Préparez votre réseau et votre datacenter à la transformation

Commentaires

Transcription

Préparez votre réseau et votre datacenter à la transformation
 NOTE DE SYNTHÈSE
Préparez votre réseau et votre datacenter à la transformation
numérique : Cinq facteurs clés pour mettre en œuvre une plateforme évolutive
Parrainé par : Juniper Networks
Chris Barnard
04/08/2015
INTRODUCTION
Historiquement, une phase de transformation a lieu tous les 20 à 25 ans, et nous sommes en ce moment
au cœur d'une telle phase. Celle-ci se définit par une explosion de la création de valeur grâce à ce que
IDC appelle la 3ème plate-forme, à savoir un monde façonné par le cloud, la mobilité, les réseaux
sociaux, et le Big Data. Cette dynamique va propulser certaines entreprises dans le peloton de tête, car
elles répondront aux attentes des clients, tandis que d'autres vont tout simplement disparaître. La
transformation va continuellement s'accélérer, et les entreprises devront être en mesure de se connecter
de manière transparente à leurs clients, d'utiliser l'analyse des données en temps réel pour prendre les
bonnes décisions, et d'améliorer la productivité de leurs propres équipes, quel que soit l'endroit où elles
travaillent. Cette situation exerce une pression supplémentaire sur les Directions Informatiques, qui sont
tenues de proposer des services nouveaux et optimisés. Cependant, la plupart des entreprises restent
confrontées à des contraintes budgétaires et doivent apprendre à « faire plus avec moins ».
Pour les entreprises, la clé du succès dans cette nouvelle ère, c'est d’exploiter rapidement les données
des clients afin de dynamiser l’activité. L'agilité technologique est essentielle. Cette qualité permettra aux
entreprises de concrétiser de nouvelles opportunités en mettant en place des initiatives informatiques.
Pour pleinement en profiter, il faut garder à l'esprit les facteurs clés suivants :
1. Nous sommes à l'« ère numérique », et vous devez donc en adopter les principes pour surclasser vos
concurrents. Par conséquent, il est fondamental que les responsables informatiques et les responsables
des unités d’affaires collaborent beaucoup plus étroitement que par le passé.
2. L'agilité est un facteur crucial, et poursuivre une stratégie informatique basée sur la 2ème plate-forme est
voué à l'échec à l'ère numérique. Envisagez de mettre en place deux équipes : la première gérera le
matériel et l'infrastructure réseau hérités de la 2ème plate-forme, et l'autre prendra en charge les
potentiels d'innovation basés sur les technologies de la 3ème plate-forme.
3. Pour réaliser ces objectifs, l'infrastructure doit être ouverte et adaptable afin de réagir en phase avec les
mutations de l'environnement des entreprises. Il s'agit donc de créer un environnement informatique
agile adapté à l'ère numérique.
4. Automatiser et orchestrer les services garantit l'efficacité opérationnelle.
5. La connectivité sécurisée et la gestion du risque doivent être intégrées à la stratégie globale, puisque
l'informatique est au cœur des activités des entreprises.
04/08/2015, IDC n°IDCEB04X
RÉSUMÉ DE LA SITUATION
1. Se mettre au diapason de l'ère numérique
La 3ème plate-forme est devenue le nouveau centre névralgique de la croissance du marché de
l'informatique et des télécommunications. En effet, 30 % des dépenses au niveau mondial estimées à
3 800 milliards de dollars selon IDC y sont consacrées, et la 3ème plate-forme constitue près de 100 %
de la croissance totale. C'est une toute nouvelle façon d'exploiter les réseaux informatiques et de
télécommunications : abandon de l'architecture client-serveur et des réseaux historiques de la 2ème
plate-forme pour utiliser le cloud, la technologie mobile, le Big Data, et les réseaux sociaux. Cette
dynamique va générer une pléthore de nouvelles solutions et de nouveaux services qui vont transformer,
développer et affecter tous les secteurs de l’économie. L'innovation a pris une nouvelle dimension dont
les caractéristiques sont l'évolutivité, la rapidité et les faibles coûts. Les chaînes de valeur vont bientôt être
complètement reconfigurées. Cette évolution du secteur informatique, dépassant largement les frontières
traditionnelles des Directions Informatiques, sera l'aspect le plus spectaculaire de la phase d'innovation de
la 3ème plate-forme. L'objectif final est audacieux : réinventer et transformer en continu tous les secteurs
dans le monde entier. En fait, pour IDC, la 3ème plate-forme n'est pas seulement une plate-forme
d'innovation technologique : elle est rapidement en train de devenir une plate-forme d'innovation
structurelle pour les entreprises. Le réseau jouera un rôle clé dans ce processus, car il relie la mobilité, le
cloud, les réseaux sociaux et le Big Data.
