Installer des jeunes agriculteurs grâce à une formule innovante

Commentaires

Transcription

Installer des jeunes agriculteurs grâce à une formule innovante
INSTALLATION / TRANSMISSION
la lettre
LA SAFER LANCE UN APPEL A PROJET
Installer des jeunes agriculteurs
grâce à une formule innovante
Dans le cadre de sa stratégie ambition 2016, ensemble préparons le foncier de
demain, la Safer LR fait de l’installation des jeunes agriculteurs sa priorité.
Aujourd’hui cette priorité se traduit par une initiative concrète. La Safer LR lance
auprès des communes, des communautés de communes et des agglomérations du
Languedoc-Roussillon un
appel à projet pour permettre
l’installation progressive de
jeunes agriculteurs.
Un dispositif innovant
et reproductible
L’idée est simple, elle repose sur
des constats de bon sens. Pour évi-
Marché foncier :
la dynamique agricole
La SAFER LR publie les chiffres du marché foncier rural
2013. Quelques tendances majeures se dégagent.
L’évolution des marchés fonciers ruraux traduit la
dynamique de mutation de l’agriculture régionale.
A l’inverse, les marchés non agricoles subissent le
contrecoup de la crise économique.
L’agriculture en net regain
de confiance
Les efforts engagés par les agriculteurs pour le renouvellement du
vignoble régional, l’émergence d’entreprises agricoles qui maîtrisent les
itinéraires techniques et les aspects
commerciaux commencent à porter
leurs fruits. Le vignoble est en
mutation profonde, à l’écoute des
tendances des marchés. L’essor
remarquable des rosés est à cet
égard révélateur. L’optimisme des
acteurs de la filière trouve aussi sa
source dans les bons résultats à l’exportation des vins du LanguedocRoussillon, avec 3,4 millions d’hl de
vins exportés en 2013, la région est à
la première place en France.
Notons aussi que la région est en
première place en France pour les
signes d’identification de la qualité et
de l’origine grâce à la présence de la
Résoudre le problème
de l’accès au foncier
Parmi les obstacles à l’installation
des jeunes agriculteurs l’accès au
foncier est le plus difficile à franchir.
Prix trop élevés, manque de disponibilités, méfiance des propriétaires
fonciers pour s’engager sur des
baux ruraux, les candidats à l’installation sont souvent démunis. Paradoxe, des jeunes agriculteurs, souvent bien formés, qui représentent
une force vitale pour l’agriculture de
demain, ne trouvent pas la solution
à ce problème. A terme c’est le
renouvellement des générations en
agriculture qui est menacé. C’est
pourquoi, la SAFER prend l’initiative
de lancer un appel à projet pour promouvoir l’installation des jeunes et
lever l’obstacle de l’accès au foncier.
PAROLES D’EXPERT
Favoriser une agriculture de proximité.
ter au jeune le financement direct
du foncier, la SAFER propose d’acquérir les biens fonciers, support de
l’installation. Elle assurera pendant
une durée de trois à cinq ans le stockage. Le jeune agriculteur deviendra
locataire de la SAFER. Cette formule
permettra au jeune pendant la
période de location de constituer
progressivement le capital nécessaire pour acheter le foncier en fin
de dispositif.
production d’Appellation d’Origine
Protégée (AOP) ou d’Indication Géographique Protégée (IGP) dans la
quasi-totalité des exploitations agricoles. Cela se traduit par une nette
progression du marché agricole. En
surface, il enregistre une hausse de
16,7 % avec 15 000 ha transmis en
2013. En valeur, la progression est
de 7,3 %. Les prix du foncier gardent
une certaine stabilité. C’est un facteur
qui favorise un marché actif et
ouvert. Cette ouverture peut se traduire en opportunité pour favoriser le
renouvellement des générations en
agriculture, grâce à une politique
volontariste en faveur de l’installation.
A défaut, l’agrandissement des structures existantes et l’appel de plus en
plus fréquent à des capitaux extérieurs battraient en brèche le modèle
de l’agriculture familiale.
Sébastien Delmas,
installé avec l’aide de la SAFER LR.
Aider à la transmission des vignes d'appellation.
L’exploitation agricole constituée
doit permettre la réalisation d’un
projet de vie sur le long terme pour
le bénéficiaire. C’est dans cet objectif que les collectivités territoriales
associées à la démarche s’engageront à maintenir la zone à vocation
agricole sur le long terme. Elles faciliteront la réalisation du projet agricole, en orientant la SAFER sur les
territoires les mieux adaptés, en
participant à la garantie financière
de l’opération. Les collectivités
sélectionnées devront avoir une
véritable démarche d’intégration de
l’agriculture dans leur projet de
territoire.
