the Middle East. Thus, the use of ISIS of the
Black Flag was something to do with its Al-Qaeda origin.
This Black Flag is also being used by militants associated
with the Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) operating
in Africa. But Al-Qaeda disowned ISIS because of its very brutal
military activities and harsh tactical offensives in Iraq and
Syria affecting many innocent civilians. In April 2013, ISIS
proclaimed its independence from Al-Qaeda. But ISIS
continues to use the Black Flag.
The so-called Black Flag Movement is very active in the
Philippines. The ASG uses the Black Flag as a backdrop
in their photos and videos every time they demand
ransom payments for their kidnap victims. The shadowy
Khilafa Islamiyah Mindanao (KIM) also uses the Black
Flag on its Facebook and Twitter accounts and its various
propaganda activities in central Mindanao. 3. The Khilafa Islamiya Mindanao: The Vanguard of
ISIS in the Philippines
Being the leading force of the Black Flag Movement in the
country, the KIM can be considered as the vanguard of
ISIS in the Philippines.
Based on classified intelligence information obtained by
the Philippine Institute for Peace, Violence and Terrorism
Research (PIPVTR), the KIM was organized by a certain
Ustadz Humam Abdul Najid sometime in early 2012.
Unidentified Afghan National asked Najid, while they
were in Afghanistan, to go back to Mindanao in order to
establish the said group Mindanao.
On October 11, 2012, Najid also carried out the bombing
of Maxandrea Hotel along JR Borja Street in Cagayan
de Oro City. Police investigation revealed that Zulkipli bin
Hir (alias Marwan) guided Najid in the Maxandrea Hotel
bombing.
On 24 December 2012, Najid led the bombing of a
Pension House in Iligan City as part of the test mission
of his trainees. A certain Abu Janiti and Abu Katab from
the MILF also joined Najid in these bombing operations in
order to introduce the KIM. Both Janiti and Katab received
Islamic education and military training in Afghanistan.
When Najid, Janiti and Kata reached Camp Uato, Sitio
Barit, Barangay Uato, Marawi City, Lanao del Sur in March
2012, they introduced the KIM to young Muslims whom
they eventually recruited.
On 16 September 2013, two improvised explosive devices
(IEDs) exploded in Cinema 5 of the Gaisano Mall and
Cinema 1 of SM Mall Ecoland in Davao City injuring at
least six persons. The first explosion took place at around
10:30 PM while the second explosion occurred at around
11:00 PM. Based on post-blast investigation, bombers
used mobile phones as triggering device. Explosives were
placed inside soda cans powered by portable batteries.
The city police initially suspected rouge members of
the Moro National Liberation Front (MNLF) to be the
mastermind of the said twin bombings in the light of the
armed situation in Zamboanga City involving the MNLF.
But the MNLF denied its involvement in the Davao City twin
bombings. Police and military intelligence sources said the
KIM was the prime suspect in the twin Davao bombings.
Sources from the Philippine law enforcement authorities
were still vague on the specific dates of the creation of
the KIM. But intelligence documents reveal that the KIM
started their training in July 2012 in a secret camp within
the operational area of the lawless elements of the Moro
Islamic Liberation Front (MILF), particularly the Bangsamoro
Islamic Freedom Fighters (BIFF). In February 2014, the
Armed Forces of the Philippines (AFP) seized a Black Flag
in the military camp of BIFF at the Reina Regente Complex
in Maguindanao.
The Black Flag seems to be the unifying factor among
violent extremist groups operating in the Philippines. ISIS
use of the Black Flag resonates strongly in the Philippines.
Videos showing a few Muslims in the Philippines
expressing allegiance to ISIS with the use of the Black Flag
demonstrate that ISIS threat to Philippine security is indeed
real rather than imagined. ISIS threat is not only potential
but really actual because of aforementioned video-graphic
evidences of Filipino Muslim extremists pledging allegiance
to ISIS.
When Najid reached Mindanao, he contacted some
friends from the Abu Sayyaf Group (ASG) and immediately
orchestrated some bombing operations in Mindanao.
Najid was responsible for the August 16, 2012 bombing
of the Rural Bus Transit in Barangay Guiwan, Zamboanga
City. The group of a certain Abu Said of the ASG assisted
him.
7
Australian authorities as a follower of ISIS.
4. Hapilon’s Video and ASG’s Allegiance to ISIS
Another indication that ISIS influenced the Philippines is
the video of Isnilon Hapilon posted on YouTube on 23 July
2014. This video showed Hapilon performing a pledge of
allegiance to Abu Bakr al-Baghdadi. Hapilon was indicted
in the District of Columbia for his alleged involvement in
terrorist acts against American nationals and other foreign
nationals in and around the Philippines. The Rewards
for Justice Program of the United States Department of
State is offering a reward of up to $5 million for information
leading directly his apprehension or conviction.
Hapilon is an ASG commander operating largely in Basilan.
He is directly commanding two main sub-commanders of
the ASG in Basilan: Puruji Indama and Marzan Ajilul who
are both engaged in kidnap-for-ransom rather than Islamic
propagation activities.
Santos’ links with ISIS followers were also established
by his brother-in-law, Dinno Amor R. Pareja, a key RSIM
official. Pareja was suspected to be the Abu Jihad Khair
Rahman Al-Luzuni who posted a video on 6 November
2012 calling on Muslims in the Philippines to join the jihad.
In this video, Pareja used the Black Flag of ISIS as his
backdrop. This video proves that as early as 2012, ISIS
ideological influences have reached the Philippines.
Pareja is being accused to be the creator of a website,
Islamic Emirate of the Philippines, which is strongly akin
to ISIS. Pareja is also being suspected of creating another
website, The Black Flag Movement, which admires the
Black Flag of ISIS in the Philippines.
Though Sahiron and Igasan have not been reported to
have undertaken a pledge of allegiance to ISIS, Hapilon’s
video shows that ISIS has followers inside the ASG.
Musa Cerantonio, an Australian national who frequently
visited the Philippines, was associated with the Black
Movement in the Philippines. Like Santos and Pareja,
Cerantonio was a Muslim convert influenced by ISIS.
The International Centre for the Study of Radicalisation
and Political Violence at King’s College London published
a report in 2014 naming Cerantonio as a “cheerleader
for ISIS”. Philippine immigration authorities arrested
Cerantonio in July 2014 for violating Philippine immigration
rules. But prior to his arrest, Cerantonio used various
social media sites while in the Philippines urging Muslim
Filipinos to join jihad in Syria and Iraq. In his Facebook
account, Cerantonio even posted a map describing the
Philippines as the center for ISIS training in Southeast Asia.
This map vividly used the Black Flag of ISIS as its logo.
The Philippines deported Cerantonio back to Australia in
September 2014.
5. RSIM’s Link to ISIS
6. Security Challenges
As mentioned earlier, a video of Filipino Muslim detainees
pledging allegiance to ISIS was posted on YouTube in
July 2014. It was filmed inside SICA, a high risk Philippine
prison facility. This video has prompted suspicion that
Ahmad Santos may have organized the activity.
That ISIS has followers in the Philippines can no longer
be doubted based on these videos and websites. In
fact, reports obtained from reliable official sources have
indicated that two Filipinos have died in the Syrian conflict
“as part of the Opposition.” Intelligence reports also
revealed that some Muslim Filipino Mujahideen in Syria
calling themselves as “veterans” have already returned to
the Philippines to propagate the ISIS ideology.
The bulk of ASG membership is in Sulu with Radullan
Sahiron as the overall operational commander and Yassir
Igasan as the overall religious commander. Igasan was
rumored to have taken the helm of the ASG as the Amir
of the ASG after the death of Khadaffy Janjalani. But this
claim is currently being challenged because Sahiron wields
more power and influence than Igasan.
Santos was known to be the founder of the Rajah
Solaiman Islamic Movement (RSIM), a militant organization
of Muslim converts in the Philippines. On 4 June 2008,
the United Nations (UN) Security Council added the RSIM
and eight of its key officials to the UN 1267 Committee’s
Consolidated List of individuals and entities affiliated with
al-Qaeda (AQ), the Taliban, or Osama Bin Laden (UBL). The Philippine government has declared the RSIM as a
dormant terrorist group because of the arrest of its key
leaders. However, the RSIM continues to operate in
Philippine prison facilities. In fact, Santos has been actively
involved in militant activities inside the jail. Santos is also
being suspected of leading the translation in Filipino of
an Al-Qaeda doctrine on “Muslim Prisoners of War.” On
30 January 2015, the Australian Federal Police made an
intelligence report linking Santos with an Australian national
identified as Gerald John Sevidal being suspected by
Another reliable source claimed that around 100 Muslim
Filipino fighters are suspected to have traveled to the
Middle East to undergo military training in support of
ISIS, the main opposition group in Syria. However, other
authorities are challenging this number. Unconfirmed
media reports, however, showed that around 200 Muslim
Filipino fighters were sent to the Middle East to fight in
Syria. In a white paper on ISIS produced by Malaysia in
November 2014, it identified five ISIS-trained Malaysian
nationals who penetrated the Southern Philippines to
recruit and train Filipino Muslim followers.10
Office of the Prime Minister of Malaysia, White Paper:
Addressing the Threat of the Islamic State Group (Adopted at the
13th Parliamentary Session, 26 November 2014).
10
8
During the visit to the Philippines of Pope Francis in January
2015, a Filipino ISIS follower known only by his alias, “Isiah”
was sighted in Tacloban City days before the pope visited
the place. Tyhoon Haiyan wrecked the city in November
2013 and Pope Francis decided to visit the affected area.
Isiah reportedly planned to assassinate Pope Francis while
in Tacloban City. Intelligence officials described Isiah as “A
Filipino engineer who was recruited and trained in nuclear
technology” by ISIS.
Conclusion
Despite the denial of some Filipino security officials, ISIS
threat to Philippine security is becoming more and more
real rather than imagined. Pledges of allegiance to ISIS by
threat groups operating in the Philippines were crystal clear
indications of ISIS presence in the country.
Some prominent personalities associated with the ASG,
the RSIM and the KIM, among others have shifted
their allegiance from Al Qaeda to ISIS. Among these
personalities, those associated with the KIM can be
considered to be hard core followers of ISIS in the
Philippines. Hence, the Philippine government has to
implement a strong preventive counter-measure before
this threat develops into a many-headed monster that is
already hard to defeat.
Le Regional HADR Coordination Center
(RHCC) de Singapour : réelle plus-value
opérationnelle ou outil d’intégration
géopolitique régionale ?
Par Louis-Arthur Borer
Louis-Arthur Borer est Junior Fellow à Asia Centre au
sein de l’Observatoire Asie du Sud-est depuis novembre
2013. Il est également chercheur associé à l’IPSE (Institut
Prospective & Sécurité en Europe) et officier de réserve
dans la Marine nationale.
1. Singapour, hub régional et base de projection
protéiforme pour les opérations humanitaires ?
2. Structures existantes et réponses à des besoins
opérationnels concrets
3. La nécessaire intégration des forces armées
4. Le principe de fonctionnement du RHCC
5. Les crises humanitaires, vecteur de projection de
puissance et outil de soft power ?
Introduction
La région Asie-Pacifique regroupe à elle seule 70 % des
catastrophes naturelles dans le monde. L’Asie du Sud-est
est quant à elle 25 fois plus exposée aux catastrophes
naturelles que l’Europe. Les événements de cette dernière
décennie viennent malheureusement confirmer ces
tendances statistiques avec, pour les plus marquants, le
tsunami de 2004, le cyclone Nargis ou les inondations en
Thaïlande de 2011…
Figure 1 : Ministre de la Défense en second (à droite) et le
général Tan (Source : Mindef Singapour).
La disparition du vol MH 370 et le typhon Haiyan qui
a fait, le 8 novembre 2013, 7 350 morts et près de
5 millions de déplacés aux Philippines, soit l’équivalent
de la population singapourienne (5,47 millions d’habitants
en 2014) a favorisé une prise de conscience de la part
des États d’Asie du Sud-est, sur la nécessité d’améliorer
les organisations existantes au sein de l’ASEAN et de
l’ADMM+, dont l’efficacité a clairement montré ses limites.
9
Les retours d’expériences (RETEX) des opérations
humanitaires ont fait état de l’importance de la coopération
entre les différents pays engagés sur le terrain, et du rôle
primordial des forces armées qui sont parmi les premiers
acteurs déployés sur le terrain, et disposant de matériel et
d’une logistique déjà établie.
Dans ce cadre, Singapour tente de se positionner comme
un acteur humanitaire régional clef, avec le lancement
de son nouveau Centre de coordination militaire pour
l’humanitaire en septembre 2014, le Regional HADR
(Humanitarian Assistance and Disaster Relief) Coordination
Centre, ou RHCC, dont l’objectif serait de répondre au
besoin de coordonner les forces armées engagées par
différents États dans le cadre d’une opération humanitaire.
Pourquoi Singapour tente-t-elle de se positionner comme
leader dans le domaine humanitaire, étant l’un des rares
États de l’ASEAN à ne pas être concerné par les risques
naturels ? Quelle serait la réelle plus-value du RHCC ?
Enfin, ce centre, et les missions humanitaires en général,
ne sont-ils pas les vecteurs d’un projet géopolitique
régional ?
1. Singapour, hub régional et base de projection
protéiforme pour les opérations humanitaires ?
En premier lieu, la cité-État de 718 km² en 2014 cherche
à tirer parti de sa position géographique qui présente
certaines caractéristiques intéressantes dans le cadre des
opérations humanitaires :
• d’une part, grâce à sa centralité en Asie du Sudest et au sein l’ASEAN, et son équidistance entre
les géants indiens et chinois ;
• d’autre part, du fait de sa situation à l’extrémité
sud-est du détroit de Malacca, couloir maritime
stratégique par lequel transite entre 50 000 et
90 000 navires par an et la moitié du pétrole brut
mondial.
Singapour compte bien tirer profit de sa position
de hub naturel, susceptible de servir, dans le cadre
d’opérations humanitaires, de plate-forme aéroportuaire
de redistribution logistique via son port SPA (Singapore
Port Autority, second port mondial en tonnage après
Shanghai), et l’aéroport international de Changi, qui
permet de connecter les grandes capitales est-asiatiques
en moins de six heures d’avion.
Deuxièmement, sur le plan géophysique, Singapour
est l’un des rares États du Sud-est asiatique à pouvoir
se proclamer « sûr », dans une zone en proie à de très
nombreuses catastrophes naturelles11. Effectivement, la
région est parsemée de quelque 300 volcans terrestres et
sous-marins le long de la « ceinture de feu » dans l’archipel
indonésien, et se situe au croisement de quatre plaques
Éric Frécon, « Catastrophes naturelles en Asie du Sud-est »,
Asie du Sud-est : de l’émergence à la puissance, Paris, Ellipses,
à paraître.
11
tectoniques, susceptibles de créer un tsunami en cas de
tremblement de terre. Singapour se trouve hors de ces
failles, et les îles environnantes, qui prennent Singapour
« en tenaille » sur un plan géostratégique, la protège des
typhons sur le plan géophysique.
A cette stabilité géophysique, s’ajoute l’image de stabilité
socio-politique largement véhiculée par le gouvernement
(dirigé par le People Action Party, au pouvoir depuis 1959)
à grand renfort de spots télévisés et internet. La « Smart
Island » tente ainsi de s’attirer la faveur des institutions
internationales et des IDE.