En analysant les consommateurs, on constate l'influence notable de la génération Y (les personnes nées
après 1980). Cette génération a grandi dans un monde façonné par les technologies mobiles, le cloud, le
Big Data, et les médias sociaux. Elle est également un moteur pour les générations précédentes,
notamment la génération X et la génération du baby-boom. Pour cette tranche d'âge, la technologie est
au centre de toutes les interactions avec les entreprises. Pour le consommateur, les étapes lors d’un
achat ne changent pas fondamentalement. Le processus reste le même : découvrir de nouveaux produits
ou services, rechercher des solutions alternatives, sélectionner la plus adaptée, passer commande,
réceptionner la commande, puis la renouveler. Toutefois, chaque étape franchie par le consommateur par
nature impatient est maintenant affectée par un monde qui est par définition mobile et constitué de
nombreux canaux. Cet univers omni-canal peut inclure Internet, le mobile, la messagerie électronique, la
recherche sur le Web, et les médias sociaux, mais aussi les terminaux dans les boutiques et les centres
de contact. Tous ces éléments sont essentiels dans la stratégie de transformation numérique. Mais il faut
souligner que la transformation ne se résume pas à ces seuls éléments : la vitesse est cruciale. Il s'agit
véritablement d'une course à la réussite, où les entreprises les plus agiles réussiront à devenir des
entreprises numériques.
Cela exige également une toute nouvelle façon d'envisager ce que nous entendons par la qualité de
l'interaction avec le client et comment cet aspect est lié aux problématiques de l'entreprise. Aujourd'hui,
dans le monde numérique et connecté, les problèmes de qualité de l'infrastructure informatique sont des
problèmes structurels, et peuvent même dans certains cas menacer l'existence de l'entreprise. Les
médias traditionnels, ainsi que les médias sociaux, connaissent souvent des incidents tels que des
défaillances logicielles, qui peuvent affecter l’activité commerciale des entreprises mais également
provoquer des problèmes médicaux.Toutes les entreprises sont concernées, mais plus encore celles qui,
de par leur nature même, sont des sociétés informatiques. Les entreprises telles qu'Uber et Airbnb ne
sont pas propriétaires de taxis ou de chambres d'hôtel : elles dépendent entièrement de la solidité et de
l'agilité de leurs infrastructures informatiques. Zulily est un autre excellent exemple d'entreprise en ligne.
Basée à Seattle, l'entreprise Zulily a plus de 3,7 millions de clients et propose plus de 6 000 types de
produits. La compagnie génère un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de dollars : tout problème de qualité de
son infrastructure et de son réseau se traduira immédiatement par des problèmes opérationnels. À l'ère
numérique, l'informatique et les télécommunications deviendront de plus en plus importants. Selon Robert
Greifeld, PDG du Nasdaq : « Nos systèmes, et ceux de l'industrie, doivent augmenter leur niveau de
robustesse de plusieurs crans. »
©2015 IDC
n°IDCEB04X
2
A l'ère de la 2ème plate-forme, le DSI était souvent le responsable de l'infrastructure, chargé
de bâtir des solutions complexes et hautement personnalisées localisées dans les locaux
physiques de l’entreprise. Le service informatique était considéré comme un centre de coût
pour l'entreprise, et l'une des principales tâches du DSI était de protéger les intérêts du
service informatique. Les entreprises de la 3ème plate-forme comprennent que l’informatique
est l'entreprise, et que l'entreprise est l’informatique. Cela signifie que le rôle du DSI doit
changer, et que les cadres dirigeants et les responsables des unités d’affaires, notamment le
directeur commercial ou du marketing, exigent de plus en plus d'intervenir dans les décisions
informatiques. Ils prennent même des décisions sans consulter le service informatique,
créant ainsi ce que l'on appelle le phénomène de « Shadow IT », qui se traduit par de
nombreuses difficultés en termes de sécurité informatique.
