Baie d`Along (1920

Commentaires

Transcription

Baie d`Along (1920
Mise en ligne : 13 juillet 2014.
Dernière modification : 22 septembre 2014.
www.entreprises-coloniales.fr
LA BAIE D’ALONG
(1920-1940)
Le tourisme en baie d'Along.
par W.
(L'Éveil économique de l'Indochine, 25 juin 1922)
Plusieurs dames se sont embarquées mardi 13 juin par le Hongkong, de la
maison P. A. Lapicque1 , pour Hongkong. Ce navire était en baie d'Along chargeant
du calcaire pour le grand port anglais. Ces dames furent conduites au mouillage
par une chaloupe de la maison Roque. Elles auront eu, avant le départ du navire,
l'occasion dé consacrer une journée à la visite de la baie d'Along.
Tant que M. le Directeur du Bureau Officiel du Tourisme n'aura pas réussi à
empêcher les navires de P. A. Lapicque et Cie de faire en baie d'Along pour le
calcaire ce que les compagnies minières font pour le charbon, le Hongkong viendra
tous les quinze jours faire son chargement de cailloux et amènera de Hongkong
une vingtaine de touristes étrangers qui profiteront des cinq jours de stationnement
du navire pour visiter la baie d'Along, venir à Hanoï et faire une excursion en
automobile dans la Moyenne-Région.
Beaucoup de voyageurs ayant l'intention d'aller à Hongkong préféreront, nous
en sommes certain, au lieu de s'embarquer à Haïphong, aller prendre le bateau dans
la rade du Crapaud. Ainsi, sans dépense supplémentaire, ils auront une occasion
unique de visiter la célèbre baie. Le Hongkong est d'ailleurs un beau navire de
5.000 tonnes susceptible d'être aménagé pour une quarantaine de voyageurs. Sa
popularité ne peut manquer de devenir très grande en attendant que P. A. Lapicque
ait tout de même réussi envers et contre M. Lochard à acquérir en France un
paquebot pour sa ligne de Hongkong à Haïphong.
Espérons que M. le directeur du Tourisme qui au fond, s'il est un touche à tout,
un esprit contrariant et autoritaire, n'est nullement malveillant et passe pour être
fort intelligent, se résignera à voir le tourisme s'organiser de lui-même et par étapes,
en se passant des fonctionnaires. Qu'il se contente en souriant de présider un
Bureau de Tourisme grassement payé pour ne rien faire, mais au moins ne nuisant,
pas à ceux qui font quelque chose.
En particulier, nous voudrions voir M. Lochard renoncer à l'idée d'un hôtel en
face de Hongay […]
D'ailleurs, c'est grâce à ce commerce des cailloux, qu'au nom du tourisme on
aurait voulu empêcher, que le tourisme va pouvoir commencer à prendre au Tonkin
quelque développement. Or les navires qui viennent chercher ces cailloux suffiront
à loger, pendant leur séjour en baie d'Along, les touristes qu'ils amèneront de
Hongkong et les touristes Tonkinois qui profiteront d'un voyage à Hongkong pour
visiter la baie, soit à leur départ soit à leur retour.
———————————
Lapicque, qui a eu de intérêts dans l’Éveil à ses débuts, y bénéficie toujours l’objet d’un traitement
de faveur.
1
Pour les touristes de luxe en baie d'Along
par BARBISIER [= Henri CUCHEROUSSET]
(L’Éveil de l’Indochine, 23 novembre 1923)
Le vent est toujours au tourisme : au tourisme tel que le conçoit l'imagination
romanesque du bureau officiel de tourisme.
Après avoir, en vue de ces millionnaires qui vont nous arriver en limousines de
120 chevaux à remorques bourrées de dollars d'or, dotés de micropalaces trois
vagues localités de la côte d'Annam, le bureau du Tourisme a décidé de doter la
baie d'Along et les lacs Babé* de canots à pétrole à grande vitesse. Deux forts
canots sont en construction pour la baie d'Along, qui donneront douze nœuds,
soit deux fois la vitesse des monoroues de la maison Roque [SACRIC].
Avec ces engins, on ne perdra pas de temps en vaines rêveries. C'est à vingt
deux kilomètres à l'heure, au milieu d'un bruit assourdissant répercuté par les échos
des grands rochers, que les touristes défileront à travers les îles et dans les fjords.
Les petits croiseurs de la baie d'Along ne peuvent guère aspirer chacun à moins
d'un pilote, un mécanicien, un aide mécanicien, un matelot et un gardien, plus,
comme amiral de cette escadre, un capitaine européen qui ne saurait être moins
bien traité que ses collègues des douanes.
Après le cadre des hôteliers et gérants de bungalows, le cadre des dames
lingères, le cadre des cuisiniers et maîtres d'hôtels, le cadre des garçons, nous
verrons créer le cadre des officiers de la flotte touristique et le cadre des équipages,
tous ces cadres réclamant la péréquation.
Pour les officiers de la flotte touristique de la baie d'Along, il faudra des maisons
meublées. Ils toucheront 350 p. par mois comme fonctionnaires, plus 50 p.
d'indemnité de vie chère, plus 50 p. de prime de technicité s'ils connaissent le
mécanisme des moteurs, plus 50 p. d'indemnité de fonction pour prendre place
dans le canot de temps en temps, plus 15 p. d'indemnité de déplacement à chaque
sortie, 5 p. s'ils s'éloignent à plus de 1.500 mètres de Hongay, 10 p. d'indemnité de
découchement si l'excursion se prolonge la nuit, 10 p. à titre de guides s'ils
connaissent assez la baie pour donner des explications.
Tout cela, c'est sans doute l'État qui le paiera ; et l'on ne fera payer aux riches
touristes qu'une somme minime.
Seulement, d'où viendront les touristes et où logeront-ils ?
On sait que l'Hôtel des Mines*, que construit la Société des Charbonnages de
Hongay s'est écroulé en cours de construction. Quand il sera reconstruit, dans un
an, sans doute, il pourra recevoir quelques voyageurs en dehors du personnel et
des clients de la mine, car il aura 28 chambres.
Mais ces voyageurs comment viendront-ils ? — Les gens du Tonkin continueront
sans doute à visiter la baie en profitant des excursions par chaloupes monoroues
ou bien en louant de simples sampans, s'ils sont gens de loisir et de bon goût. Mais
les fameux touristes américains, comment viendront-ils si l'Administration continue
à se montrer incapable de relier convenablement Haïphong à Hongkong ? Encore
une fois, on a mis la charrue avant les bœufs. Pas de service rapide, régulier et
confortable entre Haïphong et Hongkong, pas de visiteurs étrangers. Ayons ce
service et l’initiative privée saura bien organiser des excursions en baie d'Along.
Évidemment, elle ne pourrait pas construire un hôtel puisqu'à moins de le bâtir au
haut d'un rocher, il faudrait le bâtir sur un des deux fiefs : le fief de la Société des
Charbonnages de Hongay et le fief de l'Administration militaire à l'île au Buissons,
deux égoïsmes aussi intransigeants l'un que l'autre. Là est la difficulté.
Nous maintenons que ce n'est pas l'affaire de l'État de s'occuper du tourisme.
Son rôle est de rendre le tourisme, comme les voyages des travailleurs et des
producteurs, possible. Qu'il subventionne une ligne hebdomadaire de paquebots de
2.000 tonnes à 13 ou 14 nœuds, confortablement aménagés pour 40 à 50
voyageurs de première classe mettant Haïphong à 36 heures de Hongkong. —
Qu'en second lieu, il achève la route de Haïphong à Hongay et mette un bon bac à
vapeur à Quang-Yên. Qu'en troisième lieu il fasse céder par l'Administration
militaire quelques bons terrains de l'île aux Buissons pour permettre la construction
d'hôtels, restaurants, villas, garages et l'installation d'un petit port pour canots,
chaloupes, sampans et yachts de plaisance.
Nous ne croyons même pas qu'il serait, alors, besoin d'une subvention
quelconque pour amener un groupe haïphonnais à construire un très simple hôtelrestaurant d'une douzaine de chambres et une demi-douzaine d'embarcations
variées : deux ou trois maisons flottantes, deux ou trois sampans quelque peu
aménagés, pourvus peut-être d'un robuste moteur auxiliaire, deux ou trois
chaloupes dans le genre de celles qui pullulent dans le port de Hongkong et qu'on
peut avoir actuellement pour 4 à 5.000 p. rendues à Hongay tous droits payés.
Pas besoin, pour achever de détruire le charme de la baie, de croiseurs à grande
vitesse et grand vacarme.
