emission 31 jul 2016

Commentaires

Transcription

emission 31 jul 2016
RÉSUMÉ :
Certaines négligences peuvent engendrer des catastrophes très graves alors qu’il suffit de peu pour les contenir. Ainsi quand un oeil voit moins bien que l’autre, le cerveau l’inhibe jusqu’à le supprimer définitivement le rendant aveugle alors que anatomiquement et fonctionnellement tout est bon («amblyopie ex-anopsia», un des types de CÉCITÉ, l'autre oeil ne devenant pas immunisé contre la cécité).
Qqs SIGNES D’APPEL :
Mauvaise binocularité (dont les 3 degrés : perception simultanée, stéréoscopie, et fusion [diplopie {image doublée} permanente ou occasionnelle]), céphalées, vertiges, nausées, irritabilité, insomnies, surmenage, fatigue visuelle , larmoiement, vision trouble, …
Suivez sur https://youtu.be/depoJGBZlfI
=================================
Dr. Jean Dadet Baptiste DIASOLUKA Nzoyifuanga Luyalu
Ophtalmologue depuis 1980, oeuvrant dans le privé.
Émission du samedi 30 juillet 2016 22h30,
Rediffusée mardi 2 août 2016 14h00
Chaîne CONGO-WEB
Langues de l’interview :
FRANÇAIS puis LINGALA (RD Congo).
=================================
[ QU’EST-CE QU’UN OPHTALMOLOGUE ]
[[ D’abord qu’est-ce que l’œil ]]
L’œil c’est l’organe qui s’occupe de récolter les informations visuelles [topographiques] c’est-à-dire qui sont véhiculées par la lumière en les captant par la rétine, et les véhicule par le nerf optique jusqu’au cerveau, pour les voir (y compris celles qui viennent de millions de milliards d’années-lumière), contrairement à l’oreille qui capte les informations auditives difficiles à topographier ne dépassant guère quelques centaines de kilomètres tout au plus.
-----------
OPHTALMOLOGUE ou OPHTALMOLOGISTE = Médecin qui s’occupe des yeux, la façon dont ça fonctionne Jusqu’au-delà des centres supérieurs de la vision dans le cerveau (cécité corticale) et même jusqu’au niveau de la psyché (hystérie, simulation…), la façon dont ça se développe dans le ventre de la mère (embryogenèse), et les maladies & la pathologie qui sont relatives à l’œil cet organe de la vue (ophtalmopathies).
-----------
OCULISTE = Presqu’idem que ditto, mais fait volontiers allusion au globe oculaire (l’œil) seulement.
-----------
ORTHOPTISTE = S'occupe de la motricité et sensorialité oculaire, des troubles de l’axe visuel ainsi que de leur redressement par des moyens mécaniques. Il s’agit de : strabismes (strabologie) et de l'oculomotricité (mouvements [coordonnés et anarchiques = troubles oculomoteurs] des yeux) susceptibles de provoquer une fixation excentrique ou une correspondance rétinienne anormale :
1. STRABISME (convergent, divergent, alternant, non alternant, intermittent, incomitant (cfr l'Ésotropia Aiguë Comitante de la Malformation de Chiari 1, suite svt à une compression et svt avec diplopie), concomitant, manifeste, latent, apparent, patent, évident, microstrabisme = permanente mais très petite, à petit angle, pseudo-strabisme)
2. VERSIONS (les yeux tournent dans le même sens)
3. vergences (convergence [fonction active, dynamique] /divergence [fonction dynamique active ou passive] : les yeux tournent en sens contraire)
4. DUCTIONS (supraduction, infraduction, latéroduction),
5. PHORIES : (orthophorie et hétérophories = déviations / strabismes latents : exophorie, esophorie, hyperphorie, hypophorie, cyclophorie... Les axes visuels ont tendance à dévier mais la déviation est maintenue latente par la fusion)
6. TROPIES : Déviation apparente par trop grande faiblesse de la fusion, ou de spasme.
[statiques] orthotropie et hétérotropies = déviations / strabismes manifestes :
a• Exotropies : dérèglement par excès ou par défaut de la vergence tonique.
