Programme détaillé

Commentaires

Transcription

Programme détaillé
Bulletin d’inscription Lille 2002
Nom ………………………
Prénom ……………….
Adresse personnelle
…………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………….
Société ……………………..
Secteur d’activité …………………………………
Adresse société
…………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………….
Tel …………………………
Fax …………………….
E-mail
………………………………
Facturation
Nom …………………………
Prénom ………………….
Société ………………………………………………………………………………..
Adresse
…………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………….
Tel ……………………………
Fax ……………………...
Tarifs
† Adhérents 150 € H.T déjeuner compris
† Non adhérent 180 € H.T déjeuner compris
Toute inscription doit être accompagnée de son règlement ou d’un bon de commande de la société
pour être prise en compte
Bulletin à adresser à AFITEP 17 rue de Turbigo 75002 Paris accompagné du règlement ou à faxer
accompagné d’un bon de commande au 01 55 80 70 69
Date
Cachet / Signature
† Règlement par chèque bancaire à l’ordre de AFITEP
† Règlement par virement bancaire au Crédit Lyonnais Agence St Dominique, Paris 7e
Code banque 3002 Code Guichet 00495
Cpte 0000005631U Clé 17
† Règlement par carte bancaire CB, Visa, Eurocard, Mastercard
N° ………………………………………………..
Date d’expiration
………………….
Date
Cachet / Signature
Programme détaillé
Informations pratiques
CONFERENCES
LILLE
ISGI
SALLE 4
INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION INDUSTRIELLE
70 Rue du Collège
59705 Marcq en Baroeul
Mr FOUSSIER
3F
Anatomie des risques. Quels outils pour quels risques ?
Date: le lundi 27 mai 2002
Mr GOURC
CGI Ecole des Mines d’Albi Carmaux
Capitalisation des connaissances pour la gestion des risques des projets R & D
Les conférences auront lieu dans deux salles simultanément. L’horaire définitif avec
l’ordre des conférences sera fixé ultérieurement.
Mr IGERSHEIM
RHODIA
La méthode ERA
Seront consultables sur le site de l’AFITEP :
Mr POMPEIGNE
Mr LANTZ
RENAULT
IFP
Les fonctions frontières dans l’appréciation de l’efficacité productive dans l’automobile
Mr TEULIER
AIRBUS
Le risque coût dans les projets aéronautiques
- Le plan d’accès à l’ISGI
- Une liste des principaux trains au départ et/ou à destination de Paris
- Une liste d’ hôtels
L’ensemble de ces informations sera adressé avec les confirmations d’inscription
Accueil à partir de : 9h
SALLE 3
Début des conférences : 9h30
Frais d’inscription comprenant le déjeuner de midi
Mr BONTOUX
RFF
La gestion du risque coût dans les projets de Réseau Ferré de France
Adhérents 150 € H.T
Non adhérent 180 € H.T
Mme BOUGARET
MANAGEOS
Notion d’information additionnelle et de risque dans la gestion des projets de R et D
Mr TEOLOGLOU
PRICE SYSTEMS
Gestion des risques et paramétrie
Mr SAUTER
Formation à la gestion des risques
AFITEP
17 Rue de Turbigo
75002 Paris
Tel : 01 55 80 70 60 Fax : 01 55 80 70 69
E-mail : [email protected]
Séminaire 2002
CONFERENCES
●
Mr FOUSSIER (3F)
Quels outils pour quels risques ?
Cet exposé considère uniquement le point de vue de l'estimateur de coût.
Il commence donc par une esquisse de la définition du risque de son point de vue : on
appelle risque tout ce qui peut faire en sorte que "l'estimation raisonnable" puisse être
dépassée. Cette définition implique que le concept d'estimation raisonnable soit précisé, ce
qui amène à se poser une ou deux questions de base quant à l'estimation de ce coût de
référence.
L'auteur est ensuite amené à se poser la question de l'origine du risque, afin d'en préciser la
nature. On peut en distinguer trois principales qu'il appelle l'immaturité (de la définition du
projet), l'incertitude (des variables que prend en compte l'estimateur pour parvenir à cette
"estimation raisonnable") et la chance (ou la malchance, si l'on préfère). Chacune de ces
principales origine peut se décliner en "composantes" du risque.
