Fiche documentaire

Commentaires

Transcription

Fiche documentaire
1
FICHE DOCUMENTAIRE
A L’ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ
EUROHEALTH®, INC.
DHEA
(DéHydroÉpiAndrostérone)
Révisé 2002-02-02
COMPOSITION:
DéHydroÉpiAndrostérone, 10, 25 et 50 mg.
DOSAGE:
30 gélules présentées sous forme de plaquettes filmées conditionnées en boîte de 60 ou 120
gélules.
INDICATIONS:
La recherche clinique a montré que la DHEA joue un rôle important dans le vieillissement, le
manque de vitalité provoqué par le stress et la fatigue, chez les individus de 45 ans et plus,
touchés par les problèmes causés par la ménopause, les désordres autoimmunitaires, la santé
cardiovasculaire, la mémoire, les performances sexuelles, la maintenance de la masse
musculaire et de la densité osseuse. Des études menées sur des animaux ont montré les
effets positifs de la DHEA sur les brûlures, l’obésité, le vieillissement, la diminution du risque de
cancer, le diabète, les maladies cardiaques, et l’ostéoporose. Des études supplémentaires sur
les humains sont nécessaires afin de connaître les conséquences de ces effets sur les
personnes.
PRÉCAUTIONS
D’EMPLOI:
A moins que prescrit par un médecin, les individus de moins de 40 ans, ne devraient pas
prendre ce produit, dans la mesure où les niveaux de DHEA avant cet âge, sont habituellement
suffisants. Il est conseillé aux individus sous traitements médicamenteux ou souffrant d’un état
sérieux de maladies chroniques, de consulter un médecin avant toute utilisation du produit. Les
niveaux de DHEA doivent être mesurés afin de déterminer si le complément alimentaire est
approprié et un médecin doit surveiller la dose prescrite. Bien que la DHEA semble protéger du
cancer, la recherche n’a pas encore conclu sur les tumeurs hormono-dépendantes telles que
les cancers du sein, des ovaires ou de la prostate. Bien que la DHEA soit aujourd’hui utilisée
pour traiter ces cancers et d’autres types de cancers, les personnes atteintes doivent contacter
leur médecin avant d’utiliser ce produit. Ce produit est déconseillé en cas de grossesse et
d’allaitement.
TOXICITÉ:
Aucune toxicité n’a été décelée, même pour des doses 100 fois supérieures à la dose
généralement recommandée donnée sur une période de deux ans. Des études plus
approfondies sur les effets à long-terme de la DHEA sur l’organisme humain sont actuellement
en cours, et n’ont par conséquent, pas encore été publiées.
EFFETS SECONDAIRES:
Les doses élevées de DHEA peuvent provoquer de l’acné, de l’hirsutisme, et rendre la voix des
femmes plus grave. Tous ces effets secondaires bénins sont réversibles avec une diminution
de la prise du complément alimentaire. L’irritabilité, les changements d’humeur, l’excitation,
l’insomnie et la fatigue peuvent également être des signes de surdosage. La fertilité chez les
femmes peut être inhibée par les métabolites androgènes de la DHEA.
DOSE RECOMMANDÉE:
10 à 50 mg par jour ou selon la prescription du médecin. Prendre la gélule le matin. Pour les
personnes en bonne santé, et afin de compenser la perte de sécrétion naturelle de DHEA de
l’organisme, il est en général recommandé de prendre 10 mg chez les personnes âgées de
plus de 40 ans, 25 mg chez les plus de 50 ans et 50 mg chez les plus de 60 ans. Pour un
usage thérapeutique et/ou continu, ou chez les sujets plus jeunes, il est recommandé de
consulter un médecin qui établira une prescription journalière adaptée. Un contrôle sanguin
devra être effectué régulièrement afin d’optimiser la concentration d’hormones.
MODE D’ACTION:
DéHydroÉpiAndrostérone, DHEA, est une hormone naturelle produite principalement par les
glandes surrénales. Elle circule dans le corps sous sa forme hydrosoluble, appelée le SDHEA
ou sulfate de DéHydroÉpiAndrostérone. Isolée dans un premier temps en 1934, elle a, pendant
de nombreuses années, été « négligée ». L’hormone est maintenant reconnue comme étant un
composant essentiel d’un grand nombre de fonctions physiologiques de l’organisme, par
exemple dans la conversion métabolique des hormones sexuelles mâles et femelles (les
androgènes et les oestrogènes). La DHEA a une relation inverse à la production des hormones
de stress, dans la mesure où, lorsque les niveaux d’hormones de stress augmentent, le niveau
de DHEA baisse. Les niveaux sanguins de la DHEA augmentent avant la puberté et atteignent
normalement leur maximum entre 20 et 30 ans. À ce moment précis, la DHEA est l’hormone la
plus abondante dans le corps. À la différence d’autres stéroïdes adrénaux, tel que le cortisol, la
sécrétion de la DHEA tend à diminuer progressivement avec l’âge, et laisse suggérer que la
DHEA est un moyen de mesure du processus de vieillissement lui-même.
