types de figures de style

Commentaires

Transcription

types de figures de style
TYPES DE FIGURES DE STYLE
http://www.etudes-litteraires.com/figures-de-style/index-figures.php
Wikipedia
http://www.ssjbmauricie.qc.ca/langue/litterature/auteur.php
http://abardel.free.fr/glossaire_stylistique/polysyndete.htm
TYPES DE FIGURES DE STYLE ................................................................................................................... 1
Figures d’amplification:..................................................................................................................................... 2
Gradation......................................................................................................................................................... 2
Hyperbole ........................................................................................................................................................ 2
Figures d’analogie: ............................................................................................................................................. 2
Allégorie........................................................................................................................................................... 2
Comparaison................................................................................................................................................... 3
Métaphore ....................................................................................................................................................... 3
Personnification.............................................................................................................................................. 3
Prosopopée..................................................................................................................................................... 3
Figures d’atténuation: ........................................................................................................................................ 4
Euphémisme ................................................................................................................................................... 4
Litote................................................................................................................................................................. 4
Figures de construction:..................................................................................................................................... 4
Anacoluthe ...................................................................................................................................................... 4
Asyndète/Polysyndète................................................................................................................................... 4
Parataxe .......................................................................................................................................................... 5
Ellipse............................................................................................................................................................... 6
Parallélisme..................................................................................................................................................... 6
Figures de diction ou de sonorités:.................................................................................................................... 6
Allitération........................................................................................................................................................ 6
Assonance....................................................................................................................................................... 6
Paronomase.................................................................................................................................................... 7
Homéotéleute ................................................................................................................................................. 7
Figures d’insistance:........................................................................................................................................... 8
Anaphore ......................................................................................................................................................... 8
Enumération.................................................................................................................................................... 8
Répétition ........................................................................................................................................................ 8
L’anadiplose.................................................................................................................................................... 8
Figures d’opposition:.......................................................................................................................................... 8
Antiphrase ....................................................................................................................................................... 8
Antithèse.......................................................................................................................................................... 8
Chiasme [kjasm]............................................................................................................................................. 9
Oxymore (oxymoron)..................................................................................................................................... 9
Figures de substitution:.................................................................................................................................... 10
Périphrase ..................................................................................................................................................... 10
Figures d’amplification:
Gradation
(féminin) Une gradation est une succession ordonnée de termes de sens voisins. On parle de gradation
ascendante lorsque les termes sont de plus en plus forts et de gradation descendante lorsque les termes
sont de plus en plus faibles. Terme lié : amplification.
Lire d'autres exemples sur la page « Le Cid »
(la gradation ascendante "va, cours, vole")
ou dans l'Avare (1668), acte IV, scène 7.
Lire des exemples sur le site http://membres.lycos.fr/clo7/expression/figurestyle2.htm.
Hyperbole
(féminin) L'hyperbole est une figure (d'amplification) qui désigne l'ensemble des procédés d'exagération qui
touchent la syntaxe et le lexique (l'accumulation, les intensifs, etc.).
L’hyperbole est donc une exagération exprimée par l’accumulation, par l’emploi d’intensifs ou par l’emploi de
mots excessifs. Ainsi, la phrase « Je meurs de faim » est une hyperbole.
Figures d’analogie:
Allégorie
(féminin, figure de pensée) Une allégorie est la figuration d'une abstraction par une image, souvent par un
être vivant.
L’allégorie en peinture :
Jean-Baptiste Regnault (1754-1829), La Liberté ou la Mort (1794), Hamburger Kunsthalle, Hambourg.
L'allégorie en littérature :
Victor Hugo (1802-1885), Les Contemplations (1856), Livre IV, « Mors » :
Je vis cette faucheuse. Elle était dans son champ.
Elle allait à grands pas moissonnant et fauchant,
Noir squelette laissant passer le crépuscule. [...]
2
Comparaison
(féminin) Une comparaison rapproche deux idées ou deux objets (ou encore un objet et une idée) : un
rapport d'analogie est établi entre ces deux idées ou ces deux objets. La comparaison comprend toujours au
moins deux termes (un comparé et un comparant). Une comparaison s'opère grâce à un terme comparant
(comme, tel, semblable à, etc.). À ne pas confondre avec la métaphore.
