Technologies et nouvelles modalités de formation en milieu scolaire

Commentaires

Transcription

Technologies et nouvelles modalités de formation en milieu scolaire
Technologies et nouvelles modalités de formation en
milieu scolaire : enjeux et perspectives
L’expérience d’UNETE dans l’état de Guerrero au Mexique1.
Dr. Rafael Fernández-Flores.2
L’usage des ordinateurs dans le processus éducatif n’entraîne-t-il pas le risque
d’approfondir l’écart digital, c’est-à-dire d’accroître les différences entre ceux qui ont et
ceux qui n’ont pas ?
Ce travail parle des efforts faits au Mexique pour empêcher un tel écart. Il raconte
l’expérience d’amener des ordinateurs aux écoles de zones arriérés dans l’état de Guerrero
où il existe un pourcentage importante de population indigène. Ce programme a été fait
par une OSC (Organisation de la Société Civile), UNETE (http://www.uneteya.org),
travaillant en partenaire avec trois niveaux de gouvernement : national, local et municipal.
Introduction
L’usage des ordinateurs dans le processus éducatif entraîne le risque d’approfondir l’écart
digital, c’est-à-dire d’accroître les différences entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas. Des
politiques et des programmes nationaux sont donc à envisager pour empêcher cette menace
qui peut écarter davantage, pas seulement les populations des pays riches et pauvres, mais
aussi, dans le même pays, a ceux qu’ont accès à la technologie de ceux qui ne l’ont pas.
Au Mexique l’enseignement de base se fait en deux niveaux : l’enseignement primaire (6
ans) et le secondaire (3 ans). Il y a 140 000 écoles publiques pour accueillir les élèves de ce
cycle de base. Dans ces écoles publiques se forme le 90 % des étudiants de ce cycle (18
millions), le 10 % restant le fait aux écoles privées où souvent existe une infrastructure
technologique.
Si l’on ne s’occupe pas de fournir des outils technologiques aux écoles publiques du
premier cycle, c’est à ce 90 % de la population qu’on risque de laisser d’un côté de l’écart
digital au plus haut coût social pour le pays.
Ce travail parle des efforts faits au Mexique pour empêcher un tel écart. Il raconte
l’expérience d’amener des ordinateurs aux écoles de zones arriérés dans l’état de Guerrero
où il existe un percent importante de population indigène. Ce programme a été fait par une
OSC (Organisation de la Société Civil), UNETE (http://www.uneteya.org), travaillant en
partenaire avec trois niveaux de gouvernement : National, Local et Municipal.
Le Mexique a connu, depuis plusieurs années, différents programmes pour amener les
technologies à la salle de classe. Un programme pour l’enseignement secondaire par moyen
de la télévision, « Telesecundaria », a été démarré en janvier 1968. En 1985 un premier
programme pour s’en servir des ordinateurs personnels à l’école a été mis en marche par le
1
2
Cet article correspond à une intervention de l’auteur à la sixième biennale de l’éducation en avril 2004.
Professeur à l’Universidad Nacional Autónoma de México. Ancien Directeur General d’UNETE. .
ministère d’éducation publique, SEP, d’après ses sigles en espagnol. Ce programme
nommé d’abord Microsep a été connu après comme Coeeba et c’est partialement à l’origine
du programme actuel de « red escolar » mis en marche en 1997.
Huit chaînes de télévision et leur programmation conforment le programme Edusat démarré
en 1995 pour emmener par tout dans le pays, des matériaux pédagogiques à l’aide de la
télévision par satellite. Aussi pour les écoles secondaires existe le programme SEC 21 où
les élèves s’en servent des ordinateurs comme des outils de laboratoire auxquels il est
possible d’attacher des probes. Des détails sur l’histoire de ces programmes et sur son
déroulement sont disponibles dans la bibliographie (1,2)
Ces programmes nationaux ont été développés et gérés par le ministère de l’éducation
publique, SEP, avec le concours des bureaux d’éducation publique de chaque état3. Certains
de ces bureaux locaux d’éducation ont aussi leurs propres programmes pour l’usage des
technologies a l’école.
La portée et la réussite de ces programmes sont variables et il en manque encore une
évaluation complète, bien que certains efforts aient été faits (1).