Évidemment, la Compagnie de Hongay [Charbonnages du Tonkin] pourrait faire
beaucoup pour le développement du tourisme. Elle pourrait agrandir son port et
l'outiller à la moderne pour que les charbonniers chargent en un ou deux jours au
lieu de six ; avoir une adduction d'eau lui permettant de vendre l'eau aux navires,
relier dans son propre intérêt Hongay à Campha par chemin de fer et ouvrir ce
chemin de fer au transport des voyageurs, construire en plus de son hôtel de
Hongay un hôtel d'une douzaine de chambres à Campha, et un bout de chemin
pour que les autos puissent atteindre le tunnel de la Douane.
Les navires charbonniers amèneraient alors des touristes et, pour commencer,
beaucoup de capitaines logeraient à l'hôtel pendant le temps du charbonnage.
Mais ce qui est certain, c'est que le bureau de Tourisme dépensera énormément
de l'argent des pauvres pour flatter de riches touristes qui ne viendront pas
davantage.
Si M. Merlin veut commencer réellement l'ère des économies, qu'il renonce à
cette fumisterie du tourisme, car c'est une farce qui nous mènera loin
financièrement, sans autre résultat que de nous amener plus de missionneux et de
nobles sauterelles.
———————————
La flotte indochinoise
par CATON [= Henri Cucherousset]
(L'Éveil économique de l'Indochine, 18 janvier 1925)
[…] Nous avons pu voir les deux unités destinées à la baie d'Along. Hélas ! nous
craignons bien que la Haute Administration Compétente de la Direction du Haut
Tourisme n'ait, encore ici, manqué le but. Les constructeurs ont construit ce qu'on
leur a demandé de construire, et certes, ils y ont mis toute leur compétence ; c'est
par la conception que les bateaux pèchent.
Ces deux canots sont prêts à entrer en service.
Le plus grand possède deux moteurs Thornycroft de 30 chx chacun, le plus petit
un moteur de la même marque et de la même puissance.
Ils semblent tous les deux bien peu construits pour le service considéré, visant à
la vitesse aux dépens du confort. Quel contraste avec les maisons flottantes (les
zous boites, comme dit l'autre) si spacieux et si confortables, que l'on voit à
Hongkong ! Ces derniers sont munis de toutes les commodités ; six personnes au
moins peuvent y coucher ; beaucoup plus peuvent s'y trouver à l'aise sur un pont
spacieux, couvert de tentes de l'avant à l'arrière.
Les derniers-nés de la Flotte indochinoise, escadre du Haut Tourisme, n'ont que
deux couchettes et n'ont guère de place que pour quatre à cinq personnes sur leur
pont trop exigu.
Et pourquoi cette puissance de moteurs ? On ne va pas en baie d'Along pour
des courses de vitesse. La consommation en essence sera énorme : une touque à
l'heure, soit 30 à 45 $ par jour pour ne donner finalement qu'un ou deux nœuds
de plus qu'une chaloupe à vapeur qui consomme dans sa journée une tonne de
charbon à $ 10.
Serait-ce qu'une fois de plus, sous prétexte de tourisme, on n'aurait pensé qu'à
satisfaire les caprices de princes de l'administration ?
Les villégiateurs paisibles, les vrais touristes, auront avantage, s'ils sont une
douzaine, à louer un de ces confortables hôtels flottants que sont les chaloupes de
la Cie des Chalandages et Remorquages [SACRIC], au lieu de s'entasser dans deux
étroits petits croiseurs, qui leur coûteront beaucoup plus cher et où ils seront très
mal à leur aise après quelques heures de course folle. Quant aux petits groupes, ils
peuvent, d'ores et déjà, trouver à louer à Vat-Chai, sans passer par l'administration
et à des prix modestes, des embarcations de divers types parfaitement adaptées au
tourisme.
Et ces deux canots du Haut Tourisme où les mettra-t-on ? Qui en sera chargé ?
Qui les entretiendra ? Quels en seront les équipages ?
Déjà nous entrevoyons la construction d'un petit appontement, d'un petit
magasin à provisions, d'une maison pour le personnel et, pour celui-ci, la création d
un cadre des Mécaniciens et Pilotes du Haut Tourisme avec des appointements
déraisonnables et une vie de fainéantise, dont l'exemple démoralisera le personnel
des diverses entreprises établies dans le voisinage. Ce sera une école de
bolchevisme comme la honteuse institution du cadre des plantons.
C'est pourquoi : censeo Carthaginem esse delendam. Il est temps de mettre un
terme à la grotesque comédie du Tourisme comme à celle de la Flotte indochinoise.
Qu'on liquide et qu'on en finisse.
————————
Le Haut Tourisme, monopole d’État
par CATON [= Henri Cucherousset]
(L’Éveil économique de l’Indochine, 1er mars 1925)
[…] Blaquière, ayant été chargé par une nouvelle entreprise de tourisme de
France, d'une certaine partie de l'organisation du voyage de six personnes,
accompagnées, honoris causa, par M. et Mme Murat, représentants de la dite
entreprise,se préoccupa, entre autres choses, d'organiser l'excursion en baie
d'Along. Il ne pouvait pas ignorer, et n'ignorait pas en effet, que le Bureau Officiel
du Haut Tourisme avait commandé dans ce but (ou sous ce prétexte) deux canots
automobiles, et il était fondé à croire :
1° — que ces canots seraient en service au début de janvier ;
2° — que ces canots seraient mis à la disposition des touristes.
Tout le monde, en effet, a pu lire dans le Rapport au Conseil de Gouvernement,
page 287, au chapitre Tourisme, paragraphe 2, quatrième ligne : « Au Tonkin, la
mise en service des canots automobiles de la baie d'Along et du lac Babé aura lieu
avant la fin de l'année (1924) ».
Il écrivit donc à Hanoï au fonctionnaire compétent pour savoir à quelles
conditions ces canots pourraient être loués.
Or voici la savoureuse épître qu'il reçut de celui qui, paraît-il, est à Saïgon le
représentant de M. Lochard pour le tourisme, à savoir,... je vous le donne en cent...
M. le Chef de Service de l'inscription maritime, le même qui, à la même époque,
aurait beaucoup mieux fait de s'occuper de l'infortuné vapeur « Haïphong ».
Saigon, 25 novembre 1924
Le Chef du Service de l'Inscription Maritime
à. Monsieur Blaquière
Bureau du Tourisme à Saigon
Monsieur,
J'ai l’honneur de vous transmettre de la part de M. le Directeur des Affaires
économiques à Hanoï la réponse suivante à votre lettre :
Suis surpris que directeur du Tourisme paraisse ignorer que meilleur moyen de
visiter baie d'Along pour groupe huit touristes est location une des chaloupes à
vapeur de Société Chalandage et Remorquage Indochine [SACRIC] boulevard FélixFaure, Haïphong, qui fait ce service depuis fort longtemps et le fera volontiers pour
prince Murat ainsi que m’en suis assuré. Il vous appartient traiter directement avec
cette compagnie pour conditions. Après avoir vu résident supérieur Annam, vous
signale qu'il est inutile que vous vous dérangiez personnellement (sic) pour
accompagner touristes en ce pays, en raison des dispositions qui seront prises pour
les recevoir.
Limitation ressources couchage en certains points nécessite d'ailleurs que
nombre personnes à héberger soit réduit au strict minimum, considération
distinguée.
Hein ! voilà qui vous en bouche un coin !
« Suis surpris que directeur Tourisme paraisse ignorer » etc. ?
Mais il nous semble qu'il n'y avait pas de quoi être surpris. M. Blaquière
n'ignorait certainement pas les services rendus au tourisme en baie d'Along par la
maison Roques et par ses successeurs [SACRIC] ; seulement, il n'ignorait pas non
plus que M. le Directeur des Affaires économiques et du Haut Tourisme s'était fait
fort d'organiser quelque chose de mieux, avait en particulier commandé pour
30.000 $ trois canots automobiles de pur tourisme dont deux exclusivement
réservés à la baie d'Along — Mon Dieu! tout le monde était au courant de la
construction de cette Microflotte Indochinoise. Ce dont on peut être surpris, c'est
que, dans son napoléonien télégramme, M. Lochard n’ait pas soufflé mot de ces
canots. Il aurait pu câbler :
« Regrette que léger retard dans construction canots laisse prévoir seront pas
prêts avant février, suis confus, mais vous engage traiter avec Société Chalandage
[SACRIC] qui a belles chaloupes pour excursions baie ».
Ou bien : « Regrette confusion mais canot réservé plaisir personnel hauts
fonctionnaires seront pas mis disposition croquants ».
Rien de tout cela. M. Lochard s'étonne que le public soit au courant de la
construction des canots de la baie d'Along et ait l'audace de compter là-dessus.
En fait, le public a tort. Le tout n'est pas de commander des canots de luxe
excessivement cher. Voici les canots reçus par une commission bien entendu aussi
compétente que possible. Qui va maintenant acheter essence et huile ? Qui va
prendre le gouvernail et qui conduira la machine ? Où mettra-t-on les canots et qui
les gardera, qui les nettoiera ? Où mettra-t-on en réserve carburant et lubrifiant ?
