Sortie: 15 août 2007

Commentaires

Transcription

Sortie: 15 août 2007
« PANORAMA, BERLINALE 2007 »
Un film de Julie Delpy
Avec Julie Delpy, Adam Goldberg et Daniel Brühl
France 2007 – 93 min – V.O. str-f.
Julie Delpy sera disponible pour des interviews:
Vendredi, 11 mai, à Genève
Distribution:
Xenix Filmdistribution Gmbh
Tel. 044 296 50 40
[email protected]
www.xenixfilm.ch
Presse et promotion:
publik service gmbh
Langstrasse 64 / Pf
8026 Zürich
Tel 044 296 80 60
[email protected]
Les images sont disponible sur www.xenixfilm.ch
Sortie: 15 août 2007
Synopsis
Mais qui a donc parlé de «Ville de l’amour»?
Marion est Française, Jack Américain. Ils forment un couple et habitent à New York. Durant leur voyage
en Europe, ils s’arrêtent à Paris, pour rendre visite aux parents de Marion. Ce sera pour Jack deux jours
pénibles, des malentendus à n’en plus finir et un véritable choc culturel. Mais que sont ces habitudes
alimentaires plus que troublantes? Et ces éternelles discussions sur la sexualité? Quelqu’un pourrait
peut-être aussi expliquer pourquoi à chaque coin de rue un nouvel ancien amant de Marion semble
l’attendre? Entre les vernissages branchés et la maison des parents excentriques de Marion, nos deux
amoureux s’échangent des propos aux réparties hilarantes.
2 DAYS IN PARIS est une comédie sur les fossés culturels entre l’Europe et l’Amérique, sur tous ces
bons vieux clichés et la réalité aussi; c’est avant tout une histoire d’amour difficile mais sincère et ô
combien passionnelle entre deux continents.
Cette comédie insolente et impitoyable de Julie Delpy fut le favori du public cette année au Festival de
Berlin.
A propos du film
Après avoir fait ses gammes ces dernières années en réalisant une série de courts-métrages, l’actrice
française et scénariste nominée aux Oscars®, Julie Delpy passe au long-métrage avec 2 DAYS IN
PARIS. Elle en a elle-même écrit le scénario durant cinq ans, et, selon elle, il est extrêmement
personnel. Elle parle d’un «Friends & Family Project», projet réalisé pour et avec les amis et la famille,
c’est donc en fonction d’eux qu’elle a fait son casting.
À ses côtés, le rôle principal est tenu par son bon ami Adam Goldberg, rencontré lors du tournage de
BEFORE SUNRISE en 1994, où on a pu le voir faire une apparition. Elle joue elle-même le rôle de
Marion, et, ses parents dans le film sont ses propres parents dans la vie: le couple d’acteurs Marie Pillet
et Albert Delpy. Ses anciens amants sont joués par des amis parisiens.
Bien que le scénario ait été extrêmement travaillé, Julie Delpy tenait à ce que le tournage se passe de
manière spontanée. Le fait que les plans soient longs favorisait les improvisations alors à l’ordre du
jour. Pour gagner du temps et réduire le budget, elle a décidé de tourner en Haute Définition, mais avec
des objectifs de caméra 35 millimètres pour avoir une image et une définition plus proche de
l’argentique. «J’aime que les choses puissent être floues en avant ou arrière-plan», nous disait-elle tout
en insistant sur son amour du cinéma et de ce projet pour lequel elle a aussi écrit la musique.
2 DAYS IN PARIS est vraiment comme Julie Delpy. Elle y a donc choisi des thèmes qui vont de la
politique dans le monde à la sexualité, mais elle étudie surtout, en suivant les deux personnages
principaux, les problèmes de communication, les préjugés et différences culturels entre l’Amérique et ce
vieux continent qu’est l’Europe. Elle en profite pour taper des deux côtés. Elle dénonce autant
l’ignorance américaine que l’arrogance des Français qui s’imaginent si souvent être supérieurs d’un
point de vue culturel.
En 2007, lors de la première mondiale au Festival de Berlin dans la section Panorama, le film remporta
un immense succès et fut accueilli avec une standing ovation.
Cinq questions à Julie Delpy
Qu’est-ce qui vous a amené à faire ce film?
Julie Delpy: A l’origine, je voulais déjà tourner ce film, il y a cinq ou six ans. J’ai commencé, ces
dernières années, à écrire d’autres scénario, mais c’étaient toujours des projets qui auraient coûté plus
de deux millions d’Euros – comme par exemple «The countess» d’après la véritable histoire d’Erzebet
Bathory ou «The end of the war», histoire de soldats japonais pendant la Deuxième Guerre Mondiale
dans le Pacifique que je voulais tourner en japonais. J’ai sans cesse tenté de trouver des financements
pour ces projets, mais j’avais du mal à convaincre ces gens de me donner cet argent.
