Programme février 07

Commentaires

Transcription

Programme février 07
RErr'rsor
/ Svmpxoruv On
PnoqRâ
De eo
I
20 h
nrcç Bruoorsn tSOOl Pr*É
SIHEDT 17 Févruen 2007
t0 " Ëclr* rérornc* oe Brno,rcrr:r
4rl Bo os 8rnonrolr.e,75Ol7 Fmr
Chers amis, fidèles auditeurs,
C'est avec plaisir que nous vous retrouvons, après plus de
six mois, pour ce nouveau concert du Rainbow Symphony
Orchestra (RSO).
L'année 2006 a été la première année où notre orchestre
s'est produit à l'étranger, au mois d'août, dans le cadre des
Outgames 2006 à Montréal au Canada.
L'année 2007 s'annonce riche pour l'orchestre : un premier
concert en février, un concert dans le cadre de la journée
de la femrne et une série de concerts "comédie musicale
Oklahoma" au Pecq en mars, un concert à Cologne en
mai, un concert avec le Choeur Melo'Men et le Choeur de
Torcy en juin, un concert de rentrée en septembre et
surtout, le grand événement de 2007 : le concert des 5 ans
du RSO avec une collaboration exceptionnelle du London
Gay Symphony Orchestra (LGSO) et un déplacement à
Londres.
Cette année de maturité permettra de redéfinir les
missions et les objectifs de l'orchestre avec une implication
plus importante du RSO dans les événements qui touchent
la communauté et une visibilité accrue.
Nous espérons vous retrouver plus nombreux encore pour
soutenir nos projets. Bon concert !
Le Président,
Ronan Grippay
Gomité de parrainage
Le RSO est parrainé par Alexandre Tharaud,
p ia n
iste con ce rti ste i nte rn ation a l,
nommé plusieurs années consécutives aux victoires de la musique,
récompensé de plusieurs diapasons d'or
pour ses enregistrements de dlsgues
Rainbow Symphony Orchestra
Directeur musical : John Dawkins
Retrouvez le Rainbow Symphony Orchestra dans la
Comédie musicale "Oklahoma", du 22 au 25 mars 2007,
à la salle des fêtes, Quai Voltaire, Le Pecq.
Rensei g nements et réservations : http ://www. internationa p layers. nfo
I
i
Retrouvez le Rainbow Symphony Orchestra dans un concert en
collaboration avec le choeur Melo'Men et le choeur de Torcy, les 2 et 3
juin 2007, Oratoire du Louvre, 4 rue de I'Oratoire, 75001 Paris.
L'orchestre recrute des musiciens pour ce nouveau programme et tout
au long de l'année - N'hésitez pas à en parler autour de vous ! cordes,
bois, cuivres, harpes et percussions rejoignez-nous !
Rainbow Symphony Orchestra - RSO
C.G.L., 3 rue Keller, B.P. 255,75524 PARIS Cedex 11
Té1./Fax : 01 42 40 13 69 - e-mail : [email protected]
Site Internet : http://www.rso.asso.fr
Pour toutes vos sortles et vos soirées, ayez
le réflexe Paris-Billet !
Des places de théâtre, de concert et de
spectacles à Paris ou en province,
disponibles rapidement et facilement sur
simple appel téléphonique
!
Pour toutes vos réservations, contactez nous au
0892 69 10 31 (0,34 euro/mn)
Inscrivez-vous aussi sur notre liste de diffusion
hebdomadaire pour recevoir nos coups de cæur et nos
places gratuites en envoyant un courrier électronique à
[email protected] ou sur le site www.paris-billets.com
Programtne du concert
Direction rtrusicale : John Dawkins
FEL|X MENDELSSOHN BARTHOLDY (1809-1 847)
Ouverture
"
Les Hébrides " (La Grotte de Fingal)
version Londres
RTCHARD STRAUSS
(1
864-1 949)
Sérénade pour 13 vents - Op. 7
ALBERT ROUSSEL
(1 869-1
937)
Sinfonietta - Op. 52 (éditions Durand)
vif-lent-vif
WoLFGANG AMADEUS MOZART (17 56-17911
Symphonie N"39 - Mi bémol majeur KV 543
1 - Adagio, Allegro
2 - Andante con moto
3-Menuet&Trio
4 - Allegro
3
MENDELSSOHN (1809 - 1847) - Ouverture
(" La Grotte de Fingal ")
" Les Hébrides "
Felix Mendelssohn bénéficia sa vie durant de tous les atouts possibles et imaginables, au point qu'il finit par en être encombré et
disqualifié aux yeux de la postérité : riche, célèbre, précoce,
excellant en philosophie et en équitation aussi bien qu'en peinture
et en natation, musicien à la fois tourné vers le passé (il fut I'artisan de la redécouverte de Bach en Allemagne) et vers les collègues de son temps (fondateur du conservatoire de Leipzig, il
confia I'enseignement du piano et de la composition à Schumann).