Qui lavera le linge sale ? Qui recevra les demandes de location et les paiements ?
etc. Autant de questions d'ordre pratique que l’on avait un tantinet négligées et
qui, croyons-nous, embarrassent plutôt M. le directeur général du Haut Tourisme.
En effet, ceux sur l'abnégation de qui l'on comptait pour accepter la
responsabilité de l'exploitation, montrent la plus vive répugnance à s'embarquer
dans cette galère...
———————
publicité
(L’Éveil économique de l’Indochine, 5 août 1928)
L'organisation touristique de la baie d’Along
par BARBISIER [= Henri CUCHEROUSSET]
(L'Éveil économique de l'Indochine, 2 décembre 1928)
La flottille du Cercle Nautique de la baie d'Along, à l'entrée du goulet de Port Courbet ; au fond,
le port de Hongay ; à gauche, l’Hôtel des Mines,
Nous n'allons pas décrire ici la célèbre baie. Tant sous son nom annamite de baie
de Ha-Long, que sous son nom francisé de baie d'Along, elle a été célébrée en vers
et en prose par d'innombrables écrivains, photographiée, dessinée et peinte par de
non moins nombreux artistes de toutes écoles,éditeurs de cartes postales, touristes
et missionneux, décrite par les hydrographes, géographes et géologues, vantée par
les esprits romanesques, par les philosophes épris de solitude et par les vulgaires
marchands de charbon et de cailloux. C’est l'une des trois merveilles de l'Indochine,
car l'Indochine n a que trois merveilles : Angkor, Hué, la baie d'Along, mais trois
merveilles qui justifieraient l'ambition qu'ont certains de créer en ce pays une
industrie touristique.
Malheureusement, cette ambition a été jusqu'à présent celle surtout de
personnes qui y voyaient, non un but d'intérêt général, mais un moyen de satisfaire
leur intérêt particulier, soit que leur secret désir fût de faire sans bourse délier du
tourisme de millionnaires, soit qu'il fût de se tailler dans cet incomparable fromage
d’agréables et reposantes sinécures.
Résultat : un budget de 600.000 $, toute une armée de prébendes plus
distingués les uns que les autres et rendement zéro.
En ce qui concerne la baie d'Along, elle avait tout pour attirer de nombreux
touristes : sa proximité de Hongkong, l'existence d'une industrie prospère pouvant
servir de substratum à cette industrie de luxe, et, à la tête de la fameuse Direction
du Haut Tourisme, un surhomme [Lochard] avec une armée de fonctionnaires
distingués, artistes, poètes, et de toute façon bien payés. Notre surhomme et ses
surcollaborateurs commencèrent comme de juste à mettre la charrue avant les
bœufs ; ils coupèrent même d'abord les jarrets aux bœufs en sabotant le service de
navigation Tonkin-Hongkong, puis ils firent construire à très grands frais deux
superbes canots à moteurs. Ces puissants engins eussent fait de remarquables
bateaux pilotes au Groenland ou en Norvège ; mais pour les 26.000 $ qu'ils
coûtèrent, on eût acheté à Hongkong ou ailleurs une douzaine de goélettes à
moteurs et de canots automobiles bien mieux adaptés au but.
Quoiqu'il en soit, la Haute Direction du Haut Tourisme se trouva fort embarrassée
lorsque les deux bateaux lui furent livrés. Il s'agissait de passer de la théorie à la
pratique. Comment organiser le service ? Après des mois de perplexité, on conclut
en n’organisant rien du tout, car on en était incapable, et l'on abandonna les
bateaux, amarrés au dock flottant de Haïphong, jusqu'au jour où enfin, Deus ex
Machina, se présenta un certain loup de mer, ancien armateur, explorateur et pour
le moment marchand de cailloux, le même auquel, quatre ou cinq ans auparavant,
nos Esthètes et nos Agents Cook amateurs de la Haute Administration Compétente
avaient voulu, au nom de l'Art, interdire — au risque de le ruiner — une fructueuse
industrie d'exportation de calcaire, extrait de cette même baie d'Along. Et celui-ci
sauva la situation, grâce en particulier à son commerce de cailloux. Passez-moi vos
canots et deux cents piastres par mois pour en assurer l'armement et l'entretien, et
je vous organise votre tourisme en baie d'Along. L'Administration, qui n'avait, pour
trois fois ce prix, pu trouver d'amateur et qui voyait ses canots dépérir faute
d’entretien et rester en panne quand on voulait s'en servir, accepte la proposition et
s'en félicite aujourd'hui.
Le capitaine Lapicque, avec de si faibles moyens, créa une organisation que
l'Administration n'aurait jamais su créer pour cent mille piastres, car ce qu'il a créé,
si modeste qu'en soit l'apparence, c'est ce qu'il fallait créer : une organisation
suffisant aux besoins d'aujourd'hui mais immédiatement extensible au fur et à
mesure de la demande. Combinée avec une autre création de l'initiative privée, le
bel hôtel créé à Hongay, de l'autre côté du goulet de Port Courbet, par la Sté des
Charbonnages du Tonkin, l'organisation mise sur pied par notre loup de mer
satisfait deux clientèles : celle qui seule intéresse l'Administration : la clientèle de
luxe, et celle dont se fiche l'Administration : la sympathique clientèle de la jeunesse
française, non encore argentée, el des familles modestes de la colonie. Il y a une
troisième clientèle: la cuvée réservée : hauts fonctionnaires, nobles visiteurs et
missionneux ; mais pour ceux-là, depuis toujours, l'Administration a ses chaloupes
de la Douane.
Donc, à Vatchaï, où, avec sa famille, il aime à vivre en Robinson tout en
surveillant d'un œil ses carrières de calcaires (invisibles d’ailleurs à l'œil du touriste)
et de l'autre œil certaine mine de charbon, le capitaine Lapicque a construit un
chalet rustique, dont il a fait le siège du « Cercle Nautique » et qui, entouré de
jardins joliment dessinés, domine le goulet et la baie, exposé à la brise
rafraîchissante aux heures chaudes et abrité des rayons importuns du soleil de
l'après-midi ; au bas, il a aménagé un petit port où se balancent à leurs ancres les
huit unités actuelles de la flottille d'excursion.
Portique d'entrée du Cercle nautique.
Le chalet du Cercle nautique à Vatchai
La flottille est à la disposition de tous, de nature à satisfaire les plus difficiles, à
des conditions accessibles aux plus modestes. Le Cercle n’est accessible qu'aux
jeunes, jeunes d'âge ou de caractère ; son seul aspect rustique et bon entant suffira
à en écarter les indésirables gens trop distingués et vieillards de vingt ans et audessus, et à enchanter les jeunes, y compris certains jeunes quinquagénaires. Et ce
club est, selon nous, ce dont il convient avant tout de féliciter le capitaine Lapicque
qui, dédaigneux des snobs et des ventres dorés, s'intéresse d’abord aux jeunes qui
débutent dans la vie coloniale, ou qui sont nés à la colonie et aux familles de
travailleurs qui n'ont réussi ni à s'enrichir ni à s'embusquer et qui, tout autant que
les pontifes, les débrouillards et les riches ont le droit ne jouir de la merveille du
Tonkin. car n'étant ni gâtés ni blasés, ils ont conservé la faculté d'admirer.
Nous reviendrons sur cette heureuse conception que M. Lapicque a eue du rôle
qu'un curieux hasard l'amenait à jouer ; d'autres ne l'auraient conçu qu'en
marchands de soupe et auraient échoué, alors que la conception généreuse ouvre
la voie. Pour les gens auxquels leur santé interdit la vie rustique ou que leur âge
éloigne du brouhaha des jeunes, et pour les visiteurs riches et les touristes du type
ordinaire, qui veulent d'abord leur confort, l'organisation créée par M. Lapicque,
combinée avec l'existence,en face, d'un hôtel [l’Hôtel des Mines (Poinsard)] qui a
tout ce qu'il faut pour être confortable et même luxueux, offre le maximum
compatible en l'état actuel du tourisme.
M. Lapicque a pu obtenir ce résultat parce que ce qu’il fait il le fait par
prosélytisme autant que pour sa distraction et parce que cette distraction concorde
avec les nécessités de ses propres affaires dans la région. Aussi il est à craindre,
lorsqu'il rentrera en congé en France, que, l'Administration du Tourisme ne se
trouve fort embarrassée pour continuer à offrir aux touristes les mêmes
commodités. Trouvera-t-elle un ancien loup de mer, passionné pour le yottage (oh,
excusez-moi, le yachting) amoureux de la baie d'Along, et doué d'un esprit de
prosélytisme incomparable ? Si elle le trouve, encore faudra-t-il lui faire une
situation, car M, Lapicque en serait de sa poche, et lourdement, si, par ailleurs, les
canots de l'Administration, et leur personnel ne lui servaient pas dans les intervalles
entre les excursions de touristes, pour le service de ses propres entreprises.
