NOUS SERONS DES HEROS de Brigitte Giraud - Sailly

Commentaires

Transcription

NOUS SERONS DES HEROS de Brigitte Giraud - Sailly
NOUS SERONS DES HEROS
Brigitte GIRAUD
Editions Stock 2015
« Nous serons des héros » est un roman racontant l’évolution du petit Olivio, petit
portugais, fils unique qui arrive en France avec sa mère.
Tous les deux quittent le Portugal, leur pays qui subit la dictature du Général
SALAZAR, ils fuient cette terreur politique dont a été victime le Père d’Olivio, militant
communiste, décédé en prison.
Ils fuient et viennent se réfugier dans la banlieue de Lyon où ils sont accueillis par une
famille de portugais qui les aident à s’installer.
Une nouvelle vie, nouvelle langue, ils doivent se reconstruire ici où tout leur est étranger
« Ici à Lyon c’était l’exil dans un pays qu’on ne connaissait pas, une langue que l’on ne
parlait pas, accueillis et recueillis par des portugais comme nous, qui nous ont aidés à nous
acclimater »
La mère d’Olivio trouve un travail, puis rencontre Max, un ancien Harki, exilé
d’Algérie. Il est divorcé, a un fils Bruno qui vit avec sa mère.
Elle refait sa vie avec cet homme.
Olivio et sa mère intègrent son appartement, qu’ils partagent avec Bruno un week-end
sur deux la cohabitation n’était pas facile « Il défendait toujours son fils contre ma mère »
« Notre vie dépendait des allers-retours de Bruno et de l’humeur de Max »
« J’aimerais être le vrai frère de Bruno, ce frère tombé du ciel»
Olivio n’aime pas cet homme qui ne l’accepte pas non plus, ils ne s’apprivoisent pas
.Orphelin de son propre père, qu’il n’a presque pas connu Olivio ne trouve pas en Max
l’affection qu’il attend ; il est en mal de repère et découvre un second exil. .La mère
d’Olivio est le témoin impuissant de cette situation, prise entre son fils qu’elle aime et cet
homme qui lui donne un avenir
Olivio apprivoise un chat qui devient son confident. Où l’installer ?, Max n’en veut
pas dans l’appartement, Max n’aime pas ce chat.. Tous ces êtres cohabitant sous le même toit
vivent un certain mal-être, un mal du pays
« Max et ma mère avaient construit leur relation sur le manque du pays, sentiment
qu’ils partageaient et qui avait alimenté les conversations des premiers temps. Ma mère et
Max croyaient être faits du même bois, nés sous les mêmes latitudes, ils étaient complices, ils
aimaient confronter leurs différences, leur rencontre s’était faite sur le regret de leurs
mondes disparus, c’était leur seconde vie, leur seconde chance, avec une mémoire qui pesait
lourd. »
« Bruno, lui était entre deux mondes, celui de sa mère, celui de Max, son père et
nous ; mon monde à moi était imaginaire, mon père mort, le Portugal lointain, seul Océano le
chat était mon compagnon »
Olivio rencontre Ahmed, un copain du quartier, fils d’immigrés algériens ils se lient
d’amitié, partagent leurs jeux et font l’apprentissage de la vie. Avec lui il apprend à se
construire
5 ans après en 1974, la Dictature tombe au Portugal. C’est la liesse, c’est la libération
là-bas comme ici. Les exilés ont soif de revoir leur pays, de revoir les amis, enfin heureux de
vivre un sentiment de liberté.. La mère aimerait aller au pays, Max ne veut pas, Olivio part,
seul, avec une famille de portugais , il fait le voyage en sens inverse vers ce pays qu’il ne
connaît vraiment pas, il retourne vers ce père qu’il n’a pas vraiment connu . Ce n’est pas un
pèlerinage, c’est une forme de quête
«Je comprenais que la Révolution était plus dans les esprits que dans les rues, et que
je n’étais qu’un étranger incapable de l’éprouver, je me devais de vivre ces moments pour ma
mère, voir le Pays avec Ses yeux, me gorger d’images, de sensations, de rencontres que
j’espérais entreprendre»
Olivio revient, il retrouve la mère, Max et surtout le chat, son confident
Olivio retrouve Ahmed qui lui disait que Max ne pouvait le maintenir dans une forme
de prison.
Olivio commence à se rebeller contre ce beau-père qu’il subit
Il sait que celui-ci n’aime pas son chat. Un jour Olivio retrouve son chat mort, il sait
que Max s’est vengé en le tuant. C’était une crise qui couvait depuis longtemps
Depuis la mort de son chat, Olivio ne trouve le réconfort qu’en la seule présence
d’Ahmed « Avec Ahmed Olivio a trouvé Tendresse et Réconfort »
Olivio grandissait à la recherche de son Identité qu’il souhaite affirmer , à défaut
de Père, à défaut d’avoir une Mère timide et trop accaparée par Max, à défaut de
frères et de sœurs, Olivio n’avait pour seule famille qu’Admed, Avec lui il s’est
construit , il a découvert la vie. C’est un Voyage initiatique
C’est le onzième roman de Brigitte GIRAUD
Brigitte GIRAUD est l’auteure de romans où la Famille, l’Enfant en quête d’identité,
l’adolescence, le déracinement, la mémoire prennent une place importante
A présent
Marée noire
Une Année étrangère
Pas d’Inquiétude
D’autres livres
L’amour est toujours surestimé
Avoir un corps
En guise de conclusion Brigitte GIRAUD déclarait lors d’une interview :
«L’adolescence est une sorte d’exil »
Gérard FEUTRIE

Documents pareils