Au service de la région

Commentaires

Transcription

Au service de la région
N° 98 HIVER 2015
ASSOCIATION GENEVE-COINTRIN
BULLETIN DE L’ASSOCIATION EN FAVEUR DE L’AEROPORT DE GENEVE-COINTRIN
ASSOCIATION GENEVE-COINTRIN
Au service de la région
Cube, pour rapprocher Genève et Lyon
4-5
L’Aéroport restructure sa communication 6-7
Mue de l’offre en restauration
10
Le nouvel amortisseur de bruit
17
HELP US TO ORGANISE THE SKY
DEVIENS CONTRÔLEUR AÉRIEN OU TACTICAL FIGHTER CONTROLLER (H/F)
INSCRIS-TOI MAINTENANT À NOTRE FORMATION.
Tu es de nationalité suisse ?*
Tu es de nationalité européenne ?**
Tu as entre 18 et 30 ans ?
Tu es titulaire d’un CFC ou d’une maturité ?
Tu es à l’aise en anglais ?
*Tu as alors le choix entre le trafic civil ou militaire.
**Tu peux accéder au trafic civil uniquement.
Inscris-toi aux sélections pour accéder à notre formation
rémunérée de 2 ans et demi.
Tu obtiendras un diplôme supérieur (ES) reconnu
au niveau international. Emploi garanti en fin de cursus.
INSCRIPTIONS AUX TESTS DE SÉLECTION SUR SKYGUIDE.CH
POUR PLUS D’INFOS, ÉCRIS-NOUS À [email protected]
DÉBUT DE LA FORMATION : JANVIER 2016
with you, all the way.
skyguide 8_180 x x127 FR.indd 1
06.10.15 16:50
Déchargez-vous pour
vous concentrer sur votre métier.
Transport terrestre et fret maritime.
Fret aérien et logistique.
Johnson Controls est un leader technologique
et industriel mondial diversifié.
Créateur de produits, fournisseur de services et de
solutions ayant pour objectif d’optimiser le
rendement énergétique et opérationnel des bâtiments.
Partenaire de
Genève Aéroport
Johnson Controls Systems & Service SàRL
Ch. du Grand-Puits 38 – CP 115
1217 Meyrin 2
Tel 022 783 10 50 – Fax 022 783 10 51
www.johnsoncontrols.ch
Johnson-Control-nov-2013.indd
1 PANORAMA N° 98
2  GENEVE - COINTRIN
Ziegler (Suisse) SA
6, route des Jeunes
case postale 1611
1211 Genève 26
Tél. 022 309 06 70
Fax 022 309 06 71
[email protected]
www.ziegler.ch
23.10.2013 11:02:21
Sans titre-3 1
Ziegler_4f_Geneve_90x132.indd 1
24.03.2015 15:29:31
02.04.11 21:01
Éditorial
Pour un développement
durable
Conseil fédéral l’année prochaine. Ce plan définit le but, le
périmètre requis, les grandes lignes de l’affectation, l’équipement ainsi que les conditions opérationnelles générales
de chaque installation aéronautique.
Cette politique des transports coordonnée et cohérente
permettra de donner un cap clair à l’aéroport qui préviendra le trafic futur et anticipera, donc, l’évolution de la société
suisse.
Des pétitions qui se multiplient pour restreindre les horaires
de trafic aérien, des oppositions et des recours contre les
futures infrastructures, des rumeurs, des prises de paroles,
parfois violentes, dans les médias : aux frontières de la plateforme certaines voix grondent comme une tempête.
Et bon nombre de ces attaques véhiculent des inexactitudes
profondes tout en apportant des solutions bancales à de fauxproblèmes. À l’AGC, dans son rôle de défense de l’aéroport et de
ses utilisateurs, de prendre un peu de hauteur et de répondre à
ceux qui saisissent les micros des médias pour y crier tout le mal
qu’ils pensent de la plateforme et de ses avions.
Car la question est la même pour tous : Quelle direction faire
prendre à l’aéroport ?
Car, rappelons-le, l’aéroport est le reflet de sa région. Couper ses ailes déstabiliserait non seulement son économie,
mais aussi tous les atouts du Grand Genève que sont la
diplomatie, le tourisme, la science, la culture… etc. La politique des transports doit aspirer à des critères de développement durable : c’est-à-dire concorder aux besoins
actuels sans compromettre les générations futures, en
gardant à l’équilibre les trois piliers économique, social et
environnemental.
Il est donc plus que jamais nécessaire de sensibiliser la population aux vrais enjeux d’un aéroport suisse situé en plein
milieu de l’Europe, à sept minutes en train d’une ville internationale. Construisons, ensemble, une réflexion sensée par
un dialogue calme et serein. Mais surtout, débarrassonsnous de toute stigmatisation populiste, de débats criards et
d’attaques gratuites.
Du côté de Berne, la réflexion suit actuellement son cours
avec l’élaboration d’un nouveau PSIA, le plan sectoriel de
l’infrastructure aéronautique, qui devrait être soumis au
Sommaire
3
GENEVE-COINTRIN
Jacques Jeannerat,
Président
N° 98 HIVER 2015
Éditorial
4-5 Cube
6-7 Communication
ASSOCIATION GENEVE-COINTRIN
7
Flux passager
8
En route pour l’Aile Est
9
Buteo 2015
10
Un menu tout neuf
11
Animations dans l’aérogare
13
Clin d’ailes
15
Transitaires
17
Nouvel amortisseur de bruit
Rédacteur responsable : Guillaume Chavaillaz Mise en page: Nicolas Vallier - Dune Connected • [email protected]
Régie publicité: HP media Tél. 022 786 70 00
Impression: ATAR Roto Presse SA, Genève
14’350 exemplaires
Tirage: ASSOCIATION GENEVE-COINTRIN
Genève Aéroport, CCIG, G. Chavaillaz, Jean-Luc Altherr
Photos : www.agc-gva.ch
Site internet :
19
Le spot
Reproduction partielle ou totale libre de droits, merci de fournir un justificatif
Bulletin périodique édité par l’Association en faveur de l’Aéroport de Genève-Cointrin (AGC),
p.a. Chambre de commerce, d’industrie et de service de Genève
4, bd du Théâtre, CP- 5039, 1211 Genève 11
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  3
Cube
Quand Genève Aéroport voit à
interview
interview
Interview
Intervieww
L’État français, sous l’impulsion de
son Ministre de l’Économie Emmanuel Macron, s’apprête à céder
la totalité des 60% de parts qu’il
détient dans Aéroports de Lyon
(ADL), la société gestionnaire des
aéroports de St-Exupéry et de Bron.
