Fatwas des savants contemporains…

Commentaires

Transcription

Fatwas des savants contemporains…
Fatwas des savants contemporains…
sur la formation, la gestion et les conditions des
associations islamiques de bienfaisance et de
prédication.
Centre Al-Forqane | www. centre-al-forqane.be
17/11/2012
Introduction :
Dans ce recueil :
1
Introduction
2
Fatawas l’Ifta
4
Fatwa Al-Albani
5
Fatawas Al-‘Outhaymine
7
Fatwa Al-Wadi’i
9
Fatawas Al-‘Abbâd
10
Fatwa Zayd Al-Madkhali
11
Fatwa ‘Ubayd Al-Jabiri
12
Fatawas As-Souhaymî &
Ibn Ramzaan
17
Fatwa Al-Moundakar
19
Fatwa Ferkous
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
Certes la louange est à Allah. Nous Le louons, nous implorons
Son secours, nous Lui demandons pardon et nous cherchons
refuge auprès d’Allah contre les maux de nos âmes et nos
mauvaises actions. Quiconque Allah guide, personne ne
pourra l’égarer et quiconque Il égare, personne ne pourra le
guider. J’atteste qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allah, Seul et
sans associer et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et
messager.
« Ô les croyants, craignez Allah comme il le mérite, et ne
mourrez qu'en pleine soumission » (La vache 03 - Verset 102)
« Ô hommes! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un
seul être, et a créé de celui-ci sont épouse, et qui de ces
deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et
de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous
implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du
sang. Certes Allah observe ce que vous faites » (Les femmes
04 - Verset 1)
« Ô vous qui croyez! Craignez Allah et parlez avec droiture.
Afin qu'Il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés.
Quiconque obéit à Allah et à Son messager obtient certes
une grande réussite. » (Les coalisés 33 - Verset 70 - 71)
La meilleure parole est la Parole d’Allah et la meilleure guidée
est celle de Muhammad, Que la paix et la bénédiction
d'Allah soient sur lui, ainsi que sur sa famille et ses
compagnons.
Les pires des choses sont les choses inventées (dans la
religion) et que toute innovation est un égarement. Et tout
égarement est dans le Feu.
Ceci dit :
Voici un recueil non exhaustif des Fatawas des savants
contemporains sur la formation, la gestion et les conditions
des associations islamiques de bienfaisance et de
prédication.
PAGE 2
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
1- La présidence générale des recherches scientifiques et
de la délivrance des fatwas d’Arabie Saoudite
Question 1 : « Est-il permis de créer des partis islamiques dans un Etat laïc d'une
façon officielle et dans un cadre règlementaire mais d'un autre objectif qu'est la
prédication secrète? »
Réponse 1 : « Il est permis aux Musulmans qui subissent l'épreuve de résider dans
des pays mécréants de se réunir et de s'entraider sous le nom des partis ou des
associations islamiques, car c'est de l'entraide dans l'accomplissement des
bonnes œuvres et de la piété. Qu'Allah vous accorde la réussite et que les
prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille
et ses compagnons. »1 Président : Sheikh `Abd-Al-`Azîz ibn Bâz ; Membres : Sheikh `Abd-ArRazâq `Affifî, Sheikh `Abd-Allah ibn Ghoudayân et Sheikh `Abd-Allah ibn Qa`oud.
Question 2 : « Cette année, à l'association caritative de mémorisation du Noble
Coran à Taëf, nous avons bénéficié de trois types de don : (Zakât, don, aumône
inépuisable). La Zakât a été dépensée dans son canal, à savoir les pauvres
adhérents de l'association. Les dons sont habituellement consacrés aux salaires
des fonctionnaires, des enseignants du Coran et aux primes des étudiants. Mais,
la difficulté que nous éprouvons se situe dans ce qu'on appelle aumône
inépuisable. D'aucuns envoient cent Riyals et disent qu'ils sont une aumône
inépuisable. Nous l'avons additionnée et le total a donné une somme
considérable. Nous n'avons pas encore disposé d'elle en attendant de savoir
l'avis de votre éminence sur la manière de la dépenser ».
Réponse 2 : « Les aides qui vous parviennent sous l'appellation "aumône
inépuisable" doivent être totalisées et dépensées dans l'achat des immeubles
dont le revenu sera dépensé pour l'intérêt de l'association. Il n'y a pas de mal à
les utiliser pour restaurer les immeubles existants et qui sont des legs pieux
appartenant à l'association. Nous implorons Allah de nous accorder la réussite
ainsi qu'à vous et de nous aider dans tout le bien. Qu'Allah vous accorde la
réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi
que sur sa famille et ses compagnons »2. Président : Sheikh `Abd-Al-`Azîz ibn Bâz ;
Membres : Sheikh Sâlih Al-Fouzân, Sheikh`Abd-Al-`Azîz Al Ach-Chaykh et Sheikh Bakr Abou Zayd.
Question 3 : « Une recherche a été menée sur plusieurs comptes appartenant à
l'association dans les banques locales dans le but de faciliter l'acheminement
des aides, des cotisations, des Zakât, des aumônes et autres à l'association par
la voie de ses multiples comptes. L'objectif était de faciliter le paiement par les
individus, les banques et les sociétés vu la proximité du compte de l'association
par rapport à chaque organisme et à chaque individu. Nous vous exposons ce
thème pour être orienté sur la conduite à ternir. Qu'Allah vous garde et vous
préserve »
1
Source:http://www.alifta.com/Fatawa/FatawaChapters.aspx?View=Page&PageID=9142&PageNo=1&BookID=9
2
Source :http://www.alifta.net/Fatawa/FatawaDetails.aspx?View=Page&PageID=13355&PageNo=1&BookID=9
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 3
Réponse 3 : « Il n'y a pas de mal à ouvrir des comptes pour l'association de
bienfaisance ou toute autre association dans des banques, si l'objectif est ce
qui est mentionné dans la question. Cela facilite les choses et ne renferme
aucun interdit. Il est plutôt interdit d'ouvrir un compte pour l'investissement
interdit et de prendre des intérêts sur les dépôts, suivant le hadith : Le Messager
d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) maudit celui qui reçoit l'usure, celui qui la
donne, les deux témoins de la transaction et celui qui écrit l'acte. Qu'Allah vous
accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que
sur sa famille et ses compagnons. »3 Président : Sheikh `Abd-Al-`Azîz ibn Bâz ; Membres :
Sheikh`Abd-Al-`Azîz Al Ach-Chaykh Sheikh `Abd-Allah ibn Ghoudayân, Sheikh Sâlih Al-Fouzân et
Sheikh Bakr Abou Zayd.
