Le Régime Ecossais Rectifié de l-Origine

Commentaires

Transcription

Le Régime Ecossais Rectifié de l-Origine
égime Écossais et ectifié
Convent des GAULES (1778) et de WILHELMSBAD (1782)
rdre des hevaliers ienfaisants de la ité ainte
irectoire
ational ectifié de rance
- Lyon, capitale des Gaules – octobre 2012
1
SOMMAIRE
I
BREF HISTORIQUE
II
LA NOTION D’ORDRE
III
L’ORDRE SEUL EST LE PRINCIPE DU REGIME RECTIFIE
IV
L’ORDRE DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITE
SAINTE,
EST L’ECRIN DU « HAUT ET SAINT ORDRE »
V
L’ORGANISATION DE L’ORDRE
DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITE SAINTE
VI
NECESSAIRE RETOUR AUX FONDEMENTS DE LA
RECTIFICATION
VII
ADRESSE AUX FRERES DU REGIME RECTIFIE
VIII
PROCLAMATION
IX
EXPLICIT

NOTES
2
I
BREF HISTORIQUE
Le Régime Ecossais Rectifié a été créé au Convent des Gaules de Lyon en
1778 où furent élaborés deux Codes :
 Le Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées.
 Le Code des Règlements Généraux de l'Ordre des Chevaliers
Bienfaisants de la Cité Sainte (C.B.C.S.).
Il importe d’insister sur le fait que les deux Codes de Lyon de 1778, sont les
seules et uniques lois constitutives du Régime Écossais Rectifié, qui en
organisent la vie et le fonctionnement. Ces lois, non seulement aucune
instance rectifiée n'a le pouvoir de les modifier, mais son premier devoir,
clairement stipulé et précisé, est de les respecter et de les faire respecter.
Depuis sa création au XVIIIe siècle, de très nombreux évènements se sont
produits, qu’il n’est pas nécessaire de retracer, mais même s’il a traversé des
heures parfois difficiles ou délicates en s’étant décliné et séparé en des
branches distinctes, néanmoins le Régime Ecossais Rectifié, tant bien que mal,
est parvenu à perdurer à travers les vicissitudes de l’Histoire. Cependant, alors
que s’ouvre un nouveau siècle - le XXIe de l’ère de grâce - il apparaît que les
stigmates du temps ont fait subir à ce Régime des épreuves et des oublis
dramatiques qu’il convient de corriger et réformer avant qu’il ne soit trop tard,
surtout si nous voulons éviter que ne se perde l’essence même de la
Rectification pour assurer la continuité de l’héritage véritable de Jean-Baptiste
WILLERMOZ auprès des générations futures.
3
II
LA NOTION D’ORDRE
L’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte prit naissance en 1778 à
Lyon, lors d’un Convent général de la Stricte Observance, dit « Convent des
Gaules ». Du point de vue historique, si l’on veut comprendre ce que représente,
tant dans son originalité que sa finalité, l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la
Cité Sainte, il convient de souligner que les décisions qui seront prises lors du
Convent des Gaules en 1778, sont véritablement à l’origine du Rite, ou plus
exactement du « Régime » Ecossais Rectifié, transformant, réformant et, en effet, «
rectifiant » en profondeur la Stricte Observance dite « Templière » [2], nouveau
Régime, ou système pensé et voulu par Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), dont
toute la structure repose précisément sur son Ordre de chevalerie qui ne couronne
pas l’édifice comme on le dit trop souvent même si l’image n’est point entièrement
inexacte, mais l’encadre, le fédère, le gère et le dirige dans l’ensemble de ses
établissements et classes, mais surtout, et c’est là le principal, lui confère son
essence, son esprit et sa vie [3].
On peut donc dire que le Convent des Gaules, qui se déroula de novembre à
décembre 1778 à Lyon, dans ses décisions, établissait et constituait un Rite fondé
sur quatre grades symboliques, conduisant à un Ordre de Chevalerie, dit « Ordre
Intérieur », formé des Ecuyers Novices et des Chevaliers Bienfaisants de la Cité
Sainte, Ordre Intérieur auquel était adjoint une classe secrète, dite « non-ostensible
», de Chevaliers Profès et Grands Profès [4], établissant un nouveau système
absolument original et novateur, extrêmement éloigné, même s’il en conservait plus
ou moins le cadre général extérieur, de ce qu’avait été la Stricte Observance, mais
également l’ensemble de la franc-maçonnerie, que le Régime nouvellement établi
avait l’ambition de réformer et de « rectifier » afin de lui transmettre les
bienfaisantes lumières de la doctrine de la réintégration qui éclaire d’une manière
unique ce que fut l’homme à son origine, son état actuel et sa destination future,
conférant ainsi un caractère absolument original au Régime Ecossais Rectifié, et
surtout expliquant au regard des critères martinéziens, sa nature dite « nonapocryphe » [5].
Les intentions de WILLERMOZ seront clairement affichées lors de ce Convent
fondateur : rétablir l’unité de la Maçonnerie sur un fondement initiatique véritable, soit
celui de la doctrine de la réintégration, afin de faire cesser la confusion initiatique et
revenir au dépôt primitif.
Il l’explique en ces termes dans le préambule du Code Maçonnique des Loges
Réunies et Rectifiées de France de 1778, dont chaque mot possède son
importance :
« Quelques Maçons plus zélés qu'éclairés mais trop judicieux pour se nourrir
longtemps de chimères, et lassés d'une anarchie dont ils sentaient le vice, firent
des efforts pour se soustraire à un joug aussi avilissant. Des Loges entières
dans diverses contrées, sentant la nécessité d'un centre commun, dépositaire
d'une autorité législative, se réunirent et
4
coopérèrent à la formation de divers grands Orients. C'était déjà de leur part un
grand pas vers la lumière ; mais à défaut d'en connaître le vrai point central et le
dépôt des lois primitives, elles suppléèrent au régime fondamental par des
régimes arbitraires particuliers ou nationaux, par des lois qui ont pu s'y adapter.
Elles ont eu le mérite d'opposer un frein à la licence destructive, qui dominait
partout, mais ne tenant point à la chaîne générale, elles en ont rompu l'unité en
variant les systèmes. [6]»
Ces propos préliminaires ne manquent pas d’intérêt.
Mais ce qui suit est plus encore crucial dans l’explication du projet :
« Des Maçons de diverses contrées de France, convaincus que la prospérité et
la stabilité de l'Ordre Maçonnique dépendaient entièrement du rétablissement
de cette unité primitive, ne trouvant point chez ceux qui ont voulu se l'approprier,
les signes qui doivent la caractériser, et enhardis dans leurs recherches par ce
qu'ils avaient appris sur l'ancienneté de l'Ordre des Francs-Maçons, fondé sur la
tradition la plus constante, sont enfin parvenus à en découvrir le berceau ; avec
du zèle et de la persévérance, ils ont surmonté tous les obstacles, et en
participant aux avantages d'une administration sage et éclairée, ils ont eu le
bonheur de retrouver les traces précieuses de l'ancienneté et du but de la
Maçonnerie. [7]»
On observera que ce projet de réforme émane de France et qu’il s’édifia dans
l’antique capitale des Gaules, plaçant sous les auspices de la pensée et de la
langue d’un pays au sein duquel l’intérêt pour les idées, notamment
philosophiques, était éveillé au plus haut point et, à ce sujet, singulièrement
d’ailleurs au XVIIIe, siècle des philosophes par excellence. Le Régime en
conservera une tonalité et un évident climat, qui relèvent de la sensibilité de
l’âme française pour la réflexion en particulier dans le domaine des choses de
l’esprit. Joseph de Maistre proposera d’ailleurs pour cette raison dans son
Mémoire au duc de Brunswick (1781), que les déclarations du Convent prévu à
WILHELSMAD en 1782, soient rédigées en français : « Ce projet doit être en
français parce que c'est la langue de l'univers... »
5
III
L’ORDRE SEUL EST LE PRINCIPE DU REGIME RECTIFIE
Après l’exposé préliminaire fut édictée une loi qui deviendra le principe même
