catalogue de la vidéothèque d`acquisition / 2009

Commentaires

Transcription

catalogue de la vidéothèque d`acquisition / 2009
L E S R E N C O N T R E S D U D O C U M E N TA I R E A F R I C A I N
1
LOU MA
1
C ATALOGUE DE L A VIDÉO THÈQUE D’ACQUISITION / 2009
présenté par
+33 4 75 37 93 51
[email protected]
un programme pour le développement du cinéma documentaire africain
w w w . a f r i c a d o c . n e t
Imaginez vous dans dix, vingt, cinquante ans, deux siècles, en train
de relire ces lignes, de feuilleter ce programme, vous ou quelqu’un
d’autre.
Vous vous direz certainement que le monde appartient décidément
à ceux qui y croient.
Car en ce début de troisième millénaire, il fallait une bonne dose de
conviction et d’anticipation pour bâtir un rendez-vous des
professionnels du film documentaire africain en Afrique. Et il en
fallait tout autant quand on était Canadien, Brésilien, Européen, pour
venir repérer des auteurs et des films africains à Saint-Louis du
Sénégal.
Pourtant, à y regarder de plus près, ce n’était déjà que la suite
logique d’un phénomène propre au 21ème siècle, le métissage des
peuples et l’avènement des civilisations de l’image.
On n’en mesurait d’ailleurs pas encore vraiment tous les effets, et
surtout les modifications que cela opérerait dans ce qui faisait la
spécificité de l’espèce humaine, la transmission de l’expérience et
de la mémoire.
On ne le mesurait pas, car il est toujours difficile de juger les choses
quand elles sont en train de se produire.
Néanmoins, en ce mois de juillet 2009, les organisateurs et les
participants au LOUMA de Saint-Louis du Sénégal pensaient que le
documentaire, en tant que genre instruisant et documentant le
monde, avait et aurait un rôle capital dans les sociétés de l’image.
Cette pensée était pour quelques uns une conviction, pour certains
une intuition forte, et enfin, pour d’autres, une attitude pragmatique
pour répondre à la demande d’un public toujours plus nombreux qui
voulait des nouvelles du monde tel qu’il était, « le vrai monde », pas
forcément celui de l’actualité.
Ainsi était, et est le LOUMA de Saint-Louis du Sénégal. On peut y
voir et y acheter les documentaires africains d’aujourd’hui et
coproduire ceux de demain.
Un pari passionnant, nécessaire et un peu fou auquel chacun de
nous pourra plus tard dire en se moquant : « j’y étais ! ».
Imagine yourself 10, 20, 50, 200 years from now, yourself or
anybody else reading this text and leafing through this programme.
You’d most likely be thinking that the world belongs to those who
do have faith in something.
At the start of the third millennium, a certain amount of conviction
and anticipation was required to create a gathering of African
documentary film professionals in Africa. And just as much of both
was also required for any Canadian, Brazilian or European
professional to participate and pick out African authors and African
films in Saint-Louis du Sénégal. However, considering it more
precisely, one would realize that this had already been the logical
follow-up of a trend belonging to the 21st century: the miscegenation
of people and the appearance of the civilization of images. At that
time, we had no clear idea yet of what would derive from all this,
nor of the changes that would occur in what is specific to mankind,
i.e. handing down experience and memory.
We couldn’t yet evaluate, as it is always difficult to evaluate things
while they are taking place.
However, in July 2009, both organizers and participants of LOUMA
in Saint-Louis du Sénégal thought that documentary cinema, a film
genre that educates people and documents the world, already had
and would further have a major part to play in societies of images.
Some of the Louma people were truly convinced, some had a
strong intuition, and the others simply had a practical attitude,
willing to supply an increasing demand by the public for information
about the world as it is, the “real world”, not necessarily the world
shown on daily news.
This is how LOUMA in Saint-Louis du Sénégal used to be and still
is. There, you can see and buy the African documentary films of
today and co-produce the films of tomorrow.
This is an exciting, important and somewhat crazy challenge about
which each of us will later be able to say: « I was there! ».
Welcome on the African documentary continent !
Bienvenue sur le continent documentaire africain.
2
Le Mot de l’OIF
A word from OIF
Dans le cadre de son programme ‘’IMAGE’’ et de l’activité de mise en
réseau des industries culturelles, l’Organisation Internationale de la
Francophonie (OIF), apporte son soutien à différentes structures qui
œuvrent dans le domaine de l’audiovisuel en général et de la production
en particulier.
En matière d’audiovisuel, l’OIF se place dans la perspective du
développement durable et de la consolidation d’une ‘’Filière Image’’ en
intervenant à tous les stades de sa vie : production, mise en marché,
exploitation, diffusion et sauvegarde numérique.
C’est pour cette raison que l’OIF est heureuse d’accompagner
‘’AFRICADOC’’, dont l’originalité de sa mission est la mise en commun
des expériences des uns, les experts, et la mise en situation des
apprenants, les autres, pour la présentation des projets en présence des
professionnels : (producteurs, diffuseurs et représentants institutionnels).
Ces rencontres ‘’Tënk’’ sont pour l'OIF une des voies qui assurent, à n’en
pas douter, la relève des professionnels de l'audiovisuel, qui offre des
occasions aux générations montantes du Cinéma et de la Télévision, des
outils pour des productions de qualité qui soient diffusées et distribuées en
Afrique !
Notre présence à cette manifestation est un signe d’encouragement et de
fidélité dans nos engagements. Il s’agit, d’aider et de soutenir les initiatives
qui visent la formation des jeunes, une préoccupation majeure dans nos
programmes de développement.
Within the framework of its own ‘’IMAGE’’ programme and of the networking
activity for cultural industries, the Organisation Internationale de la
Francophonie (OIF, Intern'l Organization of French-speaking countries),
supports various organizations that are working in the field of audiovisual
in general and of production in particular.
As far as audiovisual is concerned, OIF is operating with the objective of
sustainable development and of the consolidation of the ‘Image Sector’’,
by aiding all its development stages : production, commercialization,
distribution, broadcasting and digital saving.
This is the reason why OIF has the pleasure to accompany ‘’AFRICADOC’’,
entrusted with the specific mission of having the experts' experience
confronted to the learners' situation scenario, for the presentation of
projects to professionals : producers, distributors/broadcasters and
representatives of official organizations.
These ‘’Tënk’’ meetings are considered by OIF to be undoubtedly one of
the ways to create a new generation of audiovisual professionals, by
offering newcomers in the field of cinema and TV the appropriate opportunities
and tools necessary for making quality productions that will be shown and
sold in Africa !
Our participation in this event is meant to be a sign of continuous support
and commitment. The goal here is helping and supporting programmes
that at geared to training the young generation, which is a major concern
in our development programmes.
Paul-Charlemagne COFFIE
Responsable de Projets de Coopération, Chargé du Secteur Télévision
Paul-Charlemagne COFFIE
Head of the Co-operation Projects Dpt, in charge of TV
Le cinéma est un art d'une incroyable richesse qui offre la possibilité de
témoigner. C'est aussi l'art de l'altérité et du dialogue interculturel, qui offre
au monde de demain, les regards d'hier et d'aujourd'hui.
Cinema is an art of incredible richness that offers the possibility of giving
testimony. It is also the art of otherness and of the dialogue between
cultures, that offers to tomorrow's world, yesterday's and today's way of
looking at things.
Nous le savons, des peuples qui, aujourd'hui, ne produisent pas d'images
sur leur vécu et leur identité risquent de devenir des peuples sans mémoire.
La Région Rhône-Alpes a pleinement conscience des enjeux que
représente la transmission des images. C'est pour cela que notre
collectivité s'est engagée, dans le cadre de ses politiques culturelles et
internationale, à aider, par la formation, le documentaire de création africain
francophone. Cet engagement se manifeste par un soutien au vaste
programme de formation, "AFRICADOC", qui vise, notamment, à favoriser
l'émergence d'un véritable tissu de créateurs et d'industries culturelles en
Afrique de l'Ouest et plus largement dans le monde francophone.
À travers ce soutien, la Région Rhône-Alpes s'engage pour que vive la
diversité des représentations documentaires et cinématographiques du
monde.
Jean-Philippe BAYON
Vice-Président délégué à la solidarité internationale et à la coopération décentralisée
As we well know, populations that do not produce images dealing with their
own experiences and identity today might forget their own culture. The
Rhône-Alpes Region is deeply aware of what is at stake in handing-down
images. This is why our organization, within the framework of its cultural
and international policies, is committed to bringing aide, by means of
training courses, to the French-speaking African documentary cinema. This
commitment manifests itself through supporting a comprehensive training
programme, "AFRICADOC”, which aims more particularly at developing a
true network of creative artists and the cultural industry in West Africa, and
more widely in the French-speaking world.
This support by the Rhône-Alpes Region demonstrates how committed we
are to making the expression of the world's diversity in documentary and
cinema representations possible.
Jean-Philippe BAYON
Vice-Chairman, in charge of Intern'l Solidarity and De-centralized Co-operation
3
Ministère de la Culture et de la Francophonie du Sénégal
Mot de Monsieur Serigne Mamadou Bousso LEYE
Ministre de la Culture et de la Francophonie du Sénégal
Saint-Louis du Sénégal, Ville d’accueil et de Téranga, terre de cinéma, pour la seconde fois, ouvre large ses portes aux Rencontres Tenk de Coproduction
du Documentaire Africain / Africadoc.
Cette rencontre consolide le partenariat entre le Ministère de la Culture, la région Rhone-Alpes, celle de Saint-Louis du Sénégal et la Mairie de la ville de
Saint-Louis. Ce n’est que Reconnaissance, si cette manifestation décide de s’implanter durablement à Saint Louis, puisque, trois des quatre pères fondateurs
du Cinéma Africain au Sud du Sahara sont Saint Louisiens de naissance ou d’adoption. Je veux parler de Mamadou SARR, Jacques Mélo KANE et Robert
CARISTAN qui, avec Paulin Soumanou VIEYRA au sein du groupe Africain de Cinéma crée à Paris sont venus tourner, en 1956, dans cette ville de Saint
Louis, leur premier film en terre africaine dont le titre est « Mol » (le pêcheur).
Comment ne pas rappeler, les films de grande facture que sont « Coup de torchon » de Bertrand TAVERNIER, « les caprice du fleuve » de Bertrand GIRODEAUX qui ont choisi pour décor notre illustre Ville. C’est aussi l’occasion de rendre hommage au défunt père Jean VAST créateur et animateur à Saint Louis
de « Unir Cinéma », la première revue de cinéma en Afrique de l’Ouest. Il a légué une riche documentation sur le septième Art Africain et mondial.
La ville et son Université Gaston Berger abritent le master 2, réalisation documentaire de création, pôle d’enseignement, de production et d’échange.
L’Innovation cette année sera le « Louma » avec la collection « Lumière d’Afrique » qui signe l’émergence d’une génération de documentaristes africains. Les
petits ruisseaux finissent toujours par former un grand fleuve. L’addition Master 2, Louma, Séminaire sur le documentaire doit nécessairement donner comme
résultat dans le futur, la création d’un Festival documentaire à Saint Louis. Je renouvelle toute ma disponibilité de faire du Sénégal et de Saint Louis le centre
de rayonnement du film documentaire, un lieu d’approvisionnement des télédiffuseurs.
Bon séjour à nos hôtes
M O T D U P R ES ID E N T D U C ON S E I L R ÉGIONAL DE SAINT-L OUIS
La Région de Saint-Louis accueille, du 02 au 09 juillet 2009, le Louma et les Rencontres Tënk, devenant pendant ces 8 jours le point de convergence du film
documentaire africain.
Le Conseil Régional de Saint-Louis, en partenariat avec la Région Rhône-Alpes et l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, soutient le développement du
premier Master 2 de « Réalisation documentaire de création » africain crée en 2007 à Saint-Louis.
Nous portons donc un regard attentif et confiant sur la mise en place du « Louma », qui signifie en Wolof « marché exceptionnel » et les rencontres Tënk,
terme qui veut dire « résumé ».
Ces deux événements devraient permettre de développer un des secteurs de notre industrie audiovisuelle : la distribution des films documentaires africains
en Afrique.
Les rencontres documentaires de Saint-Louis constituent un enjeu fort pour notre région, pour nos populations et pour notre industrie audiovisuelle naissante.
En effet, en développant de pareilles initiatives, les populations auront accès aux films qui concernent leur environnement, leur milieu, leurs vies. C’est là une
portée à la fois pédagogique, éducative, culturelle et économique.
Puisse le travail accompli trouver la voie du succès !
Pour ma part, je m’engage en tant que président nouvellement réélu, d’accompagner cet annuel qui doit s’inscrire dans la durée et prendre rang parmi les
grands rendez-vous de l’audiovisuel africain.
Je souhaite, au nom de l’assemblée régionale que j’ai l’honneur de diriger, la bienvenue à tous les participants et plein succès au Louma et au Tënk.
4
La ville de Saint-Louis, qui commémore, cette année, ses
350 ans d’existence, sera, du 02 au 09 juillet, la capitale du
cinéma documentaire africain, lieu de convergence de
l’audiovisuel et du documentaire.
The city of Saint-Louis is commemorating this year 350 years of existence
and will be, from July 2nd to July 9th, the capital of African documentary
cinema, a place where audio-visual and documentary converge.
Ces Rencontres Documentaires de Saint-Louis (RDS), constituent, à n’en
pas douter un « Rendez-vous du Donner et du Recevoir », thème si cher
à Léopold Sedar SENGHOR, mais aussi, et surtout, une opportunité pour
nos populations de faire connaissance avec des réalisateurs et producteurs
venant d’horizons divers.
The event Rencontres Documentaires de Saint-Louis, in brief RDS,
(Documentary Conference of Saint-Louis), is undoubtedly a “Meeting place
for Giving and Receiving”, a topic cherished by Léopold Sedar SENGHOR,
but also and foremost, an opportunity for our local populations to get to
know directors and producers from various backgrounds.
La formule originale des RDS, articulé autour de deux vocables empruntés
à la langue ouolof : TËNK et LOUMA, permettra aux jeunes réalisateurs,
producteurs, et acheteurs de films, de présenter leurs projets et /ou
d’acquérir des films documentaires africains ou sur l'Afrique déjà réalisés.
The original concept of RDS, based on two terms borrowed from the Wolof
language: TEUNK and LOUMA, will allow young film directors, producers
and buyers to present their projects and/or to purchase already achieved
African or Africa-related documentary films.
La ville de Saint-Louis dont je m’honore d’être le Maire, depuis les élections
locales du 22 mars, s’engage à inscrire ces rencontres dans son agenda
culturel et à y jouer un rôle d’acteur déterminant grâce à un partenariat
dynamique avec les organisateurs.
The city of Saint-Louis, of which I have been the proud Mayor since last
local election on March 22, is committed to putting this event on its cultural
agenda and to playing a major part in setting it up, thanks to the dynamic
partnership with the organizers.
Au nom du Conseil Municipal, je souhaite la bienvenue à nos hôtes.
In the name of the City Council, I would like to greet and welcome our
guests.
Cheikh Mamadou Abiboulaye DIEYE
Cheikh Mamadou Abiboulaye DIEYE
5
Mot de bienvenue du Pr Baydallaye Kane Directeur de L’UFR de Lettres et Sciences Humaines Université Gaston Berger / Saint-Louis du Sénégal
Au nom du Recteur de l’Université Gaston Berger, au nom de toute la
communauté universitaire de Saint-Louis et en mon nom propre, je
souhaite la bienvenue à toutes et à tous à l’occasion du Louma, organisé
dans notre ville, votre ville.
Le choix de Saint-Louis pour y tenir, chaque année, les rencontres
internationales autour du cinéma documentaire est plus que judicieux. En
effet, ville très tôt ouverte sur le monde, Saint-Louis jouit d’une richesse
historique et culturelle inestimable du fait du brassage séculaire de cultures
autochtones et de cultures étrangères qui ont considérablement façonné
cette ville, ce qui lui vaut d’être classée au rang de patrimoine historique
mondial par l’UNESCO. Bastion culturel de la Téranga, cette fameuse
hospitalité qui, partout dans le monde, confère à notre pays un cachet
distinctif, Saint-Louis a également la particularité, du fait de la présence
ancienne d’une population française regroupant des colons et des
missionnaires catholiques, d’être l’une des toutes premières villes d’Afrique
francophone à abriter une projection cinématographique dès le début du
20ème siècle.
En permettant la rencontre entre réalisateurs africains et producteurs locaux et étrangers pour la présentation de projets filmiques en vue de la
recherche de leur financement, de leur production et de leur diffusion, je
reste persuadé que le Louma sera bénéfique aux différentes parties
prenantes du documentaire africain.
Le documentaire africain, faudrait-il le rappeler, est à la croisée des
chemins de son évolution :
- se bonifier à travers un cadre de réflexion, d’échanges et d’action tel que
le Louma
- ou sombrer dans la léthargie, ce qui exposerait davantage les sociétés
africaines aux risques d’uniformisation culturelle liés à ce qu’on appelle,
aujourd’hui, la Société mondiale de l’information dont le contenu est
largement le fait des pays occidentaux compte tenu de leur suprématie au
plan technologique.
Je ne saurais terminer sans dire un mot sur l’intérêt que représente le
Louma et les opportunités qu’il offre aux étudiants du Master Réalisation
Documentaire de Création de l’UGB. Premier contact réel avec le monde
professionnel, le Louma est une occasion très importante pour eux de
défendre leurs projets de film pour financement et de trouver, avant leur
sortie, des partenaires potentiels, des producteurs, etc.
A word of welcome from Pr Baydallaye Kane Head of the Faculty of Literature and Human Sciences Gaston Berger University, Saint-Louis du Sénégal
On behalf of the Chief Education Officer of Gaston Berger University, on
behalf of the whole community of the University in Saint-Louis and in my
own name, I would like to welcome you all on the occasion of Louma taking
place in our city, your city. Choosing Saint-Louis as the location of the
yearly International Conference on Documentary Cinema is more than
judicious. As a city that already in a remote past was open to the world,
Saint-Louis possesses an outstanding historical and cultural heritage, due
to the fact that for centuries native and foreign cultures intermingled and
cross-fertilized, thus molding the city to what is today: a UNESCO World
Heritage Site. A cultural bastion of Teranga, this specific way of being
hospitable that everywhere in the world has conferred to our country a
distinctive style, Saint-Louis also bears a special feature: It was one of the
very first cities in the French-speaking part of Africa that hosted films shows
as early as the beginning of the 20th century, since there had long been
French people living there, were they settlers or Roman Catholic
missionaries.
By having African film directors meet with local and foreign producers, by
having film projects presented with the aim of having them financed,
produced and shown, Louma will benefit all partners in the field of African
documentary cinema: This is something I truly believe.
Should we here remind that African documentary cinema stands right now
at a crucial point of its development, as it may :
- either improve, thanks to a framework set for reflection, exchanges and
action, and this is what Louma is,
- or drift into lethargy, which could result in having African societies
subjected to cultural standardization produced by what is called today the
Global Information Society, as contents are mainly determined by Western
countries because of their technological superiority.
I cannot end this speech without stressing how important Louma is for the
UGB students in ”Directing Creation Documentary films”, Master-2, in terms
of concrete opportunities. Louma is their first real contact with genuine
professionals, hence a major opportunity for them to stand up for the
funding of their film projects and to find before the end of their studies
potential partners, producers, etc.
We wish you a pleasant stay in Saint-Louis and full success to the
Conference !
Bon séjour à Saint-Louis et plein succès à ces rencontres.
Pr Baydallaye KANE
Pr Baydallaye KANE
6
AFRICADOC - ORTM,
partenariat pour un objectif commun.
Dès sa première participation au Tënk à Gorée en 2004 en sa qualité de
« chaîne publique diffuseur », l’Office de la Radiodiffusion Télévision du
Mali (ORTM) s’est engagé à soutenir et à accompagner le programme
de développement du documentaire africain, AFRICADOC.
Le concept AFRICADOC s’est indiscutablement affirmé au fil des éditions.
En favorisant l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes par la
formation, l’encadrement et le suivi en y associant tous les acteurs de ce
secteur (producteurs, diffuseurs, institutions internationales), AFRICADOC
se révèle être, pour nous télévisions publiques, la réponse à une
préoccupation majeure : acquérir des documentaires de qualité sur
nos réalités socioculturelles vues par la jeune génération africaine
de réalisateurs. C’est pourquoi l’ORTM, qui a toujours développé une
stratégie d’appui aux producteurs et réalisateurs nationaux, est un des
partenaires constants d’AFRICADOC. Déjà, la qualité des œuvres de la
première « couvée » augure de la dynamique professionnelle et novatrice
qui sera insufflée à ce secteur. L’instauration cette année d’un nouveau
rendez-vous, le LOUMA, une vidéothèque d’acquisition de documentaires
africains, est édifiant.
Sidiki N’fa KONATE / Directeur général
AFRICADOC - ORTM,
a partnership for a common purpose.
Since 2004, when participating for the first time in the Tënk at Gorée, the
Mali Radio & TV Corp. (ORTM) has been committed, as a « public TV
channel & broadcaster», to supporting and accompanying the programme
for the development of African documentary cinema, AFRICADOC.
The AFRICADOC concept has undoubtedly gained substance in the
course of time. Because it has promoted the development of a new
generation of filmmakers thanks to training, assistance and follow-up; and
because it has involved all professionals of this sector (producers,
distributors & broadcasters, international organizations), AFRICADOC has
turned out to be, for us public broadcasters, the appropriate answer to one
of our major concerns: purchasing quality documentary films that deal
with our present social and cultural conditions, as observed by the
young African generation of directors. This is why ORTM, that has
always developed a strategy to support our national producers and
directors, has uninterruptedly been a partner of AFRICADOC. The first
« brood’s » quality works are already good omens for the innovative
professional dynamics that will pervade this sector. The creation of this
year’s new event, LOUMA, with the purchase video library of African
documentary films, is edifying.
Sidiki N’fa KONATE / Directeur général
Radio Télévision du Burkina Faso
La Radio Télévision du Burkina Faso a toujours été sensible aux initiatives
permettant l'éclosion de talents dans le domaine de l'audiovisuel. Les
Rencontres Internationales du Documentaire Africain s'inscrivent dans cette
logique et nous saluons l'esprit qui sous-tend cette manifestation
d'envergure. L'Afrique est très souvent dépeinte par le truchement de
stéréotypes, de clichés, que l'on reproduit à satiété : conflits armés,
maladies, pauvreté, malnutrition, etc. Loin de nous d'en vouloir à ceux là
qui présentent le continent sous cet angle misérabiliste. Ils sont sans doute
de bonne foi, mais ils ne peuvent exprimer que ce qu'ils ressentent en tant
qu'Occidentaux. Le positionnement de réalisateurs Africains dans les
starting blocks permettra sans doute de gagner la course de fond qui
permettra, grâce à l'audiovisuel, de présenter un autre visage du continent.
Le Louma en cela fédère les énergies et donne l'occasion aux médias sur
le continent de faire de bonnes emplettes, en terme d'acquisitions de
programmes.
The Radio and TV Corp. of Burkina Faso
The Radio and TV Corp. of Burkina Faso has always appreciated any
initiative that makes the birth of talents in the field of audiovisual possible.
The International Conference of African Documentary Cinema is in line with
this attitude and we welcome the willpower underlying the setting up of
such large-scale event. Africa has very often been depicted by means of
stereotypes and clichés, repeated ad nauseam: armed conflicts, diseases,
poverty, malnutrition, etc. We are far from resenting those who portray our
continent by concentrating on sordid aspects. They are probably bona fide
authors, but they can only express their feelings as Westerners. The fact
that African filmmakers are now in the starting blocks will most likely help
win this long-distance race, which in turn will allow presenting, thanks to
audiovisual works, another image of the continent. Louma is the place
where these driving forces will converge and the media of our continent
will be provided with the opportunity of purchasing programmes.
Long life to the International Conference of African Documentary Cinema.
Bon vent aux Rencontres Internationales du Documentaire Africain.
Pascal Thiombiano, Manager, TV Burkina
Pascal Thiombiano, Directeur TV Burkina
7
ARTE
La chaîne culturelle européenne
ARTE
the European culture channel
Lancée le 30 mai 1992 par la France et l’Allemagne, ARTE a pour mission
« de diffuser des programmes ayant un caractère culturel et international ».
Ouverture et qualité sont les premières caractéristiques de sa ligne
éditoriale. Chaîne de la création, ARTE s’attache à donner une dimension
particulière et exigeante aux différents genres de la télévision. Elle diffuse
sur toute l’Europe, en français et en allemand, des programmes du monde
entier coproduits avec un vaste réseau de producteurs indépendants et
regardés par plus de 190 millions de spectateurs européens.
Launched on May 30, 1992 by France and Germany, ARTE has been
entrusted with the mission "of broadcasting programmes with a cultural and
international value». Open-mindedness and quality are major features of
its editorial line. As the creation network, ARTE makes every effort to
bestow to the various TV genres a specific, demanding dimension. It
broadcasts all over Europe, in French and in German, programmes from
the whole world, co-produced with a vast network of independent producers
and watched by over 190 million European viewers.
Depuis 2002, ARTE est présente sur le continent africain où elle est diffusée, par abonnement, sur Le Sat et Canal Satellite Horizons qui
couvrent l’Afrique subsaharienne francophone. L’Afrique est également
présente dans les choix artistiques de la chaîne qui a accompagné le travail
de grands réalisateurs tels Souleymane Cissé, Abderrahmane Sissako,
Samba Félix Ndiaye, Mahamat Saleh Haroun, Gahité Fofana, Newton
Aduaka, Khady Sylla et de nombreux autres. En 2008 et 2009, ARTE
Editions a édité deux coffrets Cinéastes africains qui abordent les grandes
œuvres cinématographiques du continent africain.
ARTE has been present on the African continent since 2002, broadcast via
subscription channels LeSat and Canal Satellite Horizons that cover the
French-speaking Sub-Saharan part of Africa. In the art choices made by
our network Africa is also present, as we have accompanied major
filmmakers like Souleymane Cissé, Abderrahmane Sissako, Samba Félix
Ndiaye, Mahamat Saleh Haroun, Gahité Fofana, Newton Aduaka, Khady
Sylla and numerous other in their film making. In 2008 and in 2009, ARTE
Editions has released two boxed sets entitled African Filmmakers that
address major cinema works of the African continent.
L’engagement d’ARTE auprès du Louma témoigne de son désir de
contribuer au développement d’une nouvelle génération de
documentaristes africains.
ARTE's commitment to Louma is a testimonial of the true desire to take
part in developing a new generation of African documentary filmmakers.
www.arte-tv.com
www.arte-tv.com
8
210 0 0 I N N O C E N T S / 210 0 0 I N N O C E N T S
SOCIÉT É / HI S T O I RE
SOCIET Y / HIS T ORY
KLAUS PAS
Au Libéria, trois anciens enfants soldats nous invitent à partager leur
vie et nous montrent comment il leur est difficile de réintégrer la société
d’après guerre. Dans leur lutte contre une discrimination dont ils ne
parlent que trop peu, ils se relèvent toujours, donnant l’exemple d’un
espoir qui sert de première brique à la reconstruction. Sam, ancien rebelle puis soldat de Taylor, a suivi le programme de réinsertion d’où il
est sorti avec son diplôme de couture. Aujourd’hui le travail est rare et
il poursuit son rêve de devenir footballeur.
Abraham n’a bénéficié d’aucun soutien. L’école n’était pas pour lui, les
formations non plus. Il vit devant la plage et travaille quand on veut
bien de lui.
Doris se réveille tard. Elle cuisine pour sa fille qui revient de l’école.
Elle la met au lit puis se maquille pour se prostituer au Florida Motel.
