1914-1918 - Mémoire des Hommes

Commentaires

Transcription

1914-1918 - Mémoire des Hommes
PATRIMOINE
1914-1918
1914-1918
Mémoire des Hommes
Cycle 3 - Collège
Soldats du 416e régiment d’infanterie - Col. A. Hobt, Vailhan
Objectif pédagogique
Prendre conscience de la réalité de la Première
Guerre mondiale à travers la découverte d’un
patrimoine communal : le Monument aux Morts
Thèmes à exploiter
Histoire
- La Première Guerre mondiale
Géographie
- L’Est et le Nord de la France
Français
- Poésies, chants, littérature autour de la Première
Guerre mondiale
Technologie
- Recherche Internet, utilisation d’un appareil
photo numérique, saisie informatique et mise en
forme des données
Arts plastiques
- L’architecture statuaire
Éducation musicale
- Les chants patriotiques
Outils pédagogiques
Appareil photo numérique, ordinateur avec
imprimante et connection Internet
Sites Internet consultés
Ministère de la Défense :
www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr
Ministère de la Culture :
www.culture.gouv.fr
Sites de particuliers :
www.memorial-genweb.org
http://perso.wanadoo.fr/chtimiste
http://perso.club-internet.fr/vinny03/1418.htm
Ce dossier a été réalisé en collaboration avec les
Archives départementales de l’Hérault.
Étapes de la démarche
Etape 1
Demander aux élèves s’ils savent où se trouve le Monument aux Morts de leur commune, s’ils peuvent le décrire.
Se rendre au monument et faire lire à haute voix les noms qui y figurent. Y a-t-il des patronymes portés par certains élèves ?
Ont-ils un lien de parenté avec la victime ? Ce questionnement pourra déboucher sur une démarche généalogique familiale
Relever les noms, prénoms et tous renseignements relatifs aux victimes de la guerre de 1914-1918.
Le site www.memorial-genweb.org recense, entre autres informations, les données recueillies sur les monuments aux morts,
les plaques commémoratives et les cimetières militaires. 31% des communes de l’Hérault (107 sur 343) sont indexées au
30.11.2004.
Dans les bases de données « architecture et patrimoine » du ministère de la Culture, on pourra trouver des renseignements
sur la construction des monuments aux morts (recherche géographique sur : www.culture.gouv.fr/documentation/memoire/
FRANCE/com-000.htm).
Etape 2
Ministère de la Culture www.culture.gouv.fr
Les bases de données documentaires « architecture et patrimoine » forment un ensemble cohérent organisé selon
le principe suivant :
Mérimée recense des édifices dans lesquels peuvent être conservées des oeuvres mobilières étudiées dans
la base Palissy.
Palissy recense des objets mobiliers dont l'édifice de conservation peut être étudié dans Mérimée.
Mémoire contient des images fixes dont certaines illustrent les notices d'œuvres de Mérimée et de Palissy
ainsi que les notices de Thésaurus.
Archidoc contient des notices bibliographiques qui peuvent également se rattacher aux notices de
Mérimée
et de Palissy.
Thésaurus fédère l'ensemble de ces bases par un vocabulaire commun.
Chaque base peut être interrogée indépendamment. Pour cela, les informations communes nécessaires à
l'identification des oeuvres sont reprises d'une base à l'autre. Des liens informatiques permettent une navigation
transversale entre les différentes bases.
Sur
l e
site
Internet www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr du ministère de la Défense (Secrétariat général pour
l’Administration), retrouver et imprimer les fiches biographiques de ces victimes. La recherche s’effectuera sur les critères nom
et prénom (cocher les cases « contient »).
Mémoire des Hommes www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr
Mémoire des hommes est destiné à mettre à la disposition du public des bases de données réalisées à partir de la
numérisation et de l'indexation de fiches biographiques conservées par le ministère de la Défense. Il a également
pour vocation d'honorer la mémoire de celles et ceux qui ont participé ou donné leur vie au cours des conflits de
l'époque contemporaine.
Les morts pour la France de la guerre 1914-1918
Plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention "Mort pour la
France" figurent sur cette base de données. Elle a été constituée par la numérisation et l'indexation des fiches élaborées au lendemain de la Première Guerre mondiale par l'administration des anciens combattants et aujourd'hui
conservées par la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense. La mention
"Mort pour la France" est accordée, suivant certaines conditions, en vertu des articles L 488 à L 492bis du code des
pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre.
Les fiches comportent les informations suivantes : nom / prénoms /dates et lieux de naissance et de décès /grade /
corps /recrutement /matricules au corps et au recrutement /circonstances du décès /date et lieu de transcription
de l'acte de décès.
