Chat Évaluation terrain du spinosad chez le chat

Commentaires

Transcription

Chat Évaluation terrain du spinosad chez le chat
Chat
SYNTHÈSE
Évaluation terrain du spinosad chez le chat
Étude prospective sur 30 cas
Il est bien connu que les puces représentent une dominante en dermatologie féline, mais force est de constater
que beaucoup de chats sont toujours présentés à la consultation référée de dermatologie pour ce motif ou qu’un
diagnostic de pulicose ou d’allergie aux puces est posé in fine ; l’utilisation de nouvelles formulations galéniques,
alternatives aux spot-on, est potentiellement intéressante dans ce contexte.
Matériels et méthodes
Les traitements insecticides sont incontournables en
dermatologie vétérinaire, notamment dans l’espèce féline,
tant les infestations par les puces d’une part et la dermatite par allergie aux piqûres de puces d’autre part sont
fréquentes chez le chat.
Emmanuel Bensignor
DMV, Dip ECVD, DESV
Spécialiste dermatologie
et allergologie exclusive
Ancien professeur
de dermatologie
35510 RENNES-CESSON
75003 PARIS
44000 NANTES
[email protected]
Des chats de tous âges, sexe et race présentant une dermatose prurigineuse (prurit cervico-facial, dermatite
miliaire, alopécie extensive, lésions du complexe granulome éosinophilique) avec mise en évidence de puces,
de déjections de puces et/ou pour lesquels une DAPP
était suspectée et/ou un traitement antipuce systémique
était indiqué ont été inclus dans cet essai ouvert non
contrôlé sans aveugle.
À côté d’une grande variété de principes actifs adulticides
et/ou larvicides efficaces administrés par voie topique
(en spot-on ou en spray) dont l’utilité n’a plus à être
démontrée, une présentation orale en comprimés, pratique
d’emploi et efficace, mais de courte durée d’action, le
nytempiram, est disponible depuis de nombreuses années
et s’est montré utile dans certains cas de dermatologie
(notamment et non exclusivement en cas d’infestation
massive, de difficultés d’application des produits topiques,
de risque de léchage de l’animal, etc...).
Lors de l’inclusion, un formulaire de consentement éclairé
était obtenu et les propriétaires s’engageaient à ramener
leur animal un mois après la visite initiale.
Les animaux subissaient un examen clinique général et
dermatologique. Les lésions primaires et secondaires
étaient évaluées et notées sur une échelle allant de 0
(absence de lésion) à 10 (présence de nombreuses lésions).
La récente mise sur le marché d’une autre présentation
orale, contenant du spinosad, actif pendant un mois sur les
puces, est potentiellement très intéressante pour le dermatologue vétérinaire (Viaud, Cadiergues). Nous nous sommes
intéressés ici à valider son intérêt, et à évaluer sa facilité
d’emploi et sa tolérance déterminées par des propriétaires de chats présentés à la consultation de dermatologie du Centre Hospitalier Vétérinaire d’Alfort et en clientèle privée spécialisée.
Par ailleurs le prurit était évalué par le propriétaire en
utilisant une échelle analogique visuelle, à l’instar de ce
qui est classiquement recommandé en dermatologie canine.
Lors de la consultation, un peignage était effectué afin
de maximiser les chances de recueillir des parasites adultes
ou leurs déjections. Finalement, l’éventuelle présence
de congénères, la possibilité de sortir de la maison ou de
l’appartement et la fréquence des contacts avec d’autres
animaux étaient répertoriées.
Les animaux sont traités avec l’administration par voie
orale par le propriétaire, à son domicile, d’un comprimé
de spinosad 270 mg (Comfortis®) le jour même ou, éventuellement, le lendemain de la consultation. Selon les
cas, il a été laissé libre choix au propriétaire de présenter
spontanément le comprimé à son animal ou il lui a été
conseillé de le mélanger avec de la nourriture (en fonction
du caractère « boulimique » du chat).