52 MN / 2008 / BETA NUM / SUISSE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
3 PETI TE S M A I S O NS / THREE LITTLE HOUSES
JEAN-FRÉDÉRIC DE HASQUES
In Liberia, three former child soldiers invite us into their lives, where we experience firsthand the challenges of their reintegration into post civil war society.
A former rebel turned soldier in the army of President Taylor, Sam graduated
from the reintegration program where he was trained as a tailor. But now, with
work hard to come by, he follows his dream of becoming a professional footballer.
Abraham’s conversion from military to civilian life has been more difficult. Unable to adjust to school or to jobs training programmes, he now lives near the
shore, working at odd jobs when he can.
Dorris wakes up late. She cooks for her daughter, due back from school. She
then puts her to sleep, makes herself up, puts on her best and goes to work as
a prostitute at the Florida Motel.
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Il était question pour moi de raconter la destinée d’une ville à travers
trois personnes qui représentaient une hypothétique classe moyenne
africaine. Lorsque le tournage a démarré, les trois personnages que
j’avais choisis étaient en train de construire. J’ai filmé cela en voyant
les scènes de construction comme des métaphores de leur construction
personnelle (chacun y construit avec les moyens qu’il a) et comme une
métaphore globale sur l’avancement d’une ville et de ses habitants.
My aim was to tell the story of a town by following three people who all belong
to an apparent African middle class. The three people I chose were all involved
in building projects when the production began, and as I filmed I viewed this as
a metaphor for their personal development (everyone builds with what they
have), and as a wider metaphor for the development of a town and its inhabitants.
48 MN / 2007 / DV CAM / BELGIQUE
[› Versions disponibles / Available versions :
- français / french
9
À L A Q U Ê TE D ’U N E VI E ME ILLE UR E /
DIEYNABA NDIAYE
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
C’est l’histoire de 3 adolescentes Maguatte, Fatou Kiné et Aida qui ont
connu des épreuves pénibles. Les deux premières ont eu une grossesse précoce à l’âge de 14 ans, et la dernière déscolarisée a failli
tomber dans ce même piège. Elles se retrouvent aujourd’hui dans un
centre appelé Action Femme Enfant (AFE) pour tenter de repartir sur
de nouvelles bases.
Ce film retrace leur quotidien dans ce centre qui les prépare aux dangers du monde extérieur à travers différentes activités dont l’apprentissage d’un métier qui sera dans un avenir proche leur gage d’une
autonomie financière
20 MN / 2009 / DV CAM / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
A FR I C A N PA RA D E / PARADE AFRIC AINE
SOCIÉT É / POL I T I Q UE
SOCIET Y / POLITICS
FILIPE ARAUJO
En accueillant la plus grande rencontre jamais réalisée entre la diplomatie européenne et 53 dirigeants africains - y compris de célèbres
dictateurs – l’exotique ville de Lisbonne devient le centre du monde.
Accompagnées par un spectacle médiatique énorme, l’Europe et
l’Afrique se rencontrent dans la capitale portugaise pour un week-end
chargé de démonstrations de puissance et de gloire. Pour la première
fois de leur histoire, les anciens colonisés se mettent eux-mêmes en
scène de manière ostentatoire, tels des pop stars, devant leurs anciens
colonisateurs. Filmé en coulisse, Parade Africaine propose un regard
différent sur ce type d’événements mondiaux et sur la ville de Lisbonne, territoire neutre où ceux qui bafouent les droits de l’homme
peuvent marcher côte à côte avec leurs victimes.
52 MN / 2008 / MINI DV / PORTUGAL - ESPAGNE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
As the stage for the biggest meeting ever held between European diplomacy
and 53 African leaders - famous dictators included -, the exotic city of Lisbon
becomes the centre of the world. Admidst a massive media spectacle, Europe
and Africa meet in the Portuguese capital for a weekend filled with displays of
power and glory. For the first time in history the ex-colonized display themselves
ostentatiously, like pop-stars, before their old colonizers. Filmed backstage,
African Parade provides an alternative perspective on these kinds of global
events and the city - Lisbon as a neutral territory where human rights transgresors and their victims will be able to walk side by side.
10
A FR I Q U E , L E S M É TIE R S DE L A RUE / AFRIC A , S TREET JOBS
SÉBASTIEN TÉZÉ
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Ils sont laveurs de voiture, vendeurs de fruits, marchands de sable en
pirogue, revendeurs de médicaments, fabricants de cocottes, casseurs
de cailloux, chasseurs de serpents…
Ce sont les petits métiers de la rue.
Sur le continent africain, l’économie informelle s’est imposée comme
la première source de revenus pour ses habitants. La rue est devenue
un terrain propice au commerce en tout genre. Vitrine de l’informel,
trottoirs et chaussées constituent le creuset de toutes les ressources
humaines. Aujourd’hui, deux citadins sur trois vivent de l’activité de la
débrouille. Chacun peut trouver une place et construire son « business ».
C’est aujourd’hui la seule manière pour survivre dans une société en
plein développement économique et bousculée par les inégalités. A
Yaoundé, la capitale du Cameroun, nous suivons le quotidien de ces
gens qui travaillent pour survivre. A travers dix portraits de ces travailleurs de la rue, nous donnons à voir une réalité de l’Afrique.
10 X 13 MN / 2009 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français /French
A LG E R – O RA N – PA R I S, LE S A NNÉ E S MUSIC- HAL L /
ALGIERS-ORAN-PARIS, THE MUSIC HALL YEARS
They wash cars, sell fruit, sand from a pirogue or medicine, make cooking pots,
crack stones, or hunt snakes… All of them have street jobs. On the African continent, non-official economy has become the first source of income for the inhabitants. In the streets, all kinds of trade can take place; streets and pavements
are perfect premises for the flowering of all human resources. Nowadays, two
city-dwellers out of three live on makeshift means. Everyone can find a place
and create a « business ». This is the only way to survive in societies in which
economy is booming and inequality permanently increasing. In Yaoundé, Cameroon’s capital city, we follow people in their day-to-day lives and survival
jobs. Through ten portraits of street workers, we show a certain aspect of African
reality.
CULT U RE / MUS I Q UE
CULTURE / MUSIC
MICHELE MIRA PONS
Mêlant rumba, cha cha cha, tango ou variété française des années 50,
sur un fond d’héritage arabo-andalou, le « music-hall » d’Algérie a la
saveur unique d’une époque riche en brassage culturel. Cette musique,
tour à tour, nostalgique ou joyeuse, chanta l’exil, l’amour, l’humour. Le
film évoque des artistes comme Lili Labassi, Salim Halali, Blonb-blond,
Line Monty, Lili Boniche, ou encore Youssef Hagège, Maurice El Medioni…
Des stars à l’affiche au casino de la Corniche à Alger ou au Théâtre
de verdure à Oran, dont les chansons résonnent encore dans bien des
cœurs et des mémoires.
Algerian “music hall” in which rumba, cha-cha, tango or French popular music
of the 50’s mingled with Arabic-Andalusian Traditional, has the unique flavour
of a period favourable to cultural cross-fertilization. This music, full of both nostalgia and joy, sings about exile, love, and humour. The film recalls artists like
Lili Labassi, Salim Halali, Blonb-blond, Line Monty, Lili Boniche or else Youssef
Hagège and Maurice El Medioni: All of them stars who performed at the Casino
de la Corniche in Algiers or at the Théâtre de Verdure in Oran, and whose songs
live on in numerous hearts and memories.
52 MN / 2003 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français /French
11
AMMA , L E S AV E U GLE S DE DA K A R / AMMA , THE BLIND OF DAKAR
MAMADOU SELLOU DIALLO
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
La jeune Astou, le patriche Mawdo, l’enfant Kiné, font partie des aveugles mendiants qui prennent d’assaut la grande mosquée de mon quartier lors de la prière du vendredi. Organisés, leur infirmité, leurs chants
et leurs sermons sont les armes dont ils usent pour plus d’aumône. Le
film veut capter ce combat, entrer dans le mystère de ces aveugles,
comme Baudelaire l’a fait dans son poème éponyme.
Young girl Astou, grand old man Mawdo, the Kine child, they all belong to the
begging blind who storm the great mosque in my neighbourhood every Friday
for the Prayer. They are well organized and use their disabilities, songs and discourses to collect more alms. This film intends to capture their fight and penetrate the secret of the blind, as Baudelaire did in his poem entitled ‘The Blind’.
52 MN / 2006 / DV CAM / SÉNÉGAL - FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof / Wolof
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
Mention spéciale du festival de Tarifa 2006
A N G O L A – H I S T O I RE S DE L A MUSI Q UE PO PUL AIRE /
ANGOL A - TALES OF POPUL AR MUSIC
CULT U RE / MS UI Q UE
CULTURE / MUSIC
MÁRIO RUI SILVA , JORGE ANTÓNIO
Dès les légendaires “Ngola Ritmos” à la fin des années 40, jusqu'au
présent, ce film est un voyage par l’univers de la musique populaire
angolaise à travers la voix de ces plus importants artistes.
Depuis les temps coloniaux jusqu’à maintenant, en passant par la
guerre de libération, l’indépendance et la postérieure guerre civile, ce
film nous fait découvrir la musique populaire angolaise dans le contexte
de son histoire politique et sociale.
Ce film est un document de référence et à portée internationale, pour
la connaissance, la promotion et la divulgation de la musique et de la
culture angolaise dans l’histoire de l’Afrique et du monde.
52 MN / 2005 / DV CAM / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
This documentary takes us on a journey through Angolan popular music; starting
with such legendary greats from the late 40s as Liceu Vieira Dias and Ngola
Ritmos, right up to the present day. The voices and sounds of the most influential performers along the generations play against the back drop of Angola’s political and social history.
12
A R AFAT, M O N F RÈ RE / ARAFAT, MY BRO THER
POR T RAIT / POL I T I Q UE
POR TRAIT / POLITICS
RASHID MASHARAWI
52 MN / 2005 / DV CAM / FRANCE
Yasser Arafat est mort le 11 novembre 2004, le monde avait les yeux
fixés sur lui. Son frère, Fathi Arafat, est décédé trois semaines plus
tard dans l’indifférence.
Le réalisateur palestinien Rashid Masharawi voulait rencontrer le leader de l’Autorité Palestinienne pour connaître sa perspective du conflit
Israélo-Palestinien et comprendre ce que l’avenir réservait à son peuple. Arafat ne pouvait quitter Ramallah et il était difficile à Rashid Masharawi d’y entrer. Le réalisateur décide d’atteindre Arafat par son frère
le plus proche, le docteur Fathi, président du Croissant Rouge palestinien, qu’il connaît personnellement.
Rashid Masharawi suit le docteur Fathi au Caire, à Gaza et à Paris
pour en apprendre plus sur le dirigeant Yasser, le filmant lors de ses
voyages, ses séances de chimiothérapie et ses discussions politiques.
Il rencontra brièvement Yasser Arafat à la Mouqata, juste avant qu’on
l’emmène à Paris.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe / Arab
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
Yasser Arafat died on 11 November 2004, with the world looking on. His brother,
Fathi Arafat, died three weeks later in comparative silence. Palestinian filmmaker Rashid Masharawi wanted to confront the PLO leader to get his perspective
of the Israeli-Palestinian conflict and to understand where the future might lie
for the Palestinian people. Arafat could not leave Ramallah and it was difficult
for Masharawi to enter. The filmmaker decided to access Arafat through his brother, the president of the Palestinian Red Crescent Society, whom he knew personally and to whom Arafat was close. Masharawi trails him through Cairo, Gaza
and Paris, filming him during car journeys, chemotherapy sessions and in political discussions to learn more about the man at the helm. He met Arafat only
briefly in Moqtada, just before he was taken to Paris.
A RU / ARU
LEOPOLD TOGO
CULT U RE / T RA DI T I O N
CULTURE / CUS T OMS
VIème siècle après Jésus-Christ, à Kani Bonzon sur le plateau dogon.
Le vieil ancêtre dogon venu du manding, fit organiser des élections
pour désigner son successeur, celui là qui fera respecter la loi, qui dira
le droit.
Ainsi, Aru, le 2ème en ligne de ses fils, fut intronisé Hogon Dogon,
c’est à dire chef spirituel de tous les dogons.
6th century AD in Kani Bonzon on the Dogon tableland. The old Dogon ancestor,
who came from the Manding, had an election organized to choose his successor,
him who will be able to enforce law and pass judgment. This is how Aru, the second of his sons, was enthroned as the Hogon Dogon, which means spiritual
chief of all Dogons.
26 MN / 2008 / DV CAM / MALI
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
13
AS D U A S FAC E S DA GUE R R A / THE T W O FACES OF WAR
HIS T OIRE / POL I T I Q UE
HIS T ORY / POLITICS
DIANA ANDRINGA, FLORA GOMES
En 1963, le Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée-Bissau et
du Cap Vert a déclenché la lutte armée de libération contre la domination coloniale portugaise. Le leader du PAIGC, Amílcar Cabral, a toujours dit que la lutte se faisait contre le colonialisme, pas contre le
peuple portugais. Et ce fut en Guinée-Bissau que se créa le Mouvement militaire qui mit fin au régime autoritaire de Lisbonne le 25 Avril
1974, dit « La Révolution des Œillets ». La guerre n’a pas crée de
haine, mais plutôt de la sympathie, entre les deux peuples. Pourquoi ?
Voilà la question à laquelle nous avons essayé de répondre, en écoutant différents protagonistes éparpillés par la Guinée, le Cape Vert et
le Portugal.
100 MN / 2007 / DV CAM / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
In 1963, PAIGC – African Party for the Independence of Guinea-Bissau and
Cape Vert – started a liberation struggle against Portuguese rule. PAIGC’s leader Amílcar Cabral made always clear that they were fighting colonialism, not
the Portuguese people. And it was in Guinea-Bissau that was born the Army
Movement that lead to the Carnation Revolution in Portugal, in April 74. The
conflict brought no hate, but friendship. Why? We tried to find it out, through
different characters scattered through Guinea, Cape Vert and Portugal.
A U T O P S I E D ’U N E SUCCE SSIO N / AUT OPS Y OF A POLITIC AL SUCCESSION
AUGUSTIN TALAKEANA
PO L I T I Q UE
POLITICS
Imaginez un peuple cueilli à froid par l’écrasante nouvelle du décès
brutal d’un homme qui le dirige depuis près de quarante ans et qui était
le centre de toutes les décisions sur la vie politique, sociale et économique du pays. Comment ce peuple réagira-t-il ? Comment assurer la
succession hâtive d’un tel homme dans un contexte, où les politiques
s’attardent encore sur des questions d’intérêts personnels et de leaderships ?
C’est à cette aventure que vous amène « Autopsie d’une succession »,
à travers ce film documentaire qui parcourt les différents épisodes peu
habituels que le Togo a connu au lendemain du décès inattendu du
Président Eyadema le 05 février 2005.
52 MN / 2009 / VIDEO / FRANCE
The sudden death of President Eyadema on February 5th, 2005, triggered a severe social and political crisis in Togo. Driven by emotions and fear, the country’s leading forces decided to enforce hasty constitutional changes meant to
ensure his succession. These political mistakes, made jointly by the Armed
Forces, the Parliament, the Government and the leaders of radical opposition
parties, had terrible consequences on the Togolese population’s daily lives.
VERSION PROVISOIRE / PROVISIONAL VERSION
14
LE BE U RRE E T L’A RGE NT DU B E UR R E /
PHILIPPE BAQUE, ALIDOU BADINI
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Le commerce équitable est aujourd’hui en vogue. Il prétend aider les
populations les plus déshéritées de la planète à émerger grâce à une
répartition plus juste des revenus. Le beurre de karité, produit par les
femmes les plus pauvres du Burkina Faso, est de plus en plus apprécié
en Europe où il est utilisé dans les produits cosmétiques ou comme
substitut du chocolat. En partageant la vie de ces femmes, le film nous
conduit au cœur des problèmes de survie de l’Afrique.
Fair trading is very much in fashion today. The concept is to help the most underprivileged populations on our planet to emerge from this state thanks to a
f ai rer dis t ribut ion of rev enues . S hea but t er i s m ore and m or e appr ec iat ed i n E urope. It is used in the cosmetic industry and as a cocoa substitute. In
sharing the lives of the producers in Burkina Faso, the film carries us to the
heart of the problems of survival in Africa.
65 & 52 MN / 2007 / DV CAM / FRANCE - BURKINA FASO
[› Versions disponibles / Available versions :
- français / french
- sous-titres anglais, espagnol / english, spanish subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix MACIF de l’économie solidaire, festival d’amiens 2008
Girafe d’or Festival du film denvironnement de Niamey 2008
BILLIM BIJAM / BILLIM BIJAM
BELL SIMON PIERRE
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Dans une région enclavée du sud du Cameroun, Nicole, une jeune fille
de 25 ans, est au centre de toutes les curiosités à travers son combat
pour la survie et contre la pauvreté.
In a remote area of Southern Cameroon, 25 year-old Nicole inflames everyone’s
curiosity because of her fight for survival and against poverty.
26 MN / 2007 / HDV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Mention du jury, Festival de Cozes (France)
15
BI S S A U D ’I S A B E L / BISS AU D’IS ABEL
POR T RAIT / S O C I É T É
POR TRAIT / SOCIET Y
SANA NA HADA
Dans la Guinée-Bissau existent à peu près vingt-et-un groupes ethniques aux traditions et dialectes totalement différents. À travers Isabel, le personnage de ce film, et sa vie quotidienne, nous découvrons
Bissau, une ville en effervescence permanente où un désir d’avenir
grandit.
Isabel’s Bissau – Bissau, the capital city of Guinea, is where the rich ethno-cultural mix of the country’s 20 or so different ethnic groups comes together in a
fascinating mosaic of cultures and languages that are often completely disparate.
Isabel provides the focus for our discovery of a city in a state of ebullient fermentation as the seeds of a single Guinean cultural identity take root.
52 MN / 2005 / DV CAM / PORTUGAL - GUINÉE BISSAU
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
BI T Ú
LEÃO LOPES
POR T RAI T / A R T
POR TRAIT / AR T
Bitú est peintre de profession. Il peint autant des murs que des tableaux destinés aux murs de bars, de discothèques, de façades d’immeubles ou encore de panneaux publicitaires.
Mais c’est au moment du Carnaval de Mindelo que Bitú laisse le plus
cours à son imagination et à sa créativité.
À travers Bitú, ce film offre un regard sur la production artistique et
contemporaine de Mindelo.
Bitú is a painter. He can both paint walls as well as “art paintings” in bars, dancings, building façades or advertising panels. But it’s on Mindelo’s Carnival that
Bitu expresses all his imagination and creativity.
Through Bitu, this film launches a wide-eyed gaze at the contemporary arts production that is being made at Mindelo city, in Cape Verde.
50 MN / 2006 / DV CAM / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
16
BL ED M U S I Q U E À L’ USI NE / COUNTRY MUSIC IN THE FACT ORY
CULT U RE / MUS I Q UE
CULTURE / MUSIC
SAMIA CHALA
Louzine est un lieu qui fédère plusieurs musiques et plusieurs destinés.
Ici travaillent des femmes et des hommes qui se sont regroupés autour
de la maîtrise de leurs instruments et qui sont presque tous issus de
la même réalité: L’EXIL.
Louzine est un haut lieu de tolerance sonore. La musique Gnawa joue
avec le rock et le blues, le chaâbi (musique traditionnelle algéroise),
tutoie le jazz, la musique kabyle danse avec les sonorités celtiques.
Ici des groupes tels l’Orchestre national de Barbès, Zerda, Thalweg,
Gaâda, Cheikh Sidi Bémol se construisent dans une mixité féconde où
se mêlent joyeusement les binious Bretons et les qarqabous maghrébins et où les improvisations libres côtoient les refrains traditionnels
immuables. Les chansons en arabe, en kabyle, en français ou en anglais, souvent pleines d’humour, racontent le bled, l’amour, l’espoir,
l’immigration, le quotidien, la vie.
52 MN / 2005 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français /French
Louzine is a place uniting several music styles and several destinies. Men and
women work there, who have come together because they master music instruments and have almost all had the same type of life: EXILE. Louzine is a mecca
for tolerance concerning music. Gnawa music plays with rock and blues, chaâbi
(traditional from Algiers) is on familiar terms with jazz, Kabyle music dances
with Celtic sounds. This is where groups like Orchestre National de Barbès,
Zerda, Thalweg, Gaâda, Cheikh Sidi Bémol could develop, thanks to such fecund diversity in which Breton bagpipes and North African qarqabous joyfully
mingle, and free improvisation mixes with unchanging traditional chorus. All
songs, be they in Arabic, Kabyle, French or English, tell about home, about love,
hope, immigration, daily life, and are often full of humour.
BOUL FALLE, L A VOIE DE L A L UTTE / BOUL FALLÉ, THE WRES TLING WAY
C ULT URE
CULTURE
RAMA THIAW
En 1988, la jeunesse sénégalaise descend dans la rue pour contester
la réélection du président Abdou Diouf. Ces manifestations ont été les
premiers signes d'une rupture générationnelle. C'est dans ce contexte
qu'est né le mouvement "Boul Fallé", qui signifie "se foutre de tout et
tracer sa route". Dès le départ, Boul Fallé va se distinguer en s’exprimant dans la musique hip hop et dans la lutte avec frappe. La réalisatrice Rama Thiaw ne fait pas l’historique de ce mouvement, mais elle
cherche à en restituer l’énergie. Des studios d’enregistrement de la
banlieue de Pikine aux arênes de sables, sa caméra nous entraîne
dans le rythme de ceux qui ont choisi de redevenir ce qu’ils sont : de
nobles guerriers.
71 MN / 2009 / HDV / CÔTE D’IVOIRE - FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof / Wolof
- sous-titres français / French subtitles
In 1988, the Senegalese youth took to the streets to protest against President
Abdou Diouf’s re-election. This was the first omen of a generation break. The
"Boul Fallé" movement, which means “give a damn and go ahead”, was born in
this context. From begin on, Boul Fallé had specific means of expression: Hip
hop music and wrestling with hits. Female director Rama Thiaw doesn’t describe
the history of the movement, but she intends to show its energy. From the recording studios in the suburb Pikine to the sand arena, her camera takes us
along into the rhythm of men who have decided to become again what they used
to be: noble warriors.
17
BOULEVARD FRANCE AFRIQUE
CÉDRIC FLUCKIGER
HIS T OIRE / POL I T I Q UE
HIS T ORY / POLITICS
En mobylette à travers les rues de Ouagadougou, nous suivons Michel
K. nous présenter les places et monuments de sa ville et évoquer la
révolution burkinabaise. Ce témoignage dialogue avec la campagne
présidentielle de Blaise Campaoré au pouvoir depuis 18 ans et des
points de vue recueillis en sus autour de la comédie satyrique de Dominique Ziegler « N’Dongo revient ». La tournée de cette pièce en
Afrique de l’Ouest, soutenue et financée par le département fédéral
des Affaires étrangères suisses, fut définitivement annulé pour des raisons « de cas de force majeure ».
42 MN / 2008 / DV CAM / SUISSE
On a moped two of the Streets of Ouagadougou, we listen as Michel K. tell us
about the location and monuments of his own town and the day of the révolution.
A dialogue is created between his observation and point of views recorded in
Switzerland with a regard to the satirical comedy of Dominique Ziegler N’dongo
which was dure to be staged in Burkina.
[› Versions disponibles / Available versions :
- français / french
- sous-titres : anglais / english subtitles
L A BOUTIQUE
SOCIÉT É / P O R T RA I T
SOCIET Y / POR TRAIT
CARMEN ARZA HIDALGO, SYLVAIN PIOT
A Essaouira, dans une boutique de tapis, quatre jeunes Marocains tentent de gagner leur vie. Mais les clients sont rares et le quotidien parfois pesant.
Tandis que l’Occident défile devant leur porte, Ali, Ahmed, Hamid et
Mobarak attendent. Et certains rêvent eux aussi de partir…
In Essaouira, Morocco, four young Moroccans try to earn their living in a carpet
shop. But customers are few, and everyday life can get heavy.
As the Occident files past their door, Ali, Ahmed, Hamid and Mobarak stand waiting. And sometimes also dream of leaving.
70 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe, français, anglais, espagnol / Arab, french, english, spanish
- sous-titres français, anglais, espagnol / French, English, Spanich subtitles
18
L A BR È C H E / THE BREACH
ENVIRON N E ME N T
ENVIRONMENT
ABDOUL AZIZ CISSÉ
A Saint-Louis, ville implantée au milieu du delta du fleuve Sénégal, il
est de coutume à la naissance d’un enfant de faire des offrandes aux
génies aquatiques. Ceci témoigne de la force de la symbolique de l’eau
dans l’imaginaire des habitants qui lui consacrent des rituels et des cérémonies rythmant leur vie quotidienne.
Depuis le début des années 1980, l’aménagement d’infrastructures
pour une plus grande maîtrise de l’eau met en péril le cadre écologique
du delta. En conséquence, les populations développent un sentiment
grandissant de menace sur leur environnement et leur culture.
40 MN / 2007 / DV CAM / BELGIQUE - SÉNÉGAL
In Saint-Louis, a city built in the middle of the delta of the Senegal River, traditional offerings are made to the water genies when a child is born. This shows
how strong the symbols of water still are in the imagination of the inhabitants
who dedicate to the river rituals and ceremonies that punctuate their daily lives.
Since the early 1980’s, constructed infrastructures meant to ensure better water
control have endangered the natural milieu of the delta. This is why the local
population increasingly feel a threat over their environment and their culture.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof, français / Wolof, French
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
Vues d’Afrique (Montréal, Canada) : Prix de la communication interculturelle
Rencontres cinématographiques de Cerbère (France) : Grand Prix
Festival du film de quartier Dakar Sénégal (1er prix meilleur film et 1er prix
meilleur documentaire)
Ç A V I B RE DA N S N OS TÊ TE S / OUR HEADS ARE VIBRATING
CU LT U RE / M US I Q UE
CULTURE / MUSIC
KASIM SANOGO
A Korofina, le quartier de l’underground bamakois, les jeunes font du
Rap, de la coiffure, vendent des fringues... Certains dealent n’importe
quoi. Une chose est sûre: ici, l’underground, c’est la creation. Les enfants mangent, fument et dansent Rap du matin au soir : ils vibrent
dans la tête.
In Korofina, the underground district of Bamako, young people create rap music
and hairstyles, or sell clothes… Some are dealers in whatever. What’s for sure:
there, underground means creating. Children eat, smoke and dance rap all day
long: their heads are vibrating.
52 MN / 2009 / DVCAM / FRANCE - MALI
VERSION PROVISOIRE / PROVISIONAL VERSION
19
C AR AVA N E / C ARAVANS
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
ERICA POMERANCE
Ils sont une vingtaine d’adolescents maliens choisis pour leur intelligence, leur curiosité, et leur joie de vivre. Pour la majorité de ces
jeunes, c’est la première fois qu'ils quittent le foyer pour voyager ensemble avec d’autres garçons et filles du même âge. Leur caravane
sillonne la région de Ségou, encadrée par des membres de l’APDF, une
association de femmes qui militent contre les mutilations génitales féminines. Lors de projections de films, conférences-débats et pendant
les moments de loisir, ces jeunes vont découvrir et échanger sur les
méfaits de l’excision. Face aux autorités politiques et spirituelles qu’ils
rencontrent en chemin, ils trouveront le courage de dénoncer à voix
haute ce fléau qui affecte 90% des femmes et filles maliennes. De retour dans leurs villages respectifs, ces caravaniers serviront de relais
dans la campagne pour abolir l’excision pour les générations futures.
58 MN / 2009 / MINI DV / QUÉBEC - MALI
[› Versions disponibles / Available versions :
- français, bambara / french, bambara
- sous-titres français / french subtitles
LE C A RN AVA L D E KW E N / THE KWEN C ARNIVAL
FRED HILGEMANN
Around 20 teenagers from Mali were selected for their intelligence, curiosity,
and joie de vivre. Most of them had never left home before, nor ever travelled.
