Proposition de limitation de la consommation

Commentaires

Transcription

Proposition de limitation de la consommation
L’association de défense des riverains du pays de Coimères
6 rue des Frênes 33210 Mazères, [email protected]
Mazères le 24 février 2014
A
Destinataires in fine
Madame, Monsieur
A l’occasion de l’étude de faisabilité d’un projet d’implantation d’une centrale électrique à biomasse en
cogénération avec une serre de tomates, nous nous sommes rendu compte après une analyse approfondie que la
consommation énergétique des serres chauffées en France représentait une consommation énergétique non
soutenable du point de vue du développement durable.
En effet, dans le Sud-ouest une serre chauffée a besoin en moyenne de 270 KWh/m²/an (les plus économes
consomment 200 KWh/m²/an) ce qui représente en termes d’équivalence énergétique:
-
En chauffage direct : 1 kg de tomates = 1 l de gazole = 4 kg de plaquettes de bois
En cogénération (données projet) : 1 kg de tomates = 2,78 l de gazole = 11 kg de plaquettes de bois.
Autrement dit, les rendements énergétiques de la fabrication des tomates dans le Sud-ouest sont respectivement de
1,75% et 0,63%, alors qu’il est possible d’atteindre un rendement de 77% en faisant produire les tomates au Maroc
et de 100% en Espagne en dépit des distances à parcourir pour le transport.
Il est possible et souhaitable de réduire l’impact environnemental du à la consommation d’énergie des serres
chauffées en France, pour ce faire nous proposons les mesures suivantes pour la construction des nouvelles unités:
-
Interdire les centrales électriques en cogénération construites dans le but de chauffer des serres
Promouvoir les systèmes de chauffages géothermiques ou de récupération de la chaleur de l’incinération de
déchets
Limiter la consommation énergétique des serres chauffées en fonction des régions françaises: Sud-est : 140
KWh/m²/an, Sud-ouest : 180 KWh/m²/an, Nord-ouest : 220 KWh/m²/an, Nord-est : 260 KWh/m²/an
Veuillez agréer, Madame Monsieur, nos salutations distinguées.
Le conseil d’administration
Président
Alain Le Monnier
Et pour Joël Labadie
Trésorier
Gilbert Le Pape
Secrétaire
Responsable site internet
Céline Feral
Anthony Migeon
DETAIL DES CALCULS MENANT AUX VALEURS PRESENTEES
1.
Serres dans le Sud-Ouest
Serre équipée de sa propre chaufferie
Selon (http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=19842) dans l’étude de l’ADEME la
consommation moyenne des serres maraîchères chauffées dans le Sud-Ouest est de 270 KWh/m²/an (soit 32 400
MWh/an pour 12 ha)
Selon les données fournies par Rougeline dans le cadre du projet, la production de tomates sera de 3300T/an sur 12
hectares soit 27,5 kg/m²/an.
Donc il faut environ 10 KWh pour produire 1 kg de tomates, c'est-à-dire l’équivalent de la quantité d’énergie
contenue dans 1 l de fuel ou de gazole :
-
42,4 MJ/kg soit 11,8 KWh/kg (http://fr.wikipedia.org/wiki/Carburant)
Densité moyenne 0,84 soit 9,9 KWh/l (http://fr.wikipedia.org/wiki/Gazole)
Selon les données du projet, la biomasse à une valeur énergétique de 2,4 KWh/kg, et il faut donc 4 kg de plaquettes
de bois pour produire 1 kg de tomates.
De plus, la quantité d’énergie contenue dans 1 kg de tomates est de 630 kJ/kg soit 0,175 KWh
(http://recettes.doctissimo.fr/ingredients/recette-tomate/tout-savoir.htm), c'est-à-dire que le rendement
énergétique de la production de tomates est inférieur à 1,75% (il faudrait en plus tenir compte de la consommation
énergétique des autres intrants). Nous tenons déjà là une première aberration en termes de développement
durable.
Synthèse : 1 kg de tomates = 1 l de gazole = 4 kg de plaquettes de bois.
Serre en cogénération suivant le projet présenté
La centrale consommera 120 000 MWh de bois à 45% d’humidité, comme nous l’avons montré dans un courrier