Il examine ensuite quels sont - toujours de son point de vue - les principaux outils
permettant d'abord de les quantifier, ensuite de les prendre en compte, enfin et surtout d'en
présenter l'impact au décideur (celui auquel l'estimation est destinée).
--------------------------------Pierre Foussier après des études universitaires en physique et en mathématiques est devenu
ingénieur ESE. Sa formation a été ultérieurement complétée par un MBA.
Il travaille dans le domaine du coût - sous tous ses aspects - depuis plus de 30 ans. Il est l'auteur
partiel ou en totalité de plusieurs outils d'estimation de coût, en général dédiés à l'estimation dans les
phases amont des projets.
Après une carrière d'ingénieur d'études - principalement dans le domaine aéronautique - puis
d'exploitation - dans le domaine spatial - il s'est orienté vers la maîtrise du coût, d'abord dans sa
mesure, puis dans sa prévision, le plus souvent dan sle domaine spatial.
Il a créé sa société (3f) en 1992 dans le but de mettre à la disposition de l'industrie des méthodes
d'estimation de coût partant du descriptif de l'objet (matériel, logiciel, tunnel, ...) à réaliser.
●
Mr GOURC
LA CAPITALISATION DES CONNAISSANCES SUR LES RISQUES :
UN OUTIL INDISPENSABLE POUR UNE BONNNE MAITRISE DES
RISQUES DANS LES PROJETS DE R&D
Le recueil des expertises et connaissances relatives aux risques et à leur traitement est un
point fondamental de la réussite d'une démarche de management des risques dans un
projet. L'objet de cet article est de présenter l'importance d'un tel dispositif de capitalisation
des connaissances.
Pour cela nous présentons, dans un premier temps, quelques définitions nécessaires pour
aborder ce sujet ainsi que les phases classiques du processus de management des risques.
Sur cette base, l'intérêt du recueil des expériences et de la capitalisation des connaissances
est discutée.
Dans un deuxième temps, en nous appuyant sur nos expériences, nous proposons une
démarche pragmatique pour le recueil et la capitalisation des connaissances risque en
situation multi-projet, multi-expertise destinées à la maîtrise des risques projet.
Enfin, nous concluons en indiquant que le développement de ces pratiques est absolument
Séminaire 2002
nécessaire pour alimenter la réflexion des équipiers mais qu'elle n'est pas suffisante. En
effet elle n'interdit pas d'assurer un effort permanent pour identifier des situations nouvelles
(donc non encore vécues) et surtout d'élargir le débat sur ce qui s'est bien passé dans les
projets afin de tenter de reproduire ces situations dans les projets futurs…
-------------------------Didier Gourc est enseignant-chercheur à l'Ecole des Mines d'Albi-Carmaux.
De formation initiale en informatique, Didier Gourc a réalisé une thèse en génie industriel sur la
réingénierie du système de conduite d'une unité de production agro-alimentaire.
Actuellement à l'Ecole des Mines d'Albi-Carmaux au centre de génie industriel, il développe des
activités de recherche dans le cadre du management des risques dans les projets et notamment les
projets de R&D. Il a ainsi travaillé avec des industriels de différents secteurs (pharmacie,
aéronautique, essais nucléaires) et encadré de nombreux élèves ingénieurs et élèves chercheurs
(DEA, thèses) notamment chez Sanofi, Eli Lilly, Pierre Fabre, Servier, EADS, Dolisos, LRS, IBM.
Il participe également aux travaux des commissions AFITEP "Management de projet dans le secteur
pharmaceutique", "Management des projets informatiques", et "Management des projets innovants",
ainsi qu'aux travaux de l'AFNOR sur la "Maîtrise des risques projets".
Avant d'être enseignant chercheur, Didier Gourc a participé à différents projets informatiques avec
une forte composante management des risques pour Aérospatiale (développement d'un système
logiciel d'aide au diagnostic des équipements électroniques embarqués sur Airbus A320), et pour le
compte d'AIRBUS (développement d'un système de gestion électronique de documents).
●
A. ROME (EADS)
UN PLAN DE MANAGEMENT DES RISQUES DE
DEVELOPPEMENT DE MISSILES.
Jusqu'à présent épargnée par la concurrence, l'industrie de la Défense en France est
aujourd'hui soumise aux mêmes contraintes des marchés et doit répondre aux challenges de
maîtrise des coûts/délais/performances techniques, comme dans bon nombre d'autres
secteurs.
