Ange déchu ? Journal d`un ange...humain

Commentaires

Transcription

Ange déchu ? Journal d`un ange...humain
Rosamund
Ange déchu ? Journal d'un
ange...humain
Publié sur Scribay le 17/07/2016
Ange déchu ? Journal d'un ange...humain
À propos de l'auteur
Rosa, Rosamund, Rose, peu importe en fait non ? J'ai 22 ans maintenant ^^)
Question lecture, je suis fan des Harry Potter depuis toute petite. Je ne lis pas les
livres, je les dévore et j'adore ça : Jane Austen, Balzac (surtout les
Chouans),Flaubert, Maupassant, Zola, Tolstoï, J.R.R Tolkien, mais aussi Meg
Cabot,Sophie Audouin Mamikonian, Anthony Horowitz, Eoin Colfer, Anne
Robillard,Pierre Bottero, Stephenie Meyer...
Question écriture, j'ai beaucoup écris sur Harry Potter, et j'ai quelques proses de
mon cru, je vais attendre un peu de visiter ce site avant de publier quoi que ce soit,
étant assez frileuse par rapport aux critiques gratuites sans justification,
construction ou motifs...
J'espère que vous m'accueillerez bien, ici
en espérant vous lire,
Rosa
À propos du texte
Source de l'image : alexyna.centerblog.net sur centerblog.
C'est un récit que j'ai écris il y a quelques années, je vous mets le début pour voir...
Ce texte, je l'ai publié, une fois sur internet, ne me demandez pas sur quel site, je ne
m'en souviens plus, mais j'ai reçu à son encontre un tel déferlement de critiques que
j'ai mis du temps à republier quoi que ce soit. Il n'est pas mauvais à mon sens, mais
ce que n'avait pas compris les gens de ce site à l'époque, c'est que ce n'est pas de la
poésie, et je n'en ai pas la prétention, oui il y'a des rimes pour certains paragraphes
mais c'est plus une recherche de musicalité que de poésie au sens stricte du terme,
j'écris souvent sur des musiques voilà pourquoi certains mots rimes, mais je le répète
ceci est un écrit en PROSE. Merci, je mettrai la suite si ça plait... ps : le style
d'écriture est peut - être légèrement différent mais pas beaucoup, ça ne date que de
deux ou trois ans...
Licence
Tous droits réservés
L'œuvre ne peut être distribuée, modifiée ou exploitée sans autorisation de l'auteur.
Ange déchu ? Journal d'un ange...humain
Ange déchu ? Journal d'un ange...humain
Je crois que je suis seul dans les ténèbres. Mon souffle raisonne à l'infini.
Ma tristesse est à l'égal de l'Univers : immense, insondable, inexplicable dans son
entier, interminable peut - être...
J’entends au loin des bruits sourds et confus.
Moi, être de lumière, je suis perdu dans mon contraire.
La nuit me touche, me frôle, me goûte.
Je m’assieds, je replie mes genoux contre mon torse, ma tête contre ceux – ci.
Je sens des larmes effleurer mes joues.
Puisque la nuit m’est devenue éternité, je pleurerai à tout jamais, personne ne
viendra me chercher, ange sombre je deviendrai.
Mais au mal je refuse d’être lié !
Où suis – je ? Qui me voit ? Qui m’entend ? Suis – je un ange déchu ou tombé dans le
temps ?
Ma destinée est – elle d’être dans mon malheur immortel et penseur ?
Sans foi ni loi, suis – je un homme de peu de foi ?
La douleur ne me va pas si bien.
Je préfère le calme enchanteur et les jeux enfantins.
Mon cœur bat sans fin comme d’une mélodie le refrain.
Je suis si bien et si mal en même temps.
Je rêverais de ne plus avoir le temps, simplement d’être vivant !
Ou de pouvoir rejoindre mes frères dans la mystérieuse stratosphère.
Mes cheveux longs caressent mon visage diaphane, mon teint est blanc et pâle.
Suis – je un être de cristal pour craindre du vent les rafales ?
3
Ange déchu ? Journal d'un ange...humain
Mon nom seul pourrait me rassurer ou me damner pour l’éternité.
Rodolphus, je suis, Rodolphus je resterai.
Pourtant la plupart m’appellent Jérémie.
Allez savoir, peut-être est – ce dû à ma fonction ?
Suis – je Ange ou suis – je devenu Démon ?
Je tends la main dans l’espoir de voir où je suis enfermé.
Mes doigts effleurent des barreaux.
Deviendra t – elle mon tombeau, cette prison que je hais déjà ?
D’une main, j’essuie ces larmes traitresses sur mon visage.
Oui, un ange peut pleurer et ressentir des émotions quand il est loin du paradis.
Mes cheveux sont – ils encore blond pâle ?
Mes yeux, j’aimerais qu’ils soient encore bleu – gris !
La noirceur de ma cellule ne me le dit pas.
« Jérémie… Jérémie… »
4