Document attaché - Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse

Commentaires

Transcription

Document attaché - Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse
Semaine du Cerveau, 15-21 mars 2010
Programme
Lundi 15 mars
18h : Ouverture par François Chollet, Directeur de l’Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse
(invitation Mairie, Conseil Régional, Conseil Général)
18h15 : Conférence-débat organisée par l’Inserm « Le Cerveau qui écrit » avec Jean-François Demonet
(U825*), Marieke Longcamp (LAPMA*), Sylvie Athènes (LAPMA*), Fabienne Enderly (LAPMA*) et
animée par Martin Venzal
Conférence illustrée par une animation artistique : « Calligraphe de lumière » avec les artistes : Gildas
Malassinet et Claudine Trémeaux (chorégraphe) (LCB*).
Ateliers proposés par des doctorants de l’Université de Toulouse et cocktail offert par l’Inserm.
Lieu : Centre culturel Henri Desbals (128 avenue Henri Desbals, quartier Bagatelle, Toulouse) (métro ligne
A : arrêt Bagatelle). Entrée libre et gratuite
20h30 : Projection-débat autour
« Moon » de Ducan Jones (2009)
du
film
Débat sur « Cerveau et Espace » avec Jean-Marc
Devaud (CRCA*), Laurent Braak (Institut de
Médecine et de Physiologie Spatiales, CNES*),
Bernard Comet (MEDES*), Serge Gracieux de la
Cité de l'Espace, Sören Frappart (ECCD*Octogone*/ CNES*/Région)
Lieu : Cinéma
Toulouse)
Utopia
(24
rue
Montardy,
Mardi 16 mars
13h-14h30 : Thème « Addictions ». Intervention auprès de lycéens par Bernard Francès (CRCA*)
Lieu : Lycée St Nicolas, rue de l'amiral Galache, Toulouse. Accès réservé aux élèves
15h30-17h30 : Thème « Mémorisation ». Intervention auprès de lycéens par Emmanuel Barbeau (CerCo*)
Lieu : Lycée Toulouse Lautrec. Accès réservé aux élèves
A partir de 17h30 : Accueil du public par des doctorants de l’Université de Toulouse : animation, atelier
18h : Conférences du Neurodon
- « Etat des connaissances en matière d’autisme » par Jean-Philippe Raynaud (Pôle Psychiatrie, CHU
Toulouse)
- « Actualités sur la maladie de Parkinson » par Olivier Rascol (Centre d’Investigations Cliniques, CHU
Toulouse)
- « Migraine et céphalées » par Gilles Géraud (Pôle Neurosciences, CHU Toulouse)
Lieu : Hôtel Dieu St Jacques, Salle des Pèlerins. Entrée libre et gratuite
20h30 : Projection-débat autour du film « A
Scanner Darkly » de Richard Linklater (2006)
Débat sur le thème « Drogues et cerveau »
avec Bernard Francès (CRCA*), Anne
Roussin (CEIP*, CHU Toulouse*) et JeanMarc Devaud (CRCA*)
Lieu : Cinéma Utopia (Place du Château,
Tournefeuille)
Mercredi 17 mars
10h45-12h15 : Thème « Mémorisation ». Intervention auprès de lycéens (Lycée Le Savès) par Jean-Marc
Devaud et Pascal Roullet (CRCA*)
Lieu : Cinéma Salle Denis Paunero, 410 route du pigeonnier, Rieumes. Entrée libre et gratuite
14h - 18h : Ateliers scientifiques organisés par l’Association InCOGnu*
- Atelier Interfaces cerveau-machines : « Comment utiliser les ondes cérébrales pour contrôler un
ordinateur? »
Intervenant : Fabien Dal Maso (LAPMA*)
- Atelier Perception : « Comment percevons-nous le monde qui nous entoure ? »
Intervenants : Gladys Barragan-Jason (CerCo*) et Laura Dugué (CerCo*)
2 - Atelier Programmation : « Comment piloter des robots? »
Intervenant : Séverin Lemaignan (LAAS*)
- Atelier Comportement collectif : « Déplacement des fourmis et des hommes »
Intervenant : Mehdi Moussaïd (CRCA*)
Lieu : Médiathèque José Cabanis, Pôle sciences et loisirs (1er étage). Entrée libre et gratuite
18h : Conférence « Interfaces Cerveau-machine » par Philippe Marque (IRIT*)
Lieu : Médiathèque José Cabanis, Grand Auditorium (rez-de-jardin). Entrée libre et gratuite
17h30 : Ateliers "Mémoires et apprentissages" (personnes du 3ème âge et enfants du centre de la "Ferme de
cinquante") échange entre le public, deux chercheuses du LAPMA* : Jessica Tallet et Viviane Kostrubiec et
les artistes : Isabelle Cirla et Claudine Tremaux (LCB)
Lieu : « Ferme de cinquante » à Ramonville. Entrée libre et gratuite
21h : Café-débat proposé par l’Association InCOGnu* : « Robot et société » avec Rachid Alami (LAAS*)
ainsi que Philippe Terral (SOI du PRISSMH*).