Les entreprises de
la 3ème plateforme
comprennent que
l’informatique est
l'entreprise, et
que l'entreprise
est l’informatique.
L'influence croissante des responsables des unités d’affaires est également reflétée dans
l’Enquête IDC 2015 sur les communications d'entreprise dans la zone EMEA, qui donne un aperçu
intéressant sur les priorités et les intentions stratégiques de 1 569 responsables (directeurs, managers et
directeurs-adjoints de l'informatique ou des télécommunications/réseaux) chargés du réseau de petites,
moyennes et grandes entreprises dans 17 pays de la zone EMEA. Les résultats du sondage indiquent
que l'alignement des fonctions opérationnelles et informatiques est devenu une réalité. Par le passé, le
DSI et le responsable du réseau contrôlaient exclusivement les budgets informatiques. Maintenant, nous
constatons une tendance croissante : d'autres acteurs interviennent dans le processus de prise de
décisions concernant le réseau dans la zone EMEA. Seulement 34 % des entreprises ont déclaré que le
service informatique est seul aux commandes du budget. Dans 23 % des entreprises, le service
informatique prend des décisions avec la contribution de responsables d’unités d’affaires, dans 22 % des
cas, c'est le contraire, et pour 21 % des entreprises, ce sont les responsables d’unités d’affaires qui
prennent les décisions informatiques (voir Figure 1). Les enquêtes réalisées dans d'autres régions ont
confirmé cette tendance.
Les tendances de la 3ème plate-forme : contrôle du budget
Pour les nouveaux projets au cours des 3 prochaines années, comment le service informatique et les
unités d’affaires se partageront-elles le contrôle budgétaire ?
Source : Enquête 2015 sur les communications d'entreprise dans la zone EMEA (n = 1 468, total des personnes interrogées)
©2015 IDC
n°IDCEB04X
3
Cela signifie que le DSI doit être plus inclusif, car son rôle dépassera celui de responsable de l'intégration
ou du développement. La solution consiste à ne plus être un fournisseur de technologie mais un
fournisseur de solutions, et par là même à rester ouvert à de nouveaux modes de fonctionnement. La
3ème plate-forme prenant une importance croissante, le rôle de l'administrateur de réseau et de l'équipe
de réseau n'est plus seulement d'assurer la pérennité de la connectivité du réseau, mais de devenir un
véritable partenaire dans la stratégie opérationnelle et la génération de chiffre d'affaires. Cette nouvelle
donne est avérée dans tous les secteurs d’activités et secteurs géographiques. Ces tendances,
associées à l'augmentation des points de terminaison sur le réseau, entraînent des exigences croissantes
envers le réseau, notamment en termes de temps de fonctionnement et de disponibilité. Cependant, une
nouvelle approche développe l'idée que la virtualisation et le cloud ont rendu plus flous les rôles et les
responsabilités des équipes informatiques, à mesure qu'émerge une approche plus concertée pour gérer
les infrastructures. Par exemple, le sondage SDN (software-defined networking) d'IDC auprès de
426 directeurs de l'informatique aux Etats-Unis a révélé une collaboration accrue entre les équipes en
charge des réseaux et des serveurs (dans 23 % des entreprises) dans le but de stimuler l'innovation.
2. L'agilité est fondamentale
La 3ème plate-forme exige une nouvelle approche du réseau, capable de gérer le nombre croissant de
workloads liés aux applications mobiles et cloud. Le cloud et la mobilité représentent des marchés
mondiaux colossaux : en 2015, les ventes de smartphones atteindront 412 milliards de dollars et
domineront la croissance des périphériques mobiles intelligents, comptant pour 84 % de la croissance.
De même, les services cloud publics connaîtront une croissance exceptionnelle : ils atteindront près de
70 milliards de dollars en 2015 et 126 milliards de dollars en 2018, sous le poids du SaaS (plus de 70 %
des dépenses en cloud public). Le marché global du cloud, y compris les services cloud et tous les
matériels, logiciels et services permettant son fonctionnement, génèrera 118 milliards de dollars en 2015
et dépassera la barre des 200 milliards de dollars d'ici 2018.
