Télécharger ce fichier - Observatoire de la qualité de l`air intérieur

Commentaires

Transcription

Télécharger ce fichier - Observatoire de la qualité de l`air intérieur
OBSERVATOIRE DE LA
QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR
HIERARCHISATION SANITAIRE DES PARAMETRES
D’INTERET POUR L’OBSERVATOIRE DE LA QUALITE
DE L’AIR INTERIEUR :
APPLICATION AUX PHTALATES, PARAFINES
CHLOREES A CHAINE COURTE, ORGANO-ETAINS,
ALKYL PHENOLS ET RETARDATEURS DE FLAMME
BROMES
Rapport final
Juillet 2005
CSTB
Département Développement Durable
Division Santé & Bâtiment
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
DDD-SB/2005-87
Décembre 2005
HIERARCHISATION SANITAIRE DES PARAMETRES
D’INTERET POUR L’OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DE
L’AIR INTERIEUR :
APPLICATION AUX PHTALATES, PARAFFINES CHLOREES A
CHAINE COURTE, ORGANO-ETAINS, ALKYL PHENOLS ET
RETARDATEURS DE FLAMME BROMES
VINCENT NEDELLEC CONSULTANTS
ETUDES ET RECHERCHE EN SANTE ENVIRONNEMENT
Luc Mosqueron
Vincent Nedellec
Juillet 2005
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 2/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
TABLE DES MATIERES
1.
INTRODUCTION.....................................................................................................................5
2.
RAPPEL DE LA METHODE DE HIERARCHISATION ...................................................6
2.1. INDICE DE HIERARCHISATION SANITAIRE (IH)..........................................................................6
2.1.1. Indice de « toxicité aiguë » (IA).......................................................................................7
2.1.2. Indice de « toxicité chronique » (IC) ...............................................................................8
2.1.3. Indice de « fréquence intérieure » (IF)..........................................................................10
2.2. INTERPRETATION DE L’INDICE DE HIERARCHISATION SANITAIRE (IH) ...................................10
3.
SUBSTANCES CONCERNEES............................................................................................11
3.1. INFORMATIONS DISPONIBLES : CAMPAGNES EUROPEENNES DE MESURES DANS L’HABITAT ...11
3.1.1. Déroulement de l’opération en France : sélection des participants ............................12
3.1.2. Substances individuelles recherchées ...........................................................................12
3.1.3. Voies d’exposition prises en compte .............................................................................17
3.1.4. Estimateurs d’exposition...............................................................................................17
3.2. CHOIX DES VALEURS TOXICOLOGIQUES DE REFERENCE (VTR) ............................................18
4.
RESULTATS...........................................................................................................................19
4.1. NIVEAUX D’EXPOSITION.........................................................................................................19
4.1.1. Phtalates........................................................................................................................19
4.1.2. Alkyl phénols .................................................................................................................20
4.1.3. Retardateurs de flamme bromés ...................................................................................20
4.1.4. Composés organoétains ................................................................................................20
4.1.5. Paraffines chlorées à chaîne courte..............................................................................21
4.2. VALEURS TOXICOLOGIQUES DE REFERENCE ..........................................................................23
4.2.1. Exposition par voie orale..............................................................................................23
4.2.2. Exposition par voie respiratoire ...................................................................................23
4.3. INDICES DE HIERARCHISATION ET CLASSEMENT DES 29 SUBSTANCES INDIVIDUELLES ...........26
4.4. MISE A JOUR DE LA HIERARCHISATION ...................................................................................29
4.4.1. Indices de Hiérarchisation et classement général actualisé.........................................29
4.4.2. Classement général actualisé et niveau d’information disponible ...............................31
5.
DISCUSSION ..........................................................................................................................35
5.1. VALIDITE DES INFORMATIONS ISSUES DE LA CAMPAGNE FRANÇAISE « DEPOUSSIERONS
L’INDUSTRIE CHIMIQUE » ................................................................................................................35
5.1.1. Résultats européens de l’enquête « Dépoussiérons l’industrie chimique »..................36
5.1.2. Données de littérature internationales .........................................................................42
5.1.3. Conclusion ....................................................................................................................45
5.2. METHODE DE HIERARCHISATION ............................................................................................45
5.2.1. Voies d’exposition prises en compte .............................................................................45
5.2.2. Substances dangereuses prises en compte ....................................................................46
5.2.3. Choix des estimateurs d’exposition...............................................................................46
5.2.4. Exposition simultanée aux différents agents dangereux ...............................................46
6.
CONCLUSION........................................................................................................................47
7.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES..............................................................................49
8.
ANNEXES................................................................................................................................53
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 3/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
TABLE DES ILLUSTRATIONS
Figure 1 : Structure chimique de l’acide phtalique
13
Tableau 1 : Critères de classification de cancérogénicité (selon le CIRC et l’US-EPA) ........................................ 8
Tableau 2 : Identification des phtalates................................................................................................................. 13
Tableau 3 : Identification des alkyls phénols ........................................................................................................ 14
Tableau 4 : Identification des retardateurs de flamme bromés.............................................................................. 15
Tableau 5 : Identification des composés organoétains .......................................................................................... 16
Tableau 6 : Identification des paraffines chlorées à chaîne courte (SCCP) .......................................................... 16
Tableau 7 : Concentrations mesurées dans l’habitat en France (source : Vicaire, 2003) ...................................... 22
Tableau 8 : VTR(mg/kg/j) pour une exposition aiguë par ingestion§.................................................................... 24
Tableau 9 : VTRpour une exposition chronique par voie orale§ ........................................................................... 25
Tableau 10 : Indices de hiérarchisation des 29 substances prises en compte ........................................................ 27
Tableau 11 : Indices et groupes de hiérarchisation par famille chimique ............................................................. 28
Tableau 12 : Classement actualisé des substances d'intérêt pour l'OQAI en fonction de leur indice de
hiérarchisation (IH) ...................................................................................................................................... 30
Tableau 13 : Classement actualisé des substances d'intérêt pour l'OQAI et niveau d’information disponible* ... 33
Tableau 14 : Phtalates : comparaison des concentrations médianes (µg/g de poussière) et des fréquences de
détection observées en Europe (sources : Vicaire, 2003 ; Santillo, 2003 et 2003a) .................................... 39
Tableau 15 : Alkyls phénols et retardateurs de flamme bromés : comparaison des concentrations médianes et des
fréquences de détection observées en Europe (sources : Vicaire, 2003 ; Santillo, 2003 et 2003a) ............. 40
Tableau 16 : Composés organoétains et paraffines chlorées : comparaison des concentrations médianes et des
fréquences de détection observées en Europe (sources : Vicaire, 2003 ; Santillo, 2003 et 2003a) ............. 41
Tableau 17 : Concentration médianes en phtalates dans l'habitat : données internationales ................................. 43
Annexe 1 : Structure chimique de quelques représentants des familles recherchées dans l’enquête
« Dépoussiérons l’industrie chimique »
53
Annexe 2 : Concentrations en phtalates dans les poussières domestiques allemandes
55
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 4/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
1. INTRODUCTION
En novembre 2002, le groupe de travail de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
(OQAI) « Hiérarchisation des polluants », piloté par Vincent Nedellec Consultants, a proposé
une méthode fondée sur la démarche d’Evaluation Quantitative des Risques Sanitaires
approuvée par le Conseil Scientifique de l’OQAI, qui visait à hiérarchiser entre eux sur des
critères sanitaires plus 70 paramètres d’intérêt sélectionnés par les différents groupes
d’experts de l’OQAI [Mosqueron, 2002].
Depuis, l’organisation internationale Greenpeace a réalisé en 2002-2003 une large enquête en
Europe dénommée « Dépoussiérons l’industrie chimique ! » visant à mesurer dans les
poussières des logements plusieurs «… substances chimiques dangereuses retrouvées dans
l’environnement en concentrations croissantes du fait de leur usage massif à l’échelle
mondiale dans les produits de consommation de tous les jours… ». Les substances
recherchées ne faisaient pas partie de la liste des agents dangereux initialement inclus dans le
travail de hiérarchisation de l’OQAI.
C’est pourquoi, l’Observatoire souhaite aujourd’hui disposer d’une vision prospective sur les
enjeux sanitaires liés à la présence potentielle de ces substances dans l’air et les poussières à
l’intérieur des bâtiments en France. Pour cela, ses responsables ont souhaité mettre à jour le
travail de hiérarchisation de polluants effectué en novembre 2002 en intégrant les substances
mesurées lors de cette enquête européenne à l’exercice de hiérarchisation. Les 29 substances
individuelles prises en compte appartiennent aux cinq groupes chimiques suivants :
• les phtalates,
• les alkyl phénols et leurs dérivés,
• les retardateurs de flamme bromés,
• les composés organoétains,
• les paraffines chlorées à chaîne courte.
Après un bref rappel de la stratégie de hiérarchisation mise en œuvre, une présentation des
niveaux d’exposition dans l’air intérieur et des Valeurs Toxicologiques de Référence (VTR)
associées à chacune des substances intégrées dans la mise à jour de la hiérarchisation, ce
document présentera les résultats pour les 29 composés individuels pris en compte dans
l’exercice de hiérarchisation.
Ces résultats seront ensuite inclus à la grille de classement initialement établie en novembre
2002 pour plus de 70 substances individuelles afin de proposer une version actualisée de la
hiérarchisation sanitaire des paramètres d’intérêt pour l’Observatoire de la Qualité de l’Air
Intérieur portant ainsi au final sur une centaine de substances.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 5/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
2. RAPPEL DE LA METHODE DE HIERARCHISATION
La méthode de hiérarchisation proposé par Vincent Nedellec Consultant (VNC) et adoptée par
le groupe de travail de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur en novembre 2002 est
dérivée de la méthode d’Evaluation Quantitative des Risques Sanitaires. Des informations
plus détaillées sur cette méthode et les résultats concernant environ 70 polluants de l’air
intérieur sont disponibles dans le rapport initial remis par VNC au groupe de travail de
« Hiérarchisation » l’OQAI [Mosqueron, 2002].
2.1.
Indice de hiérarchisation sanitaire (IH)
La méthode est fondée sur la construction et le calcul d’un Indice de Hiérarchisation
sanitaire (IH). Cet indice tient compte des risques sanitaires potentiels par voie respiratoire
dans les milieux intérieurs liés d’une part à une exposition aiguë (élaboration d’un indice de
« toxicité aiguë », IA) et d’autre part à une exposition chronique (construction d’un indice de
« toxicité chronique », IC). De plus, un indice de « fréquence intérieure» (IF), témoignant
de la fréquence à laquelle les substances sont retrouvées dans les logements, a également été
intégré. Pour chaque polluant, l’Indice de Hiérarchisation (IH) est calculé en sommant les
scores obtenus pour chacun de ces 3 sous-indices. Pour chaque sous-indice, un score noté de
0 à 5 (IA, IF) ou 0 à 10 (IC) est attribué à chaque substance (le score attribué augmente avec
l’importance de l’impact sanitaire potentiel et la fréquence intérieur).
IH = IA + IC + IF
L’Indice de Hiérarchisation (IH) de chaque substance est donc compris entre 0 et 20.
Il confère un poids plus important aux risques sanitaires chroniques (maximum de 10) par
rapport aux risques aigus (maximum de 5) ce qui semble cohérent avec la problématique de la
pollution intérieure domestique où les expositions sont en moyenne assez faibles et de longue
durée, sans pour autant écarter complètement des situations ponctuelles de fortes expositions.
La majeure partie des substances retrouvées dans l’air intérieur est présente en phase gazeuse.
C’est pourquoi, l’Indice de Hiérarchisation est construit dans la majorité des cas sur la prise
en compte exclusive d’une exposition directe par voie respiratoire. Cependant, dans le cas
particulier des substances pouvant être rencontrées à la fois dans l’air mais aussi dans les
poussières des habitats1, l’Indice de Hiérarchisation est établi tenant compte d’une double
exposition (par inhalation et par ingestion de poussières). Le score voie respiratoire est
additionné au score voie orale dans le cadre de chaque sous indice « toxicité aiguë » ou
« toxicité chronique ».
Au final, les Indices de Hiérarchisation sont donc établis de manière homogène pour
l’ensemble des substances, qu’elles conduisent exclusivement à une exposition par voie
respiratoire ou au contraire à une double exposition par inhalation et ingestion. Ils sont
toujours cotés de manière analogue avec un score final entre 0 et 20.
1
Cas des biocides par exemple.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 6/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
2.1.1. Indice de « toxicité aiguë » (IA)
L’indice de toxicité aiguë (IA) reflète l’impact sanitaire potentiel d’une substance dans des
conditions d’exposition aiguë dans les logements. Il est établi en croisant les niveaux
d’exposition dans les milieux intérieurs (concentrations atmosphériques intérieures = Cair)
avec la Valeur Toxicologique de Référence (VTR) aiguë par voie respiratoire.
IA = Cair / VTRaiguë, inhalation
La VTR aiguë représente la concentration dans l’air sur de courtes périodes d’exposition à
partir de laquelle peuvent théoriquement survenir des effets sanitaires (effets survenant à
partir d’un certain seuil de dose). L’exposition aiguë est caractérisée, dans la limite des
informations disponibles, à partir du 95ème percentile (P95) des concentrations mesurées dans
les logements. En fonction de la valeur numérique du rapport IA, les scores suivants sont
attribués :
IA = Cair / VTRaiguë
IA > 1
0,5 < IA < 1
0,1 < IA < 0,5
0,01 < IA < 0,1
IA non évalué*
IA < 0,01
Score
5
4
3
2
1
0
* absence de VTR ou de mesures environnementales
Dans le cas particulier des substances pouvant être retrouvées à la fois dans l’air et dans les
poussières des bâtiments, l’indice de toxicité aiguë (IA) est établi en prenant en compte
simultanément les risques potentiels liés aux voies respiratoire (IA,voie respiratoire) et orale (IA,voie
orale). L’indice de toxicité aiguë est obtenu en sommant les sous-indices liés à ces deux voies
d’exposition.
IA = IA, voie orale + IA, voie respiratoire
Pour la voie respiratoire, les mêmes règles de calcul que celles présentées initialement pour
les autres substances sont appliquées.
IA voie respiratoire = Cair / VTRaiguë, inhalation
Pour la voie orale, un calcul intermédiaire visant à estimer la quantité de substance ingérée
quotidiennement (mg/kg/j) est effectué en considérant un enfant de 15 kg ingérant 0,1 g de
poussières par jour [US-EPA, 1997]. L’indice de toxicité aiguë lié à l’ingestion de poussières (IA,voie
orale) est estimé par le rapport entre la quantité d’agent dangereux ingérée et la VTR aiguë de
la substance pour la voie orale.
IA voie orale = Dose ingérée / VTRaiguë,VO = (Cpoussières × Qte de poussières ingérée) /
VTRaiguëVO
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 7/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
2.1.2. Indice de « toxicité chronique » (IC)
La démarche retenue vise à établir un seul « Indice de toxicité chronique » (IC) quel que soit
le type d’effet sanitaire induit par les substances (effet cancérigène ou non cancérigène). Noté
sur 10, l’indice de toxicité chronique est construit en additionnant les scores de deux sousindices prenant en considération le potentiel cancérogène de la substance (indice de
cancérogénicité IK, noté de 0 à 5) et ses effets sanitaires potentiels chroniques (indice d’effet
potentiel chronique, IEPC, noté de 0 à 5).
IC = IK + IEPC
2.1.2.1.
Indice de cancérogènicité (IK)
Le score attribué à l’« indice de cancérogénicité » permet de refléter le potentiel cancérigène
d’une substance. Il est établi en fonction du degré de preuve2 de cancérogénicité proposé dans
les classifications du Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC) et de
l’agence américaine de protection de l’environnement (US-EPA) (Tableau 1).
Tableau 1 : Critères de classification de cancérogénicité (selon le CIRC et l’US-EPA)
Cancérogène chez l’homme
US-EPA
A : Preuves suffisantes chez l’homme
Cancérogène probable chez B1 : Preuves limitées chez l’homme
B2 : Preuves non adéquates chez l’homme
l’homme
et preuves suffisantes chez l’animal
Cancérogène possible chez C : Preuves inadéquates chez l’homme et
preuves limitées chez l’animal
l’homme
Inclassable
D : Preuves insuffisantes chez l’homme et
l’animal
Probablement non
cancérogène chez l’homme
E : Indications d’absence de
cancérogénicité chez l’homme et chez
l’animal
CIRC
1 : Preuves suffisantes chez l’homme
2A : Preuves limitées chez l’homme et
preuves suffisantes chez l’animal
2B : Preuves limitées chez l’homme et
absence de preuves suffisantes chez
l’animal
3 : Preuves insuffisantes chez l’homme
et insuffisantes ou limitées chez
l’animal
4 : Indications d’absence de
cancérogénicité chez l’homme et chez
l’animal
Lorsque les 2 agences proposent une classification divergente, le classement est établi sur
celle attribuant le plus fort degré de preuve de la cancérogénicité d’une substance.