Lieu : El Ruedo, 3 rue Baour Lormian, Toulouse
Jeudi 18 mars
15h30 à 17h30 : Thème « Addictions ». Intervention auprès de lycéens par Anne Roussin (CEIP*, CHU
Toulouse*)
Lieu : Lycée Toulouse Lautrec. Accès réservé aux élèves
A partir de 16h30 : Accueil du public par des doctorants de l’Université de Toulouse : animation, atelier
17h : Conférence « L’attention: un gardien aux portes de la conscience visuelle» par Rufin Van Rullen
(CerCo*), illustrée par l’illusionniste Manolo (LCB*)
Lieu : Auditorium du Muséum. Entrée gratuite (dans la limite des places disponibles)
20h30 : Projection-débat autour du film
« BenX » de Nic Balthazar (2008)
Débat « Cerveau et autisme » avec Laurent
Schmitt (CHU de Toulouse)
Lieu : Cinéma L’Autan (Place Jean-Jaurès,
Ramonville St Agne) (métro ligne B : arrêt
Ramonville)
3 Vendredi 19 mars
A partir de 17h30 : Accueil du public par des doctorants de l’Université de Toulouse : animation, atelier
18h : Conférence « Un style de lecture optimale, vu de l’intérieur du cerveau » par Jonathan Levy (U825*)
illustrée par une animation artistique (LCB*)
Lieu : Auditorium du Muséum. Entrée gratuite (dans la limite des places disponibles)
Samedi 20 Mars
A partir de 17h30 : Accueil du public par des doctorants de l’Université de Toulouse : animation, atelier
18h : Conférence « Obésité et cerveau » par Claude Knauf (U858*) et Jean-Pierre Poulain (CERTOP*)
Débat en présence de Béatrice Jouret (CHU de Toulouse) et de Patrick Ritz (CHU Toulouse)
Lieu : Auditorium du Muséum. Entrée gratuite (dans la limite des places disponibles)
Clôture par Yves Trotter (Directeur adjoint de l’Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse)
Dimanche 21 Mars
14h-17h : Champs libres
- « Sommeil » avec Michel Tiberge (CHU de Toulouse)
- « Chirurgie éveillée » avec Alexandra Benouaich (CHU de Toulouse) et Franck Roux (CHU de Toulouse)
- « Vision 3D » avec Yves Trotter (CerCo*)
Lieu : Muséum, accès réservé aux visiteurs du Muséum
Sigles
U825 : Imagerie Cérébrale et Handicaps Neurologiques, Inserm/UPS
LAPMA : Laboratoire Adaptation Perceptivo Motrice et Apprentissage, UPS
CRCA : Centre de Recherche sur la Cognition Animale, CNRS/UPS
CerCo : Centre de Recherche Cerveau et Cognition, CNRS/UPS
Octogone : Unité de Recherche Interdisciplinaire Octogone, Université de Toulouse II-Le Mirail
ECCD/Octogone : Laboratoire Cognition Communication et Développement
SOI/EA3690 - Sport Organisation Identité, UPS
PRISSMH : Programme de Recherche Interdisciplinaire en Science du Sport et du Mouvement Humain, UPS
CIC9302 : Centre d’Investigations Cliniques, CHU Toulouse/Inserm
U858 : Institut de médecine moléculaire de Rangueil (I2MR), Inserm/UPS
IRIT : Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, CNRS/UPS/UTM/INPT
LAAS : Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes, CNRS
CERTOP : Centre d'Étude et de Recherche Travail, Organisation, Pouvoir, UTM/CNRS
MEDES : Institut de médecine et de physiologie spatiale, CNES/CHU Toulouse/UPS
CNES : Centre National d’Etudes Spatiales
Inserm : Institut national de la santé et de la recherche médicale
CNRS : Centre national de la recherche scientifique
UPS : Université Toulouse III-Paul Sabatier
UTM : Université Toulouse II-Le Mirail
CEIP : Centre d'Evaluation et d'Information sur la Pharmacodépendance
InCOGnu : Association des étudiants et jeunes chercheurs en Sciences Cognitives de la région Toulousaine