En analysant les dynamiques du cloud nous obtenons une image assez uniforme à l'échelle mondiale :
une adoption accrue de tous les types de clouds (public, privé et hybride) et une migration des
worlkloads/applications vers le cloud, même si ce processus se fera étape par étape et nécessitera du
temps. Par exemple, la dernière Enquête sur le cloud en Chine d'IDC (auprès de 500 leaders
technologiques dans cinq secteurs d’activité) montre que workload ayant le plus migré vers le cloud était
le développement/test d'applications (41 % vers le cloud public et 43 % vers le cloud privé), suivi par les
communications unifiées et la messagerie électronique. Concernant l'augmentation exponentielle de
l'utilisation du cloud entre 2014 et 2016, les dirigeants d'entreprises chinois anticipent une croissance
entraînée par la sécurité du cloud, l'analyse et le déploiement d'applications. Ce phénomène met à
nouveau l'accent sur l'agilité de l'entreprise pour le passage au cloud.
Le défi de l'agilité est compliqué par le fait que les différents workloads situés dans les datacenters
d'entreprise ainsi que dans le cloud public, traversent divers réseaux (MPLS, Internet haut débit, etc.)
avant d'arriver aux utilisateurs finaux. Pour réussir, il convient d'adopter une démarche de transformation
du processus, fortement basée sur la notion de DevOps. Le recours à un processus d'améliorations
continues dans un environnement en temps réel devient la norme, et les projets informatiques autonomes
et d'une grande lenteur sont abandonnés. Dans l’Enquête SDN d'IDC, nous avons également abordé la
question de DevOps, en demandant aux entreprises si elles envisageaient de restructurer leurs services
informatiques en adoptant un modèle DevOps. Il s'agissait de comprendre la relation entre l'adoption du
SDN et la mise en place d'un changement opérationnel. Seulement 28,5 % des entreprises n'envisagent
pas de restructurer leurs services informatiques. Environ 49 % des entreprises prévoient de restructurer
leurs services informatiques en raison de l'adoption du SDN. Il pourrait même sembler logique pour de
nombreuses entreprises de mettre en place deux équipes : la première pour s’occuper du matériel et de
l'infrastructure réseau hérités de la 2ème plate-forme, et l'autre pour prendre en charge les potentiels
d'innovation basés sur les technologies de la 3ème plate-forme.
©2015 IDC
n°IDCEB04X
4
Dans ce contexte, les technologies de réseau de demain, par exemple les politiques fondées
sur les applications, l'automatisation, la programmabilité, la virtualisation de réseau par
technologie overlay, et l'orchestration, peuvent contribuer à augmenter l'agilité. Pour les
entreprises, cela pourrait signifier la mise en œuvre d'une solution complète en utilisant des
produits proposés par des fournisseurs qui ne font pas partie de leur structure de réseau de
2ème plate-forme. Le SDN peut se révéler déterminant pour l’agilité du réseau. Les résultats
de l’Enquête sur les communications d'entreprise dans la zone EMEA d'IDC montrent que
plus d'un tiers des entreprises de la région ont déjà pris conscience des avantages du SDN.
L'Allemagne faisait partie de cette première vague d'adoption du SDN. 40 % des entreprises,
la France en tête, envisagent de déployer bientôt le SDN dans le datacenter.
Le SDN peut se
révéler
déterminant
pour améliorer
l'agilité du
réseau.
Les entreprises devront comprendre l'incidence du passage à une approche SDN sur les investissements
réseau existants et futurs et, plus important encore, les aligner correctement aux exigences d'agilité des
structures opérationnelles et informatiques. Les entreprises ont déjà commencé à adopter massivement
la virtualisation, le cloud, la mobilité, le Big Data, et même l'Internet des Objets (IdO), et il convient donc
d'examiner de près l'architecture de réseau sous-jacente et de l'optimiser pour prendre en charge toute
nouvelle initiative technologique. Les missions de conseil et de services autour du SDN seront conçues
pour déterminer les priorités stratégiques lors de migration de fonctions réseau vers cette nouvelle
approche architecturale. Il sera essentiel de comprendre l'impact sur l'entreprise et ses processus afin
d'atténuer les risques pour le réseau et l'entreprise, et de capitaliser sur cette agilité accrue.