Un ami m’a conseillée de tourner d’abord un film à petit budget. Comme je venais de travailler sur le
scénario de BEFORE SUNSET, je savais que j’aurais moins de mal à obtenir un financement, si
j’essayais de faire quelque chose avec un budget de cet ordre.
Mais j’avais en même temps envie de faire quelque chose de complètement différent. En fait, je voulais
faire l’inverse. La plus grande partie de 2 DAYS IN PARIS, je l’avais déjà écrite avant BEFORE
SUNSET. On pourrait donc dire que ce film existe depuis longtemps. Je sais que certaines personnes
vont penser que je ne peux qu’écrire sur un couple franco-américain, mais c’est faux. Si j’écris sur
d’autres choses, on ne me donne pas d’argent. J’imagine que ce n’est pas très rassurant d’avoir à faire
à une actrice française qui veut tourner des films de guerre japonais.
L’idée de devoir écrire quelque chose de nouveau vous a-t’elle rendue
nerveuse après votre nomination aux Oscars?
Julie Delpy: Cette nomination est un honneur, mais il faut aussi savoir aller de l’avant. La tonalité de ce
scénario est complètement différente. Je voulais que ce soit régulièrement de mauvais goût, que ça ne
tombe pas dans le «politic correct», au contraire, que ce soit cruel, alors que BEFORE SUNSET est très
romantique et très gentil. Si certains de mes fans sont romantiques, ils risquent d’être surpris. C’est une
autre facette de moi, ce que j’écris là. Et il y en a encore d’autres. Mon prochain film sera complètement
différent, j’aime les genres complètement opposés.
Beaucoup de vos amis et de membres de votre famille ont accepté de
jouer dans votre film....
Julie Delpy: Eh bien oui, quand on fait un film avec très peu d’argent, on veut s’entourer de gens à qui
on peut se confier, comme dans une famille. Comme c’est mon premier film, je ne peux avoir recours
aux relations qu’un réalisateur a construites au fil des années avec son équipe et son producteur.
C’était beaucoup plus facile pour moi, au niveau du casting, de demander à des gens que je
connaissais bien, ça fait que je me sens mieux. En plus, il y a beaucoup de personnages que j’avais
écrit en ayant certains acteurs en tête. Les rôles pour Adam Goldberg et pour mes parents, je les ai
écrits exprès pour eux.
Pourrait-on qualifier 2 DAYS IN PARIS de comédie romantique?
Julie Delpy: Une comédie romantique, non, ce n’est pas vraiment le cas. Oui, c’est une comédie, mais
ce n’est pas très romantique. Je me suis battue pour que les côtés sombres du film soient conservés,
mais aussi l’aspect politique, le racisme, les aspects culturels, la bourgeoisie française post-coloniale,
etc. Le film tape sur tout, et ce, dans toutes les directions. Les hommes, les femmes, les Français, les
Américains, ils en prennent tous pour leur grade. Vous ne me croirez sans doute pas, mais les seuls à
penser qu’on leur a monté sur les pieds, ont été les Français. C’est une longue tradition en France de
ne rien critiquer des mauvaises habitudes des Français. Les Français sont parfaits. Tout doit marcher.
La France contre les Etats-Unis?
Julie Delpy: Non, je ne mets pas les deux pays l’un face à l’autre. Mais j’ai vécu dans les deux pays et
j’y vois des différences énormes. C’est le même monde, mais les différences se manifestent dans l’art
et la manière dont nous faisons face aux choses les plus simples.
Biographies
Julie Delpy
Julie Delpy est une des actrices les plus connues et les plus talentueuses de France à s’être fait un
nom en Europe tout comme aux Etats-Unis. Avec 2 DAYS IN PARIS, elle fait ses débuts de réalisatrice.
Elle en est en outre la productrice, scénariste, monteuse et compositrice et joue le rôle principal.
On a vu dernièrement Julie Delpy dans le film de Jim Jarmusch BROKEN FLOWERS (2005), qui fit un
triomphe à Cannes, où elle jouait aux côtés de Bill Murray. Elle fut auparavent nominée avec Ethan
Hawke, Kim Krizan et le réalisateur Richard Linklater aux Oscars dans la catégorie meilleur scénario
pour BEFORE SUNSET (2003). Bien plus encore que la première partie, BEFORE SUNRISE (1994),
neuf ans auparavant, ce film fut un succès public et critique. Pour son rôle de Céline, Julie Delpy
remporta le titre de meilleure actrice du San Francisco Film Critics Circle. Outre sa nomination aux
Oscars, le scénario fut sélectionné pour le Writers Guild Award ainsi que pour l’Independent Spirit
Award.