La recherche s'effectue sur trois critères : nom, prénom et date de naissance. Le champ « nom » doit obligatoirement être rempli au moins partiellement ; les autres champs sont facultatifs. Le résultat apparaît sous la forme
d'une liste. La fiche correspondant à la personne recherchée est accessible en cliquant sur son nom.
Etape 3
Reporter sur un tableau (modèle joint) les informations recueillies.
Etape 4
Dans les registres d'état civil de la commune, rechercher les actes de naissance, mariage, décès des victimes afin de compléter
les fiches biographiques (origine sociale, régime matrimonial...). Établir le nombre de tués par rapport à la population de la
commune à la veille du conflit.
Etape 5
Sur les sites Internet http://perso.wanadoo.fr/chtimiste, www.1914-18.org, http://perso.club-internet.fr/vinny03/1418.htm,
rechercher l’historique et des photos des régiments, l’historique des batailles, la localisation du lieu du décès.
Chtimiste http://perso.wanadoo.fr/chtimiste
Contenu du site
Détails du parcours de tous les régiments français de la grande guerre
Description détaillée de toutes les batailles de 1914-1918 auxquelles ont participés ces régiments
Description des combats bien ciblés dans différents villages où certains régiments se sont illustrés
Série de photos de régiments en 1914-1918
Tous les endroits et lieux-dits où il y a eu combats
Quelques carnets de guerre de poilus
Etape 6
Fiches biographiques en main, mener une enquête auprès des descendants éventuels des victimes afin de recueillir photos,
lettres, cartes postales, médailles… et reconstituer ainsi les liens familiaux.
Etape 7
Sur une frise historique, indiquer d’une part la date de décès des victimes de la commune, d’autre part les grandes étapes de la
guerre de 1914-1918.
Etape 8
Réaliser une exposition avec les informations et les illustrations recueillies.
Sources documentaires
Sites WEB
Les sites consacrés à la Première Guerre mondiale sont très nombreux. On en trouvera une large sélection sur
http://perso.club-internet.fr/cecile_meunier/liens.htm#fr
Pour la bibliographie, on pourra consulter
http://www.crdp-strasbourg.fr/cddp68/Tele/1914-18.pdf
http://education.france5.fr/guerre14_18
Une sélection de sites
http://www.historial.org/ : l'Historial de la Grande Guerre, à travers les histoires parallèles de l'Allemagne, la France et le
Royaume-Uni, explique la guerre, ses origines et ses conséquences. Il offre une vision culturelle du premier conflit mondial, tel
qu'il a été vécu par les militaires et les civils. Un site incontournable.
http://www.1914-18.org/ : créé par des passionnés, le site est entièrement consacré à la Grande Guerre. Un historique très
complet, des biographies, des photos (notamment des tranchées), de nombreux liens et une bibliographie conséquente.
http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/itiinv/1418/index.html : le site du ministère de la Culture et de la
Communication propose une visite virtuelle des monuments aux morts de la Somme avec un accès aux lieux cartographique
et par liste de communes. Une base iconographique et historique très complète.
http://crdp.ac-reims.fr/memoire/bac/1gm/menu.htm : origines du conflit, grandes phases de la guerre, traités de paix… Le site
du CRDP de l’académie de Reims propose des ressources utiles pour les enseignants d’histoire. A noter : des reproductions de
cartes postales d’époque, des cartes et des textes permettent d’illustrer les cours.
http://hypo.ge-dip.etat-ge.ch/www/cliotexte/index.html#1914 : une sélection de textes sur la Première Guerre mondiale
abordant des thématiques essentielles : les socialistes dans la guerre, la vie à l’arrière du front, la paix et le traité de
Versailles…
http://perso.wanadoo.fr/carbay/Memoire1418.htm : projet pédagogique 14-18 de l’école publique de Carbay (49).
http://perso.wanadoo.fr/alain.houot/Hist/guerre14_18/gun.html : cartes à télécharger.
Bibliographie
Témoignages
A l’Ouest, rien de nouveau, Erich Maria Remarque, Livre de Poche, 1990.
Paroles de poilus, lettres et carnets du front, 1914-1918, Jean-Pierre Guéno, Yves Laplume, Librio, 1998.
Les écrivains de la Grande Guerre, Textes et Documents pour la Classe (TDC), CNDP, n° 759, sept. 1998.
Bandes dessinées
C’était la guerre des tranchées 1914-1918, Jacques Tardi, Casterman, 1993.
Pour les élèves
Au temps de la Grande Guerre, 1914-1918, Pierre Miquel, Jacques Poirier, Hachette Jeunesse, coll. La vie privée des hommes,
1984.
Zappe la guerre, Éditions Rue du' Monde - Histoire d'histoire.
L'horizon bleu, D.Piatek, H.Hamonic, Éditions Petit à Petit.
Bleu, chien soleil des tranchées, Patrick Bousquet, Éditions Serpenoise.