La gestion de projet s'est imposée comme mode d'organisation entraînant la pratique de
nouvelles méthodologies dont le management des risques.
Le projet EG/SS (missile air/sol développé par Matra BA'e Dynamics) a été conçu et
développé conjointement en France et en Angleterre et a nécessité de pratiquer très
fortement, une gestion de projet entre les deux entités du groupe. Dès son démarrage, ce
projet fut accompagné d'un PMR, Plan de Management des Risques.
Afin d'analyser l'efficacité des méthodes et outils mises en œuvre dans ce domaine, une
évaluation du PMR et de sa mise en application a été pratiquée durant le développement du
projet. Cette activité, établie sous forme d'enquête, a permis d'améliorer ce mode de
management et de mesurer l'homogénéité de mise en application entre les équipes
française et anglaises. Conduite en étroite collaboration avec le Chef de Projet, l'équipe
projet et le Responsable Qualité, cette enquête s'est déroulée sur une période de 5 mois,
entre mars et juillet 2001.
L'exposé suivant montre quelle a été la démarche mise en œuvre, les résultats obtenus ainsi
que la proposition d'amélioration a apporter.
------------------Amanda Rome est Ingénieur diplômé de l'ENSGI (Ecole Nationale Supérieur de Génie Industriel,
INPG) en 2000.
Amanda est Ingénieur d'étude pour la société EADS-APSYS.
APSYS représente le pôle maîtrise des risque d'EADS (sécurité industrielle, sûreté de
fonctionnement, sûreté nucléaire, risque projet…).
Elle travaille depuis 02/01 sur un missile développé par EADS-LV aux Mureaux dans le domaine de
Séminaire 2002
la
sûreté
●
G. BLAISON et L DUMONT (Ligeron)
DIMENSIONNEMENT ET ALLOCATION DES PROVISIONS
FINANCIERES POUR RISQUES, DANS LE BUDGET D'UN PROJET.
Comme il a été dit dans un précédent congrès de l'AFITEP, "plus on saura maîtriser les
risques, plus on sera capable d'en prendre". Pour les projets, le risque se définit comme un
événement indésirable (bien qu'incertain) pour les objectifs de coûts et de délais d'obtention
du produit, voire sur la satisfaction des "clients" utilisateurs. Depuis quelques années les
démarches d'analyse des risques permettent de formaliser et de suivre le "portefeuille de
risques du projet". Cela a pour première finalité de mettre en évidence les risques les plus
importants et de proposer et de planifier des actions concrètes pour les réduire.
L'autre apport de cette démarche est d'aspect quantitatif. Notamment, les surcoûts
engendrés par l'occurrence des différents événements redoutés combinés à leurs
probabilités respectives permettent de déduire "l'exposition" au risque de dépassement de
coût du projet. Dès lors, il est possible d'envisager un dimensionnement d'une provision
budgétaire pour risques au début du projet (ou d'une phase).
Ainsi, la structuration du budget du projet peut être précisée en prenant en compte les
provisions pour risques, le coût des actions de réduction de risques, ainsi que le coût du
suivi des risques.
Par apposition aux risques, des évènements à caractère positif, appelés "opportunités"
peuvent être prédits et formalisés sous forme de fiches. Des actions d'exploitation de ces
opportunités peuvent être définies, planifiées et budgétées. Dans le projet, le portefeuille des
opportunités peut constituer un contrepoids budgétaire au portefeuille de risques.
--------------------Gaëtan BLAISON est Ingénieur et Docteur ès Sciences, administrateur de l'AFIM (Association
Française des Ingénieurs Maintenance). Il débute sa carrière à la Délégation Générale pour
l'Armement pour développer les méthodes de Management et d'Assurance Qualité applicables à
l'ensemble des contrats de Recherche et Technologies ainsi que les contrats de conception/réalisation
de missiles et satellites. Il intègre ensuite l'ingénierie du groupe Spie Batignolles pour piloter les
études de sécurité du Tunnel sous la Manche et organiser le management de grands projets exports.
De par l'expérience acquise sur les grands projets nationaux et internationaux dans les domaines du
Transport ferroviaire, le spatial, l'armement, l'énergie, le nucléaire il se dirige vers le conseil et
participe dès la création de LIGERON SA au développement de la société.