Sur proposition du Conseil d’État de
Genève, qui répondait à une interpellation du ministre Pierre Maudet,
autorité politique de tutelle de l’aéroport, le conseil d’administration de
Genève Aéroport a accepté de participer à un consortium d’investisseurs, baptisé Cube, qui répondra à
l’appel d’offres. Interview.
donner un signal fort en direction de
la région et montrer que les intérêts
de Lyon et de la région Rhône-Alpes
sont potentiellement communs à
ceux de Genève. Par-delà leurs différences, qu’elles soient sociales, sociologiques ou économiques, nos deux
régions contribuent respectivement
au façonnage d’un territoire commun
dont l’aménagement ne peut raisonnablement plus être envisagé séparément. De ce point de vue, on ne
peut pas se désintéresser de la question des infrastructures majeures qui
se répartissent sur l’ensemble de la
région transfrontalière.
Quelles sont les motivations ayant
convaincu le Conseil d’État et le
Conseil d’administration de s’engager
dans ce processus d’appel d’offres ?
L’impulsion stratégique porte, elle,
sur l’intention que doit avoir Genève
Aéroport sur le développement du
trafic aérien dans un périmètre relativement proche. Il est fortement intéressant pour l’aéroport de Genève,
mais plus largement pour le bassin de
population concerné par cet aéroport,
de participer à la mise sur pied d’une
stratégie internationale. Le canton
de Genève a d’ailleurs déjà participé,
interview
Interview
Interview
Il s’agit d’une volonté politique et stratégique.
S’agissant de la volonté politique, le
Conseil d’État, qui a été préalablement
consulté sur cette opération, a voulu
4  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
Cube
l’échelle de toute la région
au-delà de ses frontières, au financement d’infrastructures
majeures nécessaires à son développement et à son rayonnement. Je pense notamment au tunnel du Mont-Blanc.
donc en puissance. À ce titre, la nouvelle a été accueillie
avec bienveillance par les collectivités territoriales rhônalpines, propriétaires des 40% du capital restant d’ADL.
Le Conseil d’État genevois a donc approuvé cette décision.
Vous l’avez portée devant le Conseil d’Administration de
l’Aéroport de Genève, qui l’a validée. Où en est-on maintenant de cette procédure ?
Au niveau européen, le débat sur le transport aérien mais
aussi sur le développement de l’aviation civile prend des
directions auxquelles personne ne se serait attendu il y a
de cela dix ans. Genève et Lyon disposent d’un positionnement stratégique au beau milieu du continent. L’enjeu
est de bien identifier quels sont les atouts de nos deux
aéroports respectifs et quelles sont les zones de potentiels
conflits mais, surtout, d’identifier les buts qualitatifs que
l’on pourrait atteindre ensemble dans le contexte mouvant
-mais extraordinairement dynamique- de l’évolution du
transport aérien au cours des décennies à venir.
GCH n
À ce stade, il s’agit, entre les partenaires de ce consortium,
de savoir ce que l’on amène - que ce soit en nature, en
expertise, en espèces - et dans quelles perspectives nous le
faisons. En France, le dispositif légal a été voté par l’Assemblée nationale et le Sénat afin que l’État puisse se départir
de sa participation actuelle dans toute une série d’aéroports. Dès lors, il y a un processus mis sur pied, sans doute
assez long, dont il serait faux de se désintéresser. Nous
n’allons guère au-delà pour le moment. Il faut bien comprendre qu’à ce stade, le Canton de Genève et l’Aéroport
ne font que dire qu’ils sont conjointement intéressés à la
démarche. Nous amenons une valeur ajoutée d’expertise
à un groupe de financiers qui investiraient davantage que
nous au sein de Cube.
Nous sommes aujourd’hui dans cette phase de collaboration, de recherche de partenariat et de solidification des
offres. Nous élaborons notre offre qui devrait constituer
une belle alternative pour Lyon face à d’autres dossiers
moins en phase avec la légitime ambition que nos voisins
français nourrissent pour leur région.
Genève Aéroport et Aéroports de Lyon ont des zones
de chalandises à la frontière desquels ils sont parfois en
concurrence. Quelle forme pourrait prendre la collaboration née de l’entrée de Genève Aéroport au capital des
Aéroports de Lyon ?
Je ne souhaite pas trop lever le voile sur les intentions,
d’abord parce qu’elles ne sont pas encore précisément
fixées, mais aussi pour éviter de s’enferrer, à ce stade, dans
une logique unique et unilatérale. Tout ceci est actuellement l’objet de discussions et l’intérêt de cet échange brille
par son absence de tabou.
Précisons toutefois qu’il n’y a nulle intention de remettre
en question l’autonomie de chacune des directions en
termes de gouvernance. Elle s’envisage davantage comme
une mutualisation des compétences. La collaboration et la
complémentarité entre les deux aéroports se trouveraient
incontestablement renforcées.
Les deux plates-formes doivent déjà parler d’une même
voix à des interlocuteurs communs : cette voix gagnerait
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  5
Interview
Genève Aéroport restructure
Un service de communication est créé pour mieux servir les objectifs stratégiques de l’entreprise et répondre
au légitime besoin d’information des partenaires, des riverains et autres utilisateurs de la plate-forme.
en action via les différents canaux qui
ont été développés au fil des dernières
années.
Créé officiellement le 1er novembre
2015, le service communication de
Genève Aéroport se structure et s’organise pour entrer effectivement en
fonction au 1er janvier 2016. Cette
organisation a été confiée à Bertrand
Stämpfli, jusqu’ici attaché de presse et
porte-parole de l’institution. Interview.
Bertrand Stämpfli, pourquoi créer un
service de communication aujourd’hui
à Genève Aéroport ?
La communication de Genève
Aéroport était jusqu’ici assurée par
différents acteurs que sont la direction de Genève Aéroport, les personnels de la division Marketing
et Communication, la responsable
des Relations Extérieures, le service Environnement et Affaires juridiques et moi-même. L’évolution du
contexte dans lequel l’aéroport épanouit ses activités et les enjeux qui
nous attendent à court, moyen et
long terme nous ont convaincus de
la nécessité d’assurer une plus grande
cohérence à nos actions de communication. Nous créons en quelque sorte
un « guichet unique » permettant de
centraliser l’information, de penser la
communication et de la concrétiser
6  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
De quelle communication parle-t-on ?
Le service de communication de
Genève Aéroport gérera la communication institutionnelle de l’entreprise.
A ce titre, elle aura la main sur la communication interne, avec notamment
le magazine 23-05, le journal en image
GVApproach, le site intranet... Nous
chapeauterons également la communication externe, via le site extranet,
destiné à partager l’information avec
nos partenaires de la plate-forme, mais
aussi via le site internet et les réseaux
sociaux. Lorsque les nouveaux collaborateurs de ce service auront pris
leurs marques, ils seront impliqués
dans la cellule de communication de
crise du plan d’urgence de l’aéroport.
Enfin, pour ce qui est de la communication stratégique, nous la penserons
conjointement avec le service communication du département de tutelle,
afin de mettre nos actions au service
des objectifs que nous assigne notre
propriétaire et actionnaire unique :
l’Etat de Genève.