Métaphore
(féminin) La métaphore est une figure qui consiste à désigner un objet ou une idée par un mot qui convient
pour un autre objet ou une autre idée liés aux précédents par une analogie. La métaphore fusionne donc en
un seul les deux termes de la comparaison.
La métaphore filée est un procédé qui consiste à développer une métaphore en complétant le comparant
par plusieurs mots qui lui sont apparentés, sans que leur comparé soit exprimé.
Exemple dans Les Fleurs du Mal de Baudelaire :
Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.
À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux. […]
Personnification
(féminin) La personnification est une figure qui confère à des entités abstraites ou à des inanimés des traits
de comportement, de sentiment ou de pensée propres aux êtres humains.
Exemple : Les Fables de Jean de La Fontaine (1621-1695)
La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf
Une Grenouille vit un Boeuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf,
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
Pour égaler l'animal en grosseur,
Disant : "Regardez bien, ma soeur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
- Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ?
- Vous n'en approchez point. "La chétive pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.
Prosopopée
(féminin) Une prosopopée est une figure de rhétorique qui consiste à faire parler une personne morte ou
absente, un animal, un inanimé ou encore une abstraction.
3
Je suis la pipe d'un auteur ;
On voit, à contempler ma mine,
D’Abyssinienne ou de Cafrine,
Que mon maître est un grand fumeur.
Charles Baudelaire
La prosopopée peut être proche de la personnification, de l’allégorie, du portrait.
à la base de la prosopopée, existe toujours une fiction: le personnage est soit mort, soit inventé, soit existant
mais absent lors de l'énonciation.Dans tous les cas on lui prête des paroles qu'il n'a pas professé, inventées
pour les besoins de la narration.En cela, c'est une figure marquant la subjectivité de l'auteur et qui interrompt
souvent le cours du récit.
Ex. : Écoutez à présent la voix de la Justice ! Si elle était devant vous, elle vous dirait : « Jugez en votre âme et
conscience... » etc.
Figures d’atténuation:
Euphémisme
(masculin) Un euphémisme est une figure de pensée qui consiste à employer une expression adoucie (ou un
mot) pour évoquer une idée désagréable. Antonyme : hyperbole. Lire également : « la litote ».
« Elle nous a quittés. » au lieu de dire « Elle est morte. »
« On l'a remercié hier. » pour dire « On l'a renvoyé hier. »
« une longue maladie » au lieu de, par exemple, « un cancer »
Litote
(féminin) La litote est une figure qui consiste à dire moins pour suggérer davantage (sous-entendre). C'est
laisser entendre plus qu'on ne dit. À la différence de l'euphémisme qui est employé pour parler d'un référent
désagréable sans utiliser le terme exact, la litote renforce l'information.
Exemple : l’énoncé « Il n’est pas laid. » pour dire « Il est beau. » est une litote
Figures de construction:
Anacoluthe
(féminin) Une anacoluthe est une figure de construction qui consiste en une rupture de la cohésion
syntaxique.
« Vous voulez que ce Dieu vous comble de bienfaits
Et ne l'aimer jamais ? »
Racine, Athalie, I, 4.
« Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, la face du monde en eût été changée. »
Pascal, Pensées.
Asyndète/Polysyndète
Une asyndète est la suppression des particules de coordination dans l’ordre grammatical ou sémantique.
Exemple dans Les Caractères de La Bruyère (« Ménalque ») : « [...] Ménalque se jette hors de la portière,
traverse la cour, monte l’escalier, parcourt l’antichambre, la chambre, le cabinet ; tout lui est familier, rien ne
4
lui est nouveau ; il s’assit, il se repose, il est chez soi. ». L'asyndète consiste à supprimer
intentionnellement dans une phrase les conjonctions qui y seraient nécessaires pour préciser le lien
logique entre les mots ou les groupes de mots.
Rimbaud, Illuminations et d'Une saison en enfer.
