IFC en Afrique : Bilan de l`année, exercice fiscal 2015 Thèmes

Commentaires

Transcription

IFC en Afrique : Bilan de l`année, exercice fiscal 2015 Thèmes
IFC en Afrique : Bilan de l'année, exercice fiscal 2015
Thèmes stratégiques sélectionnés
Infrastructures
Le financement d'IFC en faveur des infrastructures, essentielles à la création d'emplois et à la productivité
future, a totalisé 1,1 milliard de dollars durant cet exercice fiscal ; c’est donc la quatrième année de suite
qu'IFC engage plus d'un milliard de dollars dans des projets liés à l'énergie, aux transports et aux
services collectifs. Par le biais d'investissements tels que l’initiative « Scaling Solar », IFC crée un
nouveau marché pour l'énergie solaire en Afrique subsaharienne. En travaillant en étroite collaboration
avec la Banque mondiale et l'AMGI, IFC a pu fournir divers instruments permettant d’atténuer les risques,
développer des projets du stade initial à la bancabilité et financer des projets sur le continent. IFC
InfraVentures, le fonds mondial pour le développement de projets d'infrastructure d'IFC, s'est engagé à
développer deux projets d'énergie renouvelable au Mali.
Le cas des pays touchés par les conflits
Au cours du dernier exercice fiscal, l'Initiative en faveur des États touchés par des conflits en Afrique
(CASA) d'IFC a soutenu la croissance du secteur privé dans neuf pays, les aidant à renforcer leur
environnement des affaires et à attirer des investissements. La CASA a étendu son développement par
une combinaison d'informations sur le marché, de gestion du financement et des connaissances, tout en
intensifiant le soutien des femmes entrepreneurs. CASA est soutenu en partenariat avec les bailleurs
suivants : l'Irlande, les Pays-Bas et la Norvège.
Industrie agroalimentaire
La moitié de la production de l'Afrique et 70 % de sa main-d'œuvre dépendent de l'agriculture, un secteur
prioritaire pour IFC. Cette année, IFC a contribué à la création d'emplois ruraux et a soutenu les
agriculteurs en investissant dans des sociétés telles qu'Afriflora, le plus grand producteur de roses
d'Éthiopie, qui emploie 9 000 travailleurs, dont 80 % sont des femmes ; et Weinco qui fournit des engrais
et une protection des cultures aux producteurs de cacao au Liberia.
Soins de santé
Représentant moins d'un pourcent des dépenses de santé mondiales, et seulement trois pourcent des
professionnels de la santé dans le monde, le secteur de la santé en Afrique supporte une lourde charge.
Au cours de l'exercice fiscal 2015, IFC a investi plus de 30 millions de dollars dans des entreprises du
secteur privé qui s'efforcent d'améliorer les soins de santé en Afrique, telles que Goodlife Pharmacies, qui
fournit des produits pharmaceutiques abordables et de qualité au Kenya, pays où l'on estime que 30 %
des médicaments sont des contrefaçons.
Inclusion financière
En appui à l'objectif du groupe de la Banque mondiale visant à réaliser l'accès universel aux
financements d'ici 2020, IFC a investi 1,2 milliard de dollars, y compris des capitaux mobilisés auprès de
partenaires, dans le secteur financier en Afrique. Les investissements d'IFC dans des banques et
institutions financières ont contribué à l’octroi de prêts pour un montant total de 9 millions de dollars à des
entrepreneurs cette année. Les investissements dans des banques clés, telles que la Chase Bank Kenya
et Ecobank, ont soutenu les femmes entrepreneurs et les petites entreprises dans des pays touchés par
des conflits. Par le biais du mécanisme mondial d'assurance basé sur un indice d'IFC, près de 330 000
petits exploitants agricoles ont pu bénéficier d’une assurance contre les catastrophes naturelles afin de
préserver leurs revenus et moyens de subsistance.