Il est donc à craindre qu'au séjour de M. Lapicque en France ne corresponde une
éclipse de l'astre que nous allons décrire.
Voici donc ce qu'aujourd'hui le touriste est sûr de trouver en baie d'Along.
S'il voyage en groupe assez nombreux,en parties d'une quinzaine de personnes
environ (qu’une agence de tourisme pratiquement conduite aurait plusieurs fois par
an l'occasion d'organiser, soit avec une clientèle locale, soit en collaboration avec
une agence de Hongkong), la location d'une des chaloupes de la Cie SACRIC, très
confortables et qui ont l'avantage de prendre les voyageurs à Haïphong, reste une
excellente solution. Une excursion de deux jours revient à 300 $, plus de 10 $ de
nourriture par personne, soit 30 $ par personne pour une partie de 15 personnes et
40 pour une partie de 10. Ce sont là des prix raisonnables. Mais pour des parties
de plaisir de moins de dix personnes, le prix serait excessif. D'autre part, la location
d'une chaloupe demande que l'on s'y prenne quelque peu à l'avance.
Pour les touristes voyageant seuls ou en petits groupes, il s'agit d'abord de se
rendre à Hongay (ou, en face, à Vatchai). Et nous nous heurtons à un premier
obstacle : la lenteur du voyage. Nous ne disons pas la distance, qui n'est que de 59
kilomètres par la voie fluviale et 55 km. par la route ; mais le temps qu'il faut pour
la parcourir. Les chaloupes chinoises ou annamites, malpropres et peu régulières,
mises à part, restent les chaloupes du service subventionné, confortables mais
lentes, qui partent de Haïphong à midi et arrivent à Hongay vers 17 heures, soit
une vitesse moyenne de 12 kilomètres à l'heure. Il est vrai que, pour qui n'est pas
très pressé, le voyage est en lui-même un plaisir, la dernière heure se passe
d'ailleurs en pleine baie de Halong, à l'heure où le Tonkin veut être vu. Le retour
qui se fait de nuit, pour arriver à Haïphong au petit jour permet aux Hanoïens de
prendre le premier train. On peut ainsi faire le voyage dans d'excellentes conditions
et sans fatigue. Partant de Hanoï par le premier train, on dispose à Haïphong d'une
heure et demi ou deux heures, selon le retard du train ; on déjeune
confortablement sur la chaloupe, qui part à midi, et l'on se lève, après une bonne
sieste, pour apercevoir les premiers rochers de la baie.
Suite
par CLODION
[= Henri CUCHEROUSSET, qui a changé de pseudonyme au milieu du gué !]
(L'Éveil économique de l'Indochine, 2 décembre 1928)
Mais les voyageurs qui ne disposent pas des 36 heures que prend cette
excursion si l'on part de Haïphong (51 heures si l'on part de Hanoï), doivent gagner
Hongay par une route exécrable, coupée de trois bacs, dont deux interminables et
mal aménagés. De Haïphong, il faut deux heures, suivant la chance que l'on a aux
bacs et le voyage est pénible.
C'est que cette route n'intéresse pas les hauts fonctionnaires, qui, pour visiter la
baie, disposent des chaloupes de l'Administration. Elle a, d'autre part, le tort d'être
utile à des industriels. Il y a bien la puissante Société des Charbonnages du Tonkin,
pour laquelle on aurait bien eu quelque complaisance, mais celle-ci a longtemps
pratiqué la politique du splendide isolement et n'est encore qu'à demi réconciliée
avec l'idée de voir des aubains pénétrer dans son fief.
Or cette route de 56 kilomètres dessert, pour ne pas parler de Hongay : la petite
ville de garnison de Nui-Deo, le chef-lieu de la province de Hung-Yên avec son
usine de métallurgie du zinc et son hôpital, les importants charbonnages de la Sté
des Charbonnages du Dông-Triêu, de la Sté de Yen-Lâp, de la Sté Along et DôngDang, plusieurs mines de moindre importance et le futur charbonnage de l'île aux
Buissons, enfin le village de Vatchaï avec son sanatorium militaire en attendant, l'an
prochain ou dans deux ans, la base de sous-marins qui y est projetée. Elle traverse
une forêt de pins exploités pour la résine et se relie à la route des charbonnages de
Uông-Bi, de Bicho, de Maokhê et à la route de Hanoï par Sept-Pagodes
Si cette route, au lieu de n'être qu'une mauvaise piste, était la belle route
empierrée que son importance exigerait, avec un pont à Yên-Lâp et deux bacs
honnêtement organisés à Quang-Yên et Haïphong, le voyage de Hanoï à Vatchaï en
automobile demanderait environ quatre heures et celui de Haïphong à Vatchaï tout
au plus une heure et demie.
Mais ceci ne suffira pas. Ce que nous voudrions, c'est un tramway électrique à
grande vitesse de Haïphone-Rive Gauche à Vatchaï, suivant à peu près l'aqueduc de
Haïphong à Uông-Bi, desservant une région intéressante par ses mines et par ses
terres à coloniser, pour aboutir au goulet de Port-Courbet au village de Vatchaï.
Ce tramway, avec des trains marchant à 60 kilomètres à l'heure, effectuerait le
parcours de 58 km. en une heure pour les rapides et les trains facultatifs, une heure
et demie pour les trains accélérés et deux heures pour les trains tramways.
Ce jour-là, la visite de la baie d'Along sera facile et bon marché et l’on pourra, s'il
y a lieu, développer l'organisation actuelle !
Cette organisation a pour bases : d'une part les deux canots à moteur de
l'Administration qui, incorporés à la flottille créée par M. Lapicque, rendent les plus
grands services ; d'autre part, l'Hôtel des Mines, à Hongay, susceptible d'être très
confortable et même luxueux et qui, dirigé selon les bonnes traditions hôtelières,
donnera satisfaction aux plus difficiles. A ce point de vue aussi, M. Lapicque a
greffé quelque chose d'extrêmement original.
Les deux canots de l'Administration sont :
Le canot n° 1 de 14 m. de loue, éclairé à l'électricité, mû par deux moteurs
Thornycroft de 30 cv. chacun donnant 7 à 8 milles à l'heure avec un moteur et 11
milles avec les deux. La cabine comporte deux couchettes ; pour voir le paysage, il
faut passer à l'avant où, si l'on est plusieurs, on bouche la vue au pilote.
Le canot n° 2 a 10 m. de long et, avec son moteur Thornycroft de 30 chevaux,
donne une vitesse de 7 à 8 milles à l'heure.
A ces deux canots, M. Lapicque a ajouté :
1) La goélette Ciboulette de 14 m. de long, gréée à la chinoise, munie d'une
hélice avec moteur Polinder [sic : Bollinders (Suède)] : très spacieuse, huit personnes
peuvent y coucher ;
2) La goélette Paulette de 14 m. de long, 12 tonnes de jauge, munie d'un moteur
à essence de 35 C.V. Ce voilier peut naviguer en mer.
3) Le canot automobile Ronchon, de 7 m. 50, avec un moteur de 10 CV.
4) Jabotte, yacht de course gréé en yawl de 9 m. de long.
5) Ritou, yacht à dérive de 6 m. de long.
6) Chan-go-lo, voilier gréé à la chinoise, de 8 m. 50 long, à quatre banquettes.
7) Ponant, canot à voile à dessins du 4 m. de long.
8) Pantruche, idem
Les deux forts canots sont utilisés comme remorqueurs pour amener les voiliers à
l'endroit choisi pour l'excursion ; le canot 1, en particulier, peut remorquer à sept
nœuds à l'heure toute la flottille des six goélettes.
9) Enfin, et ce fut une idée des plus heureuses, M. Lapicque a aménagé, sous le
nom de Princesse-Turandot, une jonque chinoise de haute mer de 18 m de long et
60 tonnes de jauge, en une délicieuse villa flottante mouillée dans un des endroits
les plus pittoresques de la baie et à laquelle sont annexés un sampan à voile et une
embarcation à voile et avirons. Avec un des canots 1 ou 2, on s'y rend de Vatchaï
en une heure et demie.
On voit qu'il n'y aura qu'à ajouter à cette flottille, au fur et à mesure des besoins,
une autre jonque-hôtel ancrée en quelqu'autre endroit et d’autres goélettes à voiles,
à voiles et moteurs, et canots, les uns pour la promenade, d'autres spécialement
conçus pour l'aquaplanage, d'autres enfin comme remorqueurs.
Au point de vue hôtelier, M. Lapicque, préoccupé surtout de rendre la baie
accessible aux jeunes gens et aux familles modestes, a créé le Cercle nautique, dont
il initie lui-même les adhérents aux mystères et aux charmes du yollage à la voile.