[primitives, tardives, 90% intermittentes (sauf dans les exotropies congénitales majeures), consécutives [post-chirurgicales...], nystagmiques, sensorielles, ... L’exotropie n’est pas l'inverse ou négatif d'une ésotropie, et son installation est souvent tardive. Frquence : de 1 strabisme divergent pour 7 à 8 strabismes convergents, à 25 à 34 % des strabismes étant exotropies, plus de femmes que d'hommes, pouvant être précoce (âge <2 ans : 43%, 2 à 6 ans : 25%, >6 ans : 32%), constante ou intermittente, avec nystagmus manifeste latent ou avec nystagmus manifeste mais sans composante latente, et pouvant tardivement décompenser (=> diplopie), avec à l'EOG dyssynergies paralytiques ou dyssynergies dissociées. Le traitement médico-chirurgical des exotropies est souvent très difficile et ses résultats décevants],
b• esotropie,
c• hypertropie,
d• hypotropie,
e• cyclotropie...
7. Parésies
8. Paralysie oculomotrice
9. Saccades,
10. Nystagmus (pendulaire, à ressort),
11. Stéréoscopie et stéréoacuité, Perspective et Profondeur...
Étiopathogénie des exotropies et esotropies :
1• Anomalie primitive de la FUSION ;
2• Anomalies anatomiques congénitales CAPSULO-MUSCULAIRES ;
3• Atteinte NEUROGÈNE PÉRIPHÉRIQUE ;
4• Dérèglement ACCOMMODATIF ;
5• Dérèglement PROPRIOCEPTIF ;
6• Dérèglement INNERVATIONNEL.
On observe dans les deux cas (exotropies et esotropies) une hypercinésie de la vergence accommodative.
Il y a moins d'AMBLYOPIE FONCTIONNELLE avec les éxotropies qu'avec les ésotropies (1/5 à 1/6), mais beaucoup de FIXATIONS EXCENTRIQUES.
À ne pas confondre :
DIVERGENCE avec strabisme divergent ou exotropie
CONVERGENCE avec strabisme convergent ou ésotropie
CONCOMITTENCE / INCOMITTENCE : Convergence / divergence.
============================================================
À ce sujet j'ai conçu un appareil très efficace pour doser et redresser les déviations oculaires au prix d'un jouet (SYNOPTOPHORETTE DU Dr DIASOLUKA), mais il n'est pas encore brevetté.
============================================================
-----------
OPTOMÉTRISTE = Fait volontiers allusion aux troubles de la réfraction (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie) et de l’oculomotricité.
-----------
OPTICIEN = S’occupe de tout ce qui se rapporte au montage : choix de la monture (selon l’esthétique, la fonctionnalité [taille] et la qualité [plastique synthétique, naturelle, métallique, galvanisé, organique, Physical Vapor Deposition =PVD, titane], résistance à la corrosion…) ; centrage du verre, hauteur du segment, distance inter-pupillaire ; type de verre (lentille de contact ou verre sur monture) ; qualité des verres (MINÉRAL = VITRIFIÉ [60% silice SiO2 et ±40% oxydes divers. Amorphe = non cristallisé, isotrope = à propriétés physiques identiques dans toutes les directions, inoxydable, quasi irayable, stable à t° ambiante, faible résistance mécanique, indice n= 1.5 à 1.9], SYNTHÉTIQUE [ORGANIQUE {dès 1950. Essentiellement carbone, hydrogène et oxygène. Léger mais Rayable et Instable dans le temps} Thermodurcissable {Indice n= 1.5 à 1.7. Meilleure protection contre les UV} ou Thermoplastique {Polycarbonate = PMMA = Plexiglas indice n= 1.59 ; PNX indice n= 1.53}, RÉSINE]) ; asphérique, sphérique, torique ou astigmate, multifocaux (double foyer, triple foyer, progressif) ; épais ou aminci ; teinté (teinte fixe ou photochromique}, antireflet, dispersion).