Question 4 : « Est-il permis de faire la collecte de l'argent dans les mosquées de
France pour les projets de charité? Est-il permis de vendre les livres islamiques
dans les mosquées de France ?».
Réponse 4 : « Il est permis de collecter les dons financiers dans la mosquée au
profit des associations de bienfaisance, vu que cela est une marque d'entraide
dans l'accomplissement des bonnes actions et le bien. Allah (l'Exalté) a
dit: {Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la
piété} Quant à la vente des livres islamiques dans les mosquées, elle n'est pas
permise, que cela ait lieu en France ou ailleurs, selon cette parole du Prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam): ( Si vous voyez quelqu’un vendre à l’intérieur de
la mosquée, alors dites-lui :"Qu'Allah ne te fasse pas profiter de ton
commerce.") En plus, c'est une façon de transformer les mosquées en marchés,
or, elles ne sont pas construites pour cela, mais, plutôt pour adorer Allah,
l'invoquer, s'instruire, etc.. On doit donc les préserver de tout ce qui implique le
vacarme et l'élévation des voix et de tout ce qui peut susciter la dispute et le
conflit à cause des affaires mondaines. Par contre, on peut les vendre à
l'extérieur aux portes de la mosquée. Qu'Allah vous accorde la réussite et prière
et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses
compagnons ». 4 Président : Sheikh `Abd-Al-`Azîz ibn Bâz ; Membres : Sheikh `Abd-Ar-Razâq
`Affifî, Sheikh `Abd-Allah ibn Ghoudayân et Sheikh `Abd-Allah ibn Qa`oud.
3
Source:http://www.alifta.net/Fatawa/FatawaDetails.aspx?View=Page&PageID=4903&PageNo=1&BookID=9
4Source :http://www.alifta.com/Fatawa/FatawaDetails.aspx?View=Page&PageID=2057&PageNo=1&BookI
D=9
PAGE 4
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
2- L’Imâm, le Mouhadith, Sheikh Muhammad Nâsir Ad-Din
Al-Albani (qu'Allah lui fasse miséricorde)
Sheikh Al-Albani (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit dans « Silsilat al-Houdâ wa
Nour » n° 590 : « Toute association fondée sur une base de l'islam authentique,
dont les dispositions sont issues du Livre d’Allah, de la Sunna du Messager d'Allah
et de sur quoi étaient nos pieux prédécesseurs; toute association fondée sur
cette base, il n'y a pas lieu de la blâmer ni de l’accuser de partisanisme
(hizbiyyah), parce ceci est compris dans la signification de la parole d’Allah
Tout-puissant: { Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de
la piété } Sourate Al-Mâida, et l’entraide est visée législativement, et ses moyens
peuvent varier d’une époque à l’autre, et d’une ville à l’autre. Par conséquent,
il n’y a aucune raison d'accuser de partisanisme ou d’innovation une
association qui a été fondée sur cette base, parce que cela contredit ce qui est
établi chez les savants en ce qui concerne la distinction entre l’innovation dans
la religion, qui est généralement décrite comme étant un égarement, et la
bonne tradition (sunnah hassana).
La bonne tradition : c’est une méthode qu’on innove et qu’on réalise afin de
mener les musulmans à une chose voulue et légiférée par un texte, ces
associations à cette époque ne différent pas, en terme de moyens, des moyens
qui ont été innovés à cette époque pour faciliter aux musulmans d’atteindre
des objectifs légiférés ; tel que l’utilisation de notre part des différents types
d’enregistreurs durant cette assise, ce sont des moyens qui ont été innovés, s’ils
sont utilisés pour atteindre un objectif et un but légitime, ils sont donc un moyen
légitime, sinon, ils ne le sont pas. De même les nombreux et différents moyens de
transport de nos jours tels que les voitures et les avions et ainsi de suite ; ce sont
aussi des moyens qui, s’ils sont utilisés dans la réalisation des fins légitimes, sont
légitimes, sinon ils ne le sont pas. »
Et il a aussi dit, dans la cassette n°358, quand il a été questionné sur le jugement
des associations de bienfaisances: « ceci nous ramène à dire que la question
est la même dans tout les pays islamiques, si vous avez une association de
bienfaisance, nous avons aussi peut-être plus d’une association de
bienfaisance, et en Syrie aussi et ainsi de suite, et la réponse inclus toutes ces
associations dans tous les pays du monde, et surtout ceux qui vivent dans les
pays de mécréance, en Europe, en Amérique etc… Si ces associations sont
basées sur les jugements légaux, elles sont donc permises… »
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 5
3- L’Imâm, le Faqîh, Sheikh Mohammad Ibn Sâlih Al‘Outhaymîne (qu'Allah lui fasse miséricorde)
Sheikh Mohammad Al-‘Outhaymîne (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit dans
« Charh Riyad El Salihin », 1/595 : « L'auteur, qu'Allah lui fasse miséricorde a
mentionné dans le dernier chapitre des ‘Bienfaits d’avantager les autres’ le
hadith de Abu Musa El Ach'ari (qu'Allah l'agrée) et ses compagnons qui font
partie des Ach'ariyin du peuple Yéménite. Ces gens s'entraidaient dans leurs
affaires : lorsque des sommes d’argent leur venaient, ils les rassemblaient et
ensuite ils se partageaient l’argent entre eux de façon équitable. Le prophète
(Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit: " Ils font partie de moi et je fais partie d'eux".