Le Journal d’Adèle, P. du Bouchet, Coll. Folio junior Gallimard.
Verdun 1916, un tirailleur en enfer, Y. Pinguilly, Coll. Les romans de la mémoire, Nathan.
Haumont 14/16, l'or et la boue, C.Lambert , Coll. Les romans de la mémoire, Nathan.
Pour les enseignants
Les Poilus, Pierre Miquel, Pocket, n° 11537, 2002
L’enfant et la guerre, Textes et Documents pour la Classe (TDC), CNDP, n° 764, nov.1998.
Témoignage
Comment faire prendre conscience de l'horreur des guerres et surtout comment humaniser les statistiques des livres
d'Histoire ? Combien de millions de morts, de déportés...? Ce ne sont que des chiffres sans valeurs sentimentales qui n'ont
aucun sens pour l'enfant ou l'adolescent.
Les 1ère et 2ème guerres mondiales sont au programme de la classe de 3ème. Mais il est aussi possible de traiter le sujet avec des
écoles primaires lors des commémorations du 11 novembre, du 8 mai, du 6 juin, du 18 juin....
Exemple de démarche pluridisciplinaire
1) Technologie : en relevant les noms sur les monuments aux morts avec saisie informatique et photographie du monument.
Usage d'Internet, tableur-grapheur, création de pages Web.
2) Histoire : en faisant un lien concret entre l'Histoire de France et l'Histoire de la commune (ce qui reste difficile pour les villes
nouvelles créées après la guerre). Le travail peut-être effectué en collaboration avec les archives communales et les sociétés du
Souvenir Français ou d’Anciens Combattants.
3) Français : en travaillant la poésie, les chants et toute littérature autour de la guerre et de la résistance. Des lettres d'arrièregrands-parents peuvent être lues en classe.
4) Arts Plastiques : l'architecture statutaire.
5) Education Musicale : l'étude des chants peut faire comprendre l'évolution des mentalités : La Marseillaise en opposition à
Chanson de Craonne, Maréchal, nous voilà en opposition au Chant des partisans. Cela peut aussi être repris en étude de texte
en français.
Démarches par type de commune
Vous êtes enseignants dans une commune rurale
Les communes rurales ont gardé, parmi leurs habitants, des descendants de Morts pour la France et le nom affiché sur le
monument reste un lien familial concret ou peut le redevenir. Quels sont les enfants qui savent où se trouve le monument aux
morts ? Peuvent-ils le décrire ? Allez avec eux au monument, lisez les noms à haute voix. Y a-t-il des patronymes portés par
certains de vos élèves ? Quels sont leurs liens de parentés ? Cela pourra amener à une démarche généalogique familiale.
Relevez les noms, prénoms et toutes informations inscrites sur le monument. Chaque enfant pourra écrire un nom ou
plusieurs noms (selon le rapport noms/élèves) et en devenir le filleul le temps de la recherche.
Essayez alors de reconstituer les liens familiaux avec l'aide des parents, de la mairie, l'antenne locale des Anciens Combattants
ou du Souvenir Français.
Lorsque vous avez la liste complète des noms, faites le rapport nombre de tués par rapport au nombre d'habitants de la
commune à la veille du conflit. La mairie possède ces chiffres. Les communes rurales ont perdu en 1914/1918 environ 10% de
leur population (soit 30 % des hommes en âge de prendre les armes). Les grandes communes, même si la liste est beaucoup
plus impressionnante ont perdu environ 4% de la population, soit 12 % des hommes valides.
Les décès du 2ème conflit mondial sont de l'ordre de 10% de ceux du 1er conflit, mais en plus apparaissent des civils, des femmes
et des enfants. Les décès en Indochine et Algérie sont plus sporadiques. Mais ils peuvent être un lien à l'Histoire de la
décolonisation. Quant aux monuments commémorant les guerres napoléoniennes et la guerre de 1870, ils sont assez rares et
très localisés.
Après, si cela est possible, il est intéressant de voir combien de ces hommes étaient pères, leur âge, leur date de décès à
comparer à l'histoire du conflit. Combien cela a fait d'orphelins. Combien étaient célibataires, et n'ont donc pas pu avoir
d'enfants.
Vous êtes enseignants dans une commune citadine
Pour les communes citadines, le lien familial avec le passé est quasi nul. Le brassage de population est tel que rares sont ceux
dont les grands-parents ont pris part aux conflits passés dans leur commune de résidence. L'intérêt de faire travailler des
élèves de grandes communes est de leur faire prendre conscience concrètement de ce qu'ont été ces désastres humains. Vous
pouvez reprendre le même type de démarche que précédemment. Pour avoir la liste des morts, qui peut être très longue, on
pourra passer par la mairie, l'antenne locale des Anciens Combattants ou du Souvenir Français, les Archives départementales.