Odile Crosaz
DMV
Chargée de consultations
© E. Bensignor
Paola Cavana
Résidente ECVD
Alopécie extensive, dermatite miliaire et excoriations sur l’abdomen d’un chat.
Un traitement de l’environnement était associé, lorsque
jugé nécessaire ou possible (spray insecticide/acaricide
avec de la perméthrine et du pyriproxifène Parastop®).
Les éventuels congénères chiens étaient traités à la discrétion du propriétaire, les congénères chats recevaient également le spinosad (mais n’étaient pas inclus dans l’étude).
Une visite de contrôle est réalisée après un mois. À cette
visite, un examen clinique, la recherche de puces ou de
N°307 du 24 au 30 octobre 2013
11
SYNTHÈSE
leurs déjections, un score clinique et un score de prurit sont
réalisés comme décrit ci-dessus. Une évaluation de l’efficacité du traitement est notée par le vétérinaire (mauvais,
médiocre, bon ou excellent). Par ailleurs un questionnaire
« de satisfaction » est rempli par le propriétaire qui doit
évaluer l’efficacité, la tolérance et l’appétence, donner
sa satisfaction globale sur une échelle de 0 à 3 (0-mauvais,
3- excellent) et décrire d’éventuels effets secondaires.
© E. Bensignor
Finalement, il lui est demandé s’il souhaite continuer avec
ce traitement oral pour les administrations mensuelles à
poursuivre ou s’il préfère revenir à un traitement insecticide avec une galénique différente (spot-on notamment).
Résultats
Même chat que sur la photo 1 après un mois : début de repousse pilaire, disparition
des lésions cutanées.
Tous les animaux étaient stérilisés. La majorité des animaux était d’un embonpoint considéré comme « normal »
(poids variant entre 2,7 kg et 4,5 kg), deux d’entre-eux
étaient considérés comme maigres (respectivement 2,3
et 2,4 kg) et trois obèses (5,4 kg, 5,6 kg et 6,8 kg).
Évaluation de l’efficacité.
Évaluation de la tolérance.
Évaluation de l’appétence.
Satisfaction globale.
Sur une période de 5 mois, 30 chats ont été inclus dans
l’étude. La population comprenait principalement des chats
Européens (90 % de l’effectif), mais aussi un Siamois, un
Abyssin et un Persan. L’âge à l’inclusion était très varié
(de 1 an à 13 ans avec une moyenne de 5,7 ans). Les mâles
étaient sur-représentés (20 mâles pour 10 femelles).
Lors de la visite d’inclusion, notons que 18/30 chats
n’étaient pas régulièrement ou correctement traités contre
les puces : 10 ne recevaient jamais de traitement (justifié par le propriétaire par l’absence de sortie, la vie sédentaire ou l’absence de visualisation de puces), 8 étaient traités seulement deux à trois fois par an. 17/18 propriétaires
constataient que leur vétérinaire ne les avait pas informés de la nécessité d’un traitement rigoureux et régulier, un propriétaire avouait qu’il ne respectait pas le
rythme conseillé par son vétérinaire. Les 12 autres chats
étaient considérés comme régulièrement ou correctement traités (c’est-à-dire au moins utilisation de 6 traitements par an, principalement entre les mois de mars et
novembre). Parmi eux, seuls 4 chats étaient traités systématiquement tous les mois.
La rigueur du traitement antipuces en place au moment
de la consultation n’était pas associée au mode de vie de
l’animal (vie en appartement ou en maison) ni à sa médicalisation (vaccination, alimentation de haute qualité, vermifugation...). En revanche, le traitement antipuces avait
été « renforcé » pour 8 d’entre eux dans les mois précédents, à cause de leur dermatose, soit spontanément (2 cas)
soit sur instruction du vétérinaire traitant (6 cas). Pour
ces 8 animaux, il faut noter que seulement 4 recevaient
un traitement adapté (spot-on appliqué consciencieusement tous les mois) alors que pour les 4 autres, les applications restaient « erratiques » (une pipette appliquée pendant ou juste après une consultation, mais absence
d’applications répétées par la suite alors même que la
dermatose continuait à évoluer).