Tous ces domaines sont intimement intriqués, interdépendants et fortement connectés.
==============================
[ COMMENT ON PROCÈDE QUAND LE MALADE ARRIVE ]
Quand le malade arrive, d’abord il pose son problème, comme chez le juge, il faut une plainte.
Considérez la plainte, et puis maintenant vous orientez vos investigations pour savoir qu’est-ce qui est à la base de la plaint de ce malade, ou des plaintes de ce malade.
On commence par l’examen, d’abord l’examen le plus fondamental : l’acuité visuelle (pouvoir de discrimination morphoscopique, pouvoir séparateur, minimum separabile, résolution de l’œil [qui dépend de l’espacement des cônes]). Il faut savoir quelle est la finesse (l’intensité) de la vision de ce malade-là, est-ce qu’il voit bien, est-ce qu’il ne voit pas bien ? Quand il ne voit pas bien, pourquoi ? Est-ce que c’est à cause des plaintes qu’il a présentées, ou est-ce qu’il ne voit pas bien parce qu’il y a une cause antérieure aux plaintes que le malade a présentées.
Le malade peut par exemple avoir été agressé par des militaires, par des kuluna (KKK) ou dans une bagarre ou dans un accident, il vient maintenant, l’OPJ vous demande de faire la part des choses parce que le malade doit être dédommagé ; maintenant il faut faire la part des choses : est-ce que la diminution de cette vision-là, ça vient de l’impact ou bien si c’était antérieure ? Parce que si c’était antérieur, vous liez ça à la maladie, évidemment l’auteur va payer des dommages qui ne lui reviennent pas ; et si c’est lié à l’accident et maintenant et que vous mettez ça au compte d’une maladie antérieure, alors vous voyez que le malade ne sera pas dédommagé.
Et maintenant, le traitement est basé sur évidemment ce que l’on trouve à l’examen. Si vous trouvez que c’est trouble de la réfraction, c’est-à-dire que les images n’arrivent pas à se former bien sur la rétine c’est-à-dire que le malade voit flou, en ce moment-là il faut voir : est-ce que c’est une situation qui nécessite des lunettes, en ce moment-là il faut prescrire des lunettes ; est-ce que c’est une situation qui est due à des inflammations dans l’œil qui font qu’il y a des saletés dans l’œil qui empêchent que l’image soit nette, est-ce que c’est au niveau du nerf optique (parce que le nerf optique c’est le transmetteur, c’est comme le cordon entre la camera ou le micro et l’amplificateur, tout ça…), quand il ne fonctionna pas bien, évidemment la vision ne peut pas être bonne.
À part ça, il y a des facteurs au niveau du cerveau-même. Quand les centres visuels de la vision au niveau du cerveau ne traitent pas bien l’image évidemment la personne ne peut pas bien voir.
Comme aussi il y a des problèmes de vision qui sont dus à des problèmes psychologiques. Il y a par exemple l’hystérie, il y a des problèmes … tous ces problèmes-là qui font que parfois vous examinez le malade tout est bon mais le malade ne voit pas.
On peut aussi voir par exemple ces cas-là en dehors de la psychologie quand vous avez un œil qui voit très bien et un autre qui ne voit pas bien alors l’œil qui ne voit pas bien commence à déranger l’image (les informations) que l’œil qui voit bien envoie au cerveau ; qu’est-ce que le cerveau va faire ? Il va supprimer les informations qui viennent de l’œil qui ne voit pas bien. Alors… si cette situation perdure longtemps alors le cerveau va développer des mécanismes pour bloquer cette vision de l’œil mauvais définitivement. Et ça c’est surtout chez les enfants avant huit ans ; quand l’enfant a des difficultés avec un œil alors l’œil bon commence à être dérangé par l’œil qui ne voit pas bien ; en ce moment-là le cerveau va bloquer les images qui viennent de l’œil mauvais. Et si avant huit ans la situation n’est pas corrigée, il se développera d’abord le phénomène de NEUTRALISATION, puis à la longue si cet œil n’est réhabilité il va rester aveugle définitivement malgré que le cerveau fonctionne bien, l’œil fonctionne bien, le nerf optique fonctionne bien, mais le cerveau va bloquer cet œil-là définitivement : on parle d’AMBLYOPIE Ex-ANOPSIA.