Voyez-vous d’autres actions à développer ?
Les idées ne manquent pas… mais
nous devrons calibrer notre action
par rapport aux forces dont nous disposons. J’aimerais que nous fonctionnions un petit peu comme une agence
de communication au service des
différentes divisions de l’entreprise.
Nous apporterons notre appui, dans la
mesure de nos moyens, à ceux qui en
exprimeront le besoin.
Quid des relations avec les riverains ?
Cette partie de la communication était
jusqu’ici principalement assurée par
Aline Yazgi, responsable des relations
extérieures, qui vient toutefois de
quitter l’entreprise pour donner une
autre orientation à sa carrière. Nous
réfléchissons à la meilleure manière
de pérenniser son action auprès de
ces interlocuteurs particuliers. Genève
Aéroport se situe à un moment important de son histoire : il connaît une
croissance régulière, mène des chantiers importants, travaille à des projets ambitieux. Le transport aérien en
général est en mue. Les chiffres articulés en matière de trafic passagers,
de mouvements et les différentes projections faites à moyen et long terme
génèrent des questions légitimes auxquelles il convient de répondre. Nous
devons continuer à nourrir le dialogue
avec tous ceux qui s’intéressent à ces
questions ou s’en inquiètent.
De quoi le service communication ne
s’occupera-t-il pas du tout ?
L’émancipation du service communication permettra à la division Marketing
de concentrer ses efforts sur ce qu’elle
fait historiquement très bien : je parle
de la promotion des produits et des
services, des relations avec les compagnies aériennes, les clients, l’événementiel, le sponsoring, l’identité
d’entreprise.
Pour une bonne part, les ressources du
service communication sont empruntées au marketing, qui a été pionnier
dans l’ouverture des plates-formes
digitales et des réseaux sociaux. Nos
forces vont d’ailleurs être largement
partagées dans une optique collaborative. Nous nous donnons quelques
mois pour rôder cette collaboration.
Quels sont les principaux enjeux
pour la communication de Genève
Aéroport ?
Genève Aéroport entend répondre
aux exigences qui sont celles de toute
entreprise moderne en termes de communication. Il ne vous aura toutefois
pas échappé que les aéroports, partout où ils se trouvent, tendent à cristalliser des débats qui les dépassent
Flux passager
sa communication
souvent de beaucoup, comme ceux
autour de la mobilité globale, de la
politique des transports, des choix de
vie. A ce titre, nous devons faire de la
pédagogie pour rappeler ce sur quoi
nous avons prise... et ce que nous
subissons également, en tant que gestionnaire d’une plate-forme sise dans
une région dynamique, et au cœur
d’un environnement technologique,
économique et social en constante
évolution.
Vous assumiez jusqu’ici la fonction d’Attaché de presse de Genève
Aéroport. Garderez-vous également
cette casquette en plus de vos nouvelles tâches ?
Tant que j’ai la confiance de la direction pour ce faire, je conserverai en
effet cette mission d’interface avec les
médias. Je serai toutefois épaulé dans
les autres tâches de communication
par une chargée de communication
dont vous aurez prochainement l’occasion de faire la connaissance.
n
Propos recueillis par
Guillaume Chavaillaz
Moins d’attente, c’est le pied !
Genève Aéroport est pionnier dans la mise au
point d’un système de détection précoce des
chaussures permettant d’optimiser les flux de
passagers aux points de contrôle.
Tout voyage en avion commence par un cheminement
piéton. Genève Aéroport réfléchit à la meilleure façon de
laisser ses passagers chausser des bottes de sept lieues
pour franchir la distance qui sépare la porte de l’aérogare
de celle de l’avion. Et la clé du problème est peut-être bien
cachée quelque part sous le paillasson. Ou sous un tapis.
Explications.
Evolutions
À l’horizon 2030, la demande en matière de transports
pourrait valoir à Genève Aéroport d’accueillir quelque 25
millions de passagers. Cette croissance devra s’accompagner d’une optimisation des infrastructures, mais la
réponse passe également par des innovations technologiques. Une musique d’avenir dont l’Aéroport écrit déjà la
partition : des solutions sont déjà à disposition des passagers et des tests sont actuellement réalisés pour fluidifier
les passages dans l’aérogare.
Embarquer seul, utiliser une dépose automatique des
bagages, effectuer son enregistrement en ligne, imprimer
sa carte d’embarquement à domicile, et même, suite au
récent partenariat entre l’Aéroport et la compagnie SWISS,
imprimer depuis la maison l’étiquette de son bagage en
soute... Le Seamless Travel (littéralement : le voyage sans
coutures) entend fluidifier les flux de voyageurs dans l’aérogare et améliorer l’expérience passager.
Passage obligé
Dans ce contexte, le passage des points de sûreté entre la
zone publique et la zone réservée peut encore constituer
un obstacle.
A quelques jours du début de la saison d’hiver, les équipes
de l’Aéroport se montrent cependant prêtes à accueillir
l’afflux de passagers. Dans le terminal principal, le chantier d’amélioration des infrastructures liées à la sûreté au
niveau des départs est terminé : ces travaux ont permis
de réduire le temps d’attente moyen de 15 à seulement 4
minutes.
Comment mieux faire ? Du côté des chaussures peut-être
qui, parfois, sonnent et obligent les voyageurs à faire
marche arrière, ce qui crée un « contre-flux » et ralentit le
passage des installations.
Préparation aux contrôles
La solution ? Un tapis magique déposé en amont du
contrôle. Très fin, ce tapis permet d’identifier les chaussures
susceptibles de sonner lors de la traversée au portique.
Lumière verte : le passage est ouvert. Lumière rouge : il faudra directement ôter ses chaussures et les déposer dans la
machine à rayons X pour analyse.
Ce procédé ingénieux permet au passager de mieux se préparer avant le contrôle, afin de générer le moins d’alarmes
possible au passage du portique électro-magnétique. La
procédure permettait de réduire le temps moyen d’attente
jusqu’à 8%.
Pour bientôt
Voici deux ans que l’idée a été « mise sur le tapis » dans les
bureaux de Genève Aéroport. Le projet a ensuite été développé grâce à un partenariat avec une entreprise romande
spécialisée dans la détection de métaux. Le tapis a fait l’objet d’une batterie de tests au secteur France et dans le terminal secondaire avec les élèves d’un cycle d’orientation.
L’Aéroport espère pouvoir équiper la plupart de ses
machines d’ici la fin de l’année 2016, juste avant le début
de la saison hivernale.
GCH n
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  7
Accès
En route pour l’Aile Est
Enfouie sur plusieurs centaines de mètres, la route douanière reliant Ferney-Voltaire au secteur France a
été entièrement rouverte au public au mois de mai. L’espace dégagé en surface permettra la construction
de l’Aile Est, le bâtiment qui accueillera bientôt les avions gros-porteurs.