Il a dit cela pour les encourager dans ce qu'ils faisaient. Et ce hadith est une
base (pour légitimer) les associations d'entraide que certaines personnes
ouvrent ces jours-ci. Par exemple, une tribu peut s’unir pour placer une boite de
récolte avec laquelle ils ramassent l'argent qui leur est facilité.... Ils se mettent
d’accord pour que chacun d’eux verse deux pourcent de son salaire, de ses
bénéfices ou d’autres choses semblables à cela. Cette boite de récolte sera
alors utilisée au cas où l’un d’eux est éprouvé par une calamité. C'est le
principe de base dans le Hadith de Abu Musa (qu'Allah l'agrée). Donc, si les
gens récoltent de l'argent de cette façon avec ce genre de boites pour
s'entraider lors des catastrophes ou autres, alors cet acte à une base dans la
Sounna et cela fait partie des affaires licites. »5
Et il a dit, qu'Allah lui fasse miséricorde, dans « Majmou’ fatawa wa rasâil
16/39 » : « Première question : établissement d’un centre islamique… et moi je
soutiens l’idée de sa constitution en fonction des arguments cités par ceux qui
en supportent l’idée. En plus, ceci est susceptible de donner de la visibilité à
l’Islam et démontre que ses gens (les musulmans) en sont fiers et qu’ils
s’occupent de ses affaires. Par la suite, il (le centre) permettra sans doute
d'attirer l’attention des gens de la ville; de réunir ceux qui seront appelés à
l’Islam et qui seront ensuite amenés à se convertir si celui qui invite est sincère, et
s’il a suivi la voie de la sagesse dans son invitation à l’Islam. L’idée de sa
création est donc une bonne idée, noble et bénéfique pour l’Islam et les
musulmans incha Allah. Et les arguments que les opposants ont avancés sont
rejetés par le fait que certains ne sont absolument pas évoquées et d'autres
n’ont pas d’influence ».
Et il a aussi dit, qu'Allah lui fasse miséricorde, dans « Majmou’ fatawa wa rasâil
16/225 » : « …et nous avons été très contents par la constitution d’une
association islamique par les étudiants et les ouvriers musulmans dans la ville
dans laquelle vous êtes à…, cette association s’intéresse à l’Islam et aux
musulmans, nous demandons donc à Allah qu’Il les raffermisse sur cela, et qu’Il
leur accorde la clairvoyance dans la religion d’Allah, et la sagesse dans l’appel
à Lui. »
5
Traduit par AbdelAziz
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
PAGE 6
Et quand on lui a posé la question suivante: « Dans notre ville règne une
divergence chez les jeunes concernant la création d'associations de
bienfaisance qui font des dons aux pauvres et aux orphelins. Également, ils y
enseignent le Coran aux jeunes en leur facilitant les circonstances pour le
mémoriser et apprendre la Sunna. Certains jeunes disent que c'est une
innovation et que c'est illicite parce que ces associations n’existaient pas au
temps du prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), ni au temps des
compagnons (qu'Allah les agrées). La divergence a prit de l'ampleur, les
relations sont tendues et il y a eu des insultes. Chaque personne qui a un
minimum de clairvoyance sait que ceci est en contradiction avec l'esprit de
l'Islam qui interdit la divergence et qui interdit de se tourner le dos et de
s'insulter. C'est pourquoi nous vous demandons conseil pour ces jeunes, tout en
nous donnant une fatwa car il me semble que les personnes dans les deux
camps vous aiment et vous font confiance pour votre science. Qu'Allah vous
récompense ? »
Il a répondu -rahimahullah- : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très
Miséricordieux. wa a'leykun Al Salam wa rahmatullahi wa barakatuhu. Il n'y a
pas de mal à créer ce genre de comités pour recevoir des dons et l'argent de
la Zakat ou d’autres dépenses licites car ceci fait parti des moyens qui
permettent de mettre de l'ordre dans ces affaires, d’encaisser et de distribuer
l'argent. Il s'agit d'un objectif qui est licite et dont le but est uniquement de
structurer ces choses. Et tout ce qui est un moyen pour atteindre un objectif
licite est permis tant que la personne ne considère pas ce moyen en soit
comme une adoration. Ecrit par Mohamed El Saleh El Utheymin le 11/7/1417 »6.
6
Source : ‘Madjmu’a Fatawa wa Maqalat El A’llama Ibn Utheymin’, 18/296. Traduit par AbdelAziz
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 7
4- L’Imâm, le Muhaddith, Sheikh Moqbil Ibn Hâdî AlWâdi'î (qu'Allah lui fasse miséricorde)
Question: « Nous allons vous citer quelques paroles, non pas pour vous accuser
mais plutôt pour que vous puissiez clarifier le sujet en question à d'autres
personnes. En vous posant cette question nous espérons obtenir une réponse de
votre part qui nous aidera à vous défendre, qu'Allah vous préserve et vous
accorde la réussite.
Premièrement, ils disent que vous interdisez l’organisation, le travail en
communauté et les associations de bienfaisance ? »
Réponse: « En ce qui concerne ma parole sur l’organisation, je vous renvois à
mes livres et mes casettes. C'est une chose que je n'ai jamais interdite. Je parle
bien des organisations qui ne contredisent pas le Coran et la Sunna. Par contre
nous piétinons les organisations qui contredisent le Coran et la Sunna parce que
le prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : "Toute affaire de la Jahiliya
(période préislamique) est abandonnée et écrasée sous mon pied", comme il a
été mentionné dans le hadith de Jabir dans Sahih Muslim.
Par contre l’organisation qui ne contredit pas le Coran et la Sunna est
indispensable car la da'wa et le Jihad ne peuvent avoir lieu sans être organisé.
La manière de vivre de la personne et les relations qu’elle entretient avec sa
famille ne peuvent se faire que si elle structure sa vie et qu'elle organise ses
affaires.
Il s'agit d'un mensonge clair et Allah n'a fait descendre aucune preuve à ce
sujet. Un frère est venu me voir d'Indonésie en me disant : "En Indonésie, il y a
des gens qui disent qu'il y a un cheikh au Yémen qui donne des cours mais qui
interdit l’organisation et le travail en communauté". Ce sont des accusations
diaboliques qui ont été propagées par des gens envieux. Mais "Il se peut que
vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien". Ce
frère Indonésien est donc venu ici et est resté un certain temps. Je vous renvois
donc à mes livres et mes casettes et je vous dis : je n'ai jamais interdit
l'organisation. Au contraire, nos affaires ici sont organisées par la grâce d'Allah,
bien que nous ayons des défauts. Et les associations de bienfaisance ne doivent
pas être désapprouvées.
