2 3

Commentaires

Transcription

2 3
Cycle 3
CM1
Dictée préparée n° 8
Le pianiste

1
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend.
1 - Tu soulignes le verbe en rouge, le sujet en jaune.
2 - Tu remplaces « il » par « les pianistes ».
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
3 - Tu soulignes les noms en bleu, les déterminants en orange.

2
Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui.
1 - Tu soulignes les verbes en rouge, les sujets en jaune.
2 - Tu soulignes en vert les compléments. Comment s’appelle ces compléments ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

3
Son corps se détend.
1 - Tu soulignes le verbe en rouge, le sujet en jaune.
2 - Tu réécris la phrase en remplaçant le sujet par « ses doigts ».
………………………………………………………………………………………………………………………………………………
3 - Tu conjugues le verbe au présent de l’indicatif à toutes les personnes
………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………

4
Ses doigts courent sur le clavier du piano noir.
1 - Tu soulignes le verbe en rouge et le sujet en jaune.
2 - Tu soulignes les noms en bleu et les déterminants en orange.
3 - Tu soulignes en vert le complément. Comment s’appelle-t-il ?
………………………………………………………………………………………………………………………………………………

5
Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter.
1- Tu soulignes le verbe en rouge, le sujet en jaune.
2 - Tu remplaces « les personnes »par « les spectateurs ».
……………………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………………

6
Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
1- Tu remplaces « son visage » par « ses mouvements »
2- Tu soulignes le complément en vert. Comment s’appelle-t-il?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
Voici la liste des mots à savoir absolument écrire sans erreur :
les genoux - l’orchestre - le corps - le clavier du piano noir - paisible
Le pianiste
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend.
L’orchestre, à sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement.
C’est à lui. Son corps se détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano
noir. Il aime cette musique. C’est sa vie. Il a oublié les centaines de
personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses
doigts, son visage redevient paisible.
Dictée préparée n°8
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.
Le corps bien droit, les mains posées à plat sur les genoux, il attend. L’orchestre, à
sa gauche, joue. Il écoute. Ses bras se lèvent lentement. C’est à lui. Son corps se
détend. Ses doigts courent sur le clavier du piano noir. Il aime cette musique. C’est
sa vie. Il a oublié les centaines de personnes venues pour l’écouter. Quand la dernière note glisse de ses doigts, son visage redevient paisible.

Documents pareils