Tu ne te réveilles pas, comme d`habitude

Commentaires

Transcription

Tu ne te réveilles pas, comme d`habitude
23/02/2017 14:01
http://www.racingstub.com
Cette page peut être consultée en ligne à l'adresse http://racingstub.com/articles/17232-tu-ne-te-reveilles-pas-comme-d-habitude
Tu ne te réveilles pas, comme d'habitude...
5.0 / 5
(3 notes)  18/03/2016 23:00  Après-match  Lu 1.610 fois  Par athor  3 comm.
© rachmaninov
Victorieux 1-0 d'une bien pâle équipe de Chambly, au terme d'un match soporifique, le Racing aura au
moins contribué à la journée mondiale du sommeil.
On aurait pu penser que le match à Colmar, remporté d'une assez belle manière, serait enfin un déclic, qu'il permettrait au
Racing d'enfin lâcher les chevaux offensivement et d'apporter un peu de manière dans ses victoires, jusque là souvent
heureuses. Pour tenter de prolonger la prestation de la semaine dernière, Jacky Duguépéroux a choisi de faire confiance au
même 11, avec notamment la nouvelle titularisation du jeune Ihsan Sacko.
Le tout début de rencontre semble annonciateur d'une belle soirée, dans une Meinau bien garnie, grâce aux près de 4000
invitations distribuées par la LAFA, quand N'Dour tente de trouver la tête de Blayac dès la première minute. Mais ce tout petit
frisson n'est guère suivi d'autres situations dangereuses, d'autant que Chambly avait décidé de fermer la boutique, dans un
schéma en 5-4-1. L'objectif des visiteurs de tenir le 0-0 jusqu'au bout a du plomb dans l'aile à la 11ème minute, quand Blayac
est déséquilibré dans la surface. Suffisant pour que cela soit considéré comme une faute. Sans doute pour engranger encore
un peu plus de confiance personnelle (sic), Dimitri Liénard prend le ballon et inscrit le penalty, bien que Pontdemé ait été tout
proche de sortir le tir du Belfortain.
Dès lors, le match est plus marqué par la distribution de cartons jaunes par le jeune arbitre François Letexier, par ailleurs une
des étoiles montantes de la profession en France que par les actions de but. Histoire de pouvoir tout de même étoffer un peu
des étoiles montantes de la profession en France que par les actions de but. Histoire de pouvoir tout de même étoffer un peu
ce compte-rendu, signalons cette tête trop décroisée de Saad, sur un corner de Liénard. A vrai dire, il n'y a finalement que sur
coup de pied arrêté que le Racing parvient à approcher de la cage du gardien camblysien. C'est également dans cet exercice
que les Picards tentent leur chance, avec le revenant Thomas Martin qui, du gauche, ne parvient à lever suffisamment son
coup franc pour passer le mur. Pas vraiment une occasion, mais cela aura eu le mérite de maintenir Alexandre Oukidja, et une
partie des spectateurs, éveillés.
La seconde période débute sur un rythme encore moins élevé (si si !). Il faut attendre plus de 20 minutes, et l'entrée en jeu
d'Abdelhak Belahmeur, qui semble de retour en grâce aux yeux de son entraîneur, pour trouver trace d'une action offensive,
en l'occurrence une frappe de l'extérieur de la surface à ras de terre qui file à un mètre du poteau. Et à quelques minutes du
terme, à la réception d'un bon corner de Bouanga, Felipe Saad voit sa belle reprise de volée repousser par Pontdemé. En face,
et bien, rien, Chambly n'aura rien montré du tout.
Au final, le Racing s'impose petitement, après un match bien tristoune, mais qui ressemble à tant de rencontres déjà vues à la
Meinau cette saison. A désormais neuf journées de la fin du championnat, il semble désormais difficile de voir des progrès
significatifs dans le jeu, surtout offensif. On se consolera en se disant que si le rythme du RCS n'est pas effréné, celui de ses
poursuivants l'est encore moins. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.
athor

Documents pareils