Lionel DUMONT, ingénieur généraliste diplômé de l'ESSTIN, débute sa carrière dans une
entreprise de second œ uvre dans laquelle il conduit la préparation, la planification, et la réalisation
d'importants chantiers. Au cours de cette première expérience "terrain", il met en place une politique
d'optimisation de la logistique des chantiers, notamment par le développement d'applications
informatiques. Il intègre Ligeron S.A. en 1997, où il intervient principalement dans le cadre de grands
projets du domaine nucléaire, mais également pour conseiller des entreprises industrielles dans le
pilotage de projets de conception
●
N. IGERSHEIM (Rhône Poulenc)
LA METHODE ERA
L'estimation du coût d'un investissement projeté revient souvent à valoriser des informations
incomplètes, incertaines, voire fausses.
Face à ces incertitudes, l'analyse de risques s'efforce de simuler les changements possibles de
définitions et les variations du coût global qui pourraient en découler.
L'utilisation d'ERA apporte une aide précieuse à la prévision des évolutions de coûts d'un projet.
Séminaire 2002
Les résultats obtenus permettent d'éclairer utilement la prise de décision.
Afin de mieux évaluer le risque de dépassement des estimations et donc les chances de réussite des
projets, le CID a acquis, fin 86, le logiciel d'analyse "ERA". Depuis, divers développements ont été
effectués par le service R/C&D. Son application est devenue systématique sur les études de base
d'un montant supérieur à 20 MF.
(Cv à parvenir)
●
Jérôme POMPEIGNE (Renault) Frédéric LANTZ (IFP)
Application des fonctions frontières à l'estimation des
performances productives dans l'industrie automobile
Le processus de fabrication d'une automobile comporte une succession d'activités
industrielles liées à la fabrication et à l'assemblage des milliers de pièces nécessaires. Dans
le contexte international de l'industrie automobile, la localisation de ces activités productives
est définie lors des premières phases de développement d'un nouveau modèle. A ce stade,
disposant d'une information limitée, les méthodes de calcul économique sont des outils
d'aide à la décision privilégiés. Parallèlement, les fonctions frontières fournissent une autre
approche, en permettant de mesurer le degré d'efficacité des solutions industrielles
envisagées. Dans cette perspective, une fonction frontière de coût représente le meilleur
coût qui peut être obtenu en fonction des caractéristiques techniques et économiques du
produit étudié. L'inefficacité d'une solution industrielle est mesurée comme la distance
relative entre le coût observé et le coût situé sur la frontière. Nous présentons les techniques
économétriques d'estimation de frontières de coût au travers de plusieurs exemples de
fabrication d'éléments de caisse. Nous discutons ensuite de la généralisation de ces
méthodes aux différents métiers de l'automobile.
-----------------------------Jérôme Pompeigne est Ingénieur de recherche chez Renault et doctorant à l'Ecole du Pétrole et des
Moteurs.
Jérôme est titulaire d'un DEA d'Economie Industrielle et Internationale (1999) obtenu à l'Université
de
Rennes I (mention bien). Ses principales qualifications sont l'évaluation des coûts et l'analyse
économique dans l'industrie automobile. Il possède une expérience dans les modèles de simulation
pour l'estimation de stocks. Il mène actuellement des recherches sur la localisation internationale des
activités de production dans l'industrie automobile, pour Renault
Frédéric Lantz, est Professeur au Centre Economie et Gestion de l' IFP-School
Frédéric est titulaire d'une Maîtrise d'économétrie, Université de Paris X Nanterre (1981). Il a obtenu
un doctorat en sciences économiques (mention très honorable), Université de Paris X Nanterre,
(1984). Ses principales qualifications sont l'enseignement en économie de l'énergie, l'analyse
statistique, l'économétrie et l'utilisation de modèles économétriques dans le domaine de l'énergie et
dans l'industrie automobile. Il participe au développement de modèles pour plusieurs programmes de
recherche de la Commission Européenne - modèles de pêcheries pour la DG-XIV (1989-1991),
modèles énergétiques pour la DG-XII et la DG-TREN (depuis 1992).
●
S. TEULIER (Airbus)
LE MANAGEMENT DES RISQUES DES PROJETS AIRBUS
(Résumé et Cv à parvenir)
●
Mr BONTOUX (RFF)
DES RISQUES A LA COUTENANCE
Séminaire 2002
RFF (Réseau ferré de France), en tant que propriétaire, est le maître d'ouvrage public des
projets d'investissement sur le réseau ferré national, ce qui représente environ 1,7 milliards
d'euros par an, repartis sur plusieurs centaines de projets.
