SLR : Les acteurs municipaux - Action

Commentaires

Transcription

SLR : Les acteurs municipaux - Action
SLR : Les acteurs municipaux
Ville de Montréal
Résolution du conseil de ville, adoptée le 26 mai et proposée
par Projet Montréal : « que le conseil appuie unanimement
la mise en place d’un SLR sur le nouveau pont Champlain »
-Adopté à l’unanimité
Raisons :
- Lesautobus ne suffiront plus à la demande dès 2021
- Le SLR est prévu au plan métropolitain de développement
- Le SLR coutera jusqu’à 3 fois moins aux municipalités en
coûts d’opération, dont la majeure partie est le salaire des
chauffeurs.
Denis Coderre
Maire de Montréal
- Coderre a voté pour la motion de Projet Montréal
- Pour un SLR mais contre le tracé actuellement proposé
- A demandé à l’OCPM de lancer une consultation publique
Intérêt : Un SRL qui passerais par le Technoparc remet en
question la possibilité de redévelopper la zone en espace habitable, avec vue sur le fleuve et à haut revenus.
Communauté Métropolitaine de Montréal
Position : Les élus ont adoptés le 29 mai une résolution demandant au gouvernement du Québec de maintenir le projet de SLR.
- Meilleure option pour un changement modal vers les TC
- Meilleur retour sur investissement à long terme
Carolyne Saint-Hilaire, Paul Leduc, Jean Martel, Claude Benjamin et Phillipe Brunet
Maires de villes de la rive-sud - 25 janvier 2013 (Le Devoir)
Position : Un service de SLR est le seul type de transport collectif avec une capacité
suffisante pour assurer le lien entre la rive-sud et l’ile de Montréal.
- Le système par bus devait être un système temporaire
- Le système par bus n’a pas la capacité suffisante pour soutenir la croissance du
nombre d’usagers prévue dans les prochaines années
- Un système par bus est un non sens environnemental et économique
- Un système de train léger sur rail permet une meilleure intégation urbaine qu’un SLR
et a des effets plus structurants pour les villes.
À l’issue d’un colloque avec Pierre Moreau les maires de la rive sud sont unanimes sur
leur volonté de voir un projet de SLR sur le pont Champlain mais pour le moment, ils «
donnent la change au courreur »....
Les villes de la rive-sud ne semble pas très combatives sur ce dossier.
4 juin 2014 (Chateauguay Express)
Richard Bergerob
Chef de Projet Montréal,
opposition officielle
Benoit Dorais
Maire de l’arrondissement Sud-Ouest
Projet Montréal
Opposition officielle à la ville de Montréal
Position : Le service par autobus n’est pas viable, cela ne suffirait
pas à la demande et les autobus congestionneraient GriffinTown.
Position : Le SLR est l’unique option envisageable
« Cela fait belle lurette que nous avons eu la démonstration que
l’option SRB, c’est-à-dire le millier d’autobus supplémentaires par
jour dans nos rues, n’a absolument aucun sens! »
- Communiqué de l’arrondissement (27 mai)
Intérêt : Le maire défend les résidents (aisés) de la rue de l’inspecteur avec une ardeur surprenante...intérêt électoral ?
- Répond aux besoins
- Évite d’engorger le Centre-ville
- Plus performant en terme de temps de transport
« C’est impossible de faire passer autant d’autobus dans un
quartier. Accueillir tous ces autobus compromettrait tout le potentiel de développement du sud du centre-ville, et en particulier Griffintown »
- Craig Sauvé. - Communiqué de projet Montréal (25 mai)
Selon lui, un SLR pourrait coûter
trois fois moins cher que ce qui
a été avancé jusqu’à maintenant,
soit 640 millions.
Richard Bergeron a réitéré que le terme SLR regroupe de
nombreux types de véhicules sur rail et pas uniquement un
système lopurd comme celui de Vancouver.
«Il y a trop de monde qui a profité de la «méconnaissance
populaire» pour se prétendre spécialiste» Métro, 26 juin
2014
La possibilité qu’il évoque pour 640 millions :
Un train plus petit, au sol, du genre tramway urbain et non
pas un métro aérien. * LaPresse, 27 juin 2014
SRL : les acteurs du provincial
Parti Libéral du Québec
Gouvernement du Québec pour les quatre prochaines années...