==============================
[ FACTEURS AMBLYOPIGÈNES ]
1. Troubles de la réfraction oculaire (60 %)
A. 7 à 8% Hypermétropie > 3 à 3.75 D (3.5),
B. 5 à 6% Astigmatisme > 1.5 à 2 D,
C. 2% Anisométropie > 1.5 D :
1) Anisométropie 1aire [Myopie forte, Astigmatisme]
2) Anisométropie 2aire
D. 0.3 % myopie > à 3 à 4 D
E. Forte Amétropie.
Une exodéviation peut être le premier symptôme d’une myopie en instance d’apparition.
Devant une HYPERMÉTROPIE modérée avec exotropie intermittente et isoacuité, la correction optique risque de provoquer une décompensation immédiate de l’exodéviation.
2. Strabismes (acquis, précoces ou sensoriels : 35 % à 40 %),
3. Autres causes (1 %) : ptosis, nystagmus, troubles des milieux transparents.
==============================
[ POUR LES PERSONNES QUI S’ACHÈTENT DES LUNETTES DANS LA RUE SANS CONSULTER AU PRÉALABLE LE MÉDECIN ]
Ça c’est, on pourrait dire, « l’automédication optique »… Bon… ce n’est pas vraiment conseillé parce que quand on ne voit pas bien, comme on a dit il y a plusieurs anomalies et quand cette anomalie est liée à un trouble de réfraction c’est-à-dire qui nécessite des lunettes ce n’est pas nécessairement au niveau de l’œil qu’il y a l’anomalie, par exemple quand vous avez un changement dans le taux du sucre dans le sang (pas nécessairement que vous devenez diabétique, si vous passez par exemple de 60 à 90, les deux chiffres vous êtes dans les normes : 60 c’est normal, 90 c’est normal) mais quand vous passez de 60 à 90 (le sucre a un indice de réfraction beaucoup plus élevé que l’humeur aqueuse et le cristallin) et maintenant qu’est-ce qui va se faire ? Le sucre quand il va pénétrer dans le cristallin il va modifier la réfraction de l’œil alors là ça va provoquer la myopie. Quand vous avez acheté vos lunettes comme ça de vous-même, vous allez échapper à cette cause-là, et vous connaissez tous les difficultés du diabète : ça peut provoquer des neuropathies périphériques, ça peut provoquer des rétinopathies diabétiques qui peuvent à la longue conduire à une cécité, ça peut provoquer des gangrènes, et il y a beaucoup d’autres troubles comme cela, ça peut aussi provoquer la cataracte comme ça peut provoquer aussi des troubles au niveau du cerveau (ça dérange la mémoire, on implique ça aussi dans la genèse de la maladie d’Alzheimer [dans le diabète de type 3]), donc ce n’est pas recommandé de porter des lunettes sans passer par le Médecin (qui va déterminer le degré qui vous est approprié).
Bon… Et puis il y a le phénomène d’HYSTÉRÉSIS c’est-à-dire, quand vous forcez une substance (plutôt pièce) que ça soit même en métal, quand vous la relâchez, ça ne rentre jamais à l’état où elle était à l’initial ; maintenant quand vous mettez des lunettes qui vous forcent les yeux, chaque fois l’œil se déforme progressivement et progressivement ça crée le problème de hystérésis dans les yeux [selon aussi le même mécanisme que la déformation professionnelle] donc les yeux vont se conformer aux lunettes que vous avez mal achetées-là, et vous allez créer une maladie dans votre œil.
