plate-forme de concertation - PFRCC asbl : Plate

Commentaires

Transcription

plate-forme de concertation - PFRCC asbl : Plate
RAPPORT D’ACTIVITE
2013
Présidence :
Dr. Georges Van Cang
Tél : 071/92.00.46
Fax : 071/92.00.46
[email protected]
Coordination :
Pascale Deverd
Dominique Leborgne
Siège social et d'exploitation :
Rue Saint-Hubert 21B
7170 MANAGE
 : 0471/ 620 495
E-Mail : [email protected]
Site : www.pfrcc.com
n° d'entreprise : 864. 661. 859
n° de compte : 001-0926371-97
TABLE
DES
MATIERES
I. TERRITOIRE D’ACTION ET POPULATION ................................ 1
1. Démographie et données socio-économiques .......................................................... 2
2. Données de santé relevées par l'Observatoire de la Santé du Hainaut ............... 5
II. PARTENAIRES .................................................................................. 9
Membres effectifs et membre adhérent ....................................................................................... 10
Représentation des membres par leurs délégués ......................................................................... 13
III. ORGANISATION ............................................................................. 17
Organigramme des activités de la Plate-Forme ............................................................. 18
1. Structure et statuts ................................................................................................... 19
2. Direction.................................................................................................................... 20
2.1. Assemblée Générale................................................................................................ 20
2.2. Conseil d'Administration ........................................................................................ 21
2.3. Bureau ..................................................................................................................... 27
3. Personnel ................................................................................................................... 27
4. Finances .................................................................................................................... 28
IV. FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DE LA
CONCERTATION ................................................................................... 37
1. Activités internes .................................................................................................... 38
1.1. Groupes de concertation organisés selon le critère générationnel .......................... 39
1.1.1. Commission Pédopsychiatrie .............................................................. 39
 Groupe de conc. "0-6 ans négligés" .............................................. 40
1.1.2. Commission Adultes ........................................................................... 41
 Groupe de conc. "Handicap mental et santé mentale" .................. 41
 Groupe d’intervisions « Handicap mental et santé mentale »....... 43
 Groupe d’intervisions « Emploi et santé mentale » ...................... 43
 Commission Alcool ...................................................................... 44
 Groupe d’intervisions Assuétudes PFRCC-RASAC .................... 45
 Groupe d’intervisions de santé mentale de Soignies .................... 47
1.1.3 Commission Santé mentale et vieillissement ...................................... 48
1.2. Médiation ................................................................................................................ 50
1.3. Site Internet ............................................................................................................. 56
2. Activités externes .................................................................................................. 57
2.1. Le niveau hennuyer ................................................................................................. 58
2.1.1. L'Entre-Bureaux hennuyer .................................................................. 58
2.2.L'Inter-Plates-Formes Wallonie-Bruxelles-Communauté germanophone ............... 59
2.2.1. Le groupe pédopsychiatrie................................................................. 61
2.2.2.
Le groupe R.P.M. ............................................................................ 62
2.2.3.
Le groupe de travail Circuit de soins Internés .................................. 62
2.2.4.
Groupe de travail Médiation et pédopsychiatrie .............................. 62
2.2.5.
Groupe de travail Mises en observation ……………………..... .....63
2.2.6.
Groupe de travail Demandeurs d'emploi………………… …….….63
2.2.7. Groupe de travail Transfert des Plates-Formes ................................ 64
2.3. L'Inter Plates-Formes nationale .............................................................................. 64
2.4. La Plate-Forme fédérale de Concertation en Soins de Santé mentale .................... 65
3. Relations publiques ............................................................................................... 66
3.1. Concertation avec des partenaires extérieurs à la Plate-forme ............................... 66
3.1.1. Lien avec le projet "107" du Centre ................................................... 66
3.1.2. Collaboration avec le SISD Carolo ..................................................... 66
3.2.Représentation et participation à des activités extérieures permanentes ................. 67
3.2.1. Niveau local ........................................................................................ 67
3.2.2. Niveau régional et fédéral ................................................................... 67
3.3. Participation à des activités ponctuelles ................................................................. 68
V. EVALUATION ................................................................................... 70
5.1. Evaluation quant aux missions définies par arrêté royal ........................................ 71
5.2. Evaluation du fonctionnement et obstacles............................................................. 74
VI. PROJETS ET PERSPECTIVES ..................................................... 75
ANNEXES ................................................................................................. 77
Annexe 1 : Statuts et modifications ............................................................................... 78
Annexe 2 : ROI de la fonction médiation ...................................................................... 81
Annexe 3 : Convention hennuyère pour la fonction de médiation ................................ 86
I. T E R R I T O I R E
D’ACTION
1
ET
POPULATION
I. T E R R I T O I R E
D’ACTION
ET
POPULATION
La Plate-Forme dessert les villes de Charleroi et de La Louvière ainsi qu’un territoire situé
autour de celles-ci représentant une superficie de 1933,5 km².
Les communes concernées sont : Aiseau-Presles, Anderlues, Beaumont, Binche, Braine-leComte, Chapelle-lez-Herlaimont, Charleroi, Châtelet, Chimay, Courcelles, Ecaussinnes,
Enghien, Erquelinnes, Estinnes, Farciennes, Fleurus, Fontaine-l’Evêque, Froidchapelle,
Gerpinnes, Ham-sur-Heure–Nalinnes, La Louvière, Le Roeulx, Les Bons Villers, Lobbes,
Manage, Merbes-le-Château, Momignies, Montigny-le-Tilleul, Morlanwelz, Pont-à-Celles,
Seneffe, Silly, Sivry-Rance, Soignies, Thuin.
Les institutions de soins de santé mentale de la Plate-Forme sont réparties comme suit :
*
*
H
*
* * *
* HH *
*
H
*
* **
* *
H
*
** HH
*H
H
*
**
*
* Services ou Centres de Santé Mentale
H Hôpitaux généraux qui disposent d’un service
psychiatrique agréé
H Hôpitaux Psychiatriques
* Maisons de Soins Psychiatriques
* Initiatives d’Habitations Protégées
* Equipements disposant d’une convention INAMI qui ont
pour mission d’organiser une offre spécifique dans le
cadre des soins de santé mentale
1
1 Démographie et données socio-économiques
POPULATION par commune située sur le territoire de la Plate-Forme au 01.01.2013
Source : SPF Economie
TOTAL
POPULATION
COMMUNE
Aiseau-Presles
Anderlues
Beaumont
Binche
Braine-le-Comte
Chapelle-lez-Herlaimont
Charleroi
Châtelet
Chimay
Courcelles
Ecaussinnes
Enghien
Erquelinnes
Estinnes
Farciennes
Fleurus
Fontaine-l’Evêque
Froidchapelle
Gerpinnes
Ham-sur-Heure - Nalinnes
La Louvière
Le Roeulx
Les Bons Villers
Lobbes
Manage
Merbes-le-Château
Momignies
Montigny-le-Tilleul
Morlanwelz
Pont-à-Celles
Seneffe
Silly
Sivry-Rance
Soignies
Thuin
TOTAL
10.751
11.941
7.053
33.091
21.408
14.650
203.753
36.319
9.836
30.708
10.719
13.286
9.807
7.751
11.235
22.594
17.395
3.898
12.365
13.580
79.486
8.249
9.165
5.690
22.753
4.238
5.323
10.133
19.012
16.893
11.030
8.238
4.880
26.667
14.662
748.559
Au 1er janvier 2013, le territoire couvert par la Plate-Forme compte donc 748.559 habitants.
2
Densité de population du Hainaut (par commune), au 01/01/2012
Le territoire de la province du Hainaut est plus densément peuplé que la Région wallonne en
général (349 habitants par km2 en Hainaut contre seulement 210 habitants par km2 en Wallonie).
La population hainuyère est cependant répartie de façon inégale.
Au centre de la province : une ceinture presque ininterrompue de communes urbaines densément
peuplées, situées le long de l'ancien axe industriel wallon.
Au sud et au nord de cet axe : des communes plus rurales, beaucoup moins densément peuplées.
La densité de la population se révèle particulièrement faible (- de 100 habitants par km2) dans
les communes de la Botte du Hainaut.
Le territoire de la Plate-Forme s'étend sur les arrondissements de Soignies, Charleroi et Thuin :
on voit qu'il reprend des zones urbaines densément peuplées et toute la botte du Hainaut, rurale,
avec la plus faible densité.
3
Population totale, Belgique - Région wallonne - Hainaut (par sexe et par
arrondissement), au 01/01/2012 (Source :Observatoire de la Santé du Hainaut)
En 2012, le Hainaut comptait 1.323196 habitants, soit 12 % de la population totale de Belgique
et 37 % de la population de la Région wallonne.
L'arrondissement de Charleroi est le plus peuplé avec 428 711 habitants soit 32 % de la
population hainuyère ; viennent ensuite l'arrondissement de Mons avec 19 % et celui de Soignies
avec 14 %. Les arrondissements de Thuin et Tournai représentent chacun environ 11 % de la
population hainuyère, celui de Ath 6,4 % et celui de Mouscron 5,6 %.
Au niveau socio-économique
L'Observatoire de la Santé du Hainaut relève que la population de la Province de Hainaut (et plus
particulièrement les régions de Mons, La Louvière et Charleroi) est caractérisée par des revenus
faibles de la population. Les revenus et l’indice de richesse sont les plus faibles du Hainaut dans
l’arrondissement de Charleroi.
De même, en août 2013, ces principales villes hennuyères et leur périphérie connaissent des
prestations ONEM très élevées (18,8 % de chômeurs pour la Province de Hainaut et 20,7% pour
Charleroi pour une moyenne wallonne de 15,9%).
Il en va de même pour les prestations CPAS . En 2012, : 20,5 personnes pour 1000 habitants
recevaient un revenu d’intégration en Wallonie, avec 23,2 en province de Hainaut et 29,7 pour
l’arrondissement de Charleroi. Ces données proviennent du SPP Intégration sociale.
4
2. Données de santé relevées par l'Observatoire de la Santé du Hainaut
Espérance de vie
Espérance de vie à la naissance puis à 65 ans en Belgique - Région wallonne – Hainaut.
Etat de santé
D’après l'Enquête Nationale de Santé par interview, en 2004, 68 % des Hainuyers s'estiment
en bonne ou très bonne santé. 32 % des Hainuyers (1 sur 3) jugent donc que leur santé est
moyenne, mauvaise ou très mauvaise. Pour l'ensemble de la Belgique, cette proportion est de
1 sur 4.
35 % des Hainuyers souffrent d'au moins 2 maladies ou affections chroniques, taux supérieur
à celui de la Wallonie ou de la Belgique (30 %).
Causes de décès
En 2009, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès en Hainaut et en
Belgique en général. Mais depuis 2008, les tumeurs apparaissent comme la première cause de
décès chez les hommes et la seconde chez les femmes.
Santé mentale
L'OSH (Observatoire de la Santé du Hainaut) dispose de quelques données spécifiques à la
santé mentale. Il relève la mortalité due aux suicides, les tentatives de suicide, l'idéation
suicidaire et la consommation de médicaments psychotropes et/ou antidépresseurs. Il publie
également quelques chiffres concernant l'alcool et les drogues illicites.
Le suicide
est une des principales causes de décès liées à la santé mentale. Les données sont issues des
bulletins statistiques de décès et, de manière générale, on estime que les statistiques de
mortalité par suicide sous-estiment le nombre réel de décès par suicide. Sur cette base, entre
2005 et 2009, on dénombrait 270 décès annuels par suicide en Hainaut (205 décès masculins
et 65 décès féminins). Cela correspond à un taux de décès par suicide de 33 hommes pour
100.000 et 10 femmes pour 100.000. La répartition par âge et par sexe est similaire en
5
Belgique, en Wallonie et en Hainaut. Le taux de suicide est nettement plus élevé chez
l’homme et augmente avec l’âge.
Tentatives de suicide
En Hainaut, en 2008, l'Enquête Nationale de Santé rapporte que 11% des femmes de 15 ans et
plus et 2% des hommes déclarent avoir déjà essayé de mettre fin à leurs jours. Compte tenu
des fluctuations aléatoires, la situation du Hainaut ne diffère pas de celle de la Wallonie ou de
la Belgique.
Idéation suicidaire
En 2008, en Hainaut, 10% des hommes et 18% des femmes déclarent avoir pensé au suicide
au cours de leur vie. Les décès par suicide sont plus fréquents chez les hommes mais les
femmes sont plus nombreuses à déclarer avoir déjà pensé au suicide. Elles sont 18% en
Hainaut contre 16,5% en Région wallonne et 14% en Belgique. Pour les hommes, la situation
du Hainaut ne diffère pas de celle de la Wallonie ou de la Belgique.
Médicaments
L'Enquête Nationale de Santé de 2008 relève qu'en Hainaut, 23% des femmes et 12% des
hommes déclarent avoir pris des psychotropes dans les deux dernières semaines. C'est un peu
plus que pour l'ensemble de la Belgique pour les femmes (21%) et pour les hommes (10,5%).
Toujours en 2008, 11,7% de la population hennuyère a déclaré avoir consommé des
antidépresseurs dans les quinze derniers jours, ce qui est similaire aux chiffres de la Belgique.
La consommation augmente avec l'âge et les femmes hennuyères en consomment deux fois
plus que les hommes.
Alcool
En 2008 (Enquête Nationale de Santé, ISSP), la consommation quotidienne est plus fréquente
chez l’homme que chez la femme. Elle augmente avec l’âge jusque 55 ans puis se stabilise à
32% pour les hommes et 20% chez les femmes en Hainaut.
La fréquence s’accroit également en fonction du niveau d’étude. Les résultats sont
semblables pour le Hainaut, la Wallonie et la Belgique.
6
L’offre de soins
En 2012, on dénombrait 1901 médecins généralistes en Hainaut, 6049 en Région wallonne
et 18 213 en Belgique. Ceci correspond à un médecin généraliste pour environ 700
habitants en Hainaut contre environ 600 habitants en Wallonie et en Belgique.
7
Parmi les 1901 médecins généralistes du Hainaut, seuls 66% réalisent un minimum de 500
contacts patients par an. Les autres n’ont qu’une activité réduite en médecine générale.
Concernant le territoire de la Plate-Forme, le nombre d’habitants par médecin généraliste
varie beaucoup d’une commune à l’autre avec le plus petit nombre (entre 300 et 500) pour
les communes de Gerpinnes, Ham-sur-Heure-Nalinnes, Montigny le Tilleul et Le Roeulx.
Par rapport à ces communes, le nombre d’habitants par médecin est entre deux et quatre
fois plus élevé (entre 900 et 1200) pour les communes de Châtelet, Aiseau-Presles,
Courcelles, Binche, Lobbes et Manage.
Médecins spécialistes
8
II. PARTENAIRES
9
II. PARTENAIRES
Membres effectifs et membres adhérents
La Plate-Forme compte 34 membres effectifs et 1 membre adhérent, comme détaillé dans le
tableau ci-dessous.
Les membres effectifs sont les institutions du territoire selon les groupes définis par l'AR du
10 juillet 1990, ainsi que les fédérations de médecins généralistes (A.M. du 16/12/02).
Les statuts de la Plate-Forme permettent aux organisations de patients et de familles des
patients (avec personnalité juridique) d'être membre adhérent.
34 MEMBRES EFFECTIFS

6 services psychiatriques agréés de 4
Hôpitaux généraux
3 Hôpitaux psychiatriques
1 Maison de Soins Psychiatriques
13 Services de Santé Mentale
4 Initiatives d’Habitations protégées
6 Structures conventionnées INAMI
2 Fédérations de Médecins généralistes
(A.M. du 16/12/02)
1 MEMBRE ADHERENT