3. Un réseau sécurisé et ouvert est un outil fondamental
À mesure que la vision d'IDC pour la 3ème plate-forme informatique continue à prendre de l'ampleur, les
fournisseurs de réseaux qui se sont établis durant l'ère des architectures client-serveur et des débuts du
Web doivent s'adapter et évoluer pour répondre aux exigences des nouveaux workloads critiques pour
l’entreprise. Parmi les principaux développements dans les technologies réseau figurent la
standardisation et les initiatives Open Source, tout en restant focalisé sur la sécurité. L’Enquête IDC sur
les communications d'entreprise dans la zone EMEA a également démontré clairement que le réseau est
investissement clé et primordial (31 %), devant d'autres domaines tels que la sécurité, le cloud et les
technologies analytiques (voir la figure 2).
Dans l'environnement de la 3ème plate-forme, les entreprises privilégient les projets réseau basés sur
des normes parce qu'ils garantissent l'interopérabilité et évitent la dépendance envers un seul fournisseur.
Les réseaux basés sur Open Source se développent et vont devenir de plus en plus courants. Qu'il
s'agisse d'OpenContrail, Neutron d'OpenStack, Open vSwitch, OpenDaylight, ONOS, Open Compute
Project, ou du nouveau projet Open Network Virtualization (ONV), Open Source est une solution en plein
essor au sein du secteur.
Certains fournisseurs apprécient les mérites des communautés Open Source car cela leur permet de
concentrer leurs stratégies produits et leurs efforts de développement sur les domaines pouvant assurer
un avantage concurrentiel et une source de différenciation. Ils peuvent aussi développer d'autres produits
et services dans des projets Open Source pour fournir des solutions intégrées. Les fournisseurs de
solutions réseau qui adoptent des stratégies Open Source cherchent souvent à ajouter de la valeur et à
se différencier dans des domaines tels que la politique d'application, l'analyse orientée application,
l'amélioration de l'automatisation, les logiciels de gestion, la sécurité et l'accélération du plan de
commutation.
En termes de sécurité, les normes ouvertes élargissent l'éventail de choix pour l'utilisateur final (pas de
dépendance envers une seule solution technologique propriétaire), outre les avantages en termes de
disponibilité et de support continu. La sécurité basée sur des normes ouvertes favorise la concurrence
car, si la solution d'un fournisseur est mieux adaptée aux spécifications d'une entreprise, celle-ci peut
changer de fournisseur et la transition se fera sans heurt.
©2015 IDC
n°IDCEB04X
5
4. L'automatisation et l'orchestration garantissent l'efficacité
opérationnelle
Les services cloud ont généré un nouveau type d'environnement dans le datacenter, et les workloads
sont devenus plus dynamiques à mesure que la virtualisation de serveur est devenue plus largement
adoptée. Les modèles de trafic évoluent également à mesure que se développe la communication
d'application à application au sein du datacenter, et qu'augmente le nombre d'utilisateurs mobiles. Toutes
ces tendances ont mis en relief les carences du réseau traditionnel qui se révèle trop statique dans ce
nouvel environnement. Ces dernières années, la technologie SDN s'est retrouvée sous le feu des
projecteurs. Cette approche de réseau découple le plan de contrôle et le plan de commutation pour
mettre en œuvre un provisioning automatisé, une plus grande programmabilité, un contrôle axé sur les
applications et la visibilité des ressources du réseau, ainsi qu'une meilleure intégration avec les systèmes
d'orchestration du cloud. L’informatique doit répondre au défi des besoins changeants des entreprises, et
il relève ce défi dans les domaines du cloud, de la mobilité, des analyses de données, et des réseaux
sociaux. La virtualisation et, plus récemment, la virtualisation du réseau et le SDN sont des solutions
révolutionnaires qui deviennent fondamentales dans les techniques de déploiement de réseaux. Dans ce
contexte, les besoins en automatisation sont associés à des exigences d’élasticité et de performance.
Les applications, ou les workloads, dans les datacenters sont à l'épicentre des solutions utilisées par les
entreprises pour effectuer des opérations cruciales. Les réseaux exécutant ces charges de travail sont
orchestrés dans des configurations particulières qui s'exécutent (en théorie) à des niveaux d'efficacité
maximale, et SLA optimum. Les commutateurs cœur du datacenter fournissent aux datacenters à usage
cloud l'évolutivité physique et logique, ainsi que la performance et la densité de ports nécessaires pour
répondre aux exigences croissantes des applications. En outre, nous constatons aussi que certains
fournisseurs de solutions réseau tentent de se différencier grâce à une stratégie d’automatisation et
d'orchestration. Les performances, l'évolutivité et la densité demeurent d'une grande importance, mais ce
sera l'ensemble qualitatif de fonctionnalités de plus en plus fournies par des solutions logicielles, qui
permettra une différenciation et une valeur durables, alors que les clients migrent de plus en plus de
workloads et d’investissements vers le cloud hybride et recherchent des architectures et des modèles
opérationnels correspondant mieux à leurs nouveaux besoins.