Classification cancérigène
Cancérigène pour l'homme
Cancérigène probable pour l'homme
Cancérigène possible pour l'homme
Inclassable
Non évalué
Non cancérogène pour l'homme
Score
5
4
3
2
1
0
2
Ces classifications ne prennent pas en compte la « force » de la cancérogénicité d’une substance (cette dimension est intégrée dans le calcul
de l’indice d’effet potentiel chronique, IEPC ) mais seulement le degré de preuve de son pouvoir carcinogène.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 8/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
2.1.2.2.
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Indice « d’Effet Potentiel Chronique » (IEPC)
L’Indice d’Effet Potentiel Chronique (IEPC) vise à estimer les risques chroniques associés au
niveau d’exposition dans les milieux intérieurs (Cair) en fonction des relations dose-réponse
existantes (VTRchronique).
IEPC = Cair / VTR chronique, inhalation
L’exposition chronique dans les milieux intérieurs est estimée à partir des concentrations
atmosphériques médianes (P50) ou moyennes3 observées à l’intérieur des bâtiments.
Les risques pour la santé humaine sont estimés différemment selon que les effets toxiques
sont réputés survenir à partir d’un certain seuil de dose (approche qualitative pour les effets
non cancérigènes) ou, au contraire, sans seuil de dose (approche quantitative pour les effets
cancérigènes). Pour les substances non cancérigènes, la VTR (VTRNK) représente la
concentration dans l’air à partir de laquelle peuvent survenir des effets sanitaires. Pour les
substances cancérigènes, la VTR (VTRK) représente la probabilité d’excès de cancer pour un
sujet exposé à une unité de dose pendant la vie entière (par rapport à un sujet non exposé)4.
Des effets cancérigènes et non cancérigènes pouvant être associés à une même substance,
l’indice « d’effet potentiel chronique » est calculé à partir de la VTR la plus protectrice pour
les populations humaines. Les scores proposés pour caractériser le potentiel d’effet sanitaire
chronique sont présentés ci-dessous.
IEPC = Cair / VTRchronique
IEPC > 1
0,5 < IEPC < 1
0,1 < IEPC < 0,5
0,01 < IEPC < 0,1
IECP non évalué*
IEPC < 0,01
Score
5
4
3
2
1
0
* absence de VTR ou de mesures environnementales
Dans le cas particulier des substances présentes à la fois dans l’air et les poussières, l’indice
d’effet potentiel chronique (IEPC) est calculé en sommant les indices d’effet potentiel liés à la
voie orale (IEPC,voie orale) et la voie respiratoire (IEPC,voie respiratoire). Pour la voie orale, la quantité
de polluant ingérée est estimée pour un enfant de 15 kg ingérant 0,1 g de poussières par jour
[US-EPA, 1997].
IEPC = IEPC, voie orale + IEPC, voie respiratoire
= (Dose ingérée / VTRVO ) + (CInt, air / VTRVR)
= [(Cpoussières × Qte de poussières ingérée) / VTRVO] + (CInt, air / VTRVR))
3
Les niveaux de pollution intérieure étant généralement distribués selon une loi non-normale, les concentrations médianes sont préférées aux
concentrations moyennes.
4
Dans le cadre de ce travail, nous considérerons la concentration dans l’air associée à un Excès de Risque Unitaire de cancer de 10-6 (soit un
excès d’un cas de cancer supplémentaire pour 1 000 000 de sujets exposés à une unité de dose pendant la vie entière).
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 9/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
2.1.3. Indice de « fréquence intérieure » (IF)
Cet indice témoigne de la fréquence à laquelle une substance est détectée à l’intérieur des
logements. Il n’intègre pas directement une dimension sanitaire mais il permet d’attribuer un
poids plus important aux polluants les plus fréquemment détectés dans les bâtis.
IF = Pourcentage de mesurages > Limite de Quantification Analytique
Plus ce pourcentage augmente plus la substance étudiée est fréquemment détectée dans les
habitats. La grille de score définie par le groupe de travail figure ci-dessous.
0,8 < IF < 1
0,6 < IF < 0,8
0,4 < IF < 0,6
0,2 < IF < 0,4
IF < 0,2 ou IF non évalué
IF = 0
2.2.
Score
5
4
3
2
1
0
Interprétation de l’indice de Hiérarchisation sanitaire (IH)
Selon la méthode décrite aux paragraphes précédents, chaque substance se voit donc attribuer
un score d’Indice de Hiérarchisation (IH) compris entre 0 et 20. C’est un classement relatif
des polluants, cinq classes de priorité sont proposées5.
y classe A : substances « hautement prioritaires » ) IH ≥ 15
y classe B : substances « très prioritaires » ) IH compris entre 10 et 14
y classe C : substances « prioritaires » ) IH compris entre 5 et 9
y classe D : substances « non prioritaires » )IH < 5*
y classe I : substances « inclassables » ) IH < 5**
* si les connaissances en matière d’exposition « milieux intérieurs » et de toxicologie sont suffisantes
** si les connaissances en matière d’exposition « milieux intérieurs » ou de toxicologie sont manquantes
5
Selon les attentes des responsables scientifiques de l’OQAI, la catégorie nommée « substances non prioritaires » qui regroupait dans le
précédent travail de hiérarchisation l’ensemble des substances ayant un score d’indice de hiérarchisation inférieur à 5 a été ventilée en deux
catégories dites « substances non prioritaires » et «substances inclassables». Cette sous-catégorisation des substances ayant des scores
d’indice de hiérarchisation inférieurs à 5 repose sur le degré de connaissance en matière de toxicologie et en matière de connaissances sur les
niveaux d’exposition dans les milieux intérieurs.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 10/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Parmi les substances « non prioritaires » figurent celles dont on sait que :
¾ l’exposition nulle dans les milieux intérieurs (fréquence de détection égale à zéro) entraîne
des risques d’effets indésirables nuls ;
¾ le niveau d’exposition dans les milieux intérieurs est connu et non nul (fréquence de
détection non nulle) et le potentiel dangereux de la substance est connu (des VTR aiguë et
chronique sont disponibles) mais ils sont insuffisamment élevés pour induire des effets
indésirables.
Parmi les substances « inclassables » figurent celles dont :
¾ l’exposition dans les milieux intérieurs est inconnue (concentration et fréquence de
détection non renseignées) ce qui ne permet pas d’estimer correctement les risques
sanitaires liés à la substance ;
¾ le niveau d’exposition dans les milieux intérieurs est connu et non nul (fréquence de
détection non nulle) mais le potentiel dangereux de la substance est insuffisamment connu
(absence de VTR aiguë ou chronique ou des deux) pour estimer correctement les risques
sanitaires liés à la substance.
3. SUBSTANCES CONCERNEES
La mise à jour de l’étude de hiérarchisation des polluants de l’air intérieur pour l’OQAI
[Mosqueron, 2002] vise à inclure de nouvelles substances faisant partie des familles
chimiques suivantes : phtalates, alkyls phénols, retardateurs de flamme bromés,
organoétains et paraffines chlorées. Les données concernant leur présence dans les milieux
intérieurs sont issus des résultats obtenus en France au cours d’enquête européenne intitulée :
« Dépoussiérons l’industrie chimique » [Santillo, 2001 & 2003 ; Vicaire, 2003]
3.1.
Informations disponibles : Campagnes Européennes de mesures dans l’habitat
Au cours de l’année 2000, l’organisation Greenpeace a mené une série de prélèvements de
poussières dans des locaux parlementaires de plusieurs pays européens. Tous les échantillons
avaient révélé la présence de retardateurs de flamme bromés et de composés organoétains
[Vicaire, 2003].
Suite à ces observations, une campagne de mesures dans l’habitat intitulée « Dépoussiérons
l’industrie chimique » a ensuite été mise en œuvre fin 2002 en prélevant des poussières dans
100 foyers de dix régions britanniques et quelques autres sites européens (trois logements
danois, trois finlandais, deux suédois, un espagnol et un français) [Vicaire, 2003 ;
Santillo, 2003]. Cette campagne comprenait les mesurages des 5 groupes de substances
suivants :
• phtalates,
• alkyl phénols,
• composés organiques de l’étain (ou organoétains),
• retardateurs de flamme bromés,
• paraffines chlorées.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 11/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Ces cinq familles chimiques ont été retenues car elles sont caractérisées par de gros volumes
de production et par des propriétés intrinsèquement dangereuses [Santillo, 2003 et 2003a].
En mai 2003, l’enquête a été poursuivie en France dans une cinquantaine de foyers répartis
dans cinq grandes villes. Quelques échantillons ont également été collectés en Espagne
(n = 22), en Italie (n = 5), en Allemagne (n = 5) et en Slovaquie (n = 8)6.
3.1.1. Déroulement de l’opération en France : sélection des participants
Greenpeace France a publié par voie de presse un appel à foyers volontaires pour participer à
l’opération « Dépoussiérons l’industrie chimique ! ». Les candidatures ont été recueillies par
téléphone et 10 foyers ont été sélectionnés sur des critères de disponibilité et de logistique
dans chacune des 5 villes de France couvertes par l’opération (Lille, Nantes, Paris, Toulouse
et Lyon). Par ailleurs, six échantillons ont été prélevés dans des lieux particuliers (une école
maternelle de la région parisienne, une maison de campagne) et dans les logements de
4 personnalités (3 parisiens, 1 toulousain). Certaines analyses ont été conduites sur les
échantillons individuels, d’autres sur des prélèvements composites issus du mélange de
plusieurs échantillons d’une même ville.
3.1.2. Substances individuelles recherchées
Les recherches menées dans les foyers français ont été ciblées sur les 5 familles de substances
chimiques initialement investiguées dans la campagne de mesure britannique. Ces différents
groupes chimiques renferment de nombreux représentants qui, au sein d’une même famille,
peuvent présenter des propriétés physico-chimiques et toxicologiques différentes (les
structures chimiques de l'un des représentants de chacune de ces 5 familles sont présentées en
annexe 1). Les composés individuels recherchés sont au nombre de 9 pour les phtalates,
3 pour les alkyls phénols, 8 pour les retardateurs de flamme bromés et les composés
organoétains.
Les substances individuelles, objet de ces campagnes de mesurages, n’ont pas été identifiées
dans les rapports disponibles par leur numéro international d’enregistrement chimique
(CASRN). Notre premier travail a donc consisté à recenser ces informations afin notamment
de faciliter la recherche ultérieure des Valeurs Toxicologiques de Référence (VTR) dans les
bases de données dédiées à cet effet. Pour certaines substances telles qu’elles sont désignées
dans les documents disponibles, aucun CASRN n’a été identifié. Pour d’autres, des CASRN
sont attribués seulement à diverses formes de sels.
Les 29 substances chimiques telles qu’elles sont dénommées dans les rapports de Greenpeace
et les CASRN (ou celui de certains de leurs sels) qui leurs sont associés selon nos recherches,
sont présentées ci-dessous.
3.1.2.1.
Phtalates
Les phtalates sont des esters de l’acide phtalique.
6
En octobre 2003, les recherches ont été étendues à la Belgique et au Brésil mais les résultats ne sont pas encore disponibles à ce jour.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 12/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Figure 1 : Structure chimique de l’acide phtalique
Les nombreux phtalates qui peuvent exister sont employés principalement comme plastifiants
dans les produits en PVC flexible tels que les revêtements de sols, les tapisseries, les meubles,
les vêtements et les jouets, ainsi que comme ingrédients des cosmétiques et des parfums.
Parmi eux, 9 substances individuelles ont été recherchées dans les poussières des habitats : le
di-méthylphtalate (DMP), le di-éthylphtalate (DEP), le di-n-propylphtalate (DPP), le diisobutylphtalate (DiBP), le di-n-butylphtalate (DnBP), le butylbenzylphtalate (BBP), le di-2éthylhexylphtalate (DEHP), le di-isononylphtalate (DiNP) et le di-isodécylphtalate (DiDP).
Elles ont toutes un CASRN bien identifié.
Tableau 2 : Identification des phtalates
Substance chimique individuelle
Abréviation
CASRN
di-méthylphtalate
DMP
131-11-3
di-éthylphtalate
DEP
84-66-2
di-n-propylphtalate
DPP
131-18-0
di-isobutylphtalate
DiBP
84-69-5
di-n-butylphtalate
DnBP
84-74-2
Butylbenzylphtalate
BBP
85-68-7
di-2-ethylhexylphtalate
DEHP
117-81-7
di-isononylphtalate
DiNP
28553-12-0
di-isodecylphtalate
DiDP
26761-40-0
3.1.2.2.
Alkyl phénols
Utilisés comme composants dans les cosmétiques ou d’autres produits de soin corporel, les
alkyls phénols sont également employés comme surfactants non-anioniques dans les
détergents industriels, comme agent de traitement de finition des textiles et du cuir, dans les
peintures à l’eau… Les trois composés d’alkyl phénols et leurs dérivés recherchés sont : le 4n-octylphénol (4OP), le 4-nonylphénol (4NP) et le 4-(1,1,3,3-tert-méthylbutyl)phénol
(4TMBP).
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 13/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 3 : Identification des alkyls phénols
Substance chimique individuelle
Abréviation
4-n-octylphénol
4OP
1806-26-4
4-nonylphénol
4NP
104-40-5
4-(1,1,3,3-tert-methylbutyl)phénol
* p-(1,1,3,3-Tetramethylbutyl)phenol ethoxylate
3.1.2.3.
4TMBP
[Chem Finder, 2003]
CASRN
9002-93-1*
.
Retardateurs de flamme bromés
Parmi les 8 retardateurs de flamme bromés recherchés, on recense : 6 représentants des
diphényl éthers polybromés ou PBDE (tribromodiphényle éther, tétrabromodiphényle éther,
pentabromodiphényle éther, hexabromodiphényle éther, heptabromodiphényle éther et
décabromodiphényle éther), un composé cyclique (l’hexabromocyclododécane ou HBCD) et
le tétrabromobisphénol-A (TBBP-A) et ses dérivés méthylés7. Ces composés sont employés
comme retardateurs de flamme dans les mobiliers et les produits électroniques ; ils sont
appliqués sur les textiles et/ou incorporés dans les plastiques, les mousses et les composants
des produits électriques et électroniques afin d’empêcher ou de retarder l’extension du feu.
7
Les retardateurs de flamme bromés de type polybromo biphényles (PBB) n’ont pas été mesurés : parmi eux figurent entre autres le dibromo
biphényle (ou BB-15), le tétrabromo biphényle (BB-49, 52), le pentabromo biphényle (BB-101), l’hexabromo biphényle (BB-153, 155) et le
décabromo biphényle (BB-209). De plus, il faut noter que les retardateurs de flamme non bromés [EHC, 1998 ; EHC, 2000] n’ont également
pas fait l’objet de mesures dans les campagnes Greenpeace.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 14/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 4 : Identification des retardateurs de flamme bromés
Sous-groupe
Substance chimique individuelle
Abréviation
CASRN
Polybromo
diphenyléthers
(PBDE)
tribromodiphényle éther
tri-(BDE-28)
49690-94-0
tetrabromodiphényle éther
tétra-(BDE-47, 66, 71, 75, 77)
40088-47-9
pentabromodiphényle éther
penta-(BDE-85, 99, 100, 119)
32534-81-9
hexabromodiphényle éther
hexa-(BDE-138, 153, 154)
36483-60-0
heptabromodiphényle éther
hepta-(BDE-190, 183)
68928-80-3
décabromodiphényle éther
déca-(BDE-209)
1163-19-5
hexabromocyclododécane
HBCD
25637-99-4 (a)
3194-55-6 (b)
79-94-7
Composé
cyclique
Bis-phénol
tétrabromobisphénol-A (et ses dérivés méthylés*) TBBP-A
(a)
(b)
source : Chemfinder, 2004
: source : HSDB, 2004 (1,2,5,6,9,10-hexabromocyclododecane)
* Parmi les dérivés du tétrabromobisphénol-A, on trouve notamment : le tétrabromobisphénol A diméthyléther (CASRN 37853-61-5), le
tétrabromobisphénol A dibromopropyléther (CASRN 21850-44-2), le tétrabromobisphénol A bis(allyléther) (CASRN 25327-89-3), le
tétrabromobisphénol A bis(2-hydroxyéthyl éther) (CASRN 4162-45-2), le tétrabromobisphénol A brominated epoxy oligomére (pas de
CASRN), le tétrabromobisphénol A carbonate oligomére (CASRN 94334-64-2 et 71342-77-3) [EHC, 1995].
3.1.2.4.
Composés organoétains
Les huit composés organoétains mesurés sont 4 butylétains (mono-, di-, tri-, et
tétrabutylétain), 2 octylétains (mono- et di-octylétain), le tricyclohexylétain (TCHT) et le
triphénylétain (TPT). Ils sont utilisés comme stabilisants des plastiques, particulièrement le
PVC (butylétains, octylétains), ou comme traitement anti-acariens et anti-moisissures de
certains tapis et des revêtements de sol en PVC (tributylétain notamment).