Exemple:
" ( Ô palmes! diamant! − Amour, force! − plus haut que toutes joies et gloires! − de toutes façons,
partout, − Démon, dieu, − Jeunesse de cet être-ci; moi! ) "
Si nous observons le découpage syntaxique interne de ce membre de phrase entre parenthèses, nous
constatons qu'il s'agit d'une juxtaposition de six groupes nominaux séparés par des tirets, la plupart d'entre eux
binaires, le tout étant introduit par une interjection à valeur d'apostrophe lyrique ("Ô") : syntaxe nominale
énumérative pourrions-nous dire. La nature particulière de cette proposition fait que ne sont marqués
clairement (par une conjonction ou tout autre lien grammatical ou lexical) ni son articulation logique avec le
contexte, ni l'articulation logique entre les groupes qui la constituent, ni le rapport logique entre les deux mots
qui forment chaque groupe binaire. Seule, l'enquête minutieuse sur le sens des éléments juxtaposés peut nous
permettre de rétablir une continuité dans le discours.
La polysyndète consiste au contraire à multiplier ces liens plus qu'il ne serait nécessaire. Dans son Gradus,
Bernard Dupriez rapporte ce jugement du rhétoricien latin du 1° siècle après J.C., Quintilien : "Polysyndète et
asyndète sont complémentaires. Ces deux figures ne sont autres choses qu'un amas de mots ou de phrases
qu'on entasse; avec cette seule différence que quelquefois on y ajoute des liaisons ou des particules
conjonctives, et quelquefois on les retranche". Les stylisticiens sont généralement d'accord pour considérer
que les deux figures ont en commun de provoquer dans la phrase un apparent désordre destiné à détacher
chaque élément afin de lui donner un relief individuel.
Exemple: À plusieurs reprises, Rimbaud use de la polysyndète dans le Prologue de la Saison en enfer
"Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. − Et je l'ai trouvée amère. − Et je l'ai injuriée."
Un peu plus loin dans le même texte, on a la séquence :
" Et j'ai joué de bons tours à la folie. / Et le printemps m'a apporté l'affreux rire de l'idiot."
La polysyndète s'allie ici à d'autres éléments stylistiques (anaphore, parallélismes syntaxiques, brièveté des phrases et
fréquence des alinéas) pour produire une impression d'accumulation. Plus précisément dans ce poème − étant donné le sens des
verbes (ou des phrases) concernés − d'une accumulation de violences.
Exemple: Il s'agit d'un verset extrait de : Départ (Illuminations).
"Assez eu. Rumeurs des villes, le soir, et au soleil, et toujours."
Ici encore, on peut observer l'effet cumulatif de la polysyndète ("le soir, et au soleil, et toujours"); il renforce l'idée de lassitude
qui constitue le thème principal de ce court poème.
Parataxe
La parataxe est, quant à elle, une forme d’asyndète qui consiste à juxtaposer deux propositions qui devraient
être unies par un rapport syntaxique de subordination.
Il s’agit d’une manière de construire des éléments de phrases en les juxtaposant sans indiquer le rapport qui les unit. Par
exemple :
Cet étudiant est brillant, il réussira.
On appelle hypotaxe le procédé inverse, plus « normalement » utilisé :
Cet étudiant réussira parce qu’il est brillant.
Ce dernier exemple contient l’élément parce que qui lie les deux propositions. La parataxe est fréquente à l’oral,
notamment dans les manchettes à la télévision.
5
Une entente intervient à Oka, les barricades sont levées.
Orage à New York, le match de baseball est remis.
L’emploi approprié de ce procédé syntaxique ajoute de la vie à un texte.
Exercice :
Transformez les phrases suivantes à l’aide de la parataxe.
•
•
•
Les ventes d’auto diminuent parce que les prix sont trop élevés.
Les négociations ont échoué en raison de la mauvaise volonté de l’employeur.
Il sera prudent parce qu’il est conscient du danger.
Ellipse
(féminin) En narratologie, une ellipse est un procédé qui consiste à omettre certains éléments logiquement
nécessaires à l'intelligence du texte. Il s'agit en fait de passer sous silence certains événements afin
d'accélérer la narration.