Les fonctionnalités et les caractéristiques fournies par des solutions logicielles, dans la mesure où
elles sont liées à l'automatisation, la programmabilité et l'orchestration, révolutionnent et
transforment les solutions de réseau, alors que le cloud et les workloads de 3ème plate-forme
continuent à prendre de l'ampleur. La différenciation basée sur le matériel est toujours possible,
mais la valeur des logiciels sera absolument cruciale pour pouvoir aider les entreprises qui créent
des datacenters pour des usages de cloud.
©2015 IDC
n°IDCEB04X
6
FIGURE 2
Les 5 initiatives clés en termes de technologie et de services
Votre entreprise prévoie-t-elle activement d'investir dans les domaines suivants d’ici les 3 prochaines
années ?
Source : Enquête IDC sur les communications d'entreprise dans la zone EMEA, 2015. n = 1 569 (ensemble des répondants)
5. La connectivité sécurisée et la gestion du risque doivent être intégrées
à la stratégie globale
Dans la 3ème plate-forme, les données transiteront probablement à l'extérieur du pare-feu parmi
plusieurs emplacements dans le cloud, ce qui créera des problèmes de sécurité des données, de contrôle
d'accès et de conformité. Des menaces de plus en plus sophistiquées peuvent nuire aux activités basées
que ce soit dans le cloud ou sur site, voire entraîner la perte de données. La 3ème plate-forme pourrait
également générer plus de variables et de paramètres à prendre en compte, ce qui compliquerait les
plans de reprise d'activité et de sauvegarde. Pour IDC, « la sécurité optimisée de la 3ème plate-forme »
passe par des technologies et des services adaptés à l'ampleur croissante des systèmes et des
informations devant être sécurisés. En 2015, nous assisterons à des développements fondamentaux
dans la sécurisation de la périphérie (terminaux mobiles) et du coeur (données stockées sur le cloud),
ainsi que l'utilisation croissante des technologies Big Data et analytiques pour anticiper les menaces.
Ces tendances exigent une infrastructure réseau agile, créée selon une approche orientée sécurité, et
non pas une solution ponctuelle. Il est essentiel que les entreprises bénéficient d'une visibilité en temps
réel des menaces et agissent rapidement en fonction de cette analyse de données.
Cela exige une approche cohérente de la sécurité pour les différents vecteurs de menaces, ce qui réduit
le fardeau opérationnel grâce à une gestion centralisée.
©2015 IDC
n°IDCEB04X
7
Dans le monde entier les entreprises semblent avoir bien intégré ce principe et revoient leurs stratégies
de sécurité en s'éloignant de l'approche statique de la 2ème plate-forme. L’Enquête IDC 2015 sur le
réseau au Japon (auprès de 562 leaders technologiques intervenant dans huit secteurs) a montré que les
problématiques majeures dans la gestion d'un réseau sont la sécurité et la gouvernance (18 % des
répondants ont mis ces aspects en exergue). Cette tendance était encore plus prononcée dans le secteur
public (40 %) et dans le secteur financier (30 %). Cela a été aussi confirmé dans d'autres enquêtes
menées dans différentes régions. Par exemple, 55 % des personnes interrogées ont indiqué que les
inquiétudes au sujet de la sécurité représentaient la raison principale expliquant pourquoi les entreprises
européennes n'utilisent pas le cloud aujourd'hui.
CONCLUSION
La 3ème plate-forme apportera de nouvelles solutions et de nouveaux services, capables de transformer,
développer et révolutionner tous les secteurs de l’économie. L'innovation a pris une nouvelle dimension
dont les caractéristiques sont l'évolutivité, la rapidité et les faibles coûts. Une transformation considérable
des structures est en cours. L'objectif final est audacieux : réinventer et transformer en continu tous les
secteurs d’activité dans le monde entier. Le réseau jouera un rôle clé dans ce processus, car il relie les
éléments fondamentaux de la 3ème plate-forme que sont la mobilité, le cloud, les réseaux sociaux et le
Big Data. Dans les années à venir, le réseau doit absolument améliorer son efficacité et ses
performances pour permettre aux entreprises de rationaliser les opérations, et de développer de
nouvelles initiatives et sources de revenus.