du Régime Ecossais Rectifié : c’est « l’Ordre », considéré comme base et
principe, et non quelque structure obédientielle, qui légitime et fonde la
régularité des Loges :
« Les Loges ne sont que des sociétés particulières, subordonnées à la société
générale, qui leur donne l'existence et les pouvoirs nécessaires pour la
représenter dans cette partie d'autorité qu'elle leur confie ; que cette autorité
partielle émane de celle qui réside essentiellement dans le centre commun et
général de l'Ordre.... [8]»
Ainsi s’imposait que puisse être érigé un Ordre initiatique d’essence
chevaleresque, mais d’une chevalerie toute spirituelle car destinée à livrer une
bataille subtile se situant dans l’invisible, capable de lutter, non pour rétablir un
Ordre matériel disparu au cours de l’Histoire au XIVe siècle, celui du Temple,
mais contre les reliquats de la dégradation originelle, en engageant un combat
susceptible de réduire et abattre les forces qui enserrent les êtres dans les
obscurs cachots du domaine des ombres depuis la Chute.
Et c’est précisément ce but qui sut convaincre Joseph de Maistre (17531821) lorsqu’il écrivit :
« Il y a de fortes raisons de croire que la vraie Maçonnerie n'est que la Science de
l'homme par excellence, c'est-à-dire la connaissance de son origine et de sa
destination. [9]»
Une science, en effet, dont l’unique but est de réédifier l’homme tout en lui
faisant sentir sa dégradation :
« Etre dégradé ! malgré ta grandeur primitive et relative, qu’es-tu devant
l’Eternel ? Adore-le dans la poussière et sépare avec soin ce principe
céleste et indestructible des alliages étrangers ; cultive ton âme immortelle
et perfectible, et rends-la susceptible d’être réunie à la source pure du bien,
lorsqu’elle sera dégagée des vapeurs grossières de la matière. C’est ainsi
que tu seras libre au milieu des fers, heureux au sein même du malheur,
inébranlable au plus fort des orages et que tu mourras sans frayeur. [10]»
*
A ce titre, et on en comprend aisément la raison, la constitution d'un « Ordre »,
porteur et héritier d’une longue tradition gage de vérité, s'imposait pour JeanBaptiste WILLERMOZ, afin que soit offert aux hommes, et en particulier aux
maçons possédant une sincère noblesse de cœur mais cependant désorientés
au sein de temps incrédules et corrompus, de participer à l'œuvre salutaire de
6
réarmement spirituel et religieux, à la reconstruction des fondations du vrai
Temple qui n’est point fait de mains d’homme, et accomplir, par là même,
l'impérieux devoir imposé à ceux qui ne peuvent accepter, ou qui souffrent, de
croupir dans le marasme existentiel sans chercher à s'extraire de la geôle dans
laquelle ils furent enfermés en venant en ce monde ; lieu inquiétant dominé par
celui qui en est le prince, et qui détient sur ces domaines périlleux la gloire et
l'autorité (Luc 4, 6) 11.
Mais cette transformation, « opérée » par la foi en la Parole de Vérité, et dont la
responsabilité est confiée à l’Ordre, encore faut-il que cet « Ordre » soit en mesure
de l’accomplir, ou tout au moins de la rendre possible. Partant du principe que
l’homme, au sens générique du terme, ne s’est pas conservé dans l’état qui était le
sien à l’origine, constat préliminaire humiliant, il convenait d'établir, pour répondre à
une situation insupportable, une sorte de stratégie à visée réparatrice qui aurait pour
fonction de permettre le passage des ténèbres à la Lumière par la pratique constante
et méthodique des vertus cardinales et théologales, afin que certaines âmes
choisies, pour lesquelles il fallait des secours spéciaux puissent progresser vers un
nouvel état d’être.
7
IV
L’ORDRE DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITE SAINTE
EST L’ECRIN DU « HAUT ET SAINT ORDRE »
Revenant, dans la succession des grades, avec un sens consommé de la
pédagogie sur les grandes lignes de l'Histoire universelle, Jean-Baptiste
WILLERMOZ, qui observera sur ce point une grande fidélité à l'égard de
l'enseignement de MARTINES de PASQUALLY, d'autant que ce dernier se
fondait et s'appuyait dans l'exposé de sa doctrine sur le texte et la lettre de la
Sainte Ecriture, engagea toute la perspective de son système en une subtile et
efficace œuvre de régénération, suivant quasiment pas à pas les différentes
étapes qui virent Adam être dépossédé de son état glorieux, puis expulsé de
l'Eden pour venir endurer en ce monde ténébreux l'éprouvante douleur d'un exil,
ce qui lui vaudra, de par une pénible expiation tout d'abord subie mais que tout
homme aura la nécessité d'accepter et de mettre en œuvre pour pouvoir
collaborer au lent travail de purification, ceci afin de bénéficier de la grâce
salvatrice du Divin Réparateur offerte aujourd'hui depuis le Calvaire,
gratuitement et librement à toute créature désireuse de retrouver par la foi le
chemin qui conduit à l'ineffable communion avec l'Eternel.
L’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, fut ainsi conçu
pour être l’écrin de l’Ordre mystérieux qui est l’essence même du
Régime rectifié, sa substance intérieure secrète.
Ses travaux se dérouleront donc dans l’invisible et auront pour objet de se
consacrer à l’étude et à la conservation de la doctrine de la réintégration dont
l’Ordre est le dépositaire de par l’Histoire, doctrine sacrée qui a un but essentiel
et très élevé que peu d'hommes sont dignes de connaître. WILLERMOZ écrira
du Haut et Saint Ordre :
« Son origine est si reculée, qu'elle se perd dans la nuit des siècles ; tout ce
que peut l'institution maçonnique, c'est d'aider à remonter jusqu'à cet
Ordre primitif, qu'on doit regarder comme le principe de la francmaçonnerie ; c'est une source précieuse, ignorée de la multitude, mais qui
ne saurait être perdue : l'un est la Chose même, l'autre n'est que le moyen
d'y atteindre [12].»
Cet Ordre, mystérieux s’il en est, ce « Haut et Saint Ordre » qui « se plaît à
répandre de temps en temps quelques rayons de lumière » afin d’éclairer ceux
qui cherchent dans les ténèbres pour qu’ils s’approchent de la Vérité, détient,
secrètement, quelques précieuses connaissances sur la « Chose même », selon
la judicieuse expression choisie par WILLERMOZ pour désigner une réalité qui a
son séjour dans l’Invisible, « Chose » qui est, et elle seule uniquement, détentrice
des promesses de l'espérance de la vie éternelle et de notre pleine et entière
participation à la nature divine.
8
De ce fait, « l’Ordre », du point de vue rectifié, lorsqu’on y fait allusion, entendu
dans son principe le plus profond, le plus authentique, ne réfère donc pas à une
structure administrative et temporelle, mais relève d’une dimension purement
spirituelle dont l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte a le devoir
de protéger l’existence, et de le défendre contre les forces de l’Adversaire. Et cette
responsabilité exige un engagement intérieur d’une nature toute spéciale, puisque
le type de lutte dans laquelle sont placés les Chevaliers de la Cité Sainte, est une
lutte qui se déroule principalement dans les régions célestes.
9
V
L’ORGANISATION DE L’ORDRE
DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITE SAINTE
Le titre 3 du Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées de France allait
fixer définitivement la « Composition générale de l’Ordre » structuré selon une
architecture précise, en une ingénieuse construction pyramidale, partant des
Provinces jusqu’aux Loges [13]. Les Provinces correspondent selon le Code à
des Grands Prieurés :
« Les Provinces réformées d'après le nouveau rite, sont divisées en Grands
Prieurés [14].»
Toute cette organisation était placée sous un gouvernement de nature