Les fondements de l’Aile Est
Tant qu’à creuser le sol, sans pouvoir
y faire un carnotzet, autant en profiter pour y enfouir tout ce qu’on n’a
pas la place de laisser à l’air libre. Le
chantier d’enfouissement de la route
douanière a ainsi déjà permis la réalisation de la moitié des fondations de
l’Aile Est, dont une galerie technique
de 200 mètres de long, qui sera encore
prolongée dans un deuxième temps.
Juste au-dessus de l’entrée des parkings, une plateforme de tri-bagages a
été installée pour anticiper le manque
d’espace dans la zone.
Les travaux préparatoires à la
construction prochaine de l’Aile
Est ont pris la forme, ces dernières
années, de chantiers pas forcément
très spectaculaires mais pour autant
plus conséquents les uns que les
autres. Citons, la réfection du réseau
hydrant amenant le kérosène aux
positions de parking des avions,
divers aménagements souterrains,
la construction du GP+ (GP, comme
gros-porteurs), le bâtiment qui permettra de pérenniser l’exploitation
pendant la construction des nouvelles
salles d’embarquement, ou encore le
chantier de la route douanière. Afin de
libérer en surface la place nécessaire
pour asseoir la future Aile Est, cette
voie a en effet été enfouie sur près de
300 mètres entre l’Arena et le tarmac.
Chantier complexe
La route demeurant le seul accès direct
à la partie française de l’aérogare
depuis Ferney-Voltaire, les équipes
de l’aéroport ont été confrontées à
un casse-tête pour la maintenir opérationnelle pendant la durée des travaux, en recourant notamment à la
circulation alternée. Mais la particularité de ce chantier exigu résidait dans
la technique d’enfouissement, soit
le creusage en taupe. Pour expliquer
8  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
simplement une réalité très complexe,
disons que les ouvriers ont, en quelque
sorte, coulé les murs du futur tunnel en
injectant du béton dans les tranchées
creusées depuis la surface. Ils ont
ensuite posé une dalle sur ces murs,
à fleur du sol, avant d’extraire finalement la terre sous cette dalle, entre les
murs; une valse magique de machines
autours desquelles s’affairaient jusqu’à
130 ouvriers. Au total, près de 140’000
heures ont été prestées sur le site pour
voir le bout du tunnel.
Après près de deux ans de travaux, la
réouverture complète de la route douanière a marqué une étape importante
avant la pose de la première pierre de
la future Aile Est.
GCH n
Davantage de parkings
pour les passagers
La réouverture complète de la route douanière inaugure une série de
bonnes nouvelles pour les passagers et leurs accès aux parkings. La halle
7 de Palexpo, transformée, sera bientôt le nouvel abri des bus circulant sur
le tarmac. L’espace regroupera également différents parkings pour les collaborateurs de l’aéroport, ce qui libèrera un peu de place dans les parkings
principaux. Une nouvelle mesure au plan de mobilité pour les employés
permettra également de libérer des places de stationnement pour les passagers dès le premier trimestre 2016. Enfin, les travaux de rénovation des
plateformes en front d’aérogare sont terminés. Le parking à durée limitée
d’une heure a retrouvé le niveau des arrivées, tout comme les taxis, et la
signalétique aux abords de l’autoroute a été simplifiée.
n
Sécurité
Le tarmac en feu
Tous les trois ans, l’aéroport de Genève doit tester sa capacité à réagir face à une catastrophe d’envergure. L’exercice Buteo 2015, premier exercice grandeur nature depuis 2006, a permis d’éprouver les
synergies entre le plan d’urgence de Genève Aéroport et les services du canton.
faut pourtant réfléchir et ne pas agir avant d’avoir une
vision d’ensemble. Mais le temps presse. Et le nombre de
décès augmente de minute en minute.
Un hélicoptère est dépêché sur place. Il ne peut cependant
que survoler la zone : en s’écrasant, l’Airbus a sectionné une
ligne à haute tension. Une fois l’incendie éteint, la scène
a été rendue à la nuit avant que l’alimentation électrique
n’ait pu être coupée. Impossible, dans ces conditions, de se
poser. L’hélicoptère doit faire demi-tour.
Minuit sur la plate-forme genevoise. Un Airbus A330 de la
compagnie BirdFly, en provenance de Doha, lance un signal
de détresse. Le commandant de bord n’a pas le temps de
terminer son message que son avion s’écrase en seuil de
piste 23 dans le trou de Colovrex. À bord de son appareil, on
l’apprendra bientôt, il y a 220 passagers et membres d’équipage. Flammes, fumée, cris, alarmes, sirènes. Les pompiers
de l’aéroport sont sur place en quelques minutes. Sur le lieu
du crash, ils découvrent une carlingue disloquée dont les
débris sont déjà la proie des flammes tandis que les survivants et les blessés côtoient les morts par dizaines.
Le cadre du scénario de l’exercice Buteo 2015 est posé.
Spécificité de l’exercice : les intervenants des différents services de Genève Aéroport doivent se coordonner avec leurs
homologues et partenaires du canton. Et ils sont nombreux :
Police de sécurité internationale, Police cantonale, Police
judiciaire, Police des eaux, Sapeurs-Pompiers du Service
d’incendie et de secours, la Brigade sanitaire cantonale, la
Rega etc.
Scène d’effroi
La mise en scène, à échelle 1/1, permet de récréer l’intervention au plus près de la réalité. Ainsi, une centaine de
figurants grimés sont éparpillés parmi les mannequins inanimés. Leur état évolue en fonction de la gravité de leurs
blessures, il n’y a pas de temps à perdre. La première difficulté consiste à trier les blessés selon le degré d’urgence
de leur prise en charge médicale. Les équipes s’activent,
montent un poste médical avancé (une sorte d’hôpital
de campagne en toile) et font face à la détresse humaine.
Difficile de garder son sang-froid face à un tel carnage. Il
Organisation
À l’hystérie qui règne sur le terrain répond le silence lourd
qui écrase l’aérogare. Le personnel reçoit les informations
au compte-goutte et parmi les familles des victimes, des
rumeurs précèdent déjà les vraies nouvelles. Celles-ci sont
conduites dans une salle au calme, en attendant qu’un premier bilan soit dressé. Bientôt, elles seront conduites dans
un lieu tenu secret où les attendent des équipes de psychologues et des volontaires de l’aéroport.
À quelques pas, des journalistes sont à l’affût d’images et de
témoignages. Arrivés très rapidement, certains sont même
parvenus à franchir les périmètres de sécurité dressés ultérieurement pour tourner quelques premières images. Ils
attendent de pied ferme qu’une conférence de presse ne
leur apporte les premières déclarations officielles des autorités. L’organisation de ce face-à-face avec les médias est
au cœur des réflexions menées au sein de l’Etat-major du
Plan d’urgence de Genève Aéroport (PUR-GA). La crise est
assez grave pour que le dispositif cantonal OSIRIS soit également activé. Les autorités aéroportuaires et cantonales
travaillent désormais de concert, notamment en matière de
communication.