2
On a trouvé des niveaux de DHEA plus élevés chez les personnes en bonne santé que chez
les hommes et femmes en mauvaise santé, ce qui a permis de créer un lien entre DHEA et
vieillissement. Plus de 5000 articles de recherche ont été publiés ces trois dernières
décennies, laissant penser qu’un lien existe entre les niveaux de DHEA et une grande variété
de maladie. La DHEA est actuellement au coeur d’une grande partie de la recherche médicale.
La production de la DHEA ne semble pas être « contrôlée », à l’image d’autres hormones, et
l’administration de ce produit n’est pas susceptible d’arrêter la production du corps.
ETATS DE LA
RECHERCHE:
ÉNERGIE
L’une des façons dont la DHEA semble renverser la spirale descendante du vieillissement est
en aidant le corps à regagner une énergie plus jeune. La DHEA a montré avoir une action
efficace contre la fatigue. Le Docteur Samuel S.C. Yen, de l’Université de San Diego, a
effectué une étude en double aveugle pendant six mois, qui a montré une augmentation
remarquable du bien-être physique et physiologique, des hommes et des femmes prenant de la
DHEA, comparé au placebo: énergie accrue, meilleur sommeil, meilleure capacité à surmonter
le stress, et aucun effet secondaire.
MÉMOIRE
La dépression et les problèmes de mémoire ont été étudiés sur un petit échantillon de
volontaires par le Docteur Owen M. Wolkowits, du Département de Psychiatrie de l’Université
de San Francisco (Californie). L’administration de DHEA a permis de noter une amélioration de
la mémoire et de l’état dépressif. À l’heure actuelle, deux grandes études sont en cours pour
déterminer si la DHEA peut avoir une action significative sur la maladie d’Alzheimer.
SEXE
À la fois chez l’homme et la femme, la DHEA est convertie en testostérone, connu pour
accroître la libido chez les deux sexes. L’effet de la DHEA sur la fonction sexuelle mâle a fait
l’objet d’une étude documentée sur le vieillissement des hommes au Massachusetts, âgés de
40 à 70 ans. On a constaté que sur 17 hormones mesurées, seule la DHEA montrait une
corrélation cohérente avec l’impuissance. Lorsque les niveaux de DHEA diminuaient, la
fréquence de l’impuissance augmentait. Il est possible que les effets de bien-être physique et
de vitalité constatés avec la DHEA puissent être aussi importants que les effets hormonaux.
Les études récentes indiquent que la DHEA pourrait en fait être un « Viagra Naturel » pour les
femmes (Septembre, 2000). Corroborés par des rapports scientifiques et des résultats
cliniques, le Professeur Baulieu (France) a fortement confirmé le rôle très important de la
DHEA et ses effets salutaires comme « Superhormone ».
SYSTÈME IMMUNITAIRE ET STRESS
La recherche part du principe que la condition de notre système immunitaire est le reflet de
notre « bon » ou « mauvais » vieillissement. Lorsque nous vieillissons et que nos niveaux de
DHEA diminuent, nous devenons plus sensibles aux effets nocifs des corticostéroïdes, aux
hormones de stress, qui deviennent des inhibiteurs de notre réponse immunitaire. Une des
fonctions principales de la DHEA semble être l’entretien d’un système immunitaire fort
et jeune, protégeant ou contrariant l’action des corticostéroïdes.
Le Docteur Omid Khorram, autrefois professeur de médecine à l’Université de Californie, San
Diego, a conduit une étude de grande ampleur en donnant de la DHEA, à neuf hommes agés,
en bonne santé, et ceci pendant cinq mois. Il a été constaté que la DHEA avait eu un effet
rajeunissant sur leur système immunitaire vieillissant. La DHEA permettait d’augmenter les
niveaux IGF-1des hommes, de normaliser les niveaux de cytokine IL 6, d’accroître les niveaux
de cytokine IL 2, stimulait la production de cellules B et des macrophages, et augmentait le
nombre et l’activité des cellules NK. Il est connu qu’après des périodes de stress important, les
cellules T ne fonctionnent pas efficacement, ce qui rend tout à chacun vulnérable aux maladies
virales. Des études menées sur de vieilles souris ont montré que l’administration de la DHEA,
avant la vaccination contre un virus, permettait au système immunitaire de se renforcer.