«aristocratique», terme signifiant le caractère non personnel mais «collégial»
de l’autorité dans l’Ordre :
« Le Gouvernement de l'Ordre est aristocratique, les Chefs ne sont que les
Présidents des Chapitres respectifs. Le grand Maître général ne peut rien
entreprendre sans les avis des Provinciaux, le Maître provincial sans celui des
Prieurs et des Préfets, les Préfets sans celui des Commandeurs, et ceux-ci
sans en avoir conféré avec les Chevaliers de leur district [15].»
Les Articles des Titres 4, 5, 6, 7, 8 & 9 du Code entraient ensuite dans le
détail minutieux aussi bien des assemblées (Convent Général, Convents
Nationaux – Titre 5), que dans celui de l’exercice des fonctions dans les
Prieurés, charges, attributions et devoirs (Titre 6, 7, 8), et ceci jusqu’aux
questions du trésor de l’Ordre abordées longuement au Titre 9 sous le titre «
Objets économiques ».
Les Directoires provinciaux forment « le corps du Régime Rectifié en France »,
coiffés par un Directoire National ayant à sa tête un Grand-Maître National des
Provinces Françaises [16]. Cette organisation fut confirmée lors du Convent de
Wilhelmsbad :
« Avons accordé pareillement aux trois Provinces françaises, qui depuis leur
réforme nationale avaient adopté le titre de Chevaliers bienfaisants de la Cité
Sainte, auquel elles attachaient un prix particulier, la liberté de continuer de s'en
servir. En conservant enfin à cette Chevalerie chrétienne une croix, un
habillement uniforme, les noms d'Ordre et la bague pour se reconnaître, nous
prescrivons pour les dates l'usage de l’Ère du salut et du calendrier réformé, en
abolissant dans les actes celui de l'Ère de l'Ordre établie auparavant [17].»
10
« L'Ordre entier de la Franc-Maçonnerie rectifiée est gouverné par un GrandMaître général, par des Grands-Maîtres nationaux et Administrateurs provinciaux,
et par des Directoires Écossais, et des grandes Loges Écossaises, qui ont sous
leur inspection ou tout l'Ordre en entier, ou une nation, ou une province, ou un
district, ou un département particulier. Le Grand Directoire National enfin est
présidé par le Grand-Maître national, comme chef principal de la nation, des
administrateurs provinciaux, des présidents des Directoires, et des conseillers et
officiers nécessaires pour sa régie et pour son administration. Par le moyen de
l'Ordre ainsi établi, les Loges et établissements inférieurs sont régulièrement
représentés dans les corps supérieurs, et concourent à tous les actes qui en
émanent. » (Cf. Code Maçonnique des loges Réunies et Rectifiées, op.cit.).
Il n’en reste pas moins que cette organisation structurelle qui ne réussit à
s’établir que quelques années avant la Révolution, ne parvint jamais après à
fonctionner telle que décrite selon les Codes de 1778.
La façon dont le Régime perdura tient autant de l’accommodement que de
l’adaptation à des formes structurelles calquées sur les modes existentiels de la
maçonnerie andersonienne, c’est-à-dire à partir de l’idée centralisatrice de «
Grande Loge » dans lesquelles les Provinces ne sont que l’expression du
gouvernement qui dirige l’obédience en son sommet, l’idée d’Ordre étant
évidemment totalement absente d’une telle organisation.
Les principes, ou « Landmarks » de la maçonnerie andersonienne, s’appuient sur
les Constitutions de la Grande Loge de Londres, publiées en 1723, rédigées par
le pasteur presbytérien James Anderson (1684-1739) avec l’aide de John
Théophile Désaguliers (1683-1744) le 24 juin 1717, Constitutions dont le titre
originel était Constitution, Histoire, Lois, Obligations, Ordonnances, Règlements et
Usages de la Très Respectable Confrérie des Francs-maçons acceptés, véritable
travail de reformulation des anciens devoirs en une tentative d’adaptation
fédérative et réductrice des règles et lois de la tradition artisanale, dont les travaux
de Stretton dans « The Speculative Mason » ont bien montré le caractère
destructeur à l’égard de la tradition opérative. Ces Constitutions, qui présidèrent
en 1813 à « l’Acte d’Union » qui permit la création de la Grande Loge Unie
d'Angleterre mettant fin au schisme entre les Moderns et les Ancients, dont on
voudrait faire la base de la « régularité », apparaissent donc plutôt comme une
entreprise d’altération de l’essence de la maçonnerie originelle.
C’est pourquoi, loin de s’y référer comme source de la légitimité de son Ordre,
Jean-Baptiste WILLERMOZ conçut et façonna le Régime Écossais Rectifié
comme une «rectification» de toute la franc-maçonnerie écossaise, dotant son
système d'une structure empruntant beaucoup plus aux règles et formes de
l'antique Chevalerie médiévale, comme en témoigne le Code des C.B.C.S., plutôt
qu'aux conceptions de la maçonnerie libérale défendues par les Constitutions de
1723. Ainsi, totalement étranger à cette perspective universaliste et
faiblement religieuse, qui de plus ignorait absolument tout des éléments
théoriques de la doctrine de la « réintégration », le Régime Rectifié posa, dès
11
les premiers instants de sa fondation, des principes intangibles profondément
différents du milieu maçonnique du XVIIIe siècle - et plus encore de celui issu des
conceptions de la régularité diffusées par la Grande Loge Unie d’Angleterre à
partir de 1929 qui prétend conférer une prétendue « régularité » aux grades et
degrés situés au-delà des Loges symboliques en raison de leur rattachement aux
Grandes Loges - situation que l'Histoire n'a pas démentie et qui perdure depuis
lors, faisant que l’Ordre issu de la réforme de Lyon, tire uniquement sa légitimité et
sa « régularité » de sa fidélité observée face aux principes énoncés et arrêtés en
1778 lors du Convent des Gaules.
12
VI
NECESSAIRE RETOUR AUX FONDEMENTS
DE LA RECTIFICATION
Or, depuis le réveil complet du Régime en France au XXe siècle, force est de
constater que les principes de fonctionnement propre à l’Ordre des C.B.C.S.,
pourtant clairement définis, n’ont pas été respectés. On a voulu se servir des
cadres obédientiels de la maçonnerie andersonienne afin de faire vivre le
Régime Rectifié. Et, à cet égard, toutes les formes sous lesquelles vit le
Régime actuellement ne sont en rien conformes à son essence, mais de plus, y
compris les formes structurelles distinguées sous le nom de «Grands Prieurés»
assortis de leurs divers titres distinctifs (régulier, indépendant, rectifié, réformé,
traditionnel, des Gaules, etc.), qui sont en réalité très éloignés des critères
propres de la rectification tels que spécifiés dans le Code de 1778.
En effet, l’idée d’un « Grand Prieuré National » pour la nation Française - qui
est partagée par les principaux Grands Prieurés hexagonaux - est
incohérente, puisque la France selon le Code de 1778 est constituée de trois
Provinces (IIe d’Auvergne, IIIe d’Occitanie, Ve de Bourgogne) qui,
théoriquement, devraient posséder chacune son Grand Prieuré, ces trois
Grands Prieurés devant être placés sous l’autorité d’un Grand Maître
National [18].
On est ainsi obligé de constater que depuis le réveil en 1935 du Régime lors de
la création du Grand Prieuré des Gaules (G.P.D.G.), la conception originelle du
Code n’a presque jamais été suivie, entraînant des disfonctionnements
significatifs dans la logique organisatrice du Régime Ecossais Rectifié qui cessa,
dès lors, de se penser comme un « Ordre », le ramenant à un Rite réduit à une
conception obédientielle absolument étrangère à l’esprit de la rectification, même
si imaginant en relever en usant de titres et dénominations issus du corpus
sémantique willermozien.
Mais ce premier constat se double d’un second, non moins important, qui
découle presque du premier et en est la conséquence quasi logique :