Ce cercle dispose d'un chalet rustique où une douzaine de personnes peuvent
coucher ; d'autre part, notre organisateur a acquis l'hôtel japonais, qu'il a
considérablement amélioré et que l'ancien propriétaire gère sous sa
surveillance avec la propreté et la serviabilité bien connues des Japonais ; les
petites bourses et les jeunes ménages y trouvent à très bon marché le gîte et le
couvert.
Ces facilités pourront être accrues lorsque besoin en sera, par une extension à
Hongay du confortable Hôtel des Mines, à Vatchaï du modeste hôtel japonais et de
la champêtre installation du « Cercle nautique. »
D'ores et déjà et sans la moindre réclame, l'organisation si simple et si pratique
que nous venons de décrire a attiré en baie d'Along, en moins de trois ans, plus de
visiteurs qu'il n'y en avait eu depuis quinze ans. Le journal de la Flottille accuse
pour ces trois années de mise au point, 1.750 passagers ; le livre d'or de la
Princesse-Turandot n'est pas moins édifiant.
Mais il faut bien remarquer que cette organisation est basée sur la présence à
Vatchaï d'un homme d'action que d'autres affaires y retiennent, qui utilise pour ces
affaires les canots de la flottille et qui a, en outre, un but de propagande,
propagande d'intérêt général, mais qui est sa grande distraction. Intéresser la
jeunesse aux choses de la mer, tel est le véritable but du « Cercle nautique ».
C'est également dans ce but que le capitaine Lapicque a profité du séjour que
firent récemment à l'île aux Buissons les pupilles de ce que la pruderie moderne
appelle l’École des enfants franco-indochinois ; que ceux qui n'ont pas de préjugés
de race appellent en bon français les enfants métis abandonnés. Ces enfants, traités
affectueusement et soigneusement élevés, valent les meilleurs des deux races dont
ils sont issus.
M. Lapicque a mis gracieusement une unité de sa flottille à leur disposition pour
qu'à tour de rôle et par petits groupes, ils s'initient sous sa direction à la navigation
à la voile, espérant que parmi eux quelques vocations s'éveilleraient.
Ils y ont si bien pris goût qu'il est probable qu'un second séjour dans les mêmes
conditions en décidera quelques-uns à se faire marins, ce dont l'Indochine a grand
besoin. Ce serait la meilleure école, sans bâtiment criard à Hanoï, sans cours savants
au tableau noir. Une vingtaine de ces enfants vivant une vie saine à Watchaï dans
quelque rustique maison dans le genre du Cercle nautique, mais passant la plus
grande partie de leur temps sur les goélettes de la flottille du tourisme, parcourant
l'immense baie sous la direction d'un vieux marin, entretenant de leurs mains les
canots et goélettes pour devenir, vers les vingt ans, d'excellents officiers de la flotte
commerciale, douanière et militaire de l'Indochine.
Avec un pareil idéal, on conçoit que le capitaine Lapicque se montre peu anxieux
de plaire aux richissimes visiteurs et aux grands personnages ; mais il n'est pas dit
que les vrais touristes, américains ou autres, ne préféreront pas l'organisation que
nous venons de décrire aux grands hôtels de luxe et aux paquebots en miniature,
dont c'est le pauvre contribuable indochinois qui ferait les frais.
——————————
Les régates des 10 et 11 novembre en baie d'Along
(L'Éveil économique de l'Indochine, 15 décembre 1929)
[…] La confortable chaloupe La Perle de la S.A.C.R.I.C., affrétée spécialement par
M. [René] Daurelle, délégué au Grand Conseil économique, membre du Cercle
Nautique, suivit quelque temps la course pour faire contempler le spectacle à ses
passagères […]
——————————
(L'Éveil économique de l'Indochine, 2 mars 1930)
[…] Il y a bien, théoriquement, les chaloupes de la douane, qui devraient servir à
la répression de la piraterie aussi bien qu'à celle de la contrebande ;
malheureusement ces chaloupes, au vu et au su et avec l'approbation du
gouvernement général, servent surtout à faire faire des excursions gratuites en baie
d'Along aux hauts fonctionnaires et à leurs amis ou aux missionneux ou voyageurs
de marque. Pendant nos quinze jours de convalescence en novembre dernier,à
Hongay, nous avons assisté à trois de ces expéditions de bambochards officiels. […]
———————————
Cercle nautique de la baie d'Ha-Long
(L'Éveil économique de l'Indochine, 1er novembre 1931)
L'assemblée générale annuelle du Cercle nautique a eu lieu le 22 octobre. Cette
association est dans une excellente situation morale et financière.
Le nouveau comité se compose de Messieurs : CHEVALIER, avocat ; CONRAD,
directeur Sté Dragages [SFDTP] ; [René] DAURELLE, industriel, Hanoï ; DORNAT,
caissier R.I. ; GAUBERT, directeur B.I. [Bq de l’Indochine] ; HAUTIER, ingénieur à
Hongay ; LABORNE, directeur B.F.C. [Bq franco-chinoise] LAPICQUE, capitaine au
long cours.
La décision a été prise d'organiser, comme chaque année, des régates en baie
d'Ha-Long, les 1er et 2 novembre.
Le premier jour, le départ aura lieu de Vatchai à 9 h., les membres qui désirent
suivre les régates sont priés de se faire inscrire, eux et leurs invités chez le
Secrétaire du Cercle, 23, rue Jules Ferry, Haïphong au plus tard le Vendredi, 30
octobre, de façon à pouvoir répartir à temps les places disponibles et prendre les
dispositions voulues en cas d'affluence.
A la fin des régates, rendez-vous à 11 h. 1/2 dans la Baie de la Surprise où le
déjeuner aura lieu avec les vivres apportés par chaque groupe, soit à bord de la
« Princesse Turandot », soit à bord des autres unités, après le concours
d'aquaplane. Excursion dans l'après-midi et dîner,en baie d'Along avec retour après
le dîner, les circonstances de marée étant bonnes.
Le programme du second jour sera arrêté à la fin de la première journée
———————————
LE TOURISME EN BAIE D'ALONG
Les fameux canots du Haut Tourisme
par CATON [= Henri CUCHEROUSSET]
(L’Éveil de l’Indochine, 24 avril 1932)
Nos lecteurs ont entendu parler des fameux canots construits à grands frais par
l'Administration pour la baie d'Along au temps où nous avions à la tête de dix-huit
services, dont celui du tourisme, un homme remarquablement intelligent [Lochard]
mais à qui manquait l'esprit pratique et le sens des affaires.
L'histoire est typique d'une époque et d'une maladie cérébrale, qui atteignit un
peu tous les pays, pour finir par la Russie où elle étend actuellement ses ravages.
Donc la Direction Générale du Haut Tourisme fit construire à Haïphong trois
canots de tourisme : un pour le lac Babé […]. Quant aux deux autres canots, qui
coûtèrent, croyons-nous, 27.000 $ pour les deux, ils étaient destinés à la baie
d'Along : un grand et un petit ; le petit est un assez joli canot de tourisme; le gros
pourrait être un bon bateau de pilote, ou de police, ou un remorqueur, avec ses
deux puissants moteurs de 30 C.V.
Quand la construction en fut achevée et que la Direction du Haut Tourisme dût
en prendre livraison, elle se trouva aussi embarrassée qu'une poule qui vient de
mettre au monde un veau. Après de longs mois de perplexité, on finit par les
amener à Hongay et là, l'on fut encore bien plus perplexe. Enfin, un homme
expérimenté se présenta qui tira nos ronds de cuir de leur embarras, un marin, qui
savait distinguer une goélette d'un remorqueur, un grand foc d'un petit cacatois et
un vapeur d'une trirème. Ayant sur place des affaires importantes à surveiller, il
avait, au bord de la baie,un pied à terre ou plutôt, en bon marin, deux pieds, l'un à
terre et l'autre dans l'eau, celui-ci sous forme de deux ou trois petits voiliers de
plaisance. Il offrit à l'Administration de prendre charge des canots, de les entretenir
et d'organiser une flottille, moyennant une subvention mensuelle de 200 $,
croyons-nous, alors que l'Administration était sur le point de recruter un « Maître
de port de tourisme » avec tout un personnel fort coûteux. M. Lapicque organisa
alors quelque chose d'inattendu : le Tourisme pour les jeunes dont le gousset est
encore plat aussi bien que pour ceux dont la bourse est pleine à craquer. Il utilisa
tel quel le petit canot de l'Administration et, comme remorqueur, le gros canot et il
créa toute une flottille, depuis la grosse jonque chinoise transformée en villa
flottante et amarrée dans l'endroit le plus pittoresque de la baie, jusqu'au petit
youyou, en passant par toute une série de canots à moteurs et de goélettes de
différentes grandeurs ; le tout, avec des équipages expérimentés, fut mis à la
disposition des touristes à des prix très modestes.