Parallélisme
(masculin) Un parallélisme est un procédé de répétition et de construction qui consiste en la reprise
d'éléments symétriques au sein d'un énoncé. Il peut être sonore, prosodique ou métrique.
L'ironie blesse, l'humour guérit L'ironie peut tuer, l'humour aide à vivre
L'ironie veut dominer, l'humour libère
L'ironie est impitoyable, l'humour est miséricordieux
L'ironie est humiliante, l'humour est humble
(Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus)
Tu dis que tu aimes les fleurs et tu leur coupes la queue,
Tu dis que tu aimes les chiens et tu leur mets une laisse,
Tu dis que tu aimes les oiseaux et tu les mets en cage,
Tu dis que tu m’aimes alors moi j’ai peur.
Jean Cocteau, attribué
Dieu aima les oiseaux et inventa les arbres.
L’homme aima les oiseaux et inventa les cages.
Jacques Deval
Figures de diction ou de sonorités:
Allitération
(féminin) Une allitération est la répétition d'un son identique. Le terme « allitération » est généralement
employé pour la répétion de consonnes.
D'une manière générale, l'allitération produit un effet harmonique ou de soulignement.
« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? »
Racine, Andromaque, V, 5.
Il s'agit ici d'une harmonie imitative : la sonorité des mots évoque le sifflement du serpent.
Assonance
6
(féminin, un seul n à ce mot) Une assonance est la répétition d'une même voyelle dans une phrase ou un
vers. L'effet obtenu est généralement expressif ou harmonique. Lire également : allitération.
Oh ! qui verra deux fois ta grâce et ta tendresse,
Ange doux et plaintif qui parle en soupirant ?
Qui naîtra comme toi portant une caresse
Dans chaque éclair tombé de ton regard mourant,
Dans les balancements de ta tête penchée,
Dans ta taille indolente et mollement couchée,
Et dans ton pur sourire amoureux, et souffrant ?
Alfred de Vigny (1797-1863), Les Destinées (1864), « La Maison du Berger », III (extrait).
Paronomase
(féminin) Une paronomase consiste à rapprocher des mots comportant des sonorités semblables mais qui
ont des sens différents. On appelle paronymes des mots qui se ressemblent par leurs sons.
« Qui se ressemble, s'assemble. »
Homéotéleute
(féminin) Une homéotéleute est la répétition d’un même son à la fin d'une phrase ou des membres d'une
phrase.
L'homéotéleute (substantif féminin), du grec homoios ("semblable") et teleutê ("fin") est une figure de style
qui consiste en la répétition d'une ou de plusieurs syllabes finales homophones soit de mots, de vers ou de
phrase. Elle peut porter sur n'importe quel emplacement syntagmatique mais concerne très souvent (définition
stricte) des fins de segments phrastiques homophones. Elle vise un effet de mise en relief des termes répétés
afin de créer soit un tout phonique cohérent, soit une harmonie imitative. Elle est proche de l'homéoptote qui
est la répétition du même cas grammatical.
Exemples
•
•
•
miraculeuse / merveilleuse
étonnante / surprenante
« Un jour de canicule sur un véhicule où je circule, gesticule un funambule au bulbe minuscule »
(Raymond Queneau, Exercices de style, article Homéotéleute): répétition du groupe phonique cule et
de ses variables harmoniques ulbe et ule.
Définition linguistique
L'homéotéleute opère une transformation phonique identique par la répétition d'un même ensemble de
phonèmes (consonnes et voyelles ensembles) dans un membre de phrase ou en fin de proposition.
Définition stylistique
L'homéotéleute peut être une ressource phonique dans la fabrication de jeu de mots.
Genres concernés
L'homéotéleute concerne principalement, comme toutes les figures de transformation phonique, la poésie. On
la retrouve aussi dans le théâtre classique, notamment chez Molière (voir Le malade imaginaire). Dans le récit
comme le roman, l'homéotéleute peut être employée afin de poétiser le discours comme chez Victor Hugo:
« cette tour était la flèche la plus hardie,
la plus ouvrée,
7
la plus menuisée,
la plus déchiquetée,
qui ait jamais laissé voir le ciel
à travers son cône dentelle »
— Victor Hugo, Notre-Dame de Paris
Figures d’insistance:
Anaphore
(féminin) Une anaphore est une figure de répétition qui consiste à répéter un même mot au début d'un vers,
d'une phrase ou d'une proposition.