Au niveau diplomatique et opérationnel, Singapour est
un carrefour culturel et linguistique, illustré par les quatre
langues officielles du pays : l’anglais, le mandarin, le malais
et le tamoul, favorisant potentiellement les échanges et la
communication entre les différentes ONG régionales et
les institutions internationales. Concernant les tensions en
mer de Chine méridionale (ou SCS pour South China Sea),
dont les questions de souveraineté divisent bon nombres
d’États qui en sont riverains, Singapour joue la carte de
la neutralité, jouissant d’une profondeur stratégique
suffisante pour ne pas être concernée par les velléités
maritimes territoriales, notamment chinoise, sur la SCS.
Singapour cherche à se positionner comme une plateforme de dialogue sur les tensions en SCS12 entre l’ASEAN,
et les puissances extra-régionales impliquées, au premier
rang desquelles figurent la Chine, l’Inde, le Japon et les
États-Unis, ou sur d’autres sujets sensibles comme le
dossier du nucléaire nord-coréen13.
Très active sur le plan diplomatique, Singapour organise
notamment l’annuel Shangri-La Dialogue, à l’occasion
duquel les ministres de la Défense de la région et d’autres
États invités peuvent échanger dans un cadre formel dans
le cadre des réunions Track 1, et plus informelles, lors des
réunions Track 2, qui rassemblent officiers supérieurs,
académiques, analystes, ONG et industriels.
Enfin, sur les aspects opérationnels, Singapour est
une base de projection sécuritaire, très impliquée
dans les opérations maritimes et navales, via sa position
géostratégique et sa totale dépendance à l’égard de
la sûreté des voies de communications maritimes.
A ce titre, les Singapore Armed Forces (SAF), premières
forces armées d’Asie du Sud-est sur le plan qualitatif et
capacitaire14 (premier budget de défense de l’ASEAN
avec dix milliards de dollars en 2014) participent à de
très nombreuses opérations de sûreté maritime et navale
(Maritime Security Operation, ou MSO).
Daniel Wei Boon Chua, « The South China Sea Disputes:
Singapore as an “Honest Broker”? », RSIS Commentary, No.
235, 25 novembre 2014 : http://www.rsis.edu.sg/wp-content/
uploads/2014/11/CO14235.pdf (consulté en avril 2015).
13
Chang May Choon, « US, North Korea hold informal
talks in S’pore », Asia News Network, 19 janvier 2015: http://
www.asianewsnet.net/US-North-Korea-hold-informal-talks-inSpore-70615.html (consulté en mars 2015).
14
Louis Borer, « Changements dans l’écosystème de la défense :
défis et opportunités pour les Singapore Armed Forces », Etude
trimestrielle « pays » n°1/8, cycle 2013-2014, Observatoire Asie du
Sud-est, 18 novembre 2013 :
http://www.centreasia.eu/evenement/obs-ase-ong-18112013changements-ecosysteme-defense-singapore-armed-forces
(consulté en avril 2015).
12
10
Afin de renforcer la sûreté maritime en Asie du Sud-est, la
marine singapourienne a mis en place l’Information Fusion
Center15 (IFC) en avril 2009, structure dont l’objectif est
d’améliorer le partage d’information avec ses différents
partenaires de manière à obtenir une vue globale d’une
problématique par définition transnationale.
coordination avec le Disaster Emergency Logistics System
for ASEAN.
2. Structures existantes et réponses à des besoins
opérationnels concrets
Tokyo est très impliqué via le Japan-ASEAN Intergration
Fund20, qui propose une assistance technique et
financière au sein de nombreuses structures régionales
permettant d’améliorer la sûreté et la sécurité. Le Japon,
première puissance insulaire qui est de fait très concerné
par toutes les problématiques liées aux catastrophes
naturelles, se trouve également totalement tributaire de
ses voies d’approvisionnements maritimes (100 % de son
pétrole brut transite par le détroit de Malacca). C’est la
raison pour laquelle Tokyo a financé de nombreux projets
d’infrastructures, notamment radars, le long du détroit de
Malacca, et reste l’actionnaire majoritaire du centre de
lutte contre la piraterie maritime ReCAAP21 (The Regional
Cooperation Agreement on Combating Piracy and
Armed Robbery against Ships in Asia), également basé à
Singapour.
L’ASEAN et ses partenaires ont graduellement mis sur
pieds diverses structures dans la gestion de risques
naturels. La première étape a été lancée en 2003 avec
l’ASEAN Committee on Disaster Management (ACDM)16,
et consiste en la mise en place d’un dialogue institutionnel
entre les experts régionaux et les autres institutions
internationales telles que l’UNHCR, l’UNICEF et des ONG
internationales.
Les gouvernements ayant tendance à réagir à la suite
d’événements dramatiques, l’ASEAN Agreement on
Disaster Management and Emergency Response
(AADMER)17 a eu pour objectif, à la suite du tsunami de
décembre 2004, de concrétiser la coopération engagée
sur des aspects plus pragmatiques tel que le financement,
la reconstruction ou la prévention.
Il a fallu attendre novembre 2011 pour que la première
structure intergouvernementale soit mise en service.
L’ASEAN Coordinating Centre for Humanitarian for
Assistance ou AHA Center18, à Jakarta, a permis de
faciliter la coopération et la coordination entre les différents
États de l’ASEAN et leurs partenaires internationaux,
suivant un cahier des charges avec des objectifs précis :
coopération technique et scientifique, bases de données,
analyses de risques et prévention…
En novembre 2012, lors des tremblements de terre en
Birmanie/Myanmar, une première équipe est dépêchée sur
place, l’ASEAN Early Rapid Assessment Team (ERAT)19,
avant même sa création officielle un mois plus tard, en
Ministry of Defence, « Fact Sheet: Information Fusion Centre
(IFC) », Official Releases, 4 avril 2014 : http://www.mindef.gov.
sg/imindef/press_room/official_releases/nr/2014/apr/04apr14_
nr/04apr14_fs.html#.VTBWVPmUf74 (consulté en mars 2015).
16
Plus d’informations sur l’ACDM : http://www.asean.org/
communities/asean-socio-cultural-community/category/aseanministerial-meeting-on-disaster-management-ammdm (consulté en
mars 2015).
17
Plus d’informations sur l’AADMER : http://www.asean.org/
communities/asean-socio-cultural-community/item/the-aseanagreement-on-disaster-management-and-emergency-response
(consulté en mars 2015).
18
Plus d’informations sur le AHA Center: ASEAN Coordination
Center for Humanitarian Assistance on disaster managment :
http://www.ahacentre.org/ & http://www.ahacentre.org/about-ahacentre (consultés en mars 2015).
19
« A Disaster Emergency Logistic System for ASEAN is
officially launched », ASEAN Secretariat News, 10 décembre 2012:
http://www.asean.org/news/asean-secretariat-news/item/a-disasteremergency-logistic-system-for-asean-is-officially-launched
(consulté en février 2015).
15
Le AHA Centre est financé par les États membres de
l’ASEAN, mais aussi par de nombreux partenaires
extérieurs, dont les États membres de la FPDA (Five
Power Defense Agreement) – un accord de défense de
coopération régionale qui rassemble le Royaume-Uni, la
Nouvelle-Zélande, l’Australie, La Malaisie et Singapour
depuis 1971 – ainsi que l’Union Européenne, les ÉtatsUnis, et le Japon.
3. La nécessaire intégration des forces armées
Le thème général du 14ème Shangri-La Dialogue22 qui
s’est tenu fin mai 2014 dans les luxueux locaux de l’hôtel
éponyme, portait sur The impact of New Military Capabilities
in the Asia Pacific. Si de nombreuses interventions ont fait
référence au rôle des militaires dans les recherches du
vol MH 370, notamment dans le domaine de la détection
et des missions SAR (Search and Rescue), le chef des
forces armées singapouriennes, le général de division Ng
Chee Meng a centré sa présentation sur le rôle des forces
armées dans les missions humanitaires.
Plusieurs intervenants, dont le général de corps aérien
(Air Chief Marshall) et chef des Forces armées australiennes
(Australian Defense Forces) Mark Binskin, rappelaient
en effet que les interventions humanitaires s’inscrivent
dans les nouvelles prérogatives des armées modernes,
dans le cadre plus général des menaces sécuritaires
transnationales non traditionnelles incluant la cyberdéfense,
le terrorisme, la piraterie maritime. Cette nouvelle doctrine
d’emploi des forces implique un recalibrage des forces
et des moyens opérationnels : importance des réseaux,
« Mission of Japan to ASEAN », source officielle : http://www.
asean.emb-japan.go.jp/news12_06.html (consulté en mars 2015).
21
Site officiel : http://www.recaap.org/ (consulté en avril 2015).
22
Discours et interventions du Shangri-La Dialogue de mai 2014,
« The Impact of New Military Capabilities in the Asia-Pacific »,
The IISS Shangri-La Dialogue 14th Asia Security Summit, 31 mai
2014 : http://www.iiss.org/en/events/shangri%20la%20dialogue/
archive/2014-c20c/special-sessions-b0a1/session-2-a1fc (consulté
en mars 2015).
20
11
drones et bâtiments de la marine équipés de plate-forme
hélicoptères...
Dans le cadre de ces missions, dont l’humanitaire, les
exercices bilatéraux ne permettent pas d’obtenir un degré
de coordination et d’interopérabilité suffisant dans les
temps de réaction très courts qu’imposent une intervention
humanitaire, donc dans un délai de 24 à 48 heures.
La diversité des déploiements et missions militarohumanitaires dans le cadre du typhon Haiyan23 ou du vol
MH 370 l’ont démontré.
C’est dans l’objectif de combler ce trou capacitaire, et afin
de promouvoir la coordination des forces armées que la
Marine singapourienne a mentionné le projet du RHCC,
à l’occasion de l’US-ASEAN Defense Minister’s Meeting24
qui s’est tenu le 1er et 3 avril 2014 à Honolulu (Hawaï).
Dans la continuité du 14ème Shangri-La Dialogue,
une conférence régionale intitulée Building Civil-Military
Capacity for Disaster Relief Operations, organisée par les
SAF et l’United State’s Centre for Excellence in Disaster
Management and Humanitarian Assistance29 les 11 et 12
septembre 2014, fut l’occasion de rassembler la délégation
d’une centaine de militaires (dont le ministre de la Défense
de Singapour en second Chan Chun Sing30), cadres de
Nations Unies, ONG, et analystes, dans l’objectif de tirer les
leçons des dernières catastrophes naturelles, et favoriser
les interactions entre les agences civiles et militaires.
Le RHCC a également rencontré le soutien de nombreux
partenaires régionaux, à commencer par les Philippines
qui, comme l’a rappelé le général philippin Jet Velamino,
est un archipel composé de 7 107 îles en première ligne
d’une vingtaine de typhons par an (photo ci-contre, typhon
Haiyan), qui figure parmi les États les plus exposés, et les
plus démunis de moyens.
Suite au typhon Haiyan, le projet était de mettre rapidement
en place une structure de coordination régionale
fonctionnant sur le modèle de l’IFC, dont l’efficacité a été
démontrée depuis sa création en 200925.
Le projet fut tout de suite soutenu26 par le secrétaire d’État
américain Chuck Hagel27, avec lequel le ministre de la
Défense de Singapour s’est entretenu le 30 mai 2014
lors du 14ème Shangri-La Dialogue. A cette occasion,
M. Hagel a déclaré « ASEAN member states should
consider Singapore’s offer to use Changi Naval Base
as another regional command and control hub […] This
could be an important venue for nations in the region to
coordinate military responses to disasters, and it’s an idea
that we’re going to pursue ». À noter que Washington
entretien un lien privilégié avec la base navale de Changi sur
laquelle est basé l’US PACOM, première base logistique
de la VIIème flotte américaine (la plus importante, au sein
de laquelle 60 % de l’US Navy sera affectée à l’horizon
2020 dans le cadre de la politique de rééquilibrage28 de
Washington en Asie).
« Typhoon Haiyan - HADR response on various military »,
Defence talk, 13 novembre 2013 : https://www.defencetalk.com/
forums/military-photos-videos/typhoon-haiyan-hadr-responsevarious-military-12858/ (consulté en mars 2015).
24
Carl Thayer, « US-ASEAN Defense Ministers Meet in
Hawaii – The meeting marks the first time ASEAN Ministers have
met in the United States », The Diplomat, 11 avril 2014: http://
thediplomat.com/2014/04/us-asean-defense-ministers-meet-inhawaii/ (consulté en avril 2015).
25
SEIA Singapore, Asiaseia : http://www.asiaseia.org/portfolio/
spore-offers-to-host-regional-crisis-coordination-centre/ (consulté
en mars 2015).
26
« S’pore’s proposal for regional disaster relief centre gets US
support », todayonline.com, 31 mai 2014 : http://tablet.todayonline.
com/singapore/spores-proposal-regional-disaster-relief-centregets-us-support (consulté en mars 2015).
27
Communiqué, « US Supports Singapore’s Regional Humanitarian Assistance and Disaster Relief Coordination Centre », Ministry
of Defence of the Republic of Singapore, 31 mai 2014: http://www.
noodls.com/view/7BB59A41F3E681B35FE9BB5DADE7F2E4D0117C58?340xxx1401544606 (consulté en février 2015).
28
Louis Borer, Éric Frécon, « Rééquilibrage américain en Asie
du Sud-est : les inquiétudes d’une réinterprétation? », Étude
quadrimestrielle n°2, cycle 2013/2014, Observatoire Asie du
Sud-est, juillet 2014 : http://www.centreasia.eu/sites/default/files/
publications_pdf/etude_etude_quadrimestrielle_n_2_juil2014_2.
pdf (consulté en mars 2015).
23
Figure 2 : Chalutier échoué lors du Typhon Haiyan,
aux Philippines
Le 25 septembre 2014, le ministre singapourien de
la Défense Ng Eng Hen a rencontré son homologue
philippin Voltaire T. Gazmin, qui a exprimé son soutien
indéfectible au RHCC31 (ainsi que le ministre de la Défense
indonésien Purnomo Yusgiantoro). Après avoir rappelé
leurs préoccupations communes dans la gestion de crises
humanitaires32, les deux ministres de la Défense ont visité le
centre opérationnel de gestion de crise le National Disaster
Risk Reduction and Management Council Operations
Communiqué, « SAF Working With Partner Militaries to
Strengthen Disaster Relief Coordination », Ministry of Defence of
the Republic of Singapore, 12 septembre 2014:
http://www.noodls.com/view/D12BB6F15D8B6BAACA591E2B93156E21CD151804?6383xxx1410531693 (consulté en février
2015).
30
Discours de Chan Chun Sing, minister de la Défense en second
de Singapour, « Closing Address by Minister for Social and Family
Development and Second Minister for Defence Mr Chan Chun
Sing at the Regional Conference on “Building Civil-Military
Capacity for Disaster Relief Operations », Official ReleasesMindef Singapore, 12 septembre 2014: http://www.mindef.gov.
sg/imindef/press_room/official_releases/sp/2014/12sep14_speech.
html#.VRx9h_mUf76 (consulté en février 2015).
31
Communiqué, « The Philippines Expresses Strong Support
for the Changi Regional HADR Coordination Centre », Ministry
of Defence of the Republic of Singapore, 25 septembre 2014: http
(consulté en février 2015).
32
Denise Goh, « Singapore welcomes Philippines’ support for
Changi Regional HADR Coordination Centre », Mindef Singapore,
CyberPioneer, 1er décembre 2014:
http://www.mindef.gov.sg/imindef/resourcelibrary/cyberpioneer/
topics/articles/news/2014/sep/26sep14_news.html#.VRx2PPmUf76 (consulté en mars 2015).
29
12
Centre (NDRRMC33) de Manille.