==============================
[ CATARACTE ]
Les causes de la cataracte sont multiples : abus des médicaments. P.ex. les corticoïdes ces produits que les femmes s’appliquent pour se dépigmenter (ceux qui contiennent des corticoïdes quand ça pénètre dans les yeux), d’autres sont sous forme de collyres quand on met les collyres par excès p.ex. les enfants qui souffrent de la conjonctivite allergique saisonnière avec pigmentation brunâtre des yeux, larmes et sensation de grain de sable ou de corps étranger, le médecin peut lui prescrire des corticoïdes et au vu des résultats satisfaisants la maman peut être intéressée à répéter indéfiniment le traitement sans avis médical ; si on exagère ça peut provoquer cataracte, glaucome, infections mycosiques...
Concernant les corticoïdes, il est à se demander si le stress ne peut pas contribuer au développement de la cataracte car il y a libération de fortes quantités de CORTICOÏDES [bien sûr avec l’ADRÉNALINE aussi] dans le stress.
La cataracte peut aussi provenir des rayons Ultraviolets en provenance du soleil essentiellement. Les UVs sont filtrés en partie par la couche d’ozone, en partie par l’air (la couche atmosphérique), une partie par la cornée... La petite fraction qui pénètre dans l’œil si elle est exagérée par exemple sur la plage, sur la neige, en haute altitude (alpiniste, pilotes, astronautes…), ces UVs peuvent coaguler les protéines du cristallin de la même manière que l’albumine du blanc d’œuf qui (au départ est clair et transparent) se coagule et devient opaque lorsqu’on bout l’œuf.
Mais il a été démontré que les MICRO-ONDES de deux appareils GSM (téléphones portables) activés au même moment peuvent faire cuire un œuf. Ce pourrait bien aussi être un même risque pour les protéines du cristallin.
La cataracte peut aussi faire suite à des inflammations et d’autres innombrables causes comme le vieillissement, les radicaux libres (oxydants), les corps d’Amadori et les AGEs issu de la réaction de Maillard (= glycation =glycosylation= non enzymatique des protéines du cristallin), les traumatismes… et probablement qu’une fièvre trop élevée et qui dure trop longtemps peut aussi, en plus du risque d’anémie par éclatement des globules rouges, coaguler quelques protéines du cristallin et peut-être mettre en route ou en branle le mécanisme ou processus de développement d’une cataracte.
Les rayons Ultraviolets n’ont pas seulement d’impact au niveau de la cataracte, mais aussi au niveau de la rétine où ils provoquent la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) par leur phototoxicité. Toute lumière fut-elle la lumière visible (mais surtout les UV mais aussi les bleus et verts qui sont les plus toxiques car étant les plus énergétiques) est phototoxique. Par exemple la lumière de votre projecteur qui entre dans mes yeux détruit mes yeux à cause de cette phototoxicité et peut à la longue me provoquer la DMLA.
-----------
[[ Le traitement de la cataracte ]]
La cataracte n’a même pas besoin de lunettes pour son traitement, c’est une maladie pour laquelle il faut enlever le cristallin opacifié à éventuellement remplacer par une lentille intraoculaire de chambre postérieure ou antérieure (sinon par des verres de contact, des verres de lunettes, une chirurgie réfractive de la cornée [kératotomie radiaire, implant intra-cornéen…]…).
Mais quand la cataracte est encore en développement (immature) il y a des médicaments qui permettent de ralentir son évolution et même de l’inverser (p. ex. les briseurs des liens croisés comme la carnosine), bien qu’à la longue ce traitement puisse coûter plus cher qu’une intervention chirurgicale bien faite, mais au moins ça permet de reculer le risque chirurgical éventuel fut-il mimine lié à toute opération chirurgicale.
Bien sûr, les verres filtrants les UVs et les autres rayons durs peuvent contribuer à la prévention de la cataracte.