La 3ème plate-forme prenant une importance croissante, le rôle de l'administrateur de réseau et de son
équipe n'est plus seulement d'assurer que le réseau fonctionne bien, mais de devenir un véritable
partenaire dans la stratégie de l’entreprise et la génération de chiffre d'affaires. Cette nouvelle donne
s’applique à tous les secteurs d’activité et tous les secteurs géographiques. Ces tendances, associées à
l'augmentation des points de terminaison de réseau, entraînent des exigences croissantes en termes de
temps de fonctionnement et de disponibilité du réseau.
La 3ème plate-forme exige une nouvelle approche flexible du réseau, capable de répondre à la
croissance de la mobilité et des charges applicatives dans le cloud. Dans ce contexte, les entreprises
privilégient des projets réseau basés sur des standards parce qu'ils permettent d'assurer l'interopérabilité
et d'éviter la dépendance envers une seule solution propriétaire.
Pour réussir, il convient d'adopter une démarche de transformation des process, principalement basée
sur la notion de DevOps. Le recours à un processus d'améliorations continues dans un environnement en
temps réel devient la norme au détriment des projets informatiques autonomes avec des durées de
développement très longues. Il pourrait même sembler logique pour de nombreuses entreprises de
mettre en place deux équipes : la première pour gérer le matériel et l'infrastructure réseau hérités de la
2ème plate-forme, et l'autre pour prendre en charge les potentiels d'innovation basés sur les technologies
de la 3ème plate-forme.
L’informatique est mise au défi de répondre aux besoins changeants des entreprises, et elle relève ce défi
dans les domaines du cloud, de la mobilité, des analyses de données, et des réseaux sociaux. La
virtualisation et, plus récemment, la virtualisation du réseau et le SDN sont des solutions révolutionnaires
qui deviennent des techniques fondamentales pour déployer des réseaux. Dans ce contexte, les besoins
en automatisation sont associés à des exigences d'évolutivité et de performances.
Les entreprises doivent innover de façon proactive pour répondre aux besoins des clients, et trouver des
solutions qui optimisent la disponibilité du réseau, les performances, la fiabilité, l'évolutivité et la sécurité
grâce à l'automatisation et à la programmabilité.
©2015 IDC
n°IDCEB04X
8
À propos d'IDC
International Data Corporation (IDC) est le principal prestataire international dans le secteur de la recherche, du conseil
et de l'événementiel sur les marchés des technologies de l'information, des télécommunications et de la technologie
grand public. IDC aide les professionnels de l'informatique, les cadres et les investisseurs à prendre des décisions
étayées par des informations tangibles, dans le cadre des achats technologiques et de la stratégie d'entreprise. Plus
de 1 100 analystes d'IDC mettent en application leurs connaissances au niveau mondial, régional et local, en termes
de technologie et de secteur d'activité dans plus de 110 pays à travers le monde. Depuis 50 ans, IDC fournit un
éclairage stratégique afin d'aider ses clients à atteindre leurs objectifs clés. IDC est une filiale d'IDG, leader mondial
dans les secteurs des supports technologiques, de la recherche et de l'événementiel.
IDC Royaume-Uni
Chiswick Tower
389 Chiswick High Road
Londres W4 4AE, Royaume-Uni
44.208.987.7100
Twitter : @IDC
idc-insights-community.com
www.idc.com
Droits d'auteur
Ce document IDC a été publié dans le cadre d'un service de renseignements continu et présente des recherches
écrites, des interactions avec des analystes, des téléconférences et des conférences. Allez sur www.idc.com pour en
savoir plus sur l'inscription à IDC et sur ses services de conseil. Pour afficher la liste des bureaux IDC à travers le
monde, allez sur www.idc.com/offices. Veuillez contacter le service d'assistance téléphone IDC au 80 03 43 49 52,
poste 7988 (ou +1 50 89 88 79 88) ou en écrivant un e-mail à l'adresse [email protected] pour obtenir des informations
sur l'achat de services IDC ou sur l'obtention d'autres exemplaires de ce document ou sur les droits Internet.
Copyright 2015 IDC. Toute reproduction est interdite sauf autorisation. Tous droits réservés.