Magazine Move On!

Commentaires

Transcription

Magazine Move On!
Move ON! 1
#
Comment V!go aide-t-il les gens à aller de l’avant ? Découvrez tout à ce sujet dans ce magazine édition juin 2014
7
Du sur-mesure
pour les
enfants
Orthopédie pédiatrique et
casques de correction
4
Nele Vanhouteghem et
Jan Ruysschaert au sujet des
moteurs qui animent Vigo
11
iV!GO: Une application mobile
pour un service efficace
Visitez nos mobility showrooms
Campus Wetteren
Biezeweg 13
9230 Wetteren
+32 (0)9 292 20 00
Orthopédie technique - Orthopédie pédiatrique -
Mobilité
Campus Heverlee
Interleuvenlaan 60
3001 Heverlee
+32 (0)16 40 60 50
- Chaussures - Soins pour personnes âgées - Sport - Bandagisterie
1
Bienvenue chez Vigo!
Dans cette édition
Helping people move on, tel est le slogan au moyen duquel Vigo
se présente au grand public. Et cette maxime n’a pas été choisie au
hasard. Move on renvoie au verbe anglais to move, qui signifie bouger.
Littéralement, To move on signifie continuer à bouger. Toutefois, la
traduction exacte est en réalité : avancer, se remettre en route. Cette
explication prend tout son sens pour les personnes qui sont aidées
par Vigo. En effet, les personnes qui sont confrontées, de manière
temporaire ou permanente, à une limitation physique souhaitent
avant toute chose – après le traitement et la période de revalidation – récupérer les possibilités dont elles disposaient auparavant,
reprendre leur activité professionnelle ou leurs hobbies, renouer
avec leur cercle d’amis, leur environnement familier, …
Éditorial de Jan Ruysschaert, Directeur général. . . . . . . . . . 1
En bref. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
Interview de Jan Ruysschaert et Nele Vanhouteghem :
«Notre objectif ? Aider les gens à aller de l’avant !». . . . . . 4
Du travail sur mesure pour les enfants . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Interview de Krista Bracke : «Je n’avais jamais eu le moindre
doute à ce propos : je remarcherais un jour.». . . . . . . . . . . . 8
D!NA Sleep. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
C’est animés par cette idée que tous les collaborateurs de Vigo
donnent chaque jour le meilleur d’eux-mêmes, pour permettre aux
milliers de personnes qui sont nos clients de reprendre possession
de leur vie. Vigo occupe plus de 600 salariés, non seulement en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas, en France, voire en Pologne. Nous
avons par ailleurs l’ambition de faire, à l’étranger, aussi bien que nous
dans notre propre pays. Mais, même si nous attachons de l’importance à faire de Vigo une entreprise saine et florissante, cet objectif
sera toujours subordonné à la raison d’être qui nous anime depuis
le tout premier jour : aider les gens à ne pas s’arrêter après un
accident ou une maladie ou au seuil de la vieillesse, mais,
dans la mesure du possible, leur permettre de reprendre
leur chemin et de continuer à croquer la vie à pleines dents.
Grâce aux moyens techniques dont dispose Vigo – qu’il s’agisse de
prothèses ou d’orthèses, de chaussures orthopédiques ou de fauteuils roulants – cet objectif peut, de nos jours, être atteint dans
pratiquement tous les cas. C’est à cette tâche que s’attellent nos prothésistes et nos autres spécialistes, prestataires de soins et conseillers, en étroite concertation avec des thérapeutes, des médecins, des
établissements hospitaliers, des maisons de repos et de soins et des
IMP. Ils sont en effet tous disposés à faire partager la passion qui les
anime au quotidien !
Donc… quelle que soit la situation, move on with your life, allez de
l’avant et reprenez le fil de votre existence, tel est le contenu de
notre slogan. Dans ce premier Move On! Magazine, nous souhaitons
illustrer comment ces objectifs peuvent être rencontrés et comment
Vigo peut y contribuer.
Jan Ruysschaert
Directeur général
iV!GO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Des chaussures de bon goût | V!GO Line | Walk with a tico. . . 12
Calendrier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Move on! magazine
EN
BREF
Service :
réparations
sur place
Étant donné que Vigo souhaite fournir à ses clients des solutions encore meilleures et encore plus rapides, nous nous
doterons sous peu de plusieurs camionnettes neuves, qui
sont équipées de tout le matériel nécessaire. Les spécialistes
de Vigo qui se déplaceront au volant de ces camionnettes
bénéficieront d’une formation spécifique leur permettant de
rendre une prestation de service optimale au client. Sous
peu, dans certains établissements, ils pourront donc procéder immédiatement à certaines réparations et à certaines
adaptations aux prothèses, aux fauteuils roulants ou aux
orthèses. Ces produits ne devront plus faire l’aller-retour
vers les ateliers et les utilisateurs pourront donc être plus
rapidement dépannés.
Le chiffre
160.000
Chaque année, 160.000
appareils sortent des
ateliers de Vigo.