1 Association de parents de patients
MEMBRES EFFECTIFS
les hôpitaux généraux qui disposent d'un service psychiatrique agréé :
-
l'ISPPC (Intercommunale des Services Publics du Pays de Charleroi) pour ses
sites :
-CHU de Charleroi (site de Marchienne-au-Pont – V.Van Gogh)
 Rue de l'Hôpital, 55 à 6030 Marchienne-au-Pont
-CHU A. Vésale
 Route de Gozée, 706 à 6110 Montigny-le-Tilleul
-
l'A.S.B.L. GHdC (Grand Hôpital de Chaleroi) pour ses agréments :
-Hôpitaux Saint-Joseph, Sainte-Thérèse et IMTR (Agr. 010)
 Rue de la Duchère, 6 à 6060 Gilly
-Centre Hospitalier Notre-Dame – Reine Fabiola (Agr. 027)
10
 Grand-rue, 3 à 6000 Charleroi
-
l'A.S.B.L. Centre Hospitalier Universitaire de Tivoli
 Avenue Max Buset, 34 à 7100 La Louvière
-
l' A.S.B.L. Centre Hospitalier Jolimont-Lobbes
 Rue Ferrer, 159 à 7100 Haine-Saint-Paul
les hôpitaux psychiatriques :
-
l' A.S.B.L. Œuvres des Frères de la Charité, Hôpital St-Bernard
 Rue J. Empain, 43 à 7170 Manage
-
l' A.S.B.L. Centre Psychothérapeutique de Jour Charles-Albert Frère
 Rue de Nalinnes, 650 à 6001 Marcinelle
-
L'A.S.B.L. Les Feux-Follets
 Place Quinet 27 à 6220 Wangenies
les maisons de soins psychiatriques :
-
La Maison de Soins psychiatriques Bois de la Fontaine
 Rue du Vieux chemin de fer 31à 7170 Manage
les services de santé mentale :
-
la Province de Hainaut pour ses institutions:
--le Service de Santé Mentale provincial de Binche
 Rue de Bruxelles, 18 à 7130 Binche
--le Service de Santé Mentale provincial de Courcelles
 Rue de la Croisette, 109 à 6180 Courcelles
--le Service de Santé Mentale provincial de Charleroi
 Rue de la Sciences, 3-7 à 6000 Charleroi
-
le Service de Santé Mentale du CPAS de Charleroi
 Rue Léon Bernus, 18 à 6000 Charleroi
-
l’ASBL RMPAC –Tramétis
 Grand-rue, 67 à 6000 Charleroi
-
l’ASBL RMPAC – Service de Santé mentale de Châtelet
 Rue du Collège, 39 à 6200 Châtelet
-
l'A.S.B.L. Service de Santé Mentale " La Pioche"
 Rue Royale, 95 à 6030 Marchienne-au-Pont
-
l'A.S.B.L. Centre de Guidance
 Rue Léon Bernus, 22 à 6000 Charleroi
11
-
l'A.S.B.L. Service de Santé mentale du Centre de Santé de Jolimont
 Rue Ferrer, 196 à 7100 Haine-Saint-Paul
-
l'A.S.B.L. Service de Santé mentale de Soignies
 Ruelle scaffart à 7060 Soignies
-
l'A.S.B.L. Le Dièse
 Rue des déportés, 7 à 7070 Mignault
-
l'A.S.B.L. Psy Chic SSM
 Rue du Moulin, 54/B0 à 7100 La Louvière
-
l'A.S.B.L. Ariane
 Grand Rue, 113 à 7140 Morlanwelz
Les Initiatives d'Habitations Protégées :
-
l'A.S.B.L. GHdC – section IHP Le Regain
 Rue du Collège, 39 à 6200 Châtelet
-
l'Association Carolorégienne pour la Gestion d'Habitations Protégées (ACGHP)
Chapitre XII – loi organique – CPAS de Charleroi
 Rue des Goutteaux, 17 à 6032 Mont-sur-Marchienne
-
l'A.S.B.L. "L'Ancrage"
 Avenue Max Buset, 34 à 7100 La Louvière
-
l'A.S.B.L. "L'Entre-Temps"
 Place du Numéro Un, 50 à 7100 Haine-Saint-Paul
les équipements disposant d'une convention INAMI qui ont pour mission d'organiser une
offre spécifique dans le cadre des soins de santé mentale :
-
l'A.S.B.L. Centre résidentiel de postcure pour personnes toxicomanes et/ou
alcooliques "Ellipse"
 Rue du Houssu, 99 à 7141 Carnières
-
l'A.S.B.L. Centre de postcure pour alcooliques "L'Espérance"
 Rue du Fosteau, 42 à 6530 Thuin
-
l'A.S.B.L. "Diapason-Transition"
 Chaussée de Fleurus, 216 à 6060 Gilly
-
l'A.S.B.L. "Trempoline"
 Grand-rue,3 à 6200 Châtelet
-
l'A.S.B.L. Centre Orthogénique
 Rue du Mayeuri, 30 à 6032 Mont-sur-Marchienne
-
L'A.S.B.L. Les Feux-Follets
 Place Quinet 27 à 6220 Wangenies
12
Les Fédérations de Médecins Généralistes agréés (A.M. du 16/12/02) :
-
Fédération des Médecins Généralistes du Centre et de Binche (FMGCB)
 Rue Hamoir, 164/3 à 7100 La Louvière
-
Fédération Association de Généralistes Charleroi (FAGC)
 Bd Zoé Drion 1 à 6000 Charleroi
MEMBRE ADHERENT
-
SIMILES
 Rue Lairesse, 15 à 4020 Liège
Représentation des membres par leurs délégués
Chaque membre effectif défini par l'article 8 de l'A.R. du 10 juillet 1990 est représenté à
l'Assemblée Générale par un délégué gestionnaire (DG) et un délégué membre de l'équipe
pluridisciplinaire (DEP). Les fédérations de médecins sont représentées par un seul délégué.
Peuvent également assister à l'Assemblée Générale, avec voix consultative, les membres
adhérents.
Groupe Hospitalier
-
Le C.H.U de Charleroi (ISPPC) site de Marchienne-au-Pont V. Van Gogh :
(DG)  M. B. Van Dyck
(DEP) Dr G. Van Cang
-
Le C.H.U. A. Vésale (ISPPC) Montigny-le-Tilleul :
DG  Mme A.-M. Boeckaert
DEP  Dr F. Bardiau
-
Le Grand Hôpital de Charleroi (GHdC) pour ses agréments :
- Hôpitaux Saint-Joseph, Sainte-Thérèse et IMTR (Agr. 010) :
DG  M. G. Saelens, remplacé par Dr J-F Coen (AG juin 2013)
DEP  Dr F. Verhelst
-
Centre Hospitalier Notre-Dame – Reine Fabiola (Agr. 027)
DG  M. Cl. De Briey, remplacé par M. G. Saelens (AG juin 2013)
DEP  M. M. AVI
-
Le Centre Psychothérapeutique de Jour Charles-Albert Frère :
DG  Dr I. Schonne, remplacée par I Hennequin (AG juin 2013)
DEP  M. A. Fougnies, remplacé par Dr I. Schonne (AG juin 2013)
-
Le C.H.U. Tivoli :
DG  Mme V. Doutreluingne
DEP  Dr O. Le Bon
-
Le Centre Hospitalier Jolimont-Lobbes :
 Les délégués siégeant au Conseil d'Administration sont en caractères gras.
13
DG  Mme M. Valfer
DEP  Dr M. Mathay, remplacé par Mme N.Todeschini (AG juin 2013)
-
Le Centre Hospitalier Psychiatrique St. Bernard (Œuvres des Frères de la Charité) :
DG  M. P-R Glibert
DEP  M. J.-L. Feys
-
Les Feux-Follets
DG  M. A. Jonart
DEP  Dr C. Van Daele
Groupe Ambulatoire
-
Le Service de Santé Mentale provincial de Binche (Province de Hainaut) :
DG  Mme E. Aron
DEP  Dr L. Licour
Le Service de Santé Mentale provincial de Charleroi (Province de Hainaut) :
DG  Mme S. Anciaux
DEP  Mme R. Lebrun
-
Le Service de Santé Mentale provincial de Courcelles (Province de Hainaut) :
DEP  Dr Ch. Bechhoff
DG  Mme H. Leclef
-
Le Service de Santé Mentale du CPAS de Charleroi :
DG  Dr E. Mathy
DEP  M. O. Georges
-
RMPAC - (ASBL) Tramétis :
DG  Mme O. Bathélémy remplacée par M. C. Bellet (depuis l’AG de juin 2013)
DEP  Mme M-C Drion, remplacée par Dr M. Ventura (depuis l’AG de juin 2013)
-
RMPAC – Service santé mentale de Châtelet :
DG  Mme N. Yernaux, remplacée par M. C. Bellet (depuis l’AG de juin 2013)
DEP  Dr V. Hahaut
-
(ASBL) La Pioche – Marchienne :
DG  Mme I. Cammarata
DEP  Mme A. Dereuck
-
(ASBL) Centre de Guidance- Rue Léon Bernus – Charleroi :
DG  Mme Ch. Deltour
DEP  Mme C. Van Eyll
-
(ASBL) Le Centre de Santé de Jolimont :
DG  M. J. Verheyen, remplacé par Mme Janaïna Costa Campos (AG de juin 2013)
DEP  Dr E. Brasseur, remplacé par Dr J-F Sauvegarde (AG de juin 2013)
-
(ASBL) SSM de Soignies :
DG  M. P. Tempels
DEP  Mme C. Wirgot
14
-
(ASBL) Le Dièse
DG  Dr A Denis
DEP  Mme V. Tomassetti
-
(ASBL) Psy Chic SSM
DG  Mme V. Van Duyse
DEP  M. A. Pourbaix remplacé par M. J. Lefrancq (AG de juin 2013)
-
(ASBL) Ariane
DG  Mme M.-H. Mansart
DEP  Mme V. Pourtois
Groupe Structures Résidentielles Non Hospitalières et Intermédiaires
-
I.H.P. Le Regain :
DG  Mme M-C. Buchin
DEP  Mme D. Demeunier
-
I.H.P. Association Carolorégienne pour la Gestion d’Habitations Protégées (ACGHPChapitre XII) :
DG  M. P. Vandergraesen
DEP  Dr. G. Deleu
-
(ASBL) IHP L’Ancrage:
DG  M D. Van de Sype
DEP  Mme C. Danloy
-
(ASBL) IHP L’Entre-Temps :
DG  M. E. Gailly
DEP  M. P. Cattiez
-
(ASBL) Diapason – Transition :
DG  M. A. Guzman
DEP  Dr. I. Godfroid
-
(ASBL) Trempoline:
DG  M. Thoreau
DEP  Mme F. Bouffioux remplacée par M. D. Goemanne (AG de juin 2013)
-
(ASBL) Centre Orthogénique :
DG  M. P. Hannard
DEP  M. O. Houillet
-
(ASBL) Ellipse :
DG  M. A. Di Giuseppe
DEP  M. S. Luisetto
-
(ASBL) L’Espérance :
DG  Mme L. Pierre
DEP  Mme C. Vrebos
-
Maison de Soins Psychiatrique "Bois de la Fontaine"
DG  Mme I. Roucloux
15
DEP  Melle Robbezijn
Fédérations de Médecins Généralistes (A.M. du 16.12.02)
-
Fédération des Associations de Généralistes de Charleroi (FAGC) :
 Dr J. Petit (depuis l’AG 2013)
-
Fédération des Médecins Généralistes du Centre (FMGCB) :
 Dr P. Gourdin, à remplacer depuis fin 2012
Invités permanents au conseil d'administration
-
Similes :
 Mme A Darquenne, remplacée par Mme P. Lelotte (depuis l’AG 2013)
-
Réseau de santé mentale du Centre :
 Mme M. Makuch
-
Conférence des médecins directeurs d’hôpital psychiatrique :
 Dr J-L Feys
16
III. O R G A N I S A T I O N
17
18
III. O R G A N I S A T I O N
Depuis sa création en février 2004, la Plate-Forme s'organise comme suit :
- L'Assemblée Générale se réunit une fois par an.
- Le Conseil d'Administration se réunit environ six fois par an (sauf CA
extraordinaire).
- Le Bureau se réunit au même rythme que le Conseil d'administration. Sa mission
est la préparation de l'ordre du jour du Conseil d'Administration et la gestion
journalière de l'association.
- Les membres de la Plate-Forme participent également aux différents groupes de
travail et comités d’accompagnement.
- La coordination organise et anime les groupes de travail et est invitée aux réunions
de l'AG, du CA et du Bureau.
1. STRUCTURE ET STATUTS
Conventions de collaboration
Conformément aux normes d'agrément définies par les AR du 8 juillet 2003, les
membres de la Plate-Forme ont signé des accords de participation aux groupes de
concertation en fonction du critère générationnel (jeunes, adultes et personnes âgées).
Statuts de la Plate-Forme
Signature des statuts : le 16 février 2004
Dépôt des statuts au Moniteur Belge : le 9 avril 2004
Publication des statuts : le 22 avril 2004
L’AG du 16 février 2004 a formé tout à la fois une fin et un début. Les AG
respectives des (ex)-Plates-Formes carolorégienne et du Centre se sont en effet
prononcées en faveur de la fusion des deux associations.
Modification des statuts : le 17 novembre 2005
Afin de se mettre en règle avec la nouvelle définition du territoire d'action des PlatesFormes (courrier du Ministre Detienne du 8 mars 2004 faisant suite à l'avis du CWES
réuni le 20 février 2004), les statuts ont été modifiés au niveau de l'article 4. Les
communes de Cerfontaine, Philippeville et Walcourt, anciennement partagées à 50%
avec la Plate-Forme de Namur, ne font plus partie du territoire de la Plate-Forme des
Régions du Centre et de Charleroi.
Autres modification : chaque année en juillet–août, les noms des délégués
représentants les membres de la PFRCC sont mis à jour (copie de la dernière
publication au Moniteur en annexe).
En octobre 2011, une Assemblée Générale extraordinaire a simplifié l'énoncé de
certains articles des statuts sans en modifier le fond.
 Les statuts actualisés figurent en annexe.
19
2. DIRECTION
2.1. L'ASSEMBLEE GENERALE
L'Assemblée Générale est le pouvoir souverain de l'association. Elle est constituée de
33 membres effectifs et d'1 membre adhérent.
Les membres effectifs sont les institutions du territoire déterminées par l'AR du 10
juillet 1990, ainsi que les fédérations de médecins généralistes (A.M. du 16/12/02).
Les statuts de la Plate-Forme permettent aux organisations de patients et de familles
de patients (avec personnalité juridique) d'être membre adhérent. Une association de
parents de patients, Similes Wallonie, est membre adhérent.
Chaque membre effectif défini par l'article 8 de l'A.R. du 10 juillet 1990 est représenté
à l'Assemblée Générale par deux délégués dont un délégué gestionnaire (DG) et un
délégué membre de l'équipe pluridisciplinaire (DEP). Les fédérations de médecins
sont représentées par un seul délégué. Peuvent également assister à l'Assemblée
Générale, avec voix consultative, les membres adhérents.
L'Assemblée Générale se réunit au moins une fois dans l'année, au plus tard 6 mois
après la date de clôture de l'exercice social pour approbation des comptes annuels de
l'exercice écoulé ainsi que du budget de l'exercice suivant.
En outre, elle peut être également convoquée par le CA à la demande d'au moins 1/5
des membres effectifs.
Les membres de l'Assemblée Générale, ainsi que leurs délégués, sont présentés dans
le chapitre II.PARTENAIRES du présent rapport.
Ordre du jour de la réunion de l’assemblée générale du 3 juin 2013



o
o





o
o
o

Divers
Approbation du procès verbal de l’AG du 11 juin 2012
Présentation et approbation des comptes :
bilan 2012 et compte de résultats
budget 2013 et perspectives à moyen terme
Décharge à donner aux administrateurs
Modification statutaire : changement du siège d’exploitation et du siège social
Représentation des membres : renouvellement des mandats, décharges et nominations des
administrateurs
Représentation de la Plate-Forme
Présentation de l'activité 2012 de la Plate-Forme
Missions de base
Projet pilote "coordination de soins assuétudes" avec M. D. Leborgne
Fonction de médiation, avec Mme I. Piro
Perspectives
20
2.2. LE CONSEIL D'ADMINISTRATION
Le Conseil d'Administration fait office de Comité (cf. AR du 10 juillet 1990).
Le Conseil d'Administration est composé des membres effectifs visés à l'article 5
alinéa 1, 1er des statuts, c'est-à-dire de 32 administrateurs (définis par l'AR du 10
juillet 1990) avec voix délibérative. Les 2 membres effectifs que sont les fédérations
de médecins généralistes (A.M. du 16/12/02) sont invités permanents avec voix
consultative. Et le membre adhérent, l'association de parents de patients Similes, est
invité permanent au Conseil d'Administration. Le réseau de santé mentale du Centre
et la conférence des médecins directeurs d’hôpital psychiatrique sont également
invités permanents.
Les membres effectifs sont représentés au Conseil d'Administration par un des deux
délégués membres de l'Assemblée Générale, en tenant compte qu'au minimum, au
sein du Conseil d'Administration doit siéger 1/3 de délégués représentant les équipes
pluridisciplinaires et 1/3 de délégués représentant les gestionnaires.
La durée du mandat des administrateurs est de trois ans et ils sont rééligibles.
a. Réunions du Conseil d'Administration et ordres du jour
Le Conseil d'Administration se réunit sur convocation du Président ou de deux
administrateurs au rythme d'une réunion tous les deux mois.
En 2013, six réunions du Conseil d’Administration, avec participation majoritaire des
membres, ont eu lieu aux dates suivantes et avec, pour ordre du jour, les points
détaillés ci-dessous.
Ordre du jour de la réunion du Conseil d’Administration du 25 février 2013




o
o
o
o




o
o
o
o
o

o
Accueil des nouveaux représentants à la Plate-Forme
Approbation du procès verbal de la réunion du 10 décembre 2012
Points ajoutés à l'ordre du jour par les participants
Présentation et discussion des comptes
Bilan 2012
Budget 2013
Placements
Réduction des dépenses
Inter-Plates-Formes : visibilité et appellation
Appel à manifestation d’intérêt pour le projet pilote du Forem : examen des candidatures
Projet de convention de la Plate-Forme avec le RAF (Réseau Assuétudes des Fagnes)
Actualités :
Feed-back de l'Inter-Plates-Formes du 7 février
Opérationnalisation des recommandations de la recherche «handicap mental et santé mentale»
Représentants à la RW de la commission Pédopsychiatrie
Info concernant le projet 107 du Centre
Exposition d’art brut Mons 2015
Divers et points ajoutés par les membres
Question aux IHP concernant la régionalisation
21
Ordre du jour de la réunion du Conseil d’Administration du 29 avril 2013





o
o



Approbation du procès verbal de la réunion du 25 février 2013
Présentation des comptes : bilan 2012 et budget 2013
Décisions quant aux mesures de placement et d’économie
Présentation du rapport d'activité 2012
Représentation de la Plate-Forme
au RSU (de Charleroi et de La Louvière)
au CRéSaM
Projet hennuyer Mons 2015
Feed-back de l'Inter-Plates-Formes fédérale du 18 avril
Divers
Ordre du jour de la réunion du Conseil d'Administration du 3 juin 2013


Election des membres du Bureau
Divers.
Ordre du jour de la réunion du Conseil d'Administration du 30 septembre 2013






o
o
o



Approbation des procès verbaux des réunions du 29 avril et du 3 juin 2013
Composition du bureau
Suivi des démarches après l’assemblée générale de juin (déménagement, placement)
Représentation de la Plate-Forme : suppléant pour le CRéSaM
Présentation de la recherche Handicap mental et santé mentale
Feed-back de l'Inter-Plates-Formes du 12 septembre :
Projet OURS
Accompagnement des demandeurs d’emploi
Réforme en pédopsychiatrie
Transfert des compétences
Projet hennuyer Mons 2015
Divers et actualités
Ordre du jour de la réunion du Conseil d'Administration du 4 novembre 2013





Approbation du procès verbal de la réunion du 30 septembre 2013
Circuits de soins internés (M. P-J Cornu invité)
Transfert des compétences
Collaboration PFRCC-107
Divers
Ordre du jour de la réunion du Conseil d'Administration du 16 décembre 2013





Approbation du procès verbal de la réunion du 4 novembre 2013
Fonction de médiation (I. Piro invitée)
Feedback de la réunion Inter-Plates-Formes du 5 décembre
Feedback de la réunion des Plates-Formes au SPF du 5 décembre
Transfert des compétences
22