LCB : Les Chemins Buissonniers, Club jeunes sciences et citoyens du CNRS/Club Unesco
4 Autres actions au cours de la semaine
Espace Carte Blanche au Muséum:
A voir à partir du 4 mars :
- Poster de présentation de l’Institut des Sciences du Cerveau de Toulouse
- Quelques belles photos d’imagerie
- Poster de présentation du programme de la Semaine du Cerveau 2010
Pendant la Semaine du cerveau :
- Présence des Associations des malades du Neurodon pour expliquer leur rôle et
répondre aux questions du public
Espace Aéroport :
A voir à partir du 15 février :
- Présentation interactive de l'Institut des sciences du cerveau et des recherches qui y sont
menées.
- Présentation d’un extrait du film « Intelligence collective » de Guy Theraulaz, réalisé par
Jakob Kneser
- Exposition des robots du CRCA*
5 Réésumé des conférencces et ateliers
Le Cervveau qui éccrit (15 marrs)
JF Deemonet
M Longcam
mp
S Athènes
Conférennce-débat organisée par l’Inserm
l
avec
Jean-Frrançois Dem
monet, Clinnicien, Imaagerie Céréb
brale et Handicaps N
Neurologiquees, U825
Inserm/U
UPS,
Mariekee Longcam
mp, Sylvie Athènes,
A
Faabienne En
nderly Cherrcheurs, Labboratoire Adaptation
Perceptivvo Motrice et
e Apprentisssage, UPS
et animéée par Martinn Venzal
Exner, scientifique
s
d XIXème siècle, avaitt décrit une zone du cerrveau spéciallisée dans lee langage
du
écrit. Auujourd’hui, cette petite réégion est cernnée. Dédiée à l’art délicaat de la transformation du
u langage
en une suuite de mouvvement destiinés à formerr des lettres, elle recèle pourtant
p
encoore bien des mystères.
m
Dans les pratiques scolaires, on
o en est enncore plus loin…comm
l
me en témoiggnent les diifférentes
techniquues d’apprenttissage de la lecture et dee l'écriture à l’école. Existe-t-il une m
méthode pluss efficace
qu’une autre
a
pour appprendre la lecture et l’éécriture ? Mais
M d’ailleurrs, quels méccanismes son
nt mis en
œuvre loors de l’appreentissage ? et
e dans le cervveau ?
Plusieurrs scientifiquues vous prooposent de braquer
b
les projecteurs
p
s cette pettite zone de quelques
sur
cm3, cleef de voûte de
d l’écriture et
e de discuteer avec vous de l’apprenttissage, de laa science de l’écriture
et du fonnctionnemennt de notre cerveau.
c
Cettte conférencce / débat serra illustrée ppar un callig
graphe de
lumière, spécialiste d’une
d
écriturre éphémère mais
m éblouisssante !
Calliggraphe de lu
umière
6 Etat des connaissances en matière d’autisme (16 mars)
Jean-Philippe Raynaud, professeur, clinicien, service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de
l’adolescent, Pôle Psychiatrie, CHU de Toulouse.
Pour les cliniciens et les chercheurs, l’autisme fait actuellement parti des troubles envahissants du
développement (TED). Sa définition a beaucoup évolué depuis sa description en 1943 par Leo Kanner.
En 2009, la prévalence estimée pour l’ensemble des TED, dont l’autisme, est de 6 à 7
pour 1000 personnes de moins de 20 ans. Pour que les personnes avec autisme et autres TED aient
davantage accès aux aides dont elles ont besoin et trouvent une place dans notre société, il est
important de faire évoluer certaines représentations et de mieux transmettre les connaissances
actuelles. Dans le temps imparti, l’accent sera mis sur des données récentes concernant ce trouble,
notamment dans les domaines de la clinique, de l’épidémiologie, des hypothèses étiologiques, de
l’évolution, etc.