Après la présentation des termes, des principes (gestion des engagements) et des outils
(tableaux de coûts, guides…) utilisés, on indique comment le risque " coût " est pris en
compte avant la décision d'investir et comment il est géré dans les étapes ultérieures du
projet.
Il faut noter que cette intervention n'aborde pas des dispositifs de maîtrise de risque, en
particulier de plan de management des risques, outils et méthodes associés.
-------------Pierre Bontoux, 44 ans, marié, 2 enfants, est chef du Département Méthodes & qualité de RFF,
comprenant :
· Elaboration et déploiement de procédures (investissement et fonctionnement),
. Organisation du département, recrutement du personnel,
. Responsable de l'axe métier " gestion de projets " inter Directions,
. Pilotage du recrutement et de l'intégration des contrôleurs de projet de RFF,
. Recrutement des contrôleurs de projet,
· Constitution des portefeuilles de projets d'investissement, gestion opérationnelle de projets sur les
infrastructures ferroviaires,
. Définition, déploiement des procédures de gestion de projet : rapports d'avancement, guide de
maîtrise des coûts, glossaire, procédures diverses,
.Participation à l'établissement des procédures générales (interfaces projets - comptabilité, plan
de classement, archivage),
. Formation interne et externe, diffusion de la culture gestion de projets (séminaire),
●
Sophie BOUGARET (MANAGEOS Consultant)
Coût de l'information additionnelle contre diminution de risque.
Pratiques des projets de R&D à fort risque
On peut définir un projet de R&D comme un processus d'acquisition de connaissance visant
à réduire l'incertitude en vue de produire un nouveau produit ou procédé rentable pour
l'entreprise. Plus l'innovation est grande et plus l'acquisition de connaissance sera élevée…
quand bien même le projet n'aboutit pas, en ce sens qu'il ne délivre pas de produit. En effet,
beaucoup de projet de R&D s'arrêtent en cours selon un processus dit de go / no go, et les
connaissances induites au travers du projet avorté profitent aux suivants. La flexibilité
introduite par ces jalons go no go est une gestion du risque en soi puisqu'elle permet un
fractionnement de l'investissement du projet. L'incertitude de la performance du projet
introduit un certain nombre de scénarios avec chacun une rentabilité différente. Un projet
innovant présente donc une volatilité certaine de sa rentabilité espérée : puis le projet est
innovant plus cette volatilité est grande. Dans un processus d'acquisition de connaissance la
R&D fournit une information additionnelle qui, en éliminant des scénarios successifs, va
réduire la volatilité du projet, et donc le risque de non rentabilité. Dans ce contexte nous
proposons un modèle de maîtrise du risque dans les projets R&D basé sur la valeur de
l'information additionnelle qui réduit l'incertitude du projet et donc le risque de non rentabilité.
Ce modèle prend en compte le coût de l'information additionnelle, représenté par une
fraction de l'investissement dédié pour l'obtenir, et le prix de cette information, représenté
par la diminution de la volatilité qu'elle engendre. Bien sûr, les qualités des informations
prévisionnelle et réelle sont des éléments majeurs du modèle : la maîtrise de la qualité de
l'information est le principe même de la maîtrise des risques en R&D . Nous présenterons ce
modèle avec un exemple et définirons les facteurs de qualité de l'information à tracer dans
Séminaire 2002
cette maîtrise des risques d'un nouveau genre.
------------------------------------Sophie Bougaret a fondé Manageos, société de conseil en organisation de projets R&D . Elle
a travaillé 15ans dans l'industrie pharmaceutique et biotechnologique en tant que directeur de projets.
Certifiée CMP Afitep, elle est en outre professeur associée à l'Institut National Polytechnique de
Toulouse où elle enseigne le portfolio management et la gestion des risques . Elle est aussi
responsable pédagogique d'un mastère d'intelligence économique et stratégie d'entreprise proposé
en collaboration entre l'INP et l'ESC de Toulouse.