Refonte complète
de notre site
Internet
Vous l’avez peut-être déjà remarqué : notre site Internet www.vigogroup.eu a été soumis à une profonde cure de jouvence. Un nouveau
look rafraîchissant, une répartition plus claire de tous nos produits
et des informations à propos de nos activités les plus récentes vous
permettent de vérifier, en toute simplicité, les solutions que nous
sommes en mesure de vous proposer, mais aussi de rester informés
de nos derniers développements. En quelques clics, vous trouvez ce
que vous cherchez grâce à une structure revue de fond en comble et
une fonction de recherche pratique vous permet de prendre immédiatement rendez-vous dans un bureau ou un atelier de votre région.
Bonne visite sur notre site !
3
Pleins feux sur l’ambassadrice V!GO :
Marieke Vervoort
Marieke Vervoort est probablement l’athlète paralympique la plus connue de Belgique. En 2012, elle a,
à l’occasion des Jeux olympiques de Londres, conquis une médaille d’argent et a décroché un record
d’Europe dans l’épreuve du 200 m en chaise roulante, dans la catégorie T52. Mais ce n’est pas tout :
elle a également décroché une Médaille d’or lors de l’épreuve du 100 m en chaise roulante.
En 2013, cerise sur le gâteau, elle a amélioré son propre record du monde sur le 400 mètres.
Vigo est fier d’être le fournisseur des fauteuils roulants de Marieke, avec lesquels elle a par
ailleurs atteint une vitesse de quelque 24 km par heure lors de ses courses aux médailles.
�
Suivez Marieke via : www.facebook.com/WielemieMariekeVervoort
24km/h
Marieke Vervoort atteint une vitesse de 24 km
par heure lors de ses courses aux médailles
Amp Football Belgium à la
Coupe du monde : soutenez
les «Red Flamingos»
À l’heure actuelle, les trois couleurs nationales belges dominent le paysage, à
mesure que nos Diables rouges tenteront de concrétiser leurs ambitions à l’occasion de la Coupe du monde. Durant cet automne, les « Red Flamingos » poursuivront également le même objectif : notre équipe nationale d’AMP Football,
dont Vigo est le sponsor principal, ambitionne de participer à la Coupe du Monde
d’AMP Football et d’y lutter pour le titre de Champion du monde.
Après les équipes nationales polonaise et néerlandaise de football AMP, Vigo
va désormais aussi sponsoriser l’équipe nationale belge des « Red Flamingos ».
Les joueurs de l’équipe de football AMP sont tous amputés d’une jambe et le
gardien est amputé d’un bras. Les Red Flamingos jouent uniquement avec des
béquilles : le spectacle sur le terrain est garanti ! Vigo aide l’équipe à concrétiser ses ambitions sportives et s’affiche avec fierté en
tant que principal sponsor sur les maillots des «Red
Flamingos». Accéder à la Coupe du Monde à Mexico
nécessite d’importants moyens financiers. Toute aide
est donc la bienvenue pour les joueurs.
V!GO s’étend
Les activités de Vigo ont été très récemment
complétées par le Centre d’Anaplastologie
de Jan De Cubber. Cette entreprise belge est
notamment spécialisée dans les “prothèses faciales”, c’est-à-dire dans les implants artificiels
(oreille, nez ou œil) au visage.
L’entreprise met en outre au point des épithèses
plus vraies que nature, c’est-à-dire une forme
de prothèses en silicone, pour d’autres parties
du corps : il s’agit de répliques plus vraies que
nature d’un doigt ou d’une main, voire d’une jambe
complète ou d’une poitrine. Pour camoufler certaines cicatrices ou pour simuler, par exemple,
des sourcils ou des poils, le Centre propose
également des tatouages médicaux. Le travail
des professionnels du Centre d’Anaplastologie
donne également un coup de fouet moral à
de nombreux patients : « De nombreuses personnes ne s’aperçoivent même pas que je porte
une oreille artificielle », témoigne l’un d’entre
eux sur le site Internet.
Pour plus d’infos : www.anaplastologie.be
Donnez-leur un coup de pouce et
suivez-les via
� www.facebook.com/AmpFootballBelgium
 www.ampfootball.be
Move on! magazine
Notre objectif ?
Aider les
gens à aller
de l’avant !
Interview Kurt vincent
Foto’s Sven Everaert
Depuis plus de 20 ans déjà, Jan
Ruysschaert et Nele Vanhouteghem
constituent le tandem dirigeant des
activités de Vigo. Ils ont tenu les rênes de
la société durant les évolutions que cette
dernière a connues au cours de ces 20
dernières années, passant du stade de
l’entreprise familiale à celui du groupe
international. En dépit de l’augmentation
d’échelle et de l’expansion à l’étranger,
l’implication et la passion dont ils font
preuve, avec leurs collaborateurs, dans
l’exercice de leurs activités quotidiennes
n’ont jamais fondamentalement changé.
«Notre organisation est devenue
professionnelle, mais nous ne perdons
jamais de vue les raisons pour lesquelles
nous travaillons. Chez nous, les gens
occupent toujours une place centrale»,
tel est le message qu’ils véhiculent.
Tous les visiteurs de Vigo le constatent d’emblée : cette entreprise
est florissante. Au siège principal de Vigo à Wetteren, les prestataires
de soins et les patients se croisent en permanence. Des bambins
avec leurs parents, des personnes en fauteuil roulant et des patients
amputés en cours de revalidation se côtoient dans la salle d’attente.