Actualités sur la maladie de Parkinson (16 mars)
Peut-on ralentir la progression de la maladie de Parkinson ?
Olivier Rascol, Clinicien, Services de Pharmacologie Clinique et de Neurologie et Centre
d’Investigations Cliniques (INSERM CIC-9302), Hôpital Universitaire de Toulouse
Les antiparkinsoniens commercialisés jusqu’à ce jour sont efficaces pour traiter les symptômes
cardinaux de la maladie (akinésie, tremblement et hypertonie), mais ils n’influencent apparemment pas
son cours évolutif qui s’aggrave au fil des ans pour aboutir en quelques décennies chez nombre de
malades à un handicap moteur et non moteur significatif.
Il y a tout lieu de penser que les symptômes cliniques des malades s’accentuent en raison de
l’aggravation parallèle du dysfonctionnement sous-jacent du cerveau secondaire à la dégénérescence
progressive de certaines populations de neurones. On cherche donc à développer des médicaments
ralentissant la dégénérescence neuronale pour freiner la progression des symptômes. Il existe de
nombreuses molécules s’opposant à la mort des neurones dans des modèles expérimentaux de maladie
de Parkinson chez l’animal. Malheureusement, aucun n’avait fait à ce jour la preuve clinique d’un
impact favorable sur le cours évolutif de la maladie chez l’homme. Récemment, les équipes de
Neuropharmacologie et du Centre d’Investigation Clinique du CHU de Toulouse, en collaboration
avec l’équipe de neurologie du Mount Sinai Hospital de New-York (USA), ont apporté pour la
première fois grâce à l’essai ADAGIO des arguments suggérant qu’un nouvel médicament, la
rasagiline, ralentit la progression des signes cliniques chez le parkinsonien (Olanow, Rascol et al, New
Engl J Med, 2009).
7 Peut-on guérir de la migraine ? (16 mars)
Gilles Géraud, Service de Neurologie et Explorations fonctionnelles du Système Nerveux, Hôpital
Rangueil, Pôle Neurosciences, CHU de Toulouse
On ne guérit pas de la migraine, car avant d’être une maladie, la migraine est un terrain particulier,
génétiquement programmé, qui entraîne une instabilité des neurones du cortex cérébral, cette
instabilité les rendant hyperexcitables à la lumière, aux bruits et aux odeurs. Il existe de nombreux
arguments cliniques et expérimentaux en faveur d’une telle instabilité neuronale. L’hyperexcitabilité
du cortex occipital du migraineux à la lumière, mesurée par le tomographe à positrons, est un exemple
parmi d’autres.
Cette hyperexcitabilité se traduit par une propension anormale à générer une onde d’excitation qui se
propage de proche en proche sur la surface du cerveau à une vitesse relativement lente (3-4 mm/min)
et qui est suivie par une période transitoire de dépression neuronale intense. Ce phénomène, appelé
« dépression neuronale envahissante », reproductible expérimentalement chez l’animal, correspond à
l’aura migraineuse, visuelle quand elle s’étend sur le cortex occipital, sensitive quand elle parcourt le
cortex pariétal, aphasique quand elle concerne le cortex temporal.
Certains migraineux sont capables d’identifier plusieurs heures avant le début de leur crise des signes
annonciateurs sous la forme de modifications de l’humeur, de l’appétit, de la soif, de la vigilance, de
leur température corporelle. Ces fonctions sont régulées par des neurones situés dans la profondeur du
cerveau, dans l’hypothalamus et la partie supérieure du tronc cérébral. Le tomographe à positrons a
montré qu’il y avait dans les toutes premières heures de la crise de migraine une activation de ces
régions profondes du cerveau et qu’elle persistait après le soulagement de la céphalée par un
antalgique, ce qui pourrait expliquer la récurrence de la douleur que l’on observe dans beaucoup de
crises.