l’essence de la rectification, outre un Rite original et une pratique spécifique
s’exerçant en quatre grades formant la classe symbolique et un Ordre
intérieur d’essence chevaleresque distingué en un état probatoire (Ecuyer
Novice) et le grade de Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte, c’est d’abord
et avant tout un enseignement, c’est-à-dire une «doctrine» selon le nom qui
lui fut donné par WILLERMOZ, enseignement savamment élaboré et introduit
lors du Convent des Gaules en 1778, ce que confirma de même le Convent
de WILHELSMAD en 1782 [19].
Sans cette doctrine le Régime rectifié n’est plus !
13
Sans cette doctrine le Régime se réduit à une coquille vide, à une écorce dont
on aurait arraché le noyau, une structure dénuée de sa substance puisque
cette doctrine relève de l’enseignement sacré et invariant du « Haut et Saint
Ordre » [20]. Or cet enseignement, précisément, aujourd’hui se trouve menacé,
puisque non seulement il est assez largement oublié et délaissé, et parfois, ce qui
est plus grave, déformé, contredit, et même à certaines occasions, carrément nié,
décrié et dénoncé en raison de son christianisme transcendant [21].
Cette double situation, sur le plan structurel et doctrinal est donc très inquiétante. Elle
oblige à ce que nous puissions empêcher une dérive extrêmement préoccupante
pour ce que représente d’inestimable le dépôt willermozien, nous enjoignant à réagir,
afin de répondre aux exigences du Régime dont nous avons le devoir, de par notre
état de membres, d’être les gardiens et vigilants protecteurs.
Notre action est donc une volonté de retour aux sources du Convent des Gaules
de 1778, en tentant non pas de recréer une nouvelle structure au milieu de celles
déjà existantes, mais de redonner à la notion d’Ordre la place centrale qu’elle
n’aurait jamais dû perdre, tout en insistant sur le caractère fondamental de la
doctrine qui forme, avec l’Ordre, un tout indissociable en une union étroite et intime
sachant que le lien intime avec la doctrine de l’Ordre représente, non une option
du point de vue initiatique lorsqu’on est membre du Régime, mais relève d’un
enseignement spirituel auquel il est nécessaire d’adhérer, faute de quoi on se met
soi-même en dehors des critères d’appartenance du système willermozien dont le
rôle est, précisément, de préserver les éléments doctrinaux établis lors de sa
fondation.
Il convient d’ailleurs d’insister sur le fait que l’aspect doctrinal défini et précis du
Régime rectifié, ce qui est une caractéristique unique dans tout le champ rituel de la
franc-maçonnerie, confère au système willermozien une originalité à nulle autre
pareille en le distinguant entièrement des autres Rites, ce qui n’est pas sans
provoquer, souvent, de nombreuses incompréhensions. Mais si l’on se dit maçon
rectifié et qu’on souhaite le rester – ce qui n’est imposé à personne et relève du
libre-arbitre de chacun – il faut adhérer à cette doctrine et la respecter, non chercher
à la transformer. De ce fait la pensée de WILLERMOZ, puisqu’il le voulut et fit en
sorte que cela soit, n’est pas négociable, adaptable ou modifiable. Elle est un
héritage, dont le Régime rectifié possède, et lui seul, le dépôt et le devoir de
conservation de la sainte doctrine de Moïse « parvenue d'âge en âge par
l'Initiation jusqu'à nous » dont l’Ordre est le dépositaire.
14
VII
ADRESSE AUX FRERES DU REGIME RECTIFIE
Nous appuyant sur l’exemple de ce que Camille SAVOIRE (1869-1951) déclarait
lors de la création du Grand Prieuré des Gaules (G.P.D.G.) en démissionnant du
Grand Orient de France (G.O.D.F.), où il travaillait pourtant depuis 1893, en fidélité
à son intention de réveil de l’Ordre, mais souhaitant établir, de par les conditions de
notre période bien différentes du siècle dernier où la connaissance et la pratique du
Régime étaient encore récentes et incomplètes, un pont transhistorique direct avec
l’idée fondatrice que Jean-Baptiste WILLERMOZ développa lors du Convent des
Gaules :
« Nous avons résolu d'user de notre droit de membres du Régime Ecossais
Rectifié conscients de nos devoirs et nous rattacher à la notion originelle de
«l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte», par-delà les
structures dans lesquelles nous sommes et avons travaillé jusqu’alors pour
défendre le Régime, le caractère de notre rattachement étant motivé par le
souci de préserver l’héritage de Jean-Baptiste WILLERMOZ, de sorte de le
faire vivre en authenticité, avec ceux qui désireront se joindre à nous.
L’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, s’appuyant sur les
transmissions et qualifications qu’il détient, constatant l’éloignement des
critères rectifiés dans lequel on fait vivre le Régime, s’engage dans une
entreprise de réforme et de retour aux fondements structurels et spirituels de
l’initiation willermozienne, et dans la mise en œuvre concrète de la «science
de l’homme» entendue dans le sens de la « doctrine » dont le Régime est
dépositaire [22], cherchant à construire et édifier, pour ceux qui se rangeront
à ses côtés en acceptant de cheminer avec lui en se dirigeant du Porche vers
le Sanctuaire, un nouveau destin commun en forme d’invitation en
s’appuyant, avec confiance, sur les seules bases rituelles et doctrinales du
Régime Ecossais Rectifié, ceci pour le plus grand bonheur des âmes de désir
en quête de la Vérité et celui de toute la famille humaine au bien de laquelle
sont, par définition, consacrés tous ses travaux [23]. »
Toutefois, sachant que le vœux de WILLERMOZ, dans sa volonté de réforme
et de rectification de la Stricte Observance, fut :
- d'instituer un Ordre capable de répondre à l’exigence secrète de
l'Evangile et d’en perpétuer la conception transcendante ;
- d’édifier une authentique Chevalerie chrétienne se fixant pour objet,
non la conquête des biens temporels - d'où son rejet des rêves
chimériques de certains souhaitant que soit réédifié dans sa puissance
initiale l'Ordre du Temple, mais que les « Pauvres Chevaliers du Christ »
élèvent un nouvel édifice en leur cœur dédié à la Gloire de l'Eternel,
édifice qui puisse échapper à la vindicte du temps et à la folie des
hommes en étant une demeure invisible, un Temple «mystique»,
15
un Tabernacle sacré éclairé par la prière, un autel pur entièrement
habité par l’Esprit, « Esprit » qui est le seul guide, l’instructeur, le
bienveillant protecteur et la divine et sainte lumière de l’Ordre des
Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte ; nous réaffirmons que le
Régime Ecossais Rectifié doit être conservé dans sa pureté et son
intégrité, en étant :
1°) Soustrait à toute forme d’organisation obédientielle [24], puisqu’il exige
d’être pratiqué comme un système unique, un Régime indépendant,
autosuffisant et complet [25] ;
2°) Préservé des conceptions, des convictions et visions de toute nature qui
ont pris autorité sur lui au fil du temps en se substituant à son enseignement
initiatique et doctrinal ;
3°) Conservé dans son rôle étroitement et exclusivement spirituel de
structure maçonnique et chevaleresque illuministe et mystique conçue et
pensée, non pas seulement comme un Rite, mais principalement et avant
tout comme un Régime et plus encore comme un « Ordre ».
Tels sont les motifs qui nous guident et font justice à nos yeux des reproches
“d'archaïsme” de “fermeture”, “d’exclusivisme” ou “d’illuminisme hétérodoxe”,
adressés aux formes structurelles, rituelles et doctrinales du Régime
Ecossais Rectifié, qu’il importe vitalement de conserver, préserver, défendre
et développer, sans s’écarter en rien du Principe originel de la « Rectification
», selon ce que nous imposent les Codes fondateurs de 1778.
16
VIII
PROCLAM ATION