Les 4 butylétains et le triphénylétain sont identifiés par un CASRN ; les CASRN associés à
divers de leurs sels sont également présentés dans le tableau ci-dessous. En revanche, les deux
composés octylétains et le tricyclohexylétain tels qu’ils sont désignés dans les rapports de
Greenpeace ne possèdent pas de CASRN. En revanche, un certain nombre de leurs sels ont un
CASRN.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 15/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 5 : Identification des composés organoétains
Sous-groupe
Substance individuelle
Butyls étains monobutylétain
Phényl étain
MBT
dibutylétain
DBT
tributylétain
TBT
tetrabutyltin
Octyls étains monooctylétain
dioctylétain
Cyclo étain
Abréviation
tricyclohexylétain
triphenyéltain
3.1.2.5.
TeBT
MOT
DOT
TCHT
TPT
CASRN
Sels
78763-54-9 monobutylétain trichloride
monobutylétain hydride
1002-53-5 oxyde de dibutyl étain
dibutyéltain dichloride
dibutylétain hydride
56573-85-4 oxyde de tributyl étain (TBTO)
tributylétain chloride
tributylétain hydride
1461-25-2 ?
n-octylétain trichloride
?
dioctyloxo étain
di(n-octyl)étain maleate
dichlorodioctyl étain
?
cyhexaétain = hydroxide de
tricyclohexylétain
tricyclohexylétain chloride
azocycloétain
668-34-8
triphenylétain hydroxide
triphenylétain chloride
CASRN
Source
1118-46-3
2406-65-7
818-08-6
683-18-1
1002-53-5
56-35-9
1461-22-9
688-73-3
3091-25-6
870-08-6
16091-18-2
3542-36-7
13121-70-5
ATSDR, 2003
EHC, 1980
ATSDR, 2003
EHC, 1980
3091-32-5
41083-11-8
76-87-9
639-58-7
US-EPA, 2002
ATSDR, 2003
EHC, 1980
ATSDR, 2003
EHC, 1980
EHC, 1980
IPCS, 2002
EHC, 1980
ATSDR, 2003
IPCS, 2002
Paraffines chlorées à chaîne courte
Les paraffines chlorées mesurées sont les paraffines chlorées à chaîne courte (Short-chain
chlorinated paraffins = SCCP). Elles n’ont pas été identifiées par un CASRN ; elles sont
simplement désignées dans les documents disponibles comme des paraffines contenant entre
10 et 13 atomes de carbone [Santillo, 2003 et 2003a].
Largement utilisées dans certains plastiques, les peintures et mastics et les caoutchoucs, les
paraffines chlorées sont un mélange complexe de différents isomères de paraffines (alcanes)
dont le nombre de carbone varie entre 10 et 30 et le degré de chloration entre 30 et 70 %
[IARC, 1990]. L’ensemble des paraffines chlorées est identifié sous le CASRN 63449-39-8
[HSDB, 2004]. Selon la longueur de la chaîne carbonée (courte C10-13, intermédiaire C14-17 ou
longue C18-30) et le degré de chloration (faible < 50 % ou fort > 50 %), on distingue
classiquement 6 groupes de paraffines chlorées identifiés par des CASRN différents
[EHC, 1996]. Selon la définition du Centre International de Recherche contre le Cancer
(CIRC), les paraffines chlorées à chaîne courte, c’est-à-dire dont la longueur moyenne de la
chaîne carbonée est de 12 atomes de carbone et le taux moyen de chloration de 60 % environ,
sont des cancérigènes possibles pour l’homme [IARC, 1990].
Tableau 6 : Identification des paraffines chlorées à chaîne courte (SCCP)
Substance
Synonyme
individuelle
Paraffines chlorées C10-13
à chaîne courte
(SCCP)
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
CASRN
Désignation
Source
108171-26-2
85535-84-8
85681-73-8
Alcanes, C10-12, chloro
Alcanes, C10-13, chloro
Alcanes, C10-14, chloro
EHC, 1996
IARC, 1990
page 16/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
3.1.3. Voies d’exposition prises en compte
De manière analogue à ce qui a été proposé par le groupe de travail « Hiérarchisation » pour
le cas particulier des biocides, l’exercice de hiérarchisation pour les 5 groupes de composés
faisant l’objet de la mise à jour a été effectué en considérant a priori une double exposition
potentielle par voie respiratoire et par ingestion de poussières surfaciques (chez l’enfant
notamment).
Toutefois, les mesures réalisées dans les habitations lors de l’enquête « Dépoussièrerons
l’industrie chimique » étant ciblées exclusivement sur les poussières (pas de mesures en phase
gazeuse), seule l’exposition par ingestion de poussières pourra effectivement être prise en
compte. De plus, comme nous le verrons ultérieurement, il n’existe pas à l’heure actuelle de
VTR pour une exposition par inhalation pour les 29 substances chimiques prises en compte.
3.1.4. Estimateurs d’exposition
3.1.4.1.
Choix des informations
Les données d’exposition jouent un rôle majeur dans la méthode de hiérarchisation proposée
puisqu’elles entrent dans le calcul des notes de trois des quatre sous-indices composant
l’Indice de Hiérarchisation (IH)8.
Afin d’évaluer l’exposition des populations à l’intérieur des logements (fréquence, durée et
intensité), le groupe de travail de l’OQAI a choisi de retenir les informations disponibles
selon l’ordre préférentiel suivant [Mosqueron, 2002] :
c résultats validés obtenus lors de la campagne pilote de l’OQAI,
d résultats observés lors d’études préalables effectuées sur le territoire français,
e données internationales.
Les 5 familles chimiques mesurées par Greenpeace n’ayant pas été recherchées lors de la
campagne pilote de l’OQAI ou lors d’autres études nationales, les résultats de la campagne
française « Dépoussiérons l’industrie chimique ! » sont donc actuellement, à notre
connaissance, les seuls disponibles pour notre territoire. Selon les règles précédemment
définies, ces informations seront donc utilisées afin d’estimer l’exposition dans les milieux
intérieurs aux phtalates, aux composés organoétains, aux alkyls phénols, aux retardateurs de
flamme bromés et aux paraffines chlorées à chaîne courte.
Remarque : en raison de problèmes analytiques, 2 substances individuelles appartenant au
groupe des retardateurs de flamme bromés (l’hexa-BDE et le TBBP-A) n’ont pas pu être
mesurées dans les logements français. Par défaut, les résultats observés pour ces deux
composés dans la campagne en Grande-Bretagne seront utilisés (cf 4.1.3, page 20).
3.1.4.2.
Indicateurs d’exposition utilisés
Les informations détaillées rapportées pour chacune des substances individuelles dans les
rapports disponibles sont :
8
Seul l’indice de cancérogènicité, IK, est établi indépendamment des niveaux d’exposition dans les milieux intérieurs.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 17/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
• la valeur médiane ou moyenne,
• les valeurs minimales et maximales reflétant la dispersion des résultats,
• la fréquence de détection (ou pourcentage d’échantillons supérieurs à la limite de détection
analytique).
La richesse des informations fournies dans ces rapports permet de caractériser l’exposition
dans les milieux intérieurs dans des conditions assez proches des règles optimales proposées
par le groupe de travail de l’Observatoire, à savoir :
y pour le calcul de l’indice de toxicité aiguë (IA), les niveaux d’exposition dans les milieux
intérieurs seront caractérisés par la concentration maximale décrite pour chaque substance.
Nous rappelons que les règles initialement fixées par le groupe de travail étaient de choisir
préférentiellement, dans la mesure du possible, le 95ème percentile (P95) de la distribution des
valeurs, ou par défaut, les P90, P98 ou les concentrations maximales. Les résultats de la
première phase de hiérarchisation ont montré que le choix de l’un de ces indicateurs
d’exposition aiguë dans les milieux intérieurs influence de façon assez marginale les notes et
classements attribués à chaque substance étudiée [Mosqueron, 2002].
y pour le calcul de l’indice d’effet potentiel chronique (IEPC), les règles adoptées conduisent
à estimer l’exposition chronique dans les milieux intérieurs à partir des concentrations
médianes (P50) ou, par défaut, des concentrations moyennes9. Les valeurs médianes issues de
la campagne françaises seront donc utilisées.
y pour le calcul de l’indice de fréquence intérieure (IF), nous utiliserons, de manière
strictement identique à ce qui avait été pratiqué dans l’exercice initial de hiérarchisation, les
fréquences de détection (% de prélèvements > LQA) rapportées dans les rapports
disponibles.
3.2.
Choix des Valeurs Toxicologiques de Référence (VTR)
Pour chacune des substances intégrées dans cette mise à jour de l’exercice de hiérarchisation,
les VTR liées à une exposition aiguë et chronique par voie orale et respiratoire ont été
recensées auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé, de l’US-EPA et de l’ATSDR. Ces
recherches ont été effectuées à partir des désignations ou abréviations chimiques utilisées par
Greenpeace et/ou des CASRN associés à ces substances ou à leurs principaux sels selon nos
propres recherches (cf. chap. 3.1.2, page 12).
Les VTR recensées seront présentées dans des tableaux de synthèse où figureront notamment
leurs valeurs numériques accompagnées de l’organe cible ou des effets indésirables associés à
l’exposition à chacune des substances, l’origine des études princeps ayant permis d’élaborer
ces indices toxicologiques (études humaines ou expérimentations animales) etc.
Concernant les expositions chroniques10, les effets cancérigènes et non cancérigènes sont
distingués. Pour les effets non cancérigènes, le facteur incertitude retenu par chaque instance
dans l’élaboration de la VTR est également présenté ; il témoigne des variations inter-espèces
et/ou interindividuelles, des variations entre les conditions expérimentales et les conditions
9
Les niveaux de pollution intérieure étant généralement distribués selon une loi non-normale, les concentrations médianes seront préférées
aux concentrations moyennes.
10
La toxicité chronique d’un agent dangereux est définie pour des expositions à long terme. Selon l’ATSDR, on distingue les études dites
d’exposition chronique (> 365 jours) et les études intermédiaires ou subchroniques (durée d’exposition comprise entre 15 et 365 jours). Les 3
bases de données consultées proposent des VTR pour les effets chroniques ; seule l’ATSDR propose des VTR intermédiaires. Lorsque
l’ATSDR propose pour une même substance une VTR intermédiaire et une VTR chronique, seule la VTR chronique sera affichée.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 18/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
réelles d’exposition11… De par leur mode de construction (le plus souvent par extrapolation
linéaire des doses expérimentales vers les faibles doses), les VTR pour les effets cancérogènes
sont généralement établies sans prise en compte de facteur d’incertitude.
Lorsque plusieurs VTR sont disponibles pour une même substance, une même voie et une
même durée d’exposition, la valeur le plus protectrice pour la santé des populations sera
retenue pour caractériser les risques liés à la substance étudiée [Mosqueron, 2002].
Pour les substances présentant à la fois des effets cancérigènes et des effets non cancérigènes,
une seule VTR chronique est choisie. Dans ce cas, la VTR pour les effets cancérigènes
(VTRK) est alors associée à la concentration correspondante induisant un excès de risque de
cancer de 10-6 puis elle est comparée à la VTR pour les effets non cancérigènes (VTRNK).
L’indice « d’effet potentiel chronique » est alors calculé à partir de la concentration la plus
protectrice pour les populations humaines.
En l’absence de VTR pour une exposition chronique, la VTR pour une exposition
intermédiaire éventuellement proposée par l’ATSDR pourra, le cas échéant, être retenue par
défaut pour caractériser le risque chronique lié à une substance donnée. Conformément aux
règles de dérivation classiquement suivies par les 3 instances de référence, un facteur
d’incertitude de 10 sera alors appliqué pour prendre en compte la durée inappropriée de la
période d’exposition. S’il existe des VTR chroniques proposées par l’OMS et/ou l’US-EPA,
la VTR intermédiaire de l’ATSDR ne sera pas prise en considération, quelle que soit sa valeur
numérique.
4. RESULTATS
4.1.
Niveaux d’exposition
Dans les foyers français échantillonnés, quatre des cinq familles de substances ont été quasi
systématiquement retrouvées dans la plupart des prélèvements. Les alkyl phénols étaient
pratiquement absents de l’ensemble des échantillons.
4.1.1. Phtalates
Sur les 9 phtalates recherchés, 3 (DiBP, DnBP et DEHP) ont été retrouvés dans tous les
échantillons (Tableau 7, page 22). Deux composés (BBP et DEP) sont présents dans plus de
90 % des poussières domestiques. Entre un tiers et la moitié des prélèvements contiennent du
DiDP et DiNP. Le DPP12 n’a été détecté que dans 3 des échantillons et le DMP est absent de
l’ensemble des prélèvements.
Dans presque tous les échantillons, le composé le plus abondant en terme de concentration est
le DEHP. Ses concentrations dans les poussières des foyers français varient dans une
fourchette assez importante. Les autres représentants les plus abondants (en terme de masse)
sont ensuite le DiBP et le DiNP (teneurs 5 fois plus faibles que pour le DEHP) puis le DnBP
11
La VTR est le rapport entre la dose critique expérimentale (humaine ou animale) et les facteurs d’incertitude retenus (VTR = Dose critique
/ Facteur d’incertitude). Les deux principaux indicateurs utilisés classiquement pour estimer la dose critique sont le NOAEL (No Observed
Adverse Effect Level ou Dose sans effet nocif Observable) et le LOAEL (Lowest Observed Adverse Effect Level ou Plus petite dose
induisant un effet nocif observable) (pour de plus amples informations sur l’élaboration des Valeurs Toxicologiques de Référence, consulter
le guide de l’InVS, 2002).
12
Les résultats concernant le DPP ne sont pas présentés dans les tableaux de synthèse du rapport Greenpeace.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 19/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
et le BBP (concentrations 10 à 20 fois moins élevées que le DEHP). Les teneurs en DPP se
situent à des niveaux relativement peu élevés.
4.1.2. Alkyl phénols
Les alkyl phénols sont pratiquement absents de l’ensemble des échantillons prélevés dans les
poussières domestiques françaises (présence dans moins de 5 % des foyers pour le 4nonylphénol (4NP) et absence complète dans l’ensemble des prélèvements pour le 4octylphénol ou 4OP et le 4-(1,1,3,3,-tert-méthylbutyk)phénol ou 4TMBP (Tableau 7,
page 22).
4.1.3. Retardateurs de flamme bromés
Parmi les 6 diphényl éthers bromés (PBDE), quatre composés (déca-BDE, tétra-BDE, pentaBDE et hepta-BDE) ont été retrouvés dans l’ensemble des échantillons (Tableau 7, page 22).
Les concentrations en déca-BDE sont 20 à 50 fois supérieures à celles des 3 autres composés.
Le tri-BDE a été retrouvé dans environ 75 % des échantillons.
En ce qui concerne les autres retardateurs de flamme bromés, l’hexabromocyclododécane
(HBCD) a été détecté dans tous les échantillons.
En raison de problèmes analytiques13, l’hexa-BDE et le tétrabromobisphénol-A (TBBP-A)
n’ont pas pu être quantifiés dans les habitations françaises.
Remarque : Concernant les deux composés bromés pour lesquels aucun résultat n’est
disponible pour la France en raison de problèmes analytiques (hexa-BDE et TBBP-A), nous
avons choisi par défaut d’extrapoler les résultats britanniques14 à la situation française (hexaBDE : fréquence de détection = 90 % (9/10) ; concentration médiane = 23 ng/g de poussières ;
concentration maximale = 170 ng/g de poussières ; TBBP-A : fréquence de détection = 40 %
(4/10) ;
concentration
médiane = < 10 ng/g
de
poussières ;
concentration
maximale = 340 ng/g de poussières ) (Tableau 15, page 40). Cette extrapolation implique un
certain nombre d’incertitudes qu’il est difficile d’estimer mais elle demeure l’une des seules
alternatives permettant de ne pas exclure directement, par défaut d’information, ces deux
substances de l’exercice de hiérarchisation.
4.1.4. Composés organoétains
Quatre des huit composés organoétains ont été trouvés dans tous les échantillons de
poussières (MBT, DBT, TBT et MOT) (Tableau 7, page 22). Le DOT a été détecté dans près
de 90 % des échantillons. En revanche, aucun échantillon ne contient de TeBT, TCHT ou
TPT.
En terme de concentration, le MBT est le représentant le plus abondant, suivi à des niveaux
largement moins élevés par le MOT et le DBT (3 à 10 fois plus faibles) puis par le DOT et le
TBT (concentrations médianes 100 fois plus faibles que pour le MBT).
13
Interférences entre l’analyse de l’hexa-BDE et du tétrabromobisphénol-A.
Seul pays pour lequel des informations sont disponibles vis à vis de ces deux substances. Les autres pays continentaux ont été confrontés
aux mêmes problèmes analytiques que la France.
14
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 20/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
4.1.5. Paraffines chlorées à chaîne courte
Les paraffines chlorées à chaîne courte (SCCP) ont été détectées dans l’ensemble des
échantillons français à une concentration moyenne de l’ordre de 50 µg/g de poussières
(Tableau 7, page 22).