Together with other boys and girls the same age, they build a caravan that goes
all over the Ségou region, accompanied by members of APDF, an association
of activist women fighting against female genital mutilation. Through the screening of films, through lectures with debates and during their free time, these
young people will discover the detrimental effects of cutting, and exchange
about it. Meeting with political and spiritual authorities on their way, they will
have the heart to clearly denounce this plague that affects 90% of all women
and girls in Mali. Once back in their home villages, these caravaniers will in turn
disseminate information in rural areas for the future generations to do away with
female circumcision.
CULT U RE / T R A DI T I O N
CULTURE / CUS T OMS
Tous les deux ans, les cultivateurs gourounsi de Kwen, petit village du
Burkina Faso, organisent une fête des cultures qui prend l’étrange tournure d’un carnaval. Pendant trois jours et deux nuits, leur monde se
transforme. Choisis par les aînés, les jeunes les plus méritants, métamorphosés en Président de la République, Ministres de la Justice, de
la Sécurité, de l’Agriculture, en Roi et en Reine, s’inventent un jeu de
rôle où ils mettent en scène le pouvoir. Cette fête, qui existe depuis la
création du village dans les années 1940, a pour but de favoriser l’intégration sociale par une célébration de la terre nourricière.
55 MN / 2009 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Burkinabé, Français / Burkinabe, French
- sous-titres français / French subtitles
Every two years, the farmers of the African village of Kwen, Burkina Faso, organize a Carnival which takes place far from those of Venice and Rio. Over three
days and two nights, the locals dress up as the officials of the nation - the President, Prime Minister, Ministers of Justice, Security and Agriculture, and the
King and Queen. Chosen by the elders, the most hard-working young farmers
act out their country's political leaders on stage. The plots are quasi-Shakespearian, but at the same time, close to African realities. The festival, which has
been taking place since the 1940s but has never before been captured in a documentary, intends to encourage the young people to work in the fields and celebrate the nourishing forces of the land.
20
L E C E RC L E D E S N OY É S / THE DROWNED MEN
PIERRE-YVES VANDEWEERD
HIS T OIRE / PO L I T I Q UE
HIS T ORY/- POLITICS
Le Cercle des noyés est le nom donné aux détenus politiques noirs en
Mauritanie, enfermés à partir de 1987 dans l’ancien fort colonial de
Oualata.
Ce film donne à découvrir le délicat travail de mémoire livré par l’un de
ces anciens détenus qui se souvient de son histoire et de celle de ses
compagnons.
En écho, les lieux de leur enfermement se succèdent dans leur nudité,
dépouillés des traces de ce passé.
75 MN / 2007 / HD / BELGIQUE
Le cercle des noyés (the drowned men) is the name given in Mauritania to black
political prisoners imprisonned from 1987 in the old colonial fortress of Oualata.
This film touches on the fragile process of unveiling memories by one of these
former prisoners who remembers his story and that of his companions.
In a visual echo, the places of their confinement come one after another denuded from any traces of that past.
[› Versions disponibles / Available versions :
- anglais / english
- sous-titres français / french subtitles
[› Distinctions / Awards :
1er Prix aux Ecrans documentaires de Arcueil (France)
1er prix - Prix Henry Stork
Prix du Fripesci (Fribourg)
Prix du Jury œcuménique (Fribourg)
Prix Don Quizote (Fribourg)
CH AH I N A Z : Q U E L S DRO I T S PO UR LE S F E MME S ? /
C H A H I N A Z : W H AT R I G H T S F O R W O M E N ?
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
SAMIA CHALA, PATRICE BARRAT
Chahinaz est une jeune Algérienne qui étouffe sous le poids des traditions et de la religion. Comment faire bouger la société dans un pays
où la loi consacre officiellement l'inégalité entre les hommes et les
femmes ? Comment faire avancer le droit des femmes à l’échelle du
monde ? Que peut faire l’ONU ?
Pour tenter d’apporter des réponses à ses interrogations, avec elle,
nous allons parcourir son pays et plusieurs continents, comparer sa situation avec celle d'autres femmes. Chahinaz s'interroge sans oeillères
et sans manichéisme. Elle porte un regard plein de fraîcheur et d'intelligence sur la condition des femmes du nord au sud, bousculant, au
passage, quelques clichés bien ancrés sur les femmes musulmanes.
52 MN / 2007 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français /French
- sous-titres anglais / English subtitles
- version internationale / international version
Chahinaz is a young Algerian woman who is suffocated by the weight of tradition
and religion. How can you change society in a country where the law officially
sanctions inequality between men and women? How can women’s rights be advanced on a global level? What role can the UN play?
In order to find answers to her questions, we have travelled to her country and
across several continents, comparing her situation with that of other women.
Chahinaz asks questions without blinkers, and seeks answers that are not just
black and white. She brings a fresh and intelligent view to the condition of
women in the North and the South, and in the process challenges some widely
prevalent clichés about Muslim women.
21
CH AÎ N E A L I M E N TA IR E
/ THE DROWNED MEN
MARIE-LOUISE SARR
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
L’Université Gaston Berger du Sénégal compte près de 5000 étudiants.
Le restaurant universitaire assure la nourriture quotidienne de tout ce
monde. Une chaîne alimentaire qui fonctionne chaque jour, des premières lueurs de l’aube jusqu’à la tombée de la nuit. Ce film donne à
découvrir la transformation lente et minutieuse des aliments, mais aussi
des corps au travail de ceux et celles qui préparent et servent les
repas.
Each day, the Gaston Berger university restaurant in Senegal provides food for
more than 5000 students. A food chain that works from dawn to dusk. This film
shows the patient and careful processing of food as well as the working bodies
of all those who are preparing and serving the meals.
28 MN / 2008 / DV CAM / BELGIQUE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- sans parole / without speech
LES CHEMINS DE L A BARAKA
MANOËL PENICAUD, KHAMIS MESBAH
CULT U RE / SPIRITUALITÉ
CULTURE / SPIRITUALIT Y
A chaque printemps, les Regraga partent en pèlerinage pendant plusieurs centaines de kilomètres dans la région d’Essaouira (Maroc), une
tradition issue de l’islam maraboutique qui constitue – n’en déplaise
aux modernistes et aux fondamentalistes – le socle de la culture marocaine.
Ces « hommes purs » visitent pendant quarante jours les sanctuaires
de leurs saints ancêtres, selon un itinéraire connu d’eux seuls et empreint de Baraka, la grâce divine. L'occasion de découvrir au plus profond, une réalité surprenante de la foi musulmane, un rituel qui
remonterait aux débuts de l’islam et au passé chrétien du Maghreb. Aujourd'hui, l'attente du pèlerinage est toujours aussi palpable chez les
fidèles qui guettent la caravane, avec l'espoir de guérir, de se marier
ou bien d’enfanter, grâce à cette Baraka.
50 MN / 2007 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe / Arab
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
Primé au Sole e Luna Doc Festival de Palerme
Sélectionné aux festival Jean Rouch en 2008
Every spring, the Regragas go on pilgrimage for several hundred kilometres in
Essaouira region, Morocco. Although modernists and fundamentalists would not
agree, this tradition, issued from maraboutic Islam constitutes the roots of Moroccan culture.
These ‘pure’ men visit during forty days their holy ancestors’ sanctuaries, following an itinerary only known by them and stamped with Baraka, the divine gift.
This is a chance to deeply discover an astonishing reality of the Muslim faith, a
ritual that may date back to the beginning of Islam and North Africa’s Christian past.
Even today, the anticipation of the pilgrimage is palpable among the faithful followers. They watch for the caravan to come, with the hope of being cured of
sickness, or getting married or giving birth, all of this thanks to Baraka.
22
CH RO N I Q U E S D E GUE R R E E N CÔ TE D’ I VO I R E / IVORY COAS T WAR CHRONICLES
HIS T OIRE / POL I T I Q UE
HIS T ORY / POLITICS
PHILIPPE LACÔTE
En septembre 2002, le réalisateur Philippe Lacôte était en Côte d'Ivoire
lorsque la guerre a éclaté. Il a filmé son quartier, une banlieue d'Abidjan, durant les deux premières semaines du couvre-feu. De ces premières images, est né un film caméléon qui prend la forme de trois
chroniques. Entre le récit intime, l'essai et le journal, un portrait personnel de la Côte d'Ivoire.
In September 2002, the filmmaker Philippe Lacôte was staying in Ivory Coast
when the war began. During the two first weeks of the conflict, he filmed his
neighboorhood, in the suburbs of Abidjan. A cameleon-like film is born of these
first images, taking the form of three Chronicles. Between intimate narration,
essay, and diary, a personnal portrait of Ivory Coast.
52 MN / 2008 / DVCAM / FRANCE - CÔTE D’IVOIRE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
LES C I E L S D E YA S MI NE K A SS A R I / YASMINE KASS ARI’ SKIES
POR T RAIT / C I N É MA
POR TRAIT
LAURENT BILLARD
/
CINEMA
Rencontre avec la cinéaste Yasmine Kassari entre Bruxelles où elle vit
et Oujda (Maroc) où elle est née. Evocation d’un parcours, de la difficulté d’être “hors frontières“, femme et cinéaste…. Deux rivages, deux
pays, partir de Bruxelles où elle travaille, arriver à Oujda où elle fête
en famille les fêtes de fin de ramadan. Visite en voiture jusqu’à Traourirt, à la rivière qui servit de décor à son film “L’enfant endormi “.
We meet with director Yasmine Kassari in Brussels where she lives and Oujda
(Morocco) where she was born. Recalling the different steps in her life, how difficult it has been to be away from home, a woman and a filmmaker… Two
shores, two countries, leaving from Brussels where she is working, and arriving
in Oujda where she is celebrating the end of Ramadan with her family. Driving
tour to Traourirt, for a stop at the river where her film “The child asleep” was
shot.
26 MN / 2008 / BETA NUM - DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- français / French
[› Distinctions / Awards :
Sélection FESPACO, 2009
23
C I N E M A A U S O U DA N : CO N V E R S AT I O N S AV E C G A DA L L A G U B A R A /
C I N E M A I N S U DA N : CO N V E R S AT I O N S W I T H G A DA L L A G U B A R A
POR T RAIT / C I N É MA
POR TRAIT
/
CINEMA
FRÉDÉRIQUE CIFUENTES
Cinema in Sudan : Conversation with Gadalla Gubara, dresse le portrait
d'un grand réalisateur soudanais, Gadalla Gubara (1920 - 2008), l'un
des pionniers du cinéma en Afrique.
A travers son oeuvre, Gadalla nous révèle un Soudan à la fois mystérieux et incompris.
En dépit de la censure et du manque de soutien financier durant près
de 60 ans, il a produit des films de manière indépendante et unique
dans un pays où la liberté d'expression est un luxe rare.
52 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE - ROYAUME UNI
Sudan: Conversations with Gadalla Gubara, builds up a portrait of a great Sudanese film-maker, Gadalla Gubara (1920 – 2008), one of the pioneers of cinema in Africa.
Through his oeuvre, Gadalla reveals to us a Sudan both mysterious and misunderstood.
Despite censorship and lack of financial support over sixty years, he produced
cinema that is independent and unique in a country where freedom of expression
is a rare luxury.
[› Versions disponibles / Available versions :
- anglais, arabe / english, arab
- sous-titres anglais, français / english, french subtitles
CLOSE D D I S TRI C T
HIS T OIRE / POL I T I Q UE
HIS T ORY / POLITICS
PIERRE-YVES VANDEWEERD
En 1996, je séjournais dans le village de Mankien, au sud-Soudan, pour
y filmer la guerre. A l’époque, je pensais que réaliser un film sur une
région en prise avec un conflit constituait un acte d’engagement.
Une fois sur place, la réalité m’est apparue différente de ce que j’avais
imaginé. La guerre qui se donnait à voir n’était pas seulement une lutte
entre un gouvernement oppresseur et des minorités opprimées mais
surtout un conflit larvé, régi par des intérêts économiques et de pouvoir.
De retour en Belgique, je sombrais dans un sentiment d’impuissance
et d’écœurement, au point de ne jamais monter ces images, jusqu’à
aujourd’hui.
Closed district est non seulement un film sur la guerre au sud-Soudan,
mais davantage sur les guerres en général, sur la mort et la détresse
qui souvent en découlent. Il pose aussi la question de la place du cinéaste dans une situation de conflit.
55 MN / 2004 / DV CAM / BELGIQUE
[› Versions disponibles / Available versions :
- soudanais / Sudanese
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
1er Prix aux Escales Documentaires de La Rochelle
1er Prix au Festival Quintessence à Ouidah au Bénin
Prix du Meilleur Film pour la Mémoire des Droits de l'Homme au 4ème
Festival International du film des Droits de l’Homme à Paris
FIPA à Biaritz - Mention spéciale du jury
In 1996, I was staying in the village of Mankien in the South Sudan to film the
war which was taking place. At the time, I was considering that making a film
about an area struggling with such a severe conflict would almost have to be
an act of duty.
Once there, the reality appeared completely different from what I initially imagined it would be. The war that was all around me was not only a struggle between an oppressive government and a down trodden minority but a latent
conflict driven by power and economic interests.
Back in Belgium, I felt overwhelmed by a strong feeling of helplessness and disillusionment to the point of never showing these images, up to now.
More than a film about war in the South Sudan, Close District is a film about
war in general and about death and the distress that follows. It questions the
place of the filmmaker in a situation of conflict.
24
CO ME U U O M O S U L A TE R R A / COMME UN HOMME SUR TERRE / LIKE A MAN ON EAR TH
SOCIÉT É / IM M IG RAT I O N
SOCIET Y / MIGRATION
ANDREA SEGRE, DAGMAWI YIMER, RICCARDO BIADENE
Depuis 2003, l’Italie et l’Europe demandent à la Libye de stopper les
migrants africains. Que fait réellement la police libyenne ? Qu’endurent
des milliers d’hommes et de femmes d’Afrique? Et pourquoi tout le
monde fait-il semblant de n’en rien savoir ?
Since 2003 Italy and Europe have asked Libya to stop the African migrants.
What are the Libyan police really doing? What do thousands of African men and
women suffer? And why does everybody pretend they do not know about it?
60 MN / 2008 / MINI DV / ITALIE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Amaric, Italien, Anglais / Amaric, Italian, English
- Sous-titres Anglais, Itaien, Français, Espagnol / Engish, Italian, Frensh,
Spanish subtitles
CR I S D U C H O E U R
SÉBASTIEN TENDENG
21 MN / 2009 / HDV / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French / Wolof
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
« Cris du Chœur » est la situation tragique des populations de Guet
Ndar, petit village traditionnel de pêcheurs, à Saint-Louis du Sénégal.
Ce village est situé dans la Langue de Barbarie entre la mer et le
fleuve. Acculés par l’avancée des eaux et une surpopulation, les habitants se voient obligés de vivre à l’étroit dans de petites maisons abritant chacune parfois jusqu’a plus de 50 personnes. Face à cette
promiscuité devenue insupportable, Doudiang Seck, un jeune père de
famille de Guet Ndar nous plonge au cœur de ce peuple qui crie en
chœur son désespoir.
25
DA K A R C H E RC H E DE L’ OXYGÈ NE / DAKAR IN SE ARCH OF OXYGEN
ENVIRONN E ME N T
ENVIRONMENT
EL HADJI SAMBA SARR
Lors du vernissage de l’exposition de photos de Kadia Sow, photographe autodidacte sur l’encombrement dans la ville de Dakar, le maire
décide de mener une opération musclée à l’encontre des populations
fautives…
After attending the vernissage of a photo exhibition by self-taught photographer
Kadia Sow, about clutter in Dakar, the Mayor has decided to set up powerful actions against the population at fault …
26 MN / 2008 / DV CAM - MINI DV / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof, français / Wolof, French
- Sous-titres Français / Frensh subtitles
DANCING WIZARD / LE MAGICIEN DE L A DANSE
CULT U RE / DA N S E
CULTURE / DANCE
CAROLINE KAMYA
Malgré l’éventail de 98 danses traditionnelles pratiquées en Ouganda,
Christopher Kato en pince pour la magie des danses de salon.
Kato est connu en Ouganda sous le nom de “Magicien de la danse”. Il
a eu 80 ans en mai 2004. C’est à l’âge de 15 ans qu’il voit pour la première fois “la danse du Blanc” dans un cinéma local. Depuis ce jour,
la danse et le mouvement emplissent chaque moment de sa vie. Il imite
tout d’abord les danses des soldats revenant de la seconde guerre
mondiale. Cependant, en 1949, une femme “muzungu” (blanche), employée de la Poste d’Ouganda, remarque son talent et Kato reçoit sa
première véritable formation en danses de salon.
Consacrant tout son temps à la danse, Kato ne se marie qu’à l’âge de
66 ans. Il est depuis six décennies le seul expert ougandais en danses
de salon. Il s’est produit dans le monde entier, osant se mesurer à des
professionnels en Norvège, aux USA et au Japon.
10 MN / 2004 / DV CAM / OUGANDA
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
[› Distinctions / Awards :
Silver Award Zanzibar International Film Festival, 2006
Despite the array of 98 traditional dances practiced in Uganda, Christopher Kato
falls for the magic of ballroom dancing.
Kato is known in Uganda as the “Dancing Wizard”. He turned 80 in May 2004.
At the age of 15 he saw “the white man’s dance” for the first time in a local cinema. Since then dance and movement has been filling his every waking moment.
Initially, he imitated the dances of soldiers returning from the Second World War.
In 1949, however, a “muzungu” (white) lady, an employee of Uganda Post Office,
noticed his talent and Kato received his first formal training in ballroom dancing.
With no time for anything else Kato got married at the age of 66. For the last
six decades he has been the only Ugandan expert in ballroom dancing. He has
performed all over the globe, and dared to challenge professionals in Norway,
USA and Japan.
26
DAN S E S E T P E RC U SSI O NS / DANCES AND PERCUSSIONS
CU LT U RE / DA N S E
CULTURE / DANCE
CYRILLE MASSO
À travers le festival Abok y Ngoma de Yaoundé, une chorégraphe nous
présente l’univers de la danse contemporaine.
Within the framework of Abok y Ngoma Festival in Yaoundé, a female choreographer introduces us to the world of contemporary dancing.
26 MN / 2006 / DV CAM / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / Engllish subtitles
LE D E B U T D E L A FA I M / THE GROWING ANGER OF HUNGER
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
PATRICE BARRAT
Du début de l’année 2008 à maintenant, Le début de la faim parcourt
la planète entre des lieux frappés par la crise alimentaire et d’autres
où les dirigeants du monde doivent en débattre. Avec une question en
tête, pour Patrice Barrat : «Cette crise est-elle passagère? Saura-t-on
lui trouver une réponse?”
From the beginning of the year, The growinganger of hunger has been travelling
the earth from the places affected by the food crisis to those where the world’s
leaders debate about it, with one question in mind, for Patrice Barrat: “Is this
crisis temporary? Will we find an answer to it?”
53 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
- version internationale / intenational version
[› Distinctions / Awards :
Grand Prix de Traces de vie, 2005
27
LE D E RN I E R AC TE / THE L AS T DEED
ENVIRON N E ME N T
ENVIRONMENT
NISSY JOANNY TRAORÉ
En 1970, un village de l’ouest du Burkina Faso a été délocalisé pour
faire place à une plantation de canne à sucre, entraînant une perturbation au niveau culturel, une dégradation de l’environnement et une
aggravation des conditions de vie, déjà précaire, de la femme.
In 1970, a village in Western Burkina Faso was re-located in order to give way
to a sugar cane plantation, thus endangering local culture and environment, as
well as the already precarious living conditions of women.
26 MN / 2006 / DV CAM / BURKINA FASO
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
[› Distinctions / Awards :
Sélection FESPACO 2009
D U S A B L E A U G O U DRO N / FROM S AND T O TAR
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
LUCILE MOUSSIE, ADDERRAHMANN A.SALEM
La Mauritanie, pays désertique à 80% a fait de ses dunes un obstacle
pour tous ceux qui souhaitaient traverser le pays spontanément ; ce
qui a été le verrou d’une culture immuable vient de sauter. Depuis novembre 2005, le sable a été transpercé par le goudron pour relier les
deux principales villes du pays : Nouakchott, la capitale et 470 km plus
au nord à Nouadhibou, poumon économique. Salem m’amène faire le
voyage le long de cette route à la rencontre de ses habitants et de ses
passagers. Départ Nouakchott. Arrivée Nouadhibou. Un soir chez un
pêcheur, la veille avec un commerçant, le lendemain avec un migrant…
Aujourd’hui les influences issues de la modernité courent sur l’asphalte.
Le paysage mauritanien va changer. La question est de savoir comment
vont réagir ceux qui sont en première ligne derrière la vanne. Quel est
le risque de cette ouverture ?
53 MN / 2009 / DV CAM - MINI DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- Arabe / Arab
Mauritania, a country with 80% desert, has long considered its sand dunes as
natural obstacles preventing anyone to cross the country just like this; but what
used to protect an immutable culture has been removed. Since November 2005,
tar has replaced sand for the link between the country’s two major cities: Nouakchott the capital, and Nouadhibou the economic centre, 470 km further North.
Salem takes me on a trip along this road, so we meet with villagers and passengers. Departing from Nouakchott and arriving in Nouadhibou: One night at a
fisherman’s, the day before with a shop owner, the day after with a migrant…
Today, modern world influences progress fast along the tar road and the Mauritanian landscape will change. How will the population who is first concerned
react, living just behind the now open gate? What is at risk in this opening-up?
28
THE ENCOUNTER / THE ENCOUNTER
CYRILLE MASSO
CU LT U RE / MUS I Q UE
CULTUR E / MUSIC
Yushi et Kote, sont deux jeunes talents passionnés de hip-hop. À travers un concours de circonstances, ces deux étudiants décident de
changer leur destin.
Yushi and Kote are two talented and passionated young people. Through circumstances they decide to change their destiny.
26 MN / 2008 / HDV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
- sous-titres français / French subtitles
EN FA N T I M M I G RÉ / IMMIGRANT CHILD
PEPIANG TOUFDY
POR T RAIT / IM M I G RAT I O N
POR TRAIT / MIGRATION
Premier film d’un jeune réalisateur d’origine tchadienne. Entre autobiographie et fiction, dans une lettre filmée, il nous raconte le parcours
d’un jeune Africain arrivé récemment en France. Ce film tente de faire
entrevoir ce que veut dire être immigré.
First film by a young Chadian filmmaker, between autobiography and fiction, this
is a filmed letter in which he tells the experience of a young African who has recently arrived in France. This film intends to have people catch a glimpse of
what being an immigrant really means.
34 MN / 2008 / MINI DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
29
EN T R E L A CO U P E ET L’ É LE CTI O N / BET WEEN THE CUP AND THE ELECTION
MONIQUE MBEKA PHOBA, GUY KABEYA MUYA
SOCIÉT É / S P O R T
SOCIET Y / SPOR T
En plein milieu des élections de 2006, en République Démocratique du
Congo (RDC), deux étudiants de l’Institut National des Arts, Clarisse
et Demato, décident de faire un film sur la première équipe de d’Afrique
subsaharienne à avoir participé à une coupe du Monde de Football.
C’était en 1974 et cette équipe mythique s’appelait : les Léopards du
Zaïre (actuelle RDC). Mais, les temps de gloire sont à présent bien passés et le présent toujours sombre, même si ces souvenirs continuent à
faire vibrer d’émotion les Congolais et même l’Afrique entière.
56 MN / 2008 / DV CAM - MINI DV /BÉNIN - CONGO - BELGIQUE
Right in the middle of the 2006 general election in the Democratic Republic of
Congo (RDC), Clarisse and Demato, two students from the National Art Institute,
decided to make a film about the first team from Sub-Saharan Africa ever qualified for the Soccer World Cup. This happened in 1974 and the mythical team’s
name was: the Leopards of Zaire (presently RDC). But these glorious days are
now long gone and present days are dark, even if all Congolese and many Africans are still filled with emotion, recalling these memories.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Lingala, Français / Lingala, French
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Festival du cinéma francophone de Tübingen 2008
Ecrans documentaires de Libreville 2008
Compétition officielle du documentaire au FESPACO 2009
ET NOS FILMS ?...
MAMAN SIRADJI BAKABE
CULT U RE / C I N É MA
CULTURE / CINEMA
Dans l`ancien cinéma Rex de Saint-Louis du Sénégal, le gardien Kalidou, comme un fantôme surgi du passé, présente cet univers en ruine.
Des bobines rouillées et des machines de projections de l’autre siècle,
attendent d’être dévoilées. Mais pas pour reprendre vie, malheureusement, comme dans le conte de « La Belle au bois dormant ».
L`ancien portier Cheikh Patara Sy, va à la rencontre de son vieux compagnon, nostalgiques du grand écran, tous les deux évoquent les films
qui, jadis regroupaient un grand public, et regrettent la fermeture quasi
générale des salles de cinéma en Afrique.
A travers leur histoire, ce film pose la grande question pour nous : Et
nos films?...
18 MN / 2009 / HDV / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
30
FACE À FAC E
P O R T RA I T
POR TRAIT
MAME WOURY THIOUBOU
16 MN / 2009 / DV CAM / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
L A FE M M E P O R TE L’A F R IQ UE / W O M E N C A R RY A F R I C A
Toute mon enfance, j’ai souffert de mon apparence physique. Les autres me trouvaient moche et me le disaient. Aussi, Saint-Louis a-t-elle
de tout temps cristallisée mes rêves d’enfants. Aujourd’hui que je suis
dans cette ville de charme, de beauté et d’élégance, je pose ma caméra. C’est pour interroger la beauté des femmes.
SOCIÉT É / P O R T RA I T
SOCIET Y / POR TRAIT
DIABATÉ IDRISSA
La scène se passe au sud du Burkina Faso, et au nord, au centre et à
l'Ouest de la Côte d'Ivoire. Cinq femmes sont présentées avec leur fardeau quotidien dont on peut aisément soupeser le poids. A travers
elles, c'est la femme tout court qui est campée croulant sous le poids
de l'Afrique. Ce film aurait pu s'intituler aussi le "CRI". Le cri de détresse des femmes, et elles sont légion, dont l'auteur espère se faire
l'écho dans les coeurs, même les plus insensibles, grâce à la magie
de l'image filmique. En choisissant de présenter le quotidien de cinq
femmes, Monsieur Idriss DIABATE, qui avait promis la vérité, rien que
la vérité, n'avait pas mesuré le danger qui le guettait. N'est-ce pas
qu'avec les femmes la tentation est toujours grande ? Il y a succombé
et nous a offert en fin de compte la beauté.
65 MN / 2009 / DV CAM / CÔTE D’IVOIRE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
The scene is set in Southern Burkina Faso, and also in different parts of the
Ivory Coast. Five women are shown with their daily burdens and one can easily
guess how heavy the burdens are. All five represent the African woman collapsing under Africa’s weight. This film could also bear the title " THE CRY": The
distress cry of women who are legion, and whose cause the author, thanks to
the magic of cinema, wants to defend, even with the most cold-hearted. When
he decided to show five women’s every-day lives, Mr Idriss DIABATE, who promised to tell the truth, nothing but the truth, had no idea of the danger threatening him. Is with women temptation always present? He gave in to it and has
eventually offered us beauty.
[› Distinctions / Awards :
Prix L’UEMOA Fespaco 2009
31
LES F E M M E S , M O N UNIVE R S
P O R T RA I T
POR TRAIT
RELAINE AIMÉE NKOUNKOU BANZOUZI
19 MN / 2009 / DVCAM / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
« Voilà ! Elles sont là ! » S’écrie le docteur Christian MATONDO : gynécologue à l’hôpital régional de Saint-Louis du Sénégal, assis sur le
grand fauteuil dans le salon entouré des ses trois filles. Face à la caméra en visioconférence il présente sa famille. C’est dans ce cadre familial que Judith sa femme, raconte l’histoire du garçon qu’ils auraient
pu avoir, mais qu’elle a perdu suite à une fausse couche. Entre professionnalisme et intimité, le docteur Christian nous parle de ses moments et expériences qu’il partage avec ses patientes.