Par contre, les associations comme l'association d'El Hikma et l'association d'El
Islah sont des associations qui servent la cause de la hizbiya et c'est ce genre
d'associations que nous désapprouvons car elles servent de couverture pour le
sectarisme (hizbiya) et c'est ce qu'on désapprouve. Et parmi les choses
étonnantes qui ont eu lieu, c'est qu'une personne est parti voir Cheikh Ibn
Utheymin et lui a demandé: "Que dites vous de celui qui dit qu'il est interdit de
s'entraider dans le forage des puits, la constructions des mosquées et
l'assistance aux orphelins?" Le Cheikh a répondu que ce ne sont pas des
innovations. Si on avait dit à Cheikh Ibn Utheymin que c'était la parole de
Moqbil Ibn Hadi il ne se serait pas précipité dans sa réponse. Et j'ai été informé
PAGE 8
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
que celui qui a posé la question s'appelle Zuheyr. Il faut donc que la personne
agisse posément dans ce genre de situations.
Et nous ne rendons pas haram (illicite) l'entraide dans la construction des
mosquées, le forage des puits ou l'assistance aux orphelins. Nous interdisons
uniquement le sectarisme enveloppé qui tombe sous une association ou autre.
Moi, je suis contre la hizbiya, je suis son ennemi et je mettrais les gens en garde
contre le sectarisme tant que je serai en vie. En Arabie Saoudite il y a des
associations conçues pour aider les gens dans le besoin, construire les
mosquées, aider les gens qui ont besoin de se marier. Et c'est une bonne chose
car Allah a dit : "Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et
de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression". Par
contre, ce que nous désapprouvons c'est le sectarisme dissimulé et nous en
avons déjà parlé dans "El Bara'a min El Hizbiya" et dans "Tahdhit Dhawil Falah
min Taghutiya El Islah" »7
7
Source : ‘Gharat El Achrita A’la Ahl El Djahl wa Al Safsata’, p. 81-82. Traduit par AbdelAziz.
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 9
5- le Sheikh, l’Erudit Dr. ‘Abdelmouhsin Al-‘Abbâd -
enseignant à
la Mosquée Prophétique et ancien Recteur de l’Université Islamique de Médine (qu'Allah le
préserve)
Question 1 : « Est-il permis de fonder une association dont le but serait l'appel
(da’wah) au Livre et à la Sunnah selon la compréhension des Pieux
Prédécesseurs, cette association étant constituée d’un président et de
membres, tout en sachant qu’on n'autorise pas au gens de la Sunnah de
dispenser des cours ou des conférences dans les mosquées – excepté à celui
qui se conformerait à leurs passions ? »
Réponse 1 : «S’il s’agit d’un pays dans lequel il y a des associations opposées à
la Sunnah et que les gens de la Sunnah souhaitent former une association à
travers laquelle ils auraient de l’influence sur les gens et ils pourraient appeler à
Allah –Le Tout Puissant et Exalté soit-Il -, ceci est certes demandé, il n’y a pas de
mal en cela, c’est plutôt une bonne chose. Contrairement au fait de laisser le
terrain à ceux qui sont éloignés de la Sunnah pour qu'ils se répandent, s'en
réjouissent et égarent les gens. Que les gens de la Sunnah forment un groupe,
tant que le pays contient des groupes non-conformes et qu'il y a parmi eux,
celui qui est proche de la vérité ainsi que celui qui en est éloigné, alors le fait
qu'ils veulent former une association pour appeler au Livre et à la Sunnah et à se
conformer à ce sur quoi étaient les prédécesseurs de la Communauté, ceci est
une affaire à entreprendre. »8
Question 2 : « La section de femmes des écoles de l’association de bienfaisance
pour la mémorisation du Coran organise un plateau de bienfaisance. Ceci
consiste à ce que chaque étudiante prépare quelque chose à manger. Ensuite,
cette nourriture se vend dans les écoles pour aider l’association. Y’a-t-il une
interdiction dans ceci tout en sachant qu’on m’a informé que ceci fait parti des
habitudes des chrétiens ? »
Réponse 2 : «Moi, je ne connais pas cet acte comme faisant partie des
habitudes des chrétiens. Nous avons la conviction que ce genre d’action est
permis car elles sont profitables. Chacun contribue par quelque chose et
l’apporte avec lui pour le vendre à un prix. L’argent de cette vente ira ensuite à
l’association. Ceci fait parti des contributions. Si chaque étudiante contribuait
avec de l’argent au lieu de la nourriture, alors cela reviendrait à la même
chose. »9
8
9
Lien pour écouter et télécharger l’audio : http://centre-al-forqane.be/Al-Abbad_associations.mp3
Source : ‘Explication de Sunan Abi Dawud’. Traduit par AbdelAziz
PAGE 10
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
6- le Sheikh, l’Erudit Zayd Ibn Hâdî Al-Madkhalî - ancien Professeur à
l'Institut de Sciences Islamiques de Sâmitah (qu’Allah le préserve)
Question : « Un questionneur d'Amérique demande : La fondation d'associations
fait-elle partie de la voie des Prédécesseurs ? »
Réponse : « Il est permis de fonder des associations dans un pays musulman pour
des intérêts mondains ou religieux, mais il incombe qu'elles soient soumises à des
conditions agréées par l'Islam. Et ces associations ne doivent pas avoir de
mauvais objectifs et qu'elles œuvrent ainsi à l’encontre de l'islam et des
musulmans, comme ce qu'ont fait les Khawârijs qui ont fondé des associations,
ont amassé de l'argent et puis ils s'en sont servi pour tuer les musulmans et
musulmanes, pour démolir les constructions et pour se rebeller. Ainsi, les
associations sont permises, mais il faut voire leurs objectifs ; si leurs objectifs sont
bienfaisants et que leurs responsables le sont aussi et qu'ils ont des bonnes
intentions, ceci est alors une bonne œuvre et une action valide. Par contre, si les
buts sont mauvais et les responsables font partie des gens de la révolte et des
gens de l'opposition au dogme de l'Islam, il n'y a alors aucun bien en elles, ni en
eux, oui ! »10
10
Lien pour écouter et télécharger l’audio : http://centre-al-forqane.be/Zayd_Madkhali_associations.mp3
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
7- le Sheikh, l’Erudit ‘Ubayd Al-Jâbirî
PAGE 11
- ancien Professeur à l'Université
Islamique de Médine (qu’Allah le préserve)
Question : « Le questionneur du Maroc dit ceci : Il dit : notre Cheikh, qu’Allah
vous bénisse, nous avons dans notre pays le Maroc, et la louange revient à
Allah, les responsables qui accordent des autorisations aux Salafis pour la
