L`Alsace du 18/07 - Les Scorpions de Mulhouse

Commentaires

Transcription

L`Alsace du 18/07 - Les Scorpions de Mulhouse
Hockey sur glace
Montée délicate pour les Scor pions de Mulhouse
L’arrivée des Scorpions de Mulhouse en Ligue Magnus ne se fait pas aussi facilement que cela en a
l’air. Le club haut-rhinois reste toutefois confiant à trois semaines de la reprise de l’entraînement.
Le 14 avril à Nice, au moment de
soulever la coupe de champion
de France de Division 1, les
Scorpions de Mulhouse ne pensaient qu’à une chose : savourer
leur succès. Mais en coulisses,
les dirigeants et le staff s’activaient déjà pour préparer la saison suivante et gérer au mieux
une montée en Ligue Magnus qui
a changé la donne.
« Cette montée était un peu inattendue, explique Christer Eriksson, l’entraîneur des Scorpions.
Cela a été une bonne surprise
mais on avait débuté le recrutement en pensant d’abord rester
en D1. Du coup, le championnat
en Ligue Magnus était déjà terminé depuis un bon mois et pas
mal de joueurs, notamment français, avaient déjà signé dans un
club. »
Nous sommes sur une dynamique de croissance et nous faisons
preuve à la fois de popularité
mais aussi de crédibilité, notamment grâce à l’expérience de
Christer. » Une expérience qui
attire de nombreux joueurs désireux de jouer à Mulhouse. « Chaque matin, je reçois une pile de
CV et plusieurs mails ou coups
de fil de joueurs qui sont intéressés », affirme Eriksson, qui n’a
donc que l’embarras du choix.
Mais si de nombreux voyants
sont au vert, avec notamment une
répartition des créneaux de glace
plus en adéquation avec le hockey de haut niveau et une vraie
politique de formation, quelques
alertes ont été envoyées au club
mulhousien par la Fédération
française de hockey sur glace qui
a validé la structure haut-rhinoise
en Ligue Magnus sous condiCette montée surprise a aussi eu tions, avec un contrat d’objectifs
et de moyens. Les Scorpions se
un impact financier. Car qui dit
Ligue Magnus dit professionnali- sont aussi vus infliger (comme
de nombreux autres clubs) une
sation accrue et donc dépenses
amende de 10 000 euros pour
supplémentaires. « Cette accesnon-respect de la convention
sion nous a permis de tisser des
liens avec de nouveaux sponsors d’objectifs. « Il y a eu des imprévus qui font que même si notre
et nous sommes heureux de bénéficier d’un soutien considéra- bilan global est positif, nous n’avons pas pu rembourser notre
ble de la Ville de Mulhouse, se
dette comme nous l’avions espéréjouit néanmoins Marc de la
Caffinière, le président du club. ré », concède Eriksson à ce sujet.
Une dette contractée par l’ancienne équipe dirigeante, et qui
est apurée lentement mais sûrement. « On sait qu’elle est toujours là mais on veut montrer le
visage de gens sérieux et cette
montée en Ligue Magnus doit
être pour nous un encouragement
», précise Marc de la Caffinière.
Le recrutement n’est pas fini
Seule petite ombre au tableau : le
club mulhousien a annoncé dans
un communiqué le week-end
dernier qu’il se séparait de trois
joueurs : le Slovaque Erik Caladi
et deux Tchèques (Michal Kapicka et Ondrej Pozivil). Pour couper court à la rumeur, Eriksson a
voulu clarifier les choses : « Notre validation n’est pas dépendante de la séparation de ces trois
joueurs, que nous n’avons d’ailleurs pas « virés ». Les joueurs
sont tous en pré-contrat et ne
signent que lors de leur arrivée à
Mulhouse en août. Et nous œuvrons pour les aider à trouver un
autre club. Il me faut encore
deux joueurs français et on avait
déjà pas mal de Slovaques et de
Tchèques dans l’équipe. Je ne
voulais pas avoir trop de joueurs
d’une même nationalité dans le
vestiaire pour éviter la formation
de clans. »
L’entraîneur suédois des Scorpions de Mulhouse, Christer Eriksson, peaufine encore la composition de son groupe à trois
semaines du début de la préparation de la saison en Ligue Magnus. Photo J-F.Frey
La priorité pour l’entraîneur des
Scorpions est donc de recruter
deux Français afin d’atteindre le
quota de 10 joueurs formés localement imposé par la fédération.
« Nous attendons la décision de
Julien Aubry cette semaine et j’ai
besoin surtout d’un centre car il y
en a moins sur le marché que des
ailiers. »
Le carnet d’adresses d’Eriksson
est bien fourni et il ne s’inquiète
pas pour constituer une équipe
compétitive. « Je ne ferme aucune porte et je pense que pas mal
de joueurs seront à l’essai lors de
notre stage de reprise, confie
l’entraîneur mulhousien. Je suis
confiant et l’objectif sera de
s’installer durablement en Ligue
Magnus. » Une Ligue Magnus
qui passera de 14 à 12 clubs à la
fin de la saison 2013/2014. C’est
aussi en pensant à cette réforme à
venir que le club mulhousien
poursuit son recrutement..
par Christelle Himmelberger