Les parents de Julie Delpy sont tous deux acteurs. Leur fille, dès son plus jeune âge, joua pour des
réalisateurs connus. On citera DETECTIVE (1985) de Jean-Luc Godard, LA PASSION BEATRICE
(1987) de Bertrand Tavernier, LA NOCHE OSCURA (1989) de Carlos Saura, EUROPA EUROPA
(1990) d’Agnieszka Hollands nominé aux Oscars et l’adaptation de Volker Schlöndorff du roman de Max
Frisch HOMO FABER (1991).
On a pu voir ensuite Julie Delpy jouer le rôle principal de TROIS COULEURS: BLANC (1994), deuxième
volet de la trilogie des couleurs de Krzysztof Kieslowski, et apparaître dans les deux autres volets
TROIS COULEURS: BLEU (1993) et TROIS COULEURS: ROUGE (1994). Aux Etats-Unis, elle a tourné
entre autre dans KILLING ZOE (1994) de Roger Avary, THE THREE MUSKETEERS (1994) de Stephen
Herek et récemment dans THE LEGEND OF LUCY KEYES (2005) avec Justin Theroux.
Inspirée par le travail de Godard, Julie Delpy est passée à la réalisation avec le court-métrage BLAH
BLAH BLAH qui fut sélectionné au Festival de Sundance. Elle a également composé et interprété un
premier album en 2003.
Adam Goldberg
Adam Goldberg est un acteur devenu célèbre par ce don qu’il a de nous plonger dans l’univers
névrotique de ses personnages que ce soit des situations comiques ou tragiques; c’est un multitalent
unique et protéiforme.
Adam Goldberg est le co-scénariste et réalisateur du film I LOVE YOUR WORK (2003) que sa
production a financé. Ce film avec Giovanni Ribisi, Christina Ricci et une participation d’Elvis Costello
raconte la chute progressive d’une star fictive de cinéma. Adam Goldberg composa également pour le
film la musique avec le batteur de The Flaming Lips, Steven Drozd.
On a pu voir récemment Adam Goldberg dans DEJA VU (2006) de Tony Scott, produit par Jerry
Bruckheimer. Il a joué notamment dans le film de Donald Petries HOW TO LOSE A GUY IN 10 DAYS
(2003) avec Matthew Mc Conaughey et Kate Hudson, dans le film noir de D.J. Caruso THE SALTON
SEA (2002) avec Val Kilmer, ainsi que dans ce film de Ron Howard récompensé aux Oscar®, A
BEAUTIFUL MIND (2001) avec Russell Crowe.
Il est apparu pour la première fois au cinéma dans un rôle de jeune gendre de Billy Crystal dans MR.
SATURDAY NIGHT (1992). On le remarqua ensuite dans le film de Steven Spielberg SAVING
PRIVATE RYAN (1998), dans DAZED AND CONFUSED (1993) de Richard Linklater, tout comme
WAKING LIFE (2001), ainsi que HIGHER LEARNING (1995) de John Singleton. On a pu également
entendre sa voix dans BABE: PIG IN THE CITY (1998) de George Miller.
Il est également réalisateur du film noir SCOTCH AND MILK (1998) dans lequel il joua également, et
cité dans «10 Best Films You May Never See» du Sundance Channel. Il est aussi réalisateur,
scénariste et producteur du court métrage «Running With the Bulls», documentaire animé pour
Independent Film Channel.
On connaît son visage à la télévision où il fait des apparitions dans «Law & Order: Criminal Intent»,
«The Practice», «Will & Grace», «Friends», «ER» et «NYPD Blue».
Equipe artistique
Marion
Jack
Lukas
Anna
Jeannot
Rose
Mathieu
Manu
Julie DELPY
Adam GOLDBERG
Daniel BRÜHL
Marie PILLET
Albert DELPY
Alexia LANDEAU
Adan JODOROWSKY
Alex NAHON
Equipe téchnique
Scénario, Réalisation, Montage, Musique Julie DELPY
Producteurs Christophe MAZODIER
Julie DELPY
Thierry POTOK
Coproducteurs Werner WIRSING
Ulf ISRAEL
Producteurs exécutifs Nikolaus LOHMANN
Tilo SEIFFERT
Producteur associé Hubert TOINT
Charge de Production Charles PAVIOT
Cinématographie Lubomir BAKCHEV
Son Nicolas CANTIN
Charge production audio Joerg HOEHNE
Costumes Stephan ROLLOT
Maquillage Suzanne BENOIT
Distribution des rôles Fabienne BICHET
Assistant réalisateur Dylan TALLEUX
Production Polaris Film Productions & Finance, Paris
Tempête sous un Crâne, Paris
3L Filmproduktion, Dortmund/Berlin

Documents pareils