●
P. GENDROT (Price Systems)
LA CONTRIBUTION DES LOGICIELS PRICE DANS LA MAITRISE DES
RISQUES DU PROJET
La réussite d'un projet se joue bien souvent avant le lancement même du projet :
. Pourquoi le réaliser ?,
. Que rapporte-t-il à l'Entreprise ?
. Est-il faisable en termes Techniques, Financiers et Calendaires ?
. Les estimations de coûts et de délais qui sont proposées sont-elles optimales,
optimistes ou pessimistes ?
. Quels sont les événements incertains et leurs impacts ?
Les logiciels PRICE sont des modèles d'estimation paramétrique des coûts et des délais de
systèmes mécaniques et/ou électroniques et de logiciels. Avant même le démarrage du
projet, à partir d'un nombre limité de données, il est possible, à l'aide de ces modèles,
d'estimer rapidement un coût et un délai.
Le module intégré d'Analyse de Risques de PRICE permet de :
. modéliser les incertitudes identifiées sur le projet et de connaître immédiatement
leurs impacts sur les coûts et les délais,
. quantifier la probabilité de réalisation de votre projet dans l'enveloppe budgétaire et
calendaire que vous aurez arrêtée.
Les logiciels PRICE contribuent directement à la maîtrise des risques, ils sont utilisés pour
établir les budgets des projets, évaluer leur faisabilité économique et calendaire et réaliser
toutes les simulations nécessaires conduisant aux meilleures décisions.
----------------------------Pascal GENDROT (39 ans), responsable du support technique Europe du sud, a rejoint PRICE
Systems en 2001.
Pascal, Ingénieur Universitaire diplômé en Electromécanique et Gestion de la qualité, démarre sa
carrière en tant qu'ingénieur Sûreté de Fonctionnement sur les programmes militaires de systèmes
d'armes classiques et nucléaires.
En 1990 il devient consultant dans les domaines de l'estimation des coûts et du management de
projet. C'est à cette époque qu'il se forme à l'utilisation des logiciels PRICE avec lesquels il conduit
de
nombreuses estimations de coûts (de développement, de production et de possession) ainsi que des
analyses de risques pour différents projets civils et militaires.
Entre 1997 et 2000 Pascal est consultant qualité et accompagne les entreprises françaises à la
certification
Séminaire 2002
LILLE
ISGI
INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION INDUSTRIELLE
70 Rue du Collège
59705 Marcq en Baroeul
Date: le lundi 27 mai 2002
Horaires : CONFÉRENCES
SALLE 4 (70p)
SALLE 2 (30p)
8h30
ACCUEIL
ACCUEIL
9h15
Introduction. P. FOUSSIER
3F
Introduction. G. TURRÉ
10h00
J POMPEIGNE et F LANTZ
Renault / IFP
A. ROME
11h00
PAUSE
PAUSE
11h45
S. TEULIER
Airbus
D. GOURC
Ecole des mines d'Albi Carmaux
12h45
N. IGERSHEIM
Rhodia
BLAISON & DUMONT
Ligeron
13h00
REPAS et PAUSE
REPAS et PAUSE
16h00
P. BONTOUX
Réseau ferré de France
GENDROT
Price Systems
17h00
S. BOUGARET
Manageos
18h00
FIN
FIN
Horaires : TRANSPORTS
En voiture : Voire cartes
jointes
TGV Aller conseillé
Paris
Lille Flandres
7207
7h28
8h29
Séminaire 2002
Navette assurée devant la gare
Lille Europe. Marquage
AFITEP
ou bus 4b (plusieurs
directions)
départs 8h28 8h59 9h45 10h22 25
min
arrivée marcq college
Les bus se prennent place des
Buisses située a côté de la
gare Lille Flandres
TGV Retour conseillé
Lille Flandres
Paris
7288
19h04
20h04
Navette gare Flandre assurée
à 18h05
Des inversions dhoraires de conférences de dernière minute dues aux contraintes des horateurs sont toujours
possibles
Sont consultables sur le site de l'AFITEP :
- Le plan d'accès général, le plan d'accès détaillé à l'ISGI
L'ensemble de ces informations sera adressé avec les confirmations d'inscription
Frais d'inscription comprenant le déjeuner de midi
Adhérents 150 H.T
Non adhérent 180 H.T
AFITEP
17 Rue de Turbigo
75002 Paris
Tel : 01 55 80 70 60 Fax : 01 55 80 70 69
E-mail : [email protected]

Documents pareils