Coup de torchon

Commentaires

Transcription

Coup de torchon
Coup de torchon
Coup de torchon.
J'avais toutes mes idées, bien rangées, bien classées,
J'en avais de nouvelles, chaque jour, chaque soir,
Des idées déroutantes, des idées étonnantes,
Que je gardais au chaud pour les jours de famine.
Une idée chaque jour,
Ça ne pèse pas bien lourd,
Une idée chaque soir,
Pour chasser le cafard.
J'ai eu des idées fausses, des idées d'occasion,
Des idées farfelues, des idées incongrues,
Des idées saugrenues, des idées malvenues,
Que je dissimulais sous un tas de bons mots.
Une idée chaque jour,
Ça ne pèse pas bien lourd,
Une idée chaque soir,
Pour chasser le cafard.
J'ai eu des idées folles, et des idées loufoques,
Je les gardais pour moi, je n'avais pas le choix.
Des idées de voyage que je ne faisais pas,
Des idées de départ, quand je restais chez moi.
Une idée chaque jour,
Ça ne pèse pas bien lourd,
Une idée chaque soir,
Pour chasser le cafard.
Mes idées bien serrées , au chaud, sous mon chapeau,
Je me croyais tranquille, sans soucis inutiles.
J'avais des provisions, des tonnes d'inventions,
Je voulais tant écrire sans rimes ni raisons.
Une idée chaque jour,
Ça ne pèse pas bien lourd,
Une idée chaque soir,
Pour chasser le cafard.
Mais il en est des mots comme les jours qui passent,
Les idées sont fugaces et peuvent s'évader,
Un bon coup de torchon, sur mes cheveux frisés,
A balayé les mots, piratant mon cerveau.
Depuis ce jour funeste, je n'ai plus rien en tête,
Page n° 1
Pas même un mot d'amour, ni un mot de secours,
Une idée qui clignote me montre le chemin,
Une idée un peu fixe, qui la nuit me revient.
Il ne m'en reste qu'une..
Vengeance.....
La vengeance mûrit, occupe mon esprit.
Mais pour ce faire, il faudrait retrouver le coupable torchon.
Rien ne ressemble plus à un torchon qu'un autre torchon.
Dans mes rêves confus, j'entends comme une voix.
Je revois le balai, qui sur moi avançait,
Un torchon qui valsait, ma chaise qui s'envolait,
Le si joli poème qui rimait joliment,
S'est envolé aussi, je ne sais pas comment!
Et voilà que je suis à court d'idées.
Ça m'empêche de rêver,
Ça m'empêche d'inventer.
Il faudrait, me dit-on, essayer d'oublier,
Mais oublier quand on a déjà tout oublié,
C'est vraiment compliqué.
Alors, comme un mantra,
Je répète sans trêve:
"Donnez-moi, s'il vous plait une idée quotidienne.
Une idée chaque jour,
Ça ne pèse pas bien lourd,
Une idée chaque soir,
Pour chasser le cafard."
Page n° 2

Documents pareils