Ils attendent une adaptation, viennent pour une première consultation, ont rendez-vous avec leur prestataire de soins habituel ou
viennent choisir un nouveau fauteuil roulant ou un nouveau vélo
dans la salle d’exposition. L’ambiance est bon enfant. C’est clair :Vigo
est une entreprise où le patient, en tant qu’être humain, occupe une
place centrale. Tout le reste est construit autour de ce principe.
Familial
«Et il en va ainsi réellement», affirme Nele Vanhouteghem, Directrice
commerciale de Vigo. «L’aspect familial de l’entreprise est toujours
omniprésent, malgré la croissance soutenue que nous avons connue
5
“Notre personnel fait son
travail avec conviction et
cela se sent à tous les
niveaux de l’entreprise.”
Jan Ruysschaert
au cours des années écoulées. Même si nous avons grandi, nous nous rendons toujours compte que le contact
avec les clients est l’élément essentiel de nos activités.
Ils viennent tous chez nous pour un traitement sur
mesure, pour une solution individuelle à leur problème.
Et pour les personnes qui ne peuvent venir jusqu’ici,
parce qu’elles séjournent par exemple dans une maison de repos ou sont hospitalisées, nos spécialistes et
nos thérapeutes se rendent sur place. Sur le terrain, ils
constituent un maillon véritablement essentiel entre
nous et les patients.»
Défi
De formation paramédicale, Nele Vanhouteghem a
commencé sa carrière en tant que prestataire de soins,
lorsque Vigo était encore le CTO (Centrum voor Technische Orthopedie), l’entité fondée par son père. Ces
expériences pratiques lui commandent d’accorder énormément d’importance à l’aspect humain dans les activités de Vigo. De même, le Directeur général Jan Ruysschaert est convaincu que Vigo se distinguera toujours de
ses concurrents grâce à ses produits et à ses solutions
sur mesure. «Nous trouvons une solution à chaque
problème et mettons un point d’honneur à proposer la
meilleure réponse. C’est précisément grâce à ce savoirfaire que nous sommes en mesure de faire la différence.»
Jan est particulièrement fier que Vigo ait été capable de
maintenir cette approche à dimension humaine, en dépit
de la remarquable croissance que la société a enregistrée
depuis 2008.
Il précise : «C’est en effet un véritable défi que de proposer à nos clients et à nos patients les avantages d’une
petite et d’une grande entreprise —
­ en même temps.
Car nous sommes ambitieux ; l’un de nos objectifs stratégiques est de devenir la référence par excellence dans
notre secteur, c’est-à-dire d’être la meilleure entreprise
dans notre domaine. Mais pour cela, nous devions avoir
une taille suffisamment grande, de sorte que nous puissions attirer des spécialistes dans tous les domaines.» Et
cela semble drôlement bien fonctionner :Vigo est en effet
devenue en Europe le leader du marché de l’orthopédie
technique et se positionne comme un groupe actif dans
quatre pays en occupant au total 600 collaborateurs. Jan
Du CTO au
Groupe V!GO
une évolution de pratiquement
60 années
1956
Le père de Nele Vanhouteghem crée à Gand le Centrum
Technische Orthopedie (CTO). L’entreprise se spécialise dans
les prothèses, les corsets, les semelles orthopédiques et
les fauteuils roulants sur mesure, axés sur les besoins
spécifiques du patient.
1988
Le premier accord de collaboration est signé avec
la KU Leuven.
1992
L’entreprise collabore désormais
aussi avec les hôpitaux universitaires
de Gand et d’Anvers.
1999
CTO déménage de Gand à
Wetteren. L’entreprise
occupe désormais quelque
200 collaborateurs.
Dans les ateliers de Vigo, tous les collaborateurs travaillent
avec beaucoup de dévouement aux différents produits sur
mesure.
2007
L’entreprise fait ses premiers
pas en Pologne.
Move on! magazine
“L’aspect familial de l’entreprise est toujours omniprésent,
malgré la croissance soutenue que nous avons connue au
cours des années écoulées.”
Nele Vanhouteghem
acquiesce : «Grâce à l’organisation dont nous disposons de nos jours,
nous sommes en mesure, plus que jamais, d’initier des activités de
recherche et de développement et de commercialiser des solutions
innovantes, ce dont profitent bien évidemment au premier chef nos
clients et nos patients.»
Avec passion
Dans les ateliers de Vigo, tous les collaborateurs travaillent avec
beaucoup de dévouement aux différents produits sur mesure. La
gamme est particulièrement étoffée, qu’il s’agisse des prothèses de
doigt plus vraies que nature ou des orthèses techniquement complexes, qui sont montées sur des fauteuils roulants, en passant par
des casques de correction crânienne arborant un beau motif enfantin. «Notre personnel fait son travail avec conviction et cela se sent à
tous les niveaux de l’entreprise», précise Jan. «La passion est du reste
l’une des valeurs de notre entreprise, et, en ce qui me concerne, la
valeur principale. Cet engagement est logiquement issu du secteur
dans lequel nous exerçons des activités et de la nature de notre
travail. Nous aidons les gens à aller de l’avant et recevons en échange
une très grande considération de la part de nos clients. Ça motive.»
«En effet. L’enthousiasme de nos collaborateurs nous tient par ailleurs fort à cœur», surenchérit Nele. «Une personne motivée fera
toujours du bon travail ; cela vaut tant pour les techniciens dans les
ateliers, les prestataires de soins et le personnel administratif que
pour les collaborateurs commerciaux et la direction. Nous voulons
que nos collaborateurs se sentent bien dans leur peau et puissent
s’épanouir dans leur travail.»