Arrivés sur les lieux du crash, la Police judiciaire procède à la
recherche d’indices permettant l’identification des victimes.
Une morgue est installée dans la zone de fret tandis qu’à
deux pas de là, les volontaires du centre de recherche des
informations des compagnies aériennes (CRIC) s’activent au
téléphone.
Au total, quelque 750 personnes ont été impliquées dans
l’exercice. Parmi eux, des arbitres, choisis pour leur compétences dans les diverses cellules exercées, ont établi des
rapports. Ceux-ci ont été analysés et des enseignements en
ont été tirés. Tant l’Aéroport que le canton seront amenés
à optimiser certaines de leurs pratiques. Débuté à minuit,
l’exercice Buteo 2015 a duré jusqu’en milieu de la journée
suivante.
GCH n
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  9
Restauration
Un menu tout neuf
Une bonne part des points de restauration et des bars de l’aérogare aura fait peau neuve d’ici l’été 2016.
Coup d’œil sur la nouvelle carte.
Aux arrivées, le Montreux Jazz Café renouvellera sa formule,
avec une nouvelle carte et un nouveau décor. Les enseignes
Swiss Chalet, Tekoe, et Martel conservent leur emplacement,
mais les aménagements sont revus en profondeur.
Aux départs, en zone publique, les Jardins de Genève feront
le tour du monde des saveurs sur le pouce avec un restaurant thaïlandais, une tablée d’inspiration orientale, un italien,
un Mac-Do, un nouveau Starbucks et un café-bar. Quelques
étages au-dessus, le restaurant Altitude ouvre ses portes à
un jeune chef genevois.
Une mezzanine a été installée dans tous les satellites de la plate-forme
La scène, qui remonte à janvier dernier, vaut son pesant de
cacahuètes. Dans les bureaux des concessions commerciales
de Genève Aéroport, les règles, les classeurs et les agrafeuses
se mêlent aux sandwichs, salades et autres friandises salées
comme sucrées. Au milieu de cet étrange tableau, des silhouettes s’affairent. Les équipes sont en fait en pleine évaluation des dossiers des futurs gestionnaires de bars et de points
de restauration de la plate-forme. L’appel d’offre, renouvelé
tous les cinq ans, permet de redessiner les espaces, de mieux
cibler les besoins et les attentes des passagers et des utilisateurs de la plateforme, de diversifier l’offre en innovant et en
rafraîchissant les infrastructures et en redonnant du lustre à
l’aérogare. Les arbitres désassemblent les aliments, en répertorient les ingrédients, les pèsent, les mesurent, archivent
toutes ces données avant de goûter les échantillons tests.
Mais par-delà le contenu de l’assiette, la note finale prend
également en compte la pertinence du concept proposé par
les candidats, l’origine des produits, le choix des fournisseurs,
les conditions sociales de l’entreprise ainsi que le prix final.
Changements
Vingt-deux unités de bars et de restaurants (sur une trentaine au total) ont ainsi été remises au concours, réparties en
plusieurs lots en fonction des contraintes opérationnelles et
logistiques. Au final, il n’y a pas que la couverture du menu
qui change; l’entreprise Select Service Partner (SSP) cède
sa place à Autogrill Suisse SA, les lots situés près des salles
d’embarquements frontales et dans l’aile ouest seront organisés autour d’un Montreux Jazz Café, qui s’associe pour tous
ses points avec Caviar House & Prunier. Les bars situés dans
les satellites et dans le pavillon gros-porteur, des points de
vente au secteur France et en salle d’embarquement ainsi
que plusieurs arcades du niveau des arrivées restent attribuées à l’entreprise genevoise Swiss Canonica.
10  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
En zone sécurisée, le Swiss Sandwich Bar se mue en boulangerie-sandwicherie avec du pain frais toute la journée, La
Cuisine devient Le Bistrot et proposera des pâtes fraîches et
des grillades, l’Arc-en-ciel laissera sa place au Moleskine Café,
le Street Food sera consacré aux saveurs du monde tandis
que le Swiss Coffee House, derrière le stand des informations,
deviendra Le Montreux Jazz Express, reprenant ainsi les couleurs et l’atmosphère du festival. Le All You Need se pare
d’une mezzanine dans les satellites.
Enfin au secteur France, le BreakTime, avant la sûreté, adapte
sa carte et ouvrira un kebab. Après la sûreté, Le Wellness
devient Le Cellier et offre des produits suisses sur ardoise
accompagnés de quelques crus.
En coulisse
Comme il est d’usage, et conformément à l’exigence prévue dans le cahier des charges établi par Genève Aéroport,
les candidats se sont engagés à reprendre le personnel des
concessionnaires en place. Les concessionnaires sortants et
les candidats retenus négocieront directement les conditions et modalités de reprise, sous l’égide de l’aéroport et
des autorités compétentes. Certaines enseignes ont déjà
commencé leur mue, les autres suivront d’ici l’été 2016,
avec une interruption des travaux prévue pendant la saison
de ski.
GCH n
Animations
Des faux-airs de colonie de vacances
Tout au long de l’année 2015, le personnel de
Genève Aéroport propose aux passagers des animations faites maison pour leur plus grand plaisir.
À peine les points de sûreté franchis par les passagers qu’un
robot mobile leur annonce la couleur. L’écran tactile fait défiler
des photos de rires, d’enfants, de selfies de voyageurs... Entre
deux clichés, l’automate invite à jeter un coup d’œil aux portes
d’embarquement 9 et 10. Sur place, des hommes d’affaires,
des jeunes et des moins jeunes. Tous rigolent et alimentent
une file d’attente improvisée pour participer à un concours
de curling. Atmosphère aéroportuaire oblige, les pierres
sont remplacées par des valises à roulettes. Des employés de
l’aéroport survoltés frottent vigoureusement le sol avec des
balais à franges, sous le regard interdit de curieux n’ayant pas
encore été mis au parfum. Mais diantre, où est-on ?
Objectif : cool !
Nous sommes au cœur de l’objectif d’entreprise 2015. Comme
chaque année, les personnels de Genève Aéroport se sont vus
proposer de relever bénévolement un défi de nature à servir les valeurs de l’entreprise. Ainsi, après avoir revêtu le gilet
rouge des Airport Angels permettant d’aider un voyageur
désorienté à se retrouver dans l’aérogare, après s’être glissé
dans une blouse blanche pour prodiguer les bons gestes aux
victimes d’un arrêt cardiaque et les défibriller (voir Panorama
No 92 et 94), place à la créativité du personnel. Le but ? Animer
l’aérogare et surprendre les voyageurs.
« Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges », raconte
dans un sourire Aline Yazgi, Chargée des Relations Extérieures
de Genève Aéroport et responsable du Comité de pilotage de
l’objectif.