Commerce et compétitivité
En collaboration avec la Banque mondiale, IFC a appuyé les efforts de réforme des investissements dans
40 pays d'Afrique subsaharienne, et prévoit l'enregistrement d’environ 60 réformes pour l'exercice fiscal
2015. Ces réformes visent à améliorer l'environnement des affaires des pays, attirer des investissements,
améliorer la compétitivité de ces pays et augmenter leur participation dans les chaines de valeur
mondiales. En Éthiopie, la nouvelle loi douanière rédigée avec l'appui du Groupe de la Banque mondiale
améliore l’efficacité du dédouanement des marchandises pour les importations. Lancé en mai 2015 au
Kenya, le portail eCitizen a permis d'automatiser 50 services publics, tels que les demandes de
passeport, de permis de conduire et les enregistrements de noms d'entreprises. Le portail a déjà
enregistré 330 000 utilisateurs, traité 5 000 opérations par jour, et dégagé des recettes d'un montant total
de 3,6 millions de dollars en faveur du gouvernement, tout en réduisant la durée de service pour les
demandeurs et en améliorant la transparence.
Monnaie nationale et développement du marché des capitaux
IFC a continué à développer les marchés des capitaux domestiques et à augmenter le financement en
monnaies nationales. Cette année, IFC a accordé des prêts en monnaies nationales d’un montant total
de 74 millions de dollars à des clients en Afrique subsaharienne, notamment son premier prêt lié à
Angolan Kwanza. Grâce à des opérations de trésorerie innovantes, IFC a pu conclure un swap avec la
Banque centrale de la République démocratique du Congo, émettre pour la première fois une obligation
étrangère en francs rwandais, et fournir à des sociétés en Afrique un accès aux marchés obligataires
internationaux.
IFC en Afrique : Bilan de l'année, exercice fiscal 2015
Points forts des projets d'IFC
Projets à l'échelle de l'Afrique
Par le biais du Partenariat pour l'inclusion financière, une initiative conjointe de 37,4 millions de dollars
d'IFC et de la Fondation MasterCard visant à améliorer l'inclusion financière en Afrique, IFC travaille avec
un certain nombre d'institutions de microfinance, de banques et d'opérateurs de réseaux mobiles à
travers le continent à développer et tester des modèles technologiques et commerciaux en vue de
proposer des services bancaires abordables aux personnes et entrepreneurs à faible revenu. Soutenu
par le Partenariat, AccessBank en Tanzanie a déployé un produit de prêt rural innovant proposé aux
petits exploitants agricoles, et qui, en juillet 2015, avait permis de mettre un financement de 3,6 millions
de dollars à la disposition de 4 000 clients.
Près de 330 000 petits exploitants agricoles ont pu bénéficier d’une assurance contre les intempéries par
le biais du Mécanisme mondial d'assurance basé sur un indice d'IFC, qui soutient le développement
et la croissance des marchés locaux de l'assurance basée sur des indices climatiques et liés aux
catastrophes. ACRE Africa, un partenaire du mécanisme, assure plus de 238 000 exploitants agricoles
par an et génère un volume annuel de primes de plus de 900 000 dollars. En collaboration avec SeedCo
et Safaricom Kenya, il a récemment lancé un produit innovant de marché de masse, la garantie
Replanting.
IFC a investi 246 millions de dollars dans des environnements fragiles et touchés par des conflits en
Afrique subsaharienne, soutenant des projets dans les secteurs de la finance, de l'exploitation minière,
des infrastructures et des petites entreprises. Cela incluait de nouveaux investissements d'un montant
total de plus de 80 millions de dollars dans des sociétés et institutions financières en Guinée, au Liberia
et en Sierra Leone dans le cadre d'un objectif triennal de 450 millions de dollars visant à augmenter les
nouveaux investissements dédiés à la lutte contre Ebola et à soutenir le redressement économique dans
les pays les plus affectés par l'épidémie.
Le crédit-bail est une solution de financement innovante pour les petites et moyennes entreprises qui
manquent souvent d'antécédents de crédit ou des garanties suffisantes requises par la plupart des
banques pour financer l'équipement nécessaire afin d'augmenter la productivité. IFC a travaillé avec les
gouvernements de la République démocratique du Congo et du Tchad pour faire voter de nouvelles lois
visant à stimuler les activités de crédit-bail proposées aux entrepreneurs. Le programme de crédit-bail
d'IFC a produit des rapports de marché pour le Tchad, Djibouti, le Niger, la Guinée Bissau, la Guinée
Conakry et le Somaliland, et formé plus de 2 500 entrepreneurs, fonctionnaires, employés d'institutions
financières et avocats en Afrique.