Agenda du conseil d'administration du premier semestre 2014
Demi-journées de présentation de la recherche Handicap mental et santé mentale
Divers et actualités
b. Membres du Conseil d’Administration
Groupe Hospitalier
-
C.H.U de Charleroi (ISPPC) site de Marchienne-au-Pont V. Van Gogh :
(DEP) Dr Van Cang
HOPITAL V.V.GOGH – rue de l’Hôpital 55 - 6030 Marchienne-au-Pont
Tél : 071/92.00.45
Fax : 071/92.00.46 [email protected]
-
C.H.U. A. Vésale (ISPPC) Montigny-le-Tilleul :
DEP  Dr F.Bardiau
HOPITAL V.V.GOGH - de l’Hôpital 55 - 6030 Marchienne-au-Pont
Tél : 071/92.00.61
Fax : 071/92.05.8 [email protected]
-
(ASBL) Hôpitaux St. Joseph – Ste Thérèse – I.M.T.R. (GHdc) :
DG  M. G.Saelens, remplacé par Dr J-F Coen
HOPITAL ST JOSEPH - RUE DE LA DUCHERE 6 - 6060 GILLY
Tél : 071/10.71.33
Fax : 071/10.74.99
[email protected]
-
(ASBL) Centre Hospitalier Notre-Dame – Reine Fabiola (GHdc)
DEP  M. M. Avi
GHdC site Notre Dame - GRAND RUE 3 - 6000 CHARLEROI
Tél : 071/28.13.15
Fax : 071/28.16.56
[email protected]
-
(ASBL) Le Centre Psychothérapeutique de Jour Charles-Albert Frère :
DG  Dr I. Schönne
CENTRE PSYCHO DE JOUR C.A. FRERE - RUE DE NALINNES 650 6001
MARCINELLE
Tél : 071/43.16.89
Fax : 071/47.16.56 [email protected]
-
(ASBL) C.H.U. Tivoli :
DEP  Dr O. Lebon
CHU TIVOLI - AVENUE MAX BUSET 34 - 7100 LA LOUVIERE
Tél : 064/27.65.08
-
(ASBL) Centre Hospitalier Jolimont-Lobbes :
DG  Mme M. Valfer
JOLIMONT LOBBES - RUE FERRER 159 - 7100 HAINE-ST-PAUL
Tél : 064/23.38.80 Fax : 064/23.31.96
-
Hôpital Psychiatrique St. Bernard (ASBL) Œuvres des Frères de la Charité :
DG  M. P.-R. Glibert
HOPITAL ST BERNARD- RUE J. EMPAIN 43 –7170 MANAGE
Tél : 064/27.89.10 Fax : 064/54.97.57 [email protected]
23
-
(ASBL) Les Feux Follets :
DG  M. A. JONART
LES FEUX-FOLLETS –RUE DE FAUCONVAL 31 – 1367 HUPPAYE
Tél : 071/82.32.70 [email protected]
Groupe Ambulatoire
-
Le Service de santé mentale provincial de Binche (Province de Hainaut) :
DG  Mme E. Aron
SSM - RUE DE BRUXELLES 18 - 7130 BINCHE
Tél : 064/33.63.68
Fax : 064/33.93.68
-
Le Service de santé mentale provincial de Charleroi (Province de Hainaut) :
DG  Mme S. Anciaux
SSM - RUE DE LA SCIENCES 7 6000 CHARLEROI
Tél : 071/20.72.80 Fax : 071/20.72.88
-
Le Service de santé mentale provincial de Courcelles (Province de Hainaut) :
DG  Mme H. Leclef
SSM – RUE DE LA CROISETTE 109 - 6180 COURCELLES
Tél : 071/46.60.80 Fax : 071/46.60.81
[email protected]
-
Le Service de Santé Mentale du CPAS de Charleroi :
DG  M. O. Georges
SERVICE DE SANTE MENTALE DU CPAS - RUE LEON BERNUS 18
6000 CHARLEROI
Tél : 071/32.94.18 Fax : 071/30.07.04 [email protected]
-
(ASBL) RMPAC Tramétis :
DG  Mme 0. Barthélémy, remplacée par M. C. Bellet
TRAMETIS asbl - GRAND RUE 67 - 6000 CHARLEROI
Tél : 071/70.00.03 Fax : 071/70.00.08 [email protected]
-
RMPAC SSM de Châtelet :
DEP  Dr V. Hahaut, remplacée par M. C. Bellet
SSM - RUE DU COLLEGE 39 - 6200 CHATELET
Tél : 071/38.46.38 Fax : 071/40.57.31
[email protected]
-
(ASBL) La Pioche – Marchienne :
DG  Mme I. Cammarata
LA PIOCHE asbl - RUE ROYALE 95 - 6030 MARCHIENNE-AU-PONT
Tél : 071/31.18.92
Fax : 071/30.98.57 [email protected]
-
(ASBL) Centre de Guidance – Charleroi :
DG  Mme Ch. Deltour
CENTRE DE GUIDANCE - RUE LEON BERNUS 22 - 6000 CHARLEROI
Tél : 071/31.63.78 Fax : 071/32.92.54
[email protected]
24
-
(ASBL) Le Centre de Santé de Jolimont :
DG  M. J. Verheyen remplacé par Mme J. Costa Campos
CENTRE DE SANTE DE JOLIMONT - RUE FERRER 196
7100 HAINE-ST-PAUL
Tél : 064/23.33.52 Fax : 064/23.37.95
-
(ASBL) SSM de Soignies :
DG  M. P. Tempels
Service de santé mentale – RUELLE SCAFFART - 7060 SOIGNIES
Tél : 067/34.88.00 Fax : 067/34.87.97
[email protected]
-
(ASBL) Le Dièse
DEP  Mme V.Tomassetti
LE DIESE – RUE DES DEPORTES 7 – 7070 MIGNAULT
Tél. 067/1.24.77
[email protected]
-
(ASBL) Psy Chic SSM
DEP  Mme V. Van Duyse
PSY CHIC SSM - RUE DU MOULIN 79 – 7100 LA LOUVIERE
Tél. 064/22.25.71 Fax : 064/84.49.33
[email protected]
-
(ASBL) Ariane
DEP  Mme V. Pourtois
ARIANE – GRAND RUE 113 – 7140 MORLANWELZ
Tél :064/26.46.36 Fax : 064/26.46.36
[email protected]
Groupe Structures Résidentielles Non Hospitalières et Intermédiaires
-
I.H.P. Le Regain :
DEP  Mme D. Demeunier
IHP LE REGAIN - RUE DU COLLEGE 39 - 6200 CHATELET
Tél : 071/40.48.25 Fax : 071/40.57.31
[email protected]
-
I.H.P. Association Carolorégienne pour la Gestion d’Habitations Protégées
(ACGHP- Chapitre XII) :
DG  M. P. Vandergraesen
A.C.G.H.P. - RUE DES GOUTTEAUX 17 - 6032 MT-SR-MARCHIENNE
Tél : 071/36.68.99 Fax : 071/30.85.61
[email protected]
-
(ASBL) IHP L’Ancrage :
DEP  Mme C. Danloy
IHP L'ANCRAGE CHU DE TIVOLI - AV. MAX BUSET 34
7100 LA LOUVIERE
Tél : 064/23.78.21 Fax : 064/23.87.72
[email protected]
-
(ASBL) IHP L’Entre-Temps :
DEP  M. P. Cattiez
IHP L'ENTRE-TEMPS asbl - PL DU NUMERO UN 50 - 7100 HAINE-ST-PAUL
Tél : 064/84.10.02 Fax : 064/84.10.03
[email protected]a.org
25
-
(ASBL) Diapason – Transition :
DEP  Dr I. Godfroid
DIAPASON-TRANSITION - CHEE DE FLEURUS 216 - 6060 GILLY
Tél : 071/30.18.11
[email protected]
-
(ASBL) Trempoline :
DG  M.C.Thoreau
TREMPOLINE - GRAND RUE 3 - 6200 CHATELET
Tél : 071/24.30.16
[email protected]
-
(ASBL) Centre Orthogénique :
DEP  M. O. Houillet
CENTRE ORTHOGENIQUE asbl - RUE DU MAYEURI 30
6032 MONT-SR-MARCHIENNE
Tél : 071/43.03.87 Fax : 071/36.43.58
[email protected]
-
(ASBL) Ellipse :
DEP  M. S. Luisetto
ELLIPSE asbl - RUE DU HOUSSU 99 - 7141 CARNIERES
Tél : 064/44.17.20 Fax : 064/44.17.22
[email protected]
-
(ASBL) L’Espérance :
DG  Mme L. Pierre
L'ESPERANCE - RUE DU FOSTEAU 42 - 6530 THUIN
Tél : 071/59.49.84 Fax : 071/59.49.88
[email protected]
-
Maison de Soins Psychiatrique Bois de la Fontaine
DG  Mme I. Roucloux
MSP BOIS DE LA FONTAINE - RUE DU VIEUX CHEMIN DE FER 31
7170 MANAGE
Tél : 064/55.44.35-064/54.14.09
Fédérations de Médecins Généralistes (A.M. du 16.12.02)
En qualité d'invité permanent, avec voix consultative :
- Fédération des Associations de Généralistes de Charleroi (FAGC) :
 Dr Ph. Rochet remplacé par Dr J Petit
FAGC - ESPACE SANTE - BD ZOE DRION 1 – 6000 CHARLEROI
Tél : 071/31.31.53 Fax : 071/31.31.53
-
Fédération des Médecins Généralistes du Centre (FMGCB) :
 représentant à nommer
Association de parents de patients
En qualité d'invité permanent :
- Similes :
 Mme A. Darquenne, remplacée par Mme P. Lelotte
26
2.3.
LE BUREAU
Le Conseil d'Administration désigne en son sein pour 3 ans un président, un
secrétaire et un trésorier.
Le Bureau est constitué du président, du secrétaire et du trésorier ainsi que de trois
membres effectifs représentés chacun par un délégué. En 2013, le conseil
d'administration a été d’accord d’accorder un siège supplémentaire pour une
septième place au bureau (avec voix consultative).
Le Bureau a pour mission de préparer l'ordre du jour des réunions du Conseil
d'Administration et de l’assemblée générale et d'assurer la gestion journalière de la
Plate-Forme. Il se réunit autant de fois que le conseil d'administration.
Depuis le 3 juin 2013 (date de renouvellement des mandats pour 3 ans), il est
constitué comme suit :
Dr Georges Van Cang, Président,
M. Pierre-René Glibert, Secrétaire,
M. Marco Avi, Trésorier,
M. Patrick Vandergraesen,
Mme Véronique Pourtois,
Mme Maryse Valfer,
Mme Laurence Pierre
3.
PERSONNEL
Le secrétariat social est assuré par le Grand Hôpital de Charleroi.
En 2005, à l'occasion de l'élaboration du règlement de travail applicable au
personnel de la Plate-Forme, la commission paritaire relative aux activités de la
Plate-Forme a été déterminée. Il s'agit de la commission paritaire des
établissements et des services de santé n°330 (Arrêté royal du 09.03.2003 du
Moniteur belge du 08.04.2003).
Coordination :
En 2013, la fonction était assurée par Pascale Deverd (employée en CDI depuis le
26/07/2004) à raison de 1ETP. Dominique Leborgne a renforcé la fonction à
raison de 0,5 ETP (en CDD jusqu’au 31décembre).
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
IV. F O N C T I O N N E M E N T ET
O R G A N I S AT I O N D E L A C O N C E R T A T I O N
37
1. ACTIVITES INTERNES
38
IV. F O N C T I O N N E M E N T ET
O R G A N I S AT I O N D E L A C O N C E R T A T I O N
1. ACTIVITES INTERNES
1.1.GROUPES DE CONCERTATION ORGANISES SELON LE CRITERE
GENERATIONNEL
En 2013, la Commission pédopsychiatrie a continué à se réunir mensuellement.
La Commission "Adultes" était structurée en plusieurs sous-groupes thématiques, à savoir
"handicap mental et santé mentale", la Commission Alcool et le groupe d’intervisions
« Assuétudes PFRCC-RASAC ». De plus, deux nouveaux groupes de travail ont vu le jour, à
savoir « Intervision Emploi et Santé mentale » et « Intervision Handicap mental et Santé
mentale ».
La Commission Seniors, rebaptisée Commission "santé mentale et vieillissement" a aussi
continué à se réunir.
1.1.1. Commission Pédopsychiatrie (Groupe de concertation 0-18ans)
En 2013, la commission était présidée par Dr Rudy Guillaume.
Le groupe de concertation inclut des institutions membres de la Plate-Forme, des institutions de
santé mentale non membres de la Plate-Forme (secteur psychosocial et structures hors territoire)
et des services hors santé mentale (secteur pédagogique, SAJ, SPJ, Tribunal de la Jeunesse). Si
quelques institutions ne participent que ponctuellement, on compte autour de 20 participants à
chaque réunion.
Le travail du groupe repose sur les échanges de points de vue et de pratiques autour de
thématiques précises.
En 2013, le groupe s'est réuni le 30 janvier, le 24 avril, le 4 juin, le 26 juin, le24 septembre, le 12
novembre et le 18 décembre. Les participants se sont penchés sur les thèmes suivants :








Présentation du réseau Concertation Jeunesse Santé Mentale Mons-Borinage/Hauts-Pays
Présentation du service Mikado (ado abuseurs) et des tables d’hôte organisées par
l’hôpital de jour pour adolescents de l’Hôpital Vincent Van Gogh
Retour sur la journée d’étude Un jardin pour tous et étude d’une vignette clinique
demandant une prise en charge transversale sur les trois secteurs ;
Présentation des services CMI Patch et Sambusahm
Présentation de l’asbl Le clos du Chemin vert et de l’APEP Charleroi
La petite enfance négligée/maltraitée : synthèse du groupe de travail et présentation
du service Odyssée;
Présentation du service « parents dans la séparation » de l’AMO Droits des jeunes et
de l’initiative Espace parents de l’Autre rive ;
Le répertoire wallon de l’offre en pédopsychiatrie : feedback régulier par Dr G.
Jadoul
39

Groupe de travail « 0-6 ans négligés »
Le thème de la maltraitance par négligence des plus jeunes enfants a été plus particulièrement
étudié dans un sous-groupe de la commission. L’objectif était de voir si la Plate-Forme pouvait
être porteuse d’une recherche en la matière et ce, afin de répondre à la question du devenir des
jeunes enfants dont la maltraitance est moins avérée parce qu’il s’agit surtout de négligence.
Quelles sont les limites de l’intervention du SAJ dans ce dossier ? Comment les acteurs de soin
travaillent ou pas avec ces enfants ? Qu’advient-il des enfants qui doivent être placés mais pour
lesquels on ne trouve pas de place ? Faut-il objectiver les chiffres pour sensibiliser les
politiques ?
Il ressort de cette étude qu’une étude n’est pas nécessaire. Ce qui fait d’emblée défaut, c’est un
service qui coordonnerait la prise en charge et qui suivrait la situation quand le SAJ n’ouvre pas
de dossier. Des pistes ont été explorées mais le manque de service adéquat est assez criant…
L’APEP est débordé de situations encore plus graves ; il existe la fonction de liaison des ssm
mais elle demanderait à être étendue… Le projet Odyssée (financé par la ville via un CSD)
pourrait prendre quelques situations mais pas le grand nombre dont il est question et la
concertation autour du patient psychiatrique pourrait apporter une solution mais c’est à confirmer
quand la pratique de ce nouveau cadre aura démarré, ce qui n’est pas encore le cas pour les
enfants en 2013.
Le groupe a démarré ses réunions en 2012 et s’est encore réuni trois fois en 2013.
Les personnes suivantes ont participé à une ou plusieurs réunions en 2013 Il s’agit de :
Dominique BAISE, AWIPH
Annick BAUTIERE, Fil d’Ariane ACIS
Dr Chantal BECHHOFF, SSM PROVINCIAL de COURCELLES
Lollita BERTOLDI, L’ACCUEIL service d’aide précoce
Natacha BUGGENHOUT, SPJ
Thomas CARTON, SSM CPAS DE CHARLEROI
Marie-Colette CLEMENT, L’AUTRE RIVE
Elodie CLEREBAUT, PMS provincial de l’UT et CHU Tivoli
Anick DE COUVREUR, ONE
Claude de RIDDER, ESPACE PARENTALITE LA LOUVIERE
Dr Thérèse DELATTRE APEP
Mme FEUILLAT, APEP
Emmanuelle NACKERS, L’AUTRE RIVE
Géraldine DELMOTTE, PLANNING GILLY Haies
Martine DELPORTE, LA PIOCHE
Bruno DUGNOILLE, LE GAI LOGIS
Béatrice DUSSAUSSOIS, Inspection pédagogique de l’AJ
Christiane ETIENNE, CENTRE PMS PROVINCIAL CHARLEROI1 UT
Clément FEKETe, AWIPH
Dr Matthieu FEVRE, HOPITAL V.VAN GOGH
Luc FOUARGE, IMP C.O.G.A.
Jean-Marc FRANCOIS, AWIPH
Anne-Christine FRANKARD, CENTRE PSYCHOTHERAPEUTIQUE DE JOUR C.A.
Thérèse GOFFART, INSPECTION PEDAGOGIQUE DE L’AIDE A LA JEUNESSE
Jean-Pierre GOSSIAUX, SRJ le BAUCORY
Dr Rudy GUILLAUME, HOPITAL V.VAN GOGH - SERVICE K
Geneviève HAQUENNE, Centre de protection de l’enfance
40
Isabelle HABETS, CMI PATCH
Michel HAUREZ, IMP le BAUCORY
Anne HUBERT, HOPITAL V.VAN GOGH
Dr Geneviève JADOUL, CENTRE ORTHOGENIQUE
André JONART, HP LES FEUX FOLLETS
Anne LAHAYE, CENTRE DE SOINS BOIS MARCELLE
Pol HUBERT , la RESIDENCE ROLLAND
Olivier HOUILLET, CENTRE ORTHOGENIQUE
Hélène LECLEF, SSM PROVINCIAL DE COURCELLES
Céline LORGE, CMI PATCH
Chantal MEUNIER, Centre d’aide aux victimes de CHARLEROI
Anne-Sophie MARTINQUET, Centre de guidance de Charleroi
Dr Eric MATHY, SSM du CPAS de CHARLEROI
Christian NILE, AWIPH
Anne POCHET, HOPITAL V.VAN GOGH - Centre Thér de Jour pour Adolescents
Annick PORIAU, CENTRE PMS PROVINCIAL
Christine ROBERT, SAJ DE CHARLEROI
Florence ROBERT, ODYSSEE
Julien PRETE, Enseignement spécialiséChâtelet
Vincent PROUVE, SSM Haine-St-Paul
Sophie QUOITIN, CMI PATCH
Marcella SCARDINO, Enseignement spécialisé de Châtelet
Céline SCHOETERS, ECOLE SAMARITAINE
Jacques STEPHANY, TRIBUNAL DE LA JEUNESSE DE CHARLEROI
Madia STORELLI, SSM ARIANE
Morgane VANDERWHALE, CENTRE PMS PROVINCIAL
Dr Sylvie VANGYSEGHEM, HOPITAL V.VAN GOGH – Centre Thérapeutique de jour pour adolescents
Elsy VAN ROSSUM, L’AUTRE
Fabienne VERRECKT, CENTRE PSYCHOTHERAPEUTIQUE DE JOUR C A FRERE
Sandrine VOET, AWIPH
1.1.2. Commission "Adultes"
En 2013, la Commission "Adultes" était structurée en plusieurs sous-groupes thématiques, à
savoir "handicap mental et santé mentale", la Commission Alcool et le groupe d’intervisions
Assuétudes PFRCC-RASAC. De plus, deux nouveaux groupes de travail ont vu le jour à savoir
« Intervision Emploi et Santé mentale » et « Intervision Handicap mental et Santé mentale ».

