Comment régler la question du moral organisationnel (suite)

Commentaires

Transcription

Comment régler la question du moral organisationnel (suite)
Numéro 33
Comment régler la question du moral organisationnel
Le « moral organisationnel » désigne la façon dont
les gens se sentent par rapport à leur emploi et
l’organisation dans laquelle ils travaillent. Cela
comprend l’ambiance du milieu de travail, l’esprit
d’équipe des employés et leur niveau de confiance
et de satisfaction. Par exemple, une organisation
dans laquelle le moral est élevé dégagera une
ambiance positive où les employés savent ce qu’on
attend d’eux et où ils travaillent en équipe pour
atteindre des buts communs. En général, un moral
organisationnel élevé est synonyme de travailleurs
heureux et de succès financier.
Par contre, un moral bas peut être une force
destructrice qui baisse la productivité, nuit aux
relations avec les clients et, finalement, détruit
l’organisation. Plusieurs facteurs peuvent
déclencher une baisse du moral organisationnel.
Les mises à pied et l’insécurité d’emploi sont les
facteurs les plus évidents. Mais, les problèmes de
moral peuvent également être causés par des
problèmes de communication entre les cadres et les
travailleurs, par l’absence de reconnaissance ou de
récompense pour le travail bien fait ou par le
manque d’occasions pour les employés de
socialiser et d’établir des liens entre eux.
Une organisation où le moral est bas se doit de
prendre des mesures immédiates et décisives pour
régler le problème. En général, il appartient aux
gestionnaires et aux cadres supérieurs de mettre en
œuvre des stratégies pour corriger le problème.
Toutefois, les travailleurs peuvent également
contribuer à améliorer le moral.
Voici quelques éléments à considérer lorsque vous
évaluez votre milieu de travail :
Communication
De bonnes communications entre les employés, et
entre les employés et leurs cadres, sont essentielles
au maintien d’un moral élevé. Les employés
doivent avoir l’impression que leurs opinions sont
importantes et qu’on les écoute. N’ayez pas peur
d’exprimer vos opinions, surtout lorsqu’il s’agit de
votre emploi (vous le connaissez mieux que
n’importe qui d’autre!), et prenez toujours le temps
d’écouter les autres. Considérez vos collègues
comme vos coéquipiers. Cela peut vous paraître un
peu ridicule mais, en fait, vous travaillez tous pour
atteindre les mêmes buts. Il est donc important de
discuter ensemble, de poser des questions et de
trouver des solutions aux problèmes en équipe.
Des attentes claires sont un autre élément qui fait
partie d’un bon moral organisationnel. Pour que
vous puissiez faire du bon travail, vous devez
d’abord comprendre quelles sont les attentes
associées à votre poste. Si vous croyez ne pas
comprendre un nouveau projet ou une nouvelle
tâche, rencontrez votre patron pour en discuter.
Écrivez des notes ou des questions avant la
rencontre et demandez-lui de vous expliquer en
détail le travail que vous devez accomplir. N’ayez
pas l’impression que vous lui faites perdre son
temps. Il préfère sûrement savoir que vous avez
des questions maintenant, plutôt que d’apprendre
plus tard que le travail n’a pas été bien fait!
* Permission de photocopier avec la mention de Jennifer McCarthy, consultante, Services à la famille-Canada.
Comment régler la question du moral organisationnel (suite)
Participation
Reconnaissance et appréciation
Tout le monde veux participer et contribuer à la
réussite de l’organisation. Il est important que les
entreprises démontrent qu’elles font confiance à leurs
employés en sollicitant leur participation et leur
rétroaction et en leur demandant de participer aux
décisions concernant leur emploi. Si votre
organisation ne demande pas la participation de ses
employés, vous pouvez proposer à votre employeur de
mettre sur pied une équipe chargée de régler certaines
questions ou d’installer une boîte de suggestions pour
que les employés puissent formuler des commentaires
pour améliorer le rendement. Plus une organisation
fait preuve de confiance à l’endroit de ses employés,
plus ceux-ci seront confiants et productifs.
Il est important aussi que les gestionnaires traitent
chaque employé comme un individu et qu’ils
reconnaissent leur travail et leur dévouement au sein
de l’organisation. Il arrive souvent que de bons
employés quittent leur emploi parce qu’ils n’ont pas
reçu de rétroaction positive, ni la reconnaissance
qu’ils méritent. Les employeurs doivent donc
reconnaître la contribution de chacun de leurs
employés. Il suffit de poser un simple geste
d’appréciation ou d’exprimer des paroles de gratitude.
C’est la reconnaissance et non la récompense qui
compte.
Environnement
Pour créer un bon moral organisationnel, il faut aussi
un bon environnement de travail, tant le milieu
physique que l’ambiance sociale. Pour que les
employés soient productifs, le milieu physique doit
être sûr, confortable et agréable. Il est important de
tenir compte des éléments tels que le chauffage, la
ventilation, l’air climatisé et le niveau de bruit et de
signaler les problèmes aux cadres. Les chaises, les
bureaux et l’équipement doivent être en bon état. Les
employés qui utilisent des téléphones doivent pouvoir
avoir des conversations privées sans déranger leurs
collègues.
L’ambiance sociale du milieu de travail est également
importante. Les pauses-café avec les collègues ne font
peut-être pas partie des tâches, mais elles permettent
aux employés de tisser des liens, de créer un sentiment
de confiance et d’améliorer les voies de
communication dans l’ensemble de l’organisation.
Bon nombre d’employeurs organisent des rencontres
pour leurs employés, tels des soupers ou des fêtes,
afin qu’ils puissent socialiser dans un milieu autre que
le travail. Certaines organisations ont même un
« comité social » chargé d’organiser des événements
et des activités pour le personnel et d’encourager leur
participation.
Si vous croyez que votre milieu de travail pourrait
bénéficier d’un programme de reconnaissance des
employés, vous devriez le suggérer à votre supérieur.
Certaines entreprises remettent une pièce de monnaie
d’un cent, à leurs employés pour souligner leur
contribution à l’entreprise. Le montant de la
récompense importe peu. Ce qui compte, c’est que
l’entreprise souligne sa reconnaissance envers ses
employés devant l’ensemble du personnel.
Personne ne veut travailler dans un milieu où les gens
sont malheureux, stressés et ne se sentent pas
valorisés. Bien qu’on puisse croire que le bonheur et
la satisfaction des employés sont la responsabilité de
l’employeur, chaque employé peut aider à améliorer le
moral et créer un milieu de travail agréable.
Références
A Positive Choice: Addressing Negativity in the Workplace de Rick
Ban Drisse. University of Wisconsin OshKosh. Site Web :
http://www.uwosh.edu/eap/newsletterupdates/winter2002.doc. 2002.
Boosting Employee Morale by United States Small Business
Administration. Site Web :
http://www.sbaonline.sba.gov/gopher/Business-Development/SuccessSeries/Vol6/morale.txt. 2001.
Overcoming negativity in the workplace de Change Dynamics. Site
Web : http://www.changedynamics.com/samples/negative.htm 2003.
Tips for Minimizing Workplace Negativity de Susan M. Heathfield.
Site Web :
http://www.careeraustin.com/employers/Workplace_Negativity.html.
2003.
Services à la famille offre de l’aide confidentielle et professionnelle portant sur diverses questions
personnelles et liées au travail. Pour en savoir plus sur votre PAE, composez le
1-800-561-1128.