Je veux qu'un noir chagrin à pas lents me consume,
Qu' il me fasse à longs traits goûter son amertume ;
Je veux, sans que la mort ose me secourir,
Toujours aimer, toujours souffrir, toujours mourir.
Corneille, Suréna (1674), I, 3.
(Grammaire) L'anaphore désigne « toute reprise d'un élément antérieur dans un texte1. »
Enumération
Répétition
L’anadiplose
L'anadiplose (substantif féminin), du grec ana ("de nouveau") et diploos ("double") est une figure de style
consistant en la reprise du dernier mot d'une proposition à l'initiale de la proposition qui suit, afin de marquer
la liaison entre les deux. La répétition du mot forme un enchaînement qui permet d'accentuer l'idée ou le mot ;
proche de la concaténation et de l’édaniplose.
•
•
•
•
•
« Il est bête. Bête il restera. »
« Le néant a produit le vide, le vide a produit le creux, le creux a produit le souffle, le souffle a
produit le soufflet et le soufflet a produit le soufflé. »
« La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine... mène au côté obscur. » (Yoda, dans
Star Wars : épisode V - L'Empire contre-attaque)
« Pas de pierre, pas de construction ; pas de construction, pas de palais ; pas de palais... pas de
palais. » (Amonbofis, dans Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre)
« La grandeur inspire l'envie, l'envie engendre le dépit, le dépit répand le mensonge. » (Lord
Voldemort dans Harry Potter et le Prince de sang-mêlé)
Figures d’opposition:
Antiphrase
(féminin) C'est sous-entendre le contraire de ce que signifie une phrase énoncée. L'ironie repose souvent sur
l'antiphrase.
« Quel temps magnifique ! » (pour dire « Cette pluie m'agace. »)
Antithèse
8
(féminin) Une antithèse consiste à rapprocher, dans le même énoncé, deux pensées, deux expressions,
deux mots opposés pour mettre en valeur un contraste. À la différence de l’oxymore, l’antithèse est une
figure macrostructurale.
Elle déplie la lettre résolument et lit.
« Madame, sous vos pieds, dans l’ombre, un homme est là
Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile ;
Qui souffre, ver de terre amoureux d’une étoile ;
Qui pour vous donnera son âme, s’il le faut ;
Et qui se meurt en bas quand vous brillez en haut. »
Elle pose la lettre sur la table.
Hugo, Ruy Blas (1838), II, 2.
Dans les Figures du discours, Pierre Fontanier écrit :
[...] Au reste, il ne faut pas prendre pour Antithèse toute façon quelconque d’exprimer une
opposition d’idées : ce serait singulièrement se tromper. L’Antithèse exige, dit Laharpe, que les
tournures se correspondent en opposant les idées [...].
(Dialectique) L’antithèse est également l’une des parties du plan dialectique dans une dissertation.
Chiasme [kjasm]
(masculin) Un chiasme est une figure de construction qui consiste à disposer les termes de manière croisée
suivant la structure AB / BA.
Le chiasme (substantif masculin), du grec χιασμός : khiasmós ("disposition en croix, croisement") provenant
de la lettre grecque khi ("X") en forme de croix ( prononcer /kjasm/ « kyasm »), est une figure de style qui
consiste en un croisement d'éléments dans une phrase ou dans un ensemble de phrases et qui a pour effet de
donner du rythme à une phrase ou d'établir des parallèles. Le chiasme peut aussi souligner l'union de deux
réalités ou renforcer une antithèse.
« Les soirs illuminés par l'ardeur du charbon » (Baudelaire, Les Fleurs du mal (1857), « Le
balcon »).
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse et le repolissez.