Groupe de Concertation "Handicap mental et santé mentale"
Animation : Pascale Deverd
Le groupe de travail « handicap mental et santé mentale » accueille des représentants des types de
services suivants : hôpital psychiatrique, maison de soins psychiatriques, associations d’usagers
(AFRAHM, SIMILES), services AWIPH (services d’accompagnement, SRA, SRT, SRNA, …),
commissions subrégionales AWIPH, bureaux régionaux AWIPH, services de santé mentale,
habitations protégées, SPAD (Soins Psychiatriques pour patients à domicile) et CMI.
41
L’objectif de ce groupe est d’organiser au niveau local la concertation et la collaboration autour
de la problématique du double diagnostic : retard mental et problèmes de santé mentale. La zone
d’activité se base sur celle de la plate forme de concertation en santé mentale « Centre et
Charleroi » sans exclusivité : certains participants sont déjà venus de Couvin, Mons ou Nivelles.
Ce qui caractérise les pratiques courantes dans l’approche de cette problématique complexe est le
fractionnement des suivis des personnes concernées. En effet, il s’avère que ces personnes sont
souvent prises en charge par plusieurs partenaires, de manière simultanée ou successive, avec la
mise en place de mécanismes d’exclusion. Ces personnes manifestent le plus souvent leurs
troubles mentaux par des troubles du comportement qui nuisent à leur intégration.
Selon la mise au premier plan du retard mental ou des aspects psychopathologiques, les secteurs
du handicap et de la santé mentale ont tendance à se « renvoyer la balle », chacun pensant que ces
personnes ne présentent pas le profil requis pour son service.
De plus, l’accès aux rares ressources disponibles est entravé par un manque d’information :
manque de sensibilisation à la problématique du double diagnostic et manque de diffusion des
expériences positives. Or celles-ci existent, et il existe, entre autres, un réseau de collaborations
vives que le groupe s’attache à mettre en évidence. Chaque service ou type de service fait preuve
de forces et d’atouts, un des axes de travail de ce groupe est de les mettre en commun.
C’est pour cette raison que la Plate-Forme a été porteuse d’une recherche confiée à l’IWSM afin
d’investiguer la problématique et d’élaborer des recommandations au niveau des prises en charge.
Le rapport de recherche est disponible sur le site de la Plate-Forme www.pfrcc.com . La
recherche s’est terminée fin 2011 et a été diffusée à partir de 2012.
Suite à des rencontres avec la direction de l’AWIPH, des actions communes ont été décidées en
2012 en vue de rencontrer certaines recommandations de l’étude. Il s’agit notamment de
sensibiliser les travailleurs du handicap à la santé mentale et aussi, les travailleurs de la santé
mentale au handicap mental. C’est ainsi qu’en 2013, la plupart des réunions de la commission
ont été des réunions organisationnelles de journées d’étude qui auront lieu en 2014.
Parallèlement, en réponse également aux recommandations, un groupe d’intervisions concernant
la prise en charge des personnes à la croisée du handicap mental et de la santé mentale a été
organisé par la Plate-Forme (voir point suivant).
En 2013, le groupe s'est réuni le 25 janvier, le 22 mars, le 24 mai, le 13 septembre et le 22
novembre.
En 2013, les participants à la commission étaient :













Valérie BODSON, La Ferme de la Clarine
Christine GOSSELIN et Christiane BONTEMPS, CRéSaM
Marie-Christine DEMIAUTTE, Le CHAFF
Bernard DE SMET, Edelweiss-AFRahM
Stéphanie DEVOS, AWIPH Bureau régional Charleroi
Véronique HOUCHARD, Hôpital Saint-Bernard
Guy HUBERT, AFRAHM
Marielle LARICCIA – ABEELS et Hélène LECLEF, Service de Santé Mentale Provincial de
Courcelles
Rudy THEYS, Hôpital Saint-Bernard
Pascale MAGHE, AWIPH cellule prioritaire
Didier MERCKX et François LECLERCQ, coordination des commissions subrégionales
Patrick VANDERGRAESEN, SAPHO – SPAD – ACGHP
Anne VENTAT, Forem Charleroi
42



Jasmine RICHE, Forem Formation
Maryse Hendrix, AWIPH
Groupe d’intervisions "Handicap mental et santé mentale"
La Commission Handicap mental et santé mentale existe à la Plate-Forme depuis 2005. Au début de
ses activités et pendant près de deux ans, son fonctionnement reposait sur des études de cas. Ensuite,
les participants ont souhaité lancer une recherche à propos du double diagnostic pour mieux
circonscrire la problématique. Cette recherche a été publiée début 2012 et depuis lors, les
recommandations issues de l’étude sont discutées et certaines sont mises en œuvre.
L’une des recommandations consiste justement en l’organisation d’un groupe d’intervisions qui
rassemblerait à nouveau les travailleurs de terrain du secteur AWIPH et du secteur de la santé mentale.
C’est dans ce contexte que ce groupe de travail a vu le jour.
Les situations rapportées sont anonymes et l’objectif est strictement l’amélioration des prises en charge
par les bonnes pratiques de collaboration : soit ces bonnes pratiques de collaboration sont exposées, soit
de nouvelles pistes sont recherchées pour l’avenir.
Fin 2013, la similitude avec le groupe d’intervisions « emploi et santé mentale « (voir point suivant)
était si importante au niveau des situations étudiées que ces deux groupes ont fusionné pour s’appeler
« intervisions adultes ».
En 2013, le groupe s’est réuni le 19 avril, le 31 mai, le 28 juin, le 20 septembre et le 29 novembre.
R Margheritina, SSM Jolimont
C Forinari, CMI Patch
C Soyeur, CMI Patch
A Jonval, CMI Sambusahm
J Costa, SSM Jolimont Lobbes Beaumont
D Merckx, AWIPH
M Lariccia, SSM provincial de Courcelles
L Bodart, SSM Lobbes
V Leduc, CMI Sambusahm

Groupe d’intervisions "Emploi et santé mentale"
La thématique de l’emploi en lien avec la santé mentale est étudiée au niveau de l’Inter-Plates-Formes
depuis le projet du Forem de prévoir un accompagnement spécifique à la recherche d’emploi pour les
personnes dites « éloignées » de l’emploi, ce qui concerne les patients de la santé mentale et les
personnes avec handicap mental.
Ce groupe d’intervisions répond localement à une demande des membres de la Plate-Forme et aussi du
Forem. Il s’inscrit également dans le contexte des recommandations émises à l’issue de l’étude de la
Plate-Forme « handicap mental et santé mentale ».
Des situations de personnes à la recherche d’emploi avec problème de santé mentale et/ou un handicap
mental sont évoquées. L’objectif de cette analyse est de stimuler les collaborations entre la santé
mentale, l’AWIPH et les partenaires du secteur de l’emploi et de l’insertion professionnelle.
Les règles d’intervision sont respectées, comme l’anonymisation des personnes et le secret partagé, la
confidentialité des comptes-rendus, le non jugement, etc.
Fin 2013, la similitude avec le groupe d’intervisions « handicap mental et santé mentale « (voir point
précédent) était si importante au niveau des situations étudiées que ces deux groupes ont fusionné pour
s’appeler « intervisions adultes ».
43
Le groupe s’est réuni : le 23 janvier, le 14 mars, le 4 avril, le 23 mai, le 5 juillet, le 4 octobre, le 29
novembre.
En 2013, les personnes suivantes ont participé au groupe :
M. Estievenart, CFCS La Louvière
M. Lariccia, SSM provincial de Courcelles
M. Carlier, SPAD Charleroi
S. Devos, AWIPH
S. Gueli, Espace Socrate
C. Garcia Domingo, Espace Socrate
A. Depienne, SRT Charleroi
A. Ventat, Forem Charleroi
C. Schmidt, SAPHO
G. Plumet, Forem La Louvière
C. Etienne, Forem La Louvière
S. Destrebecq, Psychic SSM
M. Vaccaro, CFCS La Louvière

Commission Alcool
Les principes généraux de la méthode d’intervision sont identiques à ceux utilisés pour la commission
assuétudes et santé mentale de La Louvière. Cependant, les thématiques concernent spécifiquement les
problèmes d’alcool et de santé mentale. Une autre différence de ce groupe est la présence de
représentants des usagers et des familles.
Structures participantes : Service social Solvay (entreprise), médecin psychiatre GHDC (HG), ASBL
Le Rebond Charleroi, Relais Santé de Charleroi, Abri de nuit Dourlet, St Bernard Manage (HP),
PFRCC, SAPHO, Service social GHDC, SPAD Le Regain, Centre de post cure L’Espérance, AA,
ALANON, IHP Provincial.
Dates
06/02/2013
Thématiques
Situation d’un monsieur de 49 ans hospitalisé aux urgences suite à une crise
d’épilepsie due à un sevrage alcool trop brusque. Difficultés d’orienter ce type
de patient vers des centres de revalidation, travail difficile pour les médecins
qui ne connaissent pas toujours le réseau adapté, débat sur la responsabilité des
familles et sur leur méconnaissance de la maladie alcoolique.
06/03/2013
Présentation et débat sur les alcooliques anonymes et sur les alanon.
17/04/2013
Situation d’une personne en errance qui arrive dans un lieu d’accueil généraliste
avec un traitement mais pas d’argent ni de statut administratif. Comment
travailler avec ce public qui n’est accroché nulle part et qui fréquente
différentes structures du réseau sans avoir de demandes autres que financières,
intérêt de créer le lien sans jugement et de prendre le temps de l’écoute mais
aussi de garder le cadre de l’institution, culpabilité de l’intervenant.
44
29/05/2013
Situation d’un monsieur de 51 ans, quelles sont les éléments de base à mettre en
place pour des personnes alcooliques mais surtout dépressives, constat d’une
relative impuissance des intervenants par rapport à la dépression présente chez
de nombreuses personnes alcooliques et cela malgré de nombreuses
propositions de prises en charge.
19/06/2013
Evaluation des réunions de la commission alcool : utile pour les intervenants
car possibilités d’avoir un autre regard, opportunité à travers une présentation
d’une situation de mieux connaître les autres institutions, meilleure
compréhension des chaînons manquants dans le réseau, différents thèmes
seraient à aborder comme l’alcoolisme chez les personnes âgées, chez les
femmes.
18/09/2013
Situation d’un monsieur de 37 ans bien connu de tout le réseau, venant dans un
accueil médical mais sans avoir envie de se soigner. C’est une personnalité
« attachante », qu’on a envie d’aider, qui a un comportement non agressif, il est
complexe de se dire que l’on fait du « palliatif social » et que c’est la personne
qui décide de son mode de vie, ne faut il pas développer des lieux
communautaires pour ce public.
23/10/2013
Situation d’un monsieur de 56 ans connu et suivi par l’hôpital pour des
problèmes d’alcool depuis plus de 25 ans. Différentes démarches
thérapeutiques et sociales ont été testées, l’hypnose, l’hôpital de jour, le travail
avec le réseau, le travail avec la famille, la mobilisation du réseau proche de
l’usager, l’apport d’un SPAD. Exemple d’une mobilisation permanente qui
permet aussi de maintenir et de stabiliser cette personne, qu’est ce qu’un
rétablissement ?
27/11/2013
Situation d’une dame de 49 ans accueillie en centre de postcure. Personne
d’origine rwandaise qui est arrivée en Belgique après le génocide. Echanges sur
le stress post traumatique et sur l’importance d’un regard à partir de la culture
d’origine pour pouvoir aussi « interpréter » certains comportements,
informations sur des services spécialisés dans une approche ethno
psychiatrique.

Intervision Assuétudes PFRCC-RASAC
Cette commission prend essentiellement la forme d’une intervision et existe depuis plusieurs années
avec un groupe stable. Il est réalisé en partenariat avec le RASAC (Réseau assuétudes Région
Wallonne).
Pour rappel :
« Une intervision est une façon structurée d’échanger entre collègues. C’est aussi une façon
d’apprendre en approfondissant des situations-problèmes individuels en groupe. On cherche ensemble
quels sont précisément les facteurs sous-jacents au problème et quelles pourraient être les solutions
possibles.
Finalement, le « porteur du problème » définit quels éléments utiles il retire de la discussion.
Apprendre des et avec les autres est un des principaux facteurs par lesquels se forme le lien social en
groupe. L’intervision exige une ouverture et une confiance entre les membres du groupe.
45
L’intervision est indiquée lorsqu’on cherche à mieux comprendre son action et à chercher des
alternatives possibles, lorsqu’on cherche à générer des solutions avec l’aide et l’expertise des collègues,
lorsqu’on cherche à construire ensemble une façon commune d’agir. »
Le canevas général de présentation des différentes situations est le suivant :
 Dans quelle circonstance avez vous rencontré la personne (contexte, lieu, envoi d’un
service….) ;
 Connaissiez vous déjà cette personne avant et si oui quelle avait été le contexte ;
 Quelles sont les informations que vous avez sur : âge, situation familiale, situation financière,
logement….
 La personne avait elle une demande et comment est elle exprimée ;
 Comment pourriez vous décrire la problématique ;
 Quelles réponses étaient possibles ;
 La personne a t elle sollicité d’autres services ou intervenants, lesquels
 Quelles sont vos hypothèses par rapport à la situation de cette personne
 Quelles ont été les difficultés dans cette situation ;
 Quelles sont les questions que cette situation vous font penser ;
Les règles de fonctionnement des intervisions :
 La participation aux rencontres se fait sur base volontaire ;
 Les participants ont l’autorisation de leur hiérarchie ;
 Utiliser des prénoms d’emprunt en évoquant la personne ;
 La pratique de l’intervision oblige au partage du secret et de la confidentialité ;
 Il s’agit d’un échange, il ne s’agit pas d’une supervision personnelle ni d’une synthèse clinique.
En résumé, il semble que l’intervision qui, au départ était pensé comme un espace de coordination,
apparaît beaucoup plus comme un espace de formation au travail en réseau. L’implication
personnelle des participants est témoin d’une réelle mobilisation des acteurs.
Structures participantes : ASBL Symbiose et projet Maia (ambulatoire assuétudes), ASBL Diapason
(ambulatoire assuétudes), ASBL l’Ancrage (IHP), ASBL Ellipse (ambulatoire assuétudes), ASBL
Ellipse (résidentiel assuétudes), Hôpital de Jolimont (HG), CPAS La Louvière (DUS), Relais Santé La
Louvière, Abri de jour La Louvière, Abri de nuit La Louvière, PFRCC, RASAC (Réseau assuétudes
RW), Réseau santé mentale du Centre (107), Réseau laïque de solidarité La Louvière, Equipe mobile
du Centre (107), Hôpital Saint Bernard (HP).
Année 2013
Dates
Thématiques
14/01/2013 Situation commune de l’abri de nuit et du Relais santé qui concerne une dame de 46 ans
avec des problèmes de polytoxicomanie. Comment faire émerger une demande dans un
contexte social où la rechute est probable, gestion du temps entre la fin de
l’hospitalisation et l’admission en post cure, importance de connaître les critères de prise
en charge des structures partenaires.
25/02/2013 Situation d’un monsieur de 45 ans avec un handicap (+66%) et une médication
importante. Travail de relais entre les éducateurs de rue et le relais santé, difficulté de
gestion par rapport à l’importance d’une médication et l’adhésion au traitement pour des
personnes « en errance », place du relais santé pour l’hospitalisation.
46
26/03/2013 Présentation de l’Espérance, centre de post-cure pour personnes alcooliques à Thuin
22/04/2013 Situation d’une dame de 65 ans avec de graves problèmes d’alcool et de dépression.
Questions autour du transfert vers d’autres intervenants, l’importance fondamentale et à
toujours rappeler de l’écoute et de la prise en compte du rythme des personnes pour
garder le lien, comment réagir quand les personnes se mettent en danger « vital ».
03/06/2013 Situation d’un monsieur hospitalisé en service psychiatrique d’un hôpital général avec
problèmes somatiques dus à un alcoolisme important. Comment gérer une
« hospitalisation sociale » dans un contexte d’assuétudes, quel cadre pour le travail social
dans l’hospitalier, comment travailler avec des usagers qui connaissent bien le réseau et
qui ont déjà « épuisé » ce même réseau.
01/07/2013 Situation d’une dame de 53 ans suivie par un SPAD et par une équipe mobile. Débat sur
le rôle des psychiatres pour les hospitalisations, problématique des maisons « pirates » et
comment travailler avec ce type de structure, rôle et fonction des équipes mobiles dans le
réseau.
02/09/2013 Situation d’un jeune homme de 19 ans à l’abri de nuit avec consommation d’alcool
importante et de drogues occasionnelle, automutilation. Réflexion sur le cadre de travail
d’un abri de nuit et les possibilités d’un travail social en continu, spécificités de
l’accompagnement d’un jeune en début de processus de marginalisation qui risque d’être
« aspiré » par le groupe et donc aussi et aussi de l’importance d’un travail de groupe avec
d’autres résidents plus âgés.
14/10/2013 Situation d’un monsieur de 45 ans, toxicomane, il a quitté un centre de post cure pour
s’occuper de son fils et envisage une demande en IHP. Echanges sur le travail de
motivation, sur le projet d’une personne qui voudrait reprendre son enfant dans un
milieu « protégé », sur les écarts entre la clinique et la réalité, sur le positionnement
institutionnel dans une telle situation.
18/11/2013 Situation d’un homme de 25 ans avec une situation de handicap et des problèmes de
consommation. Importance de connaître le parcours d’une personne pour envisager des
mises en perspectives réalistes, comment « bien » réagir et quelle écoute quand un usager
amène son envie de mourir à un intervenant, comment parle t’on de la mort dans nos
institutions, qu’est ce qu’un « accompagnement palliatif ».

