Maîtres Laitiers : la coopérativede la Manche dans le rouge

Commentaires

Transcription

Maîtres Laitiers : la coopérativede la Manche dans le rouge
Maîtres Laitiers : la coopérative de la Manche dans le
rouge
Le spécialiste du fromage frais, installé à Sottevast (Manche), a perdu
2,2 millions d'euros sur son dernier exercice.
MLC sauve les meubles grâce à sa filiale de distribution France Frais,
n°1 français du secteur.
« Le marché de l'ultrafrais ? Pourri... » Jean-François Fortin, le directeur
général du groupe Maîtres Laitiers du Cotentin (MLC) n'y va pas par quatre
chemins. La coopérative laitière a clos le 31 mars 2014, une année difficile
avec un résultat net déficitaire de 2,2 millions d'euros et même un résultat
d'exploitation négatif de 10 millions d'euros. « Une première depuis 35
ans », a rappelé Jean-François Fortin, devant les coopérateurs réunis hier à
Valognes.
Le spécialiste du fromage frais a pâti d'une concurrence féroce dans les
fromages frais, yaourts, desserts lactés, d'une consommation en berne et
surtout de la politique de la grande distribution (70 % du chiffre d'affaires) qui
n'a pas accepté de hausses de tarifs. Cela coince car la coopérative a acheté
le lait à ses 800 producteurs, 392 € les 1 000 litres, primes comprises. Un
record pour MLC et un des prix les plus élevés du secteur.
Pas d'usine à Méautis
« Nous avons augmenté notre production de 17 millions de litres de
lait (la coopérative transforme 380 millions de litres de lait dans ses trois
usines de Sottevast, Valognes et Tribehou où travaillent 700 salariés). Et ce
lait a été payé 50 centimes de plus par litre par rapport à la campagne
précédente. C'est un coût de collecte de 25 millions d'euros contre
17 millions un an plus tôt », a commenté Michel Mounier, directeur de la
coopérative. Pour écouler ce « surplus » de lait, il a fallu constituer des stocks
de beurre, de fromage et du concentré de lait.
« C'est une mauvaise année mais n'oublions pas que nos fonds propres
approchent les 100 millions d'euros », a relativisé Jean-François Fortin.
Les comptes du groupe repassent dans le vert (+1 million d'euros) grâce aux
bons résultats de sa filiale France Frais. Le n°1 français de l'ultrafrais en
restauration hors foyer place toujours avec succès les fromages frais, les
crèmes et beurres AOC d'Isigny ou les fromages dans les cantines,
restaurants, hôpitaux ou... dans les avions d'Air France. France Frais assure
30 % du chiffre d'affaires de la coopérative. « Nous avons noué
des alliances avec des distributeurs en Belgique et au Luxembourg,
bientôt en Allemagne, en Italie et en Espagne. Un rapprochement avec
un grand groupe européen de distribution est en cours. »
«Transformer plus de fromage frais »
Reste à « saturer » l'usine ultramoderne de Sottevast, « un outil largement
amorti », mais qui tourne « à 80 % » de ses capacités. Comment ? Par une
alliance avec Agrial ? « On pourrait déboucher sur des projets industriels
comme des travaux à façon. Mais, nous tenons à notre indépendance »,
ont insisté les dirigeants qui disent travailler « sur un gros projet avec
les pays émergents. Mais pas avant 2015, 2016. »
D'ici là, le groupe sera amené « à transformer un peu plus de fromage à
pâte pressée, de lait UHT. » Les producteurs des Maîtres Laitiers vont
devoir se serrer un peu la ceinture. Si la coopérative accorde 10 % de lait
supplémentaire, le lait sera acheté moins cher (360 € les 1 000 litres, primes
comprises). MLC ajourne aussi son projet d'usine de beurre et crème AOC
Isigny à Méautis, près de Carentan, qui devait remplacer celle de Tribehou.
Un départ « dans l'air du temps »
« Mon départ est dans l'air du temps », a dit Jean-François Fortin devant les
coopérateurs. Avec une certaine émotion, le directeur général de MLC a
évoqué les pères fondateurs de la coopérative comme Édouard Ambroise,
ancien président du groupe. Une façon pour ce Niortais de 67 ans, arrivé en
Normandie il y a 35 ans, d'exiger que « son successeur partage les
valeurs du mouvement coopératif. » Connu du grand public comme
président du Stade Malherbe de Caen, Jean-François Fortin n'a toutefois pas
précisé la date de son départ. OF 24.9.2014

Documents pareils

Etude prospective laitière - Chambre régionale d`agriculture de

Etude prospective laitière - Chambre régionale d`agriculture de Les exportations représentent 25% du chiffre d’affaires de la coopérative. Elles sont essentiellement destinées à des pays d’Europe du Nord : la Grande Bretagne, l’Allemagne et la Pologne. Absente ...

Plus en détail