Satisfaction
Même après deux décennies, il est évident que Jan Ruysschaert et
Nele Vanhouteghem dirigent encore leur entreprise avec le même
enthousiasme. «Je suis extrêmement fier de ce que nous avons déjà
bâti. Je rencontre souvent d’autres entrepreneurs qui ne connaissent
pas notre secteur. Ils tombent à la renverse lorsqu’ils franchissent nos
portes et se rendent compte de l’organisation que nous avons mise
sur pied. Cela donne une grande satisfaction, à plus forte raison dans
un secteur axé sur l’aide aux personnes», précise Jan. Nele confirme :­
«Je suis bien évidemment extrêmement fière de tout ce que nous
avons réalisé en 20 ans depuis que nous avons repris l’entreprise
CTO de mon père. Je me rends parfaitement compte des accomplissements quotidiens de notre personnel sur le terrain et des clients
auxquels ils ont à faire. Mon ambition est de faire en sorte que
chaque patient puisse continuer à dire, en toute conviction : «Chez
Vigo, vous êtes réellement bien aidé».
2008
CTO reprend l’activité chaussures
orthopédiques de la société Rosseel à Izegem
et la société Orthopedische schoenen Reyskens
de Genk. Ortec et Cebelor, deux sociétés
bruxelloises, sont également acquises.
2011
le groupe fusionne et devient Vigo. Vigo fait ses
premiers pas aux Pays-Bas.
2012
Vigo part à la conquête du
marché français.
7
Orthopédie pédiatrique
Du travail sur mesure pour
les enfants
Leader du marché européen, Vigo développe activement des aides orthopédiques
pour les enfants. Ce groupe de patients nécessite en effet des soins et des produits
particuliers, ainsi qu’un travail sur mesure. Vigo dispose des moyens et ressources
humaines nécessaires à cet effet et collabore avec un réseau très étendu de
spécialistes.
Le plus grand groupe de patients pédiatriques aidés par Vigo souffre
de CP (cerebral palsy ou paralysie cérébrale). Une affection qui peut
provoquer des anomalies des fonctions motrices et avoir un impact
important sur le corps. Vigo contribue aussi au traitement de nombreuses encéphalopathies non-congénitales chez les enfants, par
exemple après un accident ou une maladie.
effectuer des recherches innovantes et développer de nouveaux produits avec elles. Les prestataires de soins travaillent en collaboration
avec l’équipe paramédicale pour des produits adaptés sur mesure
aux besoins de ces jeunes patients. Souvent, ils sont présents avec
les parents aux consultations pour que le traitement et le produit
puissent être parfaitement accordés.
Collaboration avec les IMP et les centres
de référence
Vigo vient en aide à tous ces petits patients avec des produits spécifiques comme les orthèses pour position assise ou debout. Plus
encore que pour les patients adultes, ces dispositifs sont réalisés
sur mesure car ces petits patients sont encore en pleine croissance.
La plupart séjournent ou vont à l’école dans un Institut
Médico-Pédagogique (IMP). Vigo travaille depuis des
années avec des dizaines d’institutions et peut ainsi
Les enfants peuvent eux-mêmes participer au choix du look de leur
produit. Pour plusieurs appareils, il y a des imprimés et motifs ludiques pour lesquels Vigo collabore notamment avec Studio 100.Vigo
met tout en œuvre pour que ces enfants puissent être des enfants
comme les autres.
Casques pour les tout petits
Un aplatissement du crâne est de nos jours relativement
fréquent chez les bébés. Dans bien des cas, le crâne retrouve
spontanément sa forme originale, mais pour un petit pourcentage, un casque de repositionnement est nécessaire. Un
tel casque de repositionnement offre également une solution pour certains bébés nés avec un contour asymétrique
de la tête, ce qui peut provoquer une asymétrie des oreilles
ou au niveau du visage.
Vigo produit quelque 300 casques de repositionnement par an.
Ils sont disponibles en 20 motifs imprimés différents. Le
casque est réalisé sur mesure, sur la base d’un scan 3D
de la tête du bébé. Grâce à un système à quatre
couches, le casque se développe en même temps
que l’enfant. Il offre un soutien et exerce une
Vigo produit quelque
300 casques de repositionnement
par an
pression aux bons endroits, tout en laissant un espace du côté aplati
de la tête. Grâce à ces casques, les malformations crâniennes des
bébés peuvent être redressées.
Le suivi de l’évolution est très important : la tête du bébé est régulièrement scannée à nouveau afin de vérifier que la correction
s’effectue adéquatement. Les spécialistes de Vigo sont toujours prêts
à répondre aux questions des parents et à les conseiller. Comme
l’explique le soignant orthopédique Wouter Raemaekers : “Souvent
les parents sont bouleversés quand ils viennent nous voir, avec beaucoup de questions et d’incertitudes. Mais au bout d’un moment, ils
retrouvent toute leur confiance. Certains parents laissent même
le casque en place un peu plus longtemps, lorsque le bambin commence à faire ses premiers pas.”