PROPRIÉTÉS ANTIOXYDANTES
Il y a de bonnes raisons de penser que la DHEA est un puissant antioxydant. Elle semble
empêcher la formation de radicaux libres, en désarmant les NADPH, une substance du corps,
qui est connue pour générer des radicaux libres et rendre les carcinogènes inactifs, - actifs -.
COEUR
La relation – diminution des niveaux de DHEA et maladies cardiaques – fait l’objet de débats
depuis des décennies. Plusieurs études ont montré que les niveaux de DHEA sont bas pour
les personnes ayant des problèmes cardiaques. Ces études indiquent que des niveaux plus
élevés de DHEA ont une action protectrice contre les maladies du coeur: les mécanismes
envisagés, qui expliquent cet état de fait, sont la prévention de la formation excessive de caillot
de sang, la baisse du taux de cholestérol dans le sang (DHL), la diminution de la résistance à
l’insuline, et la réduction de la formation de radicaux libres.
MÉNOPAUSE
3
Après la ménopause, quand les ovaires cessent de produire de l’oestrogène, de petites
quantités d’oestrogènes continuent toutefois à être « fabriquées » dans les glandes surrénales
par la DHEA. L’administration de DHEA chez les femmes en phase post-ménopause, semble
donc être un moyen d’augmenter naturellement les niveaux d’oestrogène. En Europe, la DHEA
a été utilisée pendant plus de quinze ans pour traiter les malaises liés à la ménopause, tels
que la dépression ou les coups de chaleur. Plusieurs études cliniques sur le potentiel du DHEA
comme produit de substitution dans la thérapie de remplacement d’oestrogènes ont montré
des résultats encourageants. Les résultats préliminaires indiquent que la DHEA offre plusieurs
avantages dans le remplacement d’oestrogènes sans les effets secondaires nuisibles. Le
Docteur Pierre Diamond du Centre Hospitalier de l’Université Laval au Canada, a conduit une
étude, dans laquelle il a donné de la DHEA comme thérapie de substitution, à vingt femmes
(60-70 ans) en phase post-ménopause, pendant une année. La DHEA a été administrée sous
la forme de crème. Les niveaux sanguins ont été mesurés périodiquement. Après un an sous
traitement DHEA, ces femmes, sans le savoir, ont reçu le placebo. Pendant la période sous
DHEA, presque toutes les femmes ont enregistré une plus grande vitalité et un bien-être
général; en outre, quelques changements physiques importants ont été détectés:
•
Une réduction des niveaux d’insuline, de glucose et de cholestérol dans le sang,
suggérant une protection contre les maladies cardiaques,
•
Une augmentation marquée du métabolisme osseux, particulièrement dans la zone des
hanches et de la colonne vertébrale, indiquant une réduction de l’ostéoporose.
DÉSORDRES AUTOIMMUNITAIRES
Lors des épreuves cliniques, la DHEA a prouvé son efficacité dans le traitement du Lupus
érythémateux systémique (Systemic Lupus Erythematosus - SLE). Une étude effectuée en
double aveugle à l’Université de Stanford, faisant participer vingt-huit femmes, ayant un lupus
erythémateux chronique à systémique, a montré une amélioration notoire chez les deux-tiers
de ces femmes, sous traitement DHEA après trois mois. En outre, elles ont eu la possibilité de
pouvoir réduire leur dose régulière de Prednisone. Les femmes, dans le groupe placebo, n’ont
montré pratiquement aucune amélioration.
BRÛLURES:
La DHEA semble également offrir des possibilités intéressantes dans le domaine de la
guérison des brûlures. Le risque d’infections associées aux brûlures, n’est pas seulement dû à
la peau ouverte, mais à l’impact négatif sur le système immunitaire, en raison d’un niveau
extrêmement élevé d’hormones de stress sécrétées à cause de la brûlure. Des études menées
sur des animaux ont montré qu’une injection de DHEA, réalisée trois jours après une brûlure,
permet aux fonctions immunitaires de revenir à la normale. Enfin, si la DHEA est donnée dans
un délai de trois à quatre heures, la brûlure guérit plus rapidement.