I. NOTRE VOLONTÉ DE RATTACHEMENT À LA NOTION ORIGINELLE « D'ORDRE
RECTIFIÉ » N'EST PAS DE NATURE « OBÉDIENTIELLE », MAIS INITIATIQUE,
DOCTRINALE ET SPIRITUELLE.

Il. CE RATTACHEMENT S'EXERCE DONC, POUR CEUX QUI SOUHAITENT S'Y
AGRÉGER, DE FAÇON TRANSHISTORIQUE EN SE RÉFÉRANT, PAR-DELÀ LE
RÉVEIL EFFECTUÉ AU XXE SIÈCLE, DIRECTEMENT AUX PRINCIPES ÉNONCÉS
LORS DU CONVENT DES GAULES (1778) ET DU CONVENT DE WILHELMSBAD
(1782).

Ill. L'ORDRE AGRÈGE À LUI CEUX QUI DÉSIRENT LE REJOINDRE, DANS LES
FORMES MÊMES DU RÉGIME RECTIFIÉ, À SAVOIR SOUS LES AUSPICES DE
L'ORDRE DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITÉ SAINTE POUR LA CLASSE
CHEVALERESQUE, ET DU DIRECTOIRE NATI ONAL DES LOGES RÉUNIES ET
RECTIFIÉES POUR LA CLASSE SYMBOLIQUE, AVEC À LEUR TÊTE LES AUTORITÉS
CORRESPONDANTES (26].

IV. LE RATTACHEMENT À L'ORDRE PEUT SE FAIRE À TITRE INDIVIDUEL, OU AU
NOM D'ÉTABLISSEMENTS (LOGES, COMMANDERIES, PRÉFECTURES, PRIEURÉS,
ETC.), CECI SANS AUTRE OBLIGATION PARTICULIÈRE QUE CELLE D'ADHÉRER
AUX CONCEPTIONS WILLERMOZIENNES EN MATIÈRE D'ORGANISATION,
D'INITIATION ET D'ENSEIGNEMENT, ET DE RESPECTER LES CODES DE 1778 ET
LES STATUTS DE L'ORDRE DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITÉ SAINTE.