On s'aperçoit que beaucoup de soldats meurent dès le début du conflit, puis qu'il y a une accalmie avant de nouvelles
hécatombes.
Vous êtes enseignants dans une ville nouvelle
Les villes nouvelles, à part quelques exceptions, ne sont pas sorties de nulle part. Elles ont englobé des hameaux ou de petites
communes rurales. C'est à ces communes que vous devez vous référer. La mairie ou les archives départementales doivent
pouvoir vous renseigner.
Le lien avec les enfants issus de l'immigration
On sera surpris de voir que les élèves issus de l'immigration étaient persuadés que ces guerres n'avaient touché que l'Europe.
Cela est aussi dû au fait que rares sont les noms d'origine non européenne qui apparaissent sur nos monuments. Les colonies
ont gravé leurs monuments sur place et les nombreux tirailleurs marocains, sénégalais, indochinois.... n'ont pas de plaques
dans les communes de l'hexagone.
Aux élèves qui repartent en vacances "au pays", demandez de faire la démarche dans leur village d'origine. S'ils ne repartent
pas, lancez une correspondance avec un parent de la famille pour qu'il vous envoie les informations ou mettez-vous en
contact avec la mairie locale.
Étudiez le nombre de morts par origine, le "Quid" pourra vous être utile pour ce type de statistiques. Ces enfants sont souvent
d'un milieu où la tradition orale est encore forte, ils peuvent donc questionner leurs parents sur ce qu'ils savent. Ce récit
rapporté en classe pourra être intéressant à exploiter.
Les cimetières militaires
Si sur votre commune se trouve un cimetière militaire, que les soldats soient français ou étrangers, vous pouvez aussi saisir
leurs noms. Si vous avez affaire à un cimetière britannique, les stèles sont toutes gravées de l'emblème du régiment et surtout
d'une épitaphe, que vous pouvez traduire.
Votre commune a été le lieu de combats
Vous pouvez alors retracer avec l'aide d'historiens locaux les événements qui ont marqué le lieu et son Histoire. Si un champ
de bataille est dans le voisinage de votre commune, allez-y, visitez-le et donnez vos sentiments. Rédigez-les et mettez-les en
lignes sur le site de votre établissement.
Eric Cancouët, professeur de technologie au collège Jean Jaurès de Levallois-Perret (92)
http://www.ac-versailles.fr/etabliss/clg-jaures-levallois
A Vailhan
Etape 1
Le nom des victimes de la Première Guerre mondiale figure à la fois sur le Monument aux Morts érigé dans le cimetière et sur
un tableau offert par l’Union des Grandes Associations Françaises exposé dans la salle de réunion de la mairie.
Les bases de données du ministère de la Culture ne renferment pas de renseignements sur le Monument aux Morts. Une
recherche sur les registres de délibérations de la commune nous apprend qu’il a été érigé en 1920 et a coûté 600 francs
(subvention votée au budget de 1919).
Etape 2
L’étape 2 ne pose aucune difficulté pour 7 victimes sur 8 (1 à 2 occurrences seulement par nom/prénom). Le nom de Bertin
Oustry, par contre, n’apparaît pas dans la base de données. Une recherche par le seul patronyme s’avèrerait laborieuse (23
occurrences). Une recherche par moteur de recherche Internet fait apparaître Bertin Oustry sur le Monument aux Morts de
Roujan (www.memorial-genweb.org/html/fr/resultcommune.php3?id_source=827). La mairie de cette commune renvoie à M.
Adrien Christol, président du Souvenir Français.
Etape 3
Voir tableau en annexe.
Etape 4
La recherche est rapide, les registres d’état civil étant peu épais. Pour des communes plus importantes, on consultera avec
profit les tables décennales. La population de Vailhan au recensement de 1911 s’élève à 186 habitants. Le village a donc perdu
environ 4 % de ses habitants, ce qui le place en dessous de la moyenne des communes rurales, deux fois plus touchées que les
communes urbaines.
Etape 5
Les recherches Internet et un échange de courriers électroniques avec M. Didier Letombe, gestionnaire du site http://
perso.wanadoo.fr/chtimiste permet de recueillir les documents suivants :
- historique des 96e, 111e et 122e régiments d’infanterie,
- historique de l’armée coloniale française,
- photos de soldats des 96e, 111e, 122e régiments d’infanterie,
- photos du champ de bataille de Massige et du camp de prisonniers de Lagansalza,
- cartes des batailles d’Ypres et de Verdun.
Etape 6
Six des huit patronymes relevés sur le Monument aux Morts sont toujours représentés dans
commune de Vailhan où vivent les petits-enfants de trois des victimes. Une enquête auprès
permet de compléter les fiches généalogiques, de photographier des médailles (médaille
médaille 1914-1918) et de recueillir des portraits, mais malheureusement aucune
l
a
des familles
militaire,
correspondance.