Afrique de l'Est et australe
Du fait de l'urbanisation rapide, les villes africaines accueillent plus de 40 000 nouveaux habitants chaque
jour, augmentant le besoin de logements à tous les niveaux. IFC et la multinationale chinoise CITIC
Construction Co. Ltd ont lancé une plateforme d'investissement de 300 millions de dollars pour
construire des logements sociaux en Afrique subsaharienne. La plateforme s'associera à des promoteurs
immobiliers locaux et fournira des capitaux sur le long terme afin de construire plus de 30 000 logements
sur les cinq prochaines années. IFC estime que chaque unité d'habitation entraînera la création de cinq
emplois à plein temps - résultant sur près de 15 000 nouveaux emplois sur le continent.
Le groupe Afriflora, principal cultivateur et distributeur de roses d'Éthiopie, a bénéficié d'un prêt de
90 millions d'euros accordé par IFC pour développer la production, installer des systèmes de recyclage
des eaux et augmenter l'emploi de plus de 50 pour cent.
Afriflora emploie plus de 9 000 employés, dont plus de 80 pour cent sont des femmes. La société
participe aussi à un large éventail d'activités de développement communautaire, notamment en gérant
des écoles, un hôpital et un stade de football, qui bénéficient collectivement à près de 40 000 personnes.
IFC a investi 36,5 millions de dollars dans BIDCO pour soutenir l'expansion des opérations de la société
associées aux biens de consommation sur de nouveaux segments de marché et créer davantage
d'opportunités afin que les petits exploitants agricoles renforcent leur productivité et en tirent des revenus
plus élevés. BIDCO est un acteur de premier plan du secteur des biens de consommation en Afrique,
produisant plus de 40 marques différentes d'huiles comestibles, de matières grasses pour boulangerie,
de margarines, détergents, savons et aliments pour animaux. BIDCO est actif dans 16 pays en Afrique et
enregistre des recettes annuelles en Afrique de l'Est de plus de 500 millions de dollars.
IFC a réalisé son premier investissement dans l'accueil touristique en Éthiopie avec un prêt de 9,5
millions de dollars accordé à Tsemex Global Enterprise, une société éthiopienne qui construira un hôtel
de niveau international à Addis-Abeba. Le groupe InterContinental Hotels gèrera l'hôtel d'Addis-Abeba,
apportant ainsi sa marque mondiale et son expertise aux personnel et fournisseurs locaux. L'hôtel
fournira des chambres, des salles de conférence et emploiera 300 employés locaux. Bien que
l'économie de l'Éthiopie se développe, la capitale ne compte actuellement que trois hôtels de niveau
international.
IFC a investi 15 millions de dollars dans Chase Bank Kenya pour développer l'accès aux financements
des petites entreprises, la moitié de cet investissement ciblant des femmes entrepreneurs. Pour renforcer
davantage les offres de la banque à l'égard des clientes, IFC dispense des conseils pendant 15 mois
pour former le personnel de la banque et les clients entrepreneurs à l'analyse du risque de crédit, à la
sensibilisation au genre et aux ventes, ainsi qu’à la gestion commerciale.
Le Groupe de la Banque mondiale estime à plus de 50 millions le nombre d'enfants déscolarisés en
Afrique subsaharienne. IFC a investi 4,1 millions de dollars dans les lycées Merryland, en Ouganda
pour améliorer l'accès à l'enseignement secondaire. Le prêt permettra à Merryland d'inscrire 2 500 élèves
supplémentaires dans le pays, où la demande d'enseignement excède le nombre de places disponibles
dans les écoles. Merryland gère actuellement deux campus en internat à Entebbe, fréquentés par 3 500
élèves, dont 34 pourcent sont issus du milieu rural ougandais.