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 21/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 7 : Concentrations mesurées dans l’habitat en France (source : Vicaire, 2003)
Famille chimique
Phtalates
Alkyls phénols
Retardateurs de flamme bromés
Organoétains
Paraffines chlorées
(a)
(c)
Substance
individuelle
DMP
DEP
DPP
DiBP
DnBP
BBP
DEHP
DiNP
DiDP
Total
4TMBP
4OP
4NP
Total
tri-BDE
tétra-BDE
penta-BDE
hexa-BDE
hepta-BDE
déca-BDE
HBCD
TBBP-A
MBT
DBT
TBT
TeBT
MOT
DOT
TCHT
TPT
Total
SCCP (C10-13)
CASRN
Unité
131-11-3
84-66-2
131-18-0
84-69-5
84-74-2
85-68-7
117-81-7
28553-12-0
26761-40-0
µg/g de poussière (ppm)
9002-93-1
1806-26-4
104-40-5
µg/g de poussière (ppm)
49690-94-0
40088-47-9
32534-81-9
36483-60-0
68928-80-3
1163-19-5
25637-99-4
79-94-7
78763-54-9
1002-53-5
56573-85-4
1461-25-2
?
?
668-34-8
ng/g de poussière (ppb)
85535-84-8
ng/g de poussière (ppb)
µg/g de poussière (ppm)
Fréquence de détection
n
Percentile 50 (b)
% de prélèvements > LQA (a)
(%)
0
31
< 0,1
93,55
31
6,87
9,68 (c)
31
100
31
118,8
100
31
55,3
96,77
31
28,2
100
31
504,6
58,06
31
115,3
35,48
31
< 0,1
956,5
0
31
< 0,1
0
31
< 0,1
3,23
31
< 0,1
< 0,1
75
8
0,25
100
8
24
100
8
28,5
absence de données (problèmes analytiques)
100
8
8
100
8
420
100
8
485
absence de données (problèmes analytiques)
100
8
1300
100
8
150
100
8
15
0
8
<1
100
8
367,5
87,5
8
14,5
0
8
<1
0
8
<1
2234
100
8
45
(b)
LQA = Limite de Quantification Analytique
percentile 50 = médiane
non présenté dans les tableaux de résultats de Greenpeace ; fréquence estimée par nos soins à partir des remarques formulées dans le corps du texte du document de Greenpeace (Vicaire, 2003).
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 22/54
Min
Max
< 0,1
< 0,1
1,22
16,7
11,6
< 0,1
14,9
< 0,1
< 0,1
43,2
< 0,1
< 0,1
< 0,1
< 0,1
0,1
7,3
15
< 0,1
49,4
3,0
488
624
3551
3289
466
170
7237
< 0,1
< 0,1
3,35
3,35
4,8
260
720
2,6
69
77
44
3400
1600
425
49,8
3,1
<1
136
<1
<1
<1
657
30
6950
1150
521
<1
10700
2490
<1
<1
18155
95
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
4.2.
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Valeurs Toxicologiques de Référence
4.2.1. Exposition par voie orale
4.2.1.1.
Exposition aiguë
Seule l’ATSDR propose des VTR aiguës par voie orale pour 2 phtalates (DEP, DnBP) et 2
retardateurs de flamme bromés (penta-BDE, déca-BDE). Les effets associés sont des effets sur
la reproduction et le développement pour les phtalates et une toxicité thyroïdienne pour les
retardateurs de flamme bromés (Tableau 8, page 24).
4.2.1.2.
Exposition chronique
Il existe des VTR orales chroniques disponibles pour 4 phtalates (DEP, DnBP, BBP et DeHP), 2
retardateurs de flamme bromés (penta-BDE, déca-BDE), 4 organoétains (DBT, TBT, TPT,
TCHT) et les paraffines chlorées. Aucune VTR n’est proposée pour les alkyls phénols (Tableau
9, page 25).
4.2.2. Exposition par voie respiratoire
Pour l’ensemble des substances étudiées, aucune VTR pour une exposition (aiguë ou chronique)
par voie respiratoire n’est actuellement disponible auprès des bases de données consultées.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 23/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 8 : VTR (mg/kg/j) pour une exposition aiguë par ingestion§
Groupe
Phtalates(a)
Alkyls
phénols
Substance
DMP
CASRN(1)
131-11-3
ATSDR
n.e.*
Effet(2)
-
FI(3)
-
Source
-
OMS
n.e.
Effet
-
FI
-
DEP
84-66-2
7
Reproduction (A)
300
ATSDR, 1995
n.e.
-
-
DPP
131-18-0
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
DiBP
84-69-5
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
DnBP
84-74-2
0,5
Développement (A)
100
ATSDR, 2001
-
-
-
BBP
85-68-7
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
DEHP
117-81-7
-
-
-
-
n.e.
-
-
DiNP
28553-12-0
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
DiDP
26761-40-0
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
4TMBP
9002-93-1
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
4OP
1806-26-4
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
4NP
104-40-5
n.e.
-
-
-
n.e.
-
-
49690-94-0
n.e.
-
-
-
-
-
-
40088-47-9
n.e.
-
-
-
-
-
-
Thyroïde (A)
30
ATSDR, 2002
-
-
-
Retardateurs tri-BDE
de flamme
tétra-BDE
bromés
penta-BDE
32534-81-9
0,03
hexa-BDE
36483-60-0
n.e.
-
-
-
-
-
-
hepta-BDE
68928-80-3
n.e.
-
-
-
-
-
-
Thyroïde (A)
30
ATSDR, 2002
-
-
-
0,03
(b)
déca-BDE
1163-19-5
HBCD
25637-99-4
n.e.
-
-
-
-
-
-
TBBP-A
79-94-7
n.e.
-
-
-
-
-
-
78763-54-9
-
-
-
-
-
-
-
DBT
1002-53-5
-
-
-
-
-
-
-
TBT
56573-85-4
-
-
-
-
-
-
-
TeBT
1461-25-2
-
-
-
-
-
-
-
MOT
?
-
-
-
-
-
-
-
DOT
?
-
-
-
-
-
-
-
TCHT
?
-
-
-
-
-
-
-
TPT
668-34-8
-
-
-
-
-
-
-
SCCP
(C10-13)
85535-84-8
n.e.
-
-
-
-
-
-
Organoétains MBT
Paraffines
chlorées
(b)
§ en gras figurent les VTR appliquées dans l’exercice de hiérarchisation
(1)
numéro d’enregistrement chimique international
(2)
(3)
(H) = établi à partir d'études chez l'homme ; (A) = établi à partir de données animales
Facteur d’incertitude
* n.e. = non évalué
(a)
L’ATSDR propose également une VTR aiguë par voie orale pour un autre phtalate non mesuré par Greenpeace, le di-octyl phtalate (CASRN 11784-0) [ATSDR, 1997].
(b)
La VTR proposée par l’ATSDR pour les PBDE est décrite pour le penta-BDE, l’octa-BDE et le déca-BDE. L’octa-BDE (CASRN (32536-52-0) n’a
pas été mesuré dans les campagnes de Greenpeace.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 24/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 9 : VTR pour une exposition chronique par voie orale§
Groupe
Substance CASRN
DMP
DEP
DPP
DiBP
DnBP
BBP
DEHP
DiNP
DiDP
Alkyls phénols 4TMBP
4OP
4NP
Retardateurs de tri-BDE
flamme bromés tétra-BDE
penta-BDE
hexa-BDE
hepta-BDE
déca-BDE
HBCD
TBBP-A
Organo étains MBT
DBT
Phtalates
TBT
Paraffines
chlorées
TeBT
MOT
DOT
TCHT
TPT
SCCP
(C10-13)
131-11-3
84-66-2
131-18-0
84-69-5
84-74-2
85-68-7
117-81-7
28553-12-0
26761-40-0
9002-93-1
1806-26-4
104-40-5
49690-94-0
40088-47-9
32534-81-9
36483-60-0
68928-80-3
1163-19-5
25637-99-4
79-94-7
78763-54-9
1002-53-5
683-18-1(c)
56573-85-4
56-35-9(d)
1461-25-2
?
?
?
668-34-8
85535-84-8
Classe
cancérogène
CIRC
n.e.*
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
3
3
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
3(e)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
2B
EPA
D
D
n.e.
n.e.
D
C
B2
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
D
D
D
D
n.e.
C
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
D
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
VTR pour les effets non cancérigènes
(mg/kg/j)
VTR pour les effets cancérigènes
(mg/kg/j)-1)
EPA
n.e.
n.e.
0,014$
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
Site(1)
Foie (A)
-
OMS
Site(1)
EPA
Effet(1)
n.e
n.e
0,8
Ì du poids (A)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,1
Ê mortalité (A)
n.e.
0,2
Foie (A)
n.e.
0,02
Foie (A)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,002
Foie (A)
n.e.
0,01
Foie (A)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,0003 Immun. (A)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,011 Foie (A)
µg/kg/j(f)
FI(2)
1000
1000
1000
1000
1000
100
100
-
OMS
Effet(1)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,066 Devel., repro (A)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,007(g)
?
0,0005(h) Ê mortalité (A)
0,1
Foie, rein (A)
FI(2) ATSDR(3)
Effet(1)
n.e.
0,6 (a)
Foie (A)
n.e.
n.e.
1000
n.e.
0,06
Repro. (A)
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
n.e.
0,0007 (a,b)
Foie (A)
n.e.
n.e.
Foie (A)
0,0007 (a,b)
n.e.
n.e.
0,005
Immun. (A)
0,0003
Immun. (A)
?
200
100
n.e.
-
FI(2)
300
100
3000
3000
ne
1000
100
-
§ en gras figurent les VTR appliquées dans l’exercice de hiérarchisation
(1)
(2)
(3)
(H) = établi à partir d'études chez l'homme ; (A) = établi à partir de données animales
Facteur d’incertitude
L’ATSDR propose également une VTR intermédiaire par voie orale pour un autre phtalate non mesuré par Greenpeace, le di-octyl
phtalate (CASRN 117-84-0) [ATSDR, 1997]
-6
-5
* n.e. = non évalué
$ : soit pour un excès de risque de 10 une VTR de 7,1 10 mg/kg/j.
(a)
VTR établie par VNC à partir de la VTR intermédiaire proposée par l’ATSDR en considérant les mêmes effets critiques et en appliquant un facteur d’incertitude supplémentaire de 10
(b)
(c)
La VTR intermédiaire proposée par l'ATSDRE pour les PBDE est décrite pour le penta-BDE, l’octa-BDE et le déca-BDE. L’octa-BDE (CASRN 32536-52-0) n’a pas été mesuré dans les campagnes de Greenpeace.
Dichlorure de dibutyl étain
(d)
(e)
oxyde de TBT (TBTO)
Evaluation établie pour l’oxyde de décabromodiphényle [IARC, 1999].
(f)
L’OMS considère que les SCCP agissent comme des agents cancérigènes non génotoxiques (avec seuil) ; un facteur d’incertitude de 1 000 est pris en compte (100 pour la variabilité inter et intra espèces et 10 pour le mécanisme d’action non génotoxique) [EHC, 1996].
(g)
établi pour le cyhexatin ou hydroxyde de tricyclohexylétain (CASRN 13121-70-5) et l’azocyclotin (CASRN 41083-11-8) [IPCS, 2002].
(h)
VTR associée à l’acétate de triphényle étain (TPTA, CASRN 900-95-8), le chlorure de triphénye étain (TPTC, CASRN 63-58-7), l’hydroxyde de triphényle étain (TPTH, CASRN 76-87-9) seuls ou à la somme de ces différents composés triphényl étain
[IPCS, 2002 ; JMPR, 1991].
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 25/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
4.3.
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Classement des 29 substances individuelles
Les résultats et les scores obtenus pour l’indice de hiérarchisation (IH) sont présentés dans les
tableaux des pages suivantes i) en fonction du classement final établi pour les 29 substances
étudiées15 et ii) par famille chimique et avec présentation des scores attribués pour chacun des
4 sous-indices afin de faciliter la lecture des résultats.
Parmi les 29 composés recherchés dans les poussières domestiques de foyers français, seul le
DEHP est classé selon la stratégie de hiérarchisation du groupe de travail de l’Observatoire
comme une « substance hautement prioritaire » (IH = 15).
Les paraffines chlorées à chaîne courte apparaissent dans le groupe des « substances très
prioritaires » (IH = 11).
La majorité des autres composés (19/29) est classée parmi les « substances prioritaires » (IH
compris entre 5 et 9). On y retrouve notamment l'ensemble des composés bromés retardateurs
de flamme (n = 8), 6 phtalates et 5 composés organoétains.
Six substances sont classées dans le groupe des « substances non prioritaires ». Parmi elles
figurent 2 représentants du groupe des alkyls phénols (4TMBP, 4OP), 1 phtalate (DMP) et 3
organoétains (TeBT, TCHT, TPT) non détectés dans la totalité des échantillons prélevés dans
les poussières domestiques en France.
Un phtalate (DPP) et un alkyl phénol (4NP) figurent dans les substances « inclassables ».
15
Lorsque deux ou plusieurs substances ont une note identique, elles apparaissent selon un ordre alphanumérique.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 26/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 10 : Indices de hiérarchisation des 29 substances prises en compte
Substance individuelle
IH
Groupe de Hiérarchisation(1)
Indice de Hiérarchisation (/20)
15
A
di-2-ethylhexylphtalate
DEHP
SCCP
SCCP (C10-13)
11
B
butylbenzylphtalate
BBP
9
C
hexabromodiphényle éther
hexaBDE
9
tetrabromodiphényle éther
tétraBDE
9
décabromodiphényle éther
décaBDE
8
di-isobutylphtalate
DiBP
8
dioctylétain
DOT
8
heptabromodiphényle éther
heptaBDE
8
hexabromocyclododecane
HBCD
8
monobutylétain
MBT
8
monooctylétain
MOT
8
tribromodiphényle éther
triBDE
8
tributylétain
TBT
8
dibutylétain
DBT
7
di-éthylphtalate
DEP
7
di-n-butylphtalate
DnBP
7
pentabromodiphényle éther
pentaBDE
7
di-isononylphtalate
DiNP
6
tétrabromobisphénol-A
TBBP-A
6
di-isodecylphtalate
DiDP
5
di-méthylphtalate
DMP
4
4-n-octylphénol
4OP
3
4-(1,1,3,3-tert-methylbutyl)phénol
4TMBP
3
tetrabutylétain
TeBT
3
tricyclohexylétain
TCHT
2
triphenyéltain
TPT
2
4-nonylphénol
4NP
4
di-n-propylphtalate
DPP
4
D
I
(1)
Groupes de hiérarchisation : « A » = hautement prioritaires ; « B » = très prioritaires ; « C » = prioritaires ; « D » = non prioritaires ; « I »
= inclassables
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 27/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 11 : Indices et groupes de hiérarchisation par famille chimique
Groupe chimique
Substance individuelle
di-méthylphtalate
di-éthylphtalate
di-n-propylphtalate
di-isobutylphtalate
di-n-butylphtalate
butylbenzylphtalate
di-2-ethylhexylphtalate
di-isononylphtalate
di-isodecylphtalate
4-(1,1,3,3-tert-methylbutyl)phénol
Alkyls phénols
4-n-octylphénol
4-nonylphénol
Retardateurs de flamme bromés tribromodiphényle éther
tetrabromodiphényle éther
pentabromodiphényle éther
hexabromodiphényle éther
heptabromodiphényle éther
décabromodiphényle éther
hexabromocyclododecane
Tetrabromobisphenol-A
monobutylétain
Organoétains
dibutylétain
tributylétain
tetrabutyltin
monooctylétain
dioctylétain
tricyclohexylétain
triphenyéltain
SCCP
Paraffines chlorées à chaîne
courte
Phtalates
(1)
IA
IC
IF
IH
Groupe de
Indice de toxicité Indice de toxicité Indice de fréquence
Indice de
Hiérarchisation(1)
aiguë (/5)
chronique (/10)
intérieure (/5)
Hiérarchisation (/20)
DMP
1
3
0
4
D
DEP
0
2
5
7
C
DPP
1
2
1
4
I
DiBP
1
2
5
8
C
DnBP
0
2
5
7
C
BBP
1
3
5
9
C
DEHP
1
9
5
15
A
DiNP
1
2
3
6
C
DiDP
1
2
2
5
C
4TMBP
1
2
0
3
D
4OP
1
2
0
3
D
4NP
1
2
1
4
I
triBDE
1
3
4
8
C
tétraBDE
1
3
5
9
C
pentaBDE
0
2
5
7
C
hexaBDE
1
3
5
9
C
heptaBDE
1
2
5
8
C
décaBDE
0
3
5
8
C
HBCD
1
2
5
8
C
TBBP-A
1
2
3
6
C
MBT
1
2
5
8
C
DBT
1
1
5
7
C
TBT
1
2
5
8
C
TeBT
1
2
0
3
D
MOT
1
2
5
8
C
DOT
1
2
5
8
C
TCHT
1
1
0
2
D
TPT
1
1
0
2
D
SCCP (C10-13)
1
5
5
11
B
Groupes de hiérarchisation : « A » = hautement prioritaires ; « B » = très prioritaires ; « C » = prioritaires ; « D » = non prioritaires ; « I » = inclassables
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 28/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
4.4.