Pléthore d’événements ont été prévus sur l’année. La gare CFF
a été transformée par deux fois en skate-park et en terrain de
basket avec, respectivement, le champion de cyclisme Martin
Elmiger et les Lions de Genève.
Petites vidéos des événements disponibles sur la page www.gva.ch/animations
Les thématiques, elles, sont variées avec, en vrac, un hommage à la Guerre des Etoiles sur les écrans d’information,
un quizz sur l’histoire de l’aéroport, un concours d’avions
en papier, des matchs de badminton, des coins réservés à la
pratique du yoga, une distribution de fleurs cultivées dans
l’enceinte aéroportuaire, un mini-golf et même une séance
de massage de vingt minutes assurée par des physiothérapeutes... Chaque activité a été orchestrée par les employés
de l’aéroport, avec parfois quelques cadeaux à la clé. Au
final, une douzaine de journées ont été imaginées et une
bonne moitié avait déjà eu lieu à la fin de l’été.
Le passager au centre
Le projet se veut très interactif et découle de la volonté de
Genève Aéroport de mettre le passager au centre de ses
préoccupations. Les événements, ouverts à tous, ont surpris
en bien des passagers qui ne s’y attendaient pas du tout.
Certains projets ont, au contraire, été annoncés à l’avance.
À chaque fois, les employés des entreprises partenaires ont
été invités à la fête en s’inscrivant sur le site extranet de
Genève Aéroport. À en croire les rumeurs qui circulent ici ou
là, les passagers ne seront pas au bout de leurs surprises et
devraient encore pouvoir bénéficier de l’atmosphère bonenfant dont l’aéroport souhaite marquer le passage des
voyageurs dans l’aérogare.
GCH n
Pizza au feu de bois
Tél. 022 782 06 88
Grand parking • www.cafedemategnin-meyrin.ch
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  11
Breitling Super Constellation powered by
AIR TOTAL (SUISSE) SA • CH. DES COQUELICOTS 16 • 1214 VERNIER • T 022 306 66 80 • F 022 306 66 98 • WWW.TOTALSUISSE.CH
12  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
Patrimoine
Une nouvelle aile parmi les ailes
A quelques pas seulement de l’aérodrome de Payerne, le musée d’aviation militaire Clin d’Ailes a inauguré
un nouvel espace au mois de mai de cette année. L’occasion de rencontrer son directeur, Jürg Studer, et
de faire le point sur les années écoulées.
À l’entrée de la cafétéria où nous nous sommes donnés rendez-vous, notre interlocuteur apparaît en tenue d’armée.
L’aérodrome de Payerne a bel et bien conservé sa vocation
militaire. Dans le puissant vrombissement d’un avion – la
piste de décollage se situe à quelques dizaines de mètres
seulement du musée – notre homme approche d’un pas
décidé pour nous gratifier d’une franche poignée de mains
dont les officiers ont le secret. « Je vous prie de m’excuser,
je n’ai pas encore eu le temps d’ôter mon uniforme ». C’est
que Jürg Studer multiplie les casquettes. En sus de sa fonction de directeur bénévole du musée Clin d’Ailes, il remplit
les rôles de responsable du combat terrestre de l’armée
suisse, de formateur de pilotes militaires, d’officier de tir et
de piquet... pour ne parler que de ces activités. Visiblement
débordé, Jürg Studer n’en affiche pas moins un calme
olympien. Son visage s’illumine même littéralement sitôt
que lui est posée la première question relative à l’agrandissement du musée.
Du simple au double
Quasiment deux années de chantier ont été nécessaires à
la réalisation de la nouvelle aile. Budgétés à 3 millions de
francs, les travaux sont entièrement financés par le sponsoring. D’une surface initiale de 1900 mètres carrés, le
musée Clin d’Ailes s’étale désormais sur 3500 mètres carrés. L’espace consacré aux expositions n’a pourtant été
renforcé que de 40% pour aménager, juste derrière des
baies vitrées, un atelier de maintenance des avions géré
par l’association Espace Passion, qui s’occupe de remettre
des machines en état de vol. « L’atelier se situait auparavant
dans une voûte des forces aériennes. Cette association
ayant pour but de soutenir le musée, nous avons décidé de
nous regrouper. Nous sommes dans le même état d’esprit :
les avions doivent rester vivants le plus longtemps possible. », explique Jürg Studer. Et ce n’est pas le dynamisme
qui fait défaut aux acteurs de ce musée. Placés devant
chaque avion, des panneaux d’expositions, entièrement
remodelés, fournissent des indications sur les données
techniques de l’aéronef, son histoire, avec une partie plus
ludique pour les enfants et, au centre, un écran tactile diffusant une interview d’un pilote racontant une anecdote
personnelle. « Nous tenions à mettre davantage les pilotes
en avant ». Dans cette même perspective, les équipes ont
aménagé une exposition temporaire, l’Espace des Pionniers,
dédiée à des personnalités marquantes de l’aviation militaire. Renouvelée chaque année, l’exhibition met actuellement en lumière les pilotes engagés dans les combats
aériens durant la seconde guerre mondiale.
Passions
Il est loin, le temps où une poignée de pilotes de l’escadrille
5 investissaient une ancienne menuiserie d’Arnex-sur-Orbe
pour y stocker un Venom, un Hunter et un réacteur. Pour la
plupart, ces passionnés de la première heure font encore
partie de l’aventure et continuent à faire vivre le musée Clin
d’Ailes que l’on connaît aujourd’hui. Leur ferveur commune
a trouvé dans cet agrandissement un nouvel élan. L’avenir
s’annonce radieux tant les idées fusent : « On dispose d’archives que nous aimerions présenter au public, de nouvelles
machines vont prochainement faire leur entrée au musée et
nous comptons encore augmenter l’interactivité avec les visiteurs par des innovations technologiques et la création d’événements ponctuels», confie notre interlocuteur.
GCH n
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  13
Agility, transports aérien, maritime et
terrestre de marchandises: une affaire de
qualité, de compétence et de logistique.
Tél. +41 (0) 22 717 87 00
TRANSPORTS INTERNATIONAUX
AERIENS ET MARITIMES
Halle de Fret 5
1211 Genève 5 Aéroport
Transports Internationaux
Agence en douane
Tél. : + 41 (0) 22 709 50 00
Fax : + 41 (0) 22 709 50 01
www.dhl.com
01280 PREVESSIN-MOENS - B.P. 19 - FRANCE
Tél. 04 50 40 74 55 - Fax 04 50 40 87 39
www.transport-muller.com · [email protected]
www.agilitylogistics.com
TRANSPORTS INTERNATIONAUX
Transport-J-Muller-oct-2013.indd 1
09.10.2013 10:38:03
Rue Emma-Kammacher 8
CH 1217 Meyrin 2
www.ritschard.ch
Tél: 022 827 76 00
Fax: 022 343 76 02
E-mail: [email protected]
Aéroport de Cointrin
Fax: 022 798 67 78
Tél: 022 798 77 00
E-mail: [email protected]
Agence en douane
Kintetsu-GCP-2013.indd 1
14.06.2013 09:16:26
Transports internationaux
Groupe Ritschard S.A.