L’amiral japonais Hiroshi Yamamura des JMSDF (Japan
Maritime Self-Defense Force), et le commandant en chef
de l’APL, le général de division Wang Guanzhong (Armée
populaire de Libération) ont également approuvé ce
centre, qui peut, selon eux, contribuer à une désescalade
des tensions en SCS.
exchanges ». Il s’appuie sur le savoir-faire de l’IFC qui,
dans le cadre de la lutte contre les menaces maritimes
asymétriques, regroupe 15 officiers de liaison issus de 13
pays, et entretient un lien étroit avec près de 64 agences
dans 35 pays37.
La plus-value du RHCC par rapport au AHA Center est
donc essentiellement militaire. Il est vrai que les armées
demeurent les principaux acteurs étatiques à détenir
des capacités de déploiement rapide sur une zone
de crise, sachant que, dans le cadre d’un désastre
humanitaire, les 48 premières heures sont décisives pour
la recherche des survivants et la mise en place des chaînes
d’approvisionnement logistique.
4. Le principe de fonctionnement du RHCC
L’objectif du RHCC est de faciliter la coordination
et la coopération militaire des acteurs régionaux et
internationaux sur des aspects opérationnels34, en
favorisant notamment le partage d’information et les
RETEX. L’aspect pragmatique du centre tend à se
démarquer des autres initiatives régionales jugées trop
théoriques, à l’exception, et en complément du AHA
Center de Jakarta.
Pour tenir de tels objectifs, le centre fonctionne sur trois
piliers :
1. Faciliter les prises de décision au niveau militaire
et éviter le dédoublement d’opérations non
coordonnées. Les forces déployées pourront alors
se référer à un support d’informations commun, le
système OPERA CCIS38 (Command and Control
Information System), issues de sources, parfois
classifiées, très diverses.
2. Aller plus loin dans le partage d’informations et la
coordination via les officiers de liaison, ou ILO
(International Liaison Officers).
Situé sur la base navale de Changi dans les locaux du
C2C (Command and Control Center)35, créé en 2007,
le centre héberge le Singapore Maritime Security Centre
(SMSC), le Multinational Operations and Exercise Centre
(MOEC), l’IFC, et le RHCC depuis septembre 2014.
Ces POC (Point Of Contact), sont des relais
opérationnels directs, permettant notamment
une meilleure coordination entre les différents
ministères impliqués.
Ces officiers de liaison permettront également de
limiter les problèmes de procédures, de législation,
de langue ou de coutumes avec les États
représentés (la liste des officiers de liaisons n’est
pas encore disponible).
3. Déployer un centre de coordination mobile
sur la zone sinistrée dans les 48 heures. Ce
poste de commandement avancé permettra
d’ajuster les besoins opérationnels et de la chaîne
d’approvisionnement suite à un RETEX de terrain
plus direct. Le poste devra également estimer
les dommages et les besoins dans les 72 heures
suivant la catastrophe.
Figure 3 : Démonstration des SAF dans le RHCC à Changi,
le, 12 septembre 2014. Sources Xinhua, Then Chih Wey
Selon le général de brigade des SAF Desmond Tan36, le
C2C permettrait aux militaires de se référer à un point de
contact unique ; il déclare « from the security point of
view, it will be very good for increased military-to-military
Plus d’informations sur le NDRRMC: http://www.ndrrmc.gov.
ph/ (consulté en mars 2015).
34
Jermyn Chow, « Regional disaster centre starts work to sharpen
military response », The Straits Times, 12 septembre 2014: http://
news.asiaone.com/news/singapore/regional-disaster-centre-startswork-sharpen-military-response (consulté en février 2015).
35
« New Maritime Command and Control Centre at Changi »,
Official Release Mindef Singapore, 27 mars 2007: http://www.
mindef.gov.sg/imindef/press_room/official_releases/nr/2007/
mar/27mar07_nr.html#.VTGUhPmUf74 (consulté en mars 2015).
36
Kok Xing Hui, « Tote Board chairman, members reappointed;
new member added », The Straits Time, Asia Report, 29
décembre 2014: http://www.stasiareport.com/news/singapore/
more-singapore-stories/story/tote-board-chairman-membersreappointed-new-member-added (consulté en mars 2015).
33
Pleinement opérationnel fin 201539, le RHCC couvrira une
région de 3 000 km de circonférence et comptera une
cinquante de personnes.
« The Information Fusion Center: Challenge and Perspectives
», MinDef Singapour, avril 2011 : http://www.mindef.gov.sg/
imindef/publications/pointer/supplements/IFC/_jcr_content/
imindefPars/0006/file.res/MINDEF_Pointer%20IFC%20
Supplement%20FINAL.pdf (consulté en janvier 2015).
38
Official Releases, « Fact Sheet: Changi Regional HADR
Coordination Centre (RHCC) », Singapore Government, 13
février 2015 : http://www.mindef.gov.sg/imindef/press_room/
official_releases/nr/2014/sep/12sep14_nr2/12sep14_fs.html#.
VR1wNPmUcus (consulté en mars 2015).
39
D’après Alan Chong Chia Siong, professeur associé et
coordinateur du programme « relations internationales » à la S.
Rajaratnam School of International Studies (RSIS) à Singapour, le
RHCC reste encore embryonnaire, mais le tremblement de terre au
Népal sera selon lui l’occasion de tester le RHCC dans un premier
contexte opérationnel (entretien par courrier électronique depuis
Singapour fin avril 2015).
37
13
Figure 4 : Intérieur du RHCC, 13 septembre 2014.
Sources: Todayonline, Don Wong
En revanche, le général Tan rappelle que le RHCC n’est en
aucun cas un centre décisionnel sur les forces déployées
par un État engagé, ni un centre de commandement
supranational, ce qui peut limiter l’efficacité des opérations
sur le terrain.
Le RHCC travaille également en étroite collaboration avec
les ONG et le CICR (Comité international de la CroixRouge), dont la principale base logistique est basée à
Kuala Lumpur. Si le RHCC ne répond pas, du point de vu
de la Croix Rouge40, à un besoin opérationnel immédiat, les
liens avec les ONG et agences spécialisées permettront de
mieux coordonner la chaîne logistique via des groupes tels
que ST Logistisc41 (prestataire de service du gouvernement
singapourien depuis 1983 et engagé dans de nombreuses
missions humanitaires depuis 2006) ; notons que ses
membres sont souvent des anciens personnels des SAF,
spécialisés dans la logistique HADR et la mise en place
de formations pouvant s’apparenter sur certains aspects à
France expertise internationale (FEI).
Au total, de nombreux groupes et PME spécialisés dans le
domaine humanitaire et du risques-pays tels que Control
Risk et SOS Interntional sont implantés à Singapour.
Certaines ONG y ont leurs sièges ou une succursale,
comme Habitat For Humanity (HFH), créé en 2004 avec
sept employés permanents, et la Singaore Red Cross42
(SRC), active à Singapour depuis 1958, soit sept ans avant
l’indépendance de l’île.
Avant la création du RHCC, le CICR et les SAF43 ont coorganisé en mai 2014 un atelier (workshop) de quatre
jours sur la sécurité et les conflits en mer. Rassemblant
33 officiers de 12 pays et des membres du CICR, l’objectif
Entretien téléphonique avec Ana Chapatte, responsable de la
zone Asie-Pacifique à la Croix-Rouge, 13 février 2015 ;
IFRC : Structure globale : http://www.ifrc.org/en/what-we-do/
logistics/our-global-structure/ (consulté en février 2015).
41
Descriptif et principales missions : http://www.stlogs.com/
capabilities/hadr/ (consulté en mars 2015).
42
« Singapore: The Red Cross, my second love », ICRC,
10 novembre 2014: https://www.icrc.org/en/document/singaporered-cross-my-second-love (consulté en avril 2015).
43
« Singapore: Military officers from Asia Pacific to discuss law
of naval warfare », ICRC News Release, 14/72, 6 mai 2014: https://
www.icrc.org/eng/resources/documents/news-release/2014/05-06singapore-workshop-officer-law-naval-warfare.htm (consulté en
avril 2015).
40
était de penser la manière dont les marines régionales
pouvaient assurer des missions de souveraineté (défense
eaux territoriales, ZEE, pêche illégale…), de sûreté
(piraterie / terrorisme), sécurité (immigration illégale,
missions SAR…) et de développement durable dans
le cadre des grandes pollutions et des dégradations
environnementales. L’ensemble de missions sollicitant
différents ministères s’apparente au modèle d’Action de
l’État en mer (AEM) français ; celui-ci a d’ailleurs inspiré
plusieurs marines régionales, comme en Malaisie, qui
a développé la MMEA en 2005 (Malaysian Maritime
Enforcement Agency), l’agence de sécurité maritime
indonésienne la Bakorkamla, mais ne disposant que de
trois bâtiments en décembre 2014, la Maritime Security
Task Force de Singapour, ou dans une moindre mesure
la puissante State Oceanic Administration (SOA) chinoise,
reformée en 2013.
Le développement d’un système d’AEM ou de gardecôtes dans un contexte géopolitique régional tendu sur
les questions maritimes en mer de Chine méridionale n’est
pas anodin, comme le rappelait le professeur Geoffrey Till
lors du séminaire annuel d’Asia Centre en mai 201444. Le
déploiement de garde-côtes ou de bâtiments étatiques
assurant une mission civile est plus symbolique et moins
belliqueux qu’un patrouilleur militaire. Pourtant, sur le plan
capacitaire, force est de constater que ces bâtiments
affichent des caractéristiques semblables, voir meilleures,
que certaines frégates45.
Toujours selon le professeur Till, ces nouvelles missions
illustrent le passage d’une flotte moderne (axée sur la
perspective de conflit interétatique et la défense territoriale)
à une flotte post-moderne, capable d’être projetée sur
de longues périodes pour la protection des voies de
communication maritime, et davantage ciblée sur l’individu
et les menaces maritimes asymétriques46. Pour les SAF,
cette conception coïncide avec le passage à une armée
de quatrième génération47.
Louis Borer, Florence Geoffroy, « Les forces armées en
Asie du Sud-est : doctrines et liens civilo-militaires », Note
d’actualité n°2 – Compte-rendu du séminaire annuel, Cycle 20132014, Observatoire Asie du Sud-est, 30 avril 2014 : http://www.
centreasia.eu/sites/default/files/publications_pdf/note_seminaire_
annuel_30042014.pdf (consulté en avril 2015).
45
Deux bâtiments de garde-côtes chinois actuellement en
constructions feront près de 15 000 tonnes à pleine charge,
permettant d’effectuer des missions de longues durées en haute
mer, et d’assurer davantage de présence sur un périmètre plus
large. À titre de comparaison, et pour avoir un ordre de grandeur,
les FREMM françaises font 6 000 tonnes, et 9 217 tonnes pour les
destroyers américains de la classe Arleigh Burke à pleine charge.
L’idée étant de surpasser des garde-côtes japonais hauturiers de
la classe Shikishima de 6 500 tonnes. Lire aussi : James Hardy,
Alexander Weening, « China building 10,000-tonne Coast Guard
cutters », IHS Jane’s, 14 octobre 2014 : http://www.janes.com/
article/44631/china-building-10-000-tonne-coastguard-cutters
(consulté en octobre 2014).
46
Éric Frécon, « Catastrophes naturelles en Asie du Sud-est »,
50 fiches géopolitiques sur l’Asie, Coll. Ellipse, à paraître
(septembre 2015 ?).
47
Capitaine Ong Yan Zhi Victor, On Fourth Generation Warfare:
Implications to the SA, Singapore, Mindef, 3 mai 2010: http://www.
mindef.gov.sg/imindef/publications/pointer/journals/2009/v35n2/
feature3.print.html?Status=1 (consulté en avril 2015).
44
14
Les recherches du vol MH 370 ont notamment permis
de tester les capacités régionales, l’interopérabilité et les
relations des forces armées.
5. Prolongement : les crises humanitaires, vecteur
de projection de puissance et outil de soft power ?
5.1. Contexte
Au lendemain du typhon Haiyan, la première aide dérisoire
de la Chine aux Philippines (75 000 euros) avait fait
polémique dans la presse48 régionale et internationale.
Ce geste symbolique était une manière pour Pékin de
rappeler sa position ferme à l’égard de Manille concernant
la souveraineté des récifs disputés de Scarborough, dans
l’archipel des Spratlys. Les tergiversations de Pékin ont
laissé le champ libre à Washington pour déployer son
groupe aéronaval et démontrer la puissante logistique de
son armée dans le Pacifique-Ouest. La Chine et les ÉtatsUnis avaient pourtant effectués des exercices d’assistance
humanitaire à Hawaï du 12 au 14 novembre 2013.
Après quelques semaines, l’APL déploya sur zone
son navire hôpital l’Arche de Paix, dans le cadre d’une
« coopération et d’un développement harmonieux des
marines régionales » (amiral Shen Hao).
La coopération des forces armées dans un cadre
humanitaire ouvre le dialogue entre États sur des questions
de défense moins sensible. La première opération HADR49
de grande ampleur s’est déroulée en juin 2013 au Brunei.
18 États, 3 200 hommes, sept navires, 15 hélicoptères,
ont participé à des exercices grandeur nature, simulant
divers scénarios d’effondrement de bâtiment, glissement
de terrain ou inondation.
Le 23 octobre 2014, le séminaire HADR Military Medicine
(HADR / MM) sur la coopération dans le cadre de la
médecine militaire s’est tenu à Pattaya (en Thaïlande).
Ces missions sont perçues comme une aubaine
pour favoriser le rapprochement des États régionaux
et extrarégionaux. Dans le cas du vol MH 370, le
général australien Mark Binski rappelait la nécessité
de s’appuyer sur des accords déjà existants tels que
le FPDA, et l’importance d’une approche multiscalaire
incluant l’ensemble de l’arc indopacifique et la Chine.
Brice Pedroletti, « typhon Haiyan : la Chine critiquée après
une aide minimale aux Philippines », LeMonde.fr, 14 novembre
2013 : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/11/14/laide-chinoise-aux-philippines-fait-polemique_3513964_3216.
html#VEJp6T5zG1auY41O.99 (consulté en octobre 2014).
49
Vigay Sakhuja, « ADMM-Plus: HADR/Military Medicine
Exercise », South Asia Defence and Strategic Review, 22
juillet 2013: http://www.defstrat.com/exec/frmArticleDetails.
aspx?DID=420 (consulté en mars 2015); « Forging Cooperation
over Competition: Opportunities for Practical Security
Collaboration in the Asia-Pacific », Pacific Forum CSIS, Issues &
Insights, Vol. 14 – No. 6, décembre 2013, p.8-10: http://csis.org/
files/publication/issuesinsights_vol14no6.pdf (consulté en mars
2015); Site official de l’ASEAN, « ADMM-Plus Experts’ Working
Group on Military Medicine Senior Medical Planners’ Workshop »,
23 octobre 2014: https://admm.asean.org/index.php/admmnews/7-news/346-admm-plus-experts-working-group-on-militarymedicine-senior-medical-planners-workshop.html (consulté en
mars 2015).
48
5.2. Du soft power… au déploiement opérationnel ?
La solidarité entre les États lors d’une catastrophe de
grande ampleur est une chose. Mais un déploiement des
forces dans le cadre d’une opération humanitaire n’est pas
anodin.
La projection de forces permet de tester leur capacité de
mise en œuvre sous l’œil attentif de leurs partenaires (ou
concurrents).