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Mise à jour de la hiérarchisation
4.4.1. Indices de Hiérarchisation et classement général actualisé
La mise à jour de l’exercice de hiérarchisation consiste à intégrer les résultats présentés dans le
chapitre précédent pour les phtalates, les alkyls phénols, les retardateurs de flamme bromés, les
organoétains et les paraffines chlorées à chaîne courte dans le classement établi en novembre
2002 pour une soixantaine d'autres paramètres [Mosqueron, 2003 et 2002].
Au total, la grille de hiérarchisation actualisée de l’OQAI repose donc à ce jour sur la prise en
compte d’une centaine de substances (Tableau 12). Prés de 20 % des paramètres intégrés dans
l’exercice de hiérarchisation sont classés comme des substances « Hautement prioritaires » ou
« Très Prioritaires ». La moitié des paramètres est rangée dans la catégorie « Prioritaires ».
Plus de 20 % sont classées comme « Non prioritaires » et moins de 10 % figurent parmi le
groupe des substances « inclassables ».
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 29/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 12 : Classement actualisé des substances d'intérêt pour l'OQAI en fonction de
leur indice de hiérarchisation (IH)
Substance
formaldéhyde
benzène
acétaldéhyde
Dichlorvos
Particules (PM10)
Radon
DEHP
Allergène de chien
NO2
Allergène d'acariens
toluène
trichloréthylène
Dieldrine
Plomb
SCCP
tétrachloroéthylène
Aldrine
Allergène de chat
CO
Indice de
hiérarchisation
(IH)
19
17
16
16
16
16
15
13
13
12
12
12
11
11
11
11
10
10
10
Substance
BBP
Heptachlore époxyde
hexaBDE
Lindane
tétraBDE
xylénes
1,2,4-triméthylbenzène
1,4-dichlorobenzène
alpha – HCH
alpha-pinène
Amiante
décaBDE
DiBP
DOT
éthylbenzène
HBCD
heptaBDE
Heptachlore
hexaldéhyde
isobutyraldéhyde
isovaléraldéhyde
limonène
MBT
MOT
n-décane
n-undécane
TBT
triBDE
valéraldéhyde
butylacétate
DBT
DEP
DnBP
pentaBDE
1-méthoxy-2-propanol
2-éthyl-1-hexanol
Champs e.m
DiNP
endotoxines
FMA
Folpel
TBBP-A
2-butoxyéthanol
benzaldéhyde
Diazinon
DiDP
Methyl-parathion
Parathion
Propoxur
styrène
Terbutylazine
Indice de
hiérarchisation
(IH)
9
9
9
9
9
9
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
7
7
7
7
7
6
6
6
6
6
6
6
6
5
5
5
5
5
5
5
5
5
Substance
2-éthoxyéthylacétate
2-méthoxyéthanol
2-méthoxyéthyleacétate
4,4’DDT
DMP
DPP
4NP
Endosulfan
1,1,1-trichloroéthane
2-éthoxyéthanol
4OP
4TMBP
Chlordane
Malathion
Metolachlore
Oxadiazon
TeBT
Trifluraline
Atrazine
Carbaryl
Permethrin
TCHT
TPT
Alachlore
Chlorpyrifos
Coumafène (Warfarin)
Diflufénicanil
Diuron
Fenoxaprop-p-ethyl
Isoproturon
Indice de
hiérarchisation
(IH)
4
4
4
4
4
4
4
4
3
3
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
2
2
1
1
1
1
1
1
1
* Les substances nouvellement hiérarchisées figurent en gras dans le tableau.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 30/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
4.4.2. Classement général actualisé et niveau d’information disponible
La stratégie générale adoptée a permis de hiérarchiser de façon cohérente l’ensemble des
agents dangereux avec l’état des connaissances actuelles. Cependant, le classement ainsi
obtenu et présenté sans information complémentaire sur le niveau de connaissance actuel pour
chaque polluant (toxicologie, exposition) ne permettrait pas lors d’une lecture rapide de bien
comprendre les raisons pour lesquelles une substance est classée "hautement prioritaire" ou au
contraire "non prioritaire". Les implications décisionnelles ne sont pourtant pas les mêmes
selon que le classement est dû à l’absence de connaissances (quels sont les effets toxiques et les
relations dose-réponse pour un polluant donné par exemple ?), d’informations (quelle est la
fréquence d'occurrence dans les logements ?) ou simplement parce que la puissance toxique
et/ou les expositions sont faibles. C’est pourquoi, le Tableau 13 (page 33) présente à côté du
classement général des substances et de leur catégorie de priorisation, une synthèse sur les
éléments de connaissances toxicologiques et sur les expositions dans les milieux intérieurs
(niveaux de concentration recensés et fréquence de détection dans les milieux intérieurs) ayant
conduit à la construction de l'indice de hiérarchisation.
Pour les 60 substances initialement incluses dans l'exercice de hiérarchisation, cette
présentation montrait d'une part que les niveaux de connaissance étaient assez hétérogènes et
d'autre part que le rang final de chaque agent dangereux était globalement assez dépendant du
niveau de connaissance [Mosqueron, 2002].
Pour les substances prises en compte dans cette mise à jour de la hiérarchisation, les données
d'exposition pré-requises sont complètes et l'on peut considérer que l'on dispose d'un niveau de
connaissance homogène en terme d'exposition pour ces paramètres. Même si les tendances
générales sur les fréquences de détection et les concentrations mesurées au cours de l’opération
« Dépoussiérons l’industrie chimique ! » semblent analogues à celles décrites dans la
littérature, il convient toutefois d’être relativement prudent vis à vis de l’estimation de
l’exposition aux 5 familles chimiques mesurées dans les poussières domestiques lors de cette
opération car le mode de recrutement des foyers, basé sur un appel au volontariat par voie de
presse, induit un manque de représentativité des mesures collectées.
Le classement proposé pour les 29 « nouveaux » composés est directement lié à leur présence
ou non dans les poussières (en terme de fréquence et de concentration) et aux informations
toxicologiques disponibles. Seuls les effets à long terme liés à ces substances ont généralement
pu être évalués car la majorité des VTRdisponibles concernent l’exposition chronique par voie
orale. L’indice de toxicité aiguë (IA) ne joue donc pas de rôle discriminant car tous les
composés ont un IA de 0 ou 1. Le score d’Indice de Hiérarchisation est donc dans le cas de ces
29 substances objet de la mise à jour de l’exercice de hiérarchisation quasi exclusivement
déterminé par les scores obtenus aux « Indice de Toxicité Chronique » et Indice de Fréquence
Intérieure ».
Parmi ces composés, le seul classé parmi les substances « hautement prioritaires », le DEHP,
appartient à la famille des phtalates. Son rang est lié à la fois a ses propriétés toxicologiques
connues (cancérogène probable chez l’homme) mais aussi à sa présence ubiquitaire et assez
massive (composé le plus abondant en terme de concentration) dans les poussières domestiques
en France. Ceci permet d’accorder un certain degré de confiance au rang attribué au DEHP.
Deux autres représentants des phtalates, le DEP et le DnBP, sont classés parmi les composés
« prioritaires ». Les informations toxicologiques pour ces deux produits sont disponibles (VTR
aiguë et chronique) et leur fréquence de détection est analogue a celle du DEHP. La différence
de classement s’explique par un plus faible risque sanitaire en fonction des concentrations
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 31/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
rencontrées et du potentiel dangereux de chaque composé. Le DMP est logiquement classé
parmi les substances « non prioritaires » car il n’a jamais été retrouvé dans les échantillons de
poussières collectés par Greenpeace. Seul le DPP est classé parmi les « substances
inclassables », car s’il est absent de la quasi totalité des échantillons, les connaissances
toxicologiques relatives à cette substance sont insuffisantes. Au total, un assez bon degré de
confiance peut toutefois être accordé aux classements établis pour la famille des phtalates qui
reste globalement parmi les 5 groupes pris en compte la mieux documentée en terme de
toxicologie (disponibilité de VTR).
Les paraffines chlorées à chaîne courte apparaissent dans le groupe des « substances très
prioritaires ». Connues pour leurs propriétés cancérogènes (cancérogène possible chez
l’homme), elles ont été détectées dans l’ensemble des échantillons français ce qui confère là
aussi un certain degré de confiance dans le rang qui leur est accordé.
Parmi les 8 composés organoétains pris en considération, 3 figurent dans le groupe des
« substances non prioritaires (TeBT, TCHT, TPT) car ils n’ont été détectés dans aucun des
échantillons prélevés dans les poussières domestiques ce qui confère à nouveau un certain
degré de confiance dans le classement établi (leur classement étant indépendant de leurs
propriétés toxicologiques). Les 5 autres composés (MBT, DBT, TBT, MOT et DOT) sont
classés parmi les « substances prioritaires ». Ils sont retrouvés dans la très grande majorité des
poussières domestiques à des concentrations variables. Si l’existence de VTR orale chronique
pour le DBT et le TBT permet d’accorder un certain crédit au classement de ces deux
substances, en revanche l’absence de VTR pour le MBT, le MOT et le DOT limite
l’interprétation de leur classement.
Les 8 composés bromés retardateurs de flamme sont classés parmi les « substances
prioritaires » (IH compris entre 5 et 9). Parmi eux, six composés (tri-BDE, tétra-BDE, pentaBDE, hepta-BDE, déca-BDE et HBCD) sont retrouvés dans une très grande majorité des
échantillons de poussières français. Des VTR sont disponibles pour seulement deux d’entre eux
(penta et déca-BDE) ce qui limite la portée du classement attribué aux retardateurs de flamme
bromés. De plus, comme cela a été discuté précédemment, la non prise en compte d’autres
retardateurs de flamme bromés connus pour leurs propriétés toxicologiques ou leur présence
dans les poussières intérieurs d’autres types de bâti (bureaux administratifs) peut conduire à
une sous-estimation des risques liés aux retardateurs de flamme bromés.
En ce qui concerne les alkyl phénols, l’absence de 4OP et de 4TMBP dans l’ensemble des
échantillons prélevés dans les poussières domestiques françaises explique que ces deux
composés figurent parmi les substances classées « non prioritaires ». Le troisième représentant
de ce groupe chimique, le 4NP, est classé parmi les substances « inclassables » car les
connaissances relatives à sa toxicité sont limitées. Cependant, sa très faible présence dans les
poussières domestiques prélevées en France (fréquence de détection < 5 %) limite l’incertitude
entourant son classement. Sous réserve de la confirmation dans de futures campagnes
métrologiques de leur absence dans les foyers français, un certain degré de confiance peut être
accordé au classement établi pour ces 3 alkyls phénols.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 32/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 13 : Classement actualisé des substances d'intérêt pour l'OQAI et niveau
d’information disponible*
Substance
IH
GH(1)
Formaldéhyde
Benzène
Acétaldéhyde
Dichlorvos
Particules (PM10)
Radon
DeHP
Allergènes de chien
NO2
Allergènes d'acariens
Toluène
Trichloréthylène
Dieldrine
Plomb
SCCP
Tétrachloroéthylène
Aldrine
Allergènes de chat
CO
BBP
Heptachlore époxyde
HexaBDE
Lindane
TétraBDE
Xylènes
1,2,4-triméthylbenzène
1,4-dichlorobenzène
Alpha-HCH
Alpha-pinène
Amiante
décaBDE
DiBP
DOT
Ethylbenzène
HBCD
heptaBDE
Heptachlore
Hexaldéhyde
Isobutyraldéhyde
Isovaléraldéhyde
Limonène
MBT
MOT
n-décane
n-undécane
TBT
triBDE
Valéraldéhyde
19
17
16
16
16
16
15
13
13
12
12
12
11
11
11
11
10
10
10
9
9
9
9
9
9
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
8
A
A
A
A
A
A
A
B
B
B
B
B
B
B
B
B
B
B
B
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
Informations disponibles
VTR aiguë (2)
+
+
+
+
+
0
0
+
+
+
+
+
0
0
0
+
+
+
+
0
0
0
+
0
+
0
+
0
0
0
+
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
VTR chronique (2)
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
0
+
+
0
+
0
+
0
+
+
0
+
+
0
0
+
0
0
+
0
0
0
0
0
0
+
0
Exposition (3)
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
?
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Fréquence (4)
+++++
+++++
+++++
++++
+++++
+++++
+++++
++
+++++
+++
+++++
+++
+
?
+++++
+++++
+
+
+++++
+++++
+
+++++
++++
+++++
+++++
+++++
+++
+
+++++
?
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
+
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
+++++
++++
+++++
- - - Suite du tableau en page suivante - - *
* Les substances nouvellement hiérarchisées figurent en gras dans le tableau.
(1)
Groupes de hiérarchisation : « A » = hautement prioritaires ; « B » = très prioritaires ; « C » = prioritaires ; « D » = non prioritaires ;
« I » = inclassables
(2)
Information sur les VTR : « + » = au moins une VTR est disponible ; « 0 » = pas de VTR disponible (dans les bases de données interrogées)
(3)
Concentration d’exposition : « + » = connue et issue de la campagne pilote OQAI ; « - » = issue de la littérature (extrapolation) ; « ? » =
inconnue
(4)
Fréquence de détection : « +++++ » > 80 % ; « ++++ » de 60 à 80 % ; « +++ » de 40 à 60 % ; « ++ » de 20 à 40 % ; « + » < 20 % ; « 0 » =
non détecté ; « ? » = inconnue
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 33/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 13 (suite) : Classement des substances et niveau d’information disponible
Substance individuelle
IH
Butylacétate
DBT
DEP
DnBP
pentaBDE
1-méthoxy-2-propanol
2-éthyl-1-hexanol
Champs e.m
DiNP
Endotoxines
FMA
Folpel
TBBP-A
2-butoxyéthanol
Benzaldéhyde
Diazinon
DiDP
Methyl-parathion
Parathion
Propoxur
Styrène
Terbutylazine
4,4’DDT
DMP
1,1,1-trichloroéthane
4OP
4TMBP
Chlordane
Malathion
Metolachlore
TeBT
Trifluraline
Atrazine
Carbaryl
Permethrin
TCHT
TPT
Alachlore
Chlorpyrifos
Coumafène
Diflufénicanil
Diuron
Fenoxaprop-p-ethyl
Isoproturon
2-éthoxyéthylacétate
2-méthoxyéthanol
2-méthoxyéthyleacétate
4NP
DPP
Endosulfan
2-éthoxyéthanol
Oxadiazon
7
7
7
7
7
6
6
6
6
6
6
6
6
5
5
5
5
5
5
5
5
5
4
4
3
3
3
3
3
3
3
3
2
2
2
2
2
1
1
1
1
1
1
1
4
4
4
4
4
4
3
3
Informations disponibles
GH(1)
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
C
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
D
I
I
I
I
I
I
I
I
VTR aiguë
0
0
+
+
+
0
0
0
0
+
0
0
0
+
0
0
0
0
0
0
+
0
+
0
+
0
0
+
+
0
0
0
+
0
0
0
0
0
+
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
(2)
VTR chronique (2)
0
+
+
+
+
+
0
0
0
+
+
+
0
+
0
+
0
+
0
+
+
0
+
0
+
0
0
+
+
+
0
+
+
+
0
+
+
+
+
+
0
+
0
0
0
+
0
0
0
+
+
+
Exposition (3)
+
+
+
?
+
?
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
?
?
+
+
+
Fréquence (4)
++++
+++++
+++++
+++++
+++++
++++
+++
?
+++
+++++
?
+
+++
+++
++
+
++
+
+
++
++
++
0
0
+
0
0
0
+
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
+
?
?
+
+
++
+
+
(1)
Groupes de hiérarchisation : « A » = hautement prioritaires ; « B » = très prioritaires ; « C » = prioritaires ; « D » = non prioritaires ;
« I » = inclassables
(2)
Information sur les VTR : « + » = au moins une VTR est disponible ; « 0 » = pas de VTR disponible (dans les bases de données interrogées)
(3)
Concentration d’exposition : « + » = connue et issue de la campagne pilote ; « - » = issue de la littérature ; « ? » = inconnue
(4)
Fréquence de détection : « +++++ » > 80 % ; « ++++ » de 60 à 80 % ; « +++ » de 40 à 60 % ; « ++ » de 20 à 40 % ; « + » < 20 % ; « 0 » =
non détecté ; « ? » = inconnue
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 34/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
5. DISCUSSION
Ce chapitre traite des hypothèses, des limites et des incertitudes liées à la mise à jour de la
hiérarchisation. Les limites et incertitudes liées à la méthode générale de hiérarchisation
adoptée par le groupe de travail de l’Observatoire ayant été discutées en détail dans le rapport
initial [Mosqueron, 2002], elles ne seront pas reprises ici. Les points discutés ci-dessous
concernent donc plus particulièrement l’exercice d’application aux 29 substances intégrées
dans cette mise à jour.