Tél:
Tél:
Fax:
E-mail:
Fracht-2014.indd 1
05.03.2014 13:20:57






SPECIALISTE DU DEDOUANEMENT
INTRACOMMUNAUTAIRE
REPRESENTATION FISCALE
Aérogare Fret
Secteur France
B.P. 1061
1211 Genève 5 - Aéroport
Internet: www.ritschard.ch



+33 (0) 450 40 13 70
+41 (0) 22 404 48 80
+41 (0) 22 404 48 84
[email protected]
Lamprecht Transports SA
Aérogare fret
Case postale 1072
1211 Genève 5 Aéroport
T +41 22 798 77 88
F +41 22 798 70 44
www.lamprecht.ch
Le Transitaire du monde
de l’horlogerie et de la bijouterie
NV Log S.A.
Freight building 5 - Office 103 - P.O. Box 1117
CH-1211 Geneva 5 Airport
Tel. +41 22 817 40 90 - Fax +41 22 817 40 99
www.nvlogistics.com
Sans titre-2 1
8, chemin de l’Emeraude
CH-1214 Vernier
Tél. : +41 22 929 7100
Fax : +41 22 788 1545
[email protected]
14  1GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
Sans titre-1
05.03.2014 13:16:16
04.03.2015 13:33:46
Véron Grauer SA
Halle de Fret 4
Discrétion
CH -1211 Genève 5 Aéroport
Sécurité
Tél. : + 41 22 709 51 93
Flexibilité
Fax : + 41 22 709 51 39
Confidentialité
[email protected]
Service sur mesure
www.verongrauer.com
Transitaires
Le rôle et l’importance du fret et des
transitaires dans l’aviation commerciale
Le fret aérien, ce « client qui dort » ainsi qu’il est parfois nommé à tort (parce qu’un colis ne réagit pas
directement lorsqu’il est victime d’un problème d’acheminement) est primordial pour la bonne santé
financière de la plupart des compagnies aériennes actuelles.
Genève Aéroport est desservi par
plus de 40 compagnies aériennes
pouvant offrir des capacités cargo en
direct sur la majorité des destinations
européennes, du Moyen-Orient et
même d’Outre-Mer comme New York,
Newark, Toronto ou Beijing.
Cette palette de choix donne la possibilité aux transitaires d’avoir une offre
pour leur clientèle, adaptée au besoin
du marché, tenant compte des prix et
délais d’acheminement en fonction
de la sensibilité des produits.
Le plus remarquable est le pari gagné
par Genève Aéroport qui - malgré la
présence d’easyJet pour l’offre au
niveau passager mais qui n’accepte
pas de cargo pour des questions de
stratégie commerciale - a réussi à attirer autant de compagnies permettant
aux transitaires et, par voie de conséquence, à l’industrie franco-valdogenevoise (voire plus lointaine), d’être
rapidement reliée au monde entier.
N’oublions pas non plus les importations qui nous permettent, entre
autres, de trouver dans nos magasins
préférés, les produits frais que nous
avons pris l’habitude de consommer
tout au long des saisons.
permettant à ceux qui le pratiquent
d’avoir la possibilité d’être en contact
avec le monde entier.
En effet, les Compagnies aériennes,
maritimes et terrestres ainsi que les
réseaux mondiaux de transitaires
constituent un « terrain de jeu » idéal
pour qui souhaite s’investir dans un
métier ouvert sur le monde.
La contribution du fret pour une
compagnie peut varier de 10% à 25 %
en fonction de sa capacité en soute.
A titre d’exemple, le vol Swiss entre
Genève et New York ne serait pas
rentable sans lui.
L’apprentissage, en l’absence actuelle
d’une voie plus académique en
Suisse, reste le meilleur choix pour
devenir transitaire, raison pour
laquelle la plupart des membres de
SPEDLOGSWISS ROMANDIE sont formateurs d’apprentis.
Faisons bouger le monde ensemble
Tel est le message délivré par SPEDLOGSWISS, l’Association faîtière suisse
des transitaires, à l’intention des
jeunes (et moins jeunes) désireux de
s’investir dans un métier passionnant
Ainsi qu’il est souvent défini,
l’architecte du transport ou l’agent
de voyage des marchandises, à une
époque où la mondialisation n’est
plus à démontrer, a un futur tout
tracé !
Alors, intéressé ou tout simplement
curieux, n’hésitez pas à visiter
le site des transitaires romands
www.transitairesromands.ch
n
G. Vigorito, Membre du comité de l’AGC
et Président de la Commission fret avion
de SPEDLOGSWISS ROMANDIE
G. Duchesne, Vice-président de l’AGC
Quelques chiffres* :
Fret avionné au départ de Genève :
30’283 tonnes de janvier à fin août
2015 (8 mois), soit 70,7% du fret total.
Fret camionné au départ de Genève
sur les différents Hub européens :
12’551 tonnes à fin août 2015, soit
29,3% du fret total.
Pour rappel, le tonnage global du
fret pour l’année 2014 (12 mois) était
de 74’739 tonnes.
*source Aéroport de Genève
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  15
AIG Aéroport International Genève
Bâtiment amortisseur bruit
STRUCTURE-FACADES METALLIQUES
www.sottas.ch
gva 2015.pdf 1 08.10.2015 15:51:42
T ingénierie sa
ingénieurs civils
epf sia usic
Passion et Créativité au service de Vos Projets
C
M
J
CM
AIG Aile Est - Genève
CMJ
N
Troisième traversée du Bosphore - Istanbul, Turquie, Ouvrage mixte ferroviaire et routier, portée 1’408 m - Conception et études d’exécution
t + 41 22 716 08 00
f + 41 22 716 08 99
www.T-ingenierie.com
gva @T-ingenierie.com
Pont sur la base nautique - Rabat Maroc
CJ
quai du Seujet 18
cp 5139
CH 1211 Genève 11
MJ
Boutiques online
www. fleuriot.ch
“élégance florale”
16  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
26 Corraterie / 1204 Genève
Tél +41 22 310 36 55
Nos boutiques 7/7
aéroport Cointrin / gare Cornavin
Environnement
Silence, moteur,
on tourne les turbines
d’une imposante charpente métallique arrimée à un socle en béton.
Une fois stationné sous cette toiture,
l’avion y sera calfeutré derrière des
panneaux mobiles percés de milliers
de petits trous et habillés de laine de
verre qui absorberont les particules
sonores. À l’entrée, une immense
plaque de métal manœuvrée par
des vérins viendra se dresser à l’arrière de l’avion et déviera le son et
le souffle des réacteurs vers le haut.
