Fiche 16 – Les emplois du verbe « être

Commentaires

Transcription

Fiche 16 – Les emplois du verbe « être
Grammaire
Les emplois du verbe « être »
Le verbe « être » est le plus complexe de la langue française. Il comporte 8 bases différentes. Comme
tous les autres verbes, il a des emplois avec un sens lexical plein mais, le plus souvent, est utilisé comme
un « outil grammatical ».
1) « Être » de sens plein (sens lexical)
• On parle de sens plein quand le verbe est employé absolument, sans complément.
Ex : Je pense donc je suis (je suis = j’existe)
• Avec ce sens, le verbe « être » est le plus souvent employé à la forme négative.
Ex : On ne peut pas être et avoir été // Il n’est plus (= il est mort)
2) « Être » comme copule
Le terme « copule » désigne un mot qui lie le sujet d’une proposition avec l’attribut dans des
constructions attributives.
Lorsque le verbe « être », qui fait partie des verbes d’état (au même titre que sembler, paraître, avoir
l’air, etc.), lie le sujet avec un attribut, on dit qu’il a le rôle de copule.
• Lorsqu’il est copule, « être » peut être suivi par :
– un adjectif
– un participe
– un nom sans déterminant
– un groupe nominal
– un GN sans déterminant
Rappel : on peut appliquer à ces phrases le test de la pronominalisation pour confirmer l’attribut du
sujet.
• Lorsqu’il est suivi d’un groupe prépositionnel, « être » peut servir à dénoter divers types de localisation
ou de relations (appartenance, origine, etc.) : – localisation spatiale : Elle est dans la cuisine.
– localisation temporelle : Je débarrasse à 19h.
– datation : Cette armoire date du XIXe siècle.
– manière : Ce collier est en plastique.
– provenance : Mon ami est de Lyon.
3) Les présentatifs : c’est, ce sont, il est…
• L’élément qui suit le présentatif fonctionne comme son complément.
• Les présentatifs servent à extraire un constituant de la phrase. Cette phrase est alors appelée « phrase
clivée » et possède une forme emphatique.
Ex : C’est toi qui l’as invité (on insiste sur le « toi », sous-entendu : « ce n’est pas moi »).
© preparerlecrpe.com
Grammaire
4) « Être » comme auxiliaire
• On utilise l’auxiliaire « être » pour :
– les temps composés (notamment pour les verbes de
mouvement ou de changement d’état)
Ex : Il est arrivé // Il était sorti // Elle est descendue
– les temps composés des verbes pronominaux
Ex : Je me suis promené // Je me suis aperçu
– la forme passive
Ex : Il a été muté à Lyon // Il a été entendu par la police
5) « Être » dans des expressions lexicalisées
• Comme d’autre verbes usuels (faire, donner, etc.), être concourt à de nombreuses expressions
lexicalisées, c’est-à-dire figées, de sens figuré : être dans la Lune, être au four et au moulin, être bête
comme chou, etc.
• Quand le verbe « être » est suivi d’un groupe prépositionnel, celui-ci peut être complément
circonstanciel (ex : Le concert est à 21 heures) ou attribut, s’il s’agit d’une expression lexicalisée (ex :
Mon frère est hors de lui). Pour vérifier qu’il s’agit d’un attribut, on peut remplacer le groupe
prépositionnel par un adjectif.
6) « Être » ou « avoir » ?
• Certains verbes se construisent avec l’un ou l’autre auxiliaire, selon leur signification ou leur aspect.
• Quand on veut insister sur l’action, ces verbes prennent l’auxiliaire « avoir ».
Ex : Sophie a sorti sa voiture.
• Quand on veut insister sur l’état qui résulte des actions, on emploie plutôt « être ».
Ex : Sophie est sortie de la maison.
© preparerlecrpe.com