FÉRO M É O , A U P ROPR E E T A U PL UR I E L / FEROMEO, LITERAL AND PL URAL
POR T RAI T / A R T
POR TRAIT / AR T
FLORANE MALAM
Physicien devenu peintre, sculpteur et enseignant, Féroméo est un artiste déterminé à promouvoir son savoir-faire. Il retrace dans une lettre,
les émotions qu’il a connues.
A former physician and now painter, sculptor and teacher, Féroméo is an artist
who has decided to promote his own skills. He recalls in a letter all the feelings
experienced.
26 MN / 2008 / HDV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / Engllish subtitles
32
T H E F I G H TI N G S P I RIT / L A CO M B AT I V I T É
POR T RAIT / S P O R T
POR TRAIT / SPOR T
GEORGE AMPOSAH
D’un bidonville africain au titre de Champion du Monde ! Ce film retrace
l’histoire de trois boxeurs du Ghana qui se fraient en combattant un
chemin vers le haut. C’est une véritable épopée de la misère à la richesse que celle de Joshua Clottey, Champion du Monde des poids
welter.
From African shanty town to Champion of the World! This story tracks 3 boxers
from Ghana as they fight their way to the big time. Featuring Welterweight
Champion of the World, Joshua Clottey, this is a real rags to riches epic.
52 & 80 MN / 2007
[› Versions disponibles / Available versions :
- sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Real Life Documentary Festival (Accra, Ghana) AfroPop Award 2008
L A FILLE AU FOUL ARD
C ULT URE
CULTURE
AWA TRAORÉ
Awa s'attarde avec douceur auprès d'une de ses amies qui l'invite dans
l'intimité de la composition de sa coiffure.
Awa kindly spends time with a friend who invites her for the private moment
when she’s doing her hair.
9 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
33
FR EE / FREE
CU LT U RE / M US I Q UE
CULTURE / MUSIC
HADRIEN SOULEZ LARIVIÈRE
Deux Français vont participer à une Masterclass de jazz à Addis Abeba
dans l’unique école de musique d’Ethiopie.
Two French guies go to Addis Abeba for Jazz Masterclass in the unique school
of music of Ethiopia.
52 MN / 2007 / MINI DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Anglais / French, English
- sous-titres français / French subtitles
L A G A RD I E N N E D ES É T O ILE S
P O R T RA I T
POR TRAIT
MAMADOU SELLOU DIALLO
la gardienne des étoiles est une lettre d'un père à sa fille. Une lettre
filmé qui visite le mystère de la femme. De la femme corps de souffrance pour donner la vie, pour se construire afin de toujours plaire,
qui se reconstruit et qui sans cesse détruite. Le film raconte l'odyssée
de la femme et la construction du corps féminin."
EXTRAIT (20 MN) / 2009 / FRANCE - SÉNÉGAL
VERSION PROVISOIRE / PROVISIONAL VERSION
34
LE G E N I E P RO TE C T E UR DE L A VI LLE /
P O R T RA I T
POR TRAIT
MARIE-MAURENTINE BAYALA
Le portrait d'un animateur radio très populaire à Saint-Louis du
Sénégal.
A portrait of an extremely popular radio host in Saint Louis, Senegal.
6 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
GÉNOCIDÉ
P O R T RA I T
POR TRAIT
STÉPHANE VALENTIN
Ce film est le témoignage brut de Révérien Rurangwa, rescapé Tutsi
du génocide qui a eu lieu au Rwanda en 1994.
The portrait and brutal, cold, violent witness account of an escapee Tutsi Révérien Rurangwa, a victim of the genocide that took place in Rwanda in 1994.
25 MN / 2008 / HDV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Sélection vidéothèque, FID Marseille 2008
Festival des libertés, Bruxelles 2008
Festival du film militant, Aubagne 2008
Mention spéciale, Festival international du court métrage,
Clermont Ferrand 2009
35
G R AI N E S Q U E L A M E R E MPO R TE / SEEDS C ARRIED BY THE SEA
SOCÉT É / IM M IG RAT I O N
SOCIET Y / MIGRATION
EL HADJI SAMBA SARR
En Afrique, de nombreux enfants portent le rêve de voyager en pirogue
en Espagne, abandonnant maison et famille, avec l’illusion de travailler
malgré le sort que la mer leur réserve.
Ceux qui parviennent à atteindre ce rêve sont dans des centres de détention pour mineurs immigrés.
Ce film documentaire donne la voix à ces jeunes immigrés qui aspirent
à une vie meilleure dans « la terre promise ».
In Africa, numerous children dream of sailing to Spain aboard a pirogue, ready
to leave behind their homes and families and despite the dangers of the sea,
because they believe they will find a job there. The kids who reach their dream
destination end up in detention centres for immigrant minors. This documentary
film gives a voice to all young emigrants who yearn for a better life in “the promised land”.
62 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof, Français, Espagnol / Wolof, French, Spanish
- Sous-titres français, espagnol / French, Spanish subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix du Meilleur Film Documentaire au Festival Image et Vie de Dakar 2008
Sélectionné au festival International du film d’Amiens 2008 (France)
Sélectionné au festival International Ojo Cojo 2008 (Espagne)
Sélection officielle FESPACO 2009
Sélection officielle Festival de Cine Africano de Tarifa 2009
HADJA MOÏ / HADJA MOÏ
P O R T RA I T
POR TRAIT
LAURENT CHEVALLIER
Hadja Moï a environ 103 ans, elle vit à Conakry, capitale de la Guinée.
L’esprit vif, elle est porteuse d’une mémoire, celle de l’éducation orale,
jamais recueillie.
Manty, mon épouse, est sa petite fille.
Hadja Moï lui a transmis ses valeurs, des valeurs universelles : sincérité, amour, solidarité et respect.
Mais cet enseignement oral tend à disparaître, qu’en reste t-il maintenant que l’école est bien implantée en Guinée ? Et que restera t-il de
la sagesse africaine quand tous ses porteurs auront disparus ?
73 MN / 2005 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
Hadja Moï is approximately 103 years old, she lives in Conakry, Guinea’s capital
city. She is still quick-minded and bears the yet unrecorded memory of oral education.
My wife Manty is her granddaughter. Hadja Moï has passed down her own values to her, actually universal values: honesty, love, solidarity and respect. This
kind of oral education is losing ground, what will remain of it, as Guinea now
has a well-developed school system? And what will remain of African wisdom
when all wise people are gone?
[› Distinctions / Awards :
Journées du cinéma Africain et Créole de Montréal, 2006
Festival Asiatique, Africain et Latino-américain de Milan, 2006
FIPA, 2006
Songes d'une nuit Dv, 2006
Traces de vie, 2005
Festival du film d'Amiens, 2005
Les écrans documentaires, 2005
36
L’ H O M M E E S T L E RE MÈ DE DE L’ HO MME ? / I S M A N A R E M E DY F O R M A N ?
POR T RAIT / S A N T É
POR TRAIT / HEALTH
OUSSEYNOU NDIAYE, EL HADJI MAMADOU NIANG, ANGÈLE DIABANG BRENER
Une plongée au cœur des ateliers Art Thérapie au service psychiatrique de l’hôpital Principal de Dakar.
« Nous sommes entrés ici un lundi et nous sommes assis naturellement
à leur table, l’espace de cinq jours, cinq univers… »
Immersion into the heart of Art Therapy workshops in the psychiatric ward of
Dakar’s Main Hospital. ”We arrived here on a Monday and we naturally sat
down with them at their table for five days, five worlds…”
34 MN / 2007 / MINI DV / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof, Français / Wolof, French
- sous-titres français / French subtitles
L' H O M M E Q U ' I L FAUT À L A PL ACE Q U'I L FA UT / THE RIGHT MAN AT THE RIGHT PL ACE
POR T RAIT / MUS I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
CÉDRIC DUPIRE, MATTHIEU IMBERT BOUCHARD
Musicien de renommée internationale, ancien militaire français puis guinéen, père
d’une famille de 34 enfants, féticheur, chasseur de voleurs, chef de clan…on ne
compte plus les casquettes qu’arbore Fadouba Oularé. Son histoire, de Faranah à
Conakry, se dessine progressivement, qu’elle soit énoncée par le griot ou évoquée
par ses amis, jusqu’à sa représentation sur les peintures murales du Palais du Peuple. Une histoire puissante, surprenante, parfois tragique mais qui ne prend pourtant
jamais le pas sur cet homme toujours en action. Une action qu’il mène au sein d'une
réalité complexe dans laquelle coexistent musiques traditionnelles, dictature militaire, précarité, animisme...
65 MN / 2008 / DV / FRANCE
When the first president of the independent Guinea-Conakry, pronounced those words, little
did he know they would become a catch phrase, a gimmick, a signature. Often, in not always
quoted by Fadouba Oulare in the everyday speeches he gives on such various duties as funerals or births, or to simply ease the understanding of his message to the troop of dancers and
musicians.
Fadouba Oulare is a complex character who accumulates responsibilities, functions and social
statuses. At the same time, he is the father of a family of 34 children, a former soldier for the
French and later Guinean armies, a head hunter or percussionist of international fame, Fadouba
Oulare is above all a “chieftain”.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Malinké, Français / Malinké, French
- Sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Mostra international do filme etnografico, Rio de Janeiro, Brésil, Novembre 2008
7e festival de Ouidah, Bénin, Janvier 2009
Dialektus festival, Budapest, Hongrie, mars 2009.
Worldfilm Tartu festival of visual culture, Tartu, Estonie, mars 2009
Festival international Jean Rouch, Paris, France, mars 2009
27th international Film festival of Uruguay, Avril 2009
37
H O T E L S A H A RA
SOCIÉT É / IM M IG RAT I O N
SOCIET Y / MIGRATION
BETTINA HAASEN
Une route qui mène nulle part. À la fin de cette route : Nouadhibou,
une ville portuaire en Mauritanie, délimitée par le Sahara d’un côté et
de la mer atlantique de l’autre côté. Une zone de transit, un espace inhospitalier qui héberge des milliers de personnes venant des pays voisins et qui ne rêvent que d’une chose : l’Europe. "Hotel Sahara" est
une métaphore qui représente la vie meilleure de l’autre côté de l’Atlantique. Un film qui parle des carrefours et des chemins, de l’aller, de
partir, d’espérer et d’attendre. Il évoque aussi à quel point il est difficile
de distinguer des "vraies" des "faux" réfugiés. Est-ce toujours aussi
évident de définir le statut de réfugié ? N’est-on pas aussi réfugié
quand on cherche à s’évader d’un monde sans perspectives ? Le film
observe avec beaucoup de réserve dans quelle mesure les rêves d’une
meilleure vie sont liés à une immobilité forcée, et combien de patience
sera nécessaire avant d’arriver, peut être, un jour, quelque part.
52 & 85 MN / 2008 / BETA DIGITALE / ALLEMAGNE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Hassaniya, français, anglais, Igbo, / Hassaniya, French, English, Igbo
- sous-titres anglais / English subtitles
I N N O C E N C E V O L É E / S T OLEN INNOCENCE
Hotel Sahara is a metaphor for transition of migrants who left their old life behind and who haven’t reached what they have been dreaming of. The focus of
the film is Nouhadibou, or Hotel Sahara in Mauritania, a transit location thousands of immigrants on their way to Europe. Travelers from Sub-Saharian countries arrive in this melting pot which has been a platform of human traffic for
centuries. Located between the past and the future, this film offers an intimate
inside look into this place of waiting, of hope, of unfulfilled dreams, of invented
and true stories, of double identities.
SOCIÉTÉ / ENFANCE
SOCIET Y / CHILDHOOD
ADAMS SIE
Dans les rues du Sénégal, vivent des milliers d’enfants sans espoir,
perdus dans un monde d’incertitudes.
Ils survivent par la mendicité et sont dans leur immense majorité victimes de trafic et/ou des pires formes de travail des enfants.
Adams Sie, jeune réalisateur sénégalais décide d’explorer leur univers.
Il compare leur dure enfance à la sienne, passée en Sierra Léone, pays
de l’Afrique de l’ouest ravagé par des années de guerre civile. Avec sa
caméra il fait une investigation sur cette situation tout en tentant de
recueillir les préoccupations de ces enfants à l’Innocence volée.
59 MN / 2009 / MINI DV / SÉNÉGAL
In the streets of Senegal, thousands of children live without any kind of hope,
lost in a world of uncertainty. Begging is the only way for them to survive and
most of them are victims of traffics and/or of the worst kind of child’s work.
Adams Sie, a young Senegalese director, has decided to explore their world.
He compares their difficult childhood with his own, when he grew up in Sierra
Leone, a country in West Africa, devastated by many years of civil war. While
his camera is investigating the whole situation, he tries to collect the concerns
expressed by these children whose innocence was stolen.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, anglais / French, English
38
I T CH O M B I / ITCHOMBI
SOCIÉT É / T RA DI T I O N
SOCIET Y / CUS T OMERS
GENTILLE M. ASSIH
Dans un village du Kéran au Togo, se déroule l’Itchombi, rituel de circoncision réunissant l’ensemble de l’ethnie des Solla. L’Itchombi désigne à la fois les couteaux, les jeunes hommes et le rituel. Cette
année, Déou et sa famille se préparent à cette cérémonie en voulant
scrupuleusement respecter les traditions. Toutefois, cette année ils
veulent que des mesures sanitaires soient mises en place pour éviter
une contamination éventuelle par des MST ou par le VIH. Ce débat
vient traverser toute la communauté en ébullition pour la fête.
52 MN / 2009 / DV CAM / FRANCE - TOGO
Deou, a Togolese student in Dakar, is about to return home to comply with his
father’s wish and undergo circumcision in the course of a traditional ceremony.
To ensure his protection from STD or AIDS infection, he requires a health-safe
procedure. Will all members of his community accept his request? Will it be possible for him to receive initiation and become a true man among his own, without
jeopardizing his physical well-being?
VERSION PROVISOIRE / PROVISIONAL VERSION
[› Versions disponibles / Available versions :
- Solla, Français / Solla, French
J ' A I TA N T A I M É . . . / I LOVED SO MUCH...
POR T RAIT / H I S T O I RE
POR TRAIT / HIS T ORY T
DALILA ENNADRE
Le portrait de Fadma, une femme marocaine engagée par l’armée française, comme prostituée pour accompagner les soldats marocains durant la guerre d’Indochine. Ce film révèle comment l’armée coloniale
française utilisa la sexualité comme une arme colonialiste.
Aujourd’hui, Fadma demande à la France de la reconnaître, comme
elle reconnaît les anciens combattants, affirmant haut et fort qu’elle
aussi a participé à l’effort de guerre.
The story of Fadma, a Moroccan woman engaged by the French army, as a
prostitute for the Moroccan soldiers during the War in Indochina.
The film reveals how the French colonial army used the sexuality .
Today, Fadma asks in France to recognize her as she recognizes the war veterans, asserting loud and clear that she too participated in the war effort.
52 MN / 2008 / DV CAM - MINI DV / FRANCE - MAROC
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe / Arab
- sous-titres français, anglais, espagnol / French, English, Spanish subtitles
[› Distinctions / Awards :
Griot d'Ebene : Meilleur film documentaire Festival Tarifa 2009
39
J E V O U D R A I S V O U S R ACO N T E R / I WANN A TELL YOU...
DALILA ENNADRE
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
En octobre 2003, une réforme du code de la famille a été enfin votée,
après plusieurs années de combat. Elle veut rendre plus de justice aux
femmes et rééquilibrer leurs droits par rapport aux hommes.
Ce changement représente un énorme espoir pour 13 millions de marocaines. Mais près de 70 % d’entre elles sont analphabètes et la plupart n’a pas accès à l’information. Dalila Ennadre a voulu rencontrer
ces femmes dont on parle tant, mais à qui on ne donne jamais la parole. Qu’en est-il d’elles?
Dans la lignée de plusieurs films sur les femmes, la réalisatrice s’immerge cette fois, dans le quotidien de femmes marocaines de conditions différentes et qui représentent la majorité : paysannes, ouvrières,
femmes des banlieues...
60 MN / 2005 / DV CAM - MINI DV / FRANCE - MAROC - PAYS BAS
In October, 2003, a reform of the family Code was finally voted, after several
years of struggle. This ew law was established in order to give more justice to
women and to rebalance their rights in regard to men This change represents
an enormous hope for 13 million Moroccans.
But about 70 % of moroccan women are illiterates and most of them have no
access to the information.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe / Arab
- sous-titres français, anglais, espagnol / French, English, Spanish subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix du Jury Festival Tarifa 2007
J O , L’A U TRE C H A H I NE / JO, THE O THER CHAHINE
POR T RAIT / C I N É MA
POR TRAIT / CINEMA
OLIVIER MOLINARI
Ce documentaire dresse un portrait impressionniste de Youssef Chahine au travail et rend palpable les traits en demi-teinte d'un personnage multiple. Youssef Chahine apparaît à travers deux figures :
l'artiste généreux et engagé et l'artisan exigeant proche de la technique
et de la matière filmique.
Au travers de ses discours, certaines facettes inédites du cinéaste sont
souvent décoiffantes, porteuses de messages percutants qui traduisent
avec force sa mobilisation contre les monstruosités présentes et passées.
26 MN / 2007 / BETA NUM - DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
This documentary film sketches an impressionistic portrait of Youssef Chahine
at work and makes the halftone features of this manifold character tangible.
Youssef Chahine appears in two aspects: a generous, committed artist and a
demanding craftsman, familiar with film techniques and material.
Through his words, some unknown aspects of the filmmaker are often quite surprising, conveying punchy messages that powerfully express his commitment
against past and present atrocities.
40
J O S É C A R L O S S C H WA R Z – A V O Z D O P O V O / THE VOICE OF THE PEOPLE
ADULAI JAMANCA
POR T RAIT / M US I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
Au début des années 70, dans un pays éclaté en nombreux groupes
ethniques et au cœur de la guerre pour l'indépendance, José Carlos
Schwarz a donné naissance en Guinée-Bissau au premier groupe musical, le «Cobiana Djazz".
José Carlos Schwarz chantait en créole et a créé un style musical qui
a unifié le peuple de Guinée. Ce documentaire nous raconte l'histoire
du poète et fondateur de la Guinée-Bissau, la musique moderne, qui
est décédé dans un accident d'avion en 1977, à l'âge de 27 ans.
52 MN / 2006 / DV CAM / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
JUS TICE À AGADEZ / JUS TICE IN AGADEZ
In the early 70’s, in a country shattered into numerous ethnic groups and at the
core of the war for independence, José Carlos Schwarz gave birth to GuineaBissau’s first musical group, the “Cobiana Djazz”.
José Carlos Schwarz sang in creoule and created a musical style that unified
the guinea people. This documentary tells us the story of the poet and founder
of Guinea-Bissau’s modern music, who died in a plane crash in 1977, at the age
of 27.
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
CHRISTIAN LELONG
À Agadez, au Niger, il y a des policiers et des tribunaux, comme ailleurs. Mais il existe à côté d'eux un deuxième système judiciaire, héritage d'une tradition musulmane. Le Cadi est une sorte de juge de paix
traditionnel, dont la référence est le Coran. La charia du Cadi n'a rien
à voir avec les fanatismes.
Pondération et bon sens, psychologie et connaissance des réalités…
Les audiences du Cadi sont la scène où se représente toute une société. Elles offrent aussi un regard sur la tradition et la pratique musulmanes, dégagé des clichés et banalités.
52 & 78 MN / 2004 / FRANCE - NIGER
In Agadez, Niger, as elsewhere, there are police officers and court hearings.
But alongside this, another judicial system exists, living heritage of a muslim
tradition. The 'Cadi' is a judge of the peace who uses the Koran as his reference.
'Cadi' court hearings are scenes where a whole society is represented in a magnificent and moving way. They also offer the opportunity to take a closer look at
muslim lifestyles, freed of clichés and trivialities.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
[› Distinctions / Awards :
Grand Prix de Traces de vie, 2005
41
K U D U RO , F O G O N O M U S E K E / KUDURO – FIRE IN THE NEIGHBORHOOD
JORGE ANTÓNIO
C ULT URE
CULTURE
Depuis son indépendance, l’Angola n’avait jamais connu un phénomène culturel aussi dynamique et controversé que l’est le Kuduro.
Aucun autre genre musical ne s’est répandu aussi rapidement au-delà
des frontières du pays, devenant ainsi un phénomène international.
Kuduro – Le Feu dans le quartier dresse le portrait d’une nouvelle génération sociale et culturelle qui a décidé de devenir la nouvelle voix
de l’Angola.
Never since its independence had Angola known such a dynamic and controversial cultural trend as the Kuduro. No other musical style spread so quickly
beyond the country frontiers, thus becoming an international phenomenon.
Kuduro – Fire in the Neighborhood portrays a new social and cultural generation
who is willing to become the new voice of Angola.
52 MN / 2007 / BETA DIGITAL / PORTUGAL - ANGOLA
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
L. V I L L E
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
SWANN DUBUS MALLET
Six heures du matin, jour de rentrée scolaire à Madagascar. Félana se
prépare à aller au lycée, les professeurs aussi… Luce va faire le ménage chez ses patrons, Lydia s’entraîne à la lutte, les ouvrières de la
zone franche entrent à l’usine, Hortense va enfin se coucher…
Au fil d’une journée, treize femmes malgaches racontent Tananarive au
quotidien. Les histoires de famille, de cœur, d’identité, de colonisation,
de politique ou de travail deviennent l’histoire d’une ville parcourue et
dite par ses habitantes.
Six o’clock in the morning. First day back to school in Madagascar. Felana and
the teachers are getting to go to high school. Luce is about to start her cleaning
job, Lydia is practising her combat, factories workers are starting their morning
shift, Hortense is at last going to bed...
During the day, thirteen Madagascar women take turns in telling stories about
their every day lives in Tananarive. Tales about family, love, colonization, politics
and work illustrate the story of a town through the lives and experiences of its
female inhabitants.
75 MN / 2007 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, malgache / French, Malagascan
- sous-titres anglais / English subtitles
42
L AR M E S D ’E S P O I R / TEARS OF HOPE
POR T RAIT / IM M I G RAT I O N
POR TRAIT / MIGRATION
GUY KEMENGNE
Venu au cameroun pour un Festival de théâtre, Rodrigue B. est
contraint à passer plusieurs années en exil. La paix dans son pays, la
République centrafricaine, n’est pas de retour.
Il nous parle de son univers et de sa condition de réfugié.
Rodrigue B. came to Cameroon for a theatre festival, and had no choice but remaining there for several years in exile. He is from Central African Republic and
his country is not yet at peace again. He tells us about his world and his life as
a refugee.
26 MN / 2007 / MINI DV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
LES D I X M O T S D E L A F R A NCO PHO NIE / THE 10 WORDS OF FRANCOPHONIE
GORA SECK
C ULT URE
CULTURE
Ce film est réalisé dans le cadre de la semaine de la francophonie. Il
est un outil d’échange et d’expression fondé sur une approche artistique et ludique de la langue. La caravane des dix mots choisis de la
langue française pour voir, écouter, lire et découvrir la richesse de la
langue et des gens qui l’utilisent à travers le Sénégal.
This film is made within the framework of the Week of Francophonie. It is meant
to be a tool for exchange and expression, based on an approach of the language
related to art and to games. It is a word caravan, ten words chosen in the French
language to see, listen to, read and explore the richness of the language and
of all people using it throughout Senegal.
26 MN / 2006 / DVD, DVCAM / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
43
LI FE T M E T / LI FET MET
H I S T O I RE
HIS T ORY
NADIA BOUFERKAS, MEHMET ARIKAN
Depuis la guerre d'Algérie, plus de quarante ans sont passés.
Le film est une plongée dans le quotidien d'une Section Administrative
Spéciale.
Aujourd'hui y cohabitent comme ils peuvent les ennemis d'hier.
Loin de tout héroïsme ou de repentir, ces villageois, oubliés de l'Histoire officielle nous racontent simplement leurs histoires.
It’s been over forty years since the Algerian war. We delve straight into the daily
life of a Special Administrative Section.
Today, yesterday’s enemies live together here as best they can. Without heroism
or regret, these villagers, forgotten and ignored by official History, simply share
with us the story of their lives.
72 MN / 2006 / DV CAM / FRANCE - ALGÉRIE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe /Arab
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Festival du Réel, Beaubourg, Paris, 2007
Figra, France, 2007
CineMed, France, 2007
Traces de vies, France, 2007
Festival international de films documentaires, France, 2007
Festival de films de femmes, France, 2007
Festival de films arabes, USA, 2007
Festival de films de femmes, Espagne, 2008
LI R E / READING
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
DIDIER LISSA
A travers le discours du personnage, l'auteur montre que la première
étape de tout apprentissage est la lecture. Le film est construit autour
de l'expérience de l'acteur dont le métier se base sur la culture de la
lecture.
Le documentaire finit par livrer un des secrets de la lecture, celui de
permettre à l'homme de voyager tout en restant sur place.
Through the words of the main character, the author intends to demonstrate that
the first step in every learning process is reading. The film deals with the experience of an actor whose whole work is based on reading. In the end, the film
unveils one of the secrets of reading, which is allowing people to travel without
having to move.
9 MN / 2008 / MINI DV / RD CONGO
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
44
LONG DIS TANCE / CO U R E U R D E F O N D
POR T RAIT / S P O R T
POR TRAIT / SPOR T
MORITZ SIEBERT
27 MN / 2009 / HDV / ROYAUME UNI
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
MAAM KUMBA
ALIOUNE NDIAYE
Abiyot fait partie des Africains coureurs de fond qui tentent de gagner
leur vie et de faire carrière aux USA. Il fut l’un des membres prometteurs de l’équipe nationale d’Ethiopie, mais il a quitté son pays voilà
deux ans pour commencer une nouvelle vie. Weekend après weekend,
avec d’autres athlètes africains, il participe à des courses sur route
pour des prix de quelques centaines de dollars. Le film suit Abiyot qui
se prépare pour une course importante. Tous les matins à l’aube, il
s’entraîne infatigablement dans les rues désertes de son quartier du
Bronx. Avec un entraînement qui conditionne le moindre détail de son
quotidien, ses foulées dictent non seulement le rythme de sa vie, mais
elles deviennent aussi le rythme lancinant du film. Lorsqu’il téléphone
à sa famille restée au pays, Abiyot essaie de les convaincre, en même
temps que lui-même, qu’à la longue la course finira par payer...
Abiyot is one of several African long distance runners, trying to make a living
and career in the US. Once he was a promising member of the Ethiopian national team, but two years ago he left his country to start a new life. Weekend after
weekend, he he races with fellow African athletes in road races, competing over
a few hundred dollars of prize money. The film follows Abiyot as he prepares
for an important race. Every morning at break of dawn he tirelessly trains in the
empty streets of his Bronx neighborhood. With every aspect of his daily routine
centered on his training, his footsteps not only dictate the rhythm of his life, but
also become the pervasive rhythm of the film. In phone calls with his family back
home, Abiyot tries to convince them and himself, that the running will pay off in
the long term...
CULT U RE / T R A DI T I O N
CULTURE / CUS T OMS
Maam Kumba Bang est le génie de Saint Louis. Elle vit dans le fleuve
Sénégal. Sa présence hante la ville et le fleuve, et tout un imaginaire
collectif s’est construit autour d’elle. Pourtant elle demeure toujours
mystérieuse, et rares sont les personnes qui peuvent affirmer l’avoir
vue pour témoigner de son existence. Il s’agit pour moi de percer le
mystère qui réellement entoure cette femme. Ce documentaire est alors
la possibilité d’aller à sa recherche et peut-être de la rencontrer.
