Les salaires au Luxembourg – ce que suggère l

Commentaires

Transcription

Les salaires au Luxembourg – ce que suggère l
Robert Walters :
Les salaires au
Luxembourg – ce que
suggère l'enquête
Face à la lenteur de la reprise, l'un des moyens dont disposent les entreprises pour limiter les coûts
est de geler les salaires. Le Luxembourg est pourtant l'un des rares pays européens à enregistrer
une croissance économique.
Les indicateurs de la division
L'enquête annuelle de Robert Walters sur les
salaires prédit un avenir incertain dans l'ensemble
des secteurs financiers. En raison de la croissance
dans certains domaines financiers, les salaires
demeurent élevés. Le Luxembourg est le pays
européen qui présente le salaire par tête le plus
élevé et ce chiffre continue d'augmenter. La
situation n'est toutefois pas comparable d'une
discipline à l'autre : ces hausses ne concernent que
certaines fonctions et certains secteurs. Ce
phénomène s'observe malgré une montée du
chômage: les domaines qui, au Luxembourg,
rencontrent apparemment des difficultés sont les
ressources humaines et les services bancaires de
détail où le niveau d'embauche est faible. En ce qui
concerne la Banque Privée, les affaires se portent
bien.
Une longueur d'avance
La majorité des candidats parle couramment au
moins deux langues. Si le français est toujours
considéré comme la langue essentielle, l'anglais et
allemand arrivent très vite derrière. Cela dit, le
Luxembourg devenant un pôle européen majeur,
l'importance de l'italien et des langues scandinaves
gagne également du terrain. Armés d'un bon profil,
les candidats sont bien placés pour négocier une
rémunération à la hausse. Ainsi, un professionnel
fort d'une expérience raisonnable, mais pas très
étendue, dans le domaine de la propriété
intellectuelle peut facilement prétendre à une
rémunération de 80 000 € par an pour la simple
raison qu'il pourrait intéresser un certain nombre
d'employeurs potentiels.
Salaires contre avantages sociaux
Robert Walters a observé une hausse significative
des salaires dans les secteurs de l'immobilier, du
Private Equity, de la comptabilité et des fonds. Les
fiscalistes sont en forte demande, mais le
Luxembourg semble avoir du mal à attirer les bons
profils dans ce domaine. En dehors du secteur de
la propriété intellectuelle, des Holdings, des
secteurs de la réglementation et de la compliance,
il devient de plus en plus difficile de négocier une
rémunération compétitive, car les organismes de
réglementation établissent de nouvelles règles
suite à la crise et exigent davantage de procédures.
Les candidats à l'embauche peuvent accepter une
rémunération plus basse en échange d'avantages:
primes, plans de participation en actions, période
garantie de promotion et d'indexation pendant les
périodes plus propices. Mais les candidats
chevronnés restent difficiles à trouver et encore
plus difficiles à garder. Cette « perception » reste
l'atout le plus précieux des candidats.