La majorité (21/30) des chats vivaient seuls, sans congénère (mais 15 d’entre eux sortaient régulièrement à l’extérieur et pouvaient donc être en contact avec d’autres
N°307 du 24 au 30 octobre 2013
12
Chat
chats) et les 9 autres étaient dans un foyer multipossesseur
(chat et/ou chien).
Les signes dermatologiques observés lors de l’inclusion
étaient variés : lésions du complexe granulome éosinophilique (6 cas), alopécie extensive (10 cas), dermatite miliaire
(15 cas) ou prurit cervico-facial (10 cas). Plusieurs types
étaient associés pour 6 chats (plaque éosinophilique et dermatite miliaire, ulcère atone et alopécie extensive, prurit cervico-facial et dermatite miliaire). Le score lésionnel était très
variable (allant de 1 pour un chat à 10 pour deux chats)
avec une moyenne de 5,7 lors de l’inclusion. Le prurit était
également très variable (estimé par le propriétaire de 1
pour un chat à 10 pour trois chats sur l’échelle analogique
visuelle). Le score moyen était de 4,4.
deux cas pour lesquels le comprimé était présent dans la
ration de croquettes. Pour ces deux animaux, l’imputabilité du déclenchement du vomissement n’est pas
claire : peut-être liée au spinosad, peut-être liée au comportement alimentaire des chats (les deux animaux étant
considérés par leur propriétaire comme « gloutons » et
vomissant donc facilement après ingestion d’un bol
alimentaire).
Aucun autre effet secondaire n’a été noté ni rapporté par
le propriétaire.
Des puces ou déjections de puces ont été observées à l’examen visuel et/ou après peignage pour 17 animaux. Pour
les 13 autres cas, aucun parasite n’a pu être mis en évidence malgré une recherche attentive.
L’examen clinique montrait pour 16/24 cas une nette amélioration lésionnelle après traitement : diminution du score
de prurit d’au moins 50 % et/ou diminution du score
lésionnel d’au moins 50 %. Ces cas étaient fortement
suspects de dermatite par allergie aux piqûres de puces
et ont, logiquement, été traités avec efficacité par l’antiparasitaire utilisé ici. Pour les 8 autres animaux, une
amélioration moins marquée du prurit et/ou des lésions
était notée. Ces chats se sont révélés par la suite souffrir
de diverses autres dermatoses : allergie alimentaire (1 cas),
allergie alimentaire et DAPP (1 cas), dermatite atopique
féline (3 cas), dermatite atopique féline et DAPP (1 cas),
dermatose non déterminée (2 cas).
Le traitement avec le spinosad a été prescrit à tous les cas,
associé dans 6/30 cas à un traitement de l’environnement et
dans 6/30 cas à un traitement médicamenteux (antibiotiques
pour 2 chats, antihistaminiques pour 2 chats, corticoïdes pour
2 chats). Par ailleurs un régime d’élimination hypoallergénique a été mis en place concomitamment dans 4/30 cas.
L’interrogatoire du propriétaire sur son évaluation du traitement avec le spinosad montrait des résultats considérés comme bons à excellents dans la majorité des cas (voir
figures). À la question « souhaitez-vous poursuivre avec
le traitement oral pour la prévention des puces », 16/24
des propriétaires ont répondu oui.
24 chats ont été revus après un mois, les 6 autres cas ont
été considérés comme perdus de vue et n’ont pas été inclus
dans les résultats.
Commentaires
Pour tous les cas, l’intervention des puces dans la dermatose a été suspectée : soit par aggravation d’une dermatite allergique autre, soit directement responsables d’une
dermatite par allergie aux piqûres de puces.