Maam Kumba Bang is the genius of Saint Louis. She lives in the Senegal River.
Her presence haunts the city and the river, and made lasting imprints in the collective imagination. Yet she remains mysterious, and very few persons can affirm
having seen her to give evidences of her existence. This film is an attempt to
shed lights on that woman shreded in mystery . It is also a chance to perhaps
meet her.
26 MN / 2008 / DV CAM / BELGIQUE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof / Wolof
- sous-titres français / French subtitles
45
MAGIC RADIO / MAGIC RADIO
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
STÉPHANIE BARBEY, LUC PETER
Au Niger la radio est partout, avec tout le monde. Dans les rues, sur
les nattes, dans les sacs. Amie de tous les jours, elle distrait, éduque
et informe. Dans un pays où le taux d'analphabétisme touche plus de
80% de la population, la radio demeure le moyen de communication le
plus populaire.
Aujourd'hui, par la voix des ondes libres, les Nigériens prennent goût
à la démocratie et s'emparent du micro.
C'est la révolution FM.
83 & 54 MN / 2007 / FRANCE
In Niger, where more than 80% of the population is illiterate, radio is the main
means of mass communication. Simple yet reliable, the radio is everywhere, in
the streets, homes and the bush. It entertains, educates, informs and helps provide a check on power.
Today, through the radio waves, the citizens of Niger seize the microphone and
taste democracy.
It’s an FM revolution.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Zama / French, Zama
- sous-titres anglais / English subtitles
MAM B E T Y, P O U R T O UJ O UR S / M A M B E T Y F O R E V E R
GUY PADJA, AÏSSATOU BAH
POR T RAIT / C I N É MA
POR TRAIT / CINEMA
Portrait à visages multiples du cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambety
(1945-1998), ce documentaire inédit permet d’en savoir un peu plus sur la
personne de l’œuvre de ce génie qu’était le réalisateur du film culte Touki
Bouki. Ceci à travers les témoignages de nombreux cinéastes et comédiens
ainsi qu’un aperçu de ce que certains critiques retiennent de l’œuvre de ce
météore si prématurément arraché à la vie.
A portrait displaying the multiple faces of Senegalese filmmaker Djibril Diop Mambety
(1945-1998), this yet unreleased documentary film brings information about both personality and work of this genius, the author of cult film Touki Bouki. This portrait is
made of accounts given by numerous filmmakers and actors, and of what some art
critics have outlined in the work of this so prematurely gone brilliant mind.
54 MN / 2009 / MINI DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres espagnols / Spanish subtitles
46
MAM I O , L’E X I L D E S DI E UX / MAMIO, GODS IN EXILE
SOCIÉTÉ / A R T
SOCIET Y / AR T
NISSY JONNY TRAORÉ
Mamio, la statuette de la fécondité en pays Kurumba a disparu un
matin de 1991 du village d’Ouré au nord-est du Burkina Faso. Dix années plus tard grâce aux efforts conjugués du Pr. Kiethega, un éminent
chercheur de l’Université de Ouagadougou et de la communauté internationale, elle a été retrouvée en Allemagne puis ramenée parmi les
siens, le 16 décembre 2001 à Pobé Mengao. Au-delà de cette mésaventure de Mamio, ce sont des trésors entiers qui disparaissent de nos
villages, sous l’effet dévastateur de trafiquants, aidés par une situation
économique précaire dans les villages et encouragés par des antiquaires prêts à vendre leur âme.
83 & 54 MN / 2007 / FRANCE
One morning of the year 1991, Mamio, the fecundity statuette of Kurumba Land,
could no longer be found in the village of Ouré in North-Eastern Burkina Faso.
Ten years later, thanks to the combined efforts of Pr. Kiethega, a distinguished
researcher at Ouagadougou University and of the international community, it
was found again in Germany, and taken back home to Pobé Mengao on December 16, 2001. Beyond Mamio’s misfortune, what is at stake in our villages is the
looting of real treasures by traffickers who take advantage of the villagers’ precarious situation and are prompted by antique dealers who wouldn’t mind selling
their own souls.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix spécial du Jury FESPACO, 2007
MAN G E S - TU L E RI Z DE L A VA LLE E ? / DO YOU EAT RICE OF THE VALLEY ?
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
MAMOUNATA NIKIEMA
Dans la tradition culinaire et alimentaire du Sénégal, le riz occupe une
place centrale. Mais le riz que mangent les Sénégalais vient d'ailleurs.
Mamounata Nikiema, en filmant les étapes de cette consommation, fait
un travail documentaire autour de la question de l'autosuffisance alimentaire.
Rice is at the centre of Senegal’s culinary tradition, yet the rice that is eaten by
Senegalese comes from elsewhere.
10 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
47
MAN O U G A L L O , F E MME S DE RY THME / MANOU GALLO, RHY THM GAL
POR T RAIT / MUS I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
JEAN-PHILIPPE MARTIN
Bassiste, guitariste, percussionniste, danseuse, chanteuse, auteure et
compositeure, de toute évidence, les muses se sont penchées avec
bienveillance sur le berceau de Manou Gallo et ne l’ont pas quittée depuis sa Côte d’Ivoire natale.
Mêlant ses racines africaines et influences blues, funk et soul contemporaines, cette jeune femme explore de nouveaux territoires musicaux
et développe avec talent sa carrière au niveau international. En la suivant à Abidjan après l’enregistrement de son second album puis de retour à Bruxelles pour la préparation scénique de sa nouvelle tournée.
Nous partagerons un moment de sa vie, basée sur le rythme, pour
comprendre le rapport au monde de cette jeune femme et prendre le
pouls de sa vie métissée
52 MN / 2007 / DVCAM / BELGIQUE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Sélectionné au Festival Cinema Africano d’Asia e America Latina
de Milan, 2008
Festival des cinémas africains, Bruxelles, 2008
Festival « Regards sur le cinéma du Sud », Rouen, 2007
L A M A RA Î C H È RE D E NUIT / THE NIGHT MERCHANT
Bassist, guitarist, percussionist, dancer, singer and songwriter; it's obvious the
fairy godmother was very busy over Manou Gallo's cot and never left her since
she moved to Europe from Ivory Coast. Gallo mixes her African roots with blues,
funk and contemporary soul. This leads her to new musical territories, and a
promising international career. By following her to Abidjan where she recorded
her second album and then back to Brussels to prepare her tour, we share a
part of her life based on rhythm. So we understand her relationship with the
world and take the pulse of her fusion life.
POR T RAIT / S O C I É T É
POR TRAIT / SOCIET Y
MICHÉE SUNZU
La maraîchère de nuit, un film portrait de Chantal Lumengu, une mère
de famille, qui le jour, est ménagère et aide son mari à cultiver les
champs. Et la nuit, est vendeuse au marché dit des sorciers, du fait de
ses activités nocturnes.
15 MN / 2008 / DV CAM / RD CONGO
This film portrays a woman who is a mother and housewife during the day, helps
her husband cultivate their field, and who every night works as a merchant on
the so-called sorcerer market, as it takes place during the night.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
48
MATA G A H A M . CO M ME NT Ç A VA L A S A NTÉ ?
SANTÉ
HEALTH
NADÈGE BUHLER
Au Niger, on s’arrange de la médecine sommaire des dispensaires, des
médicaments de contre-bande ou des grigris de charlatans.
Pourtant, une alternative existe. Elle fait ses preuves depuis des millénaires et ne demande qu’à être développée : la médecine par les
plantes africaines.
Casimir Azandeme, le jeune directeur de l’herboristerie Bani Turi en
fait son cheval de bataille, Damouré Zika, le vieux guérisseur l’utilise
depuis toujours.
Reste à convaincre les politiques pour que ces ressources locales et
ces traditions ancestrales deviennent une réalité contemporaine et efficace, une véritable voie de développement.
80 MN / 2007 / DVC PRO HD / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, dherma / French, Dherma
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
sélection au 27ème Festival International Jean Rouch en 2008
In Niger, people settle for basic medicine distributed by health centers, contraband medicine or traditional amulettes that are supposed to protect oneself
againts evil.
All the while, an alternative exists. This alternative has existed for thousands
of years and just waits to be fully developped : medicine that is produced from
African plants.
While Casimir Azandeme, the young director of the herb cultivation facility Bani
Turi, is trying to distribute his newly produced medicine, Damouré Zika, an old
traditional healer, has always used them.
The only thing left is to convince the politicians that local ressources and ancient
traditions have become a contemporary and efficient, a new path for development.
MI A CO U T O - O D E SE NHA DO R DE PA L AVR A S / MIA COUT O – THE WORD DRAWER
JOÃO RIBEIRO, HUDSON VIANNA
POR T RAIT / C ULT URE
POR TRAIT / CULTURE
António Emílio Couto, âgé de 49 ans, a publié son premier livre en
1983 sous le titre “A Raiz de Orvalho” (La racine de rosée) et depuis,
son oeuvre ne cesse de grandir. De la poésie à la prose, sans se
préoccuper des classifications de genre mais plutôt de la cohérence
des choses, Mia Couto – son nom littéraire- est un producteur né,
transformant continuellement la réalité presque fictionnelle de la terre
où il est né. Qui est Mia Couto?
António Emílio Couto published his first book in 1983 – “A Raíz de Orvalho”
(The Roots of Dew) and, since then, his literary work hasn’t stopped growing.
This film is an intimate portrait about the multiple characters that cohabit Mia
Couto and also a glance of his country trough the eyes of someone who writes
about what he dares to dream about.
52 MN / 2006 / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugal / Portuguese
49
MIONGA KI ÔBO - MAR E SELVA / MIONGA KI ÔBO - SEA AND JUNGLE
H I S T O I RE
HIS T ORY
ÂNGELO TORRES
Les “Angolares” sont les plus anciens habitants de l’île de São Tomé
où selon la légende, ils sont arrivés après un naufrage.
Autrefois seigneurs de l’Ille, ils ont été spoliés à force à la fin du XIX
siècle, et maintenant ils sont réduits a une petite communauté de pêcheurs.
Entre les mites et les mystères de cette l’île de beauté luxuriante, ce
film nous dévoile l’histoire et les coutumes des « Angolares », pour qui
la pêche et la mer sont les symboles d’affirmation.
52 MN / 2005 / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugal / Portuguese
MIRAGES / MIRAGES
The “angolares” are the eldest inhabitants of S.Tomé’s island where, according
to the leggend, they arrived after a shipwreck.
Long ago lords of the island, they were defeated by force by the end of XIX century and are now reduced to a small fishing community.
Amongst the myths and misteries of this island of luxurious beauty, the film discloses the Angolar people’s customs and history. A people for whom the sea
and the fishing craft are a symbol of a statement.
SOCIÉT É / IM M IG RAT I O N
SOCIET Y / MIGRATION
OLIVIER DURY
Chaque jour, à mille lieues d’ici, des dizaines d’hommes porteurs d’un
espoir inouï s’en vont, désireux d’atteindre l’Europe.
Durant les premiers jours de leur traversée entre Agadez et Djanet,
entre Niger et Algérie, les émigrants doivent affronter le temps du désert, ses stases, ses accélérations foudroyantes, son immobilité minérale.
Cette épreuve qui les traverse fait d’eux des sans-papiers. C’est durant
ce trajet que le film les singularise, les détourne un instant de l’invisibilité qui les attend.
46 MN / 2008 / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix Premier au FID Marseille,
Prix Jean Vigo – Punta de Vista,
Prix Premier Doc aux Ecrans du Réel,
Prix du court-métrage à Songes d’une nuit dv,
Prix du documentaire à Regards sur le monde – Rouen,
Mention au Filmmaker Film Festival Milan
Every day, thousands of miles from here, dozens of people are driven by an incredible sense of hope to set out with the intention of arriving in Europe.
During the first few days of their crossing from Agadez to Djanet, from Niger
into Algeria, these emigrants are forced to confront the time of the desert with
its stases, its brutal accelerations and its mineral inertia.
The ordeal they undergo turns them into undocumented immigrants. But during
their journey, this film considers them as individuals and for a brief moment
steals them from the invisibility that awaits them.
50
MO H A M E D C H O U I KH, UN CINÉ A S TE R É SI S TA NT
POR T RAIT / C I N É MA
POR TRAIT / CINEMA
LARBI BENCHIHA
Portrait du cinéaste algérien Mohamed Chouikh.
A portrait of an algerian director Mohamed Chouikh.
26 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
sélection au 27ème Festival International Jean Rouch en 2008
MO M O L E D OYE N / MOMO THE ELDES T
POR T RAIT / M US I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
LAURENT CHEVALLIER
Véritable roi du swing et de l’improvisation, Momo Wandel Soumah
était le doyen du jazz africain. Il créait sa musique sans l’écrire, en
s’inspirant des chansons populaires, et en réunissant autour de sa voix
et de son vieux saxo desséché, les grands maîtres des instruments
traditionnels africains : kora, balafon, flûte pastorale, djembé, etc…
A true king of swing and improvisation, Momo Wandel Soumah was the Eldest
of African jazz. He created his music without writing it, inspired by popular tunes
and gathering around his «out-of-the-bush-Louis-Armstrong» voice and his old
withered saxophone, the big masters of traditional African instruments: kora,
balophone, shepherd’s flute, djembe drums...
82 MN / 2006 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
États généraux du film documentaire, 2006
Festival d'Aubervilliers, 2006
Festival de Besançon, 2006
51
MO N B E A U S O U RI RE / MY BEAUTIFUL SMILE
CULT U RE / T R A DI T I O N
CULTURE / CUS T OMS
ANGÈLE DIABANG BRENER
Le tatouage de la gencive est une coutume répandue en Afrique de
l’Ouest. Autrefois, les femmes n’exprimaient aucune douleur pendant
cette cérémonie qui les faisait passer à l’âge adulte, pour ne pas déshonorer leur famille. Aujourd’hui encore ce rite de séduction est perpétué mais toutefois sans les danses et les chants d’antan. Il arrive
même que certaines femmes laissent échapper quelques gémissements. Ce court métrage nous expose cette tradition méconnue qui
nous dévoile une nouvelle facette de la culture africaine.
The gum tattoo is a common tradition in West Africa. For the former generations
to show pain during the process which enabled them to reach adult life was very
shameful for the women and their families. This seduction ritual is still practised
nowadays but with much less ceremony than before and from time to time you
might even hear a few complaints. This short film gives us an insight on this
disregarded custom which reveals a new facet of African culture.
5 MN / 2005 / MINI DV / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof / Wolof
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix Graine de Doc au festival « Docencourts » de Lyon, 2005
Mention spéciale au festival des cinémas d’Afrique de Apt, 2006
LE M O N O L O G U E D E L A MUE TTE / T H E S I L E N T M O N O L O G U E
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
KHADY SYLLA, CHARLIE VAN DAMME
Le Monologue de la muette, c’est la vie d’Amy. Une vie de bonne. Commencer à douze ans, parfois plus tôt. N’avoir ni contrat, ni bulletin de
salaire. Au plus proche de la servitude ordinaire qu’elle subit chez ses
patrons. Dans l’intimité de sa retraite forcée au village, où elle donnera
naissance à sa fille. Une espérance et une impasse, tout à la fois. En
écho à cette trajectoire, les paroles d’autres bonnes, la complainte des
lavandières, la résistance des femmes du bidonville de la rue 11, dans
la médina. La colère de la slameuse Fatim Poulo Sy. Notre colère.
Comme une polyphonie.
45 MN / 2008 / MINI DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Wolof / Wolof
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
The Silent Monologue is Amy’s life. The life of a maid. She began working from
the age of 12, if not younger. Her job is not secure. It’s a life of daily servitude
to her employer. Constrained to return to her village, to give birth to her daughter, she is filled both with hope and hopelessness. The utterances of other
maids, the complaints of washerwomen, the struggle of all those living on rue
11 in the Medina echo her situation. The rage of the slam poet Fatim Poulo Sy.
Our anger rising... Like a polyphony
[› Distinctions / Awards :
Sélection française, Cinéma du Réel, 2008
52
MO U S S E M
CULT U RE / T R A DI T I O N
CULTURE /CUS T OMS
IZZA GENINI
Fête populaire, pèlerinage religieux, souk et foire commerciale, le
moussem de Moulay Abdallah, face à l’Océan Atlantique au Sud d’El
Jadida au Maroc, est le plus célèbre pour sa FANTASIA. Chaque année
elle réunit prés d’un millier de chevaux et de cavaliers. Par vagues successives les troupes déferlent jusqu’aux tribunes officielles en tirant à
l’unisson le baroud d’honneur. Toufik NAOMI, 22 ans, le plus doués
des cavaliers sera l’heureux élu du Moussem 97.
24 MN / 1997 / 16 MM / FRANCE
Feast, Pilgrimage or Souk, the Moussem is the most popular and the most regular Moroccan event. The one of Moulay Abdallah is the most renowned for its
Fantasia. It gathers every year around one thousand horses and their magnificents horsemen. Through successive waves the troops unfurl up to the official
platforms, shooting all together the honour "baroud". Toufik Naomi, 22 years
old, one of the more impassionated and gifted riders, will win once again that
coveted victory.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe, français / Arab, French
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix Jules Verne
MOUTON NOIR
THOMAS MAUCERI
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Thomas est né ulotriche, « avec le cheveu crépu », et cette particularité n’a jamais cessé de l’interroger. Il décide donc de questionner son
métissage en visitant quatre salons de coiffures symboliques de sa
construction identitaire.
Du petit village de Bretagne où vivait son arrière grand-mère, au Congo
d’où est originaire son père, Thomas nous entraine dans un voyage
capillaire.
52 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
Thomas wa born ulotrichous, « with frizzy haïr », and this particularity has never
stopped to interrogate him. So he decided to question his crossbreeding by revisiting four barbershops which are like symbols of his identity construction.
From the little village in britany where lived his gréât grand-mother to the Congo
where his father came from, Thomas leads us to a capillary journey.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
53
MO V E M E N T (R)E V OL UTIO N A F R I C A /
CULT U RE/ DA N S E
CULTURE / DANCE
JOAN FROSCH AND ALLA KOVGAN
Dans une exposition étonnante de fomentation chorégraphique, neuf
chorégraphes africains disent des histoires d'une forme d'art émergente et leurs expressions diverses et profondément contemporaines
d'individu. Les critiques renversantes de chorégraphie et de rivetage
contestent des stéréotypes éventés de "Africa" traditionnel ; pour dévoiler âme-secouer des réponses à la beauté et à la tragédie du 21ème
siècle Afrique.
In an astonishing exposition of choreographic fomentation, nine African choreographers tell stories of an emergent art form and their diverse and deeply
contemporary expressions of self. Stunning choreography and riveting critiques
challenge stale stereotypes of "traditional Africa" to unveil soul-shaking responses to the beauty and tragedy of 21st century Africa.
65 MN / 2007 / DV CAM / USA
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
- sous-titres français, espagnols / French, Spanish subtitles
[› Distinctions / Awards :
FESPACO, Burkina Faso, 2009
Nominated for the Jury Prize, Dance on Camera Festival, Walter
Reade Theatre at Lincoln Center, New York, USA
44th International Television Festival, Golden Prague in-competition,
Czechoslovakia
Best Dance film, Cyprus International Film Festival
MU VA R T / MUVAR T
JOSÉ AUGUSTO NHANTUMBO
C ULT URE
CULTURE
Muvart, le Mouvement d’Art Contemporain du Mozambique, est une association de jeunes artistes contemporains qui ont rompu avec les
formes traditionnelles des arts plastiques. Pour la première fois, ces
artistes ont été invités à participer à une exposition internationale d’art
contemporain. La préparation de cette exposition nous permet de découvrir le quotidien de ces jeunes artistes dans une société qui change
vite.
52 MN / 2005 / DV CAM / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
Muvart – Contemporary Art Movement of Mozambique. Muvart is an association
of young contemporary artists who have broken away from traditional forms of
plastic art.
For the first time, the group was invited to take part in an International Contemporary Art Fair in Lisbon, Portugal in 2004.
As we follow them throughout their preparations for the trip, we get a fascinating
glimpse of the day to day lives of this group of young artists as they make their
way in a society that is changing and growing.
54
N ATAC H A ATL A S , L A RO SE PO UR PR E DU C A I R E / N ATACHA ATL AS, THE POP ROSE OF C AIRO
POR T RAIT / M US I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
FLEUR ALBERT
De Saint-Nazaire à Londres, le film compose en plusieurs fragments,
plusieurs « tableaux », le portrait musical et intimiste d’une grande
crooneuse des sables, Natacha Atlas, d’une migration à l’autre, un seul
voyage, une seule rêverie mélancolique entre orient et occident. Sur
les traces d’une rose pop…
From a concert in st Nazaire to London, this film uses a myriad of fragments
and scenes to compose a personal, musical portrait of the great songstress of
the sands, Natacha Atlas, from one migration to another, a single journey, a single melancholic reverie is forged between east and west, on the trail of a pop
rose.
52 MN / 2007 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
N D OU, L E C U LTE DE S CR Â NE S / N D O U, S K U L L W O R S H I P
CULT U RE / T R A DI T I O N
CULTURE / CUS T OMS
HORTENSE FANOU NYAMEN
Le culte des crânes est une pratique coutumière qui caractérise les
peuples de l’ouest du Cameroun, en particulier les Bomilékés. L’influence du Christianisme et du modernisme n’a pas réussi à défaire
entièrement ce peuple de son attachement à cette valeur traditionnelle
qui représente leur identité profonde.
Skull worship is a vivid custom, common to many populations in Western Cameroon, particularly in Bamileke Land. The influence of Christianity and modernism has not succeeded in having people completely turn away from this
traditional value representing their deep-rooted identity.
52 MN / 2009 / HDV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Balengou / Balengou
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
55
N J A K H A S S ( PAT C H W O R K ) / PAT C H W O R K , N J A K H A S S
CULT U RE / SPIRI T UA L I T É
CULTURE / SPIRITUALIT Y
OUMY NDOUR
Idrissa Mbaye et Fa Ndiaye, son épouse, habitent à Saint-Louis du Sénégal. Ils règnent ensemble sur une maisonnée d’une trentaine de personnes qui vivent toutes selon les préceptes Baye Fall. Le Baye
Fallisme est un culte musulman dérivé du mouridisme. Il est basé sur
le travail et fortement ancré dans la culture sénégalaise. Au travers du
quotidien de cette famille, le film va à la découverte de la pensée et
de la manière de vivre des Baye Fall.
26 MN / 2007 / DV CAM / BELGIQUE - SÉNÉGAL
Idrissa Mbaye and his wife Fa Ndiaye live in Saint-Louis du Sénégal. Together,
they reign over a thirty-people household, who all live according to the Baye
Fall principles. Baye Fallism is a Muslim faith derived from Mouridism. It is
based on work and strongly anchored in Senegalese culture. Through this family’s every-day life, the film explores the way of thinking and lifestyle of Baye
Fall disciples.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
N O L LY W O O D , M A D E I N N I G É R I A / N O L LY W O O D , M A D E I N N I G É R I A
SOCIÉT É / C I N É MA
SOCIET Y / CINEMA
LEA JAMET
Le Nigéria se place parmi les 3 plus gros producteurs de fiction de la
planète avec les Etats-unis et l’Inde. En moins d’une quinzaine d’années, les Africains se sont détournés des films étrangers au profit de
réalisations dans lesquelles l’ensemble de la population noire peut
s’identifier.
Nollywood made in Nigeria révèle ce phénomène méconnu qui draine un formidable essor économique et déchaine un engouement général. Rythmé par les
témoignages des réalisateurs et des acteurs très populaires, des extraits de
films et de musiques représentatifs de ce pays, le documentaire nous entraine
au cœur de Nollywood, véritable exception culturelle.
52 MN / 2007 / HDV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
56
POR T RAIT / DA N S E
NORA / NORA
POR TRAIT / DANCE
ALLA KOVGAN, DAVID HINTON
"Nora" est basée sur des histoires vraies d'une danseuse Nora Chipaumire, née au Zimbabwe en 1965. Dans le film, Nora revient au paysage de son enfance et prend un voyage par les mémoires vives de sa
jeunesse. Utilisant l'exécution et la danse, elle apporte son histoire à
la vie dans une poésie rapide-mobile de bruit et d'image. Le résultat
est un film au sujet des drames de famille, aventures amoureuses difficiles et politique militante, qui se déplace dans les deux sens entre
le comique et le tragique, le joyeux et le triste. C'est un film au sujet
d'une fille qui est constamment rompue aux conflits - luttant contre
toutes sortes d'intimidation et violence - mais qui recueille lentement
la force, la fierté et l'indépendance.
35 MN / 2008 / BETA SP - MINI DV / USA - UK - MOZAMBIQUE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
- sous-titres français, espagnols / French, Spanish subtitles
“Nora” is based on true stories of the dancer Nora Chipaumire, who was born
in Zimbabwe in 1965. In the film, Nora returns to the landscape of her childhood
and takes a journey through some vivid memories of her youth. Using performance and dance, she brings her history to life in a swiftly-moving poem of
sound and image. The result is a film about family dramas, difficult love affairs
and militant politics, which moves back and forth between the comic and the
tragic, the joyful and the mournful. It is a film about a girl who is constantly embattled - struggling against all kinds of intimidation and violence - but who slowly
gathers strength, pride and independence.
[› Distinctions / Awards :
Grand Prix Black Maria Festival, Jersey City, NJ
Afropop Award, The Real Life Documentary Festival, Accra, Ghana
Best documentary short Africa World Documentary Film Festival,
Saint Louis, Missouri
Creativity Award, FIFA Festival of Films on Arts, Montreal, Canada
Best Dance Short Tiburon Film Festival, USA
Special Prize for CINEMATOGRAPHY Newport Beach Film Festival, USA
Audience Award Dance on Camera, New York
Second Prize - Documentary Athens International Film and Video Festival, USA
Special Jury Mention International Short Film Festival Oberhausen, Germany
N O T R E PA I N C A P I TA L /
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
SANI ELHADJ MAGORI
Dans les rues de Saint-Louis du Sénégal, Sani Elhadj Magori, étudiant
en Master 2 à l’Université Gaston Berger, s’attache à filmer la chaîne
alimentaire qui gravite autour du pain, de sa fabrication jusqu’au marché noir qui irrigue les réseaux de la mendicité.
In the streets of Saint Louis, Senegal, Sani Elhadj Magori films the food chain
that revolves around bread, from its fabrication, to the black market that supplies the begging system.
12 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
57
NÛBA D’OR ET DE LUMIÈRE / NUBA OF GOLD AND LIGHT
CU LT U RE / M US I Q UE
CULTURE / MUSIC
IZZA GENINI
Nûba d'or et de lumière raconte l'histoire d'une musique. La musique
arabo-andalouse dont la nûba serait la symphonie... A l'image d'un
arbre musical, ses branches sont nourries d'une sève qui, depuis 14
sièces, monte des confins marocains et des courants venus d'Arabie,
grandit dans les cours des califes andalous, se fortifie dans l'Espagne
médiévale, se mêle au chant des trouvères et des sépharades, puis
replantée au Maghreb, s'épanouit au Maroc sous le nom del Ala.
Nuba of Gold and Light tells the story of a music. The Arab Andalusian music,
with Nuba as its symphony... As a musical tree, its branches are nourished by
the sap flowing since fourteen centuries from Morocco’s most remote areas and
currents coming from Arabia, grew in the courts of the Andalusian Caliphs, gained strenght in medieval Spain, mingled with the songs of the troubadours and
the Sephardim, before being replanted in the Maghreb and flourishing further
into Morocco under the name of el Ala.