V. CONSCIENT DES SITUATIONS SPÉCIFIQUES AU SEIN DES DIFFÉRENTES
JURIDICTIONS RECTIFIÉES CONTEMPORAINES, L'ORDRE N'EXIGE CEPENDANT
DE PERSONNE, NI DE QUELQUE ÉTABLISSEMENT D'OÙ QU'IL PROVIENNE, POUR
SE RATTACHER À LUI, QU'IL ROMPE SES LIENS AVEC LES STRUCTURES OBÉ
DIENTIELLES EXISTANTES DANS LESQUELLES IL SE TROUVE, AFIN DE
REJOINDRE L'OEUVRE REFONDATRICE.

VI. L'APPARTENANCE À L'ORDRE PEUT DONC S'EXERCER DE FAÇON LIBRE
ET SANS CONTRAINTE STRUCTURELLE, LAISSANT LA POSSIBILITÉ À TOUS ET
À CHACUN, SOIT DE FONCTIONNER AINSI AUTANT DE TEMPS QU'ILS LE
PENSERONT UTILE, SOIT DE SE RANGER, LE JOUR QU'ILS LE DÉCIDERONT,
SOUS LES SEULS AUSPICES DE L'ORDRE DES CHEVALIERS BIENFAISANTS DE
LA CITÉ SAINTE ET DU DIRECTOIRE NATIONAL DES LOGES RÉUNIES ET
RECTIFIÉES (27].