PERTE DE POIDS
Des études menées sur des animaux ont montré que la DHEA semble avoir une action de
suppression des aliments, changeant la préférence des aliments, et bloquant potentiellement la
formation d’acides qui sont accumulées à l’état de graisse dans le corps. Un effet minimal sur
l’obésité chez l’homme a été prouvé jusqu’ici. Il serait conseillé de prendre des doses
minimales de DHEA dans le but de perdre du poids chez l’homme.
CANCER, DIABÈTE ET ALLONGEMENT DE LA DURÉE DE VIE
Plusieurs études menées sur des animaux ont indiqué que l’administration de DHEA peut avoir
une action salutaire dans la prévention des cancers et du diabète, et dans l’allongement de la
durée de vie. Cependant, la pertinence de cette action chez les humains n’a toujours pas été
prouvée médicalement.
Indépendamment de savoir si la DHEA rallonge la durée de vie, il est indéniable que la
DHEA a quelques actions thérapeutiques, et une utilisation sans excès peut contribuer
à améliorer la qualité de vie et retarder les signes de vieillissement. Un grand nombre de
recherche sur ce sujet est actuellement en cours, et nous pouvons espérer que les
différents travaux de recherche, pourront nous donner des réponses décisives sur ses
effets lors d’une utilisation à long-terme.
PRODUCTION/ « GMP »:
Bien qu’il soit synthétiquement produit (le plus souvent de la dioscoréacée ou d’autres stérols
dans l’igname mexicaine sauvage), le complément DHEA est identique à l’hormone naturelle
produite par l’organisme humain. L’organisme ne peut pas convertir ces substances dérivées
des plantes en DHEA. Par conséquent, tout commentaire consistant à affirmer que « la DHEA
est naturelle » est infondée. Elle doit être élaborée synthétiquement.
Il est très important que les substances actives et autres matières premières/composants bruts
soient du plus haut niveau de qualité pharmaceutique possible. En outre, la production de la
forme galénique doit être exécutée selon des normes approuvées, qui adhèrent à un code de
bonne conduite en matière de fabrication, communément dénommées Good Manufacturing
Practices (« GMP »). Ceci est applicable pour tous les produits pharmaceutiques, inclus les
médicaments prescrits, ainsi que les médicaments vendus directement aux consommateurs en
officine (Over-The-Counter drugs, « OTC »). Il doit y avoir de préférence un fichier numéroté
4
regroupant tous les composants actifs des médicaments (Drug Master File, « DMF »), à
l’image de ce qui est fait par l’Office du Contrôle Pharmaceutique et Alimentaire américain
(Food & Drug Administration, « FDA »). La DHEA, répondant aux critères les plus élevés en
matière de qualité pharmaceutique, est disponible en gélule de 10 mg, 25 mg et 50 mg,
conditionnées en transparent par 30 unités, dans des boîtes de 60 à 120 gélules
chacune. La production de la DHEA adhère aux principes des bonnes pratiques en matière de
fabrication (« GMP »).
Ce produit n’est pas un médicament, mais un supplément diététique; la qualité des
composants et sa production finale font l’objet d’exigences sévères. Alors que le marché
américain n’exige pas l’adhérence aux règles strictes précédemment énumérées, d’autres
marchés tels que l’Europe et l’Asie, acceptent seulement que la production suive ces normes
et règles strictes de fabrication. En conséquence, beaucoup de produits fabriqués aux EtatsUnis, ou à l’étranger pour le marché américain, ne répondent pas à ces critères et à ces
normes, et doivent donc être considérés comme de qualité inférieure voire frauduleux.
Pour votre sécurité et pour des raisons d’efficacité, assurez-vous d’acheter et d’utiliser
seulement des produits fabriqués selon les normes « GMP », qui indiquent le niveau des
composants pharmaceutiques. Tous les produits ne sont pas semblables! Les indications
« Plus » ou « Bon marché » ne sont pas toujours les plus recommandables!
CONSERVATION:
Conserver à une température ambiante de 20°, dans une boîte et dans un endroit sec.
RÉFÉRENCES:
Si la liste de référence n’est pas jointe, etablir une recherche sur le résau Internet en indiquant
«déhydroépiandrostérone» pour obtenir des informations supplémentaires et des études
cliniques. Plusieurs milliers d’études sont référencées sur la DHEA et ses nombreuses
applications médicales efficacité contre le vieillissement.