A titre d’exemple, la rapidité du déploiement américain50
après le tremblement de terre en Haïti, où les bataillons du
génie militaire ont mis en place une piste d’atterrissage en
pièces détachées en 48 heures, a permis de démontrer
la maîtrise de leur outil militaire dans leur zone d’influence
héritée de la Doctrine Monroe. En Asie du Sud-est, et en
mer de Chine méridionale, les États ayant des velléités
d’influence régionale devraient-ils être en mesure de faire
de même ?
Les SAF, qui n’ont jamais été déployés dans des conflits
de haute intensité, ont été en revanche projetés sur une
vingtaine d’opérations humanitaires. A la suite du tsunami
de décembre 2004, l’opération singapourienne Flying
Eagle51, durant laquelle trois bâtiments de chalands de
débarquement, 12 hélicoptères et 8 transporteurs aériens
furent déployés en Indonésie et en Thaïlande, reste l’OPEX
la plus importantes des SAF à ce jour. Cette opération a
permis de tester le déploiement de premiers éléments en
48 heures, et d’engager une coopération opérationnelle
avec les forces thaïlandaises et indonésiennes.
Il en va de même pour les Forces d’autodéfense
japonaises (JSDF) lors du typhon Haiyan. Tokyo a dépêché
sur place son destroyer porte-hélicoptère DDH 138 Izumo
avec trois autres bâtiments, dix avions, six hélicoptères et
1 200 hommes, soit la plus grande OPEX nippone depuis
la seconde guerre mondiale52, tout en véhiculant une
image positive des JSDF.
5.3. Entre polyvalence et ambivalence
Dans le cadre des opérations humanitaires, les bâtiments
les plus efficaces sont les plus spacieux et les plus
polyvalents, permettant le transport de conteneurs, dotés
d’une plateforme hélicoptères, de capacités de plageage
d’engins lourds, d’un état-major embarqué et de lits
d’hôpitaux. Il s’agit donc des Bâtiments de projection et de
commandement (BPC) français de la classe Mistral, des
Service de presse de la Maison Blanche, « United States
Government Haiti Earthquake Disaster Response Update 1/21/10
», 21 janvier 2010 : https://www.whitehouse.gov/the-press-office/
united-states-government-haiti-earthquake-disaster-responseupdate-12110 (consulté en mars 2015).
51
Ministre de la Défense Teo Chee Hean, avant-propos,
« Reaching Out Operati’on Flying Eagle SAF Huamnitarian
Assistance after Tsunami », SNP Edition : http://www.mindef.gov.
sg/dam/publications/eBooks/More_eBooks/ReachingOutOFE.pdf
(consulté en avril 2015).
52
Louis-Arthur Borer, Edouard Pflimlin, « Le Japon dans son
environnement géostratégique », Diploweb, 6 avril 2015 : http://
www.diploweb.com/Le-Japon-dans-son-environnement.html
(consulté en avril 2015).
50
15
porte-hélicoptères américains LHD (Landing Helicopter
Dock) de la classe Wasp, des bâtiments japonais LPD
(Landing Platform Dock) de la classe Osumi ou Izumo, ou la
classe Kiev russe. Les appellations diffèrent selon les États,
mais le concept reste le même. Mais si ces bâtiments
affichent d’excellentes capacités dans les missions HADR,
se sont également des outils de projections de puissance
par excellence. Les missions humanitaires justifient
souvent leur déploiement ou même leurs commandes,
mais les États voisins ne sont pas dupes.
Conclusion
Les missions humanitaires permettent d’initier le dialogue
entre les forces armées. Elles sont donc susceptibles
d’être un vecteur de coopération, voire de construction
régionale, de « capacity building » lorsque celles-ci se
concrétisent par la création d’un centre de coordination
avec des officiers de liaisons. Les États abordent un panel
de problématiques plus larges, comme les menaces
cyber, la piraterie maritime, ou comme plus récemment,
sur une réflexion régionale contre la montée de Daesh en
Asie du Sud-est55.
Figure 5 : Endurance-160, à Euronaval 2010. Photo: Mike
Colombaro
Singapour développe sa nouvelle génération de LPD/
LHD : le Joint Multi-Mission Ship (JMMS)53, de la classe
Endurance-160 de conception locale, et qui fut présenté à
Euronaval en 2010 (photo ci-contre).
Le JMMS est inspiré du LPD italien de la classe San
Giorgio, ou des LPH sud-coréen de la classe Dokdo. La
classe Endurance-160, qui remplacera l’actuelle classe
Endurance-140 (beaucoup plus léger, 6 500 tonnes),
mesurera 163 mètres de long pour 14 500 tonnes (contre
199 mètres de long et 21 000 tonnes pour le BPC à pleine
charge). Outre les missions humanitaires, ce bâtiment sera
capable de mener des opérations amphibies, d’embarquer
des avions à décollage court, tel que le F-35 Lightning
II Joint Strike Fighter qui devrait équiper l’armée de l’air
singapourienne dans les années à venir54. Selon l’analyste
Marvin Diaz, le binôme JMMS et F-35 pourrait servir de
base arrière en cas de destruction des bases aériennes
singapouriennes.
Les LPD/LHD ont donc une double vocation paradoxale,
entre le « porte-avions » déguisé, épine dorsale de la
projection de puissance, ou la plate-forme logistique
médicalisée au large des côtes…
Koh Swee Lean Collin, Bernard Fook Weng Loo, « Exposed:
Singapore’s Aircraft Carrier in Disguise », The National Interest,
18 mars 2015: http://nationalinterest.org/feature/exposedsingapores-aircraft-carrier-disguise-12438 (consulté en mars
2015); « Joint Multi-Mission Ship Announcement », Temasek
Thunderbolt, 1er juillet 2014 : https://temasekthunderbolt.wordpress.
com/2014/07/01/joint-multi-mission-ship-announcement/
(consulté en mars 2015); « Endurance-160 LHD », Temasek
Thunderbolt, 16 octobre 2014 : https://temasekthunderbolt.
wordpress.com/cool-stuff/endurance-160-lhd/ (consulté en mars
2015).
54
Mike Yeo, « Singapore and the F-35B Joint Strike Fighter »,
Thediplomat, 18 octobre 2013: http://thediplomat.com/2013/10/
singapore-and-the-f-35b-joint-strike-fighter/ (consulté en avril
2015).
53
Voir à ce sujet les contributions de Dr Jolene Jerard et
Dr Rommel Banlaoi, dans cette Etude trimestrielle, sur les cas
respectivement indonésiens et philippins.
55
16
Chronologie des principales catastrophes naturelles en
Asie du Sud-est entre 2004 et 2014 (source : Science et
avenir, 2014)
2014
Date
Pays touché(s)
Catastrophe
Nombre de morts
Coût (en millions
de dollars)
2004
Indonésie
Tsunami
270 000
50 000
2006
Indonésie
Tsunami
1 000
2
2008
Birmanie
Cyclone Nargis
138 373
4 000
2008
Chine et Philippines
Typhon Fengshen
1 468
220
2009
Philippines
Typhon Parma
593
592
2009
Cambodge, Laos,
Philippines et Vietnam
Cyclone Ketsana
744
1 190
2009
Indonésie
Séisme de
magnitude 7,6
1 195
480
2010
Indonésie
Séisme de
magnitude 7,7
509
n.c.
2010
Thaïlande, Vietnam
Inondations
417
627
2011
Birmanie
Cyclone
600
n.c.
2011
Cambodge, Thaïlande
et Vietnam
Inondations
1 193
40 000
2012
Philippines
Typhon Bopha
1 901
600
2013
Chine, Philippines et
Vietnam
Typhon Haiyan
7 788
14 000
Inondations
24
Malaisie,
Thaïlande
n.c.
Actualisation
Exercice humanitaire franco-malaisien
Un exercice bilatéral de soutien aux populations sinistrées
a été mené entre les forces françaises et malaisiennes lors
de l’exercice Kalong56, dans le cadre de la mission Jeanne
d’Arc du BPC Dixmude en Asie-Pacifique.
L’exercice simulait un typhon (Malau) de catégorie 5
sur la Malaisie causant plusieurs victimes et des dégâts
matériels importants. A cette occasion, le BPC embarqua
un détachement humanitaire d’une centaine de militaires
ainsi qu’un hélicoptère malaisien EC725, dans l’objectif
d’améliorer l’interopérabilité des opérations maritimes
HADR avec la Malaisie et d’effectuer des RETEX dans le
domaine humanitaire.
Figure 6 : BPC Dixmude déployé lors de l’exercice Kalong,
Sources EMA/ Marine nationale, 24 avril 2015
« Exercice Kalong, les forces malaisiennes et françaises
soutiennent les populations sinistrées », ministère de la Défense /
état-major des armées, 24 avril 2015 : http://www.defense.gouv.
fr/operations/actualites/exercice-kalong-les-forces-malaisienneset-francaises-soutiennent-les-populations-sinistrees (consulté en
avril 2015).
56
17
Le RHCC dans le cadre du tremblement de terre de
magnitude 7,8 au Népal
Singapour a déployé trois C-130 de l’armée de l’air
singapourienne57 (Republic of Singapore Air Force –
RSAF), notamment dans le cadre de l’évacuation de
79 ressortissants singapouriens. Un contingent de
22 militaires et six personnes du RHCC58 ont été déployés
sur place, renforcés par 9 policiers et 60 hommes du
Singapore Civil Defence Force. 22 médecins aident
les secours sur place, tandis que les six membres du
RHCC déployés assistent le Nepalese national disaster
management, dans la coordination des secours et des
forces armées, en lien avec les 35 pays qui participent à
l’aide humanitaire.
Sur le plan régional, la Chine60, et dans une moindre
mesure l’Inde, ont été les premiers à se mobiliser lors
du tremblement de terre au Népal le 25 avril 2015, en
dépêchant sur place des équipes médicales et de secours,
dont les premiers éléments sont arrivés six heures après
les faits. Sous influence de la Chine, qui est également le
principal investisseur dans le pays depuis les années 1960,
Katmandou a dû refuser l’aide humanitaire proposée par
Taïwan61 et la Nouvelle Zélande.
Le RHCC met également en place une cartographie des
routes empruntables et regroupe toutes les informations
susceptibles d’aider les secours et les forces déployées
sur le terrain au sein de l’OPERA Command and Control
Information System.
L’aide singapourienne a pour le moment été déployée
dans un village à 15 km de Katmandou59.
Figure 7 : avion C-130 SAF déployé au Népal. Sources
MinDef Singapour, 29 avril 2015
« SAF evacuates Singaporeans from Nepal », Asie One
Singapore, 28 avril 2015: http://news.asiaone.com/news/singapore/
saf-evacuates-singaporeans-nepal (consulté en avril 2015).
58
« Singapore Armed Forces Deploys Changi RHCC Team
to Nepal as part of Relief Efforts », Official Releases, MinDef
Singapore, 29 avril 2015: http://www.mindef.gov.sg/imindef/
press_room/official_releases/nr/2015/apr/26apr15_nr2.html#.
VURdZ_mqqkp (consulté le 1er mai 2015).
59
Informations mises à jour quotidiennement sur l’implication
des SAF et du RHCC au Népal : «Earthquake in Nepal », MinDef
Singapore, 29 avril 2015 : http://www.mindef.gov.sg/imindef/
key_topics/overseas_operations/hadr/Nepal_Earthquake_2015.
html (consulté le 1er mai 2015).
57
Tsering Shakya et Ashok Gurung, « Was Nepal a Soft Power
Victory for China? », China File, 1er mai 2015, https://foreignpolicy.
com/2015/05/01/nepal-china-earthquake-aid-taiwan-power/,
(consulté le 3 mai 2015.
61
Ians, « Quake-hit Nepal declines help from Taiwan, New
Zealand », India Today, 29 avril 2015, http://indiatoday.intoday.
in/story/nepal-declines-help-from-taiwan-new-zealand/1/432758.
html, (consulté en mai 2015).
60
18
From a Fisheries Perspective:
Reframing Illegal Fishing in Southeast Asia
1. What is the Nature of Illegal Fishing? By Meryl J. Williams
Meryl J. Williams is recognized for her achievements
in research and research management in fisheries and
aquaculture for food security, gender equality, social
welfare, and environmental conservation, with particular
reference to the Asia-Pacific region, including Southeast
Asia. As well as holding a number of non-executive
positions, she leads the Asian Fisheries Society project
to develop an online information system for Asia-Pacific
fisheries and aquaculture, called AsiaPacific-FishWatch
(www.asiapacfish.org).
1. What is the Nature of Illegal Fishing? 2. What Leads to Cross-Border Illegal Fishing? 3. How Could States do Better? Introduction
Southeast
Asian
states,
with their large,
fast
growing
populations,
economies
and
fisheries, are still struggling with the impacts
on their fisheries of the exclusive economic
zones created under the 1982 United Nations Convention
on the Law of the Sea (UNCLOS). In critical fishing
areas, the maritime borders are still disputed. The
fishing interactions among states and neighbours such
as China and Australia are “enmeshed” (Williams, 2007) in
state ambitions over territory, power and access to vital
natural resources. When fishing vessels cross borders,
illegal fishing is often framed as an international security
matter to be solved by state-based maritime security
and enforcement, or, more rarely, by diplomacy. From a
fisheries perspective, cross-border illegal fishing is part
of a continuum of types of illegal fishing that needs to
be better understood in the fisheries context in order
to effect control. As a security issue, illegal fishing is non-traditional.
I argue that the time has come to reframe illegal
fishing, placing it in the broader human, economic
and environmental context in which fishing
operates, and making illegal fishing the responsibility
of more than the state maritime security forces and
their wings in state fisheries agencies. To explain this
position, I first ask what the nature of illegal fishing is (1.),
and how its cross-border form originates (2.). Since
illegality implies state action is needed, I then suggest
how states could do better (3.). In Southeast Asia, millions of women and
men fish using a great diversity of gear and
methods to exploit the world’s most biodiverse marine
region. In just the South China Sea area, FAO estimates
that at least 5.4 million people are engaged, full or part
time, directly in fisheries (APFIC, 2010). Many more are not
registered in official statistics and many others, especially
women, work in the pre and post production supply
chains. In the face of this diversity and dependence,
states have developed fisheries laws and regulations
to fulfil their responsibilities under UNCLOS and other
laws.1 Yet, fishing is often conducted outside the reach
of regulatory authorities whose implementation and
enforcement is weak. In 2001, the adoption of the International Plan of
Action (IPOA) on Illegal, Unreported and Unregulated
(IUU) fishing (FAO, 2001) was a milestone in addressing
illegal fishing. The formal, lengthy definition that the IPOAIUU gives for IUU includes explanations for each of the
three elements. Illegal fishing is that which contravenes state laws and
international obligations, in national or other waters. This
creates three problems in Southeast Asia.
• The first problem is that, where maritime boundaries
are still not settled, the legality of fishing is difficult
to determine.
• The second problem is that international
obligations, such as commitments to regional
fisheries management organizations (RFMO),
are a challenge because the region lacks RFMOs,
except for tuna fisheries that come under the
Western and Central Pacific Fisheries Commission.