création d’associations qui ont pour but de se charger de l’enseignement
d’étudiants en science religieuse et de la propagation de la da’wa salafiya. Les
frères d’ici (de chez nous), les appellent communément « Dawr Al-Quran » ou «
Dour Al-Quran» et le nombre de ces associations, notre Cheikh, commence à
augmenter. Quel conseil donneriez-vous donc à ce sujet, en particulier aux
frères qui pensent ouvrir une association propre à eux dans presque toutes les
villes ? »
Réponse : « Si ces associations se préoccupent de l’enseignement du Livre
(Coran) et de la Sounnah, et selon la compréhension des pieux prédécesseurs,
alors il n’y a pas de raison de les interdire insha Allah, car elles sont semblables à
des écoles ou des centres qui appellent à la Sounnah. Cependant, ceci est
conditionné par le fait qu’on ne doit pas se lier avec elle par une quelconque
alliance et ni par un quelconque désaveu; ainsi on ne doit pas dire qu’untel fait
partie de telle association, alors il ne doit pas faire partie des nôtres et celui-là
fait partie de l’association de telle commune, alors il ne doit pas faire partie des
nôtres. Aussi, on ne doit pas faire de réprimande à celui qui s’absente aux cours
; en effet, pour les employés à qui ont a confié l’organisation des activités de
ce groupe ou de cette association, ceux-là doivent être là en permanence,
chose que doit être établie par le Président de l’association »11
11
Lien pour écouter et télécharger l’audio : http://ar.miraath.net/fatwah/2912
PAGE 12
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
8- le Sheikh Dr. Sâlih Ibn Sa’d As-Souhaymî - Enseignant à la Mosquée
Prophétique et ancien Chef du département de la croyance à l'Université Islamique de Médine
(qu’Allah le préserve)
& le Noble Sheikh Mohammad Bin Ramzaan
Al-Haajiri - Conférencier à la Commission Royale de Jubail en Arabie Saoudite (qu’Allah le
préserve)
Le Sheikh Mohammad Bin Ramzaan Al-Haajiri : « Il y a de nombreuses questions
en ce qui concerne un sujet que je vais présenter à votre excellence :
Question : « Nous sommes des frères Salafis et nous voulons établir (une
association) « Dar Al-Hadith » dans le but de faire la mémorisation du Qor’an et
de la Sounnah et de contacter les hommes de science et de profiter d’eux.
Mais certains frères se sont objectés et ils ont dit : « Ce sont des organisations et
des associations et les associations engendrent la Hizbiyyah (le partisanisme). »
Quel est votre conseil pour ceux-là ? »
Réponse :
Le Sheikh Salih Ibn Sa’d As-Souhaymi : « Je dis Ô mes frères, les associations sont
de deux catégories :
« Une catégorie qui a pour objectif l’organisation – et rien d’autre – d’ordonner
les affaires dans un ordre qui est légiféré et auquel nous invite la Shari’ah. Car la
législation aime l’ordre et invite à faire les choses avec maîtrise. Allah Le Très
Haut dit : « Allah aime ceux qui combattent dans Son chemin en rang serré
pareils à un édifice renforcé. » [Traduction du sens As-Saff : 4]
Et : « Et cramponnez-vous tous ensemble au ‹Habl› (câble) d'Allah et ne soyez
pas divisés » [Traduction du sens Aalou ‘Imran : 103]
Le prophète (sallallahou ’alaihi wa salam) ordonnait les rangs dans la Salat et
dans le Djihad et ainsi de suite. Si l’objectif de la création d’une association en
particulier est d’ordonner les choses pour qu’il n’y ait pas de chaos et pour que
ça ne devienne pas un jeu entre les mains de quelqu’un et pour éviter qu’un
individu quelconque en prenne possession sans qu’il n’y ait pas d’affiliation
spécifique basée (sur autre que la Sounnah) ou sur des serments d’allégeance
partisane (Hizbiyyah) (dans ce cas cela est permis). Alors faites attention à ces
restrictions. À condition que ces associations :
1-
Soient exemptes de « Bay’aat Hizbiyyah » (des serments d’allégeance
partisane).
2- Soient exemptes de « Wala-aat Hizbiyyah » (d’affiliation spécifique basée
sur autre que la Sounnah).
3- Soient exemptes de toute contradiction à la Shari’ah : comme de faire des
compromis dans un élément de la législation ou de la religion dans le but
d’amener des gens à nous rejoindre. C’est une chose que beaucoup
d’associations et de partis font.
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 13
4- Aient pour seul objectif d’organiser les choses pour qu’il n’y ait pas de
chaos.
5- Ne se voient pas imposer de conditions par les personnes à qui elles
demandent de l’aide ; et en particulier quand celles-ci ont une tendance
Hizbiyyah.
Donc si ceux qui veulent créer une association respectent ces conditions, je ne
vois aucun mal du tout à cela. Et je suis, moi-même, membre d’une association
pour la mémorisation du Coran dans la ville de Médine et je suis membre de
plusieurs comités qui ressemblent à des associations mais qui n’en sont pas.
La divergence n’est pas apparue au sujet de l’appellation « association » - que
tu l’appelles association ou autre – la divergence est apparue lorsque certaines
associations se sont mises sous la gérance d’une Hizbiyyah spécifique. Je vous
rappelle donc ces quelques restrictions et il est possible que mon frère (Sheikh
Ramzaan) ajoute certaines restrictions également. Je vous ai ajouté certaines
conditions spécifiques pour que la création d’associations soit permise, ajoutons
à cela que dans certains pays et en particulier certains pays non islamiques, il
ne sera pas autorisé à quiconque de faire une activité excepté sous couvert
d’une association enregistrée auprès de l’État, n’est-ce-pas ?
L’important c’est qu’on sélectionne ceux qui vont gérer ces associations pour
qu’ils ne soient pas des Hizbiyyines ayant des serments d’allégeance secrets et
qu’il n’y ait pas d’alliance et de désaveu (Al-Walaa wal-Baraa) basée sur des
têtes particulières : par exemple, si untel n’a pas fait telle chose, ou encore
parce qu’il a dit telle ou telle chose on l’expulse du groupe.
Non, faites attention !
Voici la différence entre l’association qui est créée par les Hizbiyyines et
l’association au sujet de laquelle je ne vois aucun problème lorsqu’elle est
créée par des frères Salafis. Donc le but ne doit pas dépasser le fait de mettre
de l’ordre : untel va faire ceci, tel autre est responsable de cela, untel fait telle
autre chose, celui-là est trésorier…c’est comme les administrations (AdDawaawines).