Move on! magazine
Je n’avais jamais
eu le moindre doute à ce
propos : je remarcherais un jour
Entretien Kim Maeseele PHOTOS Sven Everaert
«Je peux désormais profiter d’une sortie à vélo dans un
brouillard épais», affirme Krista Bracke lorsque nous la
rencontrons par une matinée brumeuse à Gand. Il y a cinq
ans, elle s’est réveillée d’un coma, après avoir oscillé pendant
plusieurs semaines entre la vie et la mort. Rapidement,
elle a appris que ses jambes seraient amputées. «Toutefois,
j’ai immédiatement fait le serment que je remarcherais.»
Un objectif à la concrétisation duquel Vigo a participé.
Ces dernières semaines, Krista Bracke s’est
rendue en différents endroits pour présenter son livre sur le bouleversement de sa vie.
Elle raconte inlassablement son incroyable
histoire. La façon dont une personne malade
peut rebondir de manière aussi rapide et
agressive défie toute imagination. Le fait que
Krista, après être passée par le chas de l’aiguille, puisse désormais se rendre à nouveau
en ville avec son triporteur et y déguster
un café peut être qualifié, sans exagération
aucune, de miracle. «Je ressens encore très
régulièrement ce moment d’incrédulité et
de bonheur extrême. Que je puisse désormais rouler dans le brouillard et le sentir sur
ma peau, je trouve cela fantastique.»
sa vie. Ses deux jeunes garçons étaient âgés
de 1,5 de 3,5 ans et elle commençait tout
juste à goûter aux joies de la vie familiale.
Elle présentait le programme «Belmondo»
sur Radio 1, faisait des reportages de voyage
pour la VRT et suivait des cours de tango argentin avec son mari Koen. En raison d’une
grippe qui tardait à guérir, son médecin traitant l’envoie en ambulance à l’hôpital. Dans
ce milieu, les bactéries frappent en un temps
record : elle est victime à deux reprises
d’un arrêt cardiaque, son foie et ses reins
cessent de fonctionner et elle souffre d’une
double pneumonie. Son sang commence à
s’épaissir et ne s’écoule dès lors plus vers
ses membres inférieurs.
Entre la vie et la mort
Krista raconte que lorsqu’elle a été victime en 2009 d’une attaque foudroyante de
streptocoques pyogènes (également appelées bactéries carnivores), qui lui a pratiquement été fatal, elle était encore à l’aube de
Marcher dans la rue commerçante
Krista est ensuite transférée dans le centre
des grands brûlés. Elle a des moments de
conscience au cours d’un coma qui se prolonge durant plusieurs semaines. L’absence
9
d’éd
it
a
m
n
Livre
k
n
Ongles vernis et
petits pieds de tango
Vigo a été étroitement impliquée durant tout
ce processus. «Chaque mois, une équipe multidisciplinaire se réunissait pour examiner mon
évolution et pour arrêter les étapes ultérieures.
Cette équipe se composait de l’ergothérapeute,
du kinésithérapeute, des médecins (dont le
docteur Leus de Vigo), mais aussi de l’orthopédiste de Vigo. Vigo disposait d’un atelier au
on
io
Krista poursuit : «Le fait de pouvoir remarcher a été assez rapide, dès que j’ai pu me
tenir debout sur des prothèses provisoires.
Toutefois, le processus antérieur m’a semblé
avoir duré plus longtemps. Dans un premier
temps, vos blessures doivent être complètement guéries et vous devez ensuite vous
habituer à un liner, c’est-à-dire à une espèce
de chaussette en silicone très proche du
corps. L’apprentissage de la position debout
s’effectue dans un premier temps au moyen
d’une prothèse provisoire équipée de petites
barres métalliques. En effet, au cours de
cette phase, la gaine de la prothèse doit être
en permanence réajustée : dans un premier
temps, vos moignons sont extrêmement gonflés et ce n’est que lorsque vous commencez
à marcher de manière plus active que ces
gonflements disparaissent et que vos jambes
s’affinent.»
is
19,95
Va
d’irrigation sanguine fait des ravages sur ses
membres inférieurs et certains de ses doigts.
«À chacun de mes moments de conscience,
mon mari me racontait ce qui s’était passé. Et
ce à quoi je devais m’attendre» précise encore
Krista. «Tes jambes devront probablement
être amputées, mais tu remarcheras», disait-il.
«Il me disait qu’au mois de juin, nous marcherions à nouveau ensemble dans la Veldstraat
(la plus grande rue commerçante de Gand).
Nous étions à ce moment en mars.» Krista
s’est cependant raccrochée aveuglément à
l’optimisme de son mari. Après de lourdes
interventions et une revalidation de plusieurs
mois, un orthopédiste de Vigo lui rend pour
la première fois visite. «Il m’a expliqué le processus qui m’attendait jusqu’à ce que je puisse
à nouveau marcher avec des prothèses. Il m’a
également présenté différents modèles de
prothèses. Ces renseignements étaient tous
pour moi de la première importance, car je
ne me posais pas tant la question de savoir si
je pourrais à nouveau marcher, mais m’interrogeais plutôt sur la manière d’y parvenir.»
Ha l e wyc
«Mijn leven
op stelten»
Krista Bracke a retracé ses expériences
dans un livre, depuis la terrible maladie
qui s’est soudainement acharnée sur elle,
jusqu’au long processus de revalidation en
passant par l’appui qu’elle a reçu de nombreuses parts. «J’ai tout d’abord écrit ce
livre pour mes deux fils. Ils avaient bien
évidemment quantité de questions et en
auront peut-être encore à l’avenir. Étant
donné que je voulais être sûre qu’ils
connaissent toujours mon histoire complète, je l’ai couchée sur papier.»