Il s'agissait maintenant, en attendant les touristes, de créer de l'animation et,
avant d'attirer les milliardaires américains, de faire connaître la baie aux
Haïphonnais. De là la création du Cercle nautique, cercle rustique mais pittoresque
à souhait, qui eut la jouissance de la flottille et recruta ses membres parmi la
jeunesse sportive de Hanoï et de Haïphong. Les jeunes ont généralement des
revenus modestes ; le cercle leur procura la possibilité de s'offrir pour un minimum
de frais un tourisme de millionnaires. Et dans son désir d'éveiller des vocations, M.
Lapicque n'a pas oublié les pupilles de la Sté des Enfants franco-indochinois, qui y
trouvent chaque année leur bateau a eux et qui en témoignent à leur vieil ami une
reconnaissance touchante.
La formule était trouvée, il n'y avait plus, au fur et à mesure que la clientèle
augmenterait, qu'à acquérir de nouveaux canots, jonques ou goélettes.
C'est le moment que choisit l'Administration pour retirer ses canots.
— Qu'en ferez-vous ? lui dit-on.
— Vous allez voir, répondit-elle.
Et elle les envoya à l'École professionnelle de Haïphong. Là, on répara à loisir, et
pas pour rien, le petit canot ; quant au gros, ce fut un poème. La gloire de la
« Princesse Turandot », la jonque-villa de la Baie de la Surprise, avait fait pâlir de
jalousie les ronds de cuir du Haut Tourisme.
Il fallait montrer qu'on en pouvait faire autant. « Moi aussi y en a moyen faire
même chose, moi y en a bien connaisse ».
On décida donc de transformer le gros canot-remorqueur en maison flottante. Ce
qui fut dit fut fait ; les deux moteurs de 30 chevaux avec leurs hélices furent
enlevés et les aménagements du canot furent tellement bien remaniés pour y
installer des couchettes que cela coûta 11.000 $, le prix d'une maison ! Et alors, en
avant... arche, pour les essais.
On s'aperçut bien vite que le petit canot ne pouvait pas remorquer la lourde
maison flottante.
Alors on ramena celle-ci à l'École professionnelle et on la transforma à nouveau
en bateau à moteur, mais avec un seul moteur et une seule hélice. Quant aux deux
anciens moteurs ??? Mais où sont les neiges d'antan ?
Mais voici que de nouveau se posait le problème : comment exploiter ces
canots ? Il fallait un équipage avec deux bons mécaniciens ; il fallait surtout une
direction, soit au moins 500 $ d'appointements par mois.
Une solution rudement simple s'offrait à l'esprit. A Va-tchaï, le Cercle nautique
avait survécu au retrait des deux canots administratifs. Il continuait à prospérer ; les
goélettes à moteur remorquaient au besoin les goélettes sans moteur, et les canots
à moteurs pouvaient faire une navette rapide entre le petit port du Cercle et la
« Princesse Turandot », l'un d'eux faisant le cavalier de ladite princesse. Des
équipages complets expérimentés étaient toujours prêts, M. Lapicque avec ses
entreprises personnelles ayant de quoi les occuper ; il possédait en outre un atelier
de réparations et des bureaux à Haïphong. Il n'y avait qu'à reprendre l'ancien
arrangement.
Oh ! mais non ! on mit l'affaire en adjudication et ce fut l'Hôtel des Mines, de
Hongay, qui l'enleva moyennant une subvention de 170 $ au lieu de 200 $. Gain
pour le budget 30 $ par mois. Donc, pour payer 360 $ de moins par an, l'on a
renoncé à la seule vraie formule d'exploitation touristique de la Baie : toute une
flottille variée avec personnel adéquat de mécaniciens et de matelots connaissant la
manœuvre de la voile, avec une organisation permanente à Haïphong.
L'Hôtel des Mines tire bon parti du petit canot mais semble se trouver bien
embarrassé du malheureux canot maison flottante ; il se propose, croyons-nous, de
tirer parti au moins du moteur en en dotant un autre canot.
S'il n'y avait pas, de l'autre côté du goulet, l'organisme créé par M. Lapicque
pour le Cercle nautique et qui, à certaines saisons, crée toute une animation dans la
baie et, en temps ordinaire, peut tirer d'embarras d'autres visiteurs, ce serait bien
peu de chose que le malheureux tourisme en baie d'Along, malgré tout l'argent
gaspillé par l'Administration en canots, en missions d'études, en photographies et
en publicité !
Encore aujourd'hui, des voyageurs étrangers peuvent venir de Hongkong ou de
Saïgon à Haïphong ou Hanoï pour y éprouver les plus grandes difficultés à
découvrir où se trouve la baie d'Along et comment y aller, quand encore un
organisme officiel ne leur conseille pas d'aller plutôt voir le lac Babé*, curiosité de
cinquième ordre, mais qui a le mérite d'exiger un long et coûteux voyage en
automobile.
Là comme ailleurs, comme à Angkor même, le Tourisme officiel a fait
banqueroute.
Le tourisme ne sera un succès en Indochine qu'au fur et à mesure qu'il se
trouvera des gens — armateurs, hôteliers, garagistes ou autres — assez intelligents
pour comprendre qu'il ne faut pas tuer la poule aux œufs d'or, mais être
simplement poli, serviable et honnête avec le touriste, et se donner un peu de peine
pour l'aider à se débrouiller. Avec cela, le touriste le plus riche et le plus difficile se
contentera des moyens modestes que peut offrir le pays en attendant mieux. Si l'on
avait compris cela dix ans plus tôt, la colonie aurait dépensé cent millions de francs
de moins et recevrait dix fois plus de touristes.
———————————
La baie d'Along et le tourisme
(L'Éveil économique de l'Indochine, 16 avril 1933)
Depuis cinquante ans que la France est établie au Tonkin, la baie d'Along,
chantée en vers et en prose comme une des merveilles du monde, photographiée à
des milliers d'exemplaires par la propagande officielle, a vu, chaque année, un
certain nombre de nos compatriotes, surtout ceux auxquels l'Administration offrait
les moyens d'excursionner gratuitement, quelques douzaines d'étrangers et même,
par-ci par-là, un Annamite voyageant pour son plaisir.
Aux années de la grande prospérité, on a compté jusqu'à quatre cents visiteurs.
C'est quatre mille qu'il faudrait pour qu'on puisse parler de tourisme., et quarante
mille pour qu'il puisse être question d'une industrie touristique. Il serait trop long
de rechercher ici les causes de cet insuccès. D'ailleurs, il est plus intéressant de
préparer l’avenir que d'épiloguer sur le passé.
Or cet avenir, un syndicat d'initiative vient de se former pour s'en charger, ou,
plus exactement, pour continuer l'œuvre commencée depuis quelques années par
quelques initiatives privées et pour en assurer la pérennité.
Nous donnons à la fin de cet article un extrait de l'acte de naissance de ce
syndicat en même temps que quelques renseignements sur l’une des plus
intéressantes des initiatives dont nous avons parlé : le Cercle Nautique.
Le syndicat d'initiative de la baie d'Along
Par décision du 2 mars, M. le Résident Supérieur au Tonkin a approuvé les
Statuts du Syndicat d'initiative de la baie d'Along qui à comme comité provisoire :
Président : M. LESTERLIN — Administrateur en retraite, directeur de la Sté
Foncière du Tonkin et de l’Annam*, Hanoï.
Vice-Présidents :
M. LACOLLONGE. — Architecte principal des bâtiments civils en retraite, Hanoï.
M. LAPICQUE — Armateur, capitaine au long cours, président du Cercle nautique
de la baie d’Along.
Secrétaire--trésorier :
M. BARBOTIN — commerçant, 9, bd Amiral-Courbet Haïphong.
Membres :
MM. LABORNE, directeur de la Banque Franco-Chinoise, Haïphong ;
DAURELLE [René], industriel à Hanoï.
POURQUIER, président du Cercle nautique de Hanoï, direction de l'Enseignement
à Hanoï.
———————————
LES CANOTS DU HAUT TOURISME
par CATON [= Henri Cucherousset]
(L'Éveil de l'Indochine, 4 juin 1933)
[…] Un autre exemple absolument typique du gaspillage touristique, est celui des
canots du Haut Tourisme. Qu'on nous pardonne si les chiffres que nous allons
donner ne sont pas absolument exacts. Il faut qu'on sache que la presse n'a aucun
moyen de se renseigner exactement pour dire la vérité. Car les fonctionnaires en
général ne sont pas autorisés à renseigner la presse, la plupart du temps, cela leur
est interdit par leurs chefs. Et ceux-ci ne donnent de renseignements qu'à la
condition d'être encensés et lourdement encensés ; une critique, et, pour des
années la porte, de ce chef, est fermée au journal.