A third complication is that responsibility for
IUU fishing shifted in an important way between
the adoption of the 2001 IPOA IUU (a voluntary
arrangement) and the subsequent adoption of
the related and binding 2009 FAO Agreement
on Port State Measures (PSM). The IPOA IUU
makes fishing vessel flag states responsible for
their vessels, but the PSM Agreement makes the
port states responsible for controlling illegal
fishing. After the IPOA-IUU was adopted, FAO
explored the registration principle of the “genuine
link” between a ship and its flag state and recognized
that flag states, which are often poor states
merely issuing flags of convenience, would not
be able to control the fishing of the vessels flying
their flags. Port states could more readily be held
responsible (Williams et al., 2012). This shift
to port state accountability gave considerable
power to strong countries and regional
bodies. The European Union has been
particularly active in using the IPOA-IUU and the
PSM Agreement against illegal fishing, causing
the Southeast Asian states to react and start to
address the problem (Williams, 2013). 19
Unreported fishing presupposes the existence of a
formal reporting system but many Southeast Asian
fisheries lack these, and also have multiple and sometimes
even secretive channels for dispersing products, e.g. the
live reef fish trade. In Southeast Asia, unregulated fishing is also difficult to
define because many regulatory systems are rudimentary,
or have not yet caught up with recent practice, and most
are unable to cope with the numbers of fishers, diversity of
gears and scales of fishing by applying mainstream
management approaches designed for industrial fisheries. In most states, small fishing vessels and gears do not need
to be licensed, and therefore are unregulated. For industrial
fleets, regulations and enforcement may lag behind practice,
temporarily allowing undesirable practices. In Malaysia in
2011, when a diesel subsidy for large offshore trawlers
was revoked, a trawler strike ensued. The Department
of Fisheries then discovered that the trawler owners had
sold their 300 fishing permits and supplied their subsidised
fuel to the Vietnamese vessels, which operated at
lower cost. Following an audit, the fishing permits
were revoked (Carvalho, 2012). The events apparently
inadvertently exposed a loophole in licensing
regulations. In other cases, regulations may take years
to be implemented. For example, in November 2013 in
Malaysia, fisheries authorities finally implemented a 1985
trawl mesh size amendment to the Fisheries Act, and
began prosecuting practices which had been technically
illegal for nearly 20 years (Loke, 2013). Not all illegal fishing is negative: many poor perpetrators
survive thanks to it. It can help people meet their basic
food and income needs when few or no other options are
available, or because they have limited access to other
livelihoods. Many crews on illegal fishing vessels have
few other work options. Most fishing for food security is
unreported and unregulated (the UU of the IUU fishing).
Many state authorities turn a blind eye to such fishing, but
others may harass more vulnerable small scale operators
and ignore larger scale and more powerful fishers. On the whole, IUU fishing covers a spectrum of fishing
activities from the extremes of egregious practices, through
to the officially tolerated illegal fishing, and grey areas
where the law is silent or in dispute. Illegal fishing
is unequivocally bad if it destroys fisheries and the
ecosystem, exploits workers and involves other dangerous
illegal and life distorting activities such as drugs,
guns, and smuggling. Conversely, legal fishing is not necessarily all to the good
of society. For example, some legal fishing transgresses
ethical, health and environmental good practice, such as
fishing allowed in polluted waters, or with environmentdamaging practices, or using exploited labour. Despite complexities of definition, I will use the term “illegal”
to be equivalent to “IUU”, given the intrinsic linkages
among the elements of IUU. However, in the remainder
of the present paper, I will focus on cross-border illegal
fishing and not on that part of the continuum that
occurs mainly within national waters, although many
forms of illegal fishing are connected. 2. What Leads to Cross-Border Illegal Fishing? In Southeast Asia, three factors drive illegal fishing, namely
the competitive demand for fish, maritime boundary
disputes, and state approaches to managing fisheries. Competition for fish is driven by scarcity and the drive
for profits. Regional fish consumption rates are high,
export demand strong, fish stocks are declining due to
overfishing, and the numbers of fishers is large. Excess
fishing capacity (too many fishers and boats) is considered
as an important factor that increases the probability
of illegal fishing (SEAFDEC, 2010).
Southeast Asia is a major trading region in fish and fishery
products, including from aquaculture, exporting 14% and
importing 9% of the respective world totals (SEAFDEC,
2012). On average, people in Southeast Asia eat 27 kg of
aquatic products a year (from 23 kg per capita in Singapore
to 54.4 kg per capita in Malaysia) (SEAFDEC, 2012). These
rates are high compared to the world average (18.9 kg per
capita) and Asian average (21.6 kg per capita) (FAO, 2014). The most sought after species, and hence the highest
priced, are often in limited supply, such as reef fish, sharks
and rays. Some species are listed by the Convention
for International Trade in Endangered Species and
are of extreme conservation concern. Despite
this, many listed species are still commercially exploited,
such as sea turtles (WWF, 2014), giant clams, hard corals,
whale shark, hump head wrasse (Napoleon fish) and
coelacanths, among others (SEAFDEC 2012). Many of
these species attract illegal cross-border fishing. States endeavour to keep down the price of food,
including fish, to serve consumers. Southeast Asian fishing
operators try to ensure their fishing is profitable. They try
to reduce costs by employing immigrant labour from
poorer countries, using subsidised fuel, and fishing in
areas with the best fish stock abundance to which they can
get access. Sometimes, this is across the border. Stories
about cross-border fishing are common in the local media,
e.g. in Indonesia involving Vietnamese and Thai vessels
(Riau Bulletin, 2011), and the example above in which
Vietnamese vessels were sub-contracted to use Malaysia
permits and fuel. The second driver of illegal fishing was the creation of
new maritime borders to enclose exclusive economic
zones as enabled by UNCLOS. This “closing of the
frontier” has been especially problematic within Southeast
Asia (Butcher, 2004), and with adjacent states such
as Australia, China and Taiwan. The Australian maritime border with Indonesia has been
one troubled area (Williams, 2007). In working to solve
illegal fishing, both countries recognized that the problems
20
were not unique. Australia and Indonesia therefore helped
establish the Regional Plan of Action on IUU (DAFF,
2010). This is a multi-lateral technical partnership to
help countries, including Australia, solve their common
problems over IUU fishing. After it was established in
2007, the Port State Measures Agreement became a
factor in international fishing and trade. Regional training
and technical cooperation on monitoring, control and
surveillance then became an important topic for the RPOA
(Williams, 2013). Cross-border illegal fishing appears to be treated differently
depending on whether it is occurs across agreed maritime
borders or in disputed areas. When foreign vessels
penetrate agreed borders and are caught, the normal
processes of apprehension and prosecution prevail,
such as imprisonment, trial, and fines. Repatriation and
diplomacy will eventually occur. In the case of fishing in
disputed territory, state reactions tend to be militaristic,
political and inflammatory. States frequently cite historic and existing fishing to
bolster their claims on disputed territory, such as the
People’s Republic of China, the Republic of China
(Taiwan) and the Philippines have done over Scarborough
Shoals (Republic of the Philippines, 2012). Indeed, states
are suspected of deliberately sending fishing vessels into
disputed area as a means of supporting their territorial
claims: “fish, protect, contest, and occupy” (Dupont and
Baker, 2014). Disputes can escalate when the stakes
increase beyond fishing. In 2014, a hydrocarbon
exploration platform Haiyang Shiyou 981 was sent by
China into the Paracel Islands off Vietnam to underscore
a claim, resulting in violent anti-Chinese sentiment
and action in Vietnam (Hodal and Kaiman, 2014). At
sea, Vietnamese fishers were caught in the dispute
and the area became a temporary highly militarized
area. Subsequently, both countries were reported to
be supporting their fishing fleets to operate in the troubled
waters (Ruwitch, 2014; Anon., 2014). Reprisals against
the fishers endure. Vietnamese fishers reported clashes
and alleged piracy by Chinese vessels and marine patrols
in the Paracel Islands area (Anon., 2015c). How states choose to address illegal fishing and
other state actions can also inadvertently help
foster illegal fishing. States prefer to use
the enforcement approach of monitoring, control
and surveillance; other methods are given much less
priority. This approach depends on a strong,
legitimate enforcement capacity, but Southeast Asian
fishing states have been sporadic and inconsistent in
enforcement, even as their physical enforcement capacity
has increased. Moreover, enforcement needs to be
embedded in a wider community understanding of the
issues. The legitimacy and effectiveness of the fisheries and
maritime enforcement agencies are weakened when they
are out of touch with or overlook fishing realities, e.g. the
under-the-table deals done over fishing permits and joint
ventures, or have long delays in implementing regulations. In late 2014 in a new step towards tough enforcement, the
new Indonesian government announced that it was
going to burn fishing vessels caught in its waters without
authority, and immediately started executing this by
destroying apprehended vessels from Vietnam and
Malaysia (Anon., 2015a). Malaysian authorities have
warned their fishers to respect boundaries (Anon., 2015b).
At this early stage, the diplomatic and regional cooperation
channels underlying the new Indonesian measures are
unknown. In addition to weaknesses in fisheries management,
Southeast Asian fishing experiences a more general
crisis of development. While it has a first world capacity
to exploit fisheries resources and to trade fish, the
states have a much lesser capacity to control
and remediate environmental damage
from
fishing. ASEAN economic policies affecting fisheries
cooperation promote market integration through removing
tariffs on fish trade, but do little to address resource
sustainability (Staples, 2014). Despite the fact that many
fish stocks are depleted and need protection if they are
to recover, states encourage further over-exploitation by
providing subsidies for fuel, boats, gear, livelihood and
even for catch landed, e.g. in Malaysia (Viswanathan et al.,
2013). Subsidies support overfishing, raise fishing effort
and exacerbate the competition for fish and the possibility
that rules are bent or ignored.
From these examples, we see that the competition
for fish, border disputes and state limitations can
severely limit state regional cooperation on fisheries
and inadvertently foster conditions for illegal fishing.
These factors have created a geopolitical situation that
severely constrains formal regional fisheries management
cooperation among the Southeast Asian states, and
between them and important neighbours such as China
and Taiwan. At the state level, they also undermine
progress towards curtailing illegal fishing. 3. How Could States do Better? The huge demand for fish for profit and food
security will continue to entice some fishers into illegal
fishing. States and society need new and better
approaches. States need support fishers in ways that do
not lead to more illegal fishing, and speed up regional and
bilateral cooperation. To reposition on illegal fishing, states need
to broaden their action beyond enforcement,
and redirect certain of their other actions, such as subsidies
that generate more fishing effort. Also, states could
make their enforcement more effective if they did more
to promote responsible, sustainable fisheries, value added
product, and good labour standards. States must become trusted actors in the public space
for educating fishers, consumers and the general public
on social and environment sustainability. At present
the states are nearly silent, abdicating the space to nongovernment organisations, such as the national chapters
21
of the major international environment groups Greenpeace
and WWF. State and industry reporting prefers to boast
about increased fish production rather than talking
about the underlying state of stocks. National statistical
reports have little or no interprÉtation of the status of
stocks, which they prefer to relegate to regional technical
bodies such as FAO (APFIC, 2010) and SEAFDEC
(SEAFDEC, 2012). None of the Southeast Asian states carry out regular fish
stock assessments to inform their fisheries management
(Lundgren et al., 2006, Table 14) and give them the
information with which to educate the public. Even
Malaysia, which in 2006 reported doing regular surveys, no
longer does so, as inferred from the report by Viswanathan et
al. in 2013 who used assessments only up to 1998. Yet,
in an RPOA priority setting exercise, state fisheries officers
gave very high priority to:
• improving state and regional stock assessments,
• scientific analytical capacity and
• linking science to management (DAFF, 2011).
Although technical workshops have been held on Asian
fish stock assessments, none of the Southeast Asian states
appear to have implemented or re-implemented surveys
and assessments. Thus, the states are managing their
fisheries in ignorance of the current status of the valuable
resources. Typically, fishing industry support is
given in as subsidies to satisfy short-term political ends.
Too little support is given to ensuring safety of fishers
at sea, improving vessel registration systems, and
on clean fish landing ports. As pointed out in one case that
is recognisable all over Asia, small local fish landing ports
are dirty, polluted, not serviced by any local council and
“stuck in limbo” over land title for jetties to support their
businesses (Teng, 2015). Developing states, including those in Southeast Asia,
emphasise fish as export commodities and direct
their efforts to helping export, e.g. by eliminating tariffs
and helping maintain export quality standards. State
support for domestic markets is weak, including
for domestic seafood safety and value addition (HLPE,
2014). However, exports are not able to take advantage
of premium markets for certified ecologically sustainable
seafood because of the overall weakness in fisheries
management. Certification schemes require sustainably
managed fisheries, legal and traceable product and
Southeast Asian states are unable to comply. The only
Marine Stewardship Council (MSC) certified fishery in
Southeast Asia is the hand gathered Ben Tre Clam
in Vietnam (MSC, 2015), a small, locally managed
fishery. Again, sustainability has no weight in the fisheries
sector priorities. scientific fields, and available but inadequate in
laws and legislation, particularly on
international cooperation and marine affairs
and fisheries laws/regulation, especially
for the less developed countries such as
Cambodia and Lao PDR; and the crosscutting issues, such as those on fisheries
information and statistics, fisheries and
food security and poverty alleviation, and
climate change” (SEAFDEC, 2012).
The report went on to suggest that the states would thus
have difficulty dealing with developments in the “global
arena.” From the global arena, the 2014 Voluntary Guidelines for
Securing Sustainable Small-scale Fisheries in the Context
of Food Security and Poverty Eradication, and the report
on fish by the High Level Panel of Experts on Food Security
and Nutrition (HLPE, 2014) offer linked agendas for bringing
small scale fisheries into the mainstream, making more
definite steps to use fish for food security and provisions for
improving gender equality in fisheries. Given the difficulties
of addressing fishing issues such as sustainability and illegal
fishing, what priority will the Southeast Asian states give
to the Voluntary Guidelines, and how will they reconcile
its provisions with the more familiar imperatives of fish
production and economic growth? In repositioning their work, Southeast Asian states
need to speed up international cooperation, despite the
tensions and competitive nature of fishing. The ChinaVietnam Fishery Agreement for the Gulf of Tonkin, and
the Australia-Indonesia Memorandum of Understanding
regarding the Operations of Indonesian Traditional
Fishermen in Areas of the Australian Fishing Zone and
Continental Shelf are the only formal bilateral fisheries
agreements in the region, and they are working (Li and
Chen, 2010; Polite Dyspriani, 2011). Generally, the Southeast Asian states have failed to
formalise bilateral arrangements; full regional agreements
are even more difficult to achieve. This gap in cooperation
leaves technical cooperation as the chief ballast of intergovernmental relationships, including for monitoring, control
and surveillance (MCS) cooperation (Williams, 2013). Two
new multi-lateral actors in the region, the RPOA-IUU and
the ASEAN-SEAFDEC Strategic Partnership, focus on
planning and capacity building for fisheries management,
including MCS. Both these actors include states from
outside Southeast Asia, namely Australia and Japan,
respectively. The 2013 evaluation of progress on the RPOAIUU found some progress, especially in creating three subregional MCS networks:
• the Gulf of Thailand,
• the Southern and Eastern South China Sea, and
• the Arafura-Timor Sea.
Southeast Asian states also have critical scientific
research and human resource deficits in fields that are
essential for sustaining fisheries and combatting illegal
fishing. In 2010, a SEAFDEC survey of human resources
found that, in the government agencies, expertise
was scarce in fish population dynamics, among other
By splitting the Southeast Asian region into more tractable
sub-regions, the states have renewed their hope for
cooperation on fisheries issues. Within each subregion, most of the fish stocks are shared, the fishing
fleets share common characteristics, and cultures are
historically shared or closely related because they
22
have evolved on the peripheries of today’s nation states,
especially on their recent maritime frontiers. Dupont, A. and C.G. Baker. 2014. East Asia’s Maritime
Disputes: Fishing in Troubled Waters. The Washington
Quarterly, 37:79–98. FAO. 2001. International Plan of Action to prevent, deter
and eliminate illegal, unreported and unregulated fishing.
Rome, FAO. 2001. 24p. Conclusions
From a fisheries perspective, now is the time to reframe the
issue of illegal cross-border fishing, and enlarge the range
of solutions beyond state-based maritime security.