Qui a approuvé les administrations au tout début, après le prophète (sallallahou
‘alaihi wa salam) ? C’est ‘Omar Ibnoul Khattab. Donc ces associations sont
comme les administrations de l’État. Est- ce qu’on peut s’objecter ? Nous disons
que les administrations que l’État a créées pour superviser telle ou telle chose…
Est-ce que de créer ce genre d’administrations est Haram ? Non, jamais. Ceci
est incorrect. Je considère que les associations ne sont pas différentes de ce
genre d’administrations. En réalité nous demandons à Allah de bénir les efforts
des frères et ils doivent créer ce genre d’institutions, peu importe qu’on les
appelle « associations » ou autres, du moment qu’elles respectent les conditions
et les restrictions que j’ai mentionné et qu’ils organisent leurs affaires et qu’ils
demandent des financements de ceux qui ne leur imposent pas de forme de
Hizbiyyah ou de choses de ce genre. Je ne vois donc aucun problème à cela,
par la permission d’Allah et Allah est Celui qui donne le succès. »
PAGE 14
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
Le Sheikh Mohammad Bin Ramzaan Al-Haajiri : « Le Sheikh m’a demandé
d’ajouter quelque chose. Je dis : (les associations) sont comparables aux écoles
qui étaient connues à l’époque des Salafs Salihs. Les écoles sont connues et
elles ont des Awqafs… et ce sont des « maisons ». Et ce grand nombre de
personnes qui s’est rassemblé et ces nobles Shouyoukhs qui se sont présenté n’a
été que le fruit des efforts de leurs frères qui sont de l’association Dar Al-Hadith à
Tikiwine. Est-ce vrai ou non? Qu’Allah les remercie! Ces appellations ne
changent rien aux réalités. Mais je mets en garde contre deux choses, en plus
de ce que notre Cheikh à donner comme avertissement. Et c’est la question de
vouloir être à l’avant-scène (at-Tasaddour), la Fitnah de l’argent et aussi les
femmes. Il faut obligatoirement prendre garde à ces trois choses.
Les questions de vouloir être à l’avant-scène et être le chef. Oui les autorités
exigent qu’il y ait une personne qui s’adresse à eux et qui prend la
responsabilité. Il ne peut pas y avoir dix personnes chacune étant le
responsable. Oui il y a une personne responsable qui consulte ses frères, ils
échangent entre eux leurs opinions et s’ils divergent ils retournent aux hommes
de science. Il n’y en a pas un dont l’opinion à précédence sur l’autre. Donc si
celui-ci est désigné auprès du dirigeant, alors c’est comme si c’est à lui que le
dirigeant a donné la permission de gérer cet endroit. Et ceci après que ses frères
l’aient choisit.
En ce qui concerne les questions d’argent et ce qui touche à cette affaire,
comme l’exagération dans la quête de l’argent. Cela engendre par la suite des
questions qui ne finissent plus. Peut-être qu’il mangera (l’argent) au nom du fait
qu’il s’occupe de l’association, peut-être qu’il mangera (l’argent) au nom du
fait qu’il est de ceux qui y travaillent, peut-être que certaines choses vont se
produire, des choses dont la conclusion n’est pas louable. Alors préservez vos
réputations dans le sujet de la quête de l’argent et mettez plutôt (votre effort)
dans le fait de rassembler les gens par la science. Et parmi les questions
étranges qu’on m’a posées aujourd’hui, il y a celui qui blâme ce
rassemblement! Pourquoi? Il blâme ce rassemblement et il dit : On a dépensé
beaucoup d’argent dans l’organisation (de cet évènement), il est possible de
faire entendre aux gens une cassette ou de lire un livre et on n’a pas besoin de
dépenser d’argent. Qu’en pensez-vous? Ceci est un homme mauvais! Ce
rassemblement le fâche alors il a ramené cette Shoubhah. Je ne dis pas que la
question des associations est permise de façon absolue ou interdite de façon
absolue, mais je suis d’accord avec notre Cheikh dans les détails qu’il a
apportés. Et j’ajoute qu’au sujet des appellations, on ne retrouve rien de plus
proche de ces associations que les noms d’école de science, pour lesquelles les
savants et les dirigeants désignaient des Waqfs. L’école untel et l’école untel
etc. Celles-ci sont très célèbres et la parole est maintenant à son excellence et
c’est une confirmation, nous terminerons cette assise par celle-ci et nous nous
préparons jusqu’à après la prière de ‘Isha. Ô notre Cheikh, à vous la parole…»
Le Sheikh Salih Ibn Sa’d As-Souhaymi : « Il n’y a pas d’ajout à faire, mais je
voudrais clarifier quelque chose. Nous avons fait l’expérience, dans certains
pays Islamiques, de certaines associations qui étaient au départ Hizbis ou qui
désiraient au départ l’argent et ce sont ces associations qui ont fait que certains
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 15
frères sont très irritables vis-à-vis de l’utilisation du mot « association ». Mais ne soit
pas irrité, Ô serviteur d’Allah! Il est vrai que nous les avons trouvés en train de
faire la course à l’argent. Et la situation est arrivée au point que le Cheikh a
indiquée par rapport à la Fitnah – la Fitnah de quoi? – de l’argent. Et ils se font la
course pour une quelconque position. Peut-être qu’ils vont même perdre leur
mosquée à cause de la lutte qu’ils se font entre eux pour avoir une position!
Untel est président! Non! Untel est trésorier! Non! Où sommes-nous par rapport à
Khalid Ibnoul-Walid, Radiyallahou ‘Anhou, lorsque ‘Omar Radiyallahou ‘Anhou
l’a écarté de la position de chef de l’armée toute entière et qu’il a mis à sa
place Abou ‘Oubaydah.
