John Williams - Eglise de Colombes

Commentaires

Transcription

John Williams - Eglise de Colombes
Église Évangélique Baptiste de Colombes
John Williams
Soumis par André & Aurélie T.
12-06-2006
Dernière mise à jour : 25-07-2006
Titre du livre : John Williams
Auteur : Jean-Paul Benoît
série : Aventures pour Dieu
Edité par les éditions OBERLIN
Cette biographie se déroule Angleterre et dans le Pacifique, au début du XIXe siècle.
La « London Missionnary Society ».
Entre 1768 et 1779, le célèbre capitaine Cook effectue de grandes expéditions autour du monde. En lisant le récit de
ses aventures - ses découvertes d'îles lointaines peuplées de sauvages - , un pasteur Anglican entreprend, avec
quelques amis, d'armer un navire pour les îles du Pacifique sud, dans le but d'évangéliser les indigènes. Ensemble, ils
rassemblent des fonds pour leur projet ; ainsi naît la « London Missionnary Society » (LMS) qui enverra des missionnaires
aux quatre coins du monde jusqu'à sa dissolution dans les années 1970.
Le 10 août 1796, un premier navire appareille pour un voyage autour du monde : après 20 000 km et près de 8 mois de
traversée, il aborde en mars 1797 en baie de Tahiti ; les missionnaires y sont accueillis par les indigènes avec
enthousiasme.
Jeunesse et conversion.
John Williams naît en 1796 à Tottenham (près de Londres). Sa mère est pieuse et s'occupe du foyer que le père a
tendance à négliger. Malgré son application, John s'avère peu doué pour les études. Préférant le travail manuel, il
devient alors forgeron. John n'aime pas trop aller à l'église, mais un dimanche, alors qu'il s'y rend pour faire bonne figure,
le prédicateur développe le verset : « Que servirait-il à un homme de gagner le monde entier, s'il perdait sa vie ? » (Mat.
16:26). C'est au cours de cette soirée-là que John Williams décide de consacrer sa vie au service de Jésus-Christ ; nous
sommes en 1814.
A l'âge de 20 ans, il entend un prédicateur parler des sauvages du Pacifique et de leurs coutumes cannibales. Il contacte
alors la LMS. Il lui aurait théoriquement fallu suivre trois années de préparation, mais les besoins sont tels qu'il ne fera
que quelques semaines. Dans la même période, il se marie avec une camarade d'école du dimanche, Mary, âgée de
19 ans, qui est prête à partir avec lui en mission.
L'île de Raiatea.
En novembre 1817, ils partent donc pour Tahiti, base de la mission pour l'évangélisation des îles avoisinantes. Ils
reçoivent l'invitation d'un roi cannibale qui a entendu parler de Dieu par un missionnaire de passage. Ce roi désire
apprendre à connaître Dieu. Williams et un autre missionnaire sont choisis et vont le rejoindre sur son île de Raiatea avec
femmes et enfants.
Là, sur cette île, les gens sont oisifs : la nourriture poussant abondamment, il s'avère inutile de travailler pour vivre. Avant
l'arrivée des missionnaires, les natifs s'occupaient donc à guerroyer et avaient des moeurs frivoles. De plus, ils adoraient
des dieux sanguinaires auxquels ils offraient des sacrifices d'enfants.
http://eglise-evangelique-colombes.org
Propulsé par Joomla!
Généré: 23 February, 2017, 12:18
Église Évangélique Baptiste de Colombes
Les Williams sont bien accueillis. Ils entreprennent de construire une maison ; aussitôt on veut les imiter. Chacun se met
au travail et, rapidement, les gens oublient leurs faux dieux et leurs querelles. Une église est construite et de leur propre
initiative, les indigènes collectent des dons pour la LMS. Les missionnaires leur enseignent l'écriture et traduisent
l'évangile de Luc dans leur langue. En 1820 ont lieu les premiers baptêmes. John Williams a 24 ans.
L'oeuvre s'étend.
Le succès le pousse à aller dans deux îles voisines ; il construit à cet effet un petit navire de six mètres de long. Dans la
première île, Tahaa, l'Evangile l'a précédé ; dans l'autre, Bora-Bora, il rencontre de l'opposition de la part d'une minorité,
mais rapidement l'Evangile se répand. John pense alors que son ministère dans l'archipel touche à sa fin, et songe à aller
évangéliser en Chine, afin d'atteindre un plus grand nombre de personnes ; mais finalement, il décide de faire de toutes
les îles du Pacifique son champ de mission. A la demande d'un chef de l'île de Rurutu, il envoie en mission pour la
première fois des chrétiens indigènes.
Son épouse étant tombée malade, il décide de s'éloigner pour un temps du climat de Raiatea. Ils embarquent pour
Sidney. Au passage, ils débarquent quelques missionnaires sur l'île d'Aïtutaki. Sa femme rétablie, ils achètent un petit
navire et prennent le chemin du retour. Ils passent à Rurutu, où ils trouvent les chrétiens bien établis. Ils se rendent aussi
à Aïtutaki, où les gens détruisent leurs idoles pour se tourner vers Dieu. Ensuite ils abordent à Mangaïa, d'où, pour la
première fois, ils doivent prendre la fuite.
Sur l'île de Rarotonga, ils laissent Papeiha, un chrétien indigène. Après quelques difficultés, les cannibales se
convertissent et brûlent leurs idoles, ils se sentent libérés !
Pressé d'apporter l'Evangile sur d'autres îles, John construit un bateau de plus de 70 tonnes, avec seulement quelques
haches et scies, sans corde ni toile, ni fer, ni cuivre. Il a juste une chaîne d'acier pour forger les ferrures et les clous. Il fait
ainsi de nouveaux voyages : il retourne à Aïtutaki, car là les chrétiens ont fait une collecte pour l'aider à propager la Parole de
Dieu à d'autres îles, puis il se rend à Atiu, à Tongatapu, et aux îles Samoa : Manono, Savaï, Upolu, Manua et Tutuila.
Fin de son ministère.
Le diable contre-attaque : les querelles réapparaissent par endroits et John doit intervenir à Mangaïa pour éviter une
guerre. Il fait un voyage en Angleterre où il entreprend l'impression du Nouveau Testament dans la langue de Rarotonga
ainsi que d'autres livres dont Le Voyage du Pèlerin de John Bunyan. Il est de nouveau à Tutuila en 1838. Il s'installe là
avec sa femme et son fils John. Il pense à de nouveaux objectifs : Les Nouvelles-Hébrides et la Nouvelle-Guinée. Il
n'aura malheureusement pas le temps de s'y consacrer. Un jour, avec d'autres missionnaires, il aborde à Erromanga
malgré l'attitude hostile de la population. Attaqués, ils s'enfuient ; Williams trébuche et tombe. Il meurt massacré par les
indigènes à l'âge de 43 ans.
*****
Le portrait de John Williams est publié avec l'aimable autorisation de la National Library of Australia (identifiant : nla.pican6621835)
Titre original : The Rev. John Williams on board ship with native implements, in the South Sea Islands
http://eglise-evangelique-colombes.org
Propulsé par Joomla!
Généré: 23 February, 2017, 12:18

Documents pareils