Maçon - Espace Compétences

Commentaires

Transcription

Maçon - Espace Compétences
Maçon
Rome F1703
1 Le métier
Le métier : Maçon
Parmi les premiers ouvriers constructeurs à intervenir sur un chantier, le maçon est un professionnel
qualifié du « gros œuvre ». Il met en place les fondations, et la structure verticale et horizontale du
bâtiment. Il peut aussi de spécialiser dans la réalisation d’ouvrages plus légers ou la restauration de
bâtiments anciens. Par ses choix professionnels et son expérience, le maçon construit son avenir
professionnel.
Des spécialités « maison »
Professionnel qualifié du gros œuvre du bâtiment, le maçon intervient sur les éléments porteurs d’une
construction : les fondations, la façade, les murs, les planchers, les cloisons. Il travaille le béton, le ciment, les
parpaings, la brique, la pierre, mais aussi des résines et des nouveaux matériaux.
Selon la taille et la spécialité de l’entreprise dans laquelle il travaille, sa fonction peut être très différente.
Le maçon « ouvrier de la maçonnerie » intervient sur de plus petits chantiers : maisons particulières,
rénovation, etc. Il assemble les parpaings, les briques, réalise des dalles, participe à des travaux de finition
comme la pose d’enduits.
S’il travaille dans une petite entreprise, il est souvent en contact avec les clients. Lorsqu’il intervient en début de
chantier, il joue un rôle important dans l’organisation du travail des autres corps de métier (électriciens, peintres,
etc.)
Le maçon « constructeur en béton armé » ou « ouvrier du béton » intervient sur de gros chantiers de
construction ou de travaux publics. Il travaille le béton armé au sein d’une équipe ayant plusieurs
spécialistes : le maçon bancheur effectue la mise en place de parois en béton, le boiseur réalise le coffrage
pour y couler le béton, le ferrailleur pose les éléments de ferraillage.
Un maçon peut aussi intervenir sur des chantiers de restauration du patrimoine. Il utilise des techniques
issues de savoir-faire anciens et participe à la réalisation d’éléments de décoration en maniant aussi le
plâtre et la résine.
Le maçon a la possibilité d’orienter son parcours professionnel. Il peut choisir l’entreprise dans laquelle il travaille,
ce qui va lui permettre d’acquérir différents savoir-faire en fonction de la taille de l’entreprise, de son implantation
géographique, de sa spécialité.
Une particularité en PACA : le « maçon couvreur ».
Le travail de couverture (toiture) est souvent réalisé par un maçon ayant acquis cette compétence grâce à
l’opportunité et la fréquence des chantiers confiés à son entreprise. Il existe peu d’entreprises spécialisées dans
les travaux de couverture, sauf, autre particularité régionale, en Camargue où il existe quelques entreprises qui
travaillent le chaume.
Les travaux de couverture sont confiés aux entreprises de maçonnerie ou de charpente couverture.
1
Une bonne condition physique
Travail en hauteur, ou travail à genoux, manipulation de brosses, rouleaux, travail dehors ou dedans, exposition à
des produits et des odeurs, font que ce travail n'est pas accessible aux personnes ayant des problèmes de
vertige, d’allergie, ou de dos.
Un des métiers du bâtiment où les femmes sont les plus représentées.
Peintre est un des métiers du bâtiment où elles sont les plus représentées. Les employeurs disent apprécier leur
soin, et leur sensibilité esthétique…
2 Le marché du travail
Sur quels postes débuter dans le métier ?
Débuter sur un poste d’exécution.
Un jeune, débutant dans le métier, même diplômé sera le plus souvent sur un poste de manœuvre, afin qu’il
s’imprègne du métier et de la réalité du chantier.
S’il est diplômé il évoluera vite.
Un apprenti qui se montre à l’aise et intéressé par le métier a de bonnes chances d’être embauché en fin de
contrat.
Et demain ?
Un métier emblématique du bâtiment :
En PACA, l’activité du bâtiment est repartie à la hausse après la crise des années 1990. Cela a concerné
particulièrement les constructions neuves et les gros chantiers. Les maçons ont fait partie des métiers les plus
concernés par cette reprise d’activité.
La restauration du patrimoine bâti fait aussi partie des chantiers porteurs en région et le maçon peut s’y
spécialiser.
Le besoin de maçons et particulièrement de maçons qualifiés, quelque soit leur spécialité, s'est maintenu en
PACA.
Un besoin de jeunes, diplômés :
Il y a en 2003, deux fois plus de salariés maçons de plus de 55 ans que de jeunes de moins de 25 ans, et il va
falloir remplacer les départs en retraite. Les jeunes formés seront probablement encore recherchés dans les
prochaines années en raison des nombreux départs en retraites prévisibles.
Evolution des matériaux et transmission de savoir-faire anciens :
L’évolution des matériaux utilisés, des réglementations influent sur les comportements à adopter sur le chantier et
les façons de procéder. Mais cela n’entraîne pas forcément des exigences supplémentaires de qualification.
Quelquefois même de nouveaux matériaux simplifient le travail. En parallèle, pour des chantiers de restauration,
les maçons retrouvent des « tours de mains » plus traditionnels.
3 Evoluer
Je veux évoluer dans le métier ou dans le secteur professionnel.
Selon l’entreprise, les chantiers et les spécialités, les conditions de travail et l’évolution professionnelle du maçon
peuvent prendre un tour différent. A lui de construire sa carrière en fonction de ses aspirations.
La formation continue, comme la promotion interne sont des voies d’évolution traditionnelle dans ces métiers.
2
Chef d’équipe :
L’encadrement d’une petite équipe d’ouvriers sur un chantier est accessible avec de l’expérience. La rapidité
d’évolution vers ces responsabilités dépend bien sûr des compétences du professionnel, mais aussi de sa
formation. Si cette promotion est possible pour des non diplômés qui ont fait leurs preuves, elle est facilitée par la
possession d’un diplôme comme le CAP. Dans une grande entreprise du bâtiment, avec des équipes à encadrer
plus importantes, c’est plutôt un diplôme comme le bac professionnel ou le brevet professionnel qui seront pris en
compte.
Création d’entreprise :
Il est possible de s’installer comme artisan, ou de créer son entreprise artisanale de maçonnerie. Il faut avoir soit
le CAP, soit le BEP (ou un titre équivalent) en maçonnerie, ou justifier d’une expérience de 3 années dans
l’activité.
Spécialisation dans la réhabilitation du patrimoine :
Beaucoup d’entreprises artisanales en PACA ont des marchés liés à la préservation du patrimoine bâti (par
exemple : vielles demeures, moulins, lavoirs, etc.) appartenant à des propriétaires privés ou publics et ayant
besoin d’être restaurés et entretenus.
Une formation complémentaire à la taille de pierre, la mention complémentaire « restauration du patrimoine
architectural » ou des formations continues en restauration du patrimoine et aux techniques de maçonnerie à
l’ancienne permettent d’accéder à ces chantiers jugés porteurs par les entreprises.
Maçon couvreur :
Cette polyvalence est très développée en PACA, elle peut s’acquérir « sur le tas », selon l’opportunité des
chantiers, ou en formation interne dans l’entreprise.
Cette fiche a été produite par l’ORM PACA
3