Le projet d'exploitation de plantations forestières intégrées de 3 milliards de dollars de Portucel est
l'investissement le plus important en dehors des secteurs des industries extractives et des infrastructures
au Mozambique. IFC a accepté de fournir un investissement initial de 30 millions de dollars environ pour
appuyer la première phase du projet. D'ici fin 2016, Portucel prévoit de développer 40 000 hectares de
plantations d'arbres durables, créant ainsi des milliers d'emplois et améliorant les conditions de vie de
130 000 personnes. Au long terme, IFC vise à être le partenaire financier et conseiller soutenant
l'investissement à long terme de Portucel au Mozambique. Portucel a également mis en place un
programme de 40 millions de dollars devant bénéficier aux communautés locales dans deux des
provinces les plus pauvres du Mozambique, où la compagnie opèrera.
IFC a soutenu plusieurs projets d'énergie renouvelable au cours des trois dernières années dans le cadre
du Renewable Energy Independent Power Producer Procurement Programme (REIPP, ou
Programme d'accords d'achat des producteurs d'énergie renouvelable indépendants) d'Afrique du Sud.
Au courant de l'exercice 2015, IFC a octroyé un prêt de 455 millions de ZAR (37 millions de dollars) pour
soutenir une nouvelle centrale électrique thermo-solaire dans la région du Cap du Nord d'Afrique du sud,
s'appuyant sur une série d'investissements pionniers dans l'énergie renouvelable dans le pays. La
centrale Xina Solar One de 100 mégawatts, développée par Abengoa, devrait produire de l'énergie
propre pour plus de 95 000 foyers, créer des emplois et réduire les émissions de carbone. Elle sera
située à proximité de la centrale Xina Solar One de 100 mégawatts d'Abengoa, la première centrale
électrique thermo-solaire en exploitation commerciale en Afrique du Sud, qui bénéficie également d’un
financement d'IFC. Ces projets, ainsi que la centrale Khi Solar One de 50 mégawatts, une autre
installation d'Abengoa qu'IFC soutient, visent à aider l'Afrique du Sud à répondre aux demandes
croissantes d'énergie et à favoriser l'accès à une électricité durable et fiable. Dans le cadre du REIPP,
IFC a également soutenu le parc éolien Amakhala de 134 mégawatts dans la province du Cap oriental.
IFC a aidé Agrivision Africa à augmenter sa production céréalière pour devenir le leader du marché en
Zambie, et en définitive hors de son marché domestique. Agrivision est une société en participation du
groupe agroalimentaire, Zeder Investments, côté à la bourse de Johannesbourg. IFC fournit une prise de
participation au capital de 20 millions de dollars dans Agrivision pour soutenir son programme de
développement de 30 millions de dollars. L'investissement d'IFC soutient la modernisation des opérations
de production céréalières en place, contribuant ainsi au renforcement de la sécurité alimentaire en
participant au développement de l'industrie de transformation agricole et alimentaire en Zambie, et en
appliquant les normes environnementales et sociales strictes d'IFC.
Afrique de l'Ouest et centrale
IFC a investi 800 000 millions d'euros dans Marina Market, la principale chaine de supermarchés du
Burkina Faso, afin d'appuyer les opérations et l'expansion de la compagnie. L'investissement créera de
nouveaux emplois et favorisera des infrastructures de commerce de détail modernes au Burkina Faso, où
les installations de commerce de détail de cette nature sont encore une nouveauté.
IFC et Eiffage S.A., une compagnie de construction européenne de premier plan, ont signé un accord de
financement pour l'extension de la route à péage de Dakar au Sénégal. Cette nouvelle route à péage
reliant Dakar au nouvel aéroport international et à l'arrière-pays améliorera l'accès des zones de grande
banlieue à la capitale. La route à péage actuelle de Dakar a été inaugurée en août 2013 par SENAC S.A,
la société concessionnaire sénégalaise créée par Eiffage S.A. Étant le premier partenariat public-privé
d’Afrique de l'Ouest, ce projet est largement considéré comme un projet phare pour le Sénégal et la sousrégion.