Intervisions santé mentale à Soignies
Dans le cadre de la collaboration avec le CPAS de Soignies et du réseau santé mentale du Centre, la
PFRCC collabore également avec un groupe de professionnels sur la thématique de la santé mentale.
Pour l’année 2013, deux rencontres ont été réalisées.
Les institutions (ou professionnels indépendants) participant (es) de ce groupe :
47
Coordination ASD, service social SASI, CPAS de Soignies, Service d’Aide à Domicile du CPAS de
Soignies, Réseau En Santé Mentale De La Région Du Centre, art-thérapeute indépendante, Centre de
Planning Familial des FPS, psychiatre indépendant (e), CHR de la Haute Senne, PMS, thérapeute
indépendant, coordination CPAS de Soignies, PFRCC.
Dates
Thématiques
22/10/2013 Présentation du concept de l’intervision : objectifs, modalités, règles de fonctionnement
10/12/2013 Situation d’une personne alcoolique de 62 ans suivie par le Service d’Aide à Domicile du
CPAS de Soignies. Questions autour des difficultés pour les aides familiales dans leur
travail quotidien avec des problèmes d’assuétudes et de santé mentale, rôle de
l’administrateur de biens, débat sur l’accompagnement d’une personne que l’on voit se
dégrader physiquement et psychologiquement et sur leur liberté de choix de vie.
1.1.3. Commission "Santé mentale et vieillissement"
En 2013, le groupe s'est réuni le 16 avril, le 15 mai, le 25 juin et le 3 septembre.
Ces dernières années, une dizaine de personnes assistaient aux réunions et représentaient
essentiellement des services de première ligne (SISD, CASD). Des thématiques précises étaient
explorées sur base d'exposés suivis d'échanges entre les participants.
Comme le groupe de travail n'impliquait plus les acteurs de la santé mentale à proprement parler,
une relance s'imposait.
Fin 2011, tous les membres de la Plate-Forme et leurs partenaires ont été sollicités pour faire le
point sur les prises en charge des personnes de plus de 65 ans. La volonté est de se pencher aussi
sur le vieillissement des patients de la santé mentale.
Un premier tour d'horizon de la problématique a permis de pointer les lacunes de l'offre de soins
et un programme de travail a été planifié pour 2012 et s’est poursuivi en 2013. Il consiste surtout
en une meilleure connaissance du réseau (présentation de services) pour une utilisation optimale
des ressources.
L’ordre du jour des réunions :
• Présentation de l’asbl APIA – Le Casi
• Entraînement des capacités cognitives à l'aide de la console de jeux WII (expérience par le
service de psychogériatrie de l'HP St Bernard et présentation du service)
• Présentation de la Ligue Alzheimer
• Présentation de Respect Senior
En 2013, les participants étaient :
Colette Bulion, Hôpital Saint Bernard
Aurore Butcher, CSD La Louvière
Jocelyne Carpet, Hôpital Vincent Van Gogh
Maëlle Burlet, SPAF
Claude Decuyper, SISD Carolo
Catherine Craps, Respect Seniors
Lydvine Di Pietrantonio, SSM Ariane
48
Laetitia Rouhard, GHdC Sainte Thérèse
Maëlle Delattre, Hôpital V Van Gogh
Ludivine Dumont, GhdC site Sainte Thérèse
François Dupont, IHP Le regain
Yasmine Frand, asbl COSEDI
Jean-Luc Lambeau, GhdC site Sainte Thérèse
Bérangère Henry de Frahan, Hôpital Saint Bernard
Catherine Guillaume, Hôpital Saint Bernard
Dr Jean-Paul Meurant
Dr Anne Peeters, GHdC site Sainte Thérèse
Julie Pierrard, Vivre à domicile Sud Hainaut
Florence Robert, SCASD Charleroi
Alex Roland, Le Casi
Dr Sanda Siriag, Hôpital Saint-Bernard
Emilie Timmermans, CHP Saint-Bernard
Juliette Weverbergh, Hôpital de Jolimont
Marie-Pierre Willame, Respect Seniors
49
1.2. LA MEDIATION, par Isabella Piro
Il s’agit ici de présenter de manière succincte les activités menées par la fonction médiation des Plateforme picarde et des Régions Centre et de Charleroi de Concertation pour la Santé mentale 1 au cours de
l’année 2013. Pour plus d’informations, toute personne intéressée peut se référer au rapport annuel
global 2013 prochainement disponible au sein des plates-formes picarde et des Régions du CentreCharleroi.
La médiatrice travaille dans le cadre de la loi sur les droits du patient, datant du 22 août 2002. Aussi,
dans ce contexte, de nombreuses missions lui sont conférées. Elle mène ainsi des activités diversifiées
et complémentaires.
Pas moins de 14 structures (Hôpitaux Psychiatriques, Maisons de Soins Psychiatriques, Initiatives
d’Habitations Protégées, Etablissements de Défense Sociale) font appel à la médiation des 2 Platesformes de Concertation pour la Santé mentale que compte le Hainaut.
Dans le cadre de la Plate-forme des Régions du centre et de Charleroi, la fonction de médiation est
organisée dans deux höpitaux psychiatriques, une maison de soins psychiatrique et une initiative
d’habitation protégée. Une convention moratoire, renouvelée chaque année, lie les deux plates-formes
hennuyères.
À savoir que dans le courant de l’année 2013, une des institutions de la Plate-forme des Régions du
Centre et de Charleroi a décidé de ne pas poursuivre la collaboration avec le service de médiation
organisée par la Plate-forme. En effet, le Centre Psychothérapeutique Charle Albert Frères travaille
désormais avec le service de médiation du Grand Hôpital de Charleroi dont l’Institution dépend depuis
peu.
Au sein de ces établissements, le travail de terrain proprement dit concerne la gestion quotidienne des
interpellations et implique donc la rencontre des patients et des professionnels, la recherche
d’informations, la mise en place d’entretiens de médiation, la mise en place de séances d’informations
etc.
1
Une convention moratoire lie les deux Plates-formes dans l’organisation de la fonction.
50
1. Organisation de la fonction
Voici les institutions faisant appel à la fonction médiation de la plate-forme picarde de concertation
pour la santé mentale :
Type de
structure
Institution
HP (x2)
MSP (x1)
Adresse
Saint Bernard
Centre
Psychothérapeutique
Charles-Albert Frère
Saint Bernard (Bois de la
Fontaine)
IHP (x1)
Le Regain
Rue Jules Empain, 43
7170 MANAGE
Rue de Nalinnes, 650
6001 MARCINELLE
Rue Jules Empain, 43
7170 MANAGE
Rue du Collège, 39
6200 CHATELET
Voici les horaires assurés par la Médiatrice pour les différentes institutions citées ci-dessus :
LUNDI
MARDI
10H-12H :
HP Saint-Jean de
Dieu
(2éme et 4ème
lundi du mois)
9h-12h : Saint9H-12H
CHS « Les
Bernard et MSP
« Bois de la Fontaine » Marronniers »
et MSP « La
Traversée »
13h-16h : IHP le
RegainCentre de jour
13H-16H :
psychothérapeutique EDS « Les
Charles-Albert Frères Marronniers »
(les 1ers mardis du
mois dans les locaux
de la PRFCC)
13H-14H30 :
Clinique de
Bonsecours
( 2ème et 4ème
lundi du mois)
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
10H-12H :
HP SaintCharles
(1er et 3ème Jeudi
du mois)
9h-12H :
IHP « L’Appart »,
à la
P-F Picarde Mons
(chaque 1er
vendredi du mois)
13H-16h :
HP « Chêneaux-Haies »
L’organisation de la fonction de médiation se met en place selon le type de structure, son organisation,
sa taille et le nombre de demandes, ceci en partenariat avec l’institution.
Nous constatons que les permanences tenues par la médiatrice le mardi concernent uniquement
les institutions faisant partis de la PFRCC.
Toutefois, elle se déplace également en dehors de ces heures pour aller à la rencontre d’un patient, d’un
professionnel ou organiser une médiation.
Etant donné le déménagement de la Plate-forme des Régions du Centre et de Charleroi vers le les
locaux du Centre Psychiatrique Saint-Bernard, la permanence du mardi après-midi a été supprimée. Il a
été décidé que la Médiatrice resterait disponible par téléphone et pourrait se déplacer à la demande si
nécessaire pour les résidents de l’IHP « Le Regain ».
À savoir que la médiatrice assure des permanences, le plus souvent, au sein même des infrastructures. Il
s’agit d’une présence intra-muros qui permet de :
51