ADRESSE:
EUROHEALTH®, INC. Perkasie, PA, USA
Boîte Postale Européenne: c/o Box 24
SE-383 21 MÖNSTERÅS, SWEDEN
Tél: +46-485-728 42
Fax: +46-485-725 81
e-mail: [email protected]
AVERTISSEMENT : Les informations présentées dans cette fiche documentaire le sont dans un but pédagogique et sont
destinées aux professionnels de la santé et aux médecins. Elles sont obtenues à partir de recherches publiées. Elles ne
correspondent pas à une prescription et ne se substituent pas au conseil d’un professionnel de la santé dans le diagnostic
ou le traitement de la maladie.
Les réglementations concernant l’acquisition, la possession et l’usage de ce produit varient d’un pays à l’autre. La personne
détentrice/utilisatrice de ce produit devra vérifier elle-même que tous les critères applicables sont réunis.
®
Copyright © 2005 EUROHEALTH , INC.
Aucune partie de cette fiche documentaire ne doit être reproduite ou transmise sous quelque forme que ce soit
(électronique, photocopie, enregistrement, etc) sans l’autorisation écrite de l’éditeur, exceptée pour une référence dûment
spécifiée dans une revue ou autre.
Imprimé en Europe
5
DEHYDROEPIANDROSTERONE - (DHEA)
RÉFÉRENCES
Albrecht, E.D.; Henson, M.C., et al.: Modulation of adrenocorticotropin-stimulated baboon fetal adrenal
dehydroepiandrosterone formation in vitro by estrogen at mid- and late gestation. Endocrinology 126(6),
1990 Jun; 3083-3088.
Araghi-Niknam, M., Liang, B., et al.: Modulation of immune dysfunction during murine leukaemia
retrovirus infection of old mice by Dehydroepiandrosterone sulphate (DHEAS). Immunology, 0(3):344-9,
1997.
Araneo BA; Ryu SY; Barton S; Daynes RA: Dehydroepiandrosterone reduces progressive dermal
ischemia caused by thermal injury. J Surg Res 1995 Aug; 59(2): 250-62 Argtielles, A.E. et al., Endocrine
profiles and breast cancer. Lancet, 1973; 1:165-168.
Arguelles, A. E., Poggi, U. L., Saborida, C., Hoffman, C., Chekherdemian, M., Blanchard, O.: Endocrine
Profiles and Breast Cancer. Lancet, 1:165-168,1973.
Barrett-Connor, E., Khaw, K.T., Yen, S.S.: A prospective study of Dehydroepiandrosterone sulfate,
mortality, and cardiovascular disease. N Engl J Med, 315:24, 1519-24, 1986, Dec 11.
Barrett-Conor, E.; Edelstein, S.L.: A prospective study of dehydroepiandrosterone sulfate and cognitive
function in an older population: The Rancho Bernardo Study.
J. Am. Geriatr. Soc. 42(4), 1994 Apr.; 420-423.
Berkenhager-Gillesse, E.G., et al.: Dehydroepiandrosterone sulphate (DHEA-S) in the oldest, old, aged 85
and over. Ann N Y Acad Sci (719), May 31, 1994; 543-552.
Berr, C., Lafont, S., et al.: Relationship of Dehydroepiandrosterone sulfate in the elderly with functional,
psychological, and mental status, and short-term mortality: a French community-based study. Proc Natl
Acad Sci U S A, Vol. 93, pg 13410-13415, 1996 Nov 12.
Browne, E.S., et al.: Dehydroepiandrosterone: Antiglucoconicoid action in mice. Am J Med Sci, 1992;
303:366-371.
Calabrese, B.P.; Isaacs, E.R.; Regelson, W.: Dehydroepiandrosterone in multiple sclerosis: positive
effects on fatigue syndrome in a non-randomizing study. In the biological role of
dehydroepiandrosterone. Edited by M. Kalimi and W. Regelson, New York: de Gruyter, 1990; 95-100.
Casson P.R., Faquin, L.C., et al.: Replacement of Dehydroepiandrosterone enhances T-lymphocyte
insulin binding in postmenopausal women. Fertil Steril,63(5):1027-31, 1995 May.
Casson, P.R., Andersen, R.N., et al.: Oral Dehydroepiandrosterone in physiologic doses modulates
immune function in postmenopausal women. Mosby, Year Book, 1993.
Cherniske, Stephen, M.S.: The DHEA Breakthrough. Ballantine Books.