Toutefois, avec son livre, elle souhaite
également inciter les gens à adopter un
«optimisme sain» dans la vie. « Celui qui
veut aller de l’avant peut, d’une manière ou
d’une autre, effectivement le faire. Par ailleurs,Vigo aide les gens comme moi.»
� www.facebook.com/mijnlevenopstelten
sein de l’hôpital universitaire de Gand, ce qui
constituait un avantage supplémentaire : les
ajustements pouvaient dès lors y être immédiatement effectués.»
Au terme d’une revalidation de plusieurs mois
et après d’innombrables exercices, Krista put
se glisser dans ses prothèses définitives. «En fait,
vous devez tout d’abord faire un test pour déterminer votre niveau de mobilité et la cadence
que vous pouvez atteindre. C’est en fonction
de ces éléments que la prothèse qui vous
convient le mieux est en définitive choisie.» À
partir de ce moment,Vigo a fourni à Krista différents modèles de prothèse afin qu’elle puisse
opérer son choix définitif. «Mais ce que j’ai
encore plus apprécié, c’est que Vigo était également à l’écoute d’idées saugrenues», précise
encore Krista. Cela avait commencé comme
une plaisanterie, mais Krista et son mari avaient
décidé de faire dessiner un tatouage de petits
pieds de tango sur l’une des jambes. «Il s’agissait d’une référence à notre passion, le tango argentin. La dame chargée des finitions chez Vigo
pensait qu’il s’agissait d’une excellente idée et
d’un beau défi.» Et Krista de nous exhiber fièrement son tatouage. «En été, j’aimais en effet
me promener en sandales ouvertes. Élégants,
les pieds sont aussi vrais que nature et je peux
même vernir mes ongles : toutes ces petites
choses vous permettent également d’aller de
l’avant sur le plan psychologique. Je ne suis pas
différente des autres personnes. »
Athlétisme
Krista en est déjà à sa deuxième paire, car
une prothèse doit être remplacée tous les
trois ans. «J’aurai donc probablement des
contacts avec Vigo jusqu’à la fin de ma vie.
J’ai par ailleurs aussi besoin d’un fauteuil roulant, car je ne peux pas marcher plus de 500
mètres d’affilée. J’ai aussi perdu plusieurs
doigts à la main droite et mon pouce a été
reconstitué ; je porte dès lors une orthèse
de Vigo. Je dispose du numéro de GSM personnel de mon orthopédiste Vigo : je peux
l’appeler à tout moment pour lui poser des
questions ou lui soumettre un problème. Il
faut en effet s’habituer à vivre avec des prothèses : il faut constamment veiller à ce que
la pression ne soit pas trop intense et à ne
pas se blesser. Souvent, des doutes m’envahissent : est-ce normal si je ressens telle ou
telle chose ? Puis-je continuer à marcher ?
Des personnes ressource comme le bandagiste sont toujours de bon conseil.»
Cinq ans après ce tragique événement, Krista
déborde d’énergie. Elle conduit ses enfants à
l’école avec le triporteur, se promène dans
la Veldstraat, va toutes les semaines à la natation et danse – même le tango. «Incroyable
n’est-ce pas», comme elle se plaît à le dire.
«L’un des moments les plus émouvants a été
une course de cross-country de l’un de mes
fils. Ils font tous deux de l’athlétisme et du
cross-country en hiver. Je le supportais le
long de la ligne de touche et était follement
heureuse de le voir courir aussi rapidement.
J’ai été abasourdie de voir que j’étais en mesure de l’encourager - en position debout. Je
rêve un jour de pouvoir faire un tour de la
piste d’athlétisme avec eux. Mais avant cela,
je dois tout d’abord encore beaucoup m’entraîner», conclut-elle d’un grand rire.
Move on! magazine
FOCUS
D!NA Sleep
le confort du sommeil
des patients atteints de
démence
Mieke Heyrman
Ergothérapeute
Seniorencentrum
OLV, Bornem
Pour les patients atteints d’une affection du système nerveux central, comme la démence, il est très important de pouvoir dormir
de manière sûre mais quandmême confortable la nuit. Comme les
solutions statiques, où le patient est attaché, impliquent de nombreux désavantages pour celui-ci, Vigo a développé l’orthèse de
nuit dynamique D!NA Sleep.
Les orthèses classiques pour le couchage ne
permettent souvent qu’une seule position, et
laissent donc à désirer en termes de confort
pour le patient. Une position allongée inadéquate, ou statique, implique également différents risques pour la santé. Elle ne facilite
pas non plus la vie du personnel soignant, par
exemple quand il faut laver, habiller, rafraîchir
ou repositionner le patient. D!NA Sleep est
une orthèse dynamique sur mesure qui supprime tous les inconvénients des orthèses
classiques.