A B B' A'
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. (Boileau) A B B' A'
•
•
•
•
•
•
•
Ayant le feu pour père, et pour mère la cendre. » (Agrippa d'Aubigné)
« La neige fait au nord ce qu'au sud fait le sable. » (Victor Hugo)
« Rester dans le paradis, et y devenir démon, rentrer dans l'enfer, et y devenir ange! » (Victor Hugo)
« Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger » (Cicéron)
« Les désespoirs sont morts, et mortes les douleurs » (Albert Samain)
« En temps de paix, les enfants enterrent leurs parents. En temps de guerre, les parents enterrent leurs
enfants. » (Herodote)
« La guerre, c’est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent,
mais ne se massacrent pas. » (Paul Valéry)
Oxymore (oxymoron)
(masculin, adjectif : oxymorique) Un oxymore est une figure d'opposition qui consiste à réunir deux termes de
sens contraire à l'intérieur d'un même syntagme.
Lire aussi « antithèse ».
9
Cette obscure clarté qui tombe des étoiles
Enfin avec le flux nous fait voir trente voiles ;
L'onde s'enfle dessous, et d'un commun effort
Les Maures et la mer montent jusques au port.
Corneille (1606-1684), Le Cid (1682), Acte IV, scène 3.
Figures de substitution:
Métonymie
(féminin) La métonymie est une figure de style qui consiste à désigner un objet ou une idée par un autre
terme que celui qui convient (glissement de sens). On parle de métonymie quand le même mot désigne :
•
•
•
•
•
•
•
le tout et la partie : une bonne plume pour un bon écrivain ;
l’objet et sa matière : un verre pour un récipient en verre ;
le contenu et le contenant : boire un verre pour dire boire le contenu d’un verre ;
le lieu et l’activité : un théâtre, une cuisine ;
l’activité et l’instrument, l’objet : faire du piano, jouer aux cartes ;
la cause et l’effet : boire la mort pour boire le poison ;
l’écrivain et son œuvre : lire un Flaubert ;
La métonymie consiste à désigner un objet ou une idée par un autre terme que celui qui lui convient. La
compréhension se fait grâce à une relation de cause à effet entre les deux notions (exemple : « boire la
mort » pour « boire le poison »), ou de contenant à contenu (exemple : « boire un verre » pour « boire le
contenu d’un verre ») ou encore de partie à tout (exemple : « une lame » pour dire « une épée »).
Périphrase
(féminin) Une périphrase consiste à dire en plusieurs mots ce qu'on pourrait dire en utilisant un seul terme.
Exemples : le conseiller des grâces (« le miroir ») et les commodités de la conversation (« les fauteuils »)
sont des périphrases. [Molière, Les Précieuses ridicules]
Synecdoque
(féminin) Une synecdoque est une variété de métonymie qui consiste à donner à un mot un sens plus large
ou plus restreint qu’il ne comporte habituellement.
Exemples :
•
•
Dire « Il y a environ deux cents têtes dans ce théâtre » pour « Il y a environ deux cents individus dans
ce théâtre ». Il s’agit ici de « prendre une partie du tout [têtes] pour le tout lui-même [individus] »a.
Dire « Il parut cent voiles à l’embouchure de la rivière »a pour « Il parut cent bateaux à voiles à
l’embouchure de la rivière ».
Avec le nom d’une ville, écrit Fontanier, la figure peut être double (synecdoque et métonymie) :
•
« La défense du français comme langue de travail de l’Union européenne est l’un des objectifs prioritaires
de Paris pour défendre la langue française dans le monde. » (Dépêche AFP du 19 juillet 2007)
Ici, Paris désigne le pays (la France) : il y a synecdoque car le tout (le pays) est évoqué par une de
ses parties (sa capitale, siège du gouvernement).
•
« Enfermé dans mon sépulcre blanc, j’ignore où vous en êtes, si vous allez trouver votre amie à la
campagne, si la personne que vous me disiez devoir être nommée et déclarée, si les avocats se sont remis à
plaider, si le Châtelet continue à faire ses fonctions, si l’Opéra-Comique attire toujours tout Paris. »
(Voltaire, Lettre à Madame la marquise du Deffand, 11 février 1771)
10
Ici, Paris désigne les habitants de Paris (« Tout devant un nom [...] de ville [...] exprime [...] l’ensemble
des habitants. »b) : il y a métonymie.
11

Documents pareils