Si l’on ne guérit pas la migraine, on peut dans l’immense majorité des cas en soulager les symptômes,
la douleur et les signes associés (nausées, vomissements, photophobie, phonophobie…). On dispose
pour cela de tout un arsenal thérapeutique, au premier rang desquels se trouvent les triptans, molécules
spécifiques qui vont se fixer sur les récepteurs neuronaux responsables de la génération du message
douloureux et qui inhibent leur fonctionnement. Ainsi toute crise de migraine peut être rapidement
soulagée, les cas réfractaires étant dus à des traitements insuffisants ou trop tardivement appliqués.
Lorsque les crises se répètent de façon trop rapprochée et que la consommation des traitements de
crise devient exagérée, il est nécessaire de mettre en place un traitement préventif, dit de fond, la
difficulté étant alors de trouver le meilleur équilibre entre l’efficacité thérapeutique et la tolérance de
ces médicaments. 8 Ateliers scientifiques organisés par l’Association InCOGnu (17 mars)
F Dal Maso
L Dugué
M Moussaïd
- Atelier Interfaces Cerveau-Machine : « Comment utiliser les ondes cérébrales pour contrôler
un ordinateur? » Fabien Dal Maso, Doctorant, Laboratoire Adaptation Perceptivo Motrice et
Apprentissage, UPS
Des électrodes permettant d'enregistrer l'activité cérébrale seront placées sur la tête de volontaires, ils
pourront alors contrôler la trajectoire d'une balle sur un écran en utilisant leurs ondes cérébrales.
- Atelier Perception : « Comment percevons-nous le monde qui nous entoure ? » Gladys
Barragan-Jason et Laura Dugué, Doctorants, Centre de Recherche Cerveau et Cognition, CNRS/UPS
Nous essaierons de répondre à cette question à partir de deux sens, la vision et l’attention. Nous
verrons comment notre cerveau interprète ce qui se passe autour de nous à partir d’informations
physiques comme les mouvements de l’air et les variations de l’énergie lumineuse. Cependant, il fait
parfois des erreurs. D’autre part, l’attention fait parfois défaut et nous ne percevons pas réellement la
totalité de ce que nous regardons.
- Atelier Programmation : « Comment piloter des robots? » Séverin Lemaignan, Doctorant,
Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes
A partir d'un langage de programmation simple, le public pourra piloter de petits satellites robotisés
disposés sur une maquette.
- Atelier Comportement collectif : « Déplacement des fourmis et des
Mehdi Moussaïd, Doctorant, Centre de Recherche sur la Cognition Animale, CNRS/UPS
L’équipe « Dynamiques complexes et réseaux
d’interactions dans les sociétés animales » du
Centre de Recherches sur la Cognition Animale
(http://cognition.ups-tlse.fr) a pour objectifs l’étude
expérimentale et la modélisation des mécanismes
comportementaux et cognitifs impliqués dans les
comportements collectifs observés dans un grand
nombre de sociétés animales.
Nous cherchons à comprendre comment s’effectue
le traitement de l’information dans les sociétés
animales de vertébrés (par exemple des foules
humaines) et d’invertébrés (par exemple des
fourmis), et quels sont les processus permettant aux
individus qui constituent ces groupes de prendre
collectivement des décisions, de coordonner leurs
activités pour construire des architectures complexes
ou de réaliser des manœuvres sophistiquées de
déplacement.
9 hommes »
Interfaces Cerveau-machine (17 mars)
Philippe Marque, Professeur clinicien, Service de médecine physique et de réadaptation, CHU Rangueil et
IRIT
Les travaux d’électrophysiologie qui se sont
développés depuis une trentaine d’année ont
permis de mieux comprendre les informations
codées aux niveaux des aires corticales impliquées
dans le mouvement. Les dispositifs d’interface
cerveau-machine utilisent ces signaux électriques
émis par le cerveau soit à la surface du scalp, soit
sous la voute crânienne, soit en intracérébral pour
piloter par la « pensée » divers dispositifs, allant
du curseur d’ordinateur au bras artificiel articulé.
Nous présenterons les avantages et les limites de
ces différents dispositifs d’interface cerveaumachine ainsi que les applications dans les
domaines du handicap ou de la robotique.