5.1.
Validité des informations issues de la campagne française « Dépoussiérons
l’industrie chimique »
A l’exception de l’indice de cancérogénicité (IK), basé sur les classifications du CIRC et de
l’US-EPA, chacun des sous-indices intègre les niveaux d’exposition observés à l’intérieur des
logements. Ce mode de calcul implique donc que les informations utilisées pour estimer les
niveaux d’exposition jouent un rôle majeur dans le calcul final du score d’indice de
hiérarchisation (IH).
Basé sur les résultats d’une enquête indépendante non publiée dans les journaux scientifiques,
le travail de mise à jour présenté ici pose donc la question essentielle de la représentativité et
de la validité des concentrations rapportées dans la campagne française de l’enquête
« Dépoussiérons l’industrie chimique » réalisée par Greenpeace. Par exemple, le mode de
recrutement des ménages (appel au volontariat par voie de presse), le nombre limité et la
qualité des mesures disponibles (analyses parfois réalisées non pas sur des échantillons
individuels mais sur des prélèvements composites issus du mélange de plusieurs échantillons
etc.) ne permet pas de représenter la situation des logements à l’échelle nationale du fait
notamment du risque de biais. A ce titre, il convient donc d’interpréter avec prudence ces
données et les indices de hiérarchisation qui en découlent.
En raison de la faible représentativité des données collectées en France lors de l’opération
« Dépoussiérons l’industrie chimique ! » (nombre de prélèvements limité, appel à
volontariat…), il est proposé dans les paragraphes ci-dessous de comparer ces informations
nationales aux résultats obtenus dans les autres pays européens (Royaume-Uni, Espagne,
Allemagne, Italie, Slovaquie) au cours de cette même opération puis, dans la limite des
informations disponibles, de comparer dans un second temps les résultats de cette campagne
européenne indépendante à ceux issus d’autres études publiées dans la littérature
scientifique16. Ces comparaisons visent uniquement à apporter un critère de jugement
qualitatif sur la pertinence des résultats de la campagne "Greenpeace France" et garantir une
certaine « validation » de l’utilisation de ces données. Aucun argument quantitatif (tests
statistiques) ne peut être avancé en raison des nombreuses divergences entourant des mesures
issues de situations très variables d’un pays à un autre (type de bâti, modes de ventilation,
matériaux de construction, modes de chauffage…) mais aussi des méthodes de mesures mises
en œuvre (durée et méthode de prélèvements, méthodes analytiques…).
16
Les informations disponibles ont été recensées au cours du premier trimestre 2004.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 35/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
5.1.1. Résultats européens de l’enquête « Dépoussiérons l’industrie chimique »
Les résultats sur les échantillons français de poussières domestiques seront essentiellement
comparés ci-dessous à ceux obtenus au Royaume-Uni (100 foyers), le nombre de
prélèvements dans les autres pays participants à l’opération « Dépoussiérons l’industrie
chimique ! » étant nettement plus limité17 et donc moins représentatif.
La première campagne de mesure dans les habitats britanniques indiquait la présence
fréquente de phtalates, de retardateurs de flamme bromés et de composés organoétains dans
les poussières domestiques (le DEHP et les retardateurs de flamme déca-BDE et HBCD étant
les plus fréquemment retrouvés). Du nonylphénol et des paraffines chlorées à chaîne courte
ont également été fréquemment retrouvés [Santillo, 2003].
En France, quatre des cinq familles de substances ont été systématiquement retrouvées dans la
plupart des prélèvements ; les alkylphénols étaient pratiquement absents de l’ensemble des
échantillons. Globalement, les échantillons analysés en France et dans les quatre autres pays
d’Europe continentale (Espagne, Italie, Allemagne et Slovaquie) contenaient des niveaux de
phtalates et de paraffines chlorées à chaîne courte plutôt supérieurs, des niveaux
d’organoétains à peu près identiques et des niveaux d’alkyl phénols et de retardateurs de
flamme bromés plutôt inférieurs à ceux des échantillons britanniques. En raison du petit
nombre d’échantillons et de la dispersion assez importante des concentrations individuelles, il
est difficile de comparer les différences observées entre les pays.
5.1.1.1.
Phtalates
Tous les phtalates recherchés sont retrouvés dans des proportions quasi similaires en France et
en Grande-Bretagne (Tableau 14, page 39). Une fréquence de détection analogue a été
retrouvée dans les 4 autres pays continentaux.
Dans les échantillons français comme dans les anglais, le composé le plus abondant en terme
de masse est le DEHP. Ses concentrations dans les poussières des foyers français sont 2,5 fois
plus élevées que celles relevées dans les poussières britanniques. Le DiBP est également
retrouvé à des concentrations plus de deux fois plus élevées en France. Les concentrations
moyennes relevées pour les autres composés sont du même ordre de grandeur dans les 2 pays.
Les concentrations cumulées de tous les phtalates mesurés individuellement dans les pays
continentaux de l’étude sont généralement plus élevées que celles relevées dans les poussières
au Royaume-Uni. De plus, bien que la différence soit plus modeste, les poussières provenant
de France sont plus riches en phtalates que celles provenant d’Espagne ou d’Italie, mais moins
riches que les poussières allemandes où de fortes concentrations en DEHP ont été mesurées.
5.1.1.2.
Alkyl phénols
Contrairement à ce qui avait été observé dans les poussières domestiques britanniques, le
4-nonylphénol (4NP) n’a été que rarement retrouvé en France (plus de 75 % de présence au
Grande-Bretagne versus moins de 5 % en France) ce qui explique la forte différence observée
entre les 2 pays en terme de concentration (Tableau 15, page 40). Les 2 autres représentants
(4OP et 4TMBP) n’ont été détectés dans aucun des prélèvements français (une absence
identique a été observée dans les autres pays continentaux de l’étude) alors qu’ils étaient
17
22 en Espagne, 8 en Slovaquie, 5 en Allemagne et en Italie.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 36/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
présents respectivement dans moins de 5% et moins de 15 % des échantillons britanniques, à
des concentrations moindres que le 4NP. Ces différences pourraient être liées à une différence
d’utilisation des produits contenant des alkyls phénols entre le Royaume-Uni et les pays
continentaux [Santillo, 2003].
5.1.1.3.
Retardateurs de flamme bromés
Les diphényles éthers bromés (PBDE) sont détectés de manière analogue dans la quasi totalité
des échantillons français et britanniques (et dans les autres prélèvements européens) (Tableau
15, page 40). Parmi eux, le déca-BDE est de loin le plus abondant18 avec des concentrations
20 à 50 fois plus élevées que pour les autres composés. Il faut également souligner que les
concentrations en déca-BDE relevées dans les foyers français sont assez largement inférieures
(près de 20 fois moins) à celles mesurées pour les poussières britanniques. Selon Greenpeace,
ces valeurs reflètent de vraies différences dans la propension à l’usage et l’abondance
conséquente dans l’environnement intérieur entre le Royaume-Uni et la France. Pour les
autres congénères de PBDE, les concentrations moyennes mesurées dans les poussières
françaises et britanniques sont du même ordre de grandeur. L’hexa-BDE, retrouvé dans 90 %
des échantillons britanniques, n’a pas pu être recherché dans les poussières françaises du fait
de problèmes analytiques.
En ce qui concerne les autres retardateurs de flamme bromés, l’hexabromocyclododécane
(HBCD) a été détecté dans tous les échantillons français mais, de manière analogue à ce qui a
été observé pour le déca-BDE, à des concentrations moyennes largement moins élevées qu’au
Royaume-Uni (3250 versus 485 ng/g de poussières). En raison de difficultés techniques, le
TBBP-A n’a pas pu être dosé dans les poussières des foyers français alors qu’il était présent
au Royaume-Uni dans 40 % des échantillons, à des concentrations assez peu élevées.
En raison de problèmes analytiques rencontrés dans la campagne française, des données
britanniques ont été utilisées par défaut pour caractériser l’exposition dans l’habitat français à
l’hexa-BDE et au TBBP-A. Ce choix entraîne une plus faible représentativité des
informations utilisées pour ces deux composés que pour tous les autres mais il restait l’une
des seules alternatives permettant de ne pas exclure directement ces deux composés de
l’exercice de hiérarchisation.
5.1.1.4.
Composés organoétains
Les fréquences de détection et les concentrations observées pour les composés organoétains
en Grande-Bretagne et en France (et dans les autres pays européens) sont très proches. Cinq
des huit composés ont été retrouvés dans la quasi totalité des échantillons de poussières
(MBT, DBT, TBT, MOT et DOT). En revanche, le TeBT, le TCHT et le TPT ne sont
pratiquement jamais détectés (Tableau 16, page 41).
En terme de concentration, le MBT est le représentant le plus abondant dans les échantillons
français et anglais (à des niveaux identiques). Les concentrations en MOT et DBT (3 à 10 fois
plus faibles que pour le MBT) et surtout en DOT et TBT (concentrations médianes 100 fois
plus faibles) sont largement moins élevées dans les 2 pays.
18
Son usage est encore répandu alors que des restrictions et des abandons volontaires d’usage ont frappé les autres formulations de PBDE.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 37/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
5.1.1.5.
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Paraffines chlorées à chaîne courte
Les paraffines chlorées à chaîne courte (SCCP) ont été détectées dans l’ensemble des
échantillons français et continentaux et dans 80 % des prélèvements britanniques (Tableau 16,
page 41). De plus, les concentrations moyennes en France et dans les pays continentaux sont
prés de 10 fois plus élevées qu’au Royaume-Uni. Selon Greenpeace, les raisons à l’origine de
cette différence entre la Grande-Bretagne et le continent ne sont pas très claires. Considérant
que l’une des applications pour les SCCP est de servir d’additifs retardateurs de flamme dans
les textiles, les caoutchoucs et certains plastiques, Greenpeace émet l’hypothèse que les fortes
concentrations de SCCP dans les échantillons français, couplées avec les faibles
concentrations de retardateurs de flamme bromés19, reflètent les différences d’utilisation
d’additifs retardateurs de flamme entre la Grande-Bretagne et le reste de l’Europe.
19
Les concentrations en retardateurs de flamme bromés (déca-BDE et HBCD principalement) dans les poussières sont largement moins
élevées en France qu’en Angleterre (§ chap.5.1.1.3, page 37).
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 38/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 14 : Phtalates : comparaison des concentrations médianes (µg/g de poussière) et des fréquences de détection observées en Europe
(sources : Vicaire, 2003 ; Santillo, 2003 et 2003a)
Substances individuelles
n
DMP
DEP
DPP
DiBP
DnBP
BBP
DEHP
DiNP
DiDP
Total
0
93,55
9,68
100
100
96,77
100
58,06
35,5
-
Grande-Bretagne 29
20
100
0
100
100
100
100
40
20
-
Espagne
22
9,1
100
-
100
100
100
100
27,3
27,3
-
Allemagne
5
60
100
-
100
100
100
100
80
20
-
Italie
5
20
100
-
100
100
100
100
40
20
-
Slovaquie
2
0
100
-
100
1000
100
100
100
0
-
France
31
< 0,1
6,87
-
118,8
55,3
28,2
504,6
115,3
< 0,1
956,5
nd (0,12*)
3,5
< 0,1
43,2
52,80
24,50
195,4
nd (45,5*)
nd (20,8*)
354,3
France
31
Grande-Bretagne 29
Fréquence (%)
Concentration en
µg/g de poussière
(ppm)
Espagne
22
< 0,1
5,33
-
148,9
79,4
4,5
317,2
< 0,1
< 0,1
706,2
Allemagne
5
1,4
12,9
-
36,5
44,1
82,2
996
113
< 0,1
1287
Italie
5
< 0,1
6,8
-
180,1
42,8
23,6
434,3
< 0,1
< 0,1
808,1
Slovaquie
2
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.c. = non calculé
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
n.d. = non déterminé
* concentration moyenne
page 39/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 15 : Alkyls phénols et retardateurs de flamme bromés : comparaison des concentrations médianes et des fréquences de détection
observées en Europe (sources : Vicaire, 2003 ; Santillo, 2003 et 2003a)
Alkyls phénols
Retardateurs de flamme bromés
n
4TMBP
4OP
4NP
Total
n
tri-BDE
31
0
0
3,2
-
8
75
100
100
a.d*
100
Grande-Bretagne
29
13,8
3,4
75,9
-
10
70
100
100
90
Espagne
22
0
0
22,3
-
4
25
100
100
Allemagne
5
0
0
0
-
1
0
100
Italie
5
0
0
20
-
1
0
Slovaquie
2
0
0
100
-
n.a.
31
< 0,1
< 0,1
< 0,1
< 0,1
9,8
France
France
Fréquence (%)
Concentration(1)
n.d (0,12*) n.d (0,3*)
tétra-BDE penta-BDE
hexa-BDE hepta-BDE déca-BDE
HBCD
TBBP-A
100
100
a.d
70
100
100
40
a.d
100
100
100
a.d
100
a.d
100
100
100
a.d
100
100
a.d
100
100
100
a.d
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
8
0,25
24
28,5
a.d
8
420
485
a.d
9,8
10
0,35
24,8
44
23
9,5
7100
3250
< 10
Grande-Bretagne
29
Espagne
22
< 0,1
< 0,1
< 0,1
< 0,1
4
< 0,3
13
17,5
a.d
4,1
425
225
a.d
Allemagne
5
< 0,1
< 0,1
< 0,1
< 0,1
1
< 0,3
31
37
a.d
1,8
2800
1200
a.d
Italie
5
< 0,1
< 0,1
< 0,1
< 0,1
1
< 0,3
23
36
a.d
62
1600
250
a.d
Slovaquie
2
n.c.
n.c.
n.c.
n.c.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a. = non analysé
n.c. = non calculé
n.d. = non déterminé
a.d = absence de données (suite à des problèmes analytiques)
(1)
Exprimée en µg/g de poussière (ppm) pour les alkyls phénols et ng/g de poussière (ppb) pour les retardateurs de flamme bromés.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 40/54
* concentration moyenne
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Tableau 16 : Composés organoétains et paraffines chlorées : comparaison des concentrations médianes et des fréquences de détection
observées en Europe (sources : Vicaire, 2003 ; Santillo, 2003 et 2003a)
Paraffines chlorées à
chaîne courte
Organo étains
Substances individuelles
n
MBT
DBT
TBT
TeBT
MOT
DOT
TCHT
TPT
Total
n
C10-13
8
100
100
100
0
100
87,5
0
0
-
8
100
Grande-Bretagne
10
100
100
100
0
100
100
0
10
-
10
80
Espagne
4
100
100
100
0
100
100
0
0
-
4
100
Allemagne
1
100
100
100
0
100
100
0
0
-
1
100
Italie
1
100
100
100
0
100
100
0
0
-
1
100
Slovaquie
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a
n.a.
n.a.
-
2
100
1300
150
15
<1
367,5
14,5
<1
<1
2234
8
45
France
France
Fréquence (%)
Concentration (1) 8
Grande-Bretagne
10
1350
519
49,9
<1
349
62,7
-
<1
2432
10
3,7
Espagne
4
631
202,5
16,2
<1
554
61
<1
<1
1495
4
25
Allemagne
1
1400
255
13,4
<1
270
17,9
<1
<1
1956
1
48
Italie
1
917
317
11,6
<1
481
63,4
<1
<1
1790
1
34
Slovaquie
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
n.a.
-
2
n.c. (45a)
(a)
n.a. = non analysé
n.c. = non calculé
: non présenté dans les rapports Greenpeace, estimé par nos soins à partir des données disponibles dans les rapports
(1)
Exprimée en ng/g de poussière (ppb) pour les organo-étains et µg/g de poussière (ppm) pour les paraffines chlorées à chaîne courte.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 41/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
5.1.2. Données de littérature internationales
La principale voie d’exposition pour les cinq familles chimiques étudiées est la voie orale
(ingestion d’aliments ou d’eau). La voie respiratoire est généralement considérée comme une
voie d’exposition mineure, ce qui explique qu’il existe un très faible niveau de documentation sur
l’exposition par voie aérienne, que ce soit dans l’air ambiant ou plus encore dans l’air intérieur.
Les trop rares éléments de comparaison avec les résultats de l’opération « Dépoussiérons
l’industrie chimique ! » ne permettent pas d’envisager une « validation » de ces informations. Les
teneurs dans l’air intérieur pour ces différents composés pouvant varier d’un continent voire d’un
pays à un autre en fonction des produits de consommation rencontrés d’une part, et les données
disponibles émanant essentiellement d’études nord-américaines d’autre part, il est difficile et
illusoire de comparer directement les rares données internationales et les informations des
campagnes de Greenpeace. Les données présentées ci-dessous le sont donc avant tout à titre
d’information.
5.1.2.1.
