Voir la brochure - Office de tourisme du vignoble de Nantes

Commentaires

Transcription

Voir la brochure - Office de tourisme du vignoble de Nantes
CLISSON
Patrimoine religieux
XII-XVè
Eglise
Temp liers
EGLISE STE MADELEINE DU TEMPLE /
CHAPELLE DES TEMPLIERS
Localisation
En ville. Quartier de la Madeleine,
en direction de Cugand Montaigu.
Cette église, de fondation romane, date de la fin du XII ème siècle et constitue l’ultime édifice d’une
des nombreuses commanderies des Templiers ou chevaliers du Temple, ordre militaire et religieux,
fondé en 1119, qui se distingua par ticulièrement en Palestine.
Les commanderies templières furent introduites en Bretagne en 1142. Attestée à Clisson avant
1213, Elle dépendait de la Commanderie de Mauléon, diocèse de Maillezais, en Poitou. Elle disposait,
en plus de l’église, d’un manoir, du moulin de Plessar d, de terres cultivées et d’un cimetière.
L’église paroissiale de la Madeleine du Temple comprend une par tie ancienne construite à la fin du
XII ème siècle, époque transitoire entre l’Art Roman et l’Art Gothique.
•
•
•
•
Elle est composée d’une nef, d’un chœur et d’une abside voûtés en berceau
légèrement brisé.
L’édifice présente une série de baies romanes ébrasées, à voussures ainsi
que des contreforts romans à glacis.
Son clocher fronton à 2 rampants, à baie géminée en plein cintre, est
caractéristique des églises templières.
Sa façade romane très pure est remarquable par l’élégante harmonie de ses
proportions et par sa simplicité.
D’après Ber thou, « les gens de toute la contrée avait une grande admiration pour l’église de la Madeleine,
de style si simple et si harmonieux et disaient qu’elle avait été construite par les fées que l’on voit encore. Il
est à croire que ces fées sont les modillons romans à figures étranges qui décorent la cor niche extérieure de
l’abside ».
•
•
La toiture en pierre, réalisée par les Compagnons du Tour de France en 1977-78,
remplace une ancienne couverture d’ardoises.
A l’intérieur de l’église romane, nous pouvons remarquer deux enfeus sous arceaux
ainsi que la présence d’une pierre tombale sculptée d’un abacus des hospitaliers
c’est-à-dire un fût surmonté d’une croix pattée (croix dérivée de la croix de Malte).
L’église primitive est précédée d’une avant-nef, en grande partie détr uite, qui est du XV ème siècle
.Elle appartenait à la paroisse de la Madeleine, tandis que l’église romane restait aux chevaliers de
Malte, successeurs des Templiers.
En dehors et à droite de l’église, demeurent les murs d’une ancienne chapelle du XVII ème siècle
dédiée à Notre Dame des Victoires et fondée par un seigneur du Pin Sauvage dont le manoir se situe
non loin de l’église. On peut voir encore aujour d’hui les 2 niches qui renfermaient des statues sur le
mur du fond.
La Madeleine, au XVIII ème siècle, était le centre d’une paroisse comprenant une soixantaine de
feux et dont le territoire s’étendait sur un côté de la route qui, de l’église, mène à Clisson jusqu’à St
Gilles. Toutes les maisons qui en faisaient partie portaient une croix de Malte, sculptée au-dessus de
leur entrée.
Le 6 avril 1789, les paroissiens de la Madeleine du Temple rédigèrent, dans l’église, un petit cahier
de doléances. En 1794, la commanderie fut entièrement détr uite par les colonnes du général
Turreau, hormis le sanctuaire des Templiers.
Cette église inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques depuis le 9 janvier 1926, faisait encore
l’objet de pèlerinages au début du XX ème siècle, ces der niers étant dédiés à St Mar guerite dont elle
possédait la statue. Celle-ci était objet de la vénération de tous, particulièrement des femmes
enceintes qui s’y rendaient en pèlerinage.
En 1962, la chapelle dite des Templiers est devenue propriété de la ville de Clisson qui œuvre
désormais à sa conservation et à son animation.
Elle accueille désormais l’exposition et l’atelier sur le papier de l’association « Pour les Arts
graphiques en Vallée de Clisson »
Bibliographie :
Le Patrimoine des communes de Loire-Atlantique, Flohic éditions, 1999
Clisson et ses monuments, Berthou, copyright Gisèle Coulon-Lumeau, 1990

Documents pareils