Reste l’autre moyen. Se procurer, par des voies détournées, des copies de
documents ou obtenir quelques tuyaux d'un fonctionnaire mécontent. Mais outre
qu'un journaliste sérieux n'admet pas ces moyens-là, on ne saurait ainsi avoir une
vue d'ensemble et l'on n'a aucune garantie d'exactitude ; surtout, l'on n'a pas de
preuves.
En ce qui concerne l'histoire comique des canots du Haut-Tourisme, nous avons,
depuis cinq ou six ans, recueilli des renseignements si concordants que nous ne
risquons guère, à quelques détails près, d'être démenti. L'affaire est typique de la
manière de l'homme brouillon que la colonie avait pris pour un génie [Lochard], et
dont elle vient enfin de se débarrasser.
Donc le Grand Chef des dix-huit services, Grand Maître de la Direction du Haut
Tourisme, décida un beau jour de faire construire à Haïphong, dans les ateliers de
M. Porchet, trois canots de tourisme, un petit pour les lacs Babé, et deux plus
grands pour la baie d'Along.
Les trois canots furent construits, solides, puissants mais sans en bien considérer
le but. Le coût de la construction s'éleva à 30.000 $, dont 27.000 $ pour les
canots de la baie d'Along.
Quand ils furent achevés, la Haute Direction du Haut Tourisme se trouva devant
un problème difficile : que faire de ces canots ? […] Les deux [canots destinés à la
baie d’Along étaient] amarrés au dock flottant, devant le chantier et le Haut
Tourisme semblait les avoir oubliés,
Au bout d'un nombre assez sérieux de mois, l'inspection générale du Haut
Tourisme, se rappelant soudain leur existence, se trouva dans un terrible embarras.
Que faire ! Comment faire bouger ces bateaux, comment les amener à Hongay ?
Un moment, on pensa à créer un corps des Administrateurs des Canots du Haut
Tourisme, avec des mécaniciens de diverses classes, des capitaines, des agents, un
chef de port, etc. Même réduit au minimum, c'était une organisme à 600 $ par
mois au moins à créer à Hongay et une maison à construire.
On fut sauvé par une proposition d'un armateur [Lapicque] qui, pour ses
opérations en baie d'Along, avait un pied à terre en face de Hongay, à Va-Tchaï, et
qui avait, outre quelques solides connaissances nautiques, un esprit fertile en
ressources. Moyennant, croyons-nous, 200 $ par mois, il s'engagea à affecter à ces
deux canots des équipages de marins, à entretenir les canots en bon état et à créer
une organisation touristique avec bureau à Haïphong. Il fit mieux qu'il n'avait
promis, ajouta à ces deux canots (dont le plus gros n'avait rien de touristique mais
avec ses deux fortes machines faisait un excellent remorqueur) toute une flottille de
canots et goélettes, et une jonque, qui devait devenir fameuse sous le nom de
« Princesse-Turandot ». Cette jonque, construite à grands frais par le Service
forestier, avec un puissant moteur, n'avait jamais voulu marcher et le Service
forestier, stupéfait que les lois de la mécanique n'obéissent pas à ses circulaires,
avait pensé qu'il y avait un « ma-coui » [génie maléfique] dedans et l'avait vendue
à vil prix. La Douane est d'ailleurs en train de faire la même expérience, de sorte
qu'il y aura de nouveau une bonne occasion dans quelque temps. En tout cas, la
baie d'Along se trouva dotée d'une organisation touristique qui marchait
parfaitement, quand un des chefs du Haut Tourisme ayant pris place dans le gros
canot remorqueur fut incommodé par le bruit du moteur, l'odeur d'huile et la
chaleur. C'était la fin du contrat. Il retira les deux canots sous le prétexte que 200 $
par mois pour leur entretien, c'était trop cher, et il décida de faire mieux que
l'initiative privée. Du gros canot, que celle-ci avait si bien utilisé comme
remorqueur, il ferait, lui, une maison flottante, quelque chose de mieux que la
« Princesse-Turandot ». On envoya le canot à ces prestigieux techniciens que sont
les élèves de l'École technique, même-chose-l'École-Centrale, de Haïphong, et
moyennant une dépense de 13.000 $ (quatre fois au moins ce qu'avait coûté à
l'initiative privée l'achat et l'aménagement si artistique de la « Princesse »), le gros
canot fut délivré de ses moteurs et de ses hélices, et transformé en une espèce d'
« ousseboite » [house-boat] que son petit frère devait remorquer.
Puis les canots furent confiés à l'Hôtel des Mines, de Hongay, avec une
indemnité mensuelle de 175 $ pour l'entretien des bateaux, en lui recommandant
d'établir pour les passagers un tarif salé, à la portée seulement des gens bien.
Malheureusement, le petit canot, qui est un excellent canot, n'a rien d'un
remorqueur et, lorsqu'on lui colla « l'ousseboite » au derrière, il y mit la plus
grande mauvaise volonté... de sorte que si le canot n° 2 sort de temps en temps,
son grand frère reste piteusement à l'ancre, inutilisable, pleurant ses moteurs, dont
nous ignorons actuellement le sort.
Pendant ce temps, l’initiative privée d'en face, devenue le Cercle nautique de la
baie d'Along, augmentait sa flottille, qui comporte maintenant quinze unités, et
perfectionnait son organisation.
Seulement, un cercle est une affaire privée et, si les amis sont facilement admis à
en profiter, les touristes étrangers, eux, doivent se contenter du seul canot n° 2 du
Haut Tourisme. Il a coûté à lui seul le prix d'une flottille, mais on conçoit qu'il ne
rend pas au tourisme les services d'une flottille de quinze unités très variées.
Quant au contribuable, il doit s'estimer heureux de n'avoir payé que 43.000 $ en
capital et de ne payer mensuellement que 175 $ pour ce résultat mirobolant, car il
n'a tenu qu'à un cheveu que cela lui coûtât 200.000 $. La Haute Direction du Haut
Tourisme n'avait-elle pas projeté, trouvant insuffisantes les chaloupes monoroues de
la SACRIC (délicieux petits paquebots avec places en première et deuxième classes
pour une vingtaine de passagers) de faire construire quelque chose de beaucoup
mieux, à l'instar des grands bateaux de tourisme du Nil, mais plus rapides. Ce
bateau, qui serait allé cueillir les passagers à Haïphong, à bord des paquebots en
rivière, aurait coûté au minimum 160.000 $. Les gens du Haut Tourisme n'avaient
oublié que trois choses : c'est que les bateaux qui viennent de Hongkong ne sont
pas faits pour des armées de touristes, que le Service de la Sûreté n'admettrait
jamais que de telles facilités fussent offertes à des passagers étrangers, et qu'il
faudrait, pour faire vivre un tel bateau, au moins deux séries de cent touristes par
semaine.
Pendant ce temps, les excellentes chaloupes monoroues de Sauvage et de la
SACRIC, qui serait de si parfaits instruments de tourisme s'il y avait des touristes,
continuent à voyager le plus souvent à vide, car très peu de Français du Tonkin
s'intéressent à la baie d’Along et ni les navires venant de Hongkong ni ceux qui
viennent de France n'en amènent.
L'administration du Tourisme a tout gâté en dépensant énormément et il ne
faudrait plus penser au tourisme en baie d'Along, si, comme nous venons de le
voir, l'initiative privée en créant avec des moyens modestes une organisation à très
bon marché pour la jeunesse, n'avait créé l'intérêt dans la baie d'Along.
Cette organisation, qui exclut en même temps que le luxe, le mauvais goût, a
charmé tous les étrangers qui ont été admis à en profiter. Rentrés dans leur pays, ils
n'en ont fait que des éloges. Et ainsi se fait peu à peu une propagande de bon aloi
qui fera oublier les désillusions de tant de gens attirés par une réclame maladroite.
Peu à peu, nous verrons, espérons-le, d'autres initiatives se créer sous l'égide du
Cercle, ou avec son concours, pour mettre à la disposition des touristes, des canots
à des prix accessibles avec des patrons connaissant bien la baie.
Alors, les touristes de Hongkong ou d'ailleurs arriveront d'eux-mêmes, à mesure
que la bonne propagande des touristes satisfaits fera oublier la fâcheuse réputation
que l'Indochine touristique s'est faite à l'étranger.
On verra des gens de Hongkong profiter des commodités qu'offrent une partie
des navires qui viennent chercher en baie d'Along anthracite, calcaires et sables.
Puis, pour peu que les Messageries Maritimes condescendent à s'en occuper à
Hongkong, l'on verra des personnes de cette ville prendre, malgré leur chétive
apparence, les bateaux, qui sont loin de manquer de confort, du service régulier
Hongkong-Haïphong. Peut-être l'Administration les autoriser a-t-elle à faire une
courte escale au rocher du Dragon, avant d'aller s'engager dans l'estuaire du CuaNam-Trieu.