• States could re-position their fisheries strategy
by helping inform themselves and educate the
public on sustainability, and put greater focus
on bringing fishers and their communities into the
mainstream of state programs.
• Fisheries policies and management will continue to
experience grey areas as long as maritime border
disputes remain. However, if cooperation on bilateral
and sub-regional hot-spots can be extended
beyond the current low-level technical cooperation,
state fisheries agencies would be relieved of some
unnecessary illegal and international fishing issues.
They may then be able to better spend their
time and resources sorting out the base causes
of illegal fishing and re-engineer their current
failing approaches to sustaining fisheries. References Anon. 2011. Bintan fishermen complain of foreign
poachers. Riau Bulletin 5:3. Anon. 2014. Vietnam minister encourages fishermen to
keep fishing amid sea tension. Tuoi Tre News, 2 August
2014. Anon. 2015a. Indonesia sinks Malaysian vessel over illegal
fishing. The Star, 8 January 2015. Anon. 2015b. “Do not trespass foreign waters”
Ismail Sabri advices fishermen. The New Straits Times
Online, 16 January 2015. Anon. 2015c. Vietnamese fishermen suffer more Chinese
attacks. Thanh Nien News, 15 January 2015. FAO. 2014. The State of World Fisheries and Aquaculture
2014. Rome. 223 p. HLPE (High Level Panel of Experts). 2014. Sustainable
fisheries and aquaculture for food security and nutrition. A
report by the High Level Panel of Experts on Food Security
and Nutrition of the Committee on World Food Security,
Rome 2014. Hodal, K. and J. Kaiman. 2014. At least 21 dead in
Vietnam anti-China protests over oil rig. The Guardian, 15
May 2014. Li. J.W., and P.P. Chen. 2010. China-Vietnam Fishery
Cooperation in the Gulf of Tonkin Revisited. South China
Sea Studies, Second International Workshop, Ho Chi
Minh City, November 2010. http://nghiencuubiendong.
vn/en/conferencesand-seminars-/second-internationalworkshop, accessed 15 January 2015. Loke, E. 2013. Fishermen end strike and abide by new
fisheries law. The Star, December 2, 2013. Lundgren, R., Staples, D.J., Funge-Smith, S.J. & Clausen,
J. 2006. Status and potential of fisheries and aquaculture
in Asia and the Pacific 2006. FAO Regional Office for Asia
and the Pacific. RAP PUBLICATION 2006/22. 62p. MSC (Marine Stewardship Council). 2015. Ben Tre Clam
Hand Gathered. http://www.msc.org/track-a-fishery/
fisheries-in-the-program/certified/pacific/vietnam-bentre-clam-hand-gathered/vietnam-ben-tre-clam-handgathered, accessed 15 January 2015. Polite Dyspriani. 2011. Traditional Fishing Rights: Analysis
of State Practice (online), United Nations Divisions Of
For Ocean Affairs And The Law Of The Sea. http://
www.un.org/depts/los/nippon/unnff_programme_home/
fellows_pages/fellows_papers/dyspriani_1011_indonesia.
pdf, accessed 15 January 2015. Republic of the Philippines. 2012. Philippine position
on Bajo de Masinloc (Scarborough Shoal) and the waters
within its vicinity. Department of Foreign Affairs, April 18,
2012 Ruwitch, J. 2014. Satellites and seafood: China keeps
fishing fleet connected in disputed waters. Reuters, 27
July 2014. Asia-Pacific Fisheries Commission. 2010. Status and
potential of fisheries and aquaculture in Asia and the
Pacific 2010. RAP 2010/17, FAO Bangkok. 85 p. SEAFDEC. 2010. Report of the Expert Consultation on
Managing Fishing Capacity to Combat IUU Fishing in
Southeast Asia, Bangkok, Thailand, 15-17 September
2010, Southeast Asian Fisheries Development Center. 85
p. Butcher, J.G. 2004. The Closing Frontier: A History of
the Marine Fisheries of Southeast Asia c. 1850–2000
(Singapore: Institute of Southeast Asian Studies). SEAFDEC. 2012. The Southeast Asian State of Fisheries
and Aquaculture 2012. Southeast Asian Fisheries
Development Center, Bangkok, Thailand. 130 p. Carvahlo, M. 2011. Permits of 300 Deep-sea Fishing
Vessel Operators Revoked. The Star, 28 June 2012. Staples, D. 2014. ASEAN Cooperation on Food,
Agriculture and Forestry Sectors and its Strategic Plan
(2016-2020): Part 1 Overview Of ASEAN Cooperation In
Capture Fisheries (Stock – Taking) 55 p. DAFF (Department of Agriculture, Fisheries and
Forestry). 2011. Net Returns – A Human Development
Capacity Building Framework for Marine Capture
Fisheries Management in South East Asia. Department of
Agriculture, Fisheries and Forestry, Canberra Teng, Y.Y. 2015. Land issues faced by villagers in northern
Selangor still unresolved. The Star, 6 January 2015. 23
Viswanathan, K.K., Noh K.M., Gazi, N.I., Jamal A.
and Farhana A. (2013). Evaluation of the Socio-Economic
and Environmental Impacts of Fisheries Subsidies in
Malaysia, Final Report to WWF-Malaysia. Les hommes forts de Jokowi en matière
de diplomatie et de défense62
Williams, M.J. 2007. Enmeshed: Australia and Southeast
Asia’s Fisheries. Lowy Institute Paper 20 (Double Bay,
NSW: Longueville Media, 147 p. 62
Par Arnaud Richard
Williams, M., M. Balgos, C. Ramachandran, J. Hambrey,
C. Alberto, V. Pouomogne, G. Pereira. 2012. Evaluation
of FAO’s support to the implementation of the Code
of Conduct for Responsible Fisheries. FAO Office of
Evaluation, 175 p. Williams, M.J. 2013. Will New Multilateral Arrangements
Help Southeast Asian States Solve Illegal Fishing?
Contemporary Southeast Asia. 35:258–83. WWF. 2014. Workshop on the trade in sea turtles in the
Coral Triangle. Makati, Philippines 3-5 June 2014. WWF
Workshop Report, 85 p.
Arnaud Richard est étudiant à l’IEP de Lyon et à l’ENS de
Lyon dans la spécialité « Asie orientale contemporaine ». Il
a étudié la langue chinoise pendant un an à l’université de
Nankin. En 2014, il a été accueilli un semestre au Center
for Politics and Government au sein de l’université Gadjah
Mada. Après un stage de trois mois au Jakarta Post, il
rédige actuellement son mémoire portant sur l’intégration
politique des Sino-indonésiens dans l’Indonésie postSuharto.
1. Le nouveau pouvoir politique
2. Armée, police, défense
3. Autour du pouvoir : parrains, réseaux et hommes
d’affaires
4. La sphère académique et para-académique
Introduction
Le nouveau président indonésien, Joko Widodo,
surnommé Jokowi, 53 ans, a connu une ascension
politique fulgurante et à bien des égards inédite dans la
jeune démocratie, se hissant de maire de Solo (Java
Central, 500 000 habitants) en 2005 à président de la
République en 2014, après un court passage comme
gouverneur de Jakarta, la ville la plus peuplée d’Asie du
Sud-est.
L’Indonésie, éternel émergent ?
Beaucoup d’Indonésiens ont vu dans le natif de Solo
l’incarnation d’une nouvelle chance pour un pays dont
on annonce qu’il sera la septième puissance économique
mondiale à l’horizon 203063. Si le décollage est perceptible,
il ne profite encore qu’à une minorité. L’assureur-crédit
COFACE a récemment identifié une liste de néoémergents, les PPICS64, à la croissance dynamique et
au système financier en mesure de résister aux chocs.
La perspective d’une chute comme en 1997 semble être
aujourd’hui moins probable. Les économistes parlaient
dans ces années-là de l’Indonésie comme d’un « bébé
tigre ». Si les appellations et les catégories changent, reste
que le potentiel de l’archipel demeure : sous-exploité et
immense.
Les fondamentaux sont bel et bien là, ne serait-ce que par
Remercions ici pour leurs éclairages précieux le chercheur
Alban Sciascia, spécialiste des questions de défense, établi en
Indonésie depuis cinq ans, la journaliste Nani Afrida ainsi que
l’auteur du blog darisinikesana.wordpress.com.
63
« The archipelago economy: Unleashing Indonesia’s
potential », McKinsey & Company, septembre 2012.
64
Pérou, Philippines, Indonésie, Colombie et Sri Lanka.
62
24
la géographie qui fait de l’Indonésie un État incontournable.
L’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé de la
planète avec ses 255 millions d’âmes inégalement répartie
sur plus de 17 500 îles qui s’étendent sur une distance
d’est en ouest comparable à celle entre l’Angleterre
et la Tchétchénie. Sa population, musulmane à 88 %,
en fait la première terre d’islam au monde. Archipel par
définition ouvert sur les mers et les courants, les influences
extérieures s’y sont accumulées comme autant de couches
sédimentaires qui donnent à l’observateur l’impression
d’un pays difficilement saisissable. Politiquement, le pays a
connu des évolutions importantes depuis l’indépendance :
la mystique nationaliste unificatrice (« la communauté
imaginée », Anderson) héritée de Sukarno a été suivie de
plus de trente années de régime militaire du général Suharto
(1966-1998) pour laisser ensuite place à une période de
transition démocratique. Si celle-ci semble désormais
achevée, l’Indonésie de 2015 conserve évidemment de
nombreux points communs avec la période précédente.
Sur la scène internationale, Jakarta est désormais un
membre courtisé du G20 au même titre qu’un pilier
essentiel de l’ASEAN dont elle abrite le secrétariat-général.
Les dix années de présidence de Susilo Bambang
Yudhoyono (SBY), marquées par une importante activité
en politique étrangère, ont également permis de donner
à l’Indonésie une importance croissante aux yeux d’une
Europe qui pour l’essentiel en était restée aux stigmates
de la crise économique de 1998 ou à l’intervention des
casques bleus au Timor Leste. Avec en sus le statut d’État
archipélagique obtenu à la convention de Montego Bay
de 1982 (articles 46-54), qui reconnaît la souveraineté de
l’Indonésie sur les eaux séparant ses îles, c’est un capital
conséquent qu’il appartient au nouveau président de faire
fructifier. Les élites stratégiques, qu’elles soient nouvelles
ou anciennes, intéressées ou fidèles, entourent (ou
encerclent ?) le nouveau président indonésien dans cette
mission.
Jokowi et la politique indonésienne… post-Reformasi ?
Ses origines et sa carrière – issu d’un milieu modeste,
n’ayant pas suivi les principaux « cursus » permettant
d’accéder au pouvoir en Indonésie (héritier politique,
ancien militaire, magnat ou leader religieux) - font de
Jokowi un objet politique non identifié dans le paysage
nusantarien actuel. Il est presque un accident de l’histoire,
tant il est curieux qu’un homme ou une femme parvenu
à ce niveau n’ait pas été enfanté par l’oligarchie politique
indonésienne. Jokowi est même parvenu à accéder à
la fonction suprême sans être chef de son parti, le PDIPerjuangan (Parti démocratique indonésien-Combat),
au terme d’une campagne aussi épique que parfois
brouillonne, où il transcendait des foules de volontaires
exaltés par celui qu’ils reconnaissaient comme l’un des
leurs (Jokowi adalah kita).
Venu finalement à bout par les urnes de Prabowo Subianto
au terme d’élections très disputées, et intronisé le 20
octobre dernier, l’ancien gouverneur de la capitale vient de
connaître des premiers mois mouvementés.
Force est de constater que « le gouvernement de travail »
(kabinet kerja) de 34 personnes (limite constitutionnelle)
composé par le nouveau président doit plus à
l’arithmétique électorale et à la rétribution de vassaux, qu’à
la création d’une véritable armada pour mener à bien la
« revolusi mental » (révolution mentale), thème phare de
la campagne. Une deuxième liste de ministrables a dû
être reconstituée en toute hâte après que la puissante
KPK65 a mis son veto sur huit noms de la première
version du gouvernement qui présentaient des profils trop
controversés pour les standards d’intégrité et d’honnêteté
qu’elle s’efforce de promouvoir tant bien que mal (cf. infra).
Ce premier acte, important, a été jugé décevant par la
presse et les observateurs. Le président avait-il pour
autant d’autres choix, alors qu’il a dû lutter dès le début
de son mandat contre un Parlement (DPR) qui lui est
encore en majorité hostile66 et qui a consacré une grande
partie de ses efforts à bloquer toute tentative d’action du
nouveau pouvoir ? À peine la prééminence de l’exécutif
réaffirmée sur le DPR, Jokowi s’est retrouvé au centre des
interrogations après sa tentative de nommer un chef de la
police nationale au profil controversé. Et on ne parle là que
de politique intérieure.
Jokowi et la diplomatie indonésienne
Après un marathon diplomatique en novembre (sommets
de l’APEC, de l’ASEAN et du G20), la reprise des
exécutions capitales et l’interception de bateaux étrangers
pêchant illégalement dans les eaux indonésiennes ont
permis de confirmer aux yeux du monde qu’un nouveau
pouvoir était en place à Jakarta.
Derrière les ajustements nécessaires et la recherche d’un
rythme de croisière pour l’action, c’est aussi la difficile
conciliation d’entourages contradictoires et rivaux qui se
jouent derrière les murs des palais et ministères de Jakarta.
Au palais, Jokowi a dû s’entourer très vite d’une équipe
prête à l’épauler en matière de politique étrangère et de
défense. C’est l’un de ses points prétendument faibles qui
a été soulevé de manière régulière pendant la campagne67.
Jokowi était ainsi censé pâtir d’un mauvais niveau d’anglais
et d’une absence de connaissances des affaires du monde
face à l’ancien général Prabowo, le cosmopolite ex-gendre
de Suharto, éduqué en partie en Europe et aux États-Unis.
En réalité, Jokowi, a au cours de sa carrière d’entrepreneur
eu l’occasion d’aller à l’étranger, notamment en Europe
et aux États-Unis. Il a envoyé ses enfants faire leur lycée
à Singapour et en Australie. Il s’est également présenté
comme « un visage de villageois mais avec un cerveau
international »68, cette formule faisant référence au succès
de son entreprise à l’étranger, plutôt qu’à une véritable
appétence pour la diplomatie. Il a dans tous les cas
indiqué durant sa campagne que l’urgence était aux
réformes intérieures, tant il est frappant que les questions
internationales soient demeurées marginales au cours de
celle-ci, si l’on excepte la vague définition d’une nouvelle
politique maritime appliquée aux affaires étrangères,
surfant sur la nostalgie de la thalassocratie de Srivijaya.
Komisi Pemberantasan Korupsi – Commission d’éradication
de la corruption.
66
Dewan Perwakilan Rakyat ou Conseil représentatif du peuple :
tenu par la coalition défaite du Golkar, de Gerindra, du PAN et
du PKS.
67
En plus des assertions du camp opposé qui disait que Jokowi
était un chrétien d’origine chinoise.
68
Ben Bland, « Indonesia: The Political Outsider », Financial
Times, 25 juin 2014.
65
25
À première vue, les nouvelles personnalités aux
responsabilités s’affichent en grande partie en rupture avec
la période précédente, ne serait-ce que par le retour du
PDI-P au pouvoir et le renvoi dans l’opposition du Golkar et
du Partai Demokrat. Le désormais ex-président SBY s’est
d’ailleurs récemment plaint publiquement de « la chasse
aux sorcières » orchestrée selon lui par les nouveaux
dirigeants, et dont ceux qui l’avaient servi seraient les
victimes expiatoires69. En plus de son gouvernement,
Jokowi a cherché à constituer une équipe de fidèles pour
l’entourer à l’Istana Merdeka70 où il réside désormais,
contrairement à son prédécesseur (1).