VII. L'INITIATIVE DE REFONDATION, DE NATURE TRANSHISTORIQUE, PARTICIPE
D'UNE SITUATION D'ATTENTE, DANS L'ESPOIR QU'UN JOUR LES DIVERSES
COMPOSANTES DE LA FAMILLE RECTIFIÉE REVIENNENT À LA CONCEPTION
ORIGINELLE DE « L'ORDRE » ET RÉALISENT LEUR UNITÉ SUR CE PRINCIPE
UNIQUE ET FONDATEUR.
CECI ÉTANT POSÉ,
17
NOUS, CHEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITÉ SAINTE, PROCLAMONS LE
RÉVEIL, EN SES FONDEMENTS ORIGINAUX DE :
L' O RDRE DES
C HEVALIERS BIENFAISANTS DE LA CITÉ S AINTE
et du
IRECTOIRE
ATIONAL
ECTIFIÉ DE
« Tandem Aurora Sucessit »
18
rance
IX
EXPLICIT
Nous avons conscience de ce que cette « Proclamation refondatrice », et sa volonté
de retour aux fondements originaux de l’Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la
Cité Sainte, pourront susciter comme surprise de la part des observateurs. Pourtant,
cette initiative se fait en amitié avec l’ensemble des juridictions composant ce qu’il
convient de désigner sous le nom de « famille rectifiée », à l’égard de laquelle nous
avons de la bienveillance et un sincère et profond sentiment de fraternité, sachant
l’importance de ce qu’elle représente en étant parfaitement instruits et respectueux
de son histoire selon les différentes singularités qui la composent.
Il nous apparaît néanmoins que les temps sont aujourd’hui venus, alors que
s’ouvre un nouveau siècle dont le précédent fut celui du réveil du Régime,
d’engager à présent une possibilité de refondation de l’Ordre au sens générique du
terme, avec pour seul moteur l’amour de nos devoirs de membres du Régime
rectifié, et selon les critères propres à la réforme de Lyon.
Notre œuvre pourra paraître, à vue humaine tout au moins, symbolique et un rien
étonnante de par la modestie de ses moyens à l’heure des grands regroupements
obédientiels, des fédérations de loges et de la constitution de structures
transnationales. Ceci nous le savons. Mais nous nous plaçons sur un plan différent,
notre action relevant d’un « autre ordre des choses », à savoir celui de la fidélité
initiatique et de l’authenticité doctrinale rectifiées, l’une et l’autre devant être
protégées et préservées, alors que ne cesse de s’amenuiser ce qui faisait la valeur
de la voie maçonnique de par un envahissement des forces profanes qui se sont
emparées des domaines qui auraient dû, impérativement, se maintenir à distance
des puissances de dissolution.
Notre action relève donc autant du témoignage que du souci conservatoire
afin que le projet willermozien puisse être vécu et transmis, par-delà le
temps, en sa vérité essentielle.
Nous ne prétendons pas à nous seuls incarner ou représenter « l’Ordre »
Bienfaisant des Chevaliers Maçons de la Cité Sainte dont, évidemment, toutes les
branches de la famille rectifiée participent. En revanche nous nous en
revendiquons au titre de ses principes et de nos qualifications, désireux d’œuvrer à
sa préservation uniquement sous sa seule référence, ne souhaitant pas, à
dessein, constituer un énième « Grand Prieuré » qui vienne grossir le nombre déjà
fort conséquent de ceux déjà existants, ce qui n’aurait aucun sens au regard de la
perspective initiatique et spirituelle dans laquelle nous nous situons.
Même si l'on n’en comprend pas toujours entièrement les enjeux et la finalité ultime, il est clair,
pour ceux qui se penchent avec attention sur ce système, que le Régime Ecossais Rectifié
oblige à un questionnement, un retournement, une réorientation intérieure complète comme
l’indique explicitement la Règle maçonnique :
19
« Elève souvent ton âme au-dessus des êtres matériels qui t’environnent, et jette un regard
plein de désir dans les régions supérieures qui sont ton héritage et ta vraie patrie. Fais à ce
Dieu le sacrifice de ta volonté et de tes désirs, rends-toi digne de ses influences vivifiantes,
remplis les lois qu’il voulut que tu accomplisses comme homme dans ta carrière terrestre.
Plaire à ton Dieu, voilà ton bonheur ; être réuni à jamais à Lui, voilà toute ton ambition, la
boussole de tes actions [28]. »
Telle est notre unique et identique volonté afin de contribuer, avec amour et fraternité, au
rayonnement de l’authentique tradition willermozienne, et d’œuvrer à la Gloire de «l’Être éternel
et infini qui est la bonté la justice et la vérité même qui, par sa parole toute puissante et invincible,
a donné l’être à tout ce qui existe ».
NOTES
(1) L’Ordre décida en 1778 de faire du Phénix son symbole par excellence : « L'emblème
général des Loges rectifiées de France, est un Phénix renaissant de ses cendres avec la légende
“Perit ut vivat” » (Cf. Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées, 1778, ch. XVI).
(2) Ce système devait à peu près tout à un seul homme, précisément au Reichsfreiherr, le baron
d’Empire Karl Gotthelf von Hund und Altengrotkau, seigneur de Lipse, chambellan de Son
Altessse Sérénissime l’Electeur de Cologne et de l’Electeur de Saxe, conseiller d’Auguste III de
Pologne. Initié à l’âge de dix neuf ans à Francfort, c’est lors de son séjour à Paris, entre décembre
1742 et septembre 1743 qu’il se convertit au catholicisme et que, selon ses dires, il fut reçu dans
un « Chapitre Templier », en présence de Lord Kilmarnock, par un étrange et mystérieux Chevalier
nommé Eques a Penna Rubra (Chevalier au plumet rouge), dont il eut l’intime conviction qu’il
s’agissait en réalité du prétendant Stuart, Charles Edouard ou Jacques III, Grand Maître de l’Ordre
de Jérusalem, qui le nomma à cette occasion Grand Maître de la VIIIe Province. Ce dernier lui
aurait confié que sa mission, d’après les ordres des « Supérieurs Inconnus », était de réformer, de
« Rectifier » la Franc-maçonnerie.
(3) Si le Convent compta treize séances, ce fut dès la première que Turckheim et Willermoz
soumirent à l’adoption des suffrages de l’assemblée des frères le nouveau nom « d’Ordre des
Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte ». Alice Joly précise, s’appuyant sur un document
faisant état des délibérations [BM Lyon, ms. 5479] : « Qui eut l’idée de ce nom ? Une chose est
certaine, c’est qu’il était avant l’ouverture des débats déjà choisi et accepté par les promoteurs
de la réforme. Il est certain aussi qu’ils hésitèrent, au début, sur le titre qu’il convenait de donner
à l’association. Parmi les papiers qui subsistent des travaux préparatoires, on trouve un « Code
de règlements généraux », où l’Ordre futur est appelé « Ordre Hospitalier du Christ ». Mais il est
difficile de savoir quelle est la part des Lyonnais ou des Strasbourgeois dans cette recherche.
La loge de Willermoz s’appelait « la Bienfaisance », mais on a remarqué qu’un grade de
Chevalier Bienfaisant existait déjà dans la loge de Saint-Théodore de Metz, et qu'il y avait en
Suisse un système Écossais qui révérait comme patron Saint Martin, le soldat romain au cœur
charitable. Si nous en croyons les souvenirs de Paganucci ce seraient ces influences,
probablement représentées par Saltzman, qui auraient fait choisir le nouveau titre. Il était fait
pour convenir également aux desseins de Willermoz car il évoquait les Templiers sans les
nommer, et donnait aux Chevaliers une vague et idéale patrie, qui pouvait être tout aussi bien
Rome, centre de la chrétienté, Jérusalem, où s’éleva le temple de Salomon et où Jésus-Christ
fut crucifié, que la cité céleste immatérielle, espoir et but suprême de tout effort mystique. » (A.
Joly, Un mystique lyonnais et les secrets de la franc-maçonnerie, Protat frères, 1938, pp. 11020
111)
(4) Georg Kloss résume, dans son Histoire de la Franc-maçonnerie en France (18521853),
en une phrase heureuse l'origine et la nature des deux professions : « Quand Willermoz
modifia en 1778 au Convent de Lyon le Rituel de la Stricte Observance, il y ajouta les deux
grades théosophiques de Chevalier Profès et Grand Profès, dans lesquels étaient élaborées
les idées de Martinez Pasqualis, mais purifiées et anoblies. La pierre de fond en était le
Traité de la Réintégration.» (Cf. G. Van Rijnberk, Martines de Pasqually, Sa vie, son œuvre,
son ordre, Derain-Raclet, 1938, tome 1er, p. 102).
(5) « La Grande Profession conserve en son entier le dépôt de la doctrine de la
réintégration, voilà qui la définit philosophiquement. Le Régime ou le Rite écossais rectifié,
dans la foulée énigmatique de Martines de Pasqually et sous l’action de Jean-Baptiste
Willermoz, a spécifié la science spécifique de la franc-maçonnerie – qui est “la science de
l’homme’’, selon Joseph de Maistre – en la doctrine de la réintégration, commune aux élus
coën, à Louis-Claude de Saint-Martin et aux ordres martinistes dignes de ce nom. » (R.
Amadou, Martinisme, CIREM, 1997, pp. 37 & 40).
(6) Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées de France, Tel qu’il a été
approuvé par les Députés des Directoires au Convent National de Lyon 5778.
(7) Ibid. Le texte stipule ensuite : «Représenté par ces Corps préposés à l'administration