78 MN / 2007 / BETA DIGITAL / FRANCE - MAROC
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe, espagnol, français / Arab, Spanich, French
- sous-titres français, anglais, espagnols, italien, polonais /
French, English, Spanish, Italian subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix Mediterranos, Grenade, 2007
N YA N I / NYANI
AMADOU KHASSÉ THÉRA
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Koumba, mon amie, ma sœur, est hospitalisée depuis trois ans, suite
à de graves complications liées à son excision. Aujourd’hui encore,
Koumba pense que sa maladie est due à un mauvais sort jeté sur elle
pour ne pas avoir accepté le mari qui lui était destiné. Le forgeron,
grand maître de la cérémonie du komo, vient lui parler...
Koumba, my dear friend, my sister, has been an inpatient for three years, because of complications after she was excised. Koumba still thinks that her disease results from a spell cast on her for not accepting her destined husband.
The blacksmith, who is the great master in komo ceremony, has come to talk to
her...
52 MN / 2006 / DV CAM / MALI
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
58
O D I LE , É L È V E D E L A B RO USSE / ODILE, A S TUDENT FROM THE BUSH
MURIEL BITON
SOVIÉT É / ÉD UC AT I O N
SOCIÉTÉ / EDUC ATION
Odile est la première fille de son village qui a bénéficié de l’accord de
ses parents et de l’aide de la mission pour continuer sa scolarisation
au foyer de Kédougou. Aujourd’hui elle est en troisième et elle nous
raconte son itinéraire scolaire en commençant par le tout début, à
l’école de son village.
Odile is the first girl in her village who was granted both her parents’ agreement
and the mission’s support to go on with high school and live at the Kedougou
residence. Now in the fourth-form, she tells about her curriculum, starting with
the very beginning, at her village primary school.
22 MN / 2005 / MINI DV / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
O F FL E S H A N D B L OO D / EN CHAIR ET EN OS
AZZA SHAABAN
SOCIÉT É / POL I T I Q UE
SOCIET Y / POLITICS
Ce film est un voyage bref et intense à travers la Bande de Gaza en
janvier 2004, lorsque la frontière entre Gaza et l’Egypte cesse provisoirement d’exister. Nous découvrons en cours de route le quotidien
des habitants de Gaza, marqué par le poids du blocus omniprésent,
ainsi que leur détermination à retrouver normalité et dignité. Inévitablement, la réalisatrice affronte et reconnait l’implication de son propre
pays – l’Egypte – dans cette situation.
27 MN / 2008 / DV CAM - HDV / EGYPTE
This film takes us on a short and intense journey through the Gaza Strip when
the border between Gaza and Egypt briefly collapsed in January 2008. Through
this journey we explore the lives of the people in Gaza who live under a brutal
multi-lateral siege and their determination to bring normality and dignity to their
day to day lives. Inevitably the director encounters and acknowledges the involvement of her own country – Egypt – in this situation.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe / Arab
- sous-titres anglais / English subtitles
59
OU L E D L E N I N E / LENIN'S CHILDREN
NADIA EL FANI
HIS T OIRE / PO L I T I Q UE
HIS T ORY / POLITIC
À 20 ans, ils luttaient pour l'Indépendance de la Tunisie et tous les espoirs étaient permis. Ont-ils trop prudemment attendu que le pays soit
mûr, ou bien le temps a-t-il été trop vite pour leurs rêves? Un film qui
trace un portrait particulier de militants progressistes dans la Tunisie
de l'après indépendance, et qui pose la question de leur héritage…
Nadia El Fani sonde les arcanes de la modernité telle qu’elle s’est épanouie, un temps, dans la Tunisie des années 50 à 80. Le film est centré
sur son père, qui fut l’un des membres dirigeants du Parti Communiste
Tunisien.
81 MN / 2008 / HDV / FRANCE - TUNISIE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais, espagnols / English, Spanish subtitles
[› Distinctions / Awards :
DOC à Tunis, Tunisie, (Avril 2008)
Vues d'Afrique MONTREAL,Canada, Compétition (Mai 2008)
FESPACO, de Ouagadougou 2009. Compétition Officielle.
PA D I A D J I / PA DIAD JI
When they were 20, they were fighting for the Independence of Tunisia and
thought nothing could stop them. Did they wait too carefully for the country to
be mature enough, or did time go by too fast for their dreams? "This was a time
when Muslims, Jews, Christians, atheists, men and women, all would live together equally, would fight together for a better world, made of tolerance, equity
and passion..." This film portrays in a specific way progressive activists in postIndependence Tunisia, and questions their legacy ... Nadia El Fani examines
the modern lifestyle that prevailed in Tunisia for some time, from the 50’s to the
80’s. The film is focusing on her father who was one of the leaders of the Tunisian Communist Party.
P O R T RA I T
POR TRAIT
SIMON PIERRE BELL
Pa Diadji entraîne avec passion des jeunes joueurs de hand-ball malgré un lourd handicap physique. Portrait d'un sportif hors du commun
dont la force découle de la flamme qui l'anime.
Pa Diadji passionately coaches young handball players, despite a heavy physical disability. A portrait of an uncommon sportsman, whose strength comes from
his inner flame.
10 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
60
PAU L I N E , L’A M O U R E N ACTI O N / PAULINE, LOVE IN ACTION
P O R T RA I T
POR TRAIT
MAÏMOUNA N’DIAYE
Pauline est le portrait d’une jeune femme professeur d’anglais dans un
lycée d’Abidjan. Elle se retrouve à la M.A.C.A (Maison d’Arrêt et de
Correction d’Abidjan) sur de fausses accusations. Faute de preuves,
elle est relaxée au bout de 99 jours de détention. Suite à ce malheureux incident, touchée par les conditions de détention, elle met en
place une ONG qui va venir en aide aux enfants qui naissent et qui
grandissent en prison.
Pauline is the portrait of a young woman, who is a teacher of English at a high
school in Abidjan. On false charges, she was sent to M.A.C.A (Maison d’Arrêt
et de Correction d’Abidjan, the prison). For lack of evidence, she was released
after 99 days in custody. Through this unfortunate hitch, she has felt concerned
by the conditions of detention and has created a NGO to help children born and
raised in prison.
26 MN / 2008 / GUINÉE CONAKRY
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
[› Distinctions / Awards :
Sélection FESPACO, 2009
61
PET I T E M A RI A / LITTLE MARIA
POR T RAIT / S O C I É T É
POR TRAIT / SOCIET Y
LOUIS VOGT VOKA
A 15 ans, Maria se prostitue le soir et dans la journée s’occupe de sa
petite soeur, Nata, 9 ans, qui vit avec elle dans les rues de Kinshasa.
Maria doit faire face à la violence de façon quotidienne, violence des
hommes qui abusent de son corps, violence des garçons des rues qui
lui volent son argent, violence d’une vie précaire. Elle vit en espérant
que sa petite soeur ne connaîtra pas le même destin qu’elle.
Aged 15, Maria is a prostitute at night. But during the day she takes care of her
younger sister Nata, who is nine and lives with her in the streets of Kinshasa.
Maria must cope daily with violence: Violence of men who abuse her physically,
violence of street youngsters who steal her money, violence of a precarious type
of life. However, she keeps hoping that her younger sister will not experience
the same kind of destiny as she does.
13 MN / 2009 / DV CAM / RD CONGO
[› Versions disponibles / Available versions :
- Lingala / Lingala
- sous-titres français / Frensh subtitles
[› Distinctions / Awards :
Festival International du Film panafricain de Cannes, 2009
Festival des Cinémas Africains de Belgique, 2009
Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou « Fespaco », 2009
LES P E TI T S P RI N C ES DE S S A B LE S / THE LITTLE PRINCES AND THE S AND SCHOOL
STÉPHANIE GILLARD
SOCIÉT É / ÉD UC AT I O N
SOCIET Y / EDUC ATION
Chronique de la vie d’enfants Touaregs à l’école des Sables Saint-Exupéry au Nord du Mali. Entre les sables du désert et les rives du fleuve
Niger, c’est le début d’une nouvelle vie pour ces enfants qui vont apprendre à lire, à écrire. C’est aussi la découverte de huit mois de sédentarisation et d’une forme inédite de voyage : celui de la
connaissance.
A Tuareg childrens’ chronicle in the Saint-Exupery Sand School, North of Mali.
From Desert’s sands to the banks of Niger river, this is the beginning of a new
life for these nomad children who will learn to read and write. It’s also the discovery of eight months of settlement and of a new kind of journey: through knowledge.
55 MN / 2009 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, touareg / French, Tuareg
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Mention spéciale du jury au festival Pan africain de cannes 2009
62
POU R E L L E S /
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
NDEYE SOUNA DIEYE
17 MN / 2009 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
PR I N C E S S E D ’A F RI Q UE / PRINCESS OF AFRIC A
JUAN LAGUNA
A la femme saint-louisienne on a toujours assigné un joli paraître. Un
charme et une élégance dans sa façon de vivre, de marcher, de parler.
Une finesse, pour ne pas dire un code culturel légué par l’histoire, les
a presque toujours maintenues dans un mode de vie pas très active et
dont elles se réjouissaient.
Aujourd’hui les temps changent. La situation économique de ces
femmes infirme bien celles d’antan. Qui sont-elles ? Agées, jeunes.
Des chefs et soutiens de famille. Autrement dit, des personnes sur qui
on compte. Actives et débrouillardes, elles le sont et se croisent dans
presque tous les secteurs d’activités, plus précisément dans le petit
commerce de détail, des activités dans lesquelles elles se meuvent
pour y tirer de maigres ressources garantes de leur survie.
Parmi ces femmes, mère Aida. Elle est vendeuse de poissons au port
de pêche de Saint-Louis. C’est par la vente de cette ressource que
mère Aida, comme la plus part de ses consœurs, fait vivre sa famille.
Ce film documente sur des stratégies de vie et de survie développées
ici chez nous par une masse de la population. Il fait part de cette bataille sans cesse pour la survie par la pratique de petites activités dans
lesquelles des gens y trouvent au jour le jour quelques moyens de subsistance. Des petites activités certes, ne nécessitant pas un certain niveau d’instruction, mais par lesquelles, des gens se battent pour vivre
et pour faire vivre d’autres. En un mot, un moyen de sortir de la misère
dignement et sainement.
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Une jeune européenne devient la troisième femme d'un musicien africain. Comment se fait-il qu'une européenne accepte la polygamie ?
Une histoire vraie, un film atypique, plein de couleur, d'art et de musique.
A young European woman becomes the third wife of an African musician. How
does a European woman get to accept the polygamy? A real story, an atypical
film, full of color, art and music.
77 & 52 MN / 2008-2009 / HD / ESPAGNE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, espagnol, wolof / French, spanish, wolof
- sous-titres arabes, hébreux, hongrois, russes / Arabic, Hebrew,
Hungarian, Russian subtitles
[› Distinctions / Awards :
Main International Film Festivals : Philadelphia, Seattle, Vancouver,
Montreal, New York (African Diaspora FF)
63
QU ES TI O N S À L A T E R R E N ATA LE / Q U E S T I O N S F O R T H E N AT I V E L A N D
SAMBA FELIX N’DIAYE
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Après plusieurs décennies d’exil, le réalisateur sénégalais Samba Felix
N’diaye est de retour au pays, mais Dakar, sa ville natale, lui est devenue méconnaissable, défigurée par une croissance trop rapide pour
être maîtrisée. Quarante ans après l’Indépendance retrouvée, il tombe
de rêve en cauchemar et part à travers la ville, le pays et le continent,
en quête d’interlocuteurs capables d’éclairer une réalité africaine qui
force son questionnement.
Face à lui, des personnalités (économistes, intellectuels, membres
d’organisations internationales) tracent, au-delà d’un constat sans indulgence, les contours d’une nouvelle Afrique, bien loin de celle percluse de maux, que les médias occidentaux ramènent de temps à autre
à la conscience de l’humanité.
52 MN / 2006 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- français / french
- anglais / english
[› Distinctions / Awards :
Sélection officielle Fespaco 2007
QU ÊT E
IDI NOUHOU
Senegalese filmmaker Samba Felix N’diaye has returned to his country after several decades of exile. But he no longer recognizes his native city of Dakar,
which has been deformed by growth too rapid to be controlled. Forty years afer
the country regained its indépendance, the dream turn to nightmare as he sets
out across the town, country and continent in search of people who can shed
light on the current african situation driving his questions. His encounters with
various figures (economists, intellectuals, members of international organizations) provide more thana stark report on the state of things ; and through them,
a new Africa takes shape, far different from the one –paralyzed by ills- that the
western media tends to draw to the forefront of humanity’s consciousness.
CU LT U RE / SPIRI T UA L I T É
CULTURE / SPIRITUALIT Y
Je m’appelle Idi. Je suis né et j’ai grandi dans une famille maraboutique
de confrérie tidjane, au Niger. Cependant, à mon corps défendant, ma
fréquentation de l’école moderne a tiédi la pratique religieuse dans mes
tréfonds.
Quand le projet de venir étudier à Saint-Louis s’était formé, j’ai pensé
à mon séjour comme à un bain spirituel pour moi. Car je vais retrouver
le pays de l’ancêtre Niasse ; celui-là même qui, dans la première moitié
du vingtième siècle, avait fait de ma famille des Tidjane…
En arrivant, je découvre un fort dynamisme religieux, à la fois exubérant et pluriel, mais aussi des mœurs vestimentaires qui jurent avec ce
dernier…
C’est dans ce contexte que j’entame une quête spirituelle…
23 MN / 2009 / DV CAM / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
64
R Â , L A RÉ PA RATRI CE
P O R T RA I T
POR TRAIT
MAMADOU KOTIKI CISSE
Dans une rue très mouvementée de Bamako, une jeune fille, âgée
d’environ 25 ans, fiancée, mère d’un enfant, répare des groupes électrogènes. Elle exerce un « métier d’homme » et, en compagnie de ses
collègues garçons, Ra travaille au rythme des saisons, encadre aussi
des jeunes garçons de 12 à 15 ans.
Ra accorde une grande importance aux rapports sociaux, participe à
des tontines organisées par les jeunes filles du quartier.
Les groupes électrogènes condamnés sont récupérés par le jeune
Kaba qui les recycle pour en faire des vaisselles.
Le jour du mariage de Ra, on retrouvera les cadeaux offerts par sa copine Kadi, provenant du recyclage des pièces du groupe électrogène
vendu par le jeune Kaba.
In a rough street of Bamako, an engaged young girl about 25 years old, mother
of one child, repairs generating units. She does « a job of man » and, in the
company of her colleagues boys, Ra works in the rythm of seasons and she supervises also young boys of 12 and 15 years old.
Ra gives a huge importance to social relationships, and participates to the
friendly clubs organized by young girls of district.
She prepares her trousseau of marriage.
Ineparable generating units are taken by young Kaba who transforms them into
crockeries.
In Ra’s marriage day, we will see presents given by her girl friend Kadi, coming
from the transformation of pieces of generating units sold by young Kaba.
26 MN / 2007 / MINI DV / MALI
[› Versions disponibles / Available versions :
- Bambara / Bambara
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
R ACI NE S L O I N TA I NE S / REMO TE ROO T S
C ULT URE
CULTURE
J'ai voyagé à travers la Mauritanie pour retrouver un arbre que je vois de ma fenêtre
en Belgique. Non pas un arbre mythique mais un arbre comme il pourrait en exister
partout. Sur ma route, j'ai rencontré des hommes et des femmes qui m'ont fait part
de leur perception de cette quête, me livrant ainsi par des voies détournées une
partie de leur vision du monde et de l'existence. Pour certains, mon arbre était un
signe des génies, de l'invisible, ou un appel à la Lumière. Pour d'autres, il était le
symbole d'une histoire, d'une culture ou de la fin d'une époque. Pour d'autres encore, il était un arbre que l'on ne voit que lorsque l'on est perdu…
Ce film documentaire, Racines lointaines, est une traversée poétique à la recherche
d'un ailleurs et d'autres manières de penser. Mais il est aussi le récit d'un amour
inachevé, adressé à une femme restée au pays…
75 MN / 2002 / DV CAM / BELGIQUE
I travelled throughout Mauritania to find a tree that I can see out of my window in Belgium.
Nothing mythical, just a tree as it could exist anywhere. On my way, I met with people who
told me how they felt about my quest, thus indirectly revealing part of their own vision of life
and of the world. Some of them thought my tree was a sign of the genies, of the invisible, or
a call for Light. Others thought it was the symbol of a story, of a culture or of the end of an
era. Still others thought this tree could only be seen by someone who was lost … The film is
a poetical journey in search of somewhere else and of other ways of thinking. But it also tells
about undisclosed love for a woman remained back home…
[› Versions disponibles / Available versions :
- Hassanya, Pulaar, Soninke, français / Hassanya, Pulaar, Soninke, français
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
65
RAINBOW N ATION 2010 / RAINBOW N ATION 2010
JOANNA TOMKINS
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Documentaire de société, dont les images superbes présentent de rafraîchissantes tranches de vie de huit Sud-Africains très différents les
uns des autres, alors que le pays (surnommé la Nation Arc-en-Ciel) se
prépare aux rencontres de 2010. “La Coupe du Monde contribuera à
unifier le peuple: s’il y a une chose sur terre qui a le pouvoir de rassembler les gens, c’est bien le foot.” (Nelson Mandela, 2006).
A social documentary with beautiful photography of refreshing portions of the
lives of 8 very different South Africans, as this country (the so-called Rainbow
Nation) awaits the 2010 events.
“The World Cup will help unify people: if there is one thing in this planet that
has the power to bind people together, it is soccer.” (Nelson Mandela, 2006).
52 MN / 2009 / HD / ESPAGNE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
- sous-titres anglais / English subtitles
66
R EAL S A H A RAW I / UN VRAI S AHRAOUI
POR T RAIT / S O C I É T É
POR TRAIT / SOCIET Y
CAROLINE KAMYA
Né en 1979 dans un camp de réfugiés du peuple sahraoui, Zrug,
comme tant d’autres de ses compatriotes, vit une enfance difficile dépourvue de paix, ne connaissant que la guerre et l’insécurité.
Envoyé à Cuba pour y être scolarisé, Zrug est heureux de partir avec
ses amis. Mais les contacts avec sa famille restée dans les camps
étant très rares, voire inexistants, les souvenirs de cette vie finissent
par s’estomper. A son retour, il se rend compte que la vie des camps a
changé de manière drastique, et que sa connaissance de son propre
pays se résume désormais aux histoires racontées par sa famille et
les aînés.
Zrug travaille à présent comme traducteur et interprète au Ministère
de l’Information du Sahara Occidental. Il est plus que jamais décidé à
se battre pour la liberté des siens et à regagner avec eux leur pays.
15 MN / 2006 / DV CAM / ALGÉRIE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
[› Distinctions / Awards :
The Gold Award Zanzibar Iinternational Film Festival, 2006
Best East Afraican Documentary Lora Children’s Film Festival,
Kenya, 2007
RÉSIS TANCE DANS LE 9 È M E A R T
In 1975, Western Sahara was invaded by its neighbors from both sides, Morocco
and Mauritania. Many thousands of Saharaui fled over 700 miles until they finally found their refuge in the deserts of Algeria. Over 200,000 Saharaui are
still living in camps, while others live in adverse conditions in the occupied territories of Western Sahara.
Born in 1979 in the refugee camps of the Saharawi people. Zrug, like many
other peers had a tough childhood where they had never known peace, only
war and insecurity.
When he left for Cuba for his primary education, Zrug was happy to go away
with his friends, but with little or no communication available with his family in
the camps his memories of cam life became blurred. On returning to the camps,
he discovered that life in the camps had changed dramatically, and the only
thing he knew about his homeland was the stories told by his relatives and elders.
Zrug now works as a translator and interpreter in the ministry of information in
Western Sahara. He is now more than determined to fight for freedom and have
their land back.
PO L I T I Q UE
POLITICS
NICOLETTA FAGIOLO
Dans un monde où les armes nucléaires et les guerres inondent les titres de la presse, un petit groupe d’artistes luttent de manière non-violente contre les injustices. Ils sont non-violents dans leur façon de
faire, mais pas pour autant inefficaces. Les caricaturistes du continent
africain démontrent tous les jours qu’ils peuvent changer leur monde
avec leurs crayons. Ils s’opposent aux tyrans puissants, aux magnats
du monde « corporate » et ils représentent la voix du peuple avec seulement leurs dessins comme arme. On dit souvent qu’une image vaut
mille mots. Regardez ces artistes qui font parler des images pour des
milliers de personnes.
52 MN / 2009 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
In a world where nuclear weapons and armed wars dominate the press titles, a
bunch of artists fight distinctively and non-violently against injustices. Non-violent in their means, but not less effective, cartoonists of Africa have proven that
change CAN come from their pens. They oppose powerful tyrants, bigwigs of
the political and corporate worlds and represent the voice of the people, all this
with just their drawings and cartoon strips. They say, a picture’s worth a thousand words.
67
LE R E T O U R D E L’O B E LI SQ UE / THE RETURN OF THE OBELISK
HI S T O I RE
HIS T ORY
SAMSON GIORGIS
Éthiopie, 1937 : l’envahisseur fasciste décide d’emporter une des œuvres architecturales les plus importantes du pays, un Obélisque de 23
mètres de long, vestige d’une civilisation ancestrale, et l’érige à Rome
en signe de sa toute puissance. Éthiopie, avril 2005 : sur le bitume du
petit aéroport d’Axoum, les Ethiopiens fêtent le retour de l’Obélisque
après un long exil forcé. Éthiopien d’origine, j’ai souhaité raconter l’incroyable histoire de ce monument, issu de l’une des dernières grandes
civilisations de l’Antiquité.
Ethiopia, 1937: The fascist invaders decided to take away one of the most important architectural works in the country. The 23 meter-long obelisk, a relic of
an ancient civilization, was then erected in Rome as a sign of all-might. Ethiopia,
April 2005: On the tarmac of small Aksum airport, Ethiopians celebrate the return of the obelisk after its long forced exile. As a native Ethiopian, I wanted to
tell the incredible story of this monument that dates back to one of the last great
civilizations of Antiquity.
52 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, anglais / French, English
[› Distinctions / Awards :
Festival de Rotterdam, Milan et TURIN
Primé à Montréal
68
R I C ARD O RA N G E L - F E R RO E M B R A S A / RIC ARDO RANGEL - GLOWING IRON
POR T RAIT / PO L I T I Q UE
POR TRAIT / POLITICS
LICÍNIO DE AZEVEDO
Ricardo Rangel, journaliste et photographe, et aujourd’hui âgé de 80
ans, est l’un des symboles vivant de la génération des jeunes gens qui
dans les années 40 et le début des années 50, ont mené, dans la ville
de Lourenço Marques (Mozambique), les premières manifestations et
dénonciations contre la situation coloniale. Dans ses photographies,
est toujours présente la relation de servitude à l’œuvre dans les relations de travail: le jeune berger marqué à la tête comme s’il s’agissait
de bétail, les porteurs nègres sur les quais ou encore traversant la rue
des blancs. Portraitiste de la colonisation, Ricardo est parti à la recherche de ce qui est la transgression de la propre société coloniale,
la mettant à nu dans les photos de la Rue Araujo.
52 MN / 2006 / HD / PORTUGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Portugais / Portuguese
Ricardo Rangel, photographer, 80 years old, is a living symbol of a generation
that, by the end of the forties, made the first accusations against colonialism.
While he photographed the city of the settlers, Ricardo revealed the inhumanity
and cruelty of the colonialist regime. Since then, he captured in images 60 years
of Mozambique’s history. In this film, Ricardo leads us through his life and his
work, where “Jazz” and the city of Maputo play an important role.
RISKOU OU «LE PAR TAGE DE L A VACHE» / RISKOU OR «THE SHARING OF COW»
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
ARICE SIAPI
Au Cameroun, la région d'Adamaoua représente la plus grande réserve
bovine. Cette richesse qui bénéficie beaucoup aux éleveurs comme
aux bouchers, maintient un ensemble de corps de métiers traditionnels
dans le secteur informel, parce qu'ici l'adage dit que" Dans la vache,
rien n'est perdu". Ces professions sont menacées de disparition parce
qu’un abattoir moderne et un nouveau marché à bétail vont être inaugurés. La mécanisation vatelle tuer les petits métiers ?
In Cameroon, the region of Adamawa represents the biggest bovine reserve.
This wealth that benefits as much to breeders as to butchers, maintains a set
of traditional profession bodies in the casual sector, because here the adage
says that" In the cow, nothing gets lost". These professions are threatened with
disappearance ecause, a modern slaughterhouse and a new market of cows are
going to be inaugurated. Is the mechanization going to kill the small professions?
52 MN / 2008 / HDV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sosu-titres français, anglais / French, English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Epis d’Argent au Festival National des Arts et de la Culture,
Maroua, 2009
69
ROCKA M I L L E Y / ROCKAMILLEY
POR T RAIT / M US I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
CAROLINE KAMYA
Milton est très connu sous le nom de Rockamilly en Ouganda, où il est
le seul sosie d’Elvis Presley. A 23 ans, Rockamilly est dentiste le jour
et Elvis la nuit, dans un bar à karaoké de Kampala. Ce film nous fait
découvrir son univers de fan d’Elvis Presley, capable de s’occuper à
la fois de sa famille et des fans, jonglant avec sa double vie.
Milton, popularly known as Rockamilly is Uganda's only Elvis Presley impersonator. At age 23, Rockamilly works as a dentist by day and as Elvis by night at
a local karaoke bar in the city of Kampala. This film captures his world as an
Elvis Presley fan who is able to entertain both family and fans and juggles his
double life.
15 MN / 2006 / DV CAM / OUGANDA
[› Versions disponibles / Available versions :
- Anglais / English
LE RO I N E M E U R T J A MA I S / THE KING NEVER DIES
SOCIÉT É / E T H N O G R A P H I E
SOCIET Y / ETHNOGRAPHY
PIERRE LAMARQUE, ELISE DEMEULENAERE
Konso, Février 2005
Après avoir vécu de nombreuses années à Addis Abeba, Gezagn est
rentré dans son pays natal pour devenir le 20ème poqalla du clan Kirditta. Tous les membres du clan se préparent à célébrer la fin du deuil
de son père Woldedawit. La saison des pluies est imminente, et tout
le monde s’affaire à préparer les champs. Dans le même temps, Ayano,
un modeste paysan peine à trouver un onéreux jeune taureau, sans lequel il ne peut prendre part à la cérémonie. L’anxiété grandit quand le
Ganshallo, l’homme engagé un an auparavant par la famille du défunt
pour battre le tambour annonçant l’ouverture et la fin du deuil, s’enfuit
dans les basses terres.
73 MN / 2007
[› Versions disponibles / Available versions :
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
Konso, February 2005.
After having lived for many years in Addis Ababa Gezagn has now returned to
his homeland to become the 20th poqalla Kala. All the members of his clan are
getting ready to celebrate the close of the mourning period for his father Woldedawit. The rainy season is imminent, and everybody worries about sowing on
time. In spite of this, Ayano, a modest peasant strives to find a costly young
bull, without which he will not be able to take part in the ceremony. Anxiety
builds up when “the ganshalo”, the man who was hired a year ago by the deceased’s family to play the drum for opening and closing of the mourning period,
flees to the lowlands.
[› Distinctions / Awards :
Festival International Jean Rouch, 2008
Awarded with the “Fatumbi” price for a first film in visual anthropology
Gottingen ethno film festival, 2008
Beeld voor beeld festival, 2008
Les états généraux du documentaire de Lussas, 2008 (France)
Royal Anthropological Institute festival, 2009
70
S ECR E T D E F E M M E S, PA RO LE S D’ HO MME S / C RY O F W O M E N – V O I C E S O F M E N
MARC DACOSSE, ERIC DAGOSTINO
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Un point de vue masculin sur l’excision et sur comment en parler. Bamako, premier jour de tournage du clip de la chanson “Non, à l’excision
de Tiken Jah Fakoly. Sur le tournage deux réalisateurs filment l’envers
du décor. En approchant les comédiens et techniciens, ils veulent comprendre comment les hommes Maliens vivent cette question de l’excision dans leur propre expérience.