Recueillir les interpellations des patients (voire des professionnels) ;
Traiter ces demandes ;
D’assurer un passage régulier dans les services ;
Rencontrer ponctuellement le personnel, les médecins ; …
Organiser des séances d’informations au sein des institutions.
La fonction médiation est amenée à remplir d’autres tâches. Ainsi, la médiatrice participe régulièrement
à des réunions diverses et ponctuellement à des journées d’études ou des colloques dont les sujets
méritent un intérêt particulier vis-à-vis de la pratique de la fonction ou du cadre dans lequel elle
s’exerce. Par ailleurs, certaines de ces activités sont menées à son initiative. En 2013, par manque de
temps, il n’a pas été possible pour la médiatrice de participer à ce type d’évènements, pourtant
importants.
2. Réunions
La Médiatrice participe notamment à des réunions organisées par la plate-forme comme les groupes
thématiques (justice et santé mentale) ou certains bureaux. En outre, elle est également invitée
systématiquement au conseil d’administration thématique de la Plate-forme picarde ainsi qu’à l’EntreBureaux qui réunit des représentants les deux plates-formes. Elle est également parfois invitée à des
groupes de travail spécifiques au sein des institutions ou dans le cadre de la présentation des rapports
annuels.
3. Interventions menées par la Médiatrice
3.1. Interventions au sein des institutions
Dans le cadre de sa mission d’information, la Médiatrice peut proposer des séances d’information
relatives à la Loi sur les Droits du patient destinées aux professionnels des institutions. Certaines
séances ont également lieu en présence des patients. Ceci se fait en concertation et avec le soutien du
référent institutionnel et parfois du médecin-chef de l’institution ou du chef de l’unité de soins
concernée. En 2013, une seule séance d’information a pu être menée au sein de la « MSP Bois de la
Fontaine » et cela à destination des professionnels. Malheureusement, le manque de temps au sein des
institutions ainsi que la complexité dans l’organisation pratique de ces animations ne permettent pas de
les organiser en nombre. Il s’agit-là pourtant d’une mission très importante car elle permet de
promouvoir la communication entre les patients et les soignants et de rappeler les missions de la
fonction de médiation en soins de santé.
4. Réunions de médiateurs
Des rencontres de professionnels exerçant la fonction de médiation sont prévues tout au long de
l’année. Ces rencontres s’inscrivent dans deux cadres différents :
 Les réunions d’intervisions : permettent aux Médiateurs de la santé mentale wallons et
bruxellois de se rencontrer régulièrement. Les objectifs de ces réunions sont multiples. Ainsi, elles
promeuvent l’échange d’informations relatives à la fonction et à ses aspects pratiques. En outre, au
cours de ces intervisions, le partage d’expériences est privilégié, ainsi que le débat quant aux difficultés
rencontrées dans la pratique de la fonction ou liées à son statut particulier. Ces rencontres s’organisent
environ 5 à 6 fois par an, le plus souvent au Centre Psychiatrique de Beauvallon qui représente un
endroit central pour les médiatrices.
52
 L’AMIS : L’Association des Médiateurs en Institutions de Soins (AMIS) a pour but de réunir
les médiateurs hospitaliers, ce terme recouvrant tant les hôpitaux généraux que les institutions de soins
psychiatriques. Ses objectifs sont multiples et concernent notamment l’organisation d’une formation
continue des Médiateurs en institution de soins, le soutien des fonctions de médiations dans leurs
différentes démarches d’indépendance, être un interlocuteur représentatif et privilégié des médiateurs
hospitaliers envers les pouvoirs organisateurs...
À savoir que depuis 2012, la médiatrice occupe la fonction de secrétaire au sein du Conseil
d’Administration de l’AMIS
5. Groupe de travail inter-plates-formes « Médiation et pédopsychiatrie »
La pratique de la médiation dans le cadre spécifique de la pédopsychiatrie a amené les médiatrices des
Plates Formes de santé mentale de Namur, du Brabant Wallon, de Bruxelles, de Liège, du Luxembourg,
Picarde et Régions Centre-Charleroi à dégager plusieurs questions2. Ces dernières sont le fruit
d’échanges ponctuels avec les professionnels qu’ils soient éducateurs, psychologues, responsables de
services, psychiatres…
Le souci des médiatrices était d’affiner cette réflexion en créant un groupe de travail qui s’est adjoint,
d’une part, des professionnels du terrain, et, d’autre part, des personnes ressources en éthique, en droit,
en méthodologie et dans la « clinique ».
Les médiatrices ont ainsi constitué un groupe de travail pour amorcer un partenariat de réflexion relatif
au respect des droits du patient et à la pratique de la fonction de la médiation au sein des structures
hospitalières pédopsychiatriques. Elles ont proposé dans un premier temps cette participation aux
différents professionnels des institutions où elles travaillent pour élargir le groupe progressivement
mais en se limitant à un nombre raisonnable afin de rendre la réflexion possible. Ce groupe a continué
de se mettre en place en 2012. Diverses questions ont été abordées et ont alimenté la réflexion du
groupe : « Comment se croisent les divers regards professionnels ? Quelles sont les éventuelles
questions qui se posent ou remise en question ? Quelles sont les résistances ou les articulations que les
collaborations peuvent susciter ? Quels enseignements dégager ?
Le choix posé par ce groupe a été de poursuivre le travail en adoptant une méthodologie rigoureuse.
Pour ce faire, le groupe a décidé de recourir à la méthode d’intervention sociologique « d’analyse en
groupe » élaborée par Luc Van Campenhoudt-Jean-Michel Chaumont et Abraham Franssen des
Facultés universitaires Saint-Louis.
L’analyse en groupe s’est faite au départ de récit de situations concrètes amenées par les participants,
ces récits devaient être suffisamment révélateur des enjeux de l’articulation des différents
professionnels concernés par le sujet abordé.
Au niveau des modalités pratiques, les personnes qui se sont joint à ce groupe de travail, se sont
engagées à participer à la totalité des rencontres (3 demi-jours). Une journée consacrée à la remise du
travail qui a été construit et rédigé, sera également organisée.
Les différentes plates-formes ont accepté de financer ce projet. Les médiatrices ont également fait appel
à la Fondation Roi Baudouin qui a attribué un subside pour la mise en place de ce groupe de travail.
En 2012, les rencontres dans le cadre de ce groupe de travail se sont multipliées. Cette recherche a
finalement demandé plus de temps que prévu car une partie du rapport rédigé par M. François
Deconinck a du être remaniée par le groupe et cela afin de proposer une lecture la plus fidèle possible
des propos recueillis lors des 3 matinées de travail. Nous sommes désormais en mesure de dire que
53
l’aboutissement de cette recherche verra le jour en 2013 via une journée d’étude consacrée au sujet
ainsi qu’un rapport qui reflètera l’ensemble du travail accompli dans le cadre de cette recherche.
En 2013, les médiatrices en santé mentale ainsi que les coordinateurs des Pf de Bruxelles et du
Brabant-Wallon ont continué à travailler sur cette étude. La procédure de finalisation devrait aboutir
dans le courant de l’année 2014. Il est nécessaire de préciser qu’il a été difficile de se réunir tant
professionnels, médiateurs que coordinateurs dans le cadre de cette recherche. En effet, la distance, les
emplois du temps déjà chargés de chacun ainsi que les divers temps de travail ont complexifié la
finalisation de cette étude
7. Supervisions avec un professionnel
Dans le cadre de sa fonction et cela depuis 2010, la Médiatrice est encadré mensuellement par une
psychothérapeute. Ces séances lui permettent d’analyser des situations de travail qui peuvent la mettre
en difficultés avec l’aide d’une professionnelle qui est également Médiatrice. Ce regard neutre porté par
une personne tierce est un apport incontestable dans sa pratique au quotidien. Ce travail s’est poursuivi
en 2013.
8. Formation à la médiation
En 2012, la médiatrice s’est inscrite à une formation à la médiation générale organisée par les Facultés
Saint-Louis et l’Université catholique de Louvain. Il s’agit d’une formation certifiante qui se déroule
sur une année scolaire et qui est évaluative. Le Conseil d’Administration de la Plate-forme picarde a
accepté cette demande de la part de médiatrice moyennant une clause d’écolage de 3 ans que la
médiatrice a accepté. Il s’agit en effet d’une formation conséquente et qui demande à la médiatrice un
travail important. Elle s’est notamment tournée vers cette formation car elle est donnée par des
professionnels de la médiation dont le nom n’est plus à faire dans le domaine. D’autres médiateurs
hospitaliers ont d’ailleurs suivi cette même formation. En outre, elle permet d’obtenir un certificat
interuniversitaire proposant une formation dans le cadre du tronc commun « médiation » qui a déjà fait
l’objet d’une circulaire de la part de La Commission Fédérale Droits du patient. En effet, il a été
vivement proposé aux médiateurs hospitaliers d’être formés au minimum au tronc commun de la
médiation (c’est à dire à la première année de médiation générale donnée par des organismes agréés
comme c’est le cas pour ce certificat inter-universitaire). Enfin et surtout, c’est l’occasion pour la
médiatrice de développer des outils qui lui permettent de mener à bien sa fonction. Elle est formée à la
psychologie clinique qui représente évidemment un « plus » mais pas à la médiation et
incontestablement il s’agit-là d’une pratique et d’une profession à part entière.
En juin 2013, la Médiatrice a obtenu ce certificat en médiation générale avec fruit.
Le Conseil d’Administration avait donné son accord pour que la Médiatrice suive une seconde année de
spécialisation en médiation civile, sociale et commerciale. Toutefois, pour cause de problème de santé,
la médiatrice n’a pas pu poursuivre cette seconde année. Il est envisagé qu’elle se réinscrive en
septembre 2014.
A savoir que cette formation s’inscrit dans le cadre du mécanisme de congés éducation dont bénéficie
la Plate-forme picarde.
A savoir que cette formation s’inscrit dans le cadre du mécanisme de congés éducation dont bénéficie
la Plate-forme picarde.
54
9. Tâches administratives
Des travaux de réflexion et de secrétariat sont régulièrement assurés par la Médiatrice :
- rédaction des dossiers de plaintes,
- rédaction et présentation du rapport annuel aux Plates-formes de Concertation pour la Santé
mentale, aux différentes institutions et au Service Public Fédéral,
- élaboration d’outils de travail (documents, affiches, outils de traitement, etc.),
- préparation des diverses réunions,
- rédaction de documents divers (rapports divers, compte-rendus mensuels, avis, etc.),
- rédaction et envoi des procès-verbaux de différentes réunions,
- remise d’un compte-rendu d’activités mensuel aux Plates-formes,
- rédaction et envoi de courriers divers.
55
1.3. LE SITE INTERNET
La Plate-Forme a élaboré, depuis sa création en 2004, un site Internet qui reprend des
informations pratiques concernant sa structure, la liste de ses membres, ses textes fondateurs, ses
activités, l'agenda de ses réunions.
Le site propose aussi une page "téléchargements" où sont disponibles des documents pertinents
pour les membres et leurs partenaires (rapports de recherche, rapports d'activité, certains comptesrendus de réunions, textes de référence). Outre l'aspect pratique de la mise à disposition des
documents, des frais d'impression et d'envoi sont économisés.
Par ailleurs, un moteur de recherche permet de naviguer dans trois répertoires : celui des
membres, le répertoire hennuyer "assuétudes" (lié à l’ancien projet pilote de la Plate-Forme) et le
répertoire en pédopsychiatrie du territoire de la Plate-Forme. La recherche se fait par répertoire,
par type d'institution, par territoire (Centre, Charleroi et pour les assuétudes, également Mons et
Tournai). Le répertoire concernant les assuétudes permet aussi une recherche par produit (alcool,
drogues, médicaments).
Une liste de résultats s'affiche avec une localisation sur carte des structures et un lien vers la fiche
complète du service.
56
2. ACTIVITES EXTERNES
57
2.1 LE NIVEAU HENNUYER
2.1.1. L’Entre-Bureaux
L’Entre-Bureaux hennuyer est l’instance de concertation entre les deux Plates-Formes de la
province de Hainaut. Comme son nom l’indique, il est constitué des membres des deux Bureaux.
Toutes ces rencontres ont pour but, non seulement l’échange d’informations et les gestions
(comptable et scientifique), mais encore les concrétisations – au mieux des exigences fédérales et
régionales et des particularismes institutionnels – de la médiation. Actuellement, les deux PlatesFormes s’associent également pour un projet d’exposition d’art « outsider » dans le contexte du
projet « Mons 2015 ». Les œuvres des patients des institutions des deux Plates-Formes seront
sélectionnées et exposées dans ce cadre.
En 2013, trois réunions ont eu lieu :
le 5 mars, le 4 octobre et le 20 décembre.
Les membres du Bureau de la Plate-Forme des Régions du Centre et de Charleroi sont cités à la
page 27 et les membres du Bureau de la Plate-Forme picarde sont :
- M Jean Homerin, Président;
- Mme Véronique Bauffe, Vice-Présidente;
- M Jean Foncoux, Secrétaire;
- M Rudy Varvenne, Secrétaire adjoint;
- M Jean-Philippe Verheye, Trésorier;
- M. Jean-Paul Leclercq
- Dr Jean Deconinck, Invité permanent
Les coordinations des deux Plates-Formes sont invitées permanentes, ainsi que la médiatrice. Ils
organisent les réunions et en font rapport.
La présidence et la coordination sont assurées par chaque Plate-Forme à tour de rôle, une année
sur deux. De septembre 2012 à septembre 2013, la présidence incombait à la PFRCC. De
septembre 2013 à septembre 2014, c'est la Plate-Forme picarde qui l'assure.
58
2.2 L’INTER-PLATES-FORMES WALLONIE-BRUXELLES-COM. GERMANOPHONE
Il s'agit du collège des présidents et des coordinateurs des Plates-Formes wallonnes, bruxelloise et de la
Communauté germanophone.
La présidence, la coordination et le secrétariat de l'Inter Plates-Formes sont assurés à tour de rôle par
chaque Plate-Forme. Les réunions se tiennent plus ou moins tous les trois à l'Hôpital du Beau Vallon
(Namur) pour sa position géographique centrale en Wallonie.
Une réunion conviviale a lieu une fois par an.
Des personnes extérieures (le plus souvent, les représentants des autorités régionales et de groupes de
travail, ainsi que les représentants de l'IPF dans les instances diverses) sont régulièrement invitées.
Les réunions se déroulent en deux temps :
- réunion de l’Inter-Plates-formes
- rencontre éventuelle (une fois sur deux environ) des représentants du pouvoir régional.
Agenda, ordre du jour et Plate-Forme organisatrice :
En 2013, 5 réunions ont eu lieu : le 7 février, le 2 mai, le 4 juillet, le 12 septembre et le 5 décembre.
 Le 7 février 2013, réunion présidée par la Plate-Forme picarde
 Approbation des PV du 29 novembre 2012
 Actualités
- IPF fédérale du 8/02/2013
- CRESAM
- Projet-pilote Assuétudes
- Cadastre de l’offre de soins et de services en SM destinés aux enfants et aux adolescents
 Groupe d’appui IPF wallonne à la Task Force pédopsy
 Quelles collaborations entre les Fédérations et l’IPF ?
 Visibilité de l’IPF
 Projets 107 et interactions avec les PF
 Commission des aînés
 Rapport des groupes de travail Inter Plates-Formes :
- IGT pédopsychiatrie
- IGT Médiation en pédopsychiatrie
- IGT RPM
- IGT Mise en observation
- IGT Circuit de soins Internés
- IGT Accompagnement des demandeurs d’emploi
 Divers
 Le 2 mai 2013, réunion présidée par la Plate-Forme du Brabant wallon
Echanges entre présidents et coordinateurs des Plates-formes wallonnes, bruxelloise et
germanophone
 Approbation du procès-verbal de la réunion du 7 février 2013
 Actualité et préparation des échanges avec les responsables régionaux :
- Visibilité de l’IPF
- Cadastre de l’offre de soins et de services en SM destinés aux enfants et aux adolescents
- Groupe d’appui IPF wallonne à la Task Force pédopsy
- Sous-représentation des francophones au groupe de travail du CNEH : parole à Mme Weil
- Feedback de la réunion PFCSSM du 18.04.13
- Non-exploitation par la Région wallonne des données quantitatives des SSM
59
-
CRéSaM : affiliation de personnes morales
Questionnaire envoyé par la Commission Interparlementaire Wallonie Bruxelles sur le
transfert des compétences : avis d’initiative de l’Inter-Plates-formes ?
- Projets 107
- Projet de recherche CRIS/APES-ULg : association de l’IPF à la recherche ?
 Rapport des groupes de travail Inter Plates-Formes :
- IGT pédopsychiatrie
- IGT Médiation en pédopsychiatrie
- IGT RPM
- IGT Mise en observation
- IGT Circuit de soins Internés
- IGT Accompagnement des demandeurs d’emploi
 Dates des réunions de septembre à décembre
 Divers
Echange avec les autorités wallonnes
1. Visibilité de l’IPF et modalités de collaboration avec les autorités wallonnes
2. Pédopsychiatrie
2.1. Cadastre de l’offre de soins et de services en SM destinés aux enfants et aux adolescents
2.2 Groupe d’appui IPF wallonne à la Task Force pédopsy
3. Questionnaire envoyé par la Commission Interparlementaire Wallonie Bruxelles sur le transfert des
compétences : avis d’initiative de l’Inter-Plates-formes
4. CRéSaM
5. Nouvelles dates de réunions
6. Divers
 Le 04 juillet 2013, réunion présidée par la Plate-Forme du Luxembourg
1. Approbation du procès-verbal de la réunion du 2 mai 2013
2. Nouveau groupe inter Plates-formes sur le transfert des compétences : objectifs, documents de
travail (note des Plates-formes flamandes...) et modalités pratiques.
3. Projet de recherche CRIS/APES-ULg (OURS 2) : parrainage de la recherche par l’IPF ?
4. Demande de la Fondation Roi Baudouin de participer à la mise en place d’une plate-forme de
réflexion « Emploi et Santé mentale » : avis des coordinateurs
5. Cadastre de l’offre de soins et de services en SM destinés aux enfants et aux adolescents
6. Groupe d’appui IPF wallonne à la Task Force pédopsy
7. Rapport des groupes de travail Inter Plates-Formes :
o IGT pédopsychiatrie
o IGT Médiation en pédopsychiatrie
o IGT RPM
o IGT Mise en observation
o IGT Circuit de soins Internés
o IGT Accompagnement des demandeurs d’emploi
8. Projets 107 : nouvelles de l’évaluation ?
9. Divers
 Le 12 septembre, réunion présidée par la Plate-Forme des Régions du Centre et de Charleroi
1. Approbation du procès-verbal de la réunion du 4 juillet 2013
2. Désignation d’un représentant de l’Inter Plates-formes au comité de pilotage du « Centre
Suicide »
3. Plate-forme « Emploi et Santé mentale » : échos de la réunion entre les coordinateurs et le
représentant de la Fondation Roi Baudouin
60
4. Rapport des groupes de travail Inter Plates-formes :
 IGT Pédopsychiatrie
 IGT Médiation en pédopsychiatrie
 IGT RPM
 IGT Mise en observation
 IGT Internés
 IGT Accompagnement des demandeurs d’emploi
 Nouvel IGT transfert des compétences
5. Nouvelles des projets 107
6. Projet de recherche CRIS/APES/ULg : présentation du projet par Sophie Thunus
7. Divers
 Le 5 décembre 2013, réunion présidée par la Plate-Forme liégeoise
- Approbation du procès-verbal de la réunion du 12 septembre
- Agenda 2014 des réunions IPF
- Rapport des intergroupes de travail (vu l'odj, seulement pour les groupes où il y a du nouveau):
IGT pédopsychiatrie
IGT Médiation et pédopsychiatrie
IGT RPM
IGT Mises en observation
IGT Internés
IGT Accompagnement des demandeurs d'emploi
IGT Transfert des compétences
- Santé mentale du groupe « 65 ans et + »
- Missions de concertation liées aux troubles de substances et à la problématique des assuétudes :
articulation et collaboration avec les décrets wallons assuétudes.
- Caractère public des rapports de médiation
- Entrée en application de la nouvelle loi sur l'administration des biens et de la personne
- Nouvelles des projets 107
- Projet OURS (suivi)
- Fonction de médiation dans le cadre de la réforme de l'état
- Vision du Fédéral sur le transfert des plates-formes
- Points à l'ordre du jour de la PFCSSM
2.2.1 L'INTER-GROUPE PEDOPSYCHIATRIE DES PLATES-FORMES WALLONNES ET BRUXELLOISE
Ce groupe inter-Plates-Formes vise l'organisation de la concertation entre les territoires des PlatesFormes autour des problématiques spécifiques à la tranche d'âge 0-18 ans.
L'Inter-groupe pédopsychiatrique est présidé et coordonné à tour de rôle par les Plates-Formes
participantes. La Plate-forme liégeoise envoie les convocations aux Plates-formes. Les réunions se
tiennent à l'Hôpital le Domaine (Braine l'Alleud).
Le groupe est ouvert. Chaque Plate-Forme peut y envoyer autant de représentants qu'elle souhaite.
En 2013, la représentation de la Plate-Forme des Régions du Centre et de Charleroi était assurée par
Pascale Deverd (coordinatrice de la PFRCC).
L'Inter-groupe s’est réuni les 28 février, 20 juin, 19 septembre et 12 décembre. Les principaux sujets
travaillés : le cadastre de l’offre de soins de la RW, l’initiative « un jardin pour tous », la concertation
autour du patient psychiatrique, lien avec les centres de référence pour l’autisme.
61
2.2.2 LE GROUPE R.P.M. DES PLATES-FORMES WALLONNES, BRUXELLOISE ET DE LA
COMMUNAUTE GERMANOPHONE
Le groupe R.P.M des Plates-Formes wallonnes, bruxelloise et germanophone est un groupe de
travail et de réflexion sur l'outil fédéral RPM (Résumé Psychiatrique Minimum) pour le recueil
des données du secteur hospitalier.
Le groupe interpelle les différents responsables politiques et administratifs fédéraux, propose des
modifications au RPM et représente un véritable soutien méthodologique pour les responsables
RPM des différents hôpitaux.
Le Dr Seutin (Hôpital Titeca, Bruxelles) préside le groupe.
La Plate-Forme des Régions du Centre et de Charleroi y est représentée par M. Mawet (GHdC,
Charleroi) et M. Flament (Hôpital Saint Bernard, Manage).
En 2013, un groupe de travail a été organisé au niveau du CNEH; il reprend les mêmes
personnes. Le groupe de l’Inter-Plates-Formes ne s'est donc plus réuni mais est ses participants
restent en lien avec l’Inter-Plates-Formes.
Il y a une volonté d’aboutir à un nouveau modèle intégrant la notion de circuits de soins et la
question de l’informatisation des dossiers, d’ici la fin 2013. En outre, la nécessité d’avoir une
référence unique fait débat à propos de l’outil de diagnostic.
2.2.3 LE GROUPE DE TRAVAIL "CIRCUIT DE SOINS INTERNES"
En 2008, le groupe francophone de défense sociale qui préexistait est devenu le Groupe de
Travail Circuit de Soins Internés.
Chaque Plate-Forme (wallonne, bruxelloise ou germanophone) y délègue des représentants. Pour
la PFRCC, il s'agit du Dr Feys et du Dr Duchateau (Hôpital Saint-Bernard). Francis Broeders et
Pierre-Jean Cornu (Plate-Forme picarde) en sont le président et le secrétaire.
L’objectif du groupe est d'organiser les réseaux et circuits de soins pour les internés de sorte qu'ils
restent le moins longtemps possible en EDS et rejoignent d'autres structures.
Un constat : il y a une concentration d'internés dans une partie de la Wallonie. En effet, les
Marronniers reprennent les missions de soins et de réinsertion dans la zone de Tournai. Donc, le
but est une meilleure répartition géographique de ce public.
Plusieurs sous-groupes de travail ont poursuivi leur réflexion en 2013 :
- le sous-groupe « Recherche »,
- le sous-groupe « Circuit de soins »,
- le sous-groupe « Législation »
Il a examiné la nouvelle proposition de loi qui reprend, pour une part, la proposition des Platesformes, à propos de la distinction entre les EDS (dépendant de la Justice) et les services
psychiatriques hébergeant des internés (dépendant de la Santé). De nombreuses remarques ont
encore été formulées.
Le groupe plénier se réunit plusieurs fois dans l'année.
2.2.4 LE GROUPE DE TRAVAIL "MEDIATION ET PEDOPSYCHIATRIE"
La pratique de la médiation dans le cadre spécifique de la pédopsychiatrie a amené les
médiatrices des Plates Formes de santé mentale de Namur, du Brabant Wallon, de Bruxelles, de
Liège, du Luxembourg, Picarde et Régions Centre-Charleroi à dégager plusieurs questions. Ces
dernières sont le fruit d’échanges ponctuels avec les professionnels qu’ils soient éducateurs,
psychologues, responsables de services, psychiatres… Le souci des médiatrices est d’affiner cette
62
réflexion en créant un groupe de travail qui s’adjoindrait, d’une part, des professionnels du
terrain, et, d’autre part, des personnes ressources en éthique, en droit, en méthodologie et dans la
« clinique ».
Les médiatrices ont ainsi constitué un groupe de travail pour amorcer un partenariat de réflexion
relatif au respect des droits du patient et à la pratique de la fonction de la médiation au sein des
structures hospitalières pédopsychiatriques.
Le choix posé par ce groupe est d'adopter une méthodologie rigoureuse. Pour ce faire, le groupe a
décidé de recourir à la méthode d’intervention sociologique « d’analyse en groupe » élaborée par
Luc Van Campenhoudt, Jean-Michel Chaumont et Abraham Franssen des Facultés universitaires
Saint-Louis.
Cette formation/recherche a été financée par la Fondation Roi Baudouin.
L’analyse en groupe s'est faite au départ de récits de situations concrètes amenées par les
participants, récits révélateurs des enjeux de l’articulation des différents professionnels concernés
par le sujet abordé. Le travail s'était organisé en 2011 sur 5 demi-journées. En 2012, le groupe a
procédé à une discussion autour des résultats avec pour objectif une publication et une journée
d’étude. En 2013, le groupe procédait à une relecture du texte final.
2.2.5
LE GROUPE DE TRAVAIL "MISES EN OBSERVATION"
Le groupe a été créé sous l'impulsion de la Plate-Forme de Liège. Son objectif est, par rapport aux
mises en observation, la comparaison des pratiques locales, le repérage des lacunes dans l'offre de
soins et la création d'un circuit de soins.
En 2013, en plus de la poursuite de cet objectif, le groupe a été l’auteur d’un courrier visant à
alerter les autorités wallonne et fédérale à propos du fait que le jury chargé de faire passer les
examens relatifs à la législation de mise en observation ne se réunit plus par manque de membres.
Il n’y a donc plus de possibilités de désigner de nouveaux psychiatres responsables, un problème
qui vient se surajouter à celui du manque de psychiatres en services hospitaliers.
La Plate-Forme est représentée par Dr Feys et M. Jacqmin (Hôpital Saint-Bernard).
2.2.6
LE GROUPE DE TRAVAIL "DEMANDEURS D'EMPLOI"
Le groupe a été créé au second semestre 2011 sous l'impulsion de la PFRCC. En effet, le Forem
comptait mettre sur pied un projet pilote pour l'accompagnement individualisé des demandeurs
d'emploi dits "très éloignés de l'emploi" sur le modèle d’un programme du VDAB (le Forem
flamand).
Il s'agissait d'organiser une réaction du secteur et, éventuellement, une concertation en la matière
face à la méconnaissance du secteur de la santé mentale par le Forem. Le CRéSaM, Psytoyens et
Similes participent aussi au groupe.
Dans son projet initial, le Forem avait pour objectif, selon le modèle flamand, d'orienter des
demandeurs d'emploi qui auraient été catégorisés (sur base de quels critères?) comme "très
éloignés de l'emploi" vers les soins de santé mentale. Bien que le Forem se défendait de prescrire
du soin sous contrainte (parce que la personne concernée avait le choix de refuser cet
accompagnement), la réalité du choix était précaire (car communications du Forem avec l'ONEM
et exclusion possible…). De nombreuses questions d'éthique étaient soulevées par ce projet.
En 2012, le Forem a accepté de participer au groupe et un travail en commun a été mené. Il
s’agissait d’une concertation autour des principes d’éthique propres aux services de soins de santé
mentale membres des Plates-Formes. Les conseils d'administration ont avalisé ce document
63
appelé « postulats ». Ensuite, le Forem a reformulé son projet pilote dans une mouture
compatible avec ces principes.
En mai 2013, le Forem a lancé son projet pilote sous forme d’un accompagnement des assistantes
sociales du Forem par une structure locale d’appui constituée d’experts de la santé, de
l’intégration et du social. Ces structures se réunissent une fois par mois et assurent une sorte de
supervision de « cas » présentés par les assistantes sociales. Pour les experts « santé », les PlatesFormes ont nommés chacune un représentant (le second étant nommé par l’AWIPH).
Par ailleurs, l’Inter-Plates-Formes est représentée au sein du comité de pilotage de la recherche
par deux personnes : Dr Gilain (Plate-Forme du Brabant wallon) et Mme Deverd (PFRCC).
Par ailleurs, l’Intergroupe a été sollicité par la Fondation Roi Baudouin pour élargir le groupe de
travail afin qu’il devienne une plate-forme d’échange entre les différents secteurs sur le thème de
l’emploi et de la santé mentale. L’Inter-Plates-Formes a décidé d’y répondre favorablement et de
mettre cette idée en œuvre en 2014.
2.2.7
LE GROUPE DE TRAVAIL « TRANSFERT DES PLATES-FORMES »
Ce nouvel intergroupe a été mis en place afin de rédiger un mémorandum des Plates-Formes pour
leur futur transfert à la Région.
En 2013, le groupe a été créé à la fin de l’année et s’est réuni deux fois.
La méthodologie repose sur la conception d’un canevas commun à toutes les Plates-Formes dans
le but de répondre aux mêmes questions. Ensuite, un tronc commun sera dégagé.
Notre Plate-Forme y est représentée par Mme Valfer (H Jolimont Lobbes), M. Glibert (CH Saintbernard), M. Vandergraesen (ACGHP) et Mme Deverd (coordination).
M. Homerin (président de la Plate-Forme picarde) a été désigné dans le cadre de ce groupe pour
réprésenter les Plates-Formes au groupe de travail ad hoc de la Région Wallonne.
2.3 L'INTER PLATES-FORMES NATIONALE
Depuis 2003, une concertation informelle a lieu entre les Plates-Formes wallonnes, flamandes,
bruxelloise et germanophone de façon ponctuelle. Les réunions sont organisées par la PlateForme bruxelloise qui en assure le secrétariat et la coordination. Elles ont lieux dans les locaux
de la Plate-Forme bruxelloise.
Elles sont organisées en fonction de l'actualité des rapports avec les autorités fédérales et des
dates de réunions des au SPF.
En 2013, il n’y a eu qu’une rencontre Inter-Plates-Formes nationale le 18 avril. En effet, la
seconde réunion de l’Inter-Plates-Formes fédérale du 5 décembre 2013 a été convoquée tellement
tard par le SPF que toutes les Plates-Formes n’ont pas pu être présentes, notamment les PlatesFormes flamandes. Une réunion a donc eu lieu mais il s’agissait d’une Inter-Plates-Formes
Wallonie-Bxl-Com germ. Elle est donc reprise et détaillée au point précédent.
On notera toutefois la difficulté croissante d’organiser des réunions avec les Plates-Formes
flamandes qui ne semblent plus intéressées.
64
2.4. LA PLATE-FORME FEDERALE DE CONCERTATION "SOINS DE
SANTE MENTALE" (PCSSM)
Comme prévu par l'AR de juillet 2003, à l'instigation de l'administration fédérale et du cabinet du
Ministre de la Santé Publique, toutes les Plates-Formes de concertation en santé mentale (au
niveau national) sont convoquées à ces réunions bisannuelles.
Ces moments servent essentiellement à l’échange d’informations entre les Plates-Formes et les
autorités fédérales.
En 2013, la PCSSM fédérale a tenu deux réunions : le 18 avril et le 5 décembre. En voici les
ordres du jour :
Réunion du 18 avril
1. Approbation du procès-verbal de la réunion du 6 septembre 2012
2. Fonction de référent hospitalier pour la continuité des soins dans les hôpitaux psychiatriques :
perspectives
3. Réforme des soins de santé mentale : état d’avancement
4. Feed-back Conférence interministérielle Santé publique du 10 décembre 2012
5. Rapport de la matinée d’information sur l’Intégration des unités de crise «consommation de
substances » dans la réforme des soins de santé mentale du 18 janvier 2013
6. Points d’ordre du jour proposés par la PCSSM
6.1. Sixième réforme de l’Etat
6.2. La fonction de médiation reste-t-elle fédérale ou sera- telle transférée aux Etats fédérés ?
6.3. Projet pilote « coordination des soins en assuétudes »
6.4. Structuralisation des soins psychiatriques à domicile
6.5. Soins de santé mentale pour les personnes atteintes d’un handicap mental (double diagnostic)
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Réunion du 5 décembre
Approbation du procès-verbal de la réunion du 18 avril 2013 ;
Réforme des soins de santé mentale : état d’avancement des projets art. 107 ;
Feedback de la Conférence interministérielle (CIM) Santé publique du 30 septembre 2013 ;
3.1.
Plan pluriannuel Internement;
3.2.
Enregistrement commun soins de santé mentale;
3.3.
Problématique de la prise en charge des mineurs relevant de l'aide et de la
protection de la jeunesse et présentant une problématique particulière liée à un
handicap et à un trouble de santé mentale ;
3.4.
Note «porte d’entrée» / «SPAD» ;
Feedback des travaux du comité de rédaction 'réforme de l'offre de soins de santé mentale
pour enfants et adolescents;
Points sur l'ordre du jour apportés par les PFCSSM ;
Divers.
65
3
RELATIONS PUBLIQUES
3.1.CONCERTATION AVEC DES PARTENAIRES EXTERIEURS A LA PLATEFORME
Tous les groupes de travail de la Plate-Forme sont constitués d'institutions membres de la PlateForme et d'institutions partenaires des membres de la Plate-Forme.
Au niveau du groupe de concertation des 0-18 ans, la Commission pédopsychiatrie, un travail de
réseau dynamique implique des institutions comme les PMS, les services de l'Aide à la Jeunesse,
le Service de Protection de la Jeunesse, des juges de la jeunesse mais aussi des services éducatifs,
des structures AWIPH, les fédérations de médecins généralistes. Une formalisation de ces
collaborations avait même donné lieu en 2005 à la signature d'accords entre le service K pour
adolescents de l'Hôpital Vincent Van Gogh, des institutions intéressées et la Plate-Forme comme
tiers.
Le groupe de concertation Adultes, via ses différents sous-groupes thématiques, implique aussi la
participation soit ponctuelle, soit continue, des CPAS, Relais Social urbain, structures
d'hébergement AWIPH, services de soins à domicile, médecins généralistes, l’administration de
l’AWIPH, le Forem, etc.
Quant au groupe de concertation Santé mentale et vieillissement, ses partenaires non membres de
la Plate-Forme sont les SISD, les coordinations locales de soins à domicile, les CPAS, les
mutuelles, les maisons de repos, par exemple.
Des collaborations sont à pointer plus particulièrement :
3.1.1 Lien avec le Réseau de santé mentale du Centre
Quand le Réseau du Centre a vu le jour, le groupe de travail « 107 » de la Plate-Forme a arrêté de
se réunir car son objectif premier était la création de projets. A ce moment, la coordination de la
Plate-Forme avait également collaboré en contribuant à la partie épidémiologique du dossier de
candidature du Réseau du Centre (ainsi qu’à celui de Charleroi qui n’a pas eu de suites). La pf
avait également réalisé une enquête auprès de ces membres pour savoir dans quelle(s) fonction(s)
ils se voyaient, ce qui faût utile pour la constitution des réseaux.
En 2011, la coordination avait participé à l’exploration de la fonction 1 en organisant, avec la
coordinatrice du réseau, des réunions par catégorie de services potentiellement concernés. Par
ailleurs, la coordination avait aussi animé des groupes de travailleurs des promoteurs du projet
pour mener une réflexion à propos de la création des équipes mobiles.
En 2012, en attendant que le Réseau du Centre démarre ses activités, la Plate-Forme a marqué son
intention de poursuivre la collaboration en invitant la coordinatrice du Réseau de façon
permanente aux réunions du conseil d'administration.
En 2013, une réflexion a été menée entre les coordinations de la Plate-Forme et du Réseau du
Centre pour renforcer la synergie des réseaux dans la complémentarité. Une action en commun a
été planifiée pour 2014 au sujet du secret partagé et de la transmission d’informations.
3.1.2 Lien avec le SISD Carolo
Dans la suite des projets thérapeutiques (projets pilotes fédéraux) dont le financement s’est arrêté
en 2012, un texte de loi a mandaté les SISD pour poursuivre ce travail de concertation « la
concertation autour du patient psychiatrique ».
En réponse à l’invitation du SISD Carolo, la Plate-Forme a participé au comité technique dont
l’objectif était de concrétiser ces nouvelles dispositions. Le SISD Carolo s’est en effet entouré de
66
plusieurs services de soins de santé mentale et de la Plate-Forme pour réaliser notamment un plan
d’accompagnement du patient et pour penser et tester le dispositif. Les réunions ont démarré en
2012 et ont continué en 2013.
3.2. REPRESENTATION ET PARTICIPATION A DES ACTIVITES EXTERIEURES
PERMANENTES
3.2.1. Au niveau local

