Nous perdons naturellement 40 à 100 cheveux par jour

Commentaires

Transcription

Nous perdons naturellement 40 à 100 cheveux par jour
Partenaire de votre santé, votre pharmacien vous conseille et vous délivre des
produits adaptés à votre cas.
Les éléments d’information supplémentaires apportés par cette fiche ne peuvent se
substituer à l’avis d’un professionnel de santé connaissant votre situation
particulière.
----- Votre pharmacien ------
2 hommes sur 3 sont concernés.
La perte des cheveux touche aussi
parfois les femmes, avec toutefois
un début plus tardif que chez les
hommes.
Bien qu'on l'associe surtout aux hommes (la calvitie commune),
un éclaircissement lent de la chevelure au sommet du crâne
peut parfois toucher les femmes. Ne dramatisons pas : ces
femmes ne deviennent jamais chauves.
Nous perdons naturellement 40 à 100 cheveux par jour !
Les cheveux ont un cycle continu de croissance et de repos. À la fin de la phase de repos, le cheveu est
éliminé, puis remplacé par un nouveau cheveu et le cycle de croissance recommence.
La perte de mes cheveux est-elle brutale ou progressive ?
Une perte progressive signe généralement une alopécie commune (ou alopécie androgénogénétique). Il
s'agit d'une affection à caractère héréditaire, probablement liée à une influence hormonale. Ce type d'alopécie
entraîne un recul de la bordure frontale des cheveux, ou une calvitie graduelle au sommet du crâne, ou les
deux. C'est le type d'alopécie le plus courant chez les hommes (95 % des cas) : 50% des hommes de 50 ans
présentent une forme légère ou modérée.
Une perte brutale de cheveux impose de consulter votre médecin ou un dermatologue afin d'en déterminer
le mécanisme.
Un dermatologue établira avec vous un diagnostic précis et vous proposera différentes solutions
thérapeutiques adaptés : il vous faudra choisir !
Les médicaments : gare à la rechute !
Les médicaments utilisés dans les cas d'alopécie liée à l'âge ou héréditaire sont souvent efficaces.
A appliquer directement sur le cuir chevelu ou à prendre par la bouche, ils agissent :
- soit sur l'irrigation sanguine de la racine du cheveu
- soit sur la synthèse des hormones mâles (androgènes)
Il existe aussi un médicament à usage local dont on ne connaît pas le mécanisme d'action mais qui
marche spécifiquement sur l'alopécie.
La perte de cheveux peut aussi s'expliquer par une carence en fer si le flux menstruel est important ou
si votre alimentation est pauvre en viande rouge et en légumes verts frais. Un apport supplémentaire en
fer corrigera le problème.
Dans la plupart des cas vous pourrez voir une amélioration. Cependant le traitement doit être poursuivi sur le
long terme : si vous stoppez les médicaments ou la supplémentation en fer, vous courrez à la rechute !
Informations de publication
Médecin rédacteur Dr Jérôme CACARIÉ McCann Santé Multimédia
Partenaire de votre santé, votre pharmacien vous conseille et vous délivre des
produits adaptés à votre cas.
Les éléments d’information supplémentaires apportés par cette fiche ne peuvent se
substituer à l’avis d’un professionnel de santé connaissant votre situation
particulière.
----- Votre pharmacien ------
(Suite)
Les moyens physiques
Les traitements physiques conviennent aux alopécies rebelles au traitement médicamenteux, ou bien si vous
souhaitez avoir un effet immédiat et permanent.
Les greffes de cheveux viennent au secours
de nombreux hommes et de certaines femmes
souffrant de calvitie évoluée : la technique
consiste à prélever des cheveux dans les
régions du cuir chevelu moins susceptibles
d'être touchées par la calvitie et à les greffer
dans les régions clairsemées. Les cheveux ainsi
greffés continuent de pousser comme s'ils se
trouvaient à leur emplacement d'origine.
Même pour une greffe de cheveux, les chirurgiens
traitants doivent être diplômés par la faculté de
médecine.
Il existe trois type de greffes : la mini greffe ( 3 à 5
cheveux par greffon), la micro greffe (1 à 2 cheveux)
et l'implant folliculaire (la découpe se fait à l'aide
d'instruments de vision pour n'extraire qu'un seul
follicule pileux avec sa racine).
Pour éviter tout litige, demander un devis avant tout
début d'intervention.
La réduction du cuir chevelu (ou réduction de tonsure) est un autre type d'intervention chirurgicale au
cours de laquelle on prélève une plaque chauve pour joindre ensuite les extrémités restantes du cuir
chevelu. Cette intervention permet de réduire la taille de la région dégarnie.
Enfin, les postiches, ou perruques, ont subi d'importantes améliorations depuis leur création et passent
aujourd'hui souvent inaperçus. Ils nécessitent un entretien régulier et doivent être remplacés tous les 18 à 36
mois.
Les petits moyens
Si la cause retrouvée à votre perte des cheveux est un grand stress (grande fatigue, grossesse, grande
émotion, intervention chirurgicale, deuil…), les solutions sont à rechercher dans les compléments
alimentaires et des traitements médicamenteux locaux.
Dans tous les cas, veillez à ne pas traumatiser vos cheveux : évitez les brosses trop dures, les sèchecheveux trop chauds, les shampoings trop fréquents, les chignons trop serrés et les colorations agressives
ou trop fréquentes.
Privilégiez au contraire les soins hydratants du cheveux, les massages du cuir chevelu (que vous ferez vousmême à chaque lavage pendant plusieurs minutes), une alimentation équilibrée.
Attention à ne pas croire aux shampooings ou lotions miracles… le marché en regorge.
Au total
Rappelez-vous que l'essentiel pour stopper une chute de cheveux
est d'en déterminer la cause : votre médecin vous orientera
précisément en vous indiquant ce qu'il faut changer de vos
habitudes et quel traitement vous conviendrait le mieux.
Votre pharmacien vous conseillera les produits qui ont fait leurs
preuves.
N'hésitez pas non plus à voir un dermatologue spécialiste de la
perte de cheveux.
Pour vous les hommes, dites-vous
également que les mœurs et les
modes ont changé, et qu'un crâne
chauve à 30 ans peut aussi être
synonyme de jeunesse et de vigueur.
L'abstention thérapeutique, pour une
«maladie» qui n'en est la plupart du
temps pas une, constitue de ce fait
un choix raisonné très largement
répandu.
Informations de publication
Médecin rédacteur Dr Jérôme CACARIÉ McCann Santé Multimédia

Documents pareils