Au Dragon, prévenus la veille, des canots ou goélettes attendront les touristes
pour les promener tout de suite parmi les plus beaux sites de la baie, et les amener
soit à une auberge flottante soit à l’hôtel de Hongay ; d'où, le lendemain ou le
surlendemain ou quelques jours après, ces touristes se rendraient à Haïphong ou à
Hanoï par chaloupe ou par auto, ou bien iraient reprendre à la sortie de la baie
d'Along le paquebot de Haïphong à Hongkong qui n'aurait qu'un petit détour à
faire, une petite heure à sacrifier pour passer les cueillir.
Ainsi, le bon renom de la baie d'Along se répandrait vite, sans grands frais de
publicité dans Hongkong, la vaste métropole qui, au point de vue qui nous
intéresse, n'est, en somme, qu'une petite ville où tout le monde se connaît2 .
Et quand la baie d'Along sera populaire parmi les Anglais de Hongkong, elle ne
tardera pas à être connue des étrangers qui y passent.
Mais avant d'être populaire à Hongkong et à l'étranger, il faut que la baie cesse
d'être impopulaire. Comptons sur le Cercle nautique pour cela et sur telles autres
initiatives privées qui comprendront où est leur véritable intérêt, et que le
milliardaire n'existant plus, le millionnaire se faisant rarissime, c'est sur le touriste à
moyens modestes qu'il faut compter.
————————
Le goût du tourisme au Tonkin
par H.C. [= Henri Cucherousset]
(L'Éveil de l'Indochine, 21 janvier 1934)
[…] Le tourisme, sous le prétexte duquel l'Administration a gaspillé follement tant
A ce propos, combien de Tonkinois ont visité Hongkong ? C'est, pourtant un des plus beaux
panoramas et l'une des villes les plus intéressantes du monde entier. Une compagnie de navigation
qui ne s'endormirait pas, assurée, grâce à une subvention démesurée, de faire ses frais sans effort,
aurait depuis longtemps organisé pour les Tonkinois des excursions tous frais payés à Hongkong.
2
de millions de piastres, est bien peu de chose en Indochine. […] En 1932, peut-être
400 visiteurs en baie d'Along […].
En baie d'Along, sous l'impulsion d'un jeune à barbe grisonnante [Lapicque], il
semble que la partie soit gagnée. Une organisation affranchie du snobisme et qui
s'adresse aux jeunes à petites soldes et aux familles, a créé, ce qui n'existait encore
presque pas au Tonkin, l'intérêt dans la baie d’Along. Or ce tourisme local, si
modeste mais si attrayant, a charmé les quelques visiteurs étrangers qui ont été
admis à participer dans les mêmes conditions. Et ils se sont empressés de faire à
notre mer d'Azur, comme disent les Annamites, une réclame gratuite, qu'un bureau
officiel du Tourisme eût payé bien cher.
C'est dans ce sens qu’il faut continuer. Déjà, plusieurs jeunes ménages ont
construit ou se proposent de construire à Va-tchay de très modestes mais
suffisantes villas ; de modestes pensions de famille suivront peut être, et, à côté du
Cercle nautique, quelques loueurs indigènes de bateaux à rames, à voile ou à
moteurs un peu aménagés.
Mais, nous dira-t-on, il y a des gens qui ne se satisferont pas de trop de rusticité,
qui aiment quand même le confort ! Mais pour ceux-là, c'est bien simple, n’y a-t-il
pas en face, à Hongay, un hôtel confortable, presque luxueux, donnant satisfaction
aux délicats ?
On peut donc dire que d'ores et déjà, la baie est outillée pour recevoir beaucoup
plus de visiteurs quelle n'en reçoit. Et quand la fameuse Princesse-Turandot ne
suffira plus, il sera si simple pour quelque autre initiative privée, d'équiper une autre
jonque, une de ces magnifiques jonques de Ning-Po, par exemple, et de lui choisir
un mouillage dans quelque autre endroit non moins romantique. […]
————————
EXCURSIONS EN BAIE D'ALONG
(L'Éveil de l'Indochine, 22 avril 1934)
Vous pouvez vous adresser
à Haïphong, 23 rue Jules Ferry, tél. 52
à Va-tchay, (en face de Hongay) tél. Hongay 5
à Hanoï, Union des Syndicats touristiques
11, bd Henri-Rivière. Tél. 776
Pour les promenades
Sept embarcations munies de moteurs sont à la disposition des touristes ; prix
selon l'unité employée :
à la journée 32 $ 00 25 $ 00 17 $ 00 12 $ 50
à la 1/2 journée 18 $ 75 15 $ 00 10 $ 00 7 $ 50
à l'heure 3$ 75 3$ 00 2$ 00 1$ 50
Ces prix forfaitaires comprennent tous les frais : location du bateau, salaires des
équipages et combustibles consommés pour les parcours classiques dans les limites
de la baie d'AIong.
Ils sont faits pour deux personnes ; par passager en plus il est compté 0 $ 50
par jour et par personne. Des repas (sans vin) à 1 $ 50 par personne peuvent être
préparés ; prévenir d'avance.
Les canots moteurs utilisés peuvent contenir de 5 à 15 personnes. Ce sont de
bonnes embarcations solides conduites par des pilotes expérimentés. Munies de
moteurs de puissance variant de 5 à 95 chevaux, elles remorquent un petit canot
permettant l'embarquement ou le débarquement pour la visite des grottes, tunnels
et plages.
Pour les promenades en groupes importants organisées par les sociétés,
institutions, etc., ou pour les grandes excursions à la Cac-Ba, à l'île de la Table,
Campha-Port, etc., prix à débattre selon l'itinéraire et le nombre des passagers.
Pour les séjours en baie
Hébergement à bord de la « Princesse-Turandot » — transport à Va-tchay à la
jonque et retour, promenades et nourriture thé, café compris, non les vins et
liqueurs), les prix sont tout compris :
à 2 pers. 15 $ 00 par personne et par jour. Prix total : 30 $ 00
à 3 pers. 12$ 00 par personne et par jour. Prix total : 36 $ 00
à 4 pers. 10 $ 00 par personne et par jour. Prix total : 40 $ 00
à 5 pers. 9 $ 00 par personne et par jour. Pour le groupe : 45 $ 00
à 6 pers. 8 $ 50 par personne et par jour. Pour le groupe 56 $ 00
à 8 pers. 7$ 50 par personne et par jour. Pour le groupe 60 $ 00
La « Princesse-Turandot », grande jonque chinoise convertie en house boat, ou
maison flottante, des plus pittoresques, peut recevoir et coucher de dix à douze
personnes.
Elle est à l'ancre, à poste fixe, dans la baie de la Surprise, à environ une heure de
marche au moteur de Hongay, au pied d'une des plus belles grottes de la Baie,
dans un magnifique et calme paysage, bien abrité et à proximité des plus belles
plages, grottes, tunnels, cirques, etc.
Le tout peut être visité d'autant plus facilement que, durant tout le séjour à bord
de la jonque, une embarcation à voile et à rames reste à la disposition des
passagers, en plus du canot moteur et de son youyou, permettant les petites
promenades aux environs du mouillage ou les joies de la pêche, de la baignade ou
de l'aquaplane.
Pour se rendre à Va-tchay ou Hongay :
De HANOÏ — 146 kilomètres en automobile en passant par Bacninh, SeptPagodes et Uông-Bi, par une bonne route — Deux bacs à traverser, le premier à
Sept-Pagodes, le deuxième à Yên-Lâp.
On peut aussi se rendre à Va-tchay et Hongay en auto via Haïphong et QuangYên. Cet itinéraire comporte trois bacs. La distance est de 165 kilomètres.
Enfin le voyage peut se faire en chemin de fer de Hanoï à Haïphong et de là en
chaloupe à Hongay.
De HAÏPHONG. — en automobile 60 km. par Quang-Yèn et Yên-Lâp — trois bacs
— deux heures environ :
par chaloupe S.A.C.R.I.C. les plus confortables, départs chaque jour, alternés soit
à 11 h. 30 soit à 18 h. — Cinq heures de route — 1re classe 2 $ 00, restaurant à
bord et couchettes moyennant supplément de 1 $ 00.
De plus chaque matin à 7 h. la chaloupe chinoise « Canton » se rend à Campha
en touchant Hongay, 4 h.30 de route.
Pour séjourner à Va-tchay ou Hongay
à HONGAY : Hôtel des Mines — Tél. n° 1 Hongay — propriétaire Dufau
à VA-TCHAY : Auberge de la Baie d'Along— tenu par Octome Nishihara
» Local du Cercle Nautique— réservé aux membres
» Six bungalows meublés loués au mois, à la saison ou à l'année.

Documents pareils