L’attention: un gardien aux portes de la conscience visuelle (18 mars)
Rufin Van Rullen, Chercheur CNRS, Centre de Recherche Cerveau et Cognition, CNRS/UPS
Même sans déplacer le regard, nous pouvons porter notre attention sur différents endroits ou aspects de la
scène visuelle qui nous entoure. Les scientifiques évaluent avec minutie l’influence de l’attention aux
endroits concernés : meilleure performance, meilleure visibilité, meilleur temps de réaction, etc. Mais
l’attention peut aussi avoir des effets bien plus dramatiques, que l’on peut observer « à l’œil nu » : si vous
n’y prêtez pas attention, un interlocuteur peut changer d’identité, un animal impromptu peut traverser la
pièce, un immeuble entier peut disparaître devant vous, sans que vous ne vous aperceviez de rien ! Ce
phénomène bien connu (et exploité) par les magiciens et prestidigitateurs, renseigne également les
scientifiques sur les mécanismes et le fonctionnement de la perception visuelle.
10 Un style de lecture optimale, vu de l’intérieur du cerveau (19 mars)
Jonathan Levy, Chercheur, Imagerie Cérébrale et Handicaps Neurologiques, U825 Inserm/UPS
Peut-on prédire la performance de lecture? Oui, un modèle théorique est actuellement capable de le faire en
utilisant certains tests spécialisés de lecture. Une approche plus futuriste, comme utilisée ici, consiste à
prédire la lecture à partir du « trafic d'information » cérébral. En utilisant l'IRM fonctionnelle, nous avons
réussi à isoler deux voies cérébrales principales, dont leur recours inefficace ou efficace est respectivement
prédictif de mauvaises ou de bonnes performances de lecture. Par conséquent, ces résultats soulèvent l'idée
originale d'un style de lecture efficace « in cérébro » ! Autrement dit, favoriser « le trafic d’information »
entre certaines voies cérébrales peut potentiellement aboutir à une lecture plus efficace. De plus, les données
pourraient expliquer pourquoi l'apprentissage de la lecture ne donne pas toujours les résultats attendus, et
ainsi suggérer qu'un apprentissage de lecture adapté à la majorité des élèves, mais aussi à certains individus
uniques, pourrait potentiellement aboutir à une lecture plus efficace.
Obésité et Cerveau (20 mars)
C Knauf
JP Poulain
B Jouret
Claude Knauf, Chercheur, Institut de médecine moléculaire de Rangueil, Unité Inserm/UPS et Jean-Pierre
Poulain, Professeur et Sociologue, CERTOP*, Unité Université Toulouse II-Le Mirail/CNRS
Débat en présence de Béatrice Jouret (CHU Toulouse) et de Patrick Ritz (CHU Rangueil)
Origine et mécanismes moléculaires de l’obésité : implications du cerveau. Communications tissus
périphériques (tissus adipeux, intestin) - cerveau en relation avec les maladies métaboliques (diabète de type
II et obésité), nouvelles approches thérapeutiques.
Dimensions sociales de l'obésité et éducation alimentaire :
Phénomène multifactoriel, l’obésité concerne de nombreuses disciplines scientifiques depuis la génétique
jusqu’aux sciences sociales en passant par tous les savoirs fondamentaux sur lesquels s’adosse la médecine.
La sociologie peut porter sur l’obésité un triple point de vue : le premier se met au service de l’épidémiologie
en mobilisant les cadres théoriques et les outils des sciences humaines et sociales pour identifier les
déterminants sociaux de l’obésité ; le second, fidèle à la tradition critique de la sociologie française, étudie
dans une perspective historique la transformation du regard scientifique et social sur la corpulence et dans la
perspective de la sociologie des sciences s’intéresse au fonctionnement des sciences de l’obésité
(épidémiologie, nutrition, chirurgie, psychiatrie…) ; le troisième essaie de contribuer à la mise en place de
politiques de lutte contre le développement de l’obésité en identifiant les déterminants sociaux sur lesquels
celles-ci pourraient agir.
11 Intervenants Café-débat (17 mars)
Ph Terral
Intervenants Projections-débats
- « Moon » (15 mars)
S Frappart
S Gracieux
L Braak
Bernard Comet
- « Scanner Darkly » (16 mars)
B Francès
A Roussin
JM Devaud
Intervenants Champs libres (21 mars)
Y Trotter
Intervenants Lycées (16, 17 et 18 mars)
E Barbeau
A Roussin
B Francès
JM Devaud
12 P Roullet