Un monde superficiel? On vit dans un monde virtuel constamment

Commentaires

Transcription

Un monde superficiel? On vit dans un monde virtuel constamment
Un monde superficiel?
On vit dans un monde virtuel constamment sur nos cellulaires et nos réseaux
sociaux, à vérifier combien de fois on a été aimés et combien de messages on a reçus.
Antoine de St-Exupéry a raison de dire que les grandes personnes sont très
superficielles. Elles jugent souvent les apparences des autres et s’intéressent surtout
aux chiffres.
Dans le livre Le Petit Prince, l’auteur explique qu’un astronome turc veut prouver
l’existence de l’astéroïde B612. Personne ne le croit parce qu’il ressemble, selon notre
perspective de l’illustration, à un clown. Dès qu’il s’habille à « l’européenne », (StExupéry, p. 22) « dans un habit très élégant » (p.22), tout le monde croit enfin à sa
découverte. Le monde est cousu d’exemples où les apparences dictent le
comportement des êtres humains. Je peux le voir à la télévision dans les films surtout,
où les belles filles et les beaux garçons reçoivent toute l’attention des autres, sont plus
populaires et ont l’air d’avoir des vies plus agréables. Quant à moi, il m’est déjà arrivé
qu’on me juge à tort. Je suis cycliste et un jour, je suis allée dans une boutique pour voir
ce qu’il y avait en solde. Personne ne voulait m’aider. Pire encore, les employées m’ont
ignorée. J’imagine qu’avec mon manteau de pluie, mes chaussures de vélo et mes
cheveux dépeignés, je ne devais pas ressembler à quelqu’un qui avait de l’argent.
Cependant, j’ai dû y retourner plus tard et cette fois-ci, j’étais bien habillée. Dès que je
suis entrée dans le magasin, on m’a demandé si je désirais quelque chose. J’ai trouvé ça
incroyable. J’étais toujours la même personne, mais c’était le « costume » (p. 21) bien
habillé que les gens ont respecté de femme riche.
De plus, l’auteur dit que les adultes sont superficiels et qu’ils « aiment les
chiffres. » (p. 23) Les grandes personnes ne peuvent pas s’imaginer la beauté d’une
maison à moins qu’elle n’ait une valeur de « cent mille francs. » (p. 23) C’est absolument
vrai!! Dans toutes les facettes de la société, on vit avec des chiffres qui régimentent
notre vie, nos décisions. Par exemple, à chaque fois que je veux faire une sortie, je dois
me demander si je peux me le permettre et si oui, je sors ma carte de crédit… Si mes
filles ont besoin de quelque chose, je demande : « Combien est-ce qu’il te faut? » Si je
veux aller au cinéma, si je veux voyager, si je veux m’acheter des vêtements…
malheureusement, tout est lié à un chiffre. Ah, et puis, il faudrait aussi que je perde dix
livres. … et combien de calories est-ce que j’ai mangées à midi? Il me semble que je
devrais mieux compter.
Je me rends compte qu’Antoine de St-Exupéry parle de mon univers aussi. Les
apparences me jouent des tours et les chiffres semblent calculer ma vie mais « il faudra
me le pardonner » (p. 25) parce que « [j]’ai dû vieillir. » (p. 25)

Documents pareils

Une mentalité superficielle ? On vit dans un monde virtuel

Une mentalité superficielle ? On vit dans un monde virtuel On vit dans un monde virtuel constamment sur nos cellulaires et nos réseaux sociaux. Antoine de St-Exupéry a raison de dire que les grandes personnes sont très superficielles. Elles jugent souvent ...

Plus en détail