-----------
[[ Différentes cataractes ]]
Il existe la cataracte congénitale (on naît avec, suite aux intempéries ayant existé lors de l’embryogénèse), juvénile (du jeune), sénile (du vieux suite à l’accumulation d’agressions de toute sorte : médicaments, hormones, radicaux libres, UVs, toxiques… qui peuvent aussi provoquer la DMLA).
-----------
[ CHAMP VISUEL ]
Le CHAMP VISUEL est toute l’étendue d’espace que nous voyons du coup, au même moment.
Et quand par exemple je fixe la camera j’utilise la VISION CENTRALE. Cette vision s’opère au niveau de la fovéa (qui est le centre de la VISION NETTE) où se trouvent exclusivement des CÔNES spécialisée dans la VISION DES COULEURS ou VISION COLORÉE et la NETTETÉ DE LA VISION.
Tandis qu’en périphérie c’est le CHAMP PÉRIPHÉRIQUE ou VISION PÉRIPHÉRIQUE qui implique les bâtonnets (leur pigment visuel = RHODOPSINE) qui sont 5'000 fois plus sensibles en lumière faible (comme la nuit) que les cônes qui sont spécialisés en luminosité diurne (le pigment visuel pour le vert par exemple est l’IODOPSINE).
Les bâtonnets sont plus sensibles la nuit et plus spécialisés dans la détection des mouvements. Cette plus grande sensibilité la nuit (en faible luminance) fait que quand vous regardez une étoile, si vous voulez bien la voir, elle disparaît (comme aussi dans les maladies fovéolaires/maculaires : DMLA…) parce qu’en ce moment-là vous faites intervenir la fovéa avec ses cônes moins sensibles que les bâtonnets.
==============================
[[ Quand demander l’examen du champ visuel ?]]
Le champ visuel est le plus souvent demandé dans :
1. GLAUCOME = altération/dégénérescence/destruction de la tête du nerf optique aboutissant à la longue à un rétrécissement concentrique du champ visuel (champ visuel tunnelaire) et en fin de compte à une abolition totale de du champ visuel et donc de la vision = CÉCITÉ TOTALE. Une hypertonie élevée de l’œil (N.B. : Il y a hypertension du corps mais aussi il y a une hypertension de l’oeil) s’accompagne souvent de la même dégénérescence de la tête du nerf optique avec les mêmes conséquences (rétrécissement tunnelaire du champ visuel) mais aussi plusieurs zones aveugles dans le champ visuel (SCOTOMES : de SEIDL, Paracentraux, Arciformes, de BJERUM,…) en plus de la tâche aveugle physiologique correspondant à la projection de la tête du Nerf Optique (TACHE AVEUGLE DE MARIOTTE située 12-15° en temporal du point de fixation, en grande partie en-dessous du méridien horizontal, correspondant à la tête du nerf optique).
2. DÉGÉNÉRESCENCES TAPÉTO-RÉTINIENNES (RÉTINITE PIGMENTAIRE,…)
3. TROUS RÉTINIENS (fovéolaires, maculaires, périphériques)…
4. DÉCOLLEMENTS DE LA RÉTINE
5. RÉTINOPATHIE PROLIFÉRATIVE DIABÉTIQUE
6. ŒDÈME MACULAIRE CYSTOÏDE
7. DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE L’ÂGE (DMLA)
8. BANDELETTES OPTIQUES
9. Problèmes du NERF OPTIQUE (compression, section…)
10. Problèmes des VOIES OPTIQUES (au-delà du nerf optique, à partir de la décussation chiasmatique : chiasma [tumeurs de l’hypophyse], corps genouillés externes, radiations optiques…)
11. CENTRES VISUELS CORTICAUX (cortex visuel)
12. NEUROPATHIES ([poly]névrites, démyélinisations, sclérose en plaque, avitaminoses…)
13. PSYCHOSES/PSYCHOPATHIES (hystérie [champ visuel en spiral],…)
14. SIMULATIONS
15. Etc.
==============
PARTAGEZ, SVP.
PLEASE, SHARE.
==============

Documents pareils