Néanmoins il est possible de déceler certaines des difficultés auxquels se sont heurtés ces
programmes : Quelle configuration amener à la salle de classe ? De quel Modèle
Pédagogique se servir ? Comment assurer la participation des enseignants ? Quelle
formation pour les enseignants ? Comment assurer l’entretien et l’actualisation des
ordinateurs ? Comment financer ces projets ?
On a raconté par ailleurs ce qu’est UNETE et à partir de son expérience donné une
première réponse a certains de ces questions (3). Ici il s’agit non pas de les répéter mais de
parler sur l’expérience de Guerrero. Cependant il faudrait rappeler que le projet d’UNETE
vise les écoles publiques d’enseignement de base, c’est-à-dire les premiers neuf ans et qui
utilise « red escolar » (www.redescolar.ilce.edu.mx) comme programme pédagogique.
Description du modèle d’UNETE
Le programme d’usage des ordinateurs dans l’éducation mené par UNETE a trois
composants : Equipement, Formation et Services. L’équipement c’est tout ça qu’on amène
dans la salle y compris les logiciels.
Une configuration typique d’une salle aménagée par UNETE est la suivante :
3
•
15 Ordinateurs mis en réseau local (il y a aussi des salles avec 10 et avec 20
ordinateurs, selon le nombre des élèves de l’école). Dans tous les cas cinq des
ordinateurs sont payés par l’état. Chaque ordinateur a un régulateur de courant et un
« No-Break »
•
Connexion à Internet. ( Y en a des trois types : «Dial-up », ADSL ou Satellite selon
la disponibilité sur place)
•
1 Imprimante.
•
Installation électrique indépendante de celle de l’ècole.
•
Mobilier
Le Mexique est une fédération formée de 31 états et un territoire federal nommé Distrito Federal où DF.
2
•
Logiciels : Office, Collection de Cédés éducatifs (pour l’enseignement secondaire),
Antivirus, Verrou de configuration.
•
Access à la page de « redescolar » et aux programmes pédagogiques qui s’y
déroulent
•
En adition aux ordinateurs on amène aussi des antennes et des téléviseurs pour
recevoir le signal de « edusat », une VCR et une collection des bandes vidéo
éducatives. Edusat est un très ambitieux programme d’usage de la télévision dans
l’enseignement. Il est géré par la SEP (2).
Lorsqu’une école est choisie pour être aménagée par UNETE, un enseignant est désigné
comme responsable de la salle. Ce professeur doit suivre une formation de 40 heures. (20
sur l’usage des ordinateurs en général et 20 sur son usage dans le cadre du programme de
« redescolar »). À la fin 2003 UNETE a réussi un accord avec Intel pour donner à tous les
enseignants des écoles aménagées par UNETE la formation de son Programme : « Intel
éduquer pour l’avenir (4) »
Après que les écoles ont commencé à se servir des ordinateurs, UNETE entretient des liens
avec elles, pour empêcher le cauchemar de « Jurassic Park », dont on parlera plus tard, de
se produire. Ces liens ont pour but d’aider les écoles `à bien se servir des ordinateurs. Pour
ce-la UNETE rend visite aux écoles trois fois par an. Dans le cadre de ces visites il y a
entretien préventif des ordinateurs et dépannage des petits problèmes.
On profite de ces visites aussi pour mener à bien certains études et sondages, tel que ceux
des « dimensions de progrès » (5) où Magister Dixit (6), sur la façon dont on use les
ordinateurs et les progrès sur l’apprentissage des élèves, la formation des enseignants, leur
opinion sur le programme, etc. Il y a aussi un service de bureau d’aide (Help desk) et de
gestion des garanties faits par des tiers.
Lorsqu’on a créé UNETE, le but était que les ordinateurs puissent marcher sans problèmes
cinq ans, après lesquels il faudrait les remplacer. Ce remplacement étant, dans le modèle
d’UNETE, de la responsabilité du gouvernement. Dans la pratique on s’est aperçu qu’il faut
aider le gouvernement a trouver des solutions qui lui permet de le faire, tels que reconvertir
les ordinateurs anciens en terminaux.