générale et particulière des différents districts et au maintien et à l'exécution de ses lois ;
qu'aucune d'elles ne peut exister régulièrement, que par un consentement exprès des chefs
légitimes de l'Ordre, constaté par la patente de constitution, qu'ils lui donnent la charge de se
conformer aux lois, statuts et règlements de l'Ordre, sans laquelle tous les actes de la Loge
seraient nuls et clandestins, et les rétributions qu'elle exigerait, une véritable concussion ; qu'en
vertu de cette constitution, la Loge acquiert à la vérité la faculté et le pouvoir de recevoir
légitimement au nom de l'Ordre dans les quatre grades Maçonniques, et de percevoir les
rétributions prescrites, mais que le produit de ces rétributions appartient proprement à l'Ordre en
général, vu que les Loges n'agissent et ne peuvent agir qu'en vertu des pouvoirs qu'elles en ont
reçus. »
(8)
Ibid.
(9) Joseph de Maistre, Mémoire au duc de Brunswick, 1782.
(10) Règle maçonnique, in Rituel du Grade d’Apprenti, Rédigé en
Convent Général de l’Ordre l’an 1782, Version complétée par JeanBaptiste Willermoz et communiquée par lui en 1802 à la Respectable
Loge de la Triple Union à l’Orient de Marseille.
A cet égard, on sait par exemple que la colonne brisée, présente au premier grade d’Apprenti
franc-maçon du Régime Ecossais Rectifié à laquelle est jointe la devise « Adhuc Stat » - qui
provient comme nous l’apprennent les documents de la Stricte Observance où elle symbolisait à
l’origine l’Ordre du Temple décapité mais qui restait solide sur sa base, l’objectif pour l’Ordre
allemand étant de reconstruire cette colonne, c’est-à-dire l’Ordre du Temple - Jean-Baptiste
Willermoz souhaita lui donner une toute autre signification. Elle symbolisa dorénavant pour lui, et
depuis lors pour le Régime rectifié, la chute de l’homme, et devint l’image de l’homme dont la
21
nature a été abîmée par la Chute, et qu’il faut travailler à restaurer, à reconstruire, car la grande
vérité du Régime Ecossais Rectifié, que ne cessent de rappeler ses rituels, c’est que l’homme
aussi est un Temple, conformément à la parole de l’apôtre Paul dans sa première Epître aux
Corinthiens : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite
en vous ? » (I Corinthiens III, 16).
(11) Instruction pour le grade d’Ecuyer Novice, Bibliothèque Municipale de Lyon, ms
1778.
(12) « L'Ordre des Chevaliers bienfaisants de la C. S. est divisé en 9 provinces : Aragon,
Auvergne, Occitanie, Léon, Bourgogne, Grande Bretagne, Allemagne inférieure entre l'Elbe et
l'Oder, haute Allemagne et Italie, Grèce et Archipel. Les Armes de l'Ordre sont deux cavaliers
sur un même cheval dans un écusson écartelé de la croix de l'Ordre. » (Cf. Code Maçonnique
des Loges Réunies et Rectifiées de France, op.cit.).
(13) « L'Ordre des Chevaliers bienfaisants de la C. S. est divisé en Provinces (...) Les
Provinces réformées d'après le nouveau rite, sont divisées en Grands Prieurés (...)
Chaque Prieuré est divisé en Préfectures (...) Chaque Préfecture est composée de neuf
commanderies il suffit cependant que trois d'elles soient en activité pour que la Préfecture
puisse opérer légalement. Les Loges maçonniques, sont le séminaire des sujets destinés
au Saint Ordre, et sont mises sous l'autorité d'un Commandeur, qui en est le Chef titulaire
et inamovible. » (Ibid.)
(14) Cet aspect de collégialité gouvernementale s’opposait à toute forme de despotisme, instituant
une conception pluriel de la gouvernance que l’on jugeait utile également pour la société civile : «
Cette loi de la pluralité est sacrée et fondamentale dans l'Ordre, ainsi que toute société bien
ordonnée : elle est le rempart de la liberté et la sauvegarde contre le despotisme. Un Chef ou
Président d'une assemblée quelconque, qui voudrait abuser de ses pouvoirs, au point de
renverser cette loi fondamentale, est censé parjure à ses obligations, et encourt les punitions
les plus graves de la part de ses supérieurs. » (Cf. Titre 4, Article I). René Guilly écrit sur ce
point avec justesse : « Aristocratique est ici opposé à despotique. C’est le gouvernement des
meilleurs, non par le rang ou la fortune, ce dont l’Ordre ne tient pas compte en son sein, mais
par l’Esprit et l’expérience. » (Cf. R. Guilly, La double structure administrative et hiérarchique
du Régime Ecossais Rectifié en 1778, Renaissance Traditionnelle, n° 31, Juillet 1977).
(16) « L'Ordre entier de la Franc-Maçonnerie rectifiée est gouverné par un Grand-Maître
général, par des Grands-Maîtres nationaux et Administrateurs provinciaux, et par des
Directoires Écossais, et des grandes Loges Écossaises, qui ont sous leur inspection ou tout
l'Ordre en entier, ou une nation, ou une province, ou un district, ou un département
particulier. Le Grand Directoire National enfin est présidé par le Grand-Maître national,
comme chef principal de la nation, des administrateurs provinciaux, des présidents des
Directoires, et des conseillers et officiers nécessaires pour sa régie et pour son
administration. Par le moyen de l'Ordre ainsi établi, les Loges et établissements inférieurs
sont régulièrement représentés dans les corps supérieurs, et concourent à tous les actes qui
en émanent. » (Cf. Code Maçonnique des loges Réunies et Rectifiées, op.cit.).
(17) Recès du Convent Général tenu à Wilhelmsbad, Titre III (1782).
(18) « Les Provinces réformées d'après le nouveau rite, sont divisées en Grands Prieurés. »
22
(Titre III, art. 3, Code Général des Règlement de l’Ordre des C.B.C.S., 1778).
(19) « Le but de Willermoz était donc de préserver la doctrine dont Martines de Pasqually avait
été, selon que ce dernier lui avait enseigné, l’un des relais seulement ; maintenir, quand sombrait
l’ordre des Elus Cohen, la vraie Maçonnerie selon le modèle que Martinès de Pasqually lui avait
révélé comme l’archétype et que garantit une conformité doctrinale avec la doctrine de la
réintégration. » (R. Amadou, Martinisme, CIREM, 1997, p. 36).
(20) « Cet ordre par excellence, à défaut de le pouvoir nommer, ne peut être appelé que le
haut et saint ordre (...) » ordre par excellence détenteur des « des connaissances
précieuses et secrètes qui découlent de la Religion primitive. » (Instruction d’Ecuyer Novice,
1778).
(21) « Tout homme entraîné vers les croyances chrétiennes sera nécessairement ravi de
trouver la solution de plusieurs difficultés pénibles dans les connaissances que nous
possédons.» (J. de Maistre, Mémoire au duc Ferdinand de Brunswick, [le christianisme
transcendant], Chambéry, 15 juin 1782).
(22) « Le Régime ou le Rite écossais rectifié, dans la foulée énigmatique de Martines de
Pasqually et sous l’action de Jean-Baptiste Willermoz, a spécifié la science spécifique de la
franc-maçonnerie – qui est “la science de l’homme”, selon Joseph de Maistre – en la doctrine
de la réintégration, commune aux élus coëns, à Louis-Claude de Saint-Martin et aux ordres
martinistes dignes de ce nom. » (R. Amadou, op. cit., p. 40).
(23) « La Franc-maçonnerie bien méditée vous rappelle sans cesse et par toutes sortes de
moyens, à votre propre nature essentielle. Elle cherche constamment à saisir les occasions
de vous faire connaître l'origine de l'homme sa destination primitive, sa chute, les maux qui en
sont la suite, et les ressources que lui a ménagées la bonté divine pour en triompher. » (JeanBaptiste Willermoz, 1809).
(24) « La Maçonnerie rectifiée ne reconnaît que quatre grades ; savoir ceux d’Apprenti, de
Compagnon, de Maître et de Maître Écossais...» (Cf. Code Maçonnique des Loges réunies et
rectifiées de France, Ch. X - Des Grades maçonniques, 1778).
(25) « L’accomplissement des rites propres à l’écossisme rectifié suppose que celui-ci soit
constitué en un régime autonome. » (in Steel-Maret, Archives secrètes de la FrancMaçonnerie, Collège métropolitain de France à Lyon, IIe Province dite d'Auvergne 17651852,
Librairie de la Préfecture, 1893).
(26) « Chaque Directoire Écossais est composé de son Président (...) Le grand Directoire
national est présidé par le Grand-Maître national, comme chef principal de la nation (...) » (Cf.
Code Maçonnique des Loges réunies et rectifiées de France, Ch. I, op.cit.).
(27) L’Ordre, dans la célébration des cérémonies propres au fonctionnement initiatique des
deux classes du Régime, utilise les rituels dans les versions originelles rédigées par Willermoz
en 1788, 1802 et 1809.
(28) Règle maçonnique, Rituel du Grade d’Apprenti, op.cit.
23

Documents pareils

Bossuet ou la conjonction universelle

Bossuet ou la conjonction universelle homme à sage, en trois mètres insistants, 2/1/1, aussitôt repris par la hauteur de homme et la descente de prévoyant, 1/3 : Ecoute / homme / sage // homme /prévoyant. En contraste avec cette enflur...

Plus en détail

Schools - Hydro Ottawa

Schools - Hydro Ottawa École élémentaire catholique Pavillon Sainte-Euphémie

Plus en détail