Même la sphère militaire paraît ne pas avoir échappé à ce
rafraîchissement, même s’il semble plutôt prendre la forme
d’une réaffirmation de son rôle central que d’une véritable
rupture (2).
Par ailleurs, si l’ascension politique de Jokowi fascine,
la réalité du pouvoir oblige cependant à dire que
l’entrepreneur provincial a été propulsé à la tête du pays
par une coalition hétéroclite de partis et de caciques
aux entourages nombreux et parfois troubles. Ceuxci comptent bien goûter aux fruits de la victoire, une
fois l’euphorie des élections passée (3), sans oublier les
instituts, les universitaires et think tanks qui cherchent
logiquement à influer sur les nouvelles orientations (4).
1. Le nouveau pouvoir politique
Par son parcours, Jokowi apparaît comme le produit le
plus abouti de la Reformasi. Presqu’un peu trop en avance,
comme s’il avait brûlé une étape dans son ascension
fulgurante, alors que le reste de la scène politique vieillit
ou ne se retire bien souvent que pour laisser la place à sa
propre descendance.
1.1. Autour du président
Jusuf Kalla, ou « JK », s’est réinstallé à la vice-présidence.
Il avait occupé le poste de manière énergique au cours
du premier mandat du président Yudhoyono (2004-2009)
avant de se présenter sans succès contre lui en 2009 pour
le Golkar. En 2014, transfiguré en « sage », président du
PMI, la croix rouge indonésienne, il est parvenu à s’imposer
comme l’homme d’expérience idoine pour faire ticket avec
Jokowi. Réinstallé à la résidence Diponegoro, on doute
qu’il soit tenté de ravir la première place en 2019. Il aura
alors 77 ans. L’homme d’affaires de Makassar (Célèbes)
qu’il n’a jamais cessé d’être gère plutôt ses affaires
personnelles et prépare sa succession, même si on le dit
engagé de manière discrète pour dénouer les impasses
avec le Parlement ou négocier avec les puissances
voisines. Il est épaulé par Sofyan Wanandi, en tant que
conseiller spécial, sino-indonésien ayant prospéré sous
Novianti Setuningsih, Markus Junianto Sihaloho, « SBY
Questioning Jokowi’s Motives », The Jakarta Globe, 21 janvier
2015.
70
Palais de l’indépendance, résidence officielle du président de la
république d’Indonésie.
69
Suharto et jusque-là président de l’APINDO (le MEDEF
indonésien), ainsi que par la chercheuse Dewi Fortuna
Anwar, docteure de l’Université Monash en Australie,
qui le conseille sur les affaires politiques, après avoir été
directrice de l’Habibie Center, le think tank éponyme de
l’ancien président (1998-1999).
Jokowi comptait sur « JK » pour arrimer à sa coalition
le Golkar, l’ancien parti suhartiste qu’il a présidé en son
temps et qui représente la deuxième force au Parlement
(91/560 députés). Le tycoon javanais Aburizal Bakrie
(dont le groupe Lapindo est considéré responsable de
l’accident du volcan de boue à Java-Est) s’est cependant
maintenu au poste au terme de congrès épiques.
Néanmoins, l’opposition ne sied guère au Golkar – une
première pour ce parti depuis la période Suharto – ni à un
Bakrie en grande difficulté financière, qui pourrait donc se
rallier à l’action du gouvernement.
À la présidence, Jokowi est entouré de trois sherpas
officiels qui ont leur place dans l’organigramme, en plus
de commissions dont certaines existaient déjà sous SBY.
Pratikno, jusqu’alors recteur de la prestigieuse
université Gadjah Mada de Yogyakarta est le nouveau
Secrétaire d’État (State Secretary) et dispose d’un rang
ministériel. Jokowi fut lui-même diplômé d’UGM en 1983
(département forestier), et son alma mater s’enorgueillit de
voir son recteur assister de si près le président. Son rôle est
de superviser le Secrétariat d’État (qui dispose de l’autorité
administrative) ainsi que le Secrétariat du gouvernement
(qui fournit des éléments de réflexion et assiste le Président
dans ses relations avec le gouvernement) ; ce dernier est
tenu par Andi Widjajanto (ou Widjayanto). Il est le fils
de Theo Syafei, un ancien haut-gradé de l’armée de terre
reconverti en baron du PDI-P. Cet ancien étudiant du
professeur Juwono Sudarsono (né en 1942, premier civil
nommé ministre de la Défense en 1999-2000), a étudié à la
London School of Economics avant de débuter une thèse
non achevée à la RSIS de Singapour. Il se voyait occuper
le poste de ministre de la Défense, malgré son jeune âge
(il est né en 1973) et même s’il ne pouvait que difficilement
faire le poids face à un homme comme Ryamizard
Ryacudu (cf. infra) qui était déjà un acteur important sous
l’Ordre nouveau. Widjajanto est aujourd’hui au cœur du
dispositif, et intervient dans des domaines qui dépassent
de loin la politique étrangère, suscitant jalousie et critiques.
Ce chrétien protestant fait d’ailleurs de fait office de
porte-parole, résistant rarement à l’appel d’un micro
pour dédramatiser les secousses qui agitent les premiers
mois de mandat. Luhut Panjaitan, ancien général sous
Suharto et ancien ministre du Commerce et de l’industrie
de Gus Dur (1999-2001), complète ce trio en tant que
Chief of Staff. Le nouveau poste créé par Jokowi jouit des
mêmes avantages et moyens que celui d’un ministre sans
pour autant être formellement membre du gouvernement.
Cette fonction est directement inspirée de celle existante
à la Maison Blanche. Il reste à savoir si les attributions
suivront, Panjaitan s’étant fait très discret depuis sa
nomination le 31 décembre dernier. Diplômé en 1970 de
l’académie militaire de Magelang, il est à l’origine de l’unité
anti-terroriste « Detachment 81 » au sein des Kopassus
(les forces spéciales) qu’il dirigeait dans les années 1980.
À la tête de concessions forestières, Panjaitan fournissait
l’entreprise de meubles du futur président Jokowi à
26
Solo (Java Central) en matières premières. Lors du long
interrègne entre l’élection et l’investiture, il est l’un des
trois conseillers de l’équipe de transition présidentielle
mise en place par Jokowi pour préparer son entrée en
fonction. Sa nomination est interprétée par une partie de
la presse comme un camouflet pour Megawati (cf. infra),
en délicatesse avec Panjaitan depuis qu’il refusa d’être son
ministre.
1.2. Dans les ministères
Retno Lestari Marsudi, 52 ans, est la première femme à
occuper le poste de cheffe de la diplomatie indonésienne
après avoir été directrice du bureau Amérique du Nord
au sein du ministère sous la présidence Yudhoyono.
Licenciée en relations internationales de l’université Gadjah
Mada puis en droit européen à la Hague, cette diplomate
de carrière était depuis 2012 l’ambassadeur d’Indonésie
en poste aux Pays-Bas, l’ancien colonisateur, après avoir
occupé ce poste en Norvège et en Islande. Issue de la
même promotion du ministère que son prédécesseur,
le charismatique Marty Natalegawa, elle a cependant
indiqué souhaiter conduire une diplomatie « peopleoriented », dans laquelle elle privilégierait des relations
bilatérales fournies à un « multilatéralisme dispersé »71.
C’est là une rupture importante avec les doctrines « un
millier d’ami, zéro ennemi » et de « l’équilibre dynamique »
de l’ère Yudhoyono. Ce qui se dessine en creux est aussi
une priorité renforcée pour la diplomatie économique, à
l’heure où l’économie indonésienne semble donner des
signes de ralentissement. Dernièrement, elle n’a pas pu/
voulu s’opposer à l’exécution d’étrangers issus de pays
abolitionnistes en janvier, malgré un coup de téléphone de
Ban Ki-Moon en personne.
Certains, sévères, murmurent déjà qu’elle est la pire
ministre des Affaires étrangères que le pays ait connu,
même si le jugement semble un peu précipité, quatre mois
à peine après sa prise de fonction. Le KemLu72 est le seul
à avoir conservé un vice-ministre, formule courante sous
SBY. Le poste est occupé par A.M. Fachir, un diplomate
de carrière arabophone, auparavant en poste au Caire et
à Ryad. Signalons également une direction générale pour
la coopération au sein de l’ASEAN73, en charge du dossier
brûlant de l’ASEAN Economic Community qui doit être
mise en place d’ici à la fin 2015, et dont le directeur est
demeuré I Gusti Agung Wesaka Puja.
Ryamizard Ryacudu, 64 ans, chef d’état-major de
l’armée de terre (KASAD) sous la présidence de Megawati
(2001-2004), est le nouveau ministre de la Défense
indonésienne. Mis à la retraite par SBY en 2005 car
partisan d’une voie dure face aux indépendantistes à
Aceh, ce général aurait conservé de nombreux soutiens au
sein de l’armée, qui lui auraient ouvert la voie du ministère.
Diplômé de l’académie militaire de Magelang en 1974, tout
comme Prabowo Subianto avec lequel il ne cache pas ses
accointances, il s’est félicité publiquement en 2003 de
l’élimination du leader papou indépendantiste Theys Eluay
par les Forces spéciales de l’armée de terre (Kopassus).
En 2004, il déclare qu’au moins 60 000 agents étrangers
« Thousand Friends’ Policy No More Under Retno », The
Jakarta Globe, 30 octobre 2014.
72
Kementerian Luar Negeri – Ministère des Affaires étrangères.
73
Direktorat Jenderal Kerjasam ASEAN.
71
agissent dans le but de déstabiliser le pays de l’intérieur
en se faisant passer pour des chercheurs, des personnels
d’ONG ou des journalistes. Ryacudu est également le
gendre de l’ex-général Try Sutrisno qui fut vice-président
sous Suharto. Protégé de Megawati selon beaucoup, il est
le premier militaire nommé à ce poste depuis 1998 alors
que la Reformasi portait en son cœur la fin du rôle politique
de l’armée. Réputé ultra-nationaliste, il dirige le ministère le
mieux pourvu financièrement (8,1 milliards de dollars, soit
0,8 % du PIB indonésien). Il a indiqué son souhait de voir
les TNI74 retrouver leur rôle central, regrettant publiquement
le temps du mouvement « ABRI masuk desa » 75 qui, sous
couvert de donner un rôle social à l’armée, permettait à
Suharto de renforcer son pouvoir par un maillage étroit
du territoire. Certains s’attendent à le voir remettre en
place l’ancienne doctrine de Sistem Pertahanan Semesta
(système de défense totale) tandis que la confiance
dans l’armée est à son plus haut historique. Ses priorités
affichées sont la lutte contre l’extrémisme, la pêche illégale
et la contrebande. Si ces deux dernières sont liées à la
dimension archipélagique du pays et à la priorité maritime
nouvelle, la lutte contre l’extrémisme apparaît comme une
préoccupation plus classique dans la doctrine sécuritaire
du pays, tant l’Indonésie a depuis l’indépendance dû
d’abord s’occuper de problématiques de stabilité interne.
Il souhaite également placer la police nationale, garante
de l’ordre interne, sous l’autorité du ministre de l’Intérieur,
alors qu’elle dépend aujourd’hui du président76.
Autre ministre qui compte : le Coordinating Minister
of Political, Legal, and Security Affairs, Tedjo Edhy
Purdijatno, ancien amiral chef d’état-major de la marine
(KASAL), membre du Nasdem ; il doit sa place à Surya
Paloh (cf. infra). Il est censé superviser les ministères
régaliens (Défense, Affaires étrangères, Justice, Intérieur)
mais s’est surtout fait remarquer pour ses déclarations
maladroites dans la presse, évoquant notamment en
janvier un possible impeachment de Jokowi.
Reflet de la priorité maritime, le nouveau gouvernement
compte également un Coordinating Minister of Maritime
Affairs, occupé par Indroyono Soesilo, un ancien
fonctionnaire de la FAO. Mais malgré la tutelle de Soesilo,
la vraie vedette de ce gouvernement est Susi Pudjiastuti,
la ministre des Affaires maritimes et de la pêche. Celle qui a
arrêté ses études à 16 ans est une vraie self-made woman,
qui assume son addiction à la cigarette et ses tatouages.
Revendiquant l’arraisonnement et la destruction des
bateaux étrangers pêchant illégalement, elle symbolise
ainsi le nationalisme maritime auprès de la population.
Des voix plus discrètes dénoncent cependant le potentiel
conflit d’intérêts entre son ministère et ses entreprises de
pêche et de transport aérien dont elle s’est officiellement
mise en retrait.
Signalons enfin qu’au Parlement, la commission 1
(défense, affaires étrangères, renseignement) est toujours
dirigée par Mahfudz Siddiq, également président du
groupe islamiste/islamique PKS77 au DPR.
Tentara Nasional Indonesia – Forces armées nationales
indonésiennes.
75
« L’armée entre dans les villages ».
76
La police fut séparée des forces armées en 1999.
77
Partai Keadilan Sejahtera – Parti de la justice et de la
prospérité.
74
27
compter dans les années à venir, les Paspampres n’étant
qu’un marchepied vers de plus hautes fonctions.
2. Armée, police, défense
Bien que certains généraux aient été approchés, Jokowi
n’a pas choisi un colistier venu du secteur militaire. Signe
des temps ? Les déclarations du nouveau ministre de la
Défense (cf. supra) poussent néanmoins à s’interroger
quant à la poursuite de la réduction du poids des militaires
dans les affaires publiques entamée après 1998. Le succès
de la campagne de Prabowo (parti avec 30 points de
retard, ayant au final quasiment fait jeu égal avec Jokowi)
s’explique en partie par l’exploitation de la thématique
martiale et autoritaire, surfant sur la nostalgie de l’Ordre
nouveau chez une partie de la population troublée par les
incertitudes de la Reformasi.
2.1. De nouveaux hommes aux commandes…
Le rotary des gradés des TNI, classique après une
alternance politique, a promu des élites peu renouvelées.
Si la génération Suharto est progressivement sortie de
la scène, celle en place en 2015 a en partie connue son
ascension sous Megawati qui laissait une large autonomie
à l’armée
Le major-général Doni Monardo, qui occupait le poste
de chef du Paspampres jusqu’alors, est désormais le chef
des Kopassus, les forces spéciales indonésiennes. La
période de transition a ainsi vu se dérouler un jeu classique
de rotary sous l’égide de Moeldoko. Monardo a remplacé
le major-général Agus Sutomo qui a pris la tête de la
région militaire de Jakarta, fonction occupée jusque-là par
le major-général Mulyono, promu à la tête des Kostrad, la
réserve stratégique.
Du côté de la police (POLRI), la décision de remplacer
de manière anticipée son chef en janvier 2015 a entraîné
le gouvernement dans sa première crise majeure. Le
poste est stratégique, plus important encore que celui du
ministre de la Défense80. La police est placée directement
sous l’autorité du Président et ses membres, présents
partout dans l’archipel, ont pris la place de l’armée (TNI)
à l’intérieur du pays après la fin de la « double-fonction »
(dwifungsi), s’appropriant une partie de leurs « affaires ».