Alors il devient un soldat ordinaire. Celui qui est à l’arrière est à l’arrière et celui
qui monte la garde monte la garde. Ici faites attention à ce que mon frère (le
Cheikh Ramzaan) – qu’Allah lui donne le succès – a mentionné par rapport à la
lutte pour l’argent. Si vous avez le bonheur d’avoir de l’argent, mettez-le au
service de cette association, utilisez-le pour cette association. Et pour ce qui
nous rapportera du bien et qui multipliera nos efforts. Et s’il existe une personne
qui désire faire le bien, alors qu’il place une maison, un immeuble, une terre, un
champ, comme Waqf pour Dar Al-Hadith, alors salut à lui. Et dans la ville de AlMadinah An-Nabawiyyah, on retrouve deux choses :
1- L’école Dar Al-Hadith Al-Madinah, qui a été fondé par Ad-Dahlawi
(Rahimahoullah) et qui l’a mise en Waqf. Elle continue toujours à fournir
beaucoup de bien à l’école Dar Al-Hadith et elle est sous la surveillance de
certains hommes de science. Elle était préalablement géré par notre Cheikh,
‘Omar Ibn Mohammad Fallaatah Rahimahoullah et maintenant elle est gérée
par le petit- fils du fondateur, qui est le frère Ahmad Ya’aqoub Ad-Dahlawi,
qu’Allah le récompense en mieux. Et il est un de nos bons frères et il est le
responsable de l’école. Celui qui l’a fondé vient de l’Inde. Et maintenant elle a
l’abondance et on y retrouve des hôtels, des appartements etc. L’école n’a
donc plus besoin d’aucune subvention. Donc si un commerçant du pays, qui
veut Allah et l’au-delà, est prêt à placer certains de ses biens en Waqf pour
cette association, alors salut à lui. Et par Allah! Voilà ce qui va rester et nous
appelons à ceci dans toutes les villes, à condition que cela respecte les
restrictions que nous avons clarifiées et certaines d’entre d’elles ont étés
indiquées.
2- La chose par laquelle je voulais donner un exemple au sujet de l’association
de mémorisation du Qor’an dans la ville de Al-Madinah. J’ai été choisi comme
membre dans cette association il y a de cela 25 ans. À l’époque, elle ne
possédait aucunes ressources et nous visitions certains commerçants et certains
hommes bienfaisants pour ramasser de l’argent pour elle. On a trouvé certains
Waqfs et on a commencé à acheter des terres et sur laquelle on a placé des
Waqfs. Allez-vous me croire si je vous dis qu’à présent cette association aide
d’autres association de mémorisation de Qor’an! Je vous parle en pleine
connaissance de cause, je suis un membre dans cette association. Nous ne
devons donc pas exagérer dans certaines questions et n’interdisons pas le bien
aux gens. Et aussi, prenons garde de ne pas mélanger les choses et de ne pas
les clarifier. »
PAGE 16
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
Le Sheikh Mohammad Bin Ramzaan Al-Haajiri : « Également, également, ce qui
est rapporté de la part de certain hommes de mérite et de science, ils sont
d’accord avec cette explication détaillée. La preuve de cela étant que
certains d’entre eux ont participé avec nous dans ces rencontres lorsque nous
les avons contactés et elles sont établies par cette association12. Qu’Allah vous
bénisse.
Comme nous vous avions promis, nous allons maintenant partir. As-Salamou
‘Alaikoum wa rahmatoullahi wa barakaatouh. »
Fin de la parole qui est tirée de la rencontre qui s’intitule : Rencontre ouverte
aux questions avec son excellence le Sheikh Salih As-Souheymi, qui fait partie
des enregistrements du quatrième séminaire scientifique de l’Imam de Dar AlHijrah, Malik Ibn Anas, dans le Royaume du Maroc, ville d’Agadir, année 1433 13.
Sheikh -qu’Allah le préserve- fait allusion à Sheikh Rabee’ -qu’Allah le préserve- qui était parmi ceux qui
voyaient la permission, mais à cause de la déviation de la majorité des associations et leur réalité amère, il
a été mené à fermer cette porte, selon le principe de l’obstruction des prétextes (Bab Saddu-Darî’ah),
pourtant, il avait participé au séminaire de l’association Dar Al-Hadith de Tikiwine qu’il autorise
exceptionnellement.
13 Parole traduite par Sulaiman Abu Hammâd Al-Hâytî. Pour écouter ou télécharger en arabe, visitez l’adresse :
http://ar.miraath.net/audio/3327
12
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 17
9- le Sheikh, Dr. Falâh Ibn Ismâîl Al-Moundakâr
- Chef
du
département de la croyance et de la prédication à l'Université du Koweït (qu’Allah le
préserve)
Le Sheikh Falâh Ibn Ismâîl Al-Moundakâr - qu’Allah le préserve – a dit lors d’une
conversation téléphonique avec les responsables du Centre Al-Forqane de
Bruxelles: « …Et en ce qui concerne la fatwa de notre Sheikh, Sheikh Rabî’: cela
est vrai dans nos pays, nous n’(y) approuvons pas les associations et nous
n’avons aucunement besoin d’établir des associations car tu peux (prêcher) en
étant imam d’une mosquée où tu guides la prière sans associations et tu prends
en charge l’enseignement dans les mosquées sans associations. Nous appelons
à ce que nous voulons sans associations mais, de plus, nous écrivons dans la
presse et nos frères au Koweït ont une page entière appelée Al-Ibânah dans les
journaux, etc. Dans la presse quotidienne. Oui ! Et ce sans association, le tout,
sans association !
C’est-à-dire que toutes les activités peuvent avoir lieu dans nos pays : en Arabie
Saoudite, aux Emirats, au Koweït : dans tous, sans association et toutes les
louanges reviennent à Allah. La porte est ouverte ! La porte est ouverte ! Il n’y a
aucun doute que les associations sont une voie… c’est-à-dire que, dans nos
pays, ils ont commencé les associations comme étant des associations salafiya
puis, ne sont pas passées deux décennies ou une décennie, sans qu’elles se
soient orientées selon l’orientation sectaire des Frères Musulmans et peut-être
même pire que (celle des) Frères Musulmans. Nous l’avons vu de nos propres
yeux. Nous, nous n’approuvons pas les associations et n’avons pas cet avis.
Nous n’en avons pas besoin. Tandis que dans ces pays là, nous n’avons pas de
mosquées. Il n’est possible de construire des mosquées ni de construire des
écoles que via ces associations. C’est ce que je sais ».
Le questionneur: « Oui, Oh Cheikh ! Ici en Belgique, toutes les mosquées sont des
associations ».