A masculine point of view on excision and how to discuss it.
During the shooting of the clip “Non a l’Excision” by Tiken Jah Fakoly, two Belgian directors take the opportunity to film behind the scenes. While interviewing
local technicians and actors, they try to understand Malian men's perception of
genital excision in the context of their own lives
43 MN / 2009 / DV CAM / BELGIQUE
[› Versions disponibles / Available versions :
- français, malian / Hassanya, Pulaar, Soninke, français
- sous-titres français / French subtitles
S EN GH O R, JE M E RA PPE LLE / SENGHOR, I REME MBER
GORA SECK
POR T RAIT / C ULT URE
POR TRAIT / CULTURE
En 2006, Léopold Sédar Senghor aurait eu cent ans. Que retiennent
les Sénégalais du Président Poète. Des hommes de lettres et des gens
simples nous parlent de lui et ses poèmes nous bercent.
In 2006, Léopold Sédar Senghor would have been a hundred years old. What
do the Senegalese remember of their poet-president? A couple, a family and
some young people talk to us of the man and the poetry which still sings us to
sleep.
13 MN / 2006 / DV CAM / SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
71
SILENCE / SILENCE
SOCIÉT É / S A N T É
SOCIET Y / HEALTH
KARIM SOUAKO
Jimmy, un PVVIH (Personne Vivant avec le VIH /Sida), se bat chaque
jour contre la discrimination et la stigmatisation des malades. Il n’arrête
pas de sensibiliser les gens de son quartier, et d’être aux côtés des
malades. À travers son travail, il y a une radioscopie de la Tunisie de
nos jours avec toutes les mœurs sociales, la perception de la maladie
du Sida par les gens et le tabou d’en parler déjà.
52 MN / 2008 / MINI DV / TUNISIE
According to medical terminology, Jymmy is a « PLWAIDS » a person living with
the AIDS virus. But he is first man who, every day, fights against discrimination
and the stigma of being ill. He educates the people in his neighbourhood, and
urges them to spend more time with those who are sick. Through this portrait
of Jimmy, this documentary gives us a close look at Tunisian society, its perception and understanding of this disease and social standards, and invites us
to break certain taboos-to begin with the one of talking openly about it.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe / Arab
- sous-titres français / French subtitles
[› Distinctions / Awards :
Compétition officielle aux journées cinématographiques de Carthage, Tunisie (2008)
S I N ES I P H O : P O U RQ UO I DO I S- J E MO UR I R ? / SINESIPHO: WHY MUS T I DIE ?
SOCIÉT É / S A N T É
SOCIET Y / HEALTH
PIERRE PEYROT, PATRICE BARRAT, VINCENT MOLOI
Busi Maqungo est séropositive et mère de deux enfants, elle vit dans
un bidonville en dehors du Cap en Afrique du Sud. Rien n’a vraiment
changé depuis que la photo de Sinesipho a été prise, il y a quatre ans.
Elle aimerait savoir pourquoi. Pouvons-nous faire confiance aux organismes qui n’ont pas rempli leur contrat vis-à-vis de la personne qui
symbolisait leur action ? Faut-il croire les gouvernements qui prétendent éradiquer la pauvreté alors que l’épidémie du SIDA s’étend toujours et fait dans la population des millions de victimes ?
Guidés par les interrogations de Busi, nous sommes allés à la recherche de Sinesipho. Par le web, la vidéoconférence ou en personne,
Busi va se confronter à des hommes politiques, des activistes et des
leaders de la lutte contre le SIDA. Finalement, son voyage montrera
qu’enrayer l'épidémie est en premier lieu une question de volonté politique, qui ne peut exister sans la responsabilité citoyenne.
57 MN / 2006 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
[› Distinctions / Awards :
Prix du Meilleur Montage, FIGRA, 2006
Busi Maqungo is an HIV+ mother of two boys living in a shack settlement outside
Cape Town in South Africa. Nothing much has changed in the four years since
the photograph was taken, and she would like to know why. Can we trust the
institutions that seemingly failed the very person embodying their existence?
Should we trust governments that boast to end poverty‚ when their failure to address the epidemic has resulted in millions dying and ever more infections?
Guided by Busi’s experience and interrogations we went looking for Sinesipho,
to see whether the world made good on their promise. Via videoconference or
in person, she will confront politicians, activists, and the leaders of the fight
against AIDS, and see how other people in the world live with the disease. Ultimately, her journey will show that stopping the killer tide of the epidemic is in
the first instance a question of political will, and that survival depends on citizens taking up their political responsibility.
72
POR T RAIT / HI S T O I RE
SOUNOU SÉNÉGAL / SOUNOU SENEGAL
POR TRAIT / HIS T ORY
JEAN-PIERRE LENOIR
En 1935, Emile Perras, le grand-père du réalisateur quitte la France
pour s’installer à Dakar, au Sénégal, alors colonie française. Avec sa
famille, il fait construire l’hôtel La Croix du Sud, qui devient rapidement
un lieu mythique de l’Afrique de l’Ouest. À la mort du grand-père, après
l’Indépendance (1960), la famille rentre en France. En questionnant la
mémoire familiale et en renouant des liens avec les employés sénégalais, le réalisateur explore et confronte la mémoire commune de deux
pays.
52 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
In 1935, director’s grandfather Emile Perras left France to settle in Dakar, Senegal, a French colony at the time. Together with his family, he had the hotel
La Croix du Sud built, that soon became a mythical place in Western Africa.
When the grandfather died, after Senegal’s Independence in 1960, the whole
family went back to France. By questioning family memories and renewing
contacts with former Senegalese employees, the director explores and confronts
memories shared by two countries. Sounou Senegal is a personal quest. But
through the portraits of several characters belonging to the history of La Croix
du Sud Hotel in Dakar, it also suggests to question French colonial ideology
and today’s relationship between the two countries.
[› Distinctions / Awards :
Etats généraux du documentaire de Lussas
26ème Festival International du film d’Amiens
12ème festival international du film (Regards sur le cinéma du Sud)
Festival de cinéma de Jacmel (Haïti)
Festival du Film Panafricain de Cannes
8eme rencontres « Songe d’une nuit DV »
Festival International des Films d’Afrique et des Iles
LE S Y N D RO M E D U GUÉ R R ISE UR / THE HEALER’S S YNDROME
SOCIÉT É / S A N T É
SOCIET Y / HEALTH
FRANÇOIS-XAVIER DEMANCHE, THIERRY DE LESTRADE
Alerté par le fait que de nombreux patients africains atteints du sida
consultent régulièrement des guérisseurs, le docteur Moussa Maman,
ethnopsychiatre depuis vingt ans à Paris, nous entraîne au Bénin, son
pays d'origine, au Niger et au Sénégal, à la rencontre des tradipraticiens.
La confusion règne entre les vrais tradi-praticiens qui luttent contre
l'isolement et la détresse des malades confrontés au virus et les charlatans, qui alimentent un véritable sida-business mensonger et dangereux.
Ceux-là discréditent le vrai travail des guérisseurs et la possibilité
qu'ont ceux-ci de proposer des solutions tirées d'un savoir ancestral
pour lutter contre le fléau du sida.
52 MN / 2006 / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
- sous-titres anglais / English subtitles
Alerted by the fact that numerous African Aids patients regularly consult traditional healers, the doctor Moussa Maman, an ethno-psychiatrist practicing in
France for 20 years, takes us to Bénin, Niger and Sénégal to meet these healers. Confusion abounds between the real traditional healers who fight against
the isolation and distress of the Aids victims and those who make business out
of their suffering. These charlatans bring discredit to the healers work and their
possibility to offer answers in the fight against the disease.
73
TALENT S DU GABON
POR T RAIT / C ULT URE
POR TRAIT / CULTURE
NYAMEN FANOU ORTENSE
6 portraits d’artistes du continent africain.
Six portraits of African artists.
6 X 26 MN / 2007 / MINI DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
T CH E U P TE , L E S C HA ÎNE S DE L A TR A DITIO N / TCHEUPTE, THE CHAINS OF TRADITION
NYAMEN FANOU ORTENSE
CULT U RE / T R A DI T I O N
CULTURE / CUS T OMS
Douze ans après avoir subi le rite Tchempe, je retourne à Bangoulap,
le village de mon mari, pour exorciser mes «vieux démons». Par la
même occasion, je veux rompre un silence de femmes, vieux de 1300
ans.
Twelve years after undergoing the Tchempe rite, I am returning to Bangoulap,
my husband’s village, to have my «old demons» exorcized. By doing so, I want
to break the women’s silence that has lasted for 1, 300 years.
52 MN / 2009 / HDV / CAMEROUN
[› Versions disponibles / Available versions :
- Bangoulap, Français / Bangoulap, French
- Anglais / English
74
T EBR A A P O R TRA I T S DE F E MME S S A HAWA R I / TEBRAA – POR TRAIT S OF S AHARAWI WOMEN
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
10 RÉALISATRICES DIFFÉRENTES / 10 DIFFERENT WOMEN FILMMAKERS
Ce documentaire montre la situation des femmes Saharawi aujourd’hui.
10 histoires personnelles pour dresser un état des lieux de leurs problèmes et des conditions de survie dans lesquelles ces femmes vivent
dans les camps du désert algérien et des villes espagnoles.
A documentary showing a wide perspective of Saharawi women situation nowadays.
Ten individual stories portraying the problems and surviving conditions of people
living in the Algerian desert camps and Spain cities.
10 X 7 MN / 2006 / DV CAM / ESPAGNE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Arabe, espagne / French
T EN R I KYO , U N E TRA DITIO N E N T O GE NO IR E
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
RUFIN MBOU MIKIMA
Dans un quartier populaire, au cœur de Brazzaville, un tribunal coutumier perpétue une organisation juridique ancestrale en reprenant les
formes des tribunaux modernes, officiels.
Dans un petit bâtiment sommaire, quand le premier coup de clochette
retentit, comme au théâtre, différents cas défilent devant les juges en
toges noires : sorcellerie, divorce, problèmes d'héritage ou de délimitation de parcelles…
In a popular neighbourhood of Brazzaville, a traditional court perpetuates an
ancestral judicial organisation by taking on the forms of official modern courts.
In a basic little building, when the first bell rings just like at the theater, different
cases are argued before the black-robed judges: sorcery, divorce, inheritance
problems or boundary problems between neighbours.
59 MN / 2006 / DV CAM / CONGO
[› Versions disponibles / Available versions :
- Lari / Lari
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
75
CU LT U RE / SPIRI T UA L I T É
T H I AM B . B . / THIAM B.B.
CULTURE / SPIRITUALIT Y
ADAMS SIE
La plupart des murs des maisons de Saint-Louis sont recouverts de
peintures figurant le maître de la confrérie mouride, Amadou Bamba.
Ces fresques sont aussi présentes sur les drapeaux des bateaux, sur
les calèches, sur certains vêtements, sur les devantures des boutiques,
dans les chambres à coucher. La plupart d’entre elles sont signées
Thiam B. B. Ce film est une immersion dans la pensée mouride au travers de ces peintures, de la rencontre avec Thiam, peintre vagabond
et mystique, ainsi qu’avec les habitants de plusieurs maisons de SaintLouis.
20 MN / 2007 / DV CAM / BELGIQUE - SÉNÉGAL
Numerous house walls in Saint-Louis are covered with paintings representing
Amadou Bamba, the Master of the Mouride brotherhood. Such frescoes can also
be seen on boats, on horse-drawn carriages, on some clothes, on storefronts,
in bedrooms. Most of them were made by Thiam B. B. This film is an immersion
into the Mouride way of thinking, thanks to the paintings, to exchanges with
Thiam, a wandering, mystical painter, and with several people living in the painted houses of Saint-Louis.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
- sous-titres français / French subtitles
L A T UM U LTU E U S E VIE D’ UN DÉ F L ATÉ / THE HECTIC LIFE OF A DISMISSED WORKER
P O R T RA I T
POR TRAIT
CAMILLE PLAGNET
Portrait tumultueux du «Grand Z», conducteur de la locomotive Abidjan
- Ouagadougou pendant 20 ans, licencié en 1995 par la Société des
chemins de Fer du Burkina Faso, à la suite de la privatisation imposée
par la Banque Mondiale. Grand jouisseur impénitent, il fut alors terrassé en pleine allégresse, perdit tout, et coule depuis des jours bien
sombres en attendant sa pension de retraite.
Ce film est une tragi-comédie d’Afrique. Où l’on verra errer dans les
rues poussiéreuses de Ouagadougou et les maquis huileux de BoboDioulasso, la grande silhouette fragile d’un clown blanc noir, mélancolique et espiègle. Où l’on entendra sa langue si particulière, ses mots
brutaux et tourmentés raconter ses déboires passés et présents, ses
haines et ses espoirs. Où l’on observera les grimaces émouvantes de
cet homme de 54 ans précocement vieilli d’avoir trop bu et trop pleuré,
mais qui résiste en riant au fil du temps.
59 MN / 2009 / MINI DV / FRANCE
VERSION PROVISOIRE / PROVISIONAL VERSION
The film portrays the hectic life of the “Great Z”, an engine driver of the Abidjan-Ouagadougou line for 20 years, laid off in 1995 by the National Railways of
Burkina Faso following the privatization imposed by the World Bank. An inveterate hedonist to the bone, he suddenly found himself struck down as he was
experiencing pure joyfulness. He lost everything, and has since then lived a
gloomy life waiting for his retirement pension.
The film is a tragicomedy from Africa. We will see the tall and fragile silhouette
of a Black, whiteface clown, both melancholy and mischievous, wandering the
dusty streets of Ouagadougou and greasy bars in Bobo-Dioulasso. We will hear
his peculiar language, his tormented and sharp words telling his past and current trials, his hatred and his hopes. We will watch the moving grimaces of the
54-year-old man, prematurely old from heavy drinking and crying, who stands
yet the test of time laughing.
76
UMURAGE / UMURAGE
GORKA GAMARRA
HIS T OIRE / S O C I É T É
HIS T ORY / SOCIET Y
Entre avril et juin 1994 près de 800.000 personnes ont été tuées au
Rwanda pendant le Genocide commis contre les Tutsis et quelques
Hutus moderés.
Depuis 2003 près de 60.000 condamnés pour génocide ont été libérés
après avoir avoué et demandé pardon pour leurs crimes. La plupart
des condamnés pour genocide retournent aux mêmes endroits où ils
ont commis leurs crimes.
Comment peuvent vivre ensemble victimes et bourreaux?
52 MN / 2008 / ESPAGNE
From April to June 1994, almost 800.000 were killed in Rwanda during the Tutsi
- and moderate Hutu - Genocide. Since 2003, almost 60.000 prisoners sentenced for Genocide have been released, after confessing and apologizing for their
crimes. Most of them have returned to the places where they committed their
crimes. How can victims and murderers live together?
[› Versions disponibles / Available versions :
- sous-titres français / French subtitles
U N A M I E S T PA R TI / A FRIEND OF MINE HAS LEFT
DELPHE KIFOUANI
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
Je réside au campus de l’Université Gaston Berger à Saint Louis du
Sénégal. J’y ai rencontré des Africains de divers horizons. Parmi tous
ces amis, l’un d’eux, d’origine sénégalaise, m’est resté dans l’esprit.
Il a été le premier à me parler de ma différence, du fait que je viens
d’Afrique centrale. Il m’a fait connaître sa société, ses tabous. Aujourd’hui, je ne sais pas où il est. Je sais juste qu’un jour, il est parti
sur une pirogue en direction de l’Europe. De son absence est né mon
désir de faire un film sur notre rencontre, nos différences, les lieux que
nous avons traversés, les amis que nous avons connus.
23 MN / 2008 / DV CAM / BELGIQUE - SÉNÉGAL
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
- sous-titres français / French subtitles
I live on the campus of Gaston Berger University in Saint Louis du Sénégal.
There, I have met with other African students from various backgrounds. One
of these friends, he was from Senegal, has been on my mind ever since. He
was the first person who talked to me about my being different because I am
from Central Africa. He introduced me to the specific aspects of his own culture
and the taboos in it. I have no idea where he can be now. All I know is that one
day he left on a pirogue heading for Europe. His absence triggered my wish to
make a film about our getting to know each other, our differences, the places
we went, and the friends we met.
77
U N LI T D E JA S M I N E T PO UR SE ULE CO UVE R TU RE U NE ROSE /
EMBEDDED IN JASMINE AND COVERED WITH A SINGLE ROSE
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
FRÉDÉRIC LOUSTALOT
Un lit de jasmin et pour seule couverture une rose interroge l’évolution
du statut de la femme en Algérie à travers la question du voile et de
l’instruction. Personnage guide du documentaire Fadila Baïou, après
plus de 30 ans de vie en France, revient dans son village natal de Boghari. Pour elle, revenir à Boghari, c’est remonter le temps jusqu’à ses
parents, décédés il y a peu : son père, instituteur et inspecteur académique, militant acharné pour l’accès à l’école du plus grand nombre et
notamment des filles ; sa mère, voilée et analphabète qui a vécu dans
la certitude que ses filles auraient un destin radicalement différent du
sien. Par le biais de ces personnages et de leur rapport à la tradition
et la modernité, c’est une réflexion plus générale sur la trajectoire
socio-politique suivie par l’Algérie depuis son Indépendance que mène
le film en filigrane.
52 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Wolof / French, Wolof
UNE HIS TOIRE DE BALLON / THE VERB AND THE FOOT
Embedded in Jasmine and Covered with a Single Rose questions the changes
in the status of the Algerian woman through the issues of yashmak and education. A character and a guide all along the documentary film, Fadila Baïou returns to her native village Boghari after spending over 30 years in France. This
return means for her turning back the clock until her parents’ recent deaths: Her
father who had started as a school teacher and become a school inspector, was
also a fierce activist fighting for everyone to be granted school education, in
particular girls; Her mother, who wore the yashmak and was illiterate, had always believed her daughters’ destinies would be drastically different from hers.
Thanks to these characters and to their rapport to tradition and modernity, the
film suggests a wider reflection about the social and political course Algeria has
taken since Independence.
SOCIÉT É / S P O R T
SOCIET Y / SPOR T
STÉPHANIE GILLARD
Juin 2002, Corée-Japon.
La Coupe du monde de football,… vue du Cameroun. Ce film raconte
la rencontre du verbe africain avec le football et la façon dont la verve
africaine en témoigne. Comment un peuple vit au quotidien et à des
milliers de kilomètres les exploits et les échecs de son équipe nationale ?
Comment, dans un pays de tradition orale, un événement international
ultra médiatisé fait naître des légendes, des histoires ? Comment la
tradition orale s’accorde-t-elle avec les médias à l’occidentale, composants indispensables de la transmission de l’information sportive?
Sans jamais rien montrer de cette coupe du monde, le film développe
une dialectique du vu, de l’entendu et du raconté et interroge notre
propre manière de regarder d’écouter et d’imaginer.
54 MN / 2006 / DV CAM / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, Camerounais / French, Camerounais
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
June 2002 Korea-Japan, the world Cup seen and heard from Cameroon.
The encounter of football and African verb, of medias and oral tradition. How a
people lives miles away the success and the defeat of its national team? How
this event reveals a culture? How it creates, through radio and TV, myth and legend? Without showing anything from this world cup, the film questions everybody’s way of watching listening and imagining.
[› Distinctions / Awards :
Etoile de la SCAM 2007
Prix Spécial du jury Festival International de films de Sport, Palerme, 2006
78
V EN T D E S A B L E – AT O MIC S A HA R A / DESER T WIND - AT OMIC S AHARA
H I S T O I RE
HIS T ORY
LARBI BENCHIBA
En 1960, dans le nord de l’Algérie, la guerre est à son apogée.
Mais à deux kilomètres du champ de bataille, un autre projet émerge
du sable saharien : la force de dissuasion ! Cette force-là, aux yeux
du général De Gaulle, est plus importante que la guerre elle-même.
Dans le Hoggar, à Reggane, des officiers et des scientifiques installent
le premier Centre d’Expérimentation Atomique français.
52 MN / 2008 / DV CAM / FRANCE
In 1960, in the north of Algeria, war is rampant. But not very far from the battlefield, General De Gaulle is rooting for another project that he deems more important than the war itself. The highest ranked French military officers and
scientists are busy setting up the country’s first nuclear experimentation centre.
Several soldiers and members of local tribes are summoned to participate in
the events as well.
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
V H S - KA H L O U C H A / VHS KAHLOUCHA
NEJIB BELKADHI
POR T RAIT / S O C I É T É
POR TRAIT / SOCIET Y
Grand fan des films de genre des années 70, Moncef Kahloucha, peintre en bâtiment, tourne des fictions hilarantes en VHS avec l’aide des
habitants du quartier populaire Kazmet à Sousse (Tunisie).
Il produit ses films, les réalise et y incarne le rôle principal.
Ses tournages sont alors l’occasion pour les habitants de son quartier
d’échapper à leur quotidien morose et de vivre des instants intenses,
de la préparation jusqu’à la projection dans le café du coin. Notre caméra a suivi Kahloucha pendant qu’il bouclait son dernier opus : « Tarzan des arabes ».
80 MN / 2006 / 35 MM / TUNISIE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Tunisien / Tunisian
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
A big fan of genre films of the 70’s, house painter Moncef Kahloucha shoots hilarious VHS fictions with the help of his fellow inhabitants in populated neighbourhood Kazmet in Sousse, Tunisia. He is in charge of production, of direction
and of the leading role. The shootings give his neighbours the opportunity to
escape their gloomy every-day lives and to experience intense moments, from
preparation down to screening in the nearby café. Our camera followed Kahloucha while he was wrapping up his latest opus: « Arabic Tarzan ».
[› Distinctions / Awards :
Muhr d’or au festival de Dubai 2006, prix des médiathèques au FID de
Marseille 2006, Prix mention spéciale du jury au festival d’Aubagne
2007, Prix de la communication interculturelle festival Vues d’Afrique
2007 à Montréal, Prix mention spéciale du jury au festival du film arabe
de Rotterdam 2007, Prix « Salah El Tohami » du meilleur documentaire,
long-métrage au festival du documentaire et du court-métrage d’Ismaïlia
(Egypte), Prix spécial du jury au festival de Damas 2007, Prix mention
spécial du jury au festival du cinéma africain de Tarifa 2008
79
L A V I E L À C ’E S T Q UO I MÊ ME / W H AT ’ S L I F E F O R ?
SOCIÉT É / S A N T É
SOCIET Y / HEALTH
EMMANUELLE LACOSSE-LE PAVEN
Yaoundé, Cameroun. Le service pédiatrique d'un hôpital répète inlassablement les mêmes conseils aux mamans. En néonatologie, des jumeaux viennent d'arriver. Ils sont nés dans un taxi, l'un d'eux a besoin
d'une transfusion mais les parents ont disparu. Ici pas de sécurité sociale, l'accès aux soins n'est pas un droit. Comment soigner avec peu
de moyens, sauver des vies, des vies d'enfants alors que l'argent
manque ?
Yaoundé, Cameroon. In the paediatric ward of the hospital, mothers are endlessly repeated the same pieces of advice. Twins have just arrived in the neonatology ward. They were born in a taxi, one of them needs a transfusion, but
the parents have left. A social security system doesn’t exist in the country and
access to health care is not a basic right. How can patients be treated and children’s lives rescued, despite lacking means?
73 MN / 2003 / DV / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
[› Distinctions / Awards :
Cinéma du Réel, Paris
États généraux du film documentaire, Lussas
Traces de Vie, Vic-le-Comte
Filmer à tout prix, Bruxelles
L A V O I E P E U L E : E NTR E TR A DI TI O N E T MO DE RNIT É /
WHERE THE PEUL GO : BET WEEN TRADITION AND MODERNIT Y
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
SYLVAIN VESCO
Des portraits intimistes et emblématiques racontent le destin actuel des
peuls d’Afrique de l’Ouest. Au Mali, dans l’un des états les plus pauvres
du monde, ce peuple qui a tant fait rêver l’occident, est confronté à la
terrible question de son avenir. Dans une société malienne en pleine
transformation, les traditions et le mode de vie de ces bergers seminomades peuvent-ils continuer d’exister face à l’inévitable modernisation du pays ?
Intimist and symbolic portraits tell the current fate of Western Africa Peuls. In
Mali, one of the poorest states of the world, these people whom the west dreamed so much about, are confronted with the terrible question of their future. In
a Malian society in full transformation, can the traditions and the lifestyle of
thèse semi-nomads shepherds continue to exist while confronted to the inevitable modernization of the country?
52 MN / 2007 / DV CAM / FRANCE - BELGIQUE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Peul, Français / Peul, French
- sous-titres français, anglais, espagnol / French, English, Spanich subtitles
[› Distinctions / Awards :
8ème Rencontres du Cinéma Européen
Sélection officielle Fespaco 2008
80
CU LT U RE / M US I Q UE
V O I X D U M A RO C / V O I C E S O F M O RO C CO
CULTURE / MUSIC
IZZA GENINI
Voix du Maroc est un itinéraire musical marocain depuis les Berbères
en passant par les Gnaouas, les Soufi, les Andalous, le cri des Cheikhates, le Malhoune, le Dekka, le chant judéo-arabe… et bien d’autres
trésors d’un patrimoine aussi diversifié et généreux que les hommes,
les femmes et la nature qui composent la communauté marocaine.
50 MN / 2003 / 16 MM / FRANCE
Starting from the series MOROCCO BODY AND SOUL that is composed of 10
films of 26 minutes describes a musical journey going from the Berbers to Nass
El Ghiwane, through The Gnawas, the Sufis, the Andalus, the Aïta of the Cheikhate, the Malhoune, the Dekka, the Judeo-Arabic singing, the Houarate, the
Mwazniya and many other treasures of an as rich and diversified patrimony as
are the Men, the Women and the Nature that compose the Moroccan community.
[› Versions disponibles / Available versions :
Arabe, français / Arab, French
sous-titres français / French subtitles
V OU S AV E Z D I T CO T O N O GM ? / DID YOU S AY GMO CO TT ON?
SOCIÉT É / ENVIRONN E ME N T
SOCIET Y / ENV IRONMENT
NISSI JOANNY TRAORÉ
Dans un pays sous-développé où l’agriculture est dominée par la culture vivrière de subsistance et employant des moyens de production
plutôt traditionnels, la décision d’utiliser des OGM dans la culture du
coton apparaît à première vue incongrue voire déplacée. Cependant,
le fait que le Burkina Faso ait pris cette décision de se ranger, presque
à contre courant, aux côtés de ceux qui pensent que les OGM sont une
solution à l’agriculture de demain, n’est pas fortuit …
In an underdeveloped country where agriculture is mainly for subsistence and
based on rather traditional means of production, deciding on the use of GMOs
for cotton crops seems at first sight absurd, even inappropriate. However, this
no is coincidence if Burkina Faso has decided, almost counter-current, to go
along with those who believe that GMOs are a solution for tomorrow’s agriculture
…
30 MN / 2008 / DV CAM / BURKINA FASO
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / Français
81
WALI D E N, E N FA N T D’A UTRUI / WALIDEN, CHILDREN OF O THERS
SOCIÉTÉ / ENFANCE
SOCIET Y / CHILDHOOD
AWA TRAORÉ
Au Mali comme dans beaucoup de pays d’Afrique, l’adoption traditionnelle (ou confiage) était une richesse qui consolidait les liens familiaux.
Aujourd’hui, avec les mentalités qui changent et les croyances qui se
perdent, l'adoption peut devenir un cauchemar pour l’enfant, comme
elle l’a été pour la réalisatrice durant à peu près 10 ans.
Avec ce film, Awa Traoré met en lumière, ce qui est resté depuis trop
longtemps un non-dit : le vécu des waliden, victime de maltraitance
suite à une adoption traditionnelle.