précédent on subit déjà une perte de rendement de 12,7% par rapport à du bois séché à 20% d’humidité.
La production d’électricité prévue est de 40 000 MWh/an, donc ça revient à dire que la serre consomme 80 000
MWh/an même si la plus grande partie est gaspillée.
Donc, comparativement à une serre équipée de sa propre chaufferie, celle proposée consommera :
1,127 * 80 000 / 32 400 = 2,78 fois plus d’énergie. Le rendement de conversion énergétique est alors de
1,75/2,78=0,69%. Nous tenons là une aberration dans l’aberration, et vous comprenez maintenant pourquoi nous
avons demandé dans un précédent courrier la modification de la réglementation en matière de centrale à biomasse
en cogénération.
Heureusement qu’on n’en fait peu sur ce principe là, parce qu’à ce rythme de consommation la forêt des landes ne
suffirait même pas à chauffer toutes les serres de France (nous avons fait le calcul).
Synthèse : 1 kg de tomates = 2,78 l de gazole = 11 kg de plaquettes de bois.
2.
Serres au nord du Maroc
Les serres au Maroc n’ont pas besoin d’être chauffées car en janvier et février à Marrakech la température moyenne
est de 5°C au lever du jour et de 20°C en plein après midi.
La distance à parcourir du nord du Maroc (zone de production) jusqu’en France est de 1500 km environ. Un camion
frigorifique avec une charge nette de 20T de tomates consomme 30 l/100 km soit 450 l sur 1500 km, d’où 0,0225 l de
gazole par kg de tomates transporté.
Par conséquent le bilan énergétique comparatif transport- chauffage est en faveur du transport de :
-
44 fois moins que pour les serres chauffées avec leur propre chaufferie
120 fois moins que pour la serre chauffée en cogénération.
Le rendement de conversion énergétique est alors de 1,75x44 = 77%.
Synthèse : 1 kg de tomates = 0,0225 l de gazole = 90 gr de bois.
3.
Serres en Espagne (Andalousie)
Les serres en Espagne n’ont pas besoin d’être chauffées ou alors très peu car en janvier et février les températures
moyenne vont de 5°C(Juan) à 11°C(Cadix) au lever du jour et de 15°C (Juan) à 20°C (Séville) en plein après midi.
Principales différences avec le Maroc:
-
C’est plus près de quelques centaines de kilomètres
Il faut faire venir des travailleurs marocains
Le rendement de conversion énergétique en Espagne est donc encore meilleur qu’au Maroc et proche de 100%.
DESTINATAIRES
Pour suite à donner
Monsieur le Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (Hôtel de Roquelaure, 246
boulevard Saint-Germain Paris 7ème)
Monsieur le Président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale (126 rue de
l'Université 75355 Paris 07 SP)
Monsieur le Président de la commission du développement durable, des infrastructures, de l'équipement et de
l'aménagement du territoire du Sénat (15 Rue de Vaugirard, 75006 Paris)
Monsieur le Président de la commission énergie d’Europe Ecologie les Verts (6 rue Chaudron 75010 Paris)
Pour avis
Monsieur le Président du Conseil supérieur de l'énergie (Hôtel de Roquelaure, 246 boulevard Saint-Germain Paris
7ème)
Pour information
Monsieur le Président de la communauté de communes du pays de Langon ([email protected], BP 90295
33212 Langon Cedex)
Monsieur le Maire de Coimères ([email protected])
Monsieur le Maire de Mazères ([email protected])
Monsieur le Maire de Langon ([email protected])
Monsieur le Directeur de la rédaction de Le Républicain ([email protected]com)
Monsieur le Directeur de la rédaction de Sud-Ouest Langon ([email protected])
Monsieur le Directeur de la rédaction de France3 Aquitaine (formulaire contact)
Monsieur le Directeur de la rédaction de 20minutes Bordeaux ([email protected])
Monsieur le Directeur de la rédaction de TV7 Bordeaux (73 avenue Thiers Bordeaux)
Monsieur le Directeur de la rédaction de Sud Radio (93 rue du Lac 31670 LABÈGE Cedex)