Parti Québecois
Opposition officielle
2007 : Sam Hamad, Pierre Moreau et Julie Boulet déclarent que le SLR sur le pont Champlain est une priorité
Position : Le parti a annoncé un SLR alors qu’il était au pouvoir
en 2013 et a prévu 1,8 milliards au Plan Québecois d’Infrastrcuture
Novembre 2013 : les libéraux - alors dans l’opposition - ont votés pour un projet de SLR sur le Pont Champlain
Aujourd’hui :
Le ministre Poeti n’a pas les coûts précis d’exploitation d‘un SLR. Il se contente de surévaluer les coûts :
«Chaque année, a-t-il dit, on n’est pas loin du milliard. Et je parle pas de l’achat, je parle juste de l’exploitation.»
Au niveau des coûts, il soutient que les rapports actuels sur-évaluent les coûts d’exploitation des autobus et
sous-évaluent les coûts d’exploitation du SLR (évalués actuellement à 55 millions de $ par année). Il a aussi
déclaré que le système léger sur rail est un projet du PQ et de l’AMT.
- 29 mai (LaPresse)
Le gouvernement privilégie actuellement la stratégie de «l’étapisme» : installer un tablier hybride qui peut supporter une voie pour autobus et le système léger sur rail après-coup. Cette stratégie a déjà été utilisée dans le cas
d’un train vers l’aéroport de Dorval et celui de Mirabel mais les deux projets n’ont jamais vu le jour.
Robert Poeti, le ministre des transports, veut attendre le dossier d’opportunité avant de
prendre sa décision sur le SLR. Le dossier devrait être prêt à la fin de l’été 2015.
Le ministre répète toujours cependant que : « sur le SLR, on ne recule pas ! »
- 29 mai (le devoir)
Intérêt :
Les deux projets de transport collectif dont les libéraux ont parlés depuis la campagne
électorale sont les projets de prolongement de la ligne orange du métro à Laval ainsi que le
train léger vers l’Ouest, deux zones qui ont votés libéral aux dernières élections.
En parlant pour le moment d’installer un système rapide par bus en attendant un eventuel
SRL, le gouvernement est probablement déjà en train de reculer sur le projet, d’autant plus
que les coûts pour installer les voies de SLR après-coup sont beaucoup plus élevés et que
le SLR risque d’avoir besoin de sa propre bretelle de sortie.
Le gouvernement Péquiste avait prévu 1,8 milliard dans le Plan Québecois d’infrastructure pour le projet de SLR sur le nouveau pont Champlain (2 milliards). En optant pour le
système rapide par bus, le gouvernement peut libérer des fonds pour le projet de tran vers
l’ouest (2 milliards).
« Les maires, l’AMT, la CMM, la STM, la STL, l’Association du
camionnage du Québec, entre autres, sont tous d’accord. Tout
comme eux, nous croyons que le SLR deviendra la nouvelle
épine dorsale du transport entre la Rive-Sud et Montréal »
Martine Ouellet - 23 mai 2014
Intérêt : Les banlieues, dont la rive-sud, sont traditionellement
plus portées à voter pour le PQ. L’annonce d’un SLR en 2013
Agence Métropolitaine de transport
Maitre d’oeuvre du projet SLR
Position : Dépend du gouvernement du Québec.
Il y a actuellement un froid entre le gouvernement et l’AMT dont
le directecteur est Nicolas Girard, Péquiste défait aux élections de
2012 et nommé à la tête de l’AMT.
Jusqu’à l’élection du gouvernement Couillard, l’AMT s’enlignait sur
un projet de SLR et a commandé une étude comparative entre le
SLR et le SRB
L’étude tend à confirmer qu’un SLR est un projet un peu plus couteux mais le seul capable de répondre à la demande, réduire la
pollution et la congestion tout en étant un projet structurant pour
Montréal.