Son existence aisée, ses nombreux voyages, contribuèrent à forger sa sensibilité romantique, qu'il disciplina pourtant au moyen
d'un style d'écriture résolument classique. ll arpenta ainsi une
grande partie de I'Europe, avec une prédilection pour la GrandeBretagne, à la fois en raison de ses paysages écossais propres à
susciter la mélancolie ou à rendre admirables les éléments
déchaînés, et parce que les Anglais manifestèrent toujours une
grande attirance pour sa musique, lui offrant ainsi des opportunités significatives dans sa carrière de compositeur et de chef d'orchestre.
L'æuvre fut esquissée en 1829, et jouée pour la première fois à
Londres en 1832. Mendelssohn y met en musique la vive impression que lui procura la fameuse grotte de Fingal sur l'île écossaise
de Staffa (d'où le nom initial de l'æuvre, modifié par la suite), une
grotte basaltique qui est habituellement surnommée " la caverne
musicale " parce que la mer s'y engouffre en provoquant de nombreux clapotis. Le caractère " ondulant " et sombre des premières
mesures suggère les vagues, tandis que le reste de ce véritable
poème symphonique fait alterner les emportements de I'orchestre
et des passages plus méditatifs et lyriques qui mettent en valeur
la petite harmonie.
RICHARD STRAUSS (1869
instruments à vent op. 7
-
1949)
- Sérénade pour 13
Richard Strauss eut une carrière à la fois si précoce et si longue
4
que son cas pose problème aux musicologues. ll vit le jour à l'époque des voitures à cheval et de la valse viennoise, mais mourut
à l'âge atomique, quittant le classicisme à la Mendelssohn de ses
jeunes années pour élaborer au fil des ans une esthétique
confiante et opulente, reposant souvent sur les ressources du
gigantesque orchestre post-romantique.
La Sérénade pour 13 instruments à vent est une æuvre de
jeunesse, jouée pour la première fois en 1884 sous la direction du
compositeur lui-même. à I'invitation du caractériel chef d'orchestre
Hans von Bulow (l'homme à qui Wagner avait volé son épouse
Cosima, fille d'un certain Franz Liszt, et dont la mort inspira à
Mahler le gigantesque premier mouvement de sa symphonie
" Résurrection "). Bûlow eut une influence marquante sur le jeune
Strauss, I'encourageant à la fois dans la composition et dans sa
carrière de chef d'orchestre en lui prodiguant ce conseil : " Vous
devez avoir la partition dans la tête, et non la tête dans la partition,
même si c'est vous qui en êtes I'auteur ". Précisément, Strauss
connaissait bien les instruments à vent, puisque son père était premier cor solo à I'opéra de Munich, où il passait la moitié du temps
des répétitions en prises de bec avec Wagner qui lui pardonnait
tout, paraît-il, parce que c'était un merveilleux instrumentiste.
L'æuvre, écrite pour 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 4 cors, tuba
ou contrebasson, s'écoute avec grand plaisir, et il faut avoir en tête
que c'est un talent précoce de dix-sept ans qui la composa, avant
de se transformer en génie.
ALBERT ROUSSEL (1869 - 1937) - Sinfonietta op. 52 (Allegro
- andante - allegro)
Roussel fait malheureusement partie des compositeurs français
méconnus chez nous mais célébrés à l'étranger. Ce grand voyageur, qui fut officier de marine de guerre avant d'entamer de
sérieuses études musicales puis d'enseigner le contrepoint à la
Schola Cantorum de Paris où son ancien maître Vincent d'lndy I'avait fait entrer, compta pourtant Varèse, Satie et Martinu parmi ses
élèves ! Sa musique, par sa liberté, son originalité, porle la marque
de cette indépendance d'esprit et de goût façonnée par ses
voyages tout autour du globe même après qu'il eut quitté la carrière militaire. La rançon en est que I'on a du mal à rattacher Roussel à un courant musical précis, bien que son æuvre ait été influencée par Franck et
d'lndy.
C'est en 1934 qu'il composa la Sinfonietta, au cours d'une convalescence
dans le midi de la France suite à une pneumonie qui avait fait craindre
pour sa vie. L'æuvre peut être rattachée à I'ensemble des opus
" classiques " du compositeur, et se compose de trois mouvements, vif lent - vif. Comme son nom I'indique, il s'agit d'une petite symphonie, mais
réduite aux seules cordes de I'orchestre. C'est un contraste saisissant
avec des pièces plus connues de Roussel comme le ballet " Bacchus et
Ariane " qui font appel à un orchestre très fourni, mais on y retrouve cette
marque si particulière au compositeur-voyageur.
MOZART (1756 - 1791) - Symphonie no 39 en mi bémol K 543
Adagio /Allegro -Andante - Menuetto /Allegretto - Finale: Allegro
Avec la 40ème etla 41ème " Jupiter ", cette symphonie fait paftie de la trilogie finale composée par Mozart au cours de l'été 1788.
Bien que pâtissant d'un voisinage encombrant (entre la merveilleuse,"
Prague " et la pétillante 40ème), la n' 39 est pourtant à redécouvrir.