Le prix des terres en 2013
en Languedoc-Roussillon.
N° 5 - JUIN 2014
Beauvoisin (Gard) :
une éleveuse qui protège l’environnement
Fanny Tamisier élève des brebis Mérinos aux portes de Nîmes, sur les communes de
Générac et Beauvoisin. Elle est aujourd’hui à la tête d’un troupeau de 200 brebis en
système herbacé transhumant. Elle s’est installée comme jeune agricultrice en 2013 en
profitant d’une attribution de la SAFER sous forme de fermage sur un lot foncier de
40 ha qui a été constitué en guise de Mesures Compensatoires Environnementales
(MCE) liées au passage du TGV. Depuis 2004, date de son arrivée dans notre région tous
les obstacles à son installation ont été progressivement levés. Récit.
Un projet de vie
Installés en Savoie, Fanny Tamisier
et son compagnon veulent changer
leur système de production, ils
rêvent de pratiquer un mode d’élevage différent, laissant leur troupeau pâturer à l’extérieur en profitant des systèmes herbacés existants et en pratiquant la transhumance (l’été en montagne et le reste du temps en plaine). Ce mode
d’élevage traditionnel dans la Crau
est très difficile à mettre en place
dans une région de plus en plus
urbaine.
Mais en 2004, une opportunité se
présente dans le Gard, un éleveur
prend sa retraite et dans un premier
temps le compagnon de Fanny se
réinstalle et commence à mettre en
place son système d’exploitation.
Les premiers temps sont difficiles.
Fanny, compagne d’exploitant doit
trouver du travail à l’extérieur, elle
s’engage auprès des jeunes agriculteurs du Gard comme animatrice
syndicale. Mais son rêve est de
devenir agricultrice, de posséder
son propre troupeau. Forte d’une
formation en BTS agricole et d’une
licence en système d’irrigation, seul
le foncier manque pour réaliser son
rêve. Pourtant la réalisation du
contournement Nîmes Montpellier
va lui offrir une opportunité unique
de s’installer.
Le rêve se réalise
Dès 2010, la Chambre d’agriculture
du Gard et la SAFER LR ont lancé
des procédures d’animation pour
réaliser l’emprise foncière des
Mesures Compensatoires Environnementales à la demande de
Réseau Ferré de France et de
Oc’via. Le Conservatoire des Espaces Naturels deviendra propriétaire
des lots fonciers et confiera l’exploitation à un agriculteur pour assurer
sur le long terme l’utilisation agricole du bien.
En 2013, Fanny est retenue comme
locataire du CEN par la SAFER LR
sur un lot foncier de 40 ha à Générac et son installation JA se réalise.
Elle constitue un troupeau de
200 brebis, obtient un agrément
pour un abattoir temporaire. Aujourd’hui elle pâture les terres du CEN à
Générac en ayant souscrit des
Mesures agro-environnementales
territorialisées (MAET). Ce mode de
gestion de l’espace permet à la fois
Fanny Tamisier.
la réalisation du modèle d’exploitation de Fanny et la protection de
l’environnement. “Pour moi devenir
locataire du CEN a permis de m’installer, de mettre en place un système
d’exploitation respectueux de l’environnement et de développer une
agriculture de circuit court, tous
mes agneaux sont vendus localement auprès des consommateurs
de notre département”, conclut-elle.
Pégairolles de l’Escalette (Hérault) :
des vaches Angus sur le plateau du Larzac
Mélanie et Sébastien Valencogne viennent de s’installer sur le plateau du Larzac en élevage bovin viande et sur un
atelier équin ; ils développent aussi une activité agro-touristique avec un gîte, des chambres d’hôtes et un projet de
camping à la ferme. Ils ont trouvé le domaine des Barasquettes à Pégairolles de l’Escalette en visitant le site internet
de la SAFER LR. Des Alpes de Haute Provence jusqu’au plateau du Larzac, leur réinstallation a demandé beaucoup
d’énergie et de volonté.
Mélanie et Sébastien sont originaires
de l’Ardèche et de la Haute Loire.
Sébastien était forgeron et maréchalferrant, moniteur d’escalade et
Mélanie infographiste. Rien à priori
ne les destinait à l’agriculture.
Un parcours atypique
Mais la passion des animaux, de la
vie au grand air et de la liberté les a
poussés dans cette voie. Ils se sont
Mélanie et Sébastien Valencogne.