Tous les chats ont reçu le spinosad à la dose de 270 mg
en une prise orale. Différentes modalités d’administration
ont été rapportées par les propriétaires : administration
dans la gamelle avec le bol alimentaire habituel (croquettes) pour 12/24 cas, administration spontanée comme
une friandise pour 4/24 cas, et pour les 8 autres cas le comprimé a été écrasé et mélangé à un aliment appétent (sachet
fraîcheur ou boîte ou yaourt), soit en une prise (4 cas)
soit en deux prises (matin et soir- 4 cas).
L’observance a été considérée comme bonne dans tous
les cas : aucun refus n’a été noté par les propriétaires,
sauf pour deux cas ayant présenté spontanément le
comprimé à leur animal sans succès et qui ont dû pour
un cas l’écraser et le mélanger à un aliment appétent,
et pour le second le mélanger à la ration industrielle
sèche habituelle.
Des vomissements ont été rapportés dans 3 cas : un cas
après une administration spontanée (le comprimé a par
la suite été broyé et mélangé à un aliment appétent) et
Le spinosad est disponible en France depuis le printemps
2011 dans l’espèce canine. Cette molécule originale a
naturellement pris sa place dans l’arsenal du vétérinaire
dermatologue du fait de sa galénique originale par rapport
aux traitements habituellement reconnus comme efficaces,
sûrs et de longue durée d’action : administration mensuelle
d’un comprimé, qui permet une alternative aux traitements
topiques « classiques » (Franc, Dryden, Blagburn). Il a
ainsi été recommandé, chez le chien, pour la prise en
charge de la DAPP, pour la lutte contre les puces facteurs aggravants de dermatite atopique, dans tous les cas
de baignade et soins cutanés pouvant altérer la diffusion
et/ou la persistance d’un produit antiparasitaire à effet
de surface mais également lorsque les propriétaires souhaitent éviter l’application d’un produit antiparasitaire sur
la peau de leur animal (Cadiergues et Pressanti).
En plus des données publiées par le laboratoire commercialisant cette molécule, deux études françaises indépendantes récentes se sont intéressées à son efficacité et surtout à sa facilité d’utilisation chez le chien (Cadiergues
et Pressanti, Viaud) et ont montré des taux de satisfaction globale du propriétaire bons ou excellents dans la
N°307 du 24 au 30 octobre 2013
13
Chat
SYNTHÈSE
majorité des cas traités. Ces éléments permettent de justifier que le spinosad a sa place dans l’arsenal thérapeutique en dermatologie vétérinaire.
La formulation pour chat ayant été rendue disponible
récemment, il nous a donc semblé intéressant d’évaluer en
pratique son utilité et surtout d’avoir un retour sur sa
facilité d’utilisation par les propriétaires.
Un effort de communication
est nécessaire
Les chats inclus dans cette étude étaient tous suspects de
dermatite allergique, pour laquelle il est important en
clinique d’évaluer la possible responsabilité étiologique
des puces. En effet la dermatite par allergie aux piqûres de
puces reste un « incontournable » de la dermatologie
féline. Un constat s’impose d’emblée : bien que les chats
décrits ici soient pour la plupart présentés en « seconde
intention », la grande majorité ne recevait pas un traitement insecticide adapté à un rythme correct. La plupart
des propriétaires semblait inconsciente de la nécessité
de traiter régulièrement leur animal contre les puces, et
il semble donc qu’un effort de communication considérable reste, au moins pour notre population, à faire par
les vétérinaires ou les assistant(e)s vétérinaires en clinique.
La diversité des signes cutanés observée dans l’étude
reflète la grande variabilité des modalités réactionnelles
de la peau du chat : prurit cervico-facial, lésions du complexe granulome éosinophilique (plaque, granulome et
ulcère), dermatite miliaire et/ou alopécie extensive doivent faire évoquer chez le clinicien l’hypothèse d’allergie dès leur apparition.
La démonstration de puces n’a pu être faite directement
par l’observation des parasites adultes ou de leurs déjections que dans un peu plus de la moitié des cas. Cette
donnée, classiquement rapportée dans la littérature,
démontre (s’il le fallait) que l’absence d’observation de
puces ne doit pas faire éliminer l’hypothèse de DAPP ou
de pulicose chez le chat (probablement parce que l’animal
ingère les parasites lors du léchage).