Le Relais Social de Charleroi
Depuis juin 2007, M. Patrick Vandergraesen (ACGHP) est représentant de la Plate-Forme auprès
du Relais Social de Charleroi. A titre informatif, le Relais Social est une association structurée
selon le modèle « chapitre XII ». Son champ d’action est celui de la précarité sociale aiguë.
L'option prise par la Plate-Forme est de siéger à l'Assemblée Générale.

Le Relais Social Urbain de La Louvière
En 2005 est né le Relais Social Urbain de la Louvière. De la même façon que pour le Relais
Social de Charleroi, le Conseil d'Administration a désigné un délégué afin d'être représenté à
l'Assemblée Générale. M. Glibert (Hôpital saint-Bernard) y représente la Plate-Forme depuis
2013.

Le Service Intégré de Soins à Domicile (SISD) du Centre et de Soignies
La Plate-Forme est représentée à l'Assemblée Générale par Mme Roucloux (Hôpital SaintBernard).

Le RASAC
Il s’agit du Réseau assuétudes de la région du Centre (décret wallon). La Plate-Forme y est
représentée par M. E. Gailly (HP Saint-Bernard).
3.2.2. Aux niveaux régional et fédéral
Le tableau suivant reprend les différentes organisations au sein desquelles les PlatesFormes wallonnes et germanophone sont représentées, ainsi que les représentants désignés et la
durée de leur mandat.
Organismes
CRéSaM
Durée du
mandat
3 ans
Renouvellement
2015
M. F. PITZ
PF Namur
M. A. SANTERRE
Plate-Forme Brabant wallon
Conseil
d'administration
CRéSaM
Comité de
pilotage
Représentants et
leur Plate-forme
4 ans
2016
M. D. DE VLEESCHOUWER
Plate-Forme Namur
67
Comité de
gestion du
Fonds Reine
Fabiola
Comité de
pilotage du
projet pilote du
Forem

non
précisé
non
précisé
La durée
du projet
pilote,
soit 1 an
non
précisé
Dr G. VAN CANG
PF des régions du Centre et de
Charleroi
Mme P. DEVERD
PF des régions du Centre et de Charleroi
Le CRéSaM
Il s'agit du Centre de Référence en Santé mentale, soit l'ancien Institut Wallon pour la Santé
Mentale, mais renouvelé sur la base des missions prescrites par le décret wallon du 3 avril 2009
portant sur l'agrément des services de santé mentale et la reconnaissance des centres de référence
en santé mentale.
Les Plates-Formes sont représentées au Conseil d'administration du CRESAM par deux
personnes (M. Pitz et M. Santerre) et par une personne au comité de pilotage (M.
Devleeschouwer).
Par ailleurs, chaque Plate-Forme est toujours représentée par un délégué à l'assemblée
générale. Pour la PFRCC, il s'agit de Mme Valfer (H Jolimont-Lobbes).

Fonds Reine Fabiola
Depuis 2009, l'Inter-Plates-Formes Wallonie-Bxl-Com Germ. siège au comité de gestion du
Fonds Reine Fabiola pour la santé mentale. Des projets en la matière sont financés chaque année
par ce fonds. Les Plates-Formes ont choisi le Dr Georges Van Cang pour les y représenter. Les
réunions sont trimestrielles. C’est le Comité de gestion qui décide de l’utilisation des ressources
financières du fonds. Il établit le budget annuel.

Comité de pilotage du projet pilote du Forem
Le projet pilote du Forem s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement individualisé des
demandeurs d’emploi. Ce projet est prévu pour un an (voir le chapitre sur les intergroupes de
travail).
3.3. PARTICIPATION A DES ACTIVITES PONCTUELLES
En 2013, la Plate-Forme a participé :
Date
21/02/13
29/03/13
26/04/13
Thème
Les urgences psychiatriques/SMES
Journée : « un jardin pour tous »
Le soutien à l’emploi en psychiatrie et la réforme belge
des soins en santé mentale
05/05/13 Présentation alcool on line
10/06/13 Comité de concertation Relais social urbain Charleroi
68
Lieu/organisateur
Relais santé Charleroi
AWIPH Charleroi
Socrate
MADO Charleroi
RSU Charleroi
24/06/13
27/06/13
26/09/13
11/09/13
07/10/13
15/10/13
24/10/13
19/11/13
21/11/13
26/11/13
3/12/13
Présentation PFRCC Comission subrégionale AWIPH
Conférence Prostitution
Présentation thèse réseau P.Nicaise
Projet Mons 2015
Accompagnement social en logement
Colloque Entre-Temps
Colloque Salle de consommation à moindre risque
Comité de concertation Relais social urbain Charleroi
Midi santé asile de nuit
Présentation nouveau décret AAJ
Colloque WAB
69
Thuin
Relais santé Charleroi
RW Namur
Lille
RSU Charleroi
Bruxelles
Charleroi
Charleroi
La Louvière
Le Roeulx
Dave
V. EVALUATION
70
V. EVALUATION
Pour 2013, le tableau ci-dessous propose une évaluation directement en rapport avec les missions
assignées aux Plates-Formes par les textes de loi, c’est-à-dire l’AR du 10 juillet 1990, modifié
par l’AR du 8 juillet 2003 et l’AR du 2 juillet 2013.
Certaines missions sont regroupées dans les mêmes cellules du tableau quand les activités de la
Plate-Forme y répondent simultanément.
5.1 EVALUATION QUANT AUX MISSIONS DEFINIES PAR ARRETE ROYAL





Concertation sur les besoins en matière d'équipements psychiatriques dans la
région
Concertation sur la répartition des tâches et la complémentarité en ce qui concerne
l'offre de services, les activités et les groupes cibles.
Mener une concertation sur la collaboration possible et la répartition des tâches.
Concertation sur la politique à suivre concernant l'admission, la sortie et le transfert
ainsi que la coordination de la politique médicale et psychosociale.
Groupes de concertation concernant les trois groupes cibles
(0-18 ans, 19-65 et + de 65)
En 2013, tous les groupes de travail sont organisés selon le critère générationnel.
La Commission Pédopsychiatrie a poursuivi son travail qui varie entre la présentation de
services, de réseaux, ou encore d’outils.
Par ailleurs, des participants à la Commission pédopsychiatrie ont travaillé en sous-groupe
autour de la problématique de la maltraitance par négligence des 0-6 ans.
Concernant la Commission Adulte, elle s'est directement fondée sur l'analyse des besoins. En
effet, elle fonctionne sur base de sous-groupes qui ont été créés pour répondre aux lacunes de
l'offre de soins pour des publics très spécifiques. Ainsi, ont paru prioritaires et ont donné lieu à
des groupes de travail les problématiques de l’emploi et des patients avec double diagnostic
"handicap mental et santé mentale".
Concernant la Commission Handicap et santé mentale, la recherche commandée par la PlateForme a produit ses résultats et a débouché sur un nouveau dialogue avec l’AWIPH. Des actions
ont alors été organisées pour 2014 et un groupe d’intervisions a été mis en place.
Un groupe d’intervisions « emploi et santé mentale » a également démarré. A la fin de l’année,
les deux groupes d’intervisions ont fusionné vu la similitude des situations étudiées
La Commission santé mentale et vieillissement a poursuivi la présentation de services en lien
avec les personnes âgées.
Au sein de ces groupes de travail, différentes méthodologies sont utilisées pour répondre aux
objectifs de la concertation.
Le point de départ peut être l'inventaire de l'offre, ou au contraire l'inventaire des manques. Il
peut aussi résider dans l'exploration des collaborations vives sur base de l'analyse de cas
cliniques comme dans les intervisions, ou encore, via les échanges suivant une conférence
thématique.
Quoiqu'il en soit, il s'agit bien d'une concertation quant à la collaboration, la complémentarité des
71
services et la répartition des tâches dans le souci de répondre aux besoins des patients et d'étoffer
l'offre de soins.