IFC a signé une convention de prêt de 8 millions de dollars avec Quantum Oil Terminal Limited, un
leader dans le secteur du pétrole et du gaz au Ghana afin de financer le développement d'une installation
de stockage de produits pétroliers de 55 000 tonnes métriques près du port de Tema. Le projet visera à
remédier aux contraintes de stockage dans la chaine de valeur de distribution des produits pétroliers et à
réduire les pénuries au Ghana.
EDF, un leadeur mondial dans le secteur de l'électricité, a signé un accord avec IFC pour développer
conjointement des solutions d'électrification hors réseau dans les pays en développement, avec pour
objectif immédiat de fournir de l'électricité à un million de personnes vivant en zones rurales,
essentiellement en Afrique subsaharienne. Un projet pilote est en cours de développement au Bénin, qui
fournira de l'électricité à 25 000 personnes pendant la première phase, grâce à l'installation d'un réseau
hybride solaire-diesel et à deux centrales à biomasse.
La demande de services de soins de santé privés est croissante au Tchad, alimentée par des revenus
croissants, une population croissante et un faible nombre d'alternatives adaptées. IFC participe à
l’extension de la Clinique la Providence, le principal hôpital privé du Tchad, afin d'améliorer la qualité
des soins de santé dans le pays en améliorant les normes de service. L'investissement de 1,3 million
d'euros servira à la construction et à l'équipement d'un nouvel hôpital de 56 lits à N’Djamena, au Tchad,
par la Clinique la Providence, qui exploite actuellement un hôpital de 26 lits dans des locaux loués. La
nouvelle clinique fournira des services de santé de qualité dans un pays où les dépenses de soins de
santé sont estimées à 4,6 pourcent du PIB.
IFC et Ecobank ont lancé un mécanisme de partage des risques de 110 millions de dollars pour
améliorer l'accès aux financement des petites et moyennes entreprises dans les États fragiles et touchés
par un conflit en Afrique de l'Ouest et centrale. Le mécanisme est conçu pour surmonter les difficultés
associées aux prêts aux petites entreprises, qui présentent un profil de risque plus élevé, au Burundi, au
Tchad, en Côte d'Ivoire, en République démocratique du Congo, en République du Congo, en Guinée, au
Mali et au Togo.
IFC a accordé une facilité de crédit à Zenith Bank pour développer ses prêts, stimulant ainsi la
croissance économique et la création d'emplois au Nigeria. La facilité proviendra du compte propre d'IFC,
et Zenith Bank utilisera le financement pour réduire les pénuries de prêts dans des secteurs cruciaux
comme les infrastructures et l'énergie.
IFC a signé un accord pour fournir un prêt convertible à AIICO Insurance afin de soutenir le
développement de la société au Nigeria. AIICO utilisera le prêt pour ajouter davantage de centres de
commerce de détail et élargir sa présence dans le pays. Le financement permettra aussi à AIICO
d'améliorer sa plateforme de technologie de l'information afin d’améliorer l’efficacité du traitement des
réclamations et des services clients.
Au Liberia, IFC a contribué à l'établissement et au lancement d'un registre des sûretés pour renforcer
l'accès aux financements des entrepreneurs en leur permettant d'enregistrer des biens meubles comme
garanties pour des prêts. Bien que lancé en juin 2014 en pleine crise d'Ebola, le registre a facilité un
financement de 226 millions de dollars en faveur des petits entrepreneurs en l'espace de 10 mois, des
capitaux qui devraient contribuer à la reprise d'après-crise du pays.
Le Projet agroalimentaire et climat d'investissement de la Côte d'Ivoire a soutenu le vote d'une loi
sur les systèmes de récépissés d'entrepôt. Les récépissés d'entrepôt permettent aux agriculteurs de
déposer une marchandise dans un entrepôt certifié, de collecter un récépissé d'entrepôt et de l'utiliser
comme garantie pour demander des prêts auprès des banques et institutions financières participantes.
Les récépissés réduisent la pression exercée sur les agriculteurs les poussant à vendre immédiatement
après une récolte, quand les prix sont généralement bas. Pendant que la marchandise est dans
l'entrepôt, le déposant peut suivre les prix et vendre quand ils sont favorables, entraînant souvent une
hausse du prix de 35 à 40 pour cent.

Documents pareils