Phtalates
La principale voie d’exposition aux phtalates est l’ingestion d’aliments contaminés. De ce fait, si
les informations sur les niveaux d’exposition dans les aliments, l’eau ou les sols sont relativement
nombreuses, il existe en revanche peu de documentation sur les teneurs en phtalates dans l’air
ambiant et quasiment aucune donnée sur l’air ou les poussières intérieures [ATSDR, 2002].
L’exposition par voie respiratoire, considérée comme secondaire [EHC, 1997], reste donc très
mal documentée mais une étude récente chez des femmes américaines et polonaises indique que 4
composés (DEP, DiBP, DEHP et BBP) mesurés par des échantillonneurs personnels pendant 48
heures durant leur grossesse sont retrouvés dans tous les échantillons aériens (n = 60), ce qui
suggère que la voie respiratoire pourrait être une voie d’exposition de plus grande importance
qu’on pouvait le penser jusqu’à présent [Adibi, 2003].
En raison d’une volatilisation possible à partir des matières plastiques, le DEHP pourrait être
présent dans l’air à des teneurs plus élevées que les autres phtalates [ATSDR, 2002]20. Sur 6
échantillons aériens prélevés dans des maisons, il a été détecté 4 fois à des teneurs variant de 0,02
à 0,114 µg/m3 (moyenne = 0,06 µg/m3). Dans ces mêmes maisons, le DEHP a également été
retrouvé dans les poussières (69,4 à 524 µg/g avec une moyenne de 315 µg/g de poussière)
[ATSDR, 2002]. Une seconde étude rapporte que dans 6 autres habitations que les concentrations
dans l’air en DEHP varient de 0,04 à 0,23 µg/m3. Dans la population générale, l’air intérieur
pourrait constituer, après l’ingestion, la seconde voie d’exposition au DEHP [NTP, 2000]. Les
concentrations en DEHP dans l’air intérieur varie de 8 ng/m3 à 3 µg/m3, mais la plupart des
travaux rapportent des teneurs comprise entre 10 et 100 ng/m3 [NTP, 2000]. Une étude allemande
réalisée sur 286 prélèvements de poussières domestiques indique une concentration médiane en
DEHP de 740 µg/g [Butte, 2002]. Par ailleurs, les résultats d’une large enquête nationale
allemande (GerES)21 réalisée en 1998 par l’agence fédérale de l’environnement auprès de
199 foyers sur l’exposition de la population générale à divers agents environnementaux
rencontrés dans les milieux domestiques rapporte une concentration médiane en DEHP de
400 µg/g de poussière [GerES, 2002]. Ces données sont cohérentes avec les observations de
Greenpeace France.
20
Des arguments contraires sont apportés par l’agence américaine du « National Toxicology Programme » qui indique qu’en raison de sa faible
pression de vapeur, le DEHP est peu abondant dans l’air (http://ehis.niehs.nih.gov/roc/tenth/profiles/s087dehp.pdf).
21
German Environmental Survey.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 42/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Concernant le di-méthyl phthalate (DMP), des études aux Etats-Unis indiquent des concentrations
dans l’air de bureaux variant de 0,43 à 0,60 µg/m3, de 1,54 à 1,74 µg/m3 et de 0,7 à 1,2 µg/m3
[HSDB, 2004]
. Dans les poussières, des concentrations de 0,2 µg/g de poussière ont été mesurées dans
les foyers allemands [GerES, 2002].
Pour le diéthyl phtalate (DEP), des mesures dans des bureaux et des immeubles d’habitation aux
Etats-Unis rapportent des teneurs dans l’air comprises entre 1,6 et 2 µg/m3 [HSDB 2004; ATSDR, 1995].
Une autre étude américaine dans des bureaux signale des concentrations dans l’air moins élevées
(0,6 - 0,9 µg/m3) [HSDB, 2004]. Les concentrations dans les poussières des maisons allemandes
(7,3 µg/g) sont du même ordre de grandeur que celles rapportées en France par Greenpeace
[GerES, 2002].
Dans 3 immeubles de bureaux américains où des sujets souffraient du syndrome des bâtiments
malsains, des concentrations dans l’air de di-n-butylphthalate (DiBP) comprises entre 1,2 et
5,9 ng/m3 ont été mesurées [HSDB, 2004 ; ATSDR 2001]. Dans d’autres bureaux nordaméricains des teneurs moyennes de 1 ng/m3 ont également été rapportées [HSDB, 2004]. Dans
l’habitat, des travaux canadiens et américains indiquent que les concentrations dans l’air sont de
l’ordre de 0,5 µg/m3 [NTP, 2003 et 2000 ; EHC, 1997]. En Allemagne, des teneurs médianes
dans les poussières de maison de 34 µg/g de poussières ont été rapportées [Butte, 2002]. Elles
sont du même ordre de grandeur que celles rapportées dans l’enquête nationale allemande
(22 µg/g) [GerES, 2002] mais assez largement inférieures à celles décrites en France par
Greenpeace.
Pour le butylbenzylphthalate (BBP), une campagne de mesures réalisée dans 125 maisons
américaines rapporte des concentrations médianes dans l’air de l’ordre de 35 µg/m3 et des teneurs
dans les poussières variant de 10 à 250 µg/g [NTP, 2003 et 2000]. Les concentrations de BBP
dans les poussières domestiques estimées en Allemagne dans les travaux de Butte et de l’agence
fédérale de l’environnement sont du même ordre de grandeur (30 versus 15 µg/g) [Butte, 2002 ;
GerEs, 2002] et comparables à celles rapportées en France.
Pour les autres phtalates (DPP, DiNP et DiDP), aucune information n’est disponible aussi bien
pour l’air intérieur que pour les poussières.
Tableau 17 : Concentration médianes en phtalates dans l'habitat : données internationales
Poussières (µg/g)
Composé Greenpeace Données
Source
France
littérature
< 0,1
0,2
GerEs, 2002
DMP
6,87
3,3
GerEs, 2002
DEP
Greenpeace
France
-
DiBP
118,8
34
22
Butte, 2002
GerEs, 2002
-
DnBP
55,3
BBP
28,2
DEHP
504,6
DiNP
DiDP
DPP
115,3
< 0,1
-
49
41,5
10 à 250
31
14,7
315
740
416
-
Butte, 2002
GerEs, 2002
NTP, 2003 et 2000 Butte, 2002
GerEs, 2002
ATSDR 2002
Butte 2002
GerEs, 2002
-
Air (µg/m3)
Données
Source
littérature
0,4 à 1,7*
HSDB 2004
1,6 à 2*
HSDB 2004; ATSDR, 1995
0,6 à 0,9*
HSDB 2004
0,5
NTP, 2003; EHC, 1997
0,001 à 0,006* ATSDR 2001 ; HSDB, 2004
0,001*
HSDB 2004
35
NTP, 2003 et 2000
0,06
0,04 à 0,23
0,01 à 0,1
-
ATSDR 2002
ATSDR 2002
NTP 2000
* concentration mesurée dans des bureaux.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 43/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
En dépit du nombre relativement limité d’études disponibles, la comparaison de leurs résultats
avec ceux de l’opération « Dépoussiérons l’industrie chimique ! » montre la même tendance
générale à savoir que les phtalates peuvent être retrouvés dans les poussières des maisons, avec
une prédominance marquée en terme de concentration pour le DEHP par rapport aux autres
congénères. A l’exception du DiBP, les concentrations dans les poussières domestiques
rapportées en France sont très proches de celles rapportées dans la littérature internationale,
notamment dans les études allemandes. A noter d'ailleurs que les concentrations en phtalates dans
les poussières rapportées dans des maisons germaniques lors des enquêtes de Greenpeace, de
l’agence fédérale allemande et lors des travaux de Butte sont remarquablement proches les unes
des autres (cf Annexe 2).
5.1.2.2.
Alkyls phénols
Aucune information sur les teneurs dans l’air intérieur ou les poussières n’est disponible dans les
bases de données consultées. Seule une étude allemande indique la présence d’alkyls phénols
dans les poussières de 286 maisons [Butte, 2002]. Elle rapporte une concentration médiane en noctylphénol (4NP) inférieure à 0,1 µg/g (95ème percentile = 1,5 µg/g). Ceci va sans le même sens
que les résultats continentaux de l’étude de Greenpeace.
5.1.2.3.
Retardateurs de flamme bromés
Seules deux études récentes indiquent la présence de retardateurs de flamme bromés dans l’air
intérieur, notamment dans des immeubles richement équipés en ordinateurs [Sjodin, 2003 ;
Jakobsson, 2002]. L’analyse par Greenpeace de 18 échantillons de poussières prélevés dans les
immeubles du Parlement Européen situés dans huit pays différents indique pour les PBDE que le
composé prédominant est le nona-BDE (composé non recherché dans les poussières des foyers
français) [Butte, 2002]. Aucune autre information sur la présence des retardateurs de flamme
bromés dans les poussières domestiques n’a été recensée dans les bases documentaires consultées
[ATSDR 2002 ; EHC, 2000 et 1994].
5.1.2.4.
Organoétains
Aucune information sur les niveaux d’exposition dans l’air intérieur (ni même dans l’air ambiant)
n’est disponible pour la famille des organoétains [HSDB, 2004 ; ATSDR 2003 ;
Greenpeace, 2003 ; Health Canada, 1993].
Seuls les travaux de Greenpeace dans les locaux du parlement Européen indiquent la présence des
ces composés dans l’air intérieur [Butte, 2002 ; Santillo, 2001]. Sur 15 prélèvements de
poussières réalisés dans huit pays européens22, les teneurs totales en MBT, DBT, TBT, MOT et
DOT varient de 0,5 à 3,5 µg/g (moyenne = 1,9 µg/g) avec une prédominance marquée de MBT
(concentration moyenne = 1,1 µg/g contre des teneurs moyennes de 0,5, 0,3, 0,06 et 0,03 pour le
DBT, le MOT, le DOT et le TBT) [Butte, 2002]. Une tendance similaire a été observée dans les
foyers français avec des teneurs moyennes en MBT de 1,3 µg/g largement plus élevées que pour
les autres composés organoétains.
22
Pas de mesures en France.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 44/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
5.1.2.5.
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Paraffines chlorées à chaîne courte
Aucune information sur les concentrations en paraffines chlorées à chaîne courte retrouvées dans
l’air intérieur n’a été recensée [HSDB 2004 ; Greenpeace, 2003 ; EHC, 1996 ; Health
Canada, 1993].
5.1.3. Conclusion
Malgré le peu d’études disponibles sur les niveaux de contamination intérieure pour les 5 groupes
de substances étudiées, les tendances générales mises en évidence en France dans l’opération
« Dépoussiérons l’industrie chimique ! » semblent tout de même suivre celles décrites dans la
littérature. On note d’une part une fréquence de détection importante pour les phtalates, en
particulier le DEHP, et les organoétains, le MBT principalement. D’autre part, on observe un
faible niveau de contamination par les alkyls phénols. Malgré l’absence quasi totale d’éléments
de comparaison pour les paraffines chlorées à chaîne courte et les retardateurs de flamme bromés,
ceci accrédite quelque peu l’utilisation de ces données dans l’exercice de hiérarchisation
entrepris. Cependant, les niveaux de concentration dans les poussières utilisés dans le présent
travail devront être confirmés au cours de futurs travaux sur des échantillons aléatoires afin de
garantir un plus grand degré de confiance aux résultats présentés dans ce rapport.
5.2.
Méthode de hiérarchisation
5.2.1. Voies d’exposition prises en compte
L’exercice de hiérarchisation pour les 5 groupes chimiques faisant l’objet de la mise à jour a été
effectué en considérant a priori une double exposition potentielle par voie respiratoire et par
ingestion de poussières surfaciques. Toutefois, seule une exposition par ingestion de poussières a
réellement pu être prise en compte. L’exposition directe par inhalation n’a pas été prise en
compte car i) il n’existe pas de données sur les concentrations moyennes dans l’air pour la plupart
de substances étudiées et ii) il n’existe aucune Valeur Toxicologique de Référence pour une
exposition par voie respiratoire. La stratégie de hiérarchisation étant en grande partie basée sur le
croisement de ces deux types d’informations (effets sur la santé et niveau d’exposition), leur
absence conjointe exclut toute possibilité d’apprécier l’importance des impacts sanitaires
potentiellement liés à l’exposition par voie respiratoire.
Cette stratégie et les informations disponibles placent donc sur un pied d’égalité les 5 groupes
chimiques pris en compte dans la mise à jour et les biocides inclus dans l’exercice initial de
hiérarchisation. Pour les autres polluants gazeux inclus dans la hiérarchisation, seule l’exposition
directe par inhalation avait été prise en compte. La divergence des voies d’exposition considérées
dans l’exercice de hiérarchisation pour les biocides, les phtalates, les organoétains, les alkyls
phénols, les paraffines chlorées et les retardateurs de flamme bromés d’une part et les autres
composés gazeux d’autre part peut a priori sembler pénalisante pour les composés pour lesquels
une double exposition est prise en compte mais elle vise à refléter, compte tenu des propriétés
physico-chimiques de chaque composé, les expositions réellement subies par les populations.
Ainsi les 5 groupes chimiques pris en compte dans la mise à jour sont composés de substances
persistantes relativement peu volatiles et retrouvées majoritairement dans l’air en phase
particulaire. Leur principale voie d’exposition est l’ingestion d’aliments contaminés, l’exposition
par inhalation restant peu importante du fait des propriétés physico-chimiques de ces composés.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 45/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
C’est pourquoi, les informations disponibles pour ces substances tant en terme de niveaux
d’exposition des populations par voie aérienne que de connaissances toxicologiques liées à une
exposition par inhalation sont aujourd’hui encore très fragmentaires. Ceci explique notamment
qu’il n’existe pas de VTR pour une exposition par voie respiratoire et que les campagnes de
mesures centrées sur l’exposition des populations dans les milieux intérieurs sont focalisées sur
une mesure de ces composés en phase particulaire et que les données pour la phase gazeuse sont
exceptionnelles. En particulier, le protocole d’étude de l’enquête « Dépoussiérons l’industrie
chimique » comprend exclusivement une recherche de ces composés dans les poussières.
Par ailleurs, les effets sanitaires liés à une exposition cutanée n’ont pas été pris en compte dans la
stratégie de hiérarchisation définie par le groupe de travail de l’Observatoire en 2002 en raison de
l’absence de VTRpour cette voie d’exposition. Une meilleure estimation des effets sanitaires liés
aux substances chimiques présentes dans les milieux intérieurs passe par la mise en œuvre de
mesures substitutives (dérivation de VTR de la voie orale ou respiratoire vers la voie cutanée ?)
permettant de prendre en compte la voie cutanée. Une réflexion et des travaux de recherche
devront être entrepris au cours des futurs travaux de hiérarchisation de l’Observatoire afin de se
donner les moyens d’intégrer ces différentes voies d’exposition.
5.2.2. Substances dangereuses prises en compte
De nombreuses substances chimiques ont été mesurées à titre individuel lors de l’opération «
Dépoussiérons l’industrie chimique ! » mais le nombre de paramètres investigués reste cependant
limité à quelques représentants des familles choisies. Certains composés individuels parmi les 5
groupes chimiques d’intérêt n’ont pas été recherchés alors qu’il existe pourtant des connaissances
toxicologiques pour certains d’entre eux : il existe par exemple des VTRpour le di-octyl phtalate
(groupe des phtalates) ou pour l’octa-BDE (groupe des retardateurs de flamme bromés). On peut
également s’interroger sur l’absence de dosages dans les poussières domestiques des
polybromobiphyles (PPB), autres retardateurs de flamme bromés, ou du nona-BDE, retardateur
de flamme bromé pourtant le plus fréquemment détecté dans les poussières des immeubles du
parlement européen lors d’une étude préalable. Ces éléments peuvent conduire à une sousestimation des risques liés aux retardateurs de flamme bromés.
5.2.3. Choix des estimateurs d’exposition
Conformément à l’analyse de sensibilité autour du choix des estimateurs de l’exposition aiguë
effectuée dans les travaux initiaux du groupe de travail « Hiérarchisation », l’utilisation des
concentrations maximales pour le calcul de l’indice de toxicité aiguë (IA) à la place des P98 ne
doit pas modifier de façon majeure les classements obtenus. Ceci est d’autant plus vrai qu’en
l’absence de VTR orale aiguë pour la quasi totalité des composés intégrés dans ce travail, le score
attribué à cet indice de toxicité aiguë est toujours égal à 0 ou 1 pour chacune des 29 substances.
5.2.4. Exposition simultanée aux différents agents dangereux
La stratégie de hiérarchisation proposée ne permet pas de prendre en compte l’additivité ou la
synergie des effets sanitaires de plusieurs substances. Sous l’hypothèse d’une similitude des
mécanismes d’action des agents d’une famille chimique, il convient donc d’interpréter les
résultats de la grille de hiérarchisation proposée pour les 5 familles chimiques étudiées en ayant
toujours à l’esprit une vision globale des effets délétères associés à une même famille chimique.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 46/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
6. CONCLUSION
Les 29 substances chimiques mesurées dans les poussières de l’habitat en 2002 et 2003 au cours
de l’enquête européenne « Dépoussiérons l’industrie chimique ! » ont été hiérarchisées selon la
méthode proposée par VNC au groupe de travail de l’OQAI « Hiérarchisation des polluants » en
novembre 2002.