ISSN 2770-2741
installés dans les Alpes de Haute
Provence essentiellement sur des
baux oraux et ont commencé l’élevage de vache race Angus et de
poney Shetland. Rapidement la précarité de leur situation les interroge :
impossibilité de s’agrandir, grande
précarité des baux oraux dont ils
disposent. Leur décision est prise,
ils souhaitent se réinstaller dans le
Sud de la France. Leur recherche
passe naturellement par le site internet de la SAFER. Ils repèrent un
domaine qui convient à leur recherche, le domaine des Barasquettes
sur le plateau du Larzac.
Un processus
d’installation mûrement
réfléchi
Pourtant après une première visite
avec le conseiller de la SAFER, ils
constatent le mauvais état de la propriété et le manque de fertilité des
terres. Leur démarche les conduit à
visiter de nombreuses autres propriétés. Mais Sébastien et Mélanie
ont aussi gardé en mémoire le
grand potentiel du domaine des
Barasquettes. Isolé mais pas enclavé à proximité de l’autoroute A 75, le
domaine est d’une grande accessibilité. Sa structure, d’un seul tenant
permet de veiller facilement sur le
troupeau. Enfin le lieu est adapté à
des vaches très rustiques comme la
race Angus. Enfin un réseau de
chemins de grande randonnée permet d’envisager le développement
d’une activité agro-touristique. Ils
décident d’acquérir le domaine.
Un montage de dossier
complexe
Ils confient à la SAFER le soin de
négocier l’acquisition avec les onze
indivisaires qui sont propriétaires.
Ils constituent un GFA dans lequel
un ami investisseur viendra prendre
une participation pour aider à leur
installation. En parallèle, ils constituent un GAEC où Sébastien et
Mélanie seront les deux exploitants
et qui louera les terres au GFA.
Enfin ils feront l’acquisition des bâtiments en leur nom propre.
Aujourd’hui Mélanie et Sébastien
ont acquis le domaine, le troupeau
de vache Angus produit de la viande qui est intégralement vendue en
vente directe. L’élevage de poneys
Shetland est en place pour la vente
de chevaux à des centres équestres. Toutes les possibilités du
domaine sont exploitées, Sébastien
et Mélanie récupèrent même le cuir
de leur vache pour le vendre à des
artisans, ils fournissent aussi en
bois les couteliers du Larzac. Ils
viennent d’achever des travaux
dans les bâtiments pour accueillir
très prochainement dans un gîte les
touristes amoureux de nature et
séduits par ce lieu de vie unique.
EN BREF
■ Dans l’Aude, plusieurs coopératives viticoles ont des projets
fonciers. La SAFER dans le cadre de la convention avec
Coop de France a animé plusieurs réunions à Limoux, Caunes Minervois, Bizanet, et
Canet d’Aude.
■ Dans l’Aude, la SAFER participe à la formation cédant organisée par la Chambre d’Agriculture de l’Aude. Il s’agit d’apporter le maximum d’informations aux exploitants agricoles
désirant céder leur exploitation.
■ Dans le Gard le comité technique qui s’est tenu au mois
de mai a retenu 43 candidatures d’exploitants agricoles qui
s’installent ou s’agrandissent.
On note un regain d’intérêt
pour le foncier agricole.
■ Dans les Pyrénées-Orientales
la SAFER vient d’installer un
jeune agriculteur sur la commune de Prats de Mollo. La
viticulture attire des candidats
à l’installation dans la vallée de
l’Agly, la SAFER prospecte
pour satisfaire à une demande
accrue.
■ En Lozère, la SAFER développe les contacts avec les
experts forestiers. Une réunion
de travail a eu lieu au Sommet
de la forêt et du bois à Clermont Ferrand.
■ En Lozère, le travail d’animation pour restructurer le parcellaire forestier avec le concours
du CRPF porte ses fruits. 20 ha
de forêt seront proposés au
prochain comité technique de
Lozère.
NOUS
CONTACTER
■ AUDE :
ZI de Sautès à Trèbes,
11890 Carcassonne
Tél. : 04 68 47 70 70
■ GARD :
Mas de l’Agriculture,
1120 route de Saint Gilles,
30000 Nîmes
Tél. : 04 66 04 99 30
■ HÉRAULT :
Domaine de Maurin,
CS 41013,
34973 Lattes cedex
Tél. : 04 67 07 10 80
■ LOZÈRE :
25 avenue Foch,
48000 Mende
Tél. : 04 66 49 00 90
■ PYRÉNÉESORIENTALES :
Maison de l’Agriculture,
19 avenue de GrandeBretagne,
66000 Perpignan
Tél. : 04 68 51 91 91
www.saferlr.com
Conception-réalisation : Réussir Sud, tél. 04 67 07 03 73