Le bruit à l’extérieur, diminué d’une
vingtaine de décibels en fonction
des vents, sera pour une part dirigé
vers le Grand Hangar dédié à la maintenance des avions, lequel dressera
une barrière supplémentaire pour
contenir le bruit dans l’enceinte de
l’aéroport.
À l’extrémité ouest de la plateforme, en face du Grand Hangar dédié à la maintenance des
avions, une infrastructure sort
de terre. Le nouvel amortisseur
de bruit va permettre de pratiquer des essais moteurs en
toute discrétion.
Comme sur un plateau de cinéma,
une équipe s’agite, fignole, affine. Il
faut aller vite, le décor doit être opérationnel dès le début de l’année 2016.
Les coulisses sont encore visibles,
mais l’œuvre dévoile déjà son caractère monumental. Fellinien, l’amortisseur de bruit accueillera les essais
moteurs des avions jusqu’à trente-six
mètres d’envergure, principalement
pour les compagnies easyJet, Swiss et
Etihad Regional basées sur la plateforme genevoise, ainsi que quelques
appareils des compagnies privées.
Des ménagements
Sitôt qu’un avion a subi des interventions de maintenance et avant
de reprendre le chemin des airs,
il doit être soumis à des essais
moteurs à pleine puissance durant
une quinzaine de minutes. Jusqu’au
printemps de cette année, les tests
étaient effectués en plein milieu du
tarmac, sur la position 19 alors dédiée
au parking d’avions gros-porteurs.
Le chantier de rénovation du réseau
souterrain d’alimentation des positions en kérosène ainsi que les futurs
travaux de construction de l’Aile Est
ont entrainé un déménagement de
ces essais, désormais effectués sur
les baies d’attente, aux extrémités
de la piste. Le deuil de la position
19 a rapidement été fait par les opérationnels de la plateforme. « Cette
position posait des problèmes de
sécurité, le vent des moteurs soufflait directement sur le tarmac. Le
projet de l’Aile Est n’a fait qu’accélérer la construction de l’amortisseur
de bruit. Aujourd’hui, tous les grands
aéroports disposent d’une telle
», développe Nicolas
infrastructure. Janin, le chef du projet pour Genève
Aéroport.
Un toit solide
Pouvant accueillir des avions de
code C, soit l’envergure d’un A320,
l’amortisseur de bruit est composé
« Dans ce projet, l’inclinaison et le
positionnement du bâtiment sont
d’une importance majeure pour éviter que les habitations riveraines à
l’aéroport ne soient exposées. Nous
avons décidé de le situer près du
Grand Hangar pour cette raison ainsi
que par souci environnemental : si
l’amortisseur de bruit avait été situé
loin des places de maintenance,
le déplacement des avions aurait
engendré davantage de bruit et
d’émissions de gaz. », ajoute Sophie
Meisser, cheffe de l’équipe Environnement de Genève Aéroport.
L’édifice sera en outre recouvert d’une
peau de panneaux photovoltaïques et
d’un système d’évacuation des eaux
usées : l’espace permettra ainsi un
lavage complet des avions. L’amortisseur de bruit constitue un élément
important de la politique de Genève
Aéroport, qui ambitionne de limiter
au maximum son empreinte écologique sur l’environnement. Cette installation est devisée à quelque 15 milGCH n
lions de francs.
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  17
Le partenaire privilégié des communes
M A Î T R E
I M P R I M E U R
1 8 9 6
et entreprises pour la gestion
HR UV & Offset digital
des matières recyclables
Technologies exclusives en Suisse romande
et des déchets
[email protected] - t + 41 22 719 13 13 - atar.ch
0800 801 901
SRS Swiss Recycling Services SA
Agence de Vernier
Chemin Grenet, 22
1214 Vernier
[email protected]
Rosset & Cie
Rue des Charmilles 28
Case postale 518
1211 Genève 13
t. +(41) 22 339 39 39
www.rosset.ch
Récupérer, trier, pour valoriser
GRAND SACONNEX
A LOUER
Route de Ferney 211
Le Groupe BAREC, des spécialistes du recyclage,
pour toujours mieux vous servir!
Bureaux neufs
1 surface d’environ 325 m2
- Complexe administratif de très bon standing
- A proximité immédiate des axes autoroutiers et de l’aéroport
- Bureaux lumineux bénéficiant d’une belle vue
- Située au 3ème étage
- Surfaces aménageables au gré du preneur
Rue De-Turrettin 7
(Desserte n° 11C)
CH − 1242 Satigny-Genève
Case postale 442 − 1214 Vernier
Tél. +41 22 341 44 00
[email protected]
Rue De-Turrettin 7
(Desserte n° 11C)
CH − 1242 Satigny-Genève
Case postale 442 − 1214 Vernier
Tél. +41 22 341 50 77
[email protected]
Siège social
Rte des Jeunes 57
Case postale 1449
CH − 1227 Carouge-Genève
Tél. +41 22 343 77 60
[email protected]
Emplacements de parking extérieurs - descriptif des locaux sur demande
Disponibilité: de suite
Renseignements et visites:
Isabelle Theiventhiram - 022 339 39 79 - [email protected]
Récupérer, une seconde nature
www.barec.ch
Sedelec SA
Rue Blavignac 1
1227 Carouge
+41 22 869 80 00
www.sedelec.ch
18  GENEVE - COINTRIN PANORAMA N° 98
VOTRE EXPERT EN ÉLECTRICITÉ
Le spot
Nid d’oiseaux
Voici trente ans que Jean-Luc Altherr allie la photographie à son travail à l’aéroport. Durant toutes ces années, ses deux
passions lui ont permis de construire une photothèque presque illimitée de la plateforme genevoise. Celui qui contrôle,
aujourd’hui, le déplacement des avions sur le tarmac depuis la tour AMS perchée au-dessus de l’aérogare, nous livre en
images quelques souvenirs récents et moins récents.
n
Le MD -11 Cargo de Luf
Vol ambulatoire de
thansa à destination d’A
la compagnie privé
lger. 28 septembre 2015
e Motor Sich. 29 sep
tembre 2015
Brussels Airli
nes fête le 10 ème
de la naissa
0 annivers
nce d’Hergé
aire
sur un A320
. 22 avril 2015
Le Boeing 377 Super Guppy avec à son bord le bateau
UBS Switzerland. 4 février 1985
Demande d’adhésion à l’Association en faveur de l’Aéroport de Genève-Cointrin
Je soussigné désire m’inscrire à titre de
Membre individuel cotisation annuelle : CHF 50.- Membre Collectif cotisation de base : CHF 250.-
Raison sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Représenté par. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Profession. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Signature. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
A retourner à :
Association Genève-Cointrin, p.a Chambre de commerce, d’industrie et de service de Genève 4, bd du Théâtre, CP- 5039, 1211 Genève 11
Ou à l’aide du formulaire en ligne sur notre site internet www.agc-gva.ch/home/adhesion.html
N° 98 GENEVE - COINTRIN PANORAMA  19
gva.ch/e-services