D!NA Sleep est constituée d’une série de
coussins, angles de positionnement et matelas
spécialement formés. Ils sont réalisés en Vielafoam innovante, une mousse à mémoire élastique à base d’eau, offrant une ventilation, un
confort et une répartition parfaits du poids du
corps. Et bien entendu, tous les éléments sont
également lavables et résistent à la traction,
au glissement et aux déchirures. Grâce à la
série sélectionnée de coussins et de systèmes,
D!NA Sleep est un concept de couchage dy-
namique qui s’adapte aux besoins du patient,
et non l’inverse. Le personnel peut ainsi plus
facilement laver, habiller et rafraîchir le patient,
puisque l’orthèse de couchage peut être positionnée totalement à plat et que les soutiens
et coussins de positionnement peuvent être
facilement retirés. La mise en place d’une toile
de levage pour repositionner le patient, ou le
déplacer, est beaucoup plus aisée aussi.
Les centres de soins recherchent constamment de bonnes solutions pour le sommeil
des patients atteints de maladies comme la
démence, un AVC, un état (post)-comateux, un
polytraumatisme, une encéphalopathie, les maladies de Parkinson, Huntington ou la sclérose
multiple. Vigo offre des avantages à tous ces
patients : D!NA Sleep améliore la respiration
et la circulation sanguine, prévient les contractures, les escarres et anomalies structurelles
de la posture et augmente la perception physique et spatiale des patients neurologiques.
«La recherche du bon confort en position couchée pour nos résidents est un
souci constant, pour lequel seule l’orthèse D!NA Sleep a fourni une bonne
solution. Au départ, il n’était guère aisé
de convaincre tous les membres de
l’équipe de son importance et
il a fallu un peu de temps pour positionner tous les résidents de manière
correcte. Mais grâce à la persévérance
de tous les collègues et au soutien
de Vigo, nous avons obtenu de beaux
résultats : les résidents se détendent
totalement la nuit, de sorte qu’en
journée ils sont plus en forme, ils
recommuniquent, ils mangent mieux
et sont moins tendus pendant les soins.
Autre avantage, cette détente permet
aux résidents de profiter d’une nuit de
sommeil ininterrompu ; ils sont également plus en sécurité sans fixation.»
11
NOUVEAU
iV!GO
une
application
mobile pour un
service efficace
Afin de fournir aux patients un service encore plus
rapide et de meilleure facture, mais surtout pour
pouvoir encore mieux adapter les produits à leur
mesure, Vigo a mis au point une toute nouvelle
application pour tablette destinée à ses soignants.
Les premiers tests pratiques seront réalisés à partir
de cet été.
Les applications mobiles et électroniques
font également leur entrée dans le secteur
des soins de santé. «Une communication
optimale avec les patients et la garantie
d’un fonctionnement personnalisé et aussi
efficace que possible constituent, parmi
d’autres, deux objectifs essentiels de Vigo.
Étant donné que certaines applications technologiques permettent à Vigo d’atteindre
ces objectifs, notre entreprise a commencé
en 2012 à examiner les applications et les
technologies susceptibles d’être commercialisées», expliquent Evy Vandenhouwe et
Tom Dedecker, qui ont participé à la mise au
point du projet iV!GO.
Au terme de plusieurs études et d’un processus complet de sélection, un tout nouveau système électronique pour prestataires
de soins — appelé iV!GO — a été mis au
point l’année dernière. «Chaque soignant de
Vigo sera bientôt équipé d’une tablette sur
laquelle est installée l’application iV!GO ;
grâce à ce programme, il ne faut plus com-
pléter les commandes sur support papier,
mais les saisir sous format électronique et
les adresser directement au système de Vigo.
En outre, la carte d’identité des patients est
lue via l’application, ce qui permet d’actualiser en permanence leurs coordonnées»,
précisent encore Evy et Tom.
Personnel et fiable
Dans un premier temps, le nouveau système
induira de nombreux avantages majeurs
pour les clients. Grâce à iV!GO, les soignants seront encore mieux en mesure, par
exemple, de fournir des conseils personnels
aux patients. «Par le biais de cette application, les soignants disposent immédiatement
des données les plus récentes à propos du
patient, mais aussi de ses antécédents : renseignements médicaux, remboursements
par la mutuelle, délais de renouvellement,
etc.». Des photos pourront également être
ajoutées à certaines commandes, ce qui
permettra de mieux faire correspondre les
produits à la situation personnelle de chaque
patient. «En outre, l’application est liée à la
planification des capacités du département
production : les soignants sont ainsi en mesure de convenir avec le patient des dates de
livraison les plus fiables.»
Par le biais de ce nouveau système,Vigo souhaite également apporter sa contribution à
l’édifice environnemental : bientôt, les épais
catalogues sur support papier appartiendront au passé, à l’instar des armoires à dossier débordant de commandes papier. «Les
soignants eux-mêmes vont donc travailler
d’une manière totalement nouvelle. Ils ont
dès lors été étroitement impliqués dans la
mise au point de l’application.»
Phase de test
À partir de cet été, l’application sera testée
dans la pratique. «Ensuite, le système sera
progressivement déployé parmi tous les
autres soignants. Ils bénéficieront en outre
d’une formation intensive à l’utilisation de la
tablette et de l’application et pourront ainsi
appliquer de manière optimale le nouveau
fonctionnement de Vigo», précisent encore
Evy et Tom.
Dans un premier temps, le nouveau système
sera appliqué pour les semelles orthopédiques, les produits préfabriqués comme les
articles de la gamme V!GO Line, ainsi que,
bien évidemment, les coquilles de sièges et
les orthèses sur mesure.