Le Projet Guerrero
Vers la fin de 2001 Le jeu du Loto du Mexique (Lotería Nacional para la Asistencia
Pública) a mis à disposition des organisations de la société civile, travaillant pour la santé,
l’alimentation, le développement et l’éducation au Mexique, la possibilité d’accéder sur
concours à de ressources pour leurs causes. Il fallait présenter la demande accompagnée du
projet à réaliser et sa justification. UNETE a présenté un dossier pour aménager 150 écoles
avec de réseaux locaux des ordinateurs, assurer la formation des enseignants, et mener à ces
écoles le programme d’UNETE.
La réponse de « la lotería » a été favorable, à la condition de développer le projet dans l’état
de Guerrero, car il y avait un programme du gouvernement, nommé « microregiones » (7),
qui visait à s’attaquer à combattre plusieurs causes et manifestations de la pauvreté (8) dans
les zones les plus arrièrées du pays, où n’existent que partiellement l’infrastructure de
communication, la couverture de services de santé et d’éducation.
3
L’idée était d’amener plusieurs organisations, travaillant chacune dans un de ces sujets et
faire aboutir leurs efforts dans la même région pour leur rendre plus efficaces. Ici on
retrouve un des éléments importants pour réussir l’usage des ordinateurs dans les
communautés, les mettre en rapport avec des autres besoins des gens, tels que la santé, la
formation des adultes et le développement économique. UNETE a reçu 2, 000, 000 d’ euros
et a été chargé d’aménager avec son programme 152 écoles situées dans 12 municipalités.
Guerrero est un état dans la cote du Pacifique (c’est la que se trouve le célèbre port
d’Acapulco) et avec Oaxaca et Chiapas fait un corridor avec des conditions semblables
d’histoire, géographie, population et développement économique.
Montaña
alta
Acapulco
Costa Chica
Fig 1. Plan de l’état de Guerrero.
On est allé à des réunions avec les maires (Présidents Municipaux) des populations choisies
pour leur expliquer le projet complet, pour leur demander leur soutien et aussi, dans un
certain sens, avoir leur avis favorable. Ici un retrouve un deuxième élément important pour
la réussite des projets d’usage de la technologie dans des communautés : Avoir toujours un
avis favorable des gens de ces communautés au projet.
On a travaillé dans 12 communautés : San Luis Acatlán, Ometepec, Teconapa, Ayutla,
Azoyú, Xochistlahuaca, Marquelia, Igualapa, Tlacuachistlahuaca, Cuautepec, Malinaltepec
y Acapulco.
4
La grande majorité de ses endroits se trouvent dans la montagne et donc ont des difficultés
particulières d’accès et de possibilités de connexion Internet. La distribution des salles,
écoles, étudiants, enseignants et ordinateurs, par communauté est la suivante :
Municipalité
San Luis A
Ometepec
Teconapa
Ayutla
Azoyú
Xochistlah
Marquelia
Igualapa
Tlacuachis
Cuautepec
Malinaltep
Acapulco
Total
Salles
20
19
16
15
14
13
13
12
12
8
5
5
152
Écoles
22
19
16
14
15
13
14
12
12
8
5
5
155
Élèves
5353
5582
3330
4014
2325
3109
2616
2491
2688
2386
1694
1066
1943
Enseignants
231
281
170
156
144
125
340
123
124
118
76
55
2205
Ords
290
285
230
200
190
200
180
180
180
120
75
75
36654
Fig 3. Table montrant la distribution des écoles, élèves, enseignants et ordinateurs par
municipalité pour le projet Guerrero.
Spécificités du projet à Guerrero
Bien que maintenant UNETE soit en train de pouvoir aménager de plus en plus les écoles
avec des connexions de haut débit (ADSL), les premières écoles fournies par UNETE
avaient une connexion par fil téléphonique commuté. A Guerrero, surtout aux endroits où
l’on voulait aller, on a trouvé des problèmes pour avoir un fournisseur de connexion à
Internet et donc on a dû chercher des alternatives. On en a trouvé deux : e-México et
Satmex.
e-México est un projet du gouvernement mexicain pour venir en aide des démarches
administratives, des services de santé, d’ éducation et du commerce, dans le pays, (www.emexico.gob.mx) avec l’informatique et les réseaux des ordinateurs. Un des premiers buts de
ce programme a été de fournir à toutes les capitales de municipalités un accès à Internet.
Pour y aboutir un large programme de montage d’infrastructure a été développé par eux.
UNETE a eu par ce moyen l’accès à Internet pour 30 écoles.