L’amélioration clinique observée dès un mois après la
mise en place du début du traitement est également intéressante à souligner : il semble en effet que le prurit diminue rapidement après élimination des insectes ; ceci permet d’envisager le recours aux insecticides à action
« rapide », non exclusivement le spinosad, comme un outil
de diagnostic thérapeutique de DAPP. En effet, les tests
allergiques, qu’ils soient in vivo (intradermoréactions)
ou in vitro (dosages sérologiques) ne sont pas validés dans
l’espèce féline et c’est donc l’éviction allergénique qui,
in fine, permet d’orienter le clinicien.
L’administration du comprimé a été considérée facile
dans la plupart des cas. Nous nous attendions à plus de
difficultés, le chat étant réputé comme un animal « difficile » pour l’ingestion de comprimés. Cette apparente simplicité d’administration peut être expliquée d’une part
par une appétence importante du comprimé, ou par les
techniques d’administration utilisées par les propriétaires (comprimé caché dans la gamelle ou écrasé et
mélangé à un aliment appétant). Elle doit toutefois être
nuancée ici par le fait qu’une administration unique était
prévue dans le protocole : il n’est pas impossible que le
chat « se lasse » avec des administrations mensuelles répétées et des études supplémentaires sont indiquées pour
infirmer/confirmer ces données.
L’absence d’effets secondaires est à noter, en particulier
en ce qui concerne les vomissements. Cet effet indésirable est en effet assez souvent mentionné dans l’espèce
canine et nous ne l’avons retrouvé que pour 3 chats de
notre échantillon.
Finalement, le taux de satisfaction observé ici est bon ou
excellent dans 20/24 cas, ce pourcentage élevé est en
accord avec les données obtenues pour les autres formulations galéniques (notamment les spot-on) et indique une
très haute valeur ajoutée au produit testé. Trois propriétaires sur quatre souhaitaient continuer à traiter leur chat
avec le traitement oral, ce qui semble indiquer que la voie
orale n’est pas un frein pour les traitements antiparasitaires,
si elle est expliquée et comprise par le propriétaire.
Un biais important des données présentées ici est la faible durée de l’étude, puisque nous nous sommes intéressés seulement au suivi après un mois. Le protocole a été
réalisé principalement pour évaluer la possibilité et l’intérêt d’un traitement oral par les propriétaires et répondait à cet objectif. En outre, les propriétaires ont reçu gratuitement le traitement, ce qui peut avoir influencé leur
jugement.
Le spinosad, disponible sous forme de comprimés à administrer mensuellement, est donc un insecticide rapidement
actif après ingestion. Il s’est avéré utile dans notre échantillon, avec un bon ressenti de la part de la plupart des
propriétaires interrogés. Il s’agit donc d’une nouvelle arme
dans l’arsenal thérapeutique du vétérinaire, qui doit s’intégrer à la panoplie actuelle des insecticides, tant pour la
gestion de la DAPP que pour celle des dermatoses avec
présence de puces ou que pour la prévention. Bibliographie
• Viaud S. Utilisation du spinosad : résultats d’une enquête préliminaire de
satisfaction. Essentiel, 2012, 268, 21-24.
• Cadiergues M.-C., Pressanti C. Utilisation sur le terrain du spinosad : étude
rétrospective sur 88 chiens. Essentiel, 2012, 253, 18-22.
• Blacgburn BL. et al. Effects of orally administered spinosad in dogs on adult
and immature stages of the cat flea. Vet Parasitol 2010, 168, 312-317.
• Wolken S. et al. Evaluation of spinosad for the oral treatment and control of
flea infestations on dogs in Europe. Vet Rec, 2012, 170, 99.
• Franc M., Boushira E. Evaluation of speed and duration of efficacy of spinosad tablets for treatment and control of C. felis infestations in dogs. Parasite,
2009, 16, 125-128.
N°307 du 24 au 30 octobre 2013
14

Documents pareils