Move on! magazine
Des chaussures de bon goût
Grâce aux matériaux légers et innovants,
et aux techniques les plus modernes, les
chaussures orthopédiques de Vigo sont exceptionnellement légères et offrent énormément de possibilités esthétiques. Les clients
choisissent dans un catalogue ou apportent
même une photo ou une chaussure, que notre atelier reproduit complètement. Nous
concilions ainsi les prescriptions du médecin
et les préférences et goûts des patients.
Vigo enrichit régulièrement sa gamme de
cuirs avec les dernières couleurs à la mode
et nous disposons d’une sélection très étendue de semelles et de bords. Nous pouvons
également réaliser des pantoufles entièrement sur mesure. Avec 11 spécialistes en
chaussures orthopédiques, Vigo fournit ses
services dans pratiquement toute la Belgique. Cela signifie que nous réalisons des
chaussures sur mesure pour les patients
dans des dizaines d’hôpitaux, institutions et
résidences-service et centres de soin, et que
nous collaborons avec un grand nombre de
spécialistes.
V!GO Line
Très récemment, Vigo a lancé la nouvelle ligne de produits V!GO Line : une série
d’orthèses et bandages standardisés.
Nous associons le savoir-faire et l’innovation de nos produits sur mesure et un
excellent rapport qualité/prix. V!GO Line compte actuellement 35 produits différents et la gamme va encore être élargie.
Calendrier
I
Buitenbeenpop 29/08/2014
Un festival en plein air adapté aux
besoins et souhaits spécifiques des
personnes atteintes d’un handicap.
- Bourg-Léopold
I
ISCOS 2-4/09/2014
Walk with a tico
Vigo a lancé un projet pour des personnes disposant de peu de moyens.
Par hasard Vigo a rencontré une organisation locale au Costa Rica, en Amérique du Sud, et l’entreprise a lancé
le projet «Walk with a tico». «Tico»
est un mot espagnol qui signifie «un
chouette type». Comme beaucoup
de costariciens n’ont pas les moyens
financiers pour acquérir une
prothèse, Vigo a décidé de donner
un coup de
pouce à
quelques-uns d’entre eux, afin qu’ils
puissent se déplacer sans béquilles.
En septembre Vigo acceuille un
groupe de patients sélectionnés à
Wetteren pour réaliser une prothèse
sur mesure. Chaque patient sera également accompagné dans le processus
de revalidation : de l’accoutumance à
la prothèse au réapprentissage
de la marche.
Participation au symposium scientifique annuel de l’International Spinal
Cord Society.
- Maastricht (PAYS-BAS)
I
Health Care 1-3/10/2014
Participation à Health Care 2014, le
salon professionnel du secteur des
soins de santé.
- BRUXELLES
I
symposium 25/10/2014
Symposium ‘Dernières tendances
dans la prothésiologie’
- Anvers
COLOPHON
Éditeur responsable :
Vigo, Biezeweg 13, 9230 Wetteren
Conception, coordination, copywriting, rédaction finale :
www.cantilis.be
Dans les ateliers de Vigo, le sur-mesure est la norme
V!GO, une
proximité
de tous les
instants.
V!GO joue un rôle de leader
en Europe dans le domaine de
l’orthopédie technique. Un statut
que nous devons surtout à notre
passion pour l’innovation et la
haute technologie, ce à quoi
contribuent non seulement notre
collaboration étroite avec des
Campus Liège
Campus Namur
Rue Sainte-Marie 22
4000 Liège
+32 (0)4 342 81 60
Av. Prince de Liège 174
5100 Jambes
+32 (0)81 74 28 31
Campus Wetteren
Campus Heverlee
Biezeweg 13
9230 Wetteren
+32 (0)9 292 20 00
Interleuvenlaan 60
3001 Heverlee
+32 (0)16 40 60 50
Campus Gent
Campus Genk
Maaltebruggestraat 288
9000 Gent
+32 (0)9 222 70 66
Vaartstraat 4
3600 Genk
+32 (0)89 32 91 50
Campus Pellenberg
Campus Tienen
Weligerveld 1
3212 Pellenberg
+32 (0)16 33 88 50
Leopoldvest 58
3300 Tienen
+32 (0)16 81 13 80
Campus Izegem
Campus Turnhout
Meensestraat 93
8870 Izegem
+32 (0)51 30 43 45
Steenweg op Oosthoven 92
2300 Turnhout
+32 (0)14 45 43 00
Campus UZ Gent
Campus Hasselt
De Pintelaan 185
9000 Gent
+32 (0)9 332 42 42
Gouverneur Verwilghensingel 4
3500 Hasselt
+32 (0)89 32 91 50
Campus Zellik
Campus Mortsel
Zone 1, Researchpark 10
1731 Zellik
+32 (0)2 467 15 11
Antwerpsestraat 249
2640 Mortsel
+32 (0)3 213 20 81
www.vigogroup.eu
hôpitaux renommés, mais aussi
nos contacts quotidiens avec
des personnes comme vous.
N’hésitez donc pas à nous rendre
visite sur un de nos 14 campus en
Belgique et nous vous aiderons à
aller de l’avant.
Orthopédie technique – Orthopédie pédiatrique – Mobilité – Chaussures – Soins pour personnes âgées – Sport – Bandagisterie

Documents pareils