Cleary, M.P.; Shepherd, P.; Jenits, B.: Effect of dehydroepiandrosterone on growth in lean and obese
Zucker rats. J Nutr, 1984; 114:1242-1251.
Cohen, S., Tyrrell, D.A., Smith, A.P.: Psychological stress and susceptibility to the common cold.
N Engl J Med, 325(9):606-12, 1991, Aug 29.
Coleman, D.L.; Laiter, E.H.; Applerweig, N.: Therapeutic effects of dehydroepiandrosterone metabolities
in diabetes mutant mice. Endocrinology, 1984; 115, 239-243.
Danenberg, H.D., Ben-Yehuda, A., et al.: Dehydroepiandrosterone (DHEA) treatment reverses the
impaired immune response of old mice to influenza vaccination and protects from influenza infection.
Vaccine, 13(15):1445-8, 1995.
Diamond, P., Cusan, L., Gomez, J.L., et al.: Metabolic effects of 12 mo. percutaneous Dehydro-epiandrosterone replacement therapy in postmenopausal women. J Endocr,150 Suppl(): S43-50, 1996 .
6
Drocker, W.D.; Blumberg, J.M., et al.: Biologic activity of dehydroepiandrosterone sulfate in man.
Journal of Clinical Endocrinology, 1972; 35, 48-0.
Ebeling, P.; Koivisto, V.A.: Physiological importance of dehydroepiandrosterone. Eng J Clin Endocrinol
Metab 78(6), 1994 Jun; 15-20.
Faasati, P.; Fassati, M., et al.: Treatment of stabilized liver cirrhosis by dehydroepiandrosterone.
Agressologia 14(4), 1973; 259-268.
Gordon, G.; Bush, D.; Weisman, H.: Reduction of arteriosclerosis by administration of
dehydroepiandrosterone. J Clin Invest., Department of Medicine, Johns Hopkins Medical Institutions, 1988
Aug; 82(2):712-720.
Haffa AL; MacEwen EG; Kurzman ID; Kemnitz JW.: Hypocholesterolemic effect of exogenous
dehydroepiandrosterone administration in the rhesus monkey. In Vivo 1994 Nov-Dec; 8(6):993-997.
Haffner, S.M.; Valdez, R.A.; Mykkanen, L.; Stern, M.P.; Katz, M.S.: Decreased testosterone and
dehydroepiandrosterone sulfate concentrations are associated with increased insulin and glucose
concentrations in non-diabetic men. Metabolism, 1994 May; 43(5):599-603.
Harland, Simone, Wenzel, Axel F., Dr: Superhormon DHEA. Messidor Verlag (in German)
Henderson, E; Yang JY; Schwartz A.: Dehydroepiandrosterone (DHEA) and synthetic DHEA analogs are
modest inhibitors of HIV-1 IIIB replication. AIDS Res Human Retroviruses 1992 May; 8(5):625-31.
Inano H; Ishii-Ohba H; Suzuki K; et al.: Chemoprevention by dietary dehydroepiandrosterone against
promotion/progression phase of radiation-induced mammary tumorigenesis in rats. J Steroid Biochem
Mol Biol 1995 Jul;54(1-2):47-53.
Iwasaki, M.; Darden, T.A.; Parker, C.E.; Tomer, K.B.; Pedersen, L.G.; Negishi, M.: Inherent versatility of P450
oxygenase. Conferring dehydroepiandrosterone hydroxylase activity to P-450 2a-4 by a single amino
acid mutation at position 117. Breast Cancer Rest Treat (3), 1990 Oct, 16;261-272.
Kalimi, Mohammed, Regelson, William: Dehydroepiandrosterone (DHEA), Biochemical, Physiological and
Clinical Aspects. de Gruyter, 2001.
Khorram, O., Vu, L., Yen, S.S.: Activation of immune function by Dehydroepiandrosterone (DHEA) in ageadvanced men. J Gerontol A Biol Sci Med Sci, 52(1):MI-7, 1997, Jan.
Kim, H.R., Ryu, S.Y., et al.: Administration of Dehydroepiandrosterone reverses the immune suppression
induced by high dose antigen in mice. Immunol Invest, 24(4):583-93, 1995 May.
Loria,R.M., Padgett, D.A., Huynh, P.N.: Regulation of the immune response by Dehydroepiandrosterone and
its metabolites. J Endocrinol, 150 Suppl(): S209-20, 1996 Sept.