Le cas échéant, mener une concertation avec d'autres associations d'institutions
Tous les groupes de travail de la Plate-Forme sont constitués d'institutions membres de la PlateForme et d'institutions "non membres".
Au niveau du groupe de concertation des 0-18 ans, la Commission pédopsychiatrie, un travail de
réseau dynamique implique des institutions comme les PMS, les services de l'Aide à la Jeunesse,
les services de Protection de la Jeunesse, les juges mais aussi l'ONE, le service jeunesse du
CPAS, la Mado, des services éducatifs et des structures AWIPH.
Le groupe de concertation "Adultes", via ses différents sous-groupes thématiques, implique aussi
la participation des CPAS, Relais Social, structures AWIPH, services de soins à domicile,
médecins généralistes…
Quant au groupe de concertation Vieillissement et santé mentale, ses partenaires non membres
de la Plate-Forme sont les SISD, les coordinations locales de soins à domicile, les MR et les
CPAS.
On peut relever également l'inter territorialité de certains groupes de concertation qui impliquent
des institutions d'autres provinces. C’est ponctuellement le cas dans toutes les commissions.
Enfin, la PFRCC est en concertation avec les autres Plates-Formes au niveau régional et national.

Collaborer à une collecte de données et à l'exploitation de celles-ci (une étude
nationale SSM)
Depuis 2009, la Plate-Forme a mis en ligne les données récoltées concernant l'offre de soins dans
le cadre de sa recherche dans le champ de la pédopsychiatrie. Il en va de même pour les données
de l'offre de soins en matière d'assuétudes. Un moteur de recherche permet d'obtenir des
réponses par territoire, par type d'institution et par produit.
La PFRCC est aussi parfois sollicitée par les autorités fédérales et régionales pour transmettre
des informations en provenance du secteur.

Minimum 1 SPHG, 1 HP, 1 MSP, 1 Centre SM, 1 IHP et 1 convention INAMI font
partie de l'association.
La Plate-Forme répond à ce critère.
72

Des mutualités, des organisations de patients et de familles et des services intégrés
de soins à domicile sont associés à la concertation.
Similes est membre adhérent de la Plate-Forme et est invité permanent au Conseil
d'Administration.
Similes participe également au travail du sous-groupe de la Commission Adultes "handicap
mental et santé mentale". Il en va de même pour l'AFrAHM (Association francophone d'Aide
aux Handicapés Mentaux) qui représente les usagers au sein de la Commission 'handicap mental
et santé mentale".
Par contre, aucune mutualité ne participe à la concertation.
La Plate-Forme est membre du SISD de la région du Centre et le personnel du SISD Carolo
assiste régulièrement à des réunions de nos diverses commissions. En 2013, comme en 2012, la
coordination de la Plate-Forme a participé régulièrement à des réunions techniques pour
l’organisation de la concertation au tour du patient psychiatrique par le SISD Carolo.

10. Disposer d'un comité composé de représentants des divers services et institutions
Le Conseil d'Administration fait office de Comité. Il est composé de représentants, non
seulement des différents types de services, mais également des régions (Centre et Charleroi) des
deux anciennes Plates-Formes.

Disposer d'un service de médiation.
La Plate-Forme dispose d'un service de médiation actif en convention avec la Plate-Forme
picarde qui est l’employeur du personnel.

Au sein de la concertation de chaque association sont entre autres pris en
considération les troubles liés aux substances et les problèmes d’assuétudes. A cette
fin, l’association facilite la collaboration et la concertation entre les institutions de
soins de santé mentale et les institutions de soins pertinentes pour les personnes
présentant un trouble lié aux substances et/ou lié aux assuétudes.
Sur fonds propres, la Plate-Forme a conservé le 0,5 ETP de coordinateur de l’ancien projet pilote
fédéral dévolu à cette mission. Ainsi, la Commission Alcool et l’Intervision avec le RASAC
(réseau wallon assuétudes) ont poursuivi leurs activités en 2013.
73
5.2 EVALUATION DU FONCTIONNEMENT ET OBSTACLES
Si le secteur des soins de santé mentale est créatif et dynamique quand il s'agit de combler les
lacunes de l'offre de soins, la collaboration et la concertation ont leurs limites.
La concertation et le travail en réseau sont utiles et productifs quand il s'agit de répartition des
tâches, de travail en complémentarité, de prise en charge pluridisciplinaire, d'échange de bonnes
pratiques. Mais la concertation n'est pas capable de pallier le manque généralisé de moyens
alloués au secteur afin d'offrir des soins adaptés à des publics spécifiques.
De plus, les patients les plus concernés par les lacunes de l’offre de soins sont loin de présenter
des tableaux cliniques rares. La prévalence est la plupart du temps significative. C'est qu'il s'agit
surtout de publics demandant une prise en charge à la croisée de plusieurs champs de
compétence. Ce constat renvoie vers les politiques, leur responsabilité et leur devoir de
communication entre les différents niveaux de pouvoir et de compétence. Des avancées ont lieu
dans le sens de cette transversalité, mais beaucoup reste encore à faire comme le cofinancement
de structures par plusieurs instances.
A propos de ces problématiques, qui demandent autant le renforcement des structures existantes
que l'organisation du travail en réseau, les institutions comptent sur les Plates-Formes, en plus de
leur fédération, pour interpeler les autorités compétentes.
Les Plates-Formes offrent l’avantage d’organiser la concertation entre les différentes catégories
de services et entre les différents réseaux dans une optique pluraliste.
Aussi, si participer aux réunions d’un réseau de type 107 est chronophage et obligatoire pour les
services qui en font partie, la Plate-Forme demeure un outil complémentaire et utile.
Certes, les équipes – surtout les petites – n’ont pas les moyens de participer à tous les groupes de
travail susceptibles de les intéresser. Quand on voit la multiplicité des groupes de travail
organisés par la Plate-Forme, on regrette tout en la comprenant l’absence de certains services qui
doivent faire des choix. Ce sont encore une fois les groupes de travail dédiés aux publics
spécifiques qui souffrent le plus de la situation, les services généralistes se sentant moins
concernés… Des solutions créatives sont alors à inventer sous forme d’activités ponctuelles ou
d’événement à visée très pragmatique.
Impliquer les structures généralistes dans la concertation autour de publics spécifiques ressemble
autant à un obstacle qu’à un défi pour l’avenir.
74
VI. P R O J E T S E T P E R S P E C T I V E S
75
VI. P R O J E TS E T P E R S P E C T I V E S
Ces dernières années, la prise en charge des soins de santé mentale par un réseau a été de plus en
plus impulsée par les autorités compétentes. Aujourd'hui, cette politique se traduit effectivement
dans les pratiques.
Il va de soi que les Plates-Formes de concertation en santé mentale, appui à la concertation
institutionnelle, ont un rôle à jouer dans ce modèle.
Tout d'abord dans la réforme se basant sur l’article 107 de la loi relative aux hôpitaux.
La PFRCC a collaboré depuis le début à la construction du Réseau de Santé mentale du Centre.
En 2014, des activités coorganisées par la Plate-Forme et le Réseau du Centre sont prévues. Il
n’y a pas encore de tel projet pilote dans la région de Charleroi mais s’il s’agit bien d’une
réforme qui doit couvrir à terme tout le territoire belge, la Plate-Forme contribuera de la même
façon à la préfiguration et au développement de ce projet à Charleroi.
Concernant la réforme pour les publics « jeunes » et « personnes âgées », les Plates-Formes y
travaillent déjà en 2013 et continueront en 2014 à consulter le secteur et lui fournir une base de
réflexion.
Par ailleurs, dans le cadre du décret qui organise la concertation autour du patient psychiatrique,
ce sont les SISD qui ont pour mission de prendre le relais des projets thérapeutiques (projets
pilotes fédéraux terminés). A ce niveau aussi, la Plate-Forme continuera en 2014 d’apporter sa
contribution au SISD Carolo afin de dégager un fonctionnement opérationnel.
Concernant la concertation organisée par groupes d'âge et telle que prévue par l'arrêté royal de
2003, elle se poursuivra en 2014.
Dans le cadre de la commission adulte, la recherche menée sur fonds propres par la Plate-Forme
sur le thème " handicap mental et santé mentale" diffusée en 2012, verra une partie de ses
recommandations opérationnalisées.
Il s'agira notamment d’organiser des journées de
présentation à l’attention des deux secteurs directement concernés : l’AWIPH et la santé
mentale. Egalement, un groupe d’intervisions des prises en charge de ce public par les deux
secteurs sera porté par la Plate-Forme en 2014 comme en 2013.
Le thème de l’emploi continuera d’être abordé par le groupe d’intervisions (créé en 2013) qui
réunit le Forem, les services d’accompagnements de l’AWIPH et les services de soins de santé
mentale dont le public est concerné par la recherche et le maintien d’un emploi.
Au niveau des assuétudes, la Plate-Forme poursuivra le travail (anciennement financé dans le
cadre d’un projet pilote fédéral) en conservant la Commission Alcool et le Groupe d’intervisions
Assuétudes porté par la Plate-Forme et le RASAC (réseau du décret wallon sur La Louvière).
A moyen terme, suite aux transferts de compétences dans le cadre de la réforme de l'état, les
Plates-Formes devraient être régionalisées. Ce processus est à construire avec des enjeux en
perspective.
En effet, les Plates-Formes sont les plus représentatives du secteur au-delà du clivage
"hospitalier/non hospitalier" et des orientations politiques. De plus, l'Inter-Plates-Formes
Wallonie-Bruxelles-Communauté germanophone offre une transversalité régionale avec
Bruxelles et avec la Communauté germanophone. Ces spécificités font de l'Inter-Plates-Formes
un interlocuteur de choix pour la Région en tant que représentant du secteur.
Au niveau de l’Inter-Plates-Formes, on notera la poursuite du travail des intergroupes sur leurs
thématiques respectives.
Mais au-delà des intergroupes et à l’aube de la régionalisation de tout le secteur, les PlatesFormes et l’Inter-Plates-Formes constituent un outil précieux sur lequel s’appuyer afin de penser
la refonte du secteur dans la cohérence et la transparence.
76
ANNEXES
Annexe 1 : Statuts (actualisés en 2013)
Annexe 2 : ROI de la Fonction Médiation
Annexe 3 : Convention hennuyère pour la fonction de médiation
77
78
79
80
PLATE-FORME DE
CONCERTATION EN SANTE
MENTALE DES REGIONS DU
CENTRE ET DE CHARLEROI
ASBL
PfpCSm
FONCTION MEDIATION
REGLEMENT D’ORDRE INTERIEUR
81
Définition des termes :
La loi : loi du 22 août 2002 relative aux droits du patient + AR du 8 juillet 2003, d’une part, fixant
les conditions auxquelles la fonction de médiation dans les hôpitaux doit répondre et, d’autre part,
modifiant l’arrêté royal du 10 juillet 1990 fixant les normes d’agrément applicables aux
associations d’institutions et de services psychiatriques.
Le médiateur : personne mandatée par la Plate-forme ou l’association de Plates-formes de
Concertation pour la Santé mentale afin d’exercer la fonction de médiation au sein des institutions
adhérentes.
La plainte : manifestation d’une insatisfaction liée aux soins ou aux services rendus par
l’institution.
La médiation : processus de concertation volontaire entre les parties impliquées dans une plainte
et géré par un tiers neutre les aidant à trouver une solution amiable à cette plainte.
Le plaignant : patient, représentant légal ou tout autre tiers « de bonne foi » (membre de la
famille, membre du personnel ou autre patient) manifestant une insatisfaction.
82
I. Missions du médiateur
Le médiateur a pour missions :
- la prévention des questions et des plaintes par le biais de la promotion de la communication entre
le patient et le professionnel,
- la médiation en vue de trouver une solution aux plaintes,
- l’information quant aux possibilités de règlement de la plainte en l’absence de solution,
- l’information sur l’organisation, le fonctionnement et les règles de procédure de la fonction
médiation,
- la formulation de recommandations permettant d’éviter que les manquements susceptibles de
donner lieu à une plainte ne se reproduisent.
II. Principes généraux
Le médiateur exerce sa fonction de manière indépendante. Il fait preuve de neutralité et
d’impartialité. Il ne peut d’aucune manière être concerné par les faits ou les personnes faisant
l’objet de la plainte.
LE MEDIATEUR EST TENU AU SECRET PROFESSIONNEL. IL ASSURE LA CONFIDENTIALITE DES
DONNEES.
Le médiateur n’a pas accès aux dossiers.
Le médiateur traite la plainte dans un délai raisonnable compte-tenu des différentes démarches
nécessaires à la résolution de la difficulté et de l’organisation de la fonction.
Le recours à la médiation se fait quand les contacts directs entre les personnes concernées n’ont
pas abouti. Elle a pour objectif d’aider les parties en cause à communiquer et à trouver une
solution amiable et durable au problème faisant l’objet de la plainte et ceci dans un climat serein.
La médiation tente de traiter la plainte au travers de la rencontre des parties directement en
cause, ceci dans la mesure du possible.
Toute plainte dépassant le cadre de la médiation est, après analyse, relayée auprès des instances
décisionnelles compétentes.
Le service de médiation est entièrement gratuit.
III. Recevabilité de la plainte
Le traitement des plaintes par le médiateur s’applique, selon la loi, à toute relation de soins entre
le patient et le praticien professionnel. Ainsi, les droits octroyés au patient concernent la qualité
des prestations, le libre choix du prestataire, l’information concernant l’état de santé, le libre
consentement à toute intervention, la tenue du dossier et son accès, la protection de la vie privée,
l’introduction d’une plainte si un des droits est entravé.
Les praticiens professionnels concernés sont repris comme tels dans la loi : médecins, dentistes,
pharmaciens, sages-femmes, kinésithérapeutes, praticiens de l’art infirmier, paramédicaux
(bandagistes, orthésistes et prothésistes, diététiciens, ergothérapeutes, assistants techniciens en
83
pharmacie, techniciens en imagerie médicale, techniciens en laboratoire médical, logopèdes,
orthoptistes, podologues).
A LA DEMANDE DE L’INSTITUTION, LE MEDIATEUR PEUT TRAITER LES PLAINTES CONCERNANT DES
ASPECTS LOGISTIQUES, ADMINISTRATIFS OU ENCORE ORGANISATIONNELS AUXQUELS LE PATIENT
PEUT ETRE CONFRONTE DANS LE CADRE INSTITUTIONNEL. IL PEUT EGALEMENT TRAITER LES
PLAINTES CONCERNANT D’AUTRES PRATICIENS IMPLIQUE DANS LES SOINS, MAIS NON REPRIS DANS LA
LOI OU TOUT MEMBRE DU PERSONNEL (NON PRATICIEN) DE L’INSTITUTION.
Le délai de prescription est laissé à l’appréciation du médiateur.
IV. Réception et traitement de la plainte
TOUTE PLAINTE PEUT ETRE ADRESSEE AU MEDIATEUR PAR VOIE ORALE OU ECRITE. CELUI-CI EN
ACCUSE RECEPTION PAR ECRIT.
LE MEDIATEUR ENTEND L’INSATISFACTION DU PLAIGNANT. AVEC LE PLAIGNANT, LE MEDIATEUR EN
DELIMITE L’OBJET AVEC LE PLUS DE PRECISION POSSIBLE ET ANALYSE LES DIFFERENTES POSSIBILITES
DE REGLEMENT DE LA DIFFICULTE EN QUESTION.
LE TRAITEMENT DE LA PLAINTE SE FAIT AU TRAVERS SOIT D’UNE MEDIATION INDIRECTE : SOUTIEN
DANS LA RESOLUTION PAR LE PATIENT LUI-MEME, INTERVENTION DU MEDIATEUR SEUL
(INFORMATION OU AUTRE), SOIT D’UNE MEDIATION DIRECTE.
Le médiateur rédige un dossier. Pour chaque plainte portée à sa connaissance, les données
suivantes seront enregistrées : l’identité du plaignant, la date de réception de la plainte, le contenu
de la plainte, la date de clôture du dossier et le résultat du traitement de la plainte.
Les données personnelles ainsi collectées ne seront conservées que pendant le temps nécessaire au
traitement de la plainte et pour les besoins de la rédaction du rapport annuel (voir point VI).
V. Le porteur de la plainte
LE PLAIGNANT EST, DE MANIERE PRIVILEGIEE, LE PATIENT LUI-MEME.
Un membre de la famille du patient, un membre du personnel, un autre patient ainsi que toute
autre personne intéressée peuvent adresser une plainte au médiateur. Dans tous les cas, c’est
l’intérêt du patient concerné qui doit primer. Le médiateur, dans la mesure des possibilités du
patient en question, l’informera et s’assurera qu’il marque son accord avec la démarche entreprise
par la tierce personne, cela avant toute intervention.
VI. Le rapport annuel
Le médiateur est tenu par la loi de rédiger un rapport annuel. Ce rapport présente un relevé du
nombre de plaintes, l’objet de celles-ci, ainsi que le résultat de leur traitement.
Le rapport contient également d’éventuelles recommandations du médiateur, visant notamment à
éviter que les manquements susceptibles de donner lieu à une plainte ne se reproduisent.
84
L’anonymat des personnes et des institutions est garanti, le rapport ne contenant aucun élément
par lesquels la (les) personne(s) ou l’institution concernée(s) par le traitement d’une plainte
pourrait être identifiée.
Le rapport est transmis, au plus tard dans le courant du mois d’avril de chaque année, au
gestionnaire, au médecin chef, à la direction et au conseil médical de l’institution, ainsi qu’à la
Commission fédérale « Droits du patient ».
Par ailleurs, le médiateur présente à l’institution un rapport trimestriel qui est confidentiel et à
l’usage unique de l’institution concernée.
VII. Soutien de la fonction médiation
L’INSTITUTION MET A DISPOSITION DU MEDIATEUR LES MOYENS MATERIELS NECESSAIRES A
L’EXERCICE DE SA FONCTION (LOCAL, TELEPHONE, DOCUMENTS…). EN OUTRE, ELLE ASSURE LA
VISIBILITE AINSI QUE L’ACCESSIBILITE DE LA FONCTION. L’INSTITUTION EST EGALEMENT GARANTE
DE LA COLLABORATION DE CHACUN.
UN REFERENT EST DESIGNE PAR ET AU SEIN DE L’INSTITUTION. CELUI-CI FACILITE L’INTRODUCTION
DE LA MEDIATION ET FOURNIT TOUTE INFORMATION NECESSAIRE AU BON DEROULEMENT DE LA
FONCTION.
85
86