Retour de mission auprès de l`association Tié : soutien aux enf

Commentaires

Transcription

Retour de mission auprès de l`association Tié : soutien aux enf
Retour de mission auprès de l’association Tié : soutien aux enfants vivant dans
les rues à Bobo Dioulasso
Date de la mission : du 4 au 26 novembre 08
Effectuée par Jeanine Van Cotthem : présidente des Amis de Tié
Objectifs de la mission : Approfondir notre connaissance de l’association Tié. Faire un bilan de ses
activités au regard de leur budget.
Nous avions cet impératif car nous avions pris en bureau élargi la décision d’accepter de gérer les
subventions accordées par la Région Rhône Alpes à condition :
1) d’être en accord avec les objectifs de l’association Tié
2) d’être en accord avec les actions et investissement mis en place pour la réaliser ces objectifs.
3) d’obtenir la transparence du Budget de Tié
4) d’être en accord avec les choix budgétaires de l’association
Evaluation :
Point 1 : Globalement l’équipe éducative de Tié poursuit un travail social sérieux auprès des enfants
des rues de Bobo Dioulasso : travail d’éducation dans la rue et au centre d’accueil de jour : travail
éducatif et pédagogique.
Point 2 :
1) concernant les actions :
Une action pose problème : la boulangerie. Cette activité a vu le jour en janvier 08. Le but était de
créer une activité génératrice de revenus pour Tié.
La production quotidienne actuelle : entre 400 et 600 pains par jour.
A ce jour l’activité n’a pu encore générer de revenus et l’association Tié doit supporter le poids du
déficit. Ceci s’explique par les faits suivant :
Sur 3 enfants formés au départ, un a abandonné dès son retour de formation, un a quitté le centre
après avoir volé une somme très importante dans la caisse de la boulangerie et le troisième a
abandonné la boulangerie en septembre.
Devant les difficultés rencontrées pour assurer les commandes, un des boulangers ayant assuré la
formation vient faire le pain à Tié tout formant d’autres enfants. Ce boulanger est payé.
Si cette situation se poursuit ce boulanger deviendra un éducateur technique.
Sur le plan éducatif, cela peut être intéressant mais la boulangerie sera t-elle un jour génératrice de
revenus ??
Proposition de l’équipe de Tié demander au boulanger de former un apprenti qui ne soit pas un enfant
des rues ce dernier pourrait former ensuite les autres enfants ? Nous doutons de la fiabilité d’un tel
projet : un apprenti peut-il devenir formateur en quelques mois ?
Notre proposition : les éducateurs de l’équipe de Tié pourrait assurer chacun la boulangerie un jour sur
6 car tout éducateur sait qu’un projet d’action avec des jeunes ne réussit qu’en faisant avec et non en
faisant faire. Cette proposition nous semble réaliste si elle est mise en œuvre par l’ensemble de
l’équipe. Elle n’a pu être retenue car seul 2 éducateurs sur 6 l’ont approuvée.
Point 3 : Les dépenses sont contrôlées par un éducateur gestionnaire qui travaille consciencieusement.
L’équipe a approuvé notre proposition de réunir tous les partenaires de Tié pour que soit élaborée une
vision plus globale de la situation actuelle et future de l’association. Il est envisagé une rencontre de
tous les partenaires en 2009.
Nous attendons de l’éducateur gestionnaire l’établissement du budget 2008 dans lequel figureront
toutes les entrées et sorties.
2) Concernant l’investissement :
Nous avons rencontré le maire du quartier de Sarfalao il nous a donné l’assurance de l’octroi d’un
terrain en décembre 08 ou janvier 09. Les modalités d’attribution ainsi que la surface restent encore à
précisés.
Au vu des devis : la subvention Rhône Alpes 08 accordée pour l’investissement semble ne pas
pouvoir couvrir les frais liés à l’acquisition du terrain, la construction du local pour les activités
(alphabétisation, cirque) avec annexe pour stoker le matériel, les latrines, deux pièces bureaux et
salle de réunion 2 pièces pour un accueil d’urgence, équipement indispensable pour envisager de
quitter le centre actuel de Sitarail.
Par ailleurs, les plans d’un grand projet ont été réalisés par un architecte voir plan de masse en
annexe. Ce projet a été chiffré : coût global 150 000 €
En conséquence, soit du personnel devra être recruté soit l’équipe actuelle ne pourra assurer le travail
des rues et le travail dans ce centre d’accueil.
L’équipe de Tié pense que cette réalisation est possible à très long terme en trouvant des partenaires.
Nous avons visité deux structures avec internat. Une d’une capacité de 7 lits à Bobo et le grand centre
de la MEADO à ORODARA (100 places). Ces structures donnent des résultats positifs pour la
réadaptation des jeunes en grandes difficultés.
Nous avons exprimé notre point de vue : une réflexion concernant les conséquences éducatives et
financières de ce grand projet doit être menée avant d’envisager sa réalisation.
Un tel projet est stimulant pour une association et l’équipe qui envisage de mettre en œuvre mais
aujourd’hui ce projet est-il réaliste ?
Point 4 : Globalement, les choix budgétaires semblent cohérents avec les objectifs de l’association. 2
lignes posent cependant problème :
Conclusion :
Malgré les difficultés soulignées, un dialogue constructif est possible avec l’équipe éducative de Tié.
Certains de nos points de vue divergeant mais chacun peut les exprimer sereinement.
Jeanine Van Cotthem

Documents pareils