Marrero, M.; Prough, R.A.; Frenkel, R.A.; Milewich, L.: Dehydroepiandrosterone feeding and protein
phosphorylation, phosphatases and lipogenic enzymes in mouse liver. Exp. Clin. Endocrinol 96(2),
1990 Nov; 149-156.
Mayer, D.; Weber, E.; Bannasch, PI.: Modulation of liver carcinogenesis by dehydroepiandrosterone. In
the biological role of dehydroepiandrosterone. Edited by M. Kalimi and W. Regelson, New York: DeGruyter,
1990; 361-385.
Melchior, C.; Ritzmann, R.F.: Dehydroepiandrosterone is an anxiolytic in mice on the plus maze.
Pharmacol Biochem Behav 47(3), 1994 Mar; 437-441.
Merril, C.R.; Hanrington, M.G.; Sunderland, T.; Reduced plasma dehydroepiandrosterone concentrations
with HW infections and Alzheimer’s disease. In the biological role of dehydroepiandrosterone. Edited by
Kalimi, M. and Regelson, W., New York: de Gruyter, 1990; 101-105.
Miklos, S.: Dehydroepiandrosterone sulphate in the diagnosis of osteoporosis. Acta Biomed Ateneo
Parmense, 66(3-4): 139-46, 1995.
Morales, A.J., Nolan, J.J., Nelson, J.C, Yen, S.S.: Effects of replacement dose of Dehydro-epiandrosterone in men and women of advancing age. J Clin Endocrinol Metab, 78(6)L1360-7, 1994, Jan.
7
Motorola, J.F. and Yen, S.S.C.: The effects of oral dehydroepiandrosterone on endocrine-metabolic
parameters in postmenopausal women. J Clin Endocrinol Metab, 1990; 71:696-704.
Nestler, J.E.; Clore, J.N.; Blackard, W.G.: Metabolism and actions of dehydroepiandrosterone in humans.
J Steroid Biochem Mol Biol, 1991 Dec; 20(4):807-823.
Nestler, J.E.; Clore, J.N.; Blackard, W.G.: Dehydroepiandrosterone: the missing link between
hyperinsulinemia and atherosclerosis? FASEB J, 1992 Sept; 6(12):3073-3075.
Nordin, B.E.C., et al.: The relation between calcium absorption, serum dehydroepiandrosterone, and
vertebral mineral density in postmenopausal women.
J Clin. Endocrinol Metab., 1985; 60:651-657.
Nyce, J.W., et al.: Inhibition of 1,2-dimethylhydrazine induced colon tumeriogenesis in Balb/c mice by
dehydroepiandrosterone. Carcinogenesis, 1984; 5:57-62.
Parough, R.A.; Webb, S.J.; Wu, H.Q.; Lapenson, D.P.; Waxman, D.J.: Induction of microsomal and
peroxisomal enzymes by dehydroepiandrosterone and its reduced metabolite in rats. Cancer Res.
54(11), 1994 Jun 1; 2878-2886.
Ravaglia, G., Forti, P., Maioli, F., et al.: The relationship of Dehydroepiandrosterone sulfate (DHEAS) to
endocrine-metabolic parameters and functional status in the oldest-old. Results from an Italian study on
healthy free-living over ninety-year-olds. J Clin Endocrinol Metab, 81:3. 1173-8, 1996 Mar.
Regelson, William, M.D., Colman, Carol: The Superhormone Promise, Simon & Schuster.
Regelson, W., Kalimi, M.Y.: Dehydroepiandrosterone (DHEA)- A Pleiotropic Steroid. How can one
Steroid do so much? Departments of Medicine and Physiology, Medical College of Virginia, Virginia
Commonwealth Richmond, VA.
Regelson, W., Kalimi, M.Y.: Dehydroepiandrosterone (DHEA)- the Multifunctional Steroid. Medical
College of Virginia, Virginia Commonwealth University, Richmond, Virginia.
Regelson, W., Loria, R. and M. Kalimi.: Dehydroepiandrosterone (DHEA)- the “Mother Steroid”. Medical
College of Virginia, Virginia Commonwealth University, Richmond, Virginia.
Sahelian, Ray, M.D.: DHEA - A Practical Guide – Nature’s Antidote to Aging
Schwartz, A. G., Pashko, L. L.: Cancer Chemoprevention with the Adrenocortial
Dehydroepiandrosterone and Structural Analogs. J. Cell Biochem Suppl. 17G: 73-79. 1993.