Intérêt : Déplacer le plus de monde possible
SRL : les acteurs de la société civile
Vivre en ville - Forum Urba 2015 - Équiterre - CRE Montréal
Organismes en urbanisme et environnement
Gérard Beaudet, Michel Gariépy, Franck Scherrer et Jacques Roy
Professeurs d’urbanisme (UdeM) et au HEC
Position : le gouvernement du Québec ferait une erreur historique
en n’optant pas pour un SLR pour le nouveau pont Champlain.
Position : Pour un Système Rapide par Bus sur le pont Champlain
- Un système par bus (SRB) serait saturé dès le départ
- Les autobus supplémentaires emmeneraient plus de nuisances
- Les coûts d’opération des autobus sont beaucoup plus élevés
- Le SLR aura un effet structurant entre autre pour le maintient
d’emplois sur l’ile de Montréal en augmentant la desserte
- Le SLR va dans le sens de l’électrification des transports
« La voie réservée actuelle (...) atteint déjà son point de saturation. Simplement améliorer le système actuel coûtera très cher
sans gain qualitatif majeur », affirme Florence Junca Adenot,
directrice du Forum Urba 2015. « En outre, l’augmentation du
nombre d’autobus apportera son lot de nuisances : bruit, pollution
de l’air, insécurité routière. (...) »
- Communiqué du 28 mai 2014 (site internet de vivre en ville)
- Les autobus permettent de faire du porte-à-porte contrairement au SLR
qui demande un transfert.
- Le SLR est aussi un investissement couteux qui nous prive d’autres
projets de transport collectif.
- Le SLR, à cause du transfert modal à effectuer, risque de réduire la part
des automobilistes que les sociétés de transport pourront aller chercher.
«la présence d’un SLR sur la seule voie réservée au transport en commun du nouveau pont Champlain empêcherait toute nouvelle desserte
d’autobus entre la Rive-Sud et l’île de Montréal.»
- 14 mai 2014 (LaPresse)
Marcel Coté
Homme d’affaire de Montréal, ex-candidat à la Mairie - décédé de son état
Position : Pour un Système Rapide par Bus sur le pont Champlain
CCMM
Chambre de commerce du Montréal Métropolitain
Position : La CCMM est favorable depuis plusieurs années à l’implantation d’un SLR dans
l’axe du pont Champlain
- La capacité maximale des autobus est atteinte et un système amélioré ne permettrait pas
de rencontrer la demande en 2021, tandis que l’enjeu est de désengorger le Champlain.
- Le SRB pourra soutenir une hausse de l’achalandage jusqu’à 30 000
personnes par heures de pointe (en doublant le nombre de bus)
- Les bus n,ont pasà tous se rendre au même endroit, on peut donc
éviter l’engorgement de GriffinTown et du terminus à la gare centrale
- Les usagers du SLR devraient faire un transfer supplémentaire
- Le SLR met en danger des terres agricoles dans la zone de Brossard
- Aucune étude sérieuse des coûts n’a été faite pour un SLR
- 26 mai 2014 (LaPresse) (Post-Mortem)
Intérêt : La congestion sur le pont Champlain a des coûts très important, entre autre pour la
fluidité du cammionage et des employés. Il est dans leur intérêt d’augmenter l’offre des TC.
« Depuis plusieurs années, la Chambre de commerce demande la construction d’un système léger sur rail pour diminuer les problèmes de congestion entre la Rive-Sud et l’île de
Montréal. Ce projet figure sur la courte liste des grands projets de transport en commun à
compléter en priorité. »
Michel Leblanc - président de la CCMM
Alstom
Entreprise de transport
L’entreprise a proposé son Tram-Train (sur le modèle de celui qui sera installé à Ottawa)
comme alternative au SLR. - 5 juin 2014 (Le Devoir)
- Le véhicule est un hybride entre le bus et le train ; il peut atteindre de grandes vitesses (100
Km/H) en site propre et arriver en ville sur les rues existantes comme un tramway.
- Le concept hybride permet d’installer plusieurs points d’arriver et d’embarquement
- Ce type de train en aluminium est plus léger que les modèles en acier actuellement considérés.
Intérêt : vendre des trains

Documents pareils