In Mali, as in many countries in Africa, traditional adoption used to positively
consolidate the ties within the family. Nowadays, mentalities are changing and
believes are being lost; as a result ,adoption can become a nightmare for the
child, as it was the case for the director for about 10 years of her life. In this
film, Awa Traore sheds a light on what remained unspoken for too long: the experience of a waliden who has suffered mistreatments upon being adopted traditionally.
52 MN / 2009 / HDV / MALI - SÉNÉGAL - FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
Y ER E S O RÔ KÔ , E N Q UÊ TE D’ UNE VIE ME I LLE URE /
SOCIÉTÉ
SOCIET Y
ANNE-LAURE DE FRANSSU
Je suis une Ivoirienne, pourtant je suis une Blanche. Il y a quelques
années, je suis retournée en Côte-d’Ivoire à la recherche de traces.
Au cours de ce voyage, j’ai rencontré des femmes de mon âge, vivant
dans un foyer de jeunes travailleuses situé à quelques centaines de
mètres de la maison où j’ai grandi. Aujourd’hui, dans le contexte politique ivoirien divisé, ce film est un voyage autour de ce qu’elles deviennent et du choix que certaines d’entre elles ont fait de venir
s’installer en Europe. Le long des nouvelles frontières qui nous séparent, comme différents fils tendus dans l’espace et le temps, c’est un
tissage entre ces trajets que nous menons chacune en quête d’une
identité.
52 & 71 MN / 2007 / FRANCE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français, anglais / French
To thousands of kilometers, the images of the political crisis which divides the
Ivory Coast submerge me. Over there, I passed my childhood and a long time,
I would have liked to say: I am from the Ivory Coast, however I am white. These
last years, I directed a documentary film about some women of my age who
lived in a young workers house of Abidjan. Today, some of them decide to leave
their country. While leaving, they carried with them a part of my past. A return
seemed impossible to me. This film is a road movie, from the South to the North
of the Ivory Coast, through the cities and the places that some of them left. Behind the pane of my own return to the country, it is the account of our destinies
crossed in the shade of an Ivory Coast in crisis.
82
ZANZIBAR MUSIC AL CLUB / ZANZIBAR MUSICAL CLUB
PATRICE NÉZAN, PHILIPPE GASNIER
CULT U RE / M US I Q UE
CULTUR E / MUSIC
Zanzibar Musical Club est une invitation à explorer une culture millénaire où les traditions se transmettent en musique ; à pénétrer une réalité musulmane où la musique est le lien social par excellence ; à
découvrir un monde nourri de tonalités arabes, de rythmes latins, de
mélodies indiennes et de percussions africaines.
Zanzibar Musical Club is an invitation to explore a millenary Muslim culture
where traditions are transmitted through music ; to go deep into a reality where
music is the social link par excellence ; to discover a world fed with Arabic
tones, Latin rhythms, Indian melodies and African drums.
85 MN / 2009 / HD CAM / FRANCE - ALEMAGNE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Swahili / Swahili
- sous-titres français, anglais / French, English subtitles
ZAO / ZAO
DAVID PIERRE FILA
POR T RAIT / M US I Q UE
POR TRAIT / MUSIC
C'est le 24 mars 1954 que naît Casimir Zoba à Goma Tsé-Tsé, un village du Congo Brazzaville. Zao est un révélateur des maux et des problèmes du continent Africain. Par le biais du rire et de l'ironie, il fait
passer un message politisé et profondément ancré dans son époque.
Zao est un film documentaire portraitiste en hommage à un enfant
d'Afrique. Il ne ressemble à personne, c'est un monument, son univers
est avant tout celui des mots, écrits et joués par lui, pour réveiller nos
consciences ! C'est un «griot moderne» qui chante l'Afrique «cadavere».
59 MN / 2009 / DV CAM / CONGO BRAZZAVILLE
[› Versions disponibles / Available versions :
- Français / French
Casimir Zoba was born on March 24, 1954 in Goma Tsé-Tsé, a village in Congo
Brazzaville. Zao is a telltale character of the difficulties and problems of the
African continent. Using laughter and humour, he conveys a political message
deeply rooted in the present. Zao is a documentary film portrait, made as a tribute to a son of Africa. He is like no one else, he is a monument, his world is
mainly made of words, written and performed by him to make us aware! He is a
« modern storyteller» of Africa «cadavere ».
[› Distinctions / Awards :
Sélection FESPACO 2009
83
IN DEX A L PHA B É T HIQUE /
A LP HA B E T HIC IND E X
21 000 INNOCENTS
KLAUS PAS
3 PETITES MAISONS
JEAN-FREDERIC DE HASQUE
A LA QUÊTE D'UNE VIE MEILLEURE
DIEYNABA NDIAYE
AFRICAN PARADE
FILIPE ARAUJO
AFRIQUE, LES MÉTIERS DE LA RUE
SÉBATIEN TÉZÉ ET GUY FOUMANE
ALGER- ORAN - PARIS, LES ANNEES MUSIC-HALL
MICHELE MIRA PONS
AMMA LES AVEUGLES DE DAKAR
SELLOU DIALLO
ANGOLA, HISTOIRE DE LA MUSIQUE POPULAIRE
MARIO RUI SILVA / JORGE ANTONIO
ARAFAT MON FRERE
RASHID MASHARAWI
ARU
LEOPOLD TOGO
AS DUAS FACES DA GUERRA
DIANA ANDRINGA E FLORA GOMES
AUTOPSIE D'UNE SUCCESSION
AUGUSTIN TALAKEANA
BEURRE ET L'ARGENT DU BEURRE, (LE)
PHILIPPE BAQUE, ET ALIDOU BADINI
BILLIM BI JAM (CHOSE ÉTRANGE)
SIMON PIERRE BELL
BISSAU D'ISABELLE
SANA NA HADA
BITU
LEAO LOPES
BLED MUSIQUE A L'USINE
SAMIA CHALA
BOUL FALLE
RAMA THIAW
BOULEVARD FRANCE AFRIQUE
CEDRIC FLUCKIGER
BOUTIQUE, (LA)
CARMEN ARZA HIDALGO ET SYLVAIN PIOT
BRECHE, (LA)
ABDOUL AZIZ CISSE
CA VIBRE DANS NOS TETES
KASSIM SANOGO
CARAVANE
ERICA POMERANCE
CARNAVAL DE KWEN (LE)
FRED HILGHEMANN
CERCLE DES NOYÉS (LE)
PIERRE-YVES VANDEWEERD
CHAHINAZ: QUELS DROITS POUR LES FEMMES?
SAMIA CHALA ET PATRICE BARRAT
CHAINE ALIMENTAIRE
MARIE-LOUISE SARR
CHEMINS DE LA BARAKA (LES)
MANOEL PENICAUD ET KHAMIS MESBAH
CHRONIQUES DE GUERRE EN COTE-D'IVOIRE
PHILIPPE LACOTE
CIELS DE YASMINE KASSARI, (LES)
LAURENT BILLARD
CINEMA AU SOUDAN: CONVERSATION AVEC GADALLA GUBARA
FREDERIQUE CIFUENTES
CLOSED DISTRICT
PIERRE-YVES VANDEWEERD
COME U UOMO SULLA TERRA
ANDREA SEGRE
CRI DU CHŒUR
SEBASTIEN TENDENG
DAKAR CHERCHE DE LʼOXYGENE
EL HADJI SAMBA SARR
DANCING WIZARD
CAROLINE KAMYA
DANSES ET PERCUSSIONS
CYRILLE MASSO
DEBUT DE LA FAIM, (LE)
PATRICE BARRAT
DERNIER ACTE, (LE)
NISSI JOANNY TRAORE
DU SABLE AU GOUDRON
ABDERRAHMAN SALEM ET LUCILE MOUSSIE
ENCOUNTER (THE)
CYRILLE MASSO
ENFANT IMMIGRÉ (L')
PEPIANG TOUFDY
ENTRE LA COUPE ET LʼELECTION
MONIQUE MBEKA PHOBA
ET NOS FILMS?...
MAMAN SIRADJI BAKABE
FACE À FACE
MAME WOURY THIOUBOU
FEMME PORTE L'AFRIQUE (LA)
IDRISS DIABATE
FEMMES, MON UNIVERS, (LES)
RELAINE AIMÉE NKONKOU BANZOUZI
FEROMEO
FLORANE MALAM
FIGHTING SPIRIT, (THE)
GEORGE AMPONSAH
FILLE AU FOULARD (LA)
AWA TRAORE
9
9
10
10
11
11
12
12
13
13
14
14
15
15
16
16
17
17
18
18
19
19
20
20
21
21
22
22
23
23
24
24
25
25
26
26
27
27
28
28
29
29
30
30
31
31
32
32
33
33
FREE
GARDIENNE DES ÉTOILES, (LA)
GENIE PROTECTEUR DE LA VILLE (LE)
GENOCIDÉ
GRAINES QUE LA MER EMPORTE
HADJA MOI
HOMME EST LE REMEDE DE L'HOMME, (L')
HADRIEN SOULEZ LARIVIERE
SELLOU DIALLO
MARIE-LAURENTINE BAYALA
STEPHANE VALENTIN
SARR, EL HADJI SAMBA
LAURENT CHEVALLIER
ANGEL DIABANG BRENER, OUSSENOU NDIAYE, EL
34
34
35
35
36
36
37
HADJI MAMADOU NIANG
HOMME QUʼIL FAUT A LA PLACE QUʼIL FAUT
HOTEL SAHARA
INNOCENCE VOLÉE
ITCHOMBI
J'AI TANT AIME
JE VOUDRAIS VOUS RACONTER
JO, L'AUTRE CHAHINE
JOSE CARLOS SCHWARZ - A VOZ DO POVO
JUSTICE A AGADEZ
KUDURO
L.VILLE
LARMES D'ESPOIR
LES DIX MOTS DE LA FRANCOPHONIE
LI FET MET - LE PASSEʼ EST MORT
LIRE
LONG DISTANCE
MAAM KUMBA
MAGIC RADIO
MAMBETY FOR EVER
MAMIO, L'EXIL DES DIEUX
MANGES-TU LE RIZ DE LA VALLEE ?
MANOU GALLO, FEMME DE RYTHME
MARAICHÈRE DE NUIT (LA )
MATA GAHAM? - COMMENT CA VA LA SANTE?
MIA COUTO - O DESENHADOR DE PALAVRAS
MIONGA KI ÔBO - MAR E SELVA
MIRAGES
MOHAMED CHOUIKH, UN CINEASTE RESISTANT
MOMO LE DOYEN
MON BEAU SOURIRE
MONOLOGUE DE LA MUETTE (LE)
MOUSSEM
MOUTON NOIR
MOVEMENT (R)EVOLUTION AFRICA
MUVART
NATACHA ATLAS, LA ROSE POP DU CAIRE
NDOU (LE CULTE DES CRÂNES)
NJAKHASS
NOLLYWOOD, MADE IN NIGERIA
NORA
NOTRE PAIN CAPITAL
NUBA D'OR ET DE LUMIERE
NYANI
ODILE, ÉLÈVE DE LA BROUSSE
OF FLESH AND BLOOD
OULED LENINE
PA DIADJI
PAULINE (LʼAMOUR EN ACTION)
MATHIEU IMBERT-BOUCHARD ET CEDRIC DUPIRE
BETTINA HAASEN
ADAMS SIE
GENTILLE M.ASSIH
DALILA ENNADRE
DALILA ENNADRE
OLIVIER MOLINARI
ADULAI JAMANCA
CHRISTIAN LELONG
JORGE ANTONIO
SWANN DUBUS
GUY RENÉ KENMEGNE
GORA SECK
MEHMET ARIKAN ET NADIA BOUFERKAS
DIDIER LISSA
MORITZ SIEBERT
ALIOUNE NʼDIAYE
STEPHANIE BARBEY ET LUC PETER
GUY PADJA ET AISSATOU BAH
NISSY JOANNY TRAORE
MAMOUNATA NIKIEMA
JEAN-PHILIPPE MARTIN
MICHÉE SUNZU
NADEGE BUHLER
JOAO RIBEIRO, HUDSON VIANNA
ANGELO TORRES
OLIVIER DURY
LARBI BENCHIHA
LAURENT CHEVALLIER
ANGELE DIABANG BRENER
KHADY SYLLA
IZZA GENINI
THOMAS MAUCERI
JOAN FROSCH & ALLA KOVGAN
COLLECTIF
FLEUR ALBERT
HORTENSE FANOU NYAMEN
OUMY NDOUR
LEA JAMET
ALLA KOVGAN, DAVID HINTON
SANI ELHADJ MAGORI
IZZA GENINI
AMADOU KHASSE THERA
MURIEL BITTON
AZZA SHAABAN
NADIA EL FANI
SIMON PIERRE BELL
MAIMOUNA NʼDIAYE
37
38
38
39
39
40
40
41
41
42
42
43
43
44
44
45
45
46
46
47
47
48
48
49
49
50
50
51
51
52
52
53
53
54
54
55
55
56
56
57
57
58
58
59
59
60
60
61
PETITE MARIA
LOUIS VOGT VOKA
PETITS PRINCES DES SABLES (LES)
STEPHANIE GILLARD
POUR ELLES
NDEYE SOUNA DIEYE
PRINCESSE D'AFRIQUE
JUAN LAGUNA
QUESTIONS A LA TERRE NATALE
SAMBA FELIX N'DIAYE
QUÊTE
IDI NOUHOU
RA LA REPARATRICE
MAMADOU KOTIKI CISSE
RACINES LOINTAINES
PIERRE-YVES VANDEWEERD
RAINBOW NATION
JOANNA TOMKINS
REAL SAHARAWI
CAROLINE KAMYA
RESISTANCE DANS LE 9° ART
NICOLETTA FAGIOLO
RETOUR DE LʼOBELISQUE, (LE)
SAMSON GIORGIS
RICARDO ANGEL - FERRO EM BRASA
LICINIO DE AZVEDO
RISKOU ou "le partage de la vache"
ARICE SIAPI
ROCKAMILLEY
CAROLINE KAMYA
ROI NE MEURT JAMAIS (LE)
PIERRE LAMARQUE
SECRET DE FEMMES, PAROLES D'HOMMES
MARC DACOSSE ET ERIC D'AGOSTINO
SENGHOR, JE ME RAPPELLE
GORA SECK
SILENCE
KARIM SOUAKI
SINESIPHO: POURQUOI DOIS-JE MOURIR?
PIERRE PEYROT ET PATRICE BARRAT
SOUNOU SÉNÉGAL
JEAN-PIERRE LENOIR
SYNDROME DU GUERISSEUR, (LE)
FRANCOIS-XAVIER DEMANCHE
TALENTS DU GABON
VARIOUS DIRECTOR
TCHEUPTE (LES CHAÎNES DE LA TRADITION)
HORTENSE FANOU NYAMEN
TEBRAA (Portraits of Saharawi women)
10 RÉALISATEURS DIFFÉRENTS
TENRIKYO, UNE TRADITION EN TOGE NOIRE
RUFIN MESMER
THIAM B.B.
ADAMS SIE
TUMULTUEUSE VIE DʼUN DEFLATE, (LA)
CAMILLE PLAGNE
UMURAGE
GORKA GAMARRA
UN AMI EST PARTI
DELPHE KIFOUANI
UN LIT DE JASMIN ET POUR SEULE COUVERTURE UNE ROSE
FREDERIC LOUSTALOT
UNE HISTOIRE DE BALLON
STEPHANIE GILLART
VENT DE SABLE
LARBI BENCHIHA
VHS KAHLOUCHA
NEJIB BELKHADI
VIE LÀ C'EST QUOI MÊME, (LA)
EMMANUELLE LACOSSE, LE PAVEN
VOIE PEULE, (LA )
VLAD SPRINCEANA
VOIX DU MAROC
IZZA GENINI
VOUS AVEZ DIT COTON OGM?
NISSY JOANNY TRAORE
WALIDEN, ENFANT DʼAUTRUI
AWA TRAORE
YERE SOROKO, EN QUETE D'UNE VIE MEILLEURE
ANNE-LAURE DE FRANSSU
ZANZIBAR MUSICAL CLUB
PHILIPPE GASNIER ET PATRICE NEZAN
ZAO
DAVID PIERRE FILA
62
62
63
63
64
64
65
65
66
67
67
68
69
69
70
70
71
71
72
72
73
73
74
74
75
75
76
76
77
77
78
78
79
79
80
80
81
81
82
82
83
83
IN DEX T HÉ M AT IQU E /
T H EMAT IC IND EX
BOUL FALLE
FILLE AU FOULARD (LA)
KUDURO
LES DIX MOTS DE LA FRANCOPHONIE
MUVART
RACINES LOINTAINES
ET NOS FILMS?...
CA VIBRE DANS NOS TETES
ENCOUNTER (THE)
FREE
CHEMINS DE LA BARAKA (LES)
NJAKHASS
QUÊTE
THIAM B.B.
ARU
CARNAVAL DE KWEN, (LE)
BLED MUSIQUE A L'USINE
DANCING WIZARD
DANSES ET PERCUSSIONS
MOVEMENT (R)EVOLUTION AFRICA
ALGER- ORAN - PARIS, LES ANNEES MUSIC-HALL
ANGOLA, HISTOIRE DE LA MUSIQUE POPULAIRE
NUBA D'OR ET DE LUMIERE
VOIX DU MAROC
ZANZIBAR MUSICAL CLUB
MAAM KUMBA
MON BEAU SOURIRE
MOUSSEM
NDOU (LE CULTE DES CRÂNES)
TCHEUPTE (LES CHAÎNES DE LA TRADITION)
BRECHE (LA)
DAKAR CHERCHE DE LʼOXYGENE
DERNIER ACTE, (LE)
LI FET MET - LE PASSEʼ EST MORT
MIONGA KI ÔBO - MAR E SELVA
RETOUR DE LʼOBELISQUE, (LE)
VENT DE SABLE
BOULEVARD FRANCE AFRIQUE
CERCLE DES NOYÉS (LE)
CHRONIQUES DE GUERRE EN COTE-D'IVOIRE
OULED LENINE
UMURAGE
AS DUAS FACES DA GUERRA
CLOSED DISTRICT
AUTOPSIE D'UNE SUCCESSION
RESISTANCE DANS LE 9° ART
FACE À FACE
FEMMES, MON UNIVERS, (LES)
GARDIENNE DES ÉTOILES, (LA)
GENIE PROTECTEUR DE LA VILLE (LE)
CULTURE
CULTURE
CULTURE
CULTURE
CULTURE
CULTURE
CULTURE / CINÉMA
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / SPIRITUALITE
CULTURE / SPIRITUALITE
CULTURE / SPIRITUALITE
CULTURE / SPIRITUALITE
CULTURE / TRADITION
CULTURE / TRADITION
CULTURE/ ART
CULTURE / DANSE
CULTURE / DANSE
CULTURE / DANSE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / MUSIQUE
CULTURE / TRADITION
CULTURE / TRADITION
CULTURE / TRADITION
CULTURE / TRADITION
CULTURE / TRADITION
ENVIRONNEMENT
ENVIRONNEMENT
ENVIRONNEMENT
HISTOIRE
HISTOIRE
HISTOIRE
HISTOIRE
HISTOIRE / POLITIQUE
HISTOIRE / POLITIQUE
HISTOIRE / POLITIQUE
HISTOIRE / POLITIQUE
HISTOIRE / SOCIÉTÉ
HISTOIRE / POLITIQUE
HISTOIRE / POLITIQUE
POLITIQUE
POLITIQUE
PORTRAIT
PORTRAIT
PORTRAIT
PORTRAIT
17
33
42
43
54
65
30
19
29
34
22
56
64
76
13
20
17
26
27
54
11
12
58
81
83
45
52
53
55
74
19
26
28
44
50
68
79
18
21
23
60
77
14
24
14
67
31
32
34
34
GENOCIDÉ
PORTRAIT
HADJA MOI
PORTRAIT
PA DIADJI
PORTRAIT
PAULINE (LʼAMOUR EN ACTION)
PORTRAIT
RÂ LA REPARATRICE
PORTRAIT
TUMULTUEUSE VIE DʼUN DEFLATE (LA)
PORTRAIT
MIA COUTO - O DESENHADOR DE PALAVRAS
PORTRAIT - CULTURE
REAL SAHARAWI
PORTRAIT - SOCIÉTÉ
BITU
PORTRAIT / ART
FEROMEO
PORTRAIT / ART
MOHAMED CHOUIKH, UN CINEASTE RESISTANT
PORTRAIT / CINEMA
J'AI TANT AIME
PORTRAIT / HISTOIRE
MOMO LE DOYEN
PORTRAIT / MUSIQUE
ROCKAMILLEY
PORTRAIT / MUSIQUE
ZAO
PORTRAIT / MUSIQUE
MARAICHÈRE DE NUIT (LA )
PORTRAIT / SOCIÉTÉ
PETITE MARIA
PORTRAIT / SOCIÉTÉ
VHS KAHLOUCHA
PORTRAIT / SOCIÉTÉ
CIELS DE YASMINE KASSARI (LES)
PORTRAIT / CINÉMA
CINEMA AU SOUDAN : CONVERSATION AVEC GADALLA GUBARA
PORTRAIT / CINÉMA
JO, L'AUTRE CHAHINE
PORTRAIT / CINÉMA
MAMBETY FOR EVER
PORTRAIT / CINÉMA
SENGHOR, JE ME RAPPELLE
PORTRAIT / CULTURE
TALENTS DU GABON
PORTRAIT / CULTURE
NORA
PORTRAIT / DANSE
SOUNOU SÉNÉGAL
PORTRAIT / HISTOIRE
ENFANT IMMIGRÉ (L')
PORTRAIT / IMMIGRATION
LARMES D'ESPOIR
PORTRAIT / IMMIGRATION
HOMME QUʼIL FAUT A LA PLACE QUʼIL FAUT
PORTRAIT / MUSIQUE
JOSE CARLOS SCHWARZ - A VOZ DO POVO
PORTRAIT / MUSIQUE
MANOU GALLO, FEMME DE RYTHME
PORTRAIT / MUSIQUE
NATACHA ATLAS, LA ROSE POP DU CAIRE
PORTRAIT / MUSIQUE
ARAFAT MON FRERE
PORTRAIT / POLITIQUE
RICARDO ANGEL - FERRO EM BRASA
PORTRAIT / POLITIQUE
BISSAU D'ISABELLE
PORTRAIT / SOCIÉTÉ
FIGHTING SPIRIT, (THE)
PORTRAIT / SPORT
LONG DISTANCE
PORTRAIT / SPORT
MATA GAHAM? - COMMENT CA VA LA SANTE?
SANTÉ
3 PETITES MAISONS
SOCIÉTÉ
A LA QUÊTE D'UNE VIE MEILLEURE
SOCIÉTÉ
AFRIQUE, LES MÉTIERS DE LA RUE
SOCIÉTÉ
AMMA LES AVEUGLES DE DAKAR
SOCIÉTÉ
BEURRE ET L'ARGENT DU BEURRE, (LE)
SOCIÉTÉ
BILLIM BI JAM (CHOSE ÉTRANGE)
SOCIÉTÉ
CARAVANE
SOCIÉTÉ
CHAHINAZ : QUELS DROITS POUR LES FEMMES?
SOCIÉTÉ
CHAîNE ALIMENTAIRE
SOCIÉTÉ
CRI DU CHŒUR
SOCIÉTÉ
DEBUT DE LA FAIM, (LE)
SOCIÉTÉ
DU SABLE AU GOUDRON
SOCIÉTÉ
JE VOUDRAIS VOUS RACONTER
SOCIÉTÉ
JUSTICE A AGADEZ
SOCIÉTÉ
L.VILLE
SOCIÉTÉ
LIRE
SOCIÉTÉ
MAGIC RADIO
SOCIÉTÉ
35
36
60
61
65
76
49
67
16
32
51
39
51
70
83
48
62
79
23
24
40
46
71
74
57
73
29
43
37
41
48
55
13
69
16
33
45
49
9
10
11
12
15
15
20
21
22
25
27
28
40
41
42
44
46
MANGES -TU LE RIZ DE LA VALLEE ?
SOCIÉTÉ
MONOLOGUE DE LA MUETTE (LE)
SOCIÉTÉ
MOUTON NOIR
SOCIÉTÉ
NOTRE PAIN CAPITAL
SOCIÉTÉ
NYANI
SOCIÉTÉ
POUR ELLES
SOCIÉTÉ
PRINCESSE D'AFRIQUE
SOCIÉTÉ
QUESTIONS A LA TERRE NATALE
SOCIÉTÉ
RAINBOW NATION
SOCIÉTÉ
RISKOU ou "le partage de la vache"
SOCIÉTÉ
SECRET DE FEMMES, PAROLES D'HOMMES
SOCIÉTÉ
TEBRAA (Portraits of Saharawi women)
SOCIÉTÉ
TENRIKYO, UNE TRADITION EN TOGE NOIRE
SOCIÉTÉ
UN AMI EST PARTI
SOCIÉTÉ
UN LIT DE JASMIN ET POUR SEULE COUVERTURE UNE ROSE
SOCIÉTÉ
VOIE PEULE, (LA )
SOCIÉTÉ
YERE SOROKO, EN QUETE D'UNE VIE MEILLEURE
SOCIÉTÉ
BEURRE ET L'ARGENT DU BEURRE, (LE)
SOCIÉTÉ
MAMIO, L'EXIL DES DIEUX
SOCIÉTÉ / ART
INNOCENCE VOLÉE
SOCIÉTÉ / ENFANCE
WALIDEN, ENFANT DʼAUTRUI
SOCIÉTÉ / ENFANCE
ROI NE MEURT JAMAIS (LE)
SOCIÉTÉ / ETHNO
21 000 INNOCENTS
SOCIÉTÉ / HISTOIRE
COME U UOMO SULLA TERRA
SOCIÉTÉ / IMMIGRATION
GRAINES QUE LA MER EMPORTE
SOCIÉTÉ / IMMIGRATION
HOTEL SAHARA
SOCIÉTÉ / IMMIGRATION
MIRAGES
SOCIÉTÉ / IMMIGRATION
AFRICAN PARADE
SOCIÉTÉ / POLITIQUE
OF FLESH AND BLOOD
SOCIÉTÉ / POLITIQUE
HOMME EST LE REMEDE DE L'HOMME, (L')
SOCIÉTÉ / SANTÉ
SILENCE
SOCIÉTÉ / SANTÉ
SINESIPHO: POURQUOI DOIS-JE MOURIR?
SOCIÉTÉ / SANTÉ
SYNDROME DU GUERISSEUR, (LE)
SOCIÉTÉ / SANTÉ
VIE LÀ C'EST QUOI MÊME (LA)
SOCIÉTÉ / SANTÉ
ENTRE LA COUPE ET LʼELECTION
SOCIÉTÉ / SPORT
UNE HISTOIRE DE BALLON
SOCIÉTÉ / SPORT
ITCHOMBI
SOCIÉTÉ / TRADITION
NOLLYWOOD, MADE IN NIGERIA
SOCIÉTÉ / CINÉMA
ODILE, ÉLÈVE DE LA BROUSSE
SOCIÉTÉ / EDUCATION
PETITS PRINCES DES SABLES, (LES)
SOCIÉTÉ / EDUCATION
VOUS AVEZ DIT COTON OGM?
SOCIÉTÉ / ENVIRONNEMENT
BOUTIQUE, (LA)
SOCIÉTÉ / PORTRAIT
FEMME PORTE L'AFRIQUE (LA)
SOCIÉTÉ / PORTRAIT
47
52
53
57
58
63
63
64
66
69
71
75
75
77
78
81
82
15
47
38
82
70
9
25
36
38
50
10
59
37
72
72
73
80
30
78
39
56
59
62
81
18
31
PA R T EN A IR E S /
PA R T N E R S
RÉGION DE SAINT-LOUIS
Ministère de la Culture du Sénégal
DAKAR IMAGES
Office de Radiodiffusion Télévision du Mali
Radio Télévision du Burkina Faso