Satmex c’est une compagnie qui commercialise l’envoi des signaux par satellite. UNETE a
négocié avec une des subsidiaires de Satmex, Enlaces Integra, que pendant un an le 80 %
du prix du service de connexion a Internet ne soit pas payé par les écoles. Le 20 % restant
est payé par l’ILCE (Instituto Latinoaméricanode la Comunicación Educativa), organisation
internationale à laquelle la SEP a commandé de développer plusieurs projets d’usage de
technologie dans l’enseignement et un des partenaires d’UNETE dans le projet.
Sauf la connexion à Internet qui n’a été réalisée qu’a la fin de l’été 2003, Le projet a été
achevé vers la fin de 2002. Les écoles et les communautés ont commencé alors à se servir
de ces outils. UNETE, comme il fait avec toutes les écoles qu’il aménage, leur a rendu
5
visite. Il est programmé pour la première moitié de cet an, 2004, d’y faire l’étude des
dimensions de progrès4.
Oaxaca
En 2003 UNETE a eu de « la lotería » ressources pour développer un programme similaire
dans l’état d’Oaxaca.
Discussion
Il est possible de tirer certaines conclusions de l’expérience d’UNETE sur l’ensemble de 1
500 écoles qui ont été aménagées par cette association au Mexique y compris celles de
Guerrero, pour essayer de répondre aux questions telles que :
Quels changements, dans un contexte de mondialisation, le recours à des technologies
y suscite-t-il ?
À partir d’une étude mène par UNETE entre janvier et août 2002 sur un ensemble de 614
salles on a trouvé que5:
Pour les élèves :
60 % des élèves utilisent les ordinateurs, dont 52 % pour appuyer leur apprentissage des
sujets tels que les mathématiques, l’écriture, la lecture ou les sciences. 26 % utilisent les
ordinateurs pour projets de « red escolar », 15 % pour de projets personnels. Dans 3 % des
cas, on peut apprécier une mise en œuvre d’activités cognitives élaborées.
Pour les environnements d’apprentissage :
47% des élèves font de recherches sur des sujets académiques à l’aide d’Internet, le même
chiffre est capable de travailler en équipe, 49.4 % expriment mieux ses idées et participent
d’avantage dans les discussions. 7 % participent à des projets collaboratifs ayant à voir avec
autres écoles.
Pour les compétences professionnelles :
30 % des enseignants ne se sert pas de la technologie. 10 % commence à l’utiliser avec
beaucoup de résistance. 56.6 est en train d’apprendre doucement a s’en servir. 8 % des
enseignants usent de façon performante la technologie pour faire des projets et pour
appuyer son travail.
Pour l’administration :
Les directeurs aiment avoir une salle des medias dans 80 % de cas. 66 % des enseignants et
75 % des inspecteurs de zone ont fait preuve d’intérêt. Pourtant ils ne semblent pas
considerer la technologie comment une priorité.
4
D’après le travail de Cheryl LEMKE: “Technology in American schools: Seven Dimensions for Gauging
Progress”(1999).PDF document at www.mff.org
5
L’étude a été mené en forme de questions posées au responsable de la salle. Dans ce sens les résultats sont
qualitatifs
6
Pour la communauté :
60 % des parents sont informés des programmes d’informatique offerts à leurs enfants.
21 % connaissent la salle des médias et les projets dans lesquels travaillent les élèves.
Pour l’infrastructure technologique :
Il y a 10 430 ordinateurs dans les 614 écoles de cette étude, 370 085 enfants et 10 000
enseignants. Tous les ordinateurs étaient neufs. Le rapport élève/ordinateur est de 1/35. Le
60 % des écoles avaient connexion à Internet.. 80% préfèrent les cédés. 44 % disent avoir
problèmes de connexion. Un tiers des écoles usent « red escolar »6
Pour l’évaluation :
Bien qu’UNETE fasse des évaluations sur les écoles qu’il aménage, ces évaluations restent
bornées aux aspects plus quantitatifs tels que le nombre des élèves où des enseignants qui
vont aux salles, les nombres d’heures qu’ils y passent en moyenne, etc. (9)
Il n’existe pas encore une culture de l’évaluation dans les écoles, ni de paramètres clairs
indiquant ce qu’on doit mesurer.