Selon ces résultats de cette classification, nous recommandons d’attacher une attention toute
particulière, lors des enquêtes d’expositions aux milieux intérieurs, à un représentant des
phtalates, le DEHP, ainsi qu’aux paraffines chlorées à chaîne courte. Ces composés figurent
respectivement dans les groupes des substances « Hautement prioritaires » et « Très
prioritaires ». Ils sont classés par le CIRC et/ou l’US-EPA comme cancérogène probable pour le
DEHP et cancérogène possible chez l’homme pour les paraffines chlorées à chaîne courte.
Les retardateurs de flamme bromés, retrouvés de façon quasi-ubiquitaire dans les échantillons de
poussières français sont tous classés dans le groupe des substances « prioritaires » mais certains
éléments (sélection des composés individuels mesurés, connaissances toxicologiques limitées…)
suggèrent que le classement de ce groupe pourrait être sous-estimé.
Concernant le groupe des organoétains, leurs représentants sont classés avec un certain degré de
confiance dans la catégorie des substances « prioritaires » ou « non prioritaires »
Enfin, la famille des alkyls phénols ne semble pas constituer une priorité pour l’OQAI puisque
deux de ces représentants sont classés comme des substances « non prioritaires » (4TMBP, 4NP)
et que le 3ème composé (4OP), s’il apparaît dans la catégorie des substances « inclassables », n’a
été qu’exceptionnellement détecté dans les poussières domestiques françaises.
L'enquête européenne « Dépoussiérons l’industrie chimique ! » souffrant d’un biais de
représentativité statistique (appel au volontariat par voie de presse, nombre limité d’analyses
valides pour certaines substances…), il conviendrait toutefois de vérifier ses résultats au moyen
de campagne de mesures basées sur un échantillonnage aléatoire et statistiquement représentatif
du parc français. De plus, les représentants des 5 groupes chimiques ont été recherchés
exclusivement dans les poussières. Aucun prélèvement dans l’air n’a été mis en œuvre. Si ce
manque d’information n’influence le classement établi que de manière marginale (absence à ce
jour de VTR par inhalation pour l’ensemble de ces substances), une exposition directe par
inhalation ne doit pas être trop vite considérée comme marginale, notamment par exemple pour
les phtalates (composés toxiques pour la reproduction et le développement) puisque des travaux
récents tendent à montrer que cette voie d’exposition pourrait jouer un rôle important chez les
femmes enceintes.
Les disparités en terme de fréquence de détection et de concentration observées pour certaines
substances individuelles dans les différents pays européens montrent que la problématique de la
pollution intérieure comporte des spécificités nationales pour les polluants persistants et qu’il est
donc important de réaliser des campagnes de mesure représentatives sur notre territoire pour ce
type de polluants.
Une exposition par voie cutanée, non prise en compte actuellement pour la hiérarchisation,
devrait à l’avenir être intégrée dans les futures études de hiérarchisation de l’OQAI.
Au regard des résultats, l’OQAI jouant un rôle essentiel dans la connaissance des expositions aux
polluants dans les milieux intérieurs, devrait inclure dans la liste des substances chimiques à
rechercher notamment les phtalates et les paraffines chlorées à chaîne courte et prélever en plus
de l’air intérieur des poussières surfaciques.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 47/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
A noter enfin qu’avant d’entreprendre toute campagne de mesure sur ces composés persistants, il
conviendrait de mettre en œuvre un travail préliminaire sur la toxicité de leurs représentants afin
de mettre en adéquation les campagnes de mesures avec les connaissances toxicologiques
disponibles. En effet, certains composés connus pour leur toxicité n’ont pas été mesurés dans
l’opération « Dépoussiérons l’industrie chimique ! » (il existe par exemple parmi les phtalates et
les retardateurs de flamme bromés des VTR pour le di-octyl phtalate et l’octa-BDE). Par ailleurs,
la recherche d’autres composés persistants comme les polybromobiphyles (PPB) ou le nonaBDE, retardateur de flamme bromés fréquemment détecté dans les poussières des immeubles du
parlement européen lors d’une étude préalable, mériterait d’être réfléchie.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 48/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
7. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Adibi JJ, Perera FP, Jedrychowski W, Camann DE, Barr D, Jacek R, et al. Prenatal exposures to
phthalates among women in New York City and Krakow, Poland. Environ Health Perspect
2003;111(14):1719-22.
ATSDR (Agency for Toxic Substances and Disease Registry). Toxicological Profile for Tin
(CASRN 7440-31-5). In: US Department of Health and Human Services; 2003. Draft for Public
Comment.
ATSDR. Toxicological Profile for Polybrominated Biphenyls and Polybrominated Diphenyl
Ethers (PBBs AND PBDEs). In: US Department of Health and Human Services; 2002.
ATSDR. Toxicological Profile for Di(2-ethylhexyl)phthalate (DEHP). In: US Department of
Health and Human Services; 2002.
ATSDR. Toxicological Profile for Di-n-butyl Phthalate. In: US Department of Health and
Human Services; 2001.
ATSDR. Toxicological Profile for Di-n-octylphthalate (DNOP). In: US Department of Health
and Human Services; 1997.
ATSDR. Toxicological Profile for Diethyl Phthalate. In: US Department of Health and Human
Services; 1995.
Butte W, Heinzow B. Pollutants in house dust as indicators of indoor contamination. Rev
Environ Contam Toxicol 2002;175:1-46.
Chem
Finder.
Base
de
données
consultée
en
décembre
2003
(http://chemfinder.cambridgesoft.com/result.asp). In: Cambridge Soft Corporation, 100
CambridgePark Drive, Cambridge, MA 02140 USA; 2003.
EHC (Environmental Health Criteria). Flame retardants: tris(2-butoxyethyl) phosphate, tris(2ethylhexyl) phosphate and tetrakis(hydroxymethyl) phosphonium salts : Monographs n° 218.
International Programme on Chemical Safety (IPCS), 2000.
EHC. Flame retardants: tris(chloropropyl) phosphate and tris(2-chlorethyl) phosphate :
Monographs n° 209. IPCS, 1998.
EHC. Flame Retardants: A General Introduction. Monographs n° 192. IPCS, 1997.
EHC. Di-n-butyl Phthalate : Monographs n°189. IPCS, 1997.
EHC. Chlorinated paraffins: Monographs n° 181. IPCS, 1996.
EHC. Tetrabromobisphenol A and derivatives: Monographs n° 172. IPCS, 1995.
EHC. Brominated diphenyl ethers: Monographs n° 162. IPCS, 1994.
EHC. Diethylhexylphthalate: Monographs n° 131. IPCS, 1992.
EHC. Tributyltin compounds: Monographs n° 116. IPCS, 1990.
EHC. Tin and organotin compounds. A Preliminary Review. Monographs n° 15. IPCS, 1980.
GerES. German Environmental Survey II (1998). In: Bundenministerium fur Umwelt,
Natuschutz, und Reaktorsicherheit (Agence Fédérale de l'Environnement Allemand). 27 août
2002. Base de données consultée en mars 2004 (http://www.umweltbundesamt.de/surveye/index.htm).
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 49/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Greenpeace. Fiche bibliographique. Les Alkyls phénols et leurs dérives (AP, APE). Greenpeace
Exeter,
avril
2003.
Base
de
données
consultée
en
décembre
2003
(http://a520.g.akamai.net/7/520/1534/release1.0/www.greenpeace.org/multimedia/download/1/25
0503/0/fiche_alkylphenols.pdf).
Greenpeace. Fiche bibliographique. Retardateurs de flamme bromés. Greenpeace Exeter, avril
2003.
Base
de
données
consultée
en
décembre
2003
(http://a520.g.akamai.net/7/520/1534/release1.0/www.greenpeace.org/multimedia/download/1/25
0508/0/fiche_retardateurs_bromes.pdf).
Greenpeace. Fiche bibliographique. Composés Organoétains. Greenpeace Exeter, avril 2003.
Base
de
données
consultée
en
décembre
2003
(http://a520.g.akamai.net/7/520/1534/release1.0/www.greenpeace.org/multimedia/download/1/25
0518/0/fiche_organoetains.pdf).
Greenpeace. Fiche bibliographique. Les paraffines chlorées à chaîne courte (SCCP). Greenpeace
Exeter,
avril
2003.
Base
de
données
consultée
en
décembre
2003
(http://a520.g.akamai.net/7/520/1534/release1.0/www.greenpeace.org/multimedia/download/1/25
0520/0/fiche_paraffines_chlorees.pdf).
Health Canada. Composés organostanniques non pesticides. Liste des substances d'intérêt
prioritaire, rapport d'évaluation. Loi Canadienne sur la protection de l'Environnement. 1993.
Health Canada. Paraffines chlorées. Liste des substances d'intérêt prioritaire, rapport
d'évaluation. Loi Canadienne sur la protection de l'Environnement. 1993a.
HSDB (Hazardous Substances Databank). In: National Library of Medicine's TOXNET system
(http://toxnet.nlm.nih.gov). Base de données consultée en février 2004.
IARC (International Agency for Research on Cancer). Monograph 71 : Re-evaluation of Some
Organic Chemicals, Hydrazine and Hydrogen Peroxide. In: International Agency for Research on
Cancer, 1999.
IARC. Monograph 48 : Some Flame Retardants and Textile Chemicals, and Exposures in the
Textile Manufacturing Industry. In: International Agency for Research on Cancer, 1990.
InVS (Institut de Veille Sanitaire). Valeurs Toxicologiques de Référence : méthodes
d'élaboration. Institut de Veille Sanitaire; St Maurice, 2002.
IPCS (International Programme on Chemical Safety). Inventory of IPCS and other WHO
pesticide evaluations and summary of toxicological evaluations performed by the Joint Meeting
on Pesticide Residues (JMPR) through 2002. Geneva: WHO, International Programme on
Chemical Safety, 2003.
IPCS. The WHO recommended classification of pesticides by hazard and Guidelines to
classification 2000-2002: WHO, International Programme on Chemical Safety, 2002.
Jakobsson K, Thuresson K, Rylander L, Sjodin A, Hagmar L, Bergman A. Exposure to
polybrominated diphenyl ethers and tetrabromobisphenol A among computer technicians.
Chemosphere 2002;46(5):709-16.
JMPR (Joint Meeting on Pesticide Residues). Pesticide residues in food: evaluations. Part II Toxicology. Joint Meeting on Pesticide Residues : monographs and evaluation: WHO; 1991.
Mosqueron L, Nedellec V, Kirchner S, Gauvin S, Dor F, Cabanes P, et al. Ranking indoor
pollutants according to their potential health effect, for action priorities and costs optimization in
the French permanent survey on indoor air quality. In: Healthy Buildings 2003, 7th International
Conference; 7th - 11th December; Singapore; 2003. p. 138-143.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 50/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Mosqueron L., Nedellec V. Hiérarchisation sanitaire des paramètres mesurés dans les bâtiments
par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur. Rapport final DDD-SB 2002-46. Novembre
2002.
NTP-CERHR (National Toxicology Program, Center for the Evaluation of Risks to Human
Reproduction). Monograph on the Potential Human Reproductive and Developmental Effects of
Di-n-Butyl Phthalate (DBP). US Department of Health and Human Services, 2003. Base de
données
consultée
en
décembre
2003
(http://cerhr.niehs.nih.gov/news/phthalates/DBP_Monograph_Final.pdf).
NTP-CERHR. Monograph on the Potential Human Reproductive and Developmental Effects of
Butyl Benzyl Phthalate (BBP). US Department of Health and Human Services, 2003 March.
Report No.NIH Publication n° 03-4487. Base de données consultée en décembre 2003
(http://cerhr.niehs.nih.gov/news/phthalates/BBP_Monograph_Final.pdf).
NTP-CERHR. Expert Panel Report on Di-n-Butyl Phthalate (DBP). NTP-CERHR-DBP-00. US
Department of Health and Human Services, 2000 October. Base de données consultée en
décembre 2003 (http://cerhr.niehs.nih.gov/news/phthalates/dbp-final-inprog.pdf).
NTP-CERHR. Expert Panel Report on Di(2-ethylhexyl)Phthalate (DeHP). NTP-CERHR-DEHP00. US Department of Health and Human Services, 2000 October. Base de données consultée en
décembre 2003 (http://cerhr.niehs.nih.gov/news/phthalates/dehp-final-inprog.pdf).
NTP-CERHR. Expert Panel Report on Butyl Benzyl Phthalate (BBP). NTP-CERHR-BBP-00.
US Department of Health and Human Services, 2000 October. Base de données consultée en
décembre 2003 (http://cerhr.niehs.nih.gov/news/phthalates/bbp-final-inprog.pdf).
Santillo D, Labunska I, Davidson H, Johnston P, Strutt M, Knowles O. Consuming chemicals:
hazardous chemicals in housedust as an indicator of chemical exposure in the home: Greenpeace
Research Laboratories; 2003 May. Report No.: Technical Note 02/2003.
Santillo D, Labunska I, Fairley M, Johnston P. Les substances dangereuses dans les poussières
du logement : des indicateurs de l'exposition chimique dans l'environnement domestique.
University of Exeter, Exeter EX4 4PS, UK: Greenpeace Research Laboratories, Department of
Biological Sciences; 2003a October. Report No.: Technical Note 02/2003 (GRL-TN-02-2003).
Santillo D, Jonhston P, Bridgen K. The presence of brominated flame retardants and organotin
compounds in dusts collected from parliament buildings from eight countries. Technical note
03/2001. Greenpeace Research Laboratories, Exeter, United Kingdom, 2001.
Sjodin A, Patterson DG, Jr., Bergman A. A review on human exposure to brominated flame
retardants--particularly polybrominated diphenyl ethers. Environ Int 2003;29(6):829-39.
US-EPA (United States Environmental Protection Agency). Diethyl phthalate (CASRN 84-66-2).
In: IRIS (Integrated Risk Information System); 2002.
US-EPA. Dibutyl phthalate (CASRN 84-74-2). In: IRIS, 2002.
US-EPA. Hexabromodiphenyl ether (CASRN 36483-60-0). In: IRIS, 2002.
US-EPA. Pentabromodiphenyl ether (CASRN 32534-81-9). In: IRIS, 2002.
US-EPA. Tetrabromodiphenyl ether (CASRN 40088-47-9). In: IRIS, 2002.
US-EPA. Tributyltin oxide (TBTO)(CASRN 56-35-9). In: IRIS, 2002.
US-EPA. Di(2-ethylhexyl)phthalate (DEHP) (CASRN 117-81-7). In: IRIS, 1998.
US-EPA. Exposure Factors Handbook. Vol I: General Factors Washington DC : US EPA 600P95002FA; 1997.
US-EPA. Dimethyl phthalate (CASRN 131-11-3). In: IRIS, 1997.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 51/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
US-EPA. Butyl benzyl phthalate (CASRN 85-68-7). In: IRIS, 1997.
US-EPA. Decabromodiphenyl ether (DBDPE) (CASRN 1163-19-5). In: IRIS, 1997.
US-EPA. Octabromodiphenyl ether (CASRN 32536-52-0). In: IRIS, 1997.
US-EPA. Tribromodiphenyl ether (CASRN 49690-94-0). In: IRIS, 1997.
Vicaire Y. Les résultats d’analyse de poussières domestiques prélevées dans 50 foyers français :
un plaidoyer pour une autre chimie. 22 rue des Rasselins - 75020 Paris: Greenpeace; 28 octobre
2003.
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 52/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
8. ANNEXES
Annexe 1 : Structure chimique de quelques représentants des familles recherchées dans
l’enquête « Dépoussiérons l’industrie chimique »
y Phtalates : exemple du DEHP
y Alkyls phénols : exemple du nonylphénol
y Retardateurs de flamme bromés : exemple du tri-BDE et du TBBP-A
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 53/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
y Organoétains : exemple de l’oxyde de tributylétain (TBTO)
y Paraffines chlorées : exemple des paraffines chlorées à chaîne courte (C12)
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 54/54
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
Hiérarchisation sanitaire des paramètre d’intérêt OQAI
Annexe 2 : Concentrations en phtalates dans les poussières domestiques allemandes
DEP
Fréquence de détection (%)
Greenpeace
GerES II
Butte
(n = 5)
(n = 199)
(n = 286)
100
97
nd*
Concentrations (µg/g)
Greenpeace
GerES II
Butte
(n = 5)
(n = 199)
(n = 286)
12,9
3,3
-
DEHP
100
100
nd
916
416
740
DMP
60
73
nd
1,4
0,2
-
DiBP
100
100
nd
36,5
22,4
34
DnBP
100
100
nd
44,1
41,5
49
BBP
100
100
nd
82,2
14,7
31
Sources : Santillo 2003, GerES 2002 et Butte 2002.
*nd = non disponible
Rapport final 2005-7. Hiérarchisation
page 55/54

Documents pareils