Steroid
Schwarts, A. G., Fairman, D. K., Polansky, M., Lewbart, M. L., Pashko, L. L.: Inhibition of 7,12-Dimethylbenz[a]anthracene-initiated and 12-0-tetradecanoylphorbol-13-acetate-promoted Skin Papilloma Formation in
Mice by Dehydroepiandrosterone and Two Synthetic Analogs. Carcinogenesis (10): 1809. 1989
Schwartz, A.G.; Fairman, D.K., et al.: The biological significance of dehydroepiandrosterone.
Carcinogenesis (10), 1988; 1809.
Schwartz, A.G.: Inhibitions of spontaneous breast cancer formation in female C3H(Avy’a) mice by longterm treatment with dehydroepiandrosterone. Cancer Res, 1979; 39:1129-1132.
Siegel, S.F.; Finegold, D.N.; Lanes, R.; Lee, P.A.: ACTH stimulates tests and plasma
dehydroepiandrosterone sulfate levels in women with hirsutism. N. Engl. J. Med 323(13), 1990; Sept 27;
909-911, and N. Eng. J. Med 324(8), 1991 Feb 21; 5645 and Metabolism 39(9), 1990 Sept; 967-970.
Simunova, 3.; Gregorova, I.; Soiska, J.: Metabloicke komplekace otylosti-poloss ojejich ovbmmi
dehydoeptandrosteron sulfatem. Steroik Ik., 1973; (75) 27-30.
Spivak, C.E.: Desensitization and noncompetitive blockage of GABAA receptors inventral midbrain
neurons by a neurosteroid dehydroepiandrosterone sulfate. Addiction Research Center, National Institute
on Drug Abuse, Baltimore, Maryland.Sonka, J.; ACTA Univ. Carol (71), 1971; 1-137, 146-171.
Sonka, J., et al.: Defecit des dehydroepianddrosterone nenee syndrome? Endocrinology, 47, 1965; 152161. Sonka, J.; Stravkova, M., Aggressologie (5), 1970; 421-426.
8
Sonka, J., et al.: Serum lipids and dehydroepiandrosterone excretion in normal subjects. Journal of Lipid
Research, 9, 1968; 769-772.
Suitters, A.J., Shaw, S., Wales, M.R., et al.: Immune enhancing effects of Dehydroepiandrosterone
sulphate and the role of steroid sulphatase. Immunology 91(2):314-21, 1997 Jan.
Sunderland, T.; Nerril, C.R.; Harrington, M.G.: DHEA and Alzheimer’s disease. Lancet (2), 1989; 570.
Taelman, P., et al.: Persistence of increased bone resorption and possible role of
dehydroepiandrosterone as a bone metabolism determinant in osteoporotic women in late postmenopause. Matuiitas, 1989; 11:65-73.
Watson, R.R., Huls, et al.: Dehydroepiandrosterone and diseases of aging. Drugs Aging, 1996 Oct, 9:4,
271-91.
Wise, T.; Klindt, J.; Buonomo, F.C.: Obesity and dehydroepiandrosterone / dehydroepiandrosterone
sulfate relationships in lean, obese and meat-type cross-bred boars: responses to porcine growth
hormone. Endocrinology 1995 Aug; 136(8):3310-7.
Yamaji, T.; Ishibashi, N.; Takau, F., et al., Acta Endocriniol (Copenh) (120), 1989; 655-660.
Yang, J.Y.; Schwartz, A.; Henderson, E.E.: Inhibition of 3’azido-3’deoxythymidine-resistant HIV-1 infection
by dehydroepiandrosterone in vitro. Biochem Biophys Res Commun 1994 Jun 30; 201(3):1424-32.
Yang, J.Y.; Schwartz, A.; Henderson, E.E.: Inhibition of HIV-1 latency reactivation by
dehydroepiandrosterone (DHEA) and an analog of DHEA. AIDS Res Hum Retroviruses 1993
Aug; 9(8): 747-54.
Yen, S.S.; Murphy, A.A.; Kettel, L.M.; Morales, A.J.; Roberts, V.J.: Regression of uterine leiomyomata in
response to the antiprogesterone RU 486. J Clin Endocrinol Metab 1993 Feb; 76(2): 513-7.
Zumoff, B.; Levin, J.; Rosenfeld, S., et al.: Abnormal 24-hour mean plasma concentrations of
dehydroepiandrosterone and dehydroepiandrosterone sulfate in women with inoperable breast cancer.
Cancer Res. (41), 1981; 3360-3363.
2/02