Mozart reprend le principe expérimenté dans la précédente symphonie, à
savoir une introduction lente et majestueuse, mais avec plus de
dissonances et un rythme fortement pointé que soulignent les trompettes
et timbales ; ensuite, un caractère enjoué et lumineux qui perdure jusqu'à
la fin du premier mouvement. Contribuant foftement à cette joie, les instruments à vent sont utilisés dans toute l'étendue de leurs nuances. Le
deuxième mouvement, un andante con moto, est plus mystérieux, et fait
déjà penser au mouvement lent de la " Jupiter ". La légèreté et la grâce
reviennent dans le menuet, avec un thème sur un rythme de marche
saccadée, confié aux violons, puis le trio met en vedette la clarinette
principale, pétillante, qui semble incarner I'esprit viennois si malicieux (en
dépit de I'ingratitude à peu près constante de la capitale autrichienne à l'égard de Mozart..). Enfin, le finale semble représenter la synthèse entre la
gravité et la légèreté contenues dans I'ensemble de l'æuvre, et s'arrête de
lui-même, comme une ultime plaisanterie.
6
JOHN DAWKINS
Né en Grande-Bretagne à Brighton,
John fait ses études musicales à
Reading. ll se spécialise en piano, avec
Eric Parkin et dans la direction de
choeurs et d'orchestre, avec Brian
Fawcett.
En 1988, il quitte I'Angleterre pour Paris
et devient dès 1991, assistant du chef du
'Choeur d'hommes Françoise Legrand'.
En 1996, il est nommé chef du choeur
d'hommes'Mélo'Men', choeur international gai de Paris, avec lequel il effectue
plusieurs tournées à l'étranger ainsi que
de nombreux concerts en France. En
2000, son travail est récompensé par un
premier prix
au concours 'Coups de
Choeurs', organisé en lle de France. La
même année, il est retenu comme chef
des choeurs pour une production du
'Barbier de Séville' qui sera donnée au théâtre de Nîmes et à I'opéra de
Narbonne.
En 20O2, il est nommé chef d'orchestre du 'Rainbow Symphony Orchestra', à
Paris. Sous sa direction, cette jeune formation interprète des oeuvres standards
du répertoire et d'autres plus rarement jouées, telles I'Ouverture Tragique de
Brahms, la symphonie du Nouveau Monde de Dvorak, la symphonie en ré
mineur de Franck, la suite Holberg de Grieg, la symphonie Ecossaise de
Mendelssohn et la suite Capriol de Warlock .
En 2003, il crée l'ensemble vocal Borromée, que la mairie de Paris convie à
chanter sur le oarvis de I'Hôtel de Ville. pour la célébration du 59éme anniversaire de la libération de Paris. ll est également invité à diriger'Mélo'Men' au Lido de
Paris, au Palais des Congrès et à I'Assemblée Nationale.
En mai 2004, les 'Mélo'Men' participent, avec le choeur de l'orchestre de Paris
et le Consort de Paris, à I'opéra 'Les Contes d'Hoffmann', de Jacques Offenbach.
Les représentations ont lieu à Bercy, dans une mise en scène de Jérôme Savary
et sous la direction musicale de Jean-Claude Casadesus.
En juin 2004, pour le centenaire de I'Entente Cordiale,
il interprète avec le
Rainbow Symphony Orchestra les variations Enigma d'Elgar, la création
française de la Symphonie "Londres" de Vaughan Williams et la marche du
Couronnement lmpérial de Walton. En novembre 20O4, c'est une collaboration
étroite entre le choeur Melo'Men et le RSO qui I'amènera à diriger le Requiem
en ré mineur de Cherubini et la Rapsodie pour contralto et voix d'hommes de
Brahms. Ce travail de chef le conduit régulièrement à l'étranger : Allemagne,
Autriche, Canada, Grande-Bretagne, lrlande, ltalie, Suisse, Etats-Unis.
Un grand merci
:
- A tous les musiciens de I'orchestre qui ont contribué
à I'organisation de ces concerts
- Au Maire, à la Mairie du 4ème arrondissement de
Paris et au Pasteur de l'Eglise réformée des
Batignolles qui nous accueillent dans leurs locaux
- A la Sirène de Paris, notre salle de répétition et à son
régisseur, au CGL de Paris et au Studio Bleu
- A John Dawkins, notre chef, pour son engagement à
nos côtés et l'énergie qu'il fournit pour notre orchestre
- A Patrick, Gigi et Jean-Ghristophe pour leur concours
aux partielles
- A léna Vidéo pour la capture du concert
- A Edouard de Gopystore pour les impressions et sa
disponibilité
- A Stellio de Paris-Billets/Stellio Multimédia pour notre
billetterie
- A Olivier Ros pour I'enregistrement de nos concerts
- Aux éditions Durand-Salabert-Eschig
- A tous nos annonceurs de ce programme et à
Attitude Travels, notre partenaire
-
A nos généreux donateurs
u9afaar
b^r - Êra,rrcric
'fh.,e
$,rlon d,ç
3, Bouh\rord Soint-Jocqucr - 75014 PARIS
80t456522 17