À côté de résultats comme ceux qu’on vient de décrire, on a aussi vu que les gens
s’intéressent davantage à l’apprentissage de l’anglais pour avoir accès à certains contenus et
que lorsque les ordinateurs sont mis à disposition des communautés en dehors des heures
d’école, ils servent à la communication avec des émigrés. Dans la mesure où ce n’était pas
notre but principal, on n’a pas fait d’études indiquant l’importance de cet usage, on le
signale néanmoins.
On a aussi remarqué le fait que l’existence des ordinateurs déclenche parmi les agences
gouvernementales l’envie de mettre leurs services en ligne et pousse l’amélioration de
l’infrastructure de la communauté : Réseau électrique, pavage des rues, etc.
Quelles ouvertures à de nouveaux partenariats peuvent-elles être repérées ?
Le principe sur lequel UNETE fonctionne, c’est le partenariat avec l’état. Au cours de ces
travaux et notamment dans le cas de Guerrero on a trouvé très important les alliances avec
les entreprises d’informatique et télécommunications, tels que Microsoft, Intel et Satmex
parmi des autres. Autant pour certains projets de l’état tels que e-México, permettant aux
communautés de se servir des ordinateurs pour différents projets éducatifs et sociaux. Dans
le cas de Guerrero les alliances avec les communautés et les gouvernements locaux et
municipaux ont permis faire avancer le projet rapidement.
Dans le cadre plus général de sa mission, UNETE a développé des alliances avec des
Universités, des organisations internationales et des fondations.
Quels risques apparaissent ?
Le plus grand risque, c’est qu’en ayant trouvé l’argent pour acheter les ordinateurs et mettre
en place les réseaux, on ne s’en serve pas. À UNETE on appelle ce risque, le Cauchemar du
6
Bien que le but principal d’aménager les écoles avec des ordinateurs est de leur permettre de participer aux
projets de “red escolar”, elles ne le font pas et utilisent les ordinateurs pour appuyer autres activités
académiques développés par eux. Les raisons qu’il donnent pour ceci sont: Problèmes avec la connexion à
Internet ou avoir rate le temps d’inscription aux projets de “red escolar”.
7
Jurasik Park. Car au début du deuxième film de ce nom on voit tous les équipes du parc
d’attractions complètement abandonné et abîmé. Pour combattre ce risque UNETE a
développé une série d’actions spécifiques, telles que la formation des enseignants, des
bureaux d’aide (help desk), etc..
Un autre risque, c’est la perte d’identité locale, pour l’empêcher il faut encourager la
création de contenus par les communautés elles-mêmes. Ce but n’est pas facile à atteindre.
Au Mexique il y a un bureau dans la SEP chargé de le faire.
L’autre coté de ce même problème pose le risque contraire : un excès de fierté local qui
puisse déclencher un refus de la communauté envers la technologie. A UNETE on a jamais
trouvé le cas. Une façon d’empêcher ce risque ce de rapprocher l’usage des ordinateurs non
seulement aux élèves des écoles de la communauté mais aussi a la population en général
pour appuyer programmes de santé ou la formation des adultes à partir de ces réseaux..
Finalement un risque aussi très important c’est d’amener les ressources, toujours
insuffisantes, aux endroits plus développés permettant par ce moyen l’écart digital de se
creuser.
Références :
1. Disponibilidad y uso de la tecnología en educación básica. Elaboración de Carlos
Ornelas. ILCE . 2003
2. http://edusat.ilce.edu.mx
3. www.uneteya.org
4. www.intel.com/education/news&succes/trains.htm
5. Dimensiones de progreso en 614 escuelas equipadas por UNETE. Pilar Baptista y
Rafael Fernández. Trabajo presentado en el segundo seminario de habla hispana de
la OECD sept 2003.
6. Magíster Dixit. Pilar Baptista y Rafael Fernández.
7. www.sedesol.gob.mx/programas/main.htm
8. www.sedesol.gob.mx/subsecretarias/prospectiva/main_medicionpobreza.htm
9. Uso de la tecnología en 212 escuelas equipadas por UNETE. Pilar Baptista y Rafael
Fernández.
8

Documents pareils

Guide Touristique de Acapulco

Guide Touristique de Acapulco Centre récréatif avec piscines à vagues, pataugeoire, toboggans et le spectacle des phoques. Vous pourrez aussi nager avec les dauphins, les toucher, jouer avec eux dans leur milieu naturel. Une jo...

Plus en détail