Le général Gatot Nurmantyo, jusqu’alors chef des
Kostrad, a été nommé en juillet par le président Yudhoyono
chef d’état-major de l’armée de terre
Budi Gunawan, ancien aide-de-camp de Megawati
Soekanoputri entre 2002 et 2004, a vu son nom validé par
le DPR en même temps que la KPK ouvrait une enquête
contre lui dans une affaire de corruption. En représailles,
la police a brièvement arrêté le vice-président de la KPK
pour une obscure affaire de faux-témoignage dans un
contentieux électoral à Kalimantan, remontant à 2010. La
tension est ainsi régulièrement montée pendant un mois
entre les deux institutions tandis que Jokowi a renâclé à
jouer le rôle d’arbitre qui était attendu de lui aboutissant à
un piteux résultat. La KPK a été décapitée, ses dirigeants
remplacés, tandis que le président a finalement décidé
de retirer son soutien à Budi Gunawan, malgré le soutien
inconditionnel que Megawati apportait à ce dernier. C’est
Badrodin Haiti, jusqu’alors numéro 2 de la POLRI, qui est
désormais proposé pour prendre la tête de la police.
Ade Supandi est le nouveau chef d’état-major de la
marine (KASAL) après avoir été le directeur de l’école
navale indonésienne. La lutte contre la pêche illégale est
une de ses principales missions. Il ne devrait pas manquer
de rappeler au président Jokowi ses engagements en
matière maritime.
La précipitation avec laquelle l’annonce de la nomination
a été faite, alors que le titulaire actuel ne devait voir sa
mission se terminer qu’en octobre, traduit l’intérêt que
cette fonction peut représenter en même temps que les
pressions auxquels est soumis le Président par ses «
parrains ».
Le nouveau chef d’état-major de l’armée de l’air (KASAU)
est Agus Supriatna.
2.2. Autour du KemHan81
Le général Moeldoko est le commandant suprême des
Forces indonésiennes. Nommé en août 2013 sous SBY,
des rumeurs en ont fait un temps un candidat potentiel à la
vice-présidence, pour crédibiliser le civil Jokowi.
Sous sa responsabilité se trouvent les chefs des trois
corps d’armée.
La nomination du nouveau chef du BIN78, l’agence de
renseignement indonésienne sera scrutée à la loupe dans
les semaines à venir ; le patron actuel, Marciano Norman,
un proche de SBY, devant être bientôt remplacé.
Les forces de sécurité présidentielles, Paspampres79
(service de protection des hautes personnalités), sont
désormais dirigées par le général de brigade Andika
Perkasa, jusqu’alors porte-parole de l’armée et gendre de
l’ancien chef des services secrets (BIN), le très controversé
Hendropriyono (cf. infra). À 50 ans, titulaire d’un doctorat
de Georgetown, Perkasa est un de ceux qui pourraient
Badan Intelijen Negara.
Pasukan Pengamanan Presiden.
78
79
Le lieutenant-général Ediwan Prabowo, mis en place
par SBY en mai 2014 quelques mois avant son départ,
est l’homme clé du KemHan. Le secrétaire-général du
ministère de la Défense fait figure de vice-ministre officieux.
Ancien directeur du Baranahan82, il fait également office de
secrétaire général du KKIP83, le Comité de la politique
de l’industrie de défense. Créée sous SBY en 2012, et
présidée aujourd’hui par Jokowi, cette instance décide
des programmes d’armement et de défense.
Entretien avec un journaliste, janvier 2015, Jakarta.
Kementerian Perthanan – Ministère de la Défense.
82
Badan Perencanaan Pertahanan – Agence de planification de
défense.
83
Komite Kebijakan Industri Pertahan – Comité de la politique
de l’industrie de défense.
80
81
28
Timbul Siahaan est le directeur-général du potentiel de
défense84. C’est également lui qui préside Indodefence,
le salon de l’armement organisé chaque année à Jakarta
depuis 2004 et qui ne cesse de gagner en importance.
C’est l’homme essentiel pour le futur de la stratégie de
défense en termes d’acquisition d’équipements.
Silmy Karim a été nommé à la tête de PT Pindad en
décembre 2014, l’entreprise publique qui fournit aux
forces armées et à la police ses véhicules terrestres, ses
armes et ses munitions. PT Pindad représente l’équivalent
de Renault Trucks Defense et Nexter en Indonésie. Ancien
du KKIP, le Comité pour la politique industrielle de défense,
il remplace Sudirman Said, nommé en octobre au poste
stratégique de ministre de l’Energie et des ressources
naturelles. Il demeure par ailleurs membre spécial du KKIP
pour la coopération et les relations institutionnelles.
3. Autour du pouvoir : parrains, réseaux et hommes
d’affaires
Sans rôle institutionnel dans l’architecture du nouveau
pouvoir, ces personnalités, issus des élites classiques,
pèsent sur le nouveau pouvoir, de manière plus ou moins
apparente. Leurs intérêts coagulés pourraient paralyser
l’action du nouveau président aux intentions réformatrices.
3.1. Les parrains politiques
À 68 ans, Megawati Soekarnoputri, présidente entre
2001 et 2004, est toujours à la tête du PDI-P, le parti de
Jokowi. C’est elle qui l’a choisi pour porter les couleurs du
parti nationaliste à l’élection du gouverneur de Jakarta en
2012. L’opération n’a que trop bien réussi puisque porté
par cette victoire, Jokowi s’est imposé dans les sondages
comme candidat indétrônable du parti à la présidentielle
de 2014, alors qu’« Ibu Mega » se préparait à concourir
elle-même à nouveau. En mai 2014, elle déclarait au
cours d’une conférence de presse que le candidat Jokowi
n’était qu’un « fonctionnaire du PDI-P [à qui elle] a donné
mission de promouvoir la vision du parti »85, alimentant
ainsi les rumeurs d’une Megawati qui tirerait les ficelles
de la marionnette (boneka) Jokowi. Désormais élu, il doit
composer avec la fille du père de l’indépendance, ses
humeurs, ses protégés, et avec sa fille, Puan Maharani,
41 ans, Coordinating Minister for Human Development,
qui se positionne déjà ostensiblement pour assumer
l’héritage sukarniste le moment venu. Huit des trentequatre ministres du gouvernement sont des membres du
PDI-P. Un congrès du parti est prévu en avril 2015, et on
voit mal ce qui pourrait empêcher Megawati d’obtenir un
quatrième mandat de la part de délégués régionaux qui lui
sont tous acquis, alors que certains ont renâclé à faire la
campagne de Jokowi. Éloigné pendant dix ans des affaires,
le premier parti du DPR (109 sièges sur 560, 18,9 %
des voix aux législatives) a vu en Jokowi une opportunité
inespérée de se réinstaller au pouvoir. Mais entre les
Dirjen Pothan.
M. Wismabrata, « Megawati : Jokowi Petugas Parta yand Saya
Perintah Jadi Capres », Kompas, 5 avril 2014.
84
85
caciques qui entourent Megawati et une nouvelle garde
qui cumule inexpérience et loyauté inconditionnelle à celle
qui les a fait roitelets, la presse jakartanaise se cache de
moins en moins pour dire que le PDI-P pourrait se révéler
être le principal handicap de Jokowi.
Le vrai gagnant des élections pour certains observateurs
est Surya Paloh, acehnais de 63 ans, ancien membre du
Golkar avant en 2010 de créer un mouvement à sa main86 :
le NasDem87. Le parti a rallié la coalition de Jokowi et du
PDI-P très en amont de la campagne. Tycoon des médias,
il a mis sa chaîne d’informations MetroTV au service de
Jokowi au cours de sa campagne. Malgré le succès en
demi-teinte du NasDem aux législatives d’avril 2014 (6,2 %
des voix, 35/560 députés), se classant neuvième, il est
parvenu à placer trois ministres au gouvernement. Il a
également réussi à faire nommer par le président l’un de
ses protégés au profil controversé, Prasetyo, au poste
stratégique d’Attorney General. C’est Prasetyo qui est
ainsi en charge du dossier des exécutions de condamnés
à mort. Ayant reprises en janvier 2015, elles ont éclairé
d’une lumière crue les premiers mois d’un Jokowi qui,
candidat, avait les faveurs des ambassades occidentales
et de l’écrasante majorité des observateurs étrangers pour
son profil libéral et réformateur.
Il semble que Jokowi cherche à gagner du temps pour
imposer ses hommes, en évitant la confrontation directe
avec ses patrons. Mais les interrogations qui traversent
ses partisans au gré des nominations politiques, dont
l’opposition KPK-police est le révélateur, lui font courir le
risque de se couper de sa base pour ne pas avoir su/pu
assez tôt imposer ses vues à ceux qui, dans un intérêt
calculé, l’ont laissé accéder à la fonction suprême.
3.2. Les amis encombrants
La présence de Hendropriyono aux côtés de Jokowi
durant la campagne a pu surprendre ceux qui se
souviennent de l’affaire Munir, du nom de cet activiste
des droits de l’homme mystérieusement empoisonné à
l’arsenic au cours d’un vol Garuda Jakarta-Amsterdam
en septembre 2004. Des câbles Wikileaks publiés en
2010 font état des fortes suspicions qui pèsent sur
Hendropriyiono, alors chef du BIN, d’avoir orchestré
cet assassinat, sur ordre. Jokowi a par ailleurs déçu les
espoirs de ceux qui attendaient à ce que l’enquête soit
rouverte. Fidèle de Megawati, Hendropriyiono fut intégré à
l’équipe de transition du président après les élections. Il a
aujourd’hui été propulsé à la tête du programme nationale
de construction automobile tandis qu’un de ses proches
pourrait prendre la tête du BIN prochainement.
Tommy Winata, sino-indonésien de Pontianak, est l’un
des compradores les plus puissants d’Indonésie, à la
tête du conglomérat Artha Graha qui a su conserver ses
positions dans l’après-98. Proche de SBY durant ses deux
mandats au point d’avoir financé ses campagnes selon
Wikileaks, il est aussi bien introduit auprès du nouveau
pouvoir. Si la décision de suspendre le projet pharaonique
de pont entre Java et Sumatra a pu sonner comme un
désaveu pour lui, il semble être en mesure de se consoler
avec d’autres chantiers d’infrastructures qui sont la priorité
À l’instar avant lui d’un Prabowo ou d’un Wiranto.
Nasional Demokrat.
86
87
29
du gouvernement. Ainsi le tout Jakarta politique et militaire
s’est pressé au mariage de son benjamin il y a quelques
jours, et il fait office de ministre du Commerce bis sur
certains dossiers stratégiques avec la Chine.
porteuse de décisions, aveuglée et contrainte » par
le dogme du million friends, zero enemies. Cela pour
semble-t-il mieux se positionner comme ministre des
Affaires étrangères de Jokowi. Raté pour cette fois, le
principal concurrent de Retno Marsudi ayant alors été
Arif Havas Oegroseno, spécialiste des frontières, actuel
ambassadeur auprès de l’UE et très proche de Hassan
Wirajuda, l’ancien ministre des Affaires étrangères de
Megawati et du premier mandat de SBY (2001-2009).
4. La sphère académique et para-académique
La directrice du département des relations internationales
de UI, Evi Fitriana, à qui il ne déplairait sans doute pas de
rejoindre le palais présidentiel tôt ou tard, se réjouit même
d’une rupture avec le dilettante SBY, trop enclin à céder
aux pressions des « Européens anciens colonisateurs » ;
elle voit une réaffirmation nationaliste dans les récentes
exécutions, pour un pays que le monde n’a pas
suffisamment pris au sérieux. Et de considérer que c’est «
SBY qui ne respectait pas les droits de l’Homme », la pire
cruauté à ses yeux étant « d’être condamné à mort et de
vivre dans l’attente de la date où on affrontera le peloton
d’exécution »88.
4.1. Le CSIS de retour ?
Rizal Sukma, le directeur du CSIS (Centre for Strategic
and International Studies) à Jakarta, à l’oreille du président
en matière de politique étrangère. Il a préparé le candidat
Jokowi au débat présidentiel consacré au sujet et au cours
duquel il n’a pas commis pas d’erreurs face à un Prabowo
qui l’attendait au tournant. Il lui a dispensé des cours
accélérés de relations internationales et était très présent
au cours des premières semaines du mandat de Jokowi,
le mois de novembre ayant été marqué par trois sommets
internationaux consécutifs, même s’il est trop malin pour
occuper une place dans l’architecture gouvernementale.
Spécialiste de l’islam politique et des relations ChineIndonésie, il fut nommé parmi les 100 Global Thinkers par
la revue Foreign Policy en 2009. Il semble pousser lui aussi
pour une diplomatie « utilitaire » qui se traduit en bénéfices
concrets et à court terme pour l’Indonésie et ses habitants.
Il a critiqué ouvertement la politique étrangère faite de
« coups » menée par SBY.
Le nouveau siège du CSIS, dans le centre de Jakarta,
est également à deux pas de la Cour constitutionnelle
indonésienne, celle-là même qui a écarté les recours de
Prabowo à la présidentielle de juillet dernier. Ses partisans
les plus remontés se seraient bien vus saccager les
nouveaux locaux du think tank qui portent aux yeux de
certains tous les péchés d’un système géostratégique
indonésien « vendu à l’occident » et dont on a longtemps
interprété l’acronyme par Cina Senang, Indonesia Susah
(la Chine profite, l’Indonésie souffre).
4.2. Les réseaux de l’Universitas Indonesia (UI)
Basée à Jakarta, l’Universitas Indonesia est désormais la
meilleure université du pays devant l’UGM de Yogyakarta
ou l’ITB de Bandung dont est issu Sukarno. Elle compte
ainsi logiquement de nombreux alumni dans les cercles du
pouvoir ou à sa périphérie.
Andi Widjajanto est l’un des plus éminents membres de
l’UI à être aux côtés de Jokowi.
Makmur Keliat, expert en relations internationales et
enseignant à l’UI, fait également parti de ceux pressentis
pour renforcer l’équipe au pouvoir.
Professeur de droit international à l’Universitas Indonesia,
Hikmahanto Juwana ne perd jamais une occasion de
défendre les initiatives de Jokowi dans la presse. Ce fils
d’ambassadeur s’est notamment répandu en critiques
quant à la politique étrangère de SBY, qu’il jugeait « non
Citons enfin Rizal Darma Putra, fils d’un ancien patron du
BIN sous Suharto ; on dit qu’il est très introduit auprès des
représentations étrangères à Jakarta, notamment chez
l’oncle Sam. Directeur exécutif du LESPERSSI-Indonesian
Institute for Strategic and Defence Studies, il est titulaire
d’un master de UI qu’il consacra à la modernisation de
l’armée chinoise.
Conclusion : Jokowi, entouré ou encerclé ?
Les premiers mois de mandat de Jokowi ont été plutôt
décevants, surtout si on les compare à ceux de la
campagne durant lesquels l’optimisme d’un changement
réel avait gagné le cœur d’une majorité d’Indonésiens.
Versatile pour trancher de nombreux problèmes de
politique interne, entretenus par ses alliés politiques, il s’est
en revanche révélé d’une fermeté surprenante pour ceux
qui ont tôt fait mine d’oublier les accents souverainistes de
son discours comme l’a récemment à juste titre rappelé
l’universitaire Delphine Allès. Les crises ouvertes avec
des alliés traditionnels en raison de l’intransigeance du
nouveau président en matière d’exécutions de trafiquants
de drogue (Pays-Bas, Brésil, Australie, peut-être la France)
augurent de mois de raidissement pour la diplomatie
indonésienne. Le 60ème anniversaire de la conférence
de la Bandung prévu en avril sera à cet égard révélateur.
Les initiatives prises par le nouveau ministre de la Défense
et leur concrétisation sur le terrain devront également
être suivies de près afin d’étayer la perception d’un
renforcement des TNI.
Entretien avec l’auteur à Jakarta.
88
30