Le Sheikh Falâh Ibn Ismâîl Al-Moundakâr: « Partout ! En Grande-Bretagne,
partout ! Mais de plus, tu sais, si tu dis que le projet est un projet de telle
mosquée, il se peut que les gênes soient très nombreuses. Tandis que si tu
l’appelles association et centre culturel, alors ils te soutiennent, et alors, l’activité
et autre leur sont autorisés. Il faut tirer avantage de ces choses dans ces pays.
Mais comme je te l’ai dit : ceux-là (qui font des reproches) veulent la
fainéantise, ils veulent dormir ! Celui qui travaille, ils l’empêchent de le faire alors
qu’eux n’ont aucune alternative (à donner) ! Qu’Allah nous préserve et vous
préserve ! »
Le questionneur : « Amîn. Qu’Allah vous protège et vous préserve Ô Cheikh ! »
Le Sheikh Falâh Ibn Ismâîl Al-Moundakâr: « De plus, les choses et la prédication
ont besoin d’organisation et d’ordre et de dons. Tout cela n’est possible qu’au
moyen d’une association dans ces pays. Il ne vous est permis ni d’employer des
gens ni d’utiliser des mosquées ni d’avoir une école ni d’enseigner qu’au moyen
PAGE 18
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
des associations et des centres culturels. C’est ce que je sais concernant les
pays européens »14
Lien
pour
écouter
et
télécharger
forqane.be/index.php?option=com_content&view=article&id=237&Itemid=130
14
l’audio :
http://www.centre-al-
FATWAS DES SAVANTS
CONTEMPORAINS…
PAGE 19
10 - ‘Ali Ferkous
[le Sheikh, le Dr. Mohammad ‘Alî Ferkous - Professeur à la Faculté
des Sciences Islamique de l’Université d’Alger) (qu’Allah le préserve)]
Question : « Quel est le statut de la formation d'associations dont le but serait
l'appel (da’wa) au Livre (Coran) et à la Sounnah selon la compréhension des
pieux prédécesseurs de cette communauté ainsi que la préservation de la
croyance correcte. En sachant que nous sommes dans un pays limitrophe au
votre dans lequel on ne nous permet pas de nous réunir dans les demeures pour
prêcher (da’wa) ou pour étudier la science (religieuse) ? Répondez nous,
qu’Allah vous bénisse ! »
Réponse : « Toutes les louanges sont dues à Allah Seigneur des univers. Paix et
bénédictions soient sur celui qu’Allah a envoyé comme miséricorde pour les
univers, ainsi que sur sa famille, ses compagnons, et ses frères jusqu’au jour
dernier. Ceci étant dit :
L’ensemble des associations, quelque soit leur forme, si on y adhère en s'alliant
aux gens ou en se désavouant d'eux (en fonction de ces associations) et en
aimant et en détestant (en fonction d'elles), ou que les paroles de leurs
responsables et dirigeants sont prises comme des fondements sans aucune
preuve, ou qu’on se soumette aux avis de l’association que l’on considérera
comme confirmés catégoriquement sans que l’on puisse en discuter ou s’y
opposer, et d’autres choses dans ce sens, alors c’est une association sectaire
(hizbiya), même si elle est nommée par le nom de l’Islam ! Elle est donc de ce
point de vue, le désaccord et l’opposition même à Allah et à Son Messager,
paix et bénédictions d’Allah sur lui ! Car la ligne directrice de l’alliance et du
désaveu est la foi en Allah et en Son Messager, paix et bénédictions d’Allah sur
lui. Le Très-Haut a dit : {Tu (Mouhammad) n’en trouveras pas, parmi les gens qui
croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent
à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens
de leur tribu. Ceux-là, Il a prescrit la foi dans leurs cœurs et Il les a aidés de Son
Rouh (secours, lumière, preuve, guidée). Il les fera entrer dans des jardins sous
lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Allah les agrée
et ils L’agréent. Ceux-là sont du parti d’Allah. Le parti d’Allah est celui de ceux
qui réussissent.} [Traduction du sens Sourate 58 verset 22]
Donc, le rassemblement sectaire (hizbi) détestable a divisé la communauté en
secte et parti sectaire et n’a fait qu’amplifier la confusion au fil des années et
du temps!
La religion nous a certes ordonné de nous rassembler autour de la croyance du
monothéisme et du suivi du Messager, paix et bénédictions d’Allah sur lui. Le
Très-Haut a dit : {Et cramponnez vous tous ensemble au câble d’Allah et ne
soyez pas divisés.}[Traduction du sens Sourate 3 verset 103]
{Certes, ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu [ô
Mouhammad] n’es responsable en rien}[Traduction du sens Sourate 6 verset
159]
PAGE 20
FATWAS DES SAVANTS CONTEMPORAINS…
Et même si le regroupement sectaire (hizbi) n’est pas permis, il n’en reste pas
moins que l’entraide légiférée fraternelle basée sur les bonnes œuvres et la
Taqwa et régie par le Coran et la Sounnah n'est pas interdite, conformément à
Sa parole le Très-Haut : {Et entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes
œuvres et de la Taqwa et ne vous entraidez pas dans le péché et la
transgression. }[Traduction du sens Sourate 5 verset 2]
Tout comme la généralité de l'ordre de l’entraide légiférée englobe
l’organisation que le gouvernant met en place pour les musulmans par le biais
d’assemblées officielles telles que les ministères et les organismes qui ne sont pas
empreints du caractère sectaire (hizbi), afin de leur répartir les tâches et les
affaires majeures ayant attrait à la vie mondaine et religieuse. Donc, cela n’est
pas concerné par les textes blâmant le fait de sortir de l’unité de la
communauté, communauté à qui il a été imposé d’être unie. Le Très-Haut a dit :
{Cette communauté, la vôtre, est une seule communauté, tandis que Je suis
votre Seigneur. Faites donc preuve de Taqwa vis-à-vis de Moi ! } [Traduction du
sens Sourate 23 verset 52]
En se basant sur cela, le domaine de l’entraide fraternelle régie par la législation
(islamique) et bâtie sur les bonnes œuvres et la Taqwa est légiféré et demandée
! Et la science est à Allah le Très-Haut.
Et notre dernière invocation est : toutes les louanges sont dues à Allah le
Seigneur des univers. Paix et bénédictions d’Allah sur notre Prophète
Muhammad, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au jour
dernier. »
Alger, le 22 Radjab 1428, correspondant au 6 aout 200715.
15
Lien pour écouter et télécharger l’audio : http://www.ferkous.com/rep/Bb24.php