amplitude magazine 5 - Fédération Française de Lutte

Commentaires

Transcription

amplitude magazine 5 - Fédération Française de Lutte
Amplitude
Amplitude
Janvier 2011
3,50 €
Votre nouveau
magazine
#5
Le magazine de la lutte attitude
Les événements du
premier trimestre
Interview
Raphaël Martinetti
Président de la FILA
2011
Coupe du Monde Féminine
Championnat de France Excellence
Cristo Lutte
Grand Prix de Tourcoing
Pleins feux sur...
La Normandie
> décryptage... L’arraché de côté de Christophe Guénot
edito
« Fédérer,
accompagner,
professionnaliser pour
avancer ensemble ».
Tel est le credo amorcé par la Fédération Française de Lutte en
2010 et qui sera poursuivi avec
entrain et conviction en 2011.
Au Carrefour du Développement
des Luttes en septembre dernier
organisé à Chatenay-Malabry, la
Fédération Française de Lutte
confortait son engagement sur la
voie de la structuration des clubs
et des comités en plaçant la professionnalisation de la lutte au
cœur de ses actions.
Preuve en est dans ce numéro 5
d’AMPLITUDE où nous mettons
en lumière l’arrivée d’un cadre
technique pour la Haute et la
Basse Normandie. Gageons que
son expertise permette d’optimiser leur développement par des
formations professionnalisantes
et une détection efficace des
jeunes espoirs.
AMPLITUDE place également
sous les feux des projecteurs le
club de Meaux qui s’inscrit parfaitement dans la dynamique de
la politique fédérale. C’est par la
structuration des clubs que la Fédération Française de Lutte développera ses activités et par la
même le nombre de licenciés…
Un travail déjà initié par la mise
en place des maîtrises qui permettent une progression graduée des jeunes lutteurs.
De nouveaux licenciés qui pourront aussi être conquis lors des
nombreuses manifestations sportives qui rythmeront ce premier
semestre 2011. Coupe du Monde
à Liévin, Championnats de France
à Besançon, Cristolutte à Créteil,
Grand Prix de Tourcoing : l’année
2011 s’annonce sous les meilleurs
hospices pour la lutte française.
Bonne et heureuse année 2011
La rédaction
Amplitude janvier 2011
[3]
Actualité
sommaire #5
5Actualité
Tout ce qu’il faut savoir...
9
interview
Raphaël Martinetti
Président de la FILA
10
événements
Coupe du Monde
Championnat de France
Cristo Lutte
Grand Prix de Tourcoing
16
rencontre
Philippe Piat
Président d’Appart’City
18
dossier
Les perspectives et évolutions
du sportif de Haut Niveau
22
décryptage
Technique de Christophe Guénot
24
portrait
Anna Gomis
Chalons en Champagne inaugure sa nouvelle salle
Soirée des médaillés
C’est en présence de nombreuses personnalités que la municipalité de
Chalons-en-Champagne,enlapersonneduDéputé-MaireBrunoBourgBrocetBenoitApparu,Secrétaired’étatenchargedulogement,qu’Alain
Bertholom, Président de la FF Lutte et Dominique Latterrade, Directeur Technique National, se sont rendus le 27 novembre à Chalonsen-Champagne pour inaugurer le nouveau complexe sportif « Croix
Dampierre » et sa salle de lutte.
La Fédération Française de Lutte a organisé sa traditionnelle soirée
des médaillés, mardi 2 novembre, dans les locaux de l’entreprise
Pernod. Alain Bertholom a ainsi félicité les 10 lutteurs médaillés lors
des Championnats d’Europe et Championnats du Monde 2010.
A noter aussi la venue de François Stramandino, membre du bureau
fédéral et président du comité de Picardie.
Ils ont été reçus par Michel Triqueneaux, Président du club de Chalons-en-Champagne, et Marc Attafi, Président de la ligue Champagne-Ardennes.
L’inauguration s’est vue rythmée par le challenge de l’Open de la
Marne qui a vu la participation de 120 lutteurs du poussin au benjamin.
Colloque des arbitres internationaux
Les lutteurs médaillés
Samedi 2 octobre 2010 a eu lieu le colloque des arbitres internationaux au siège de la FFL.
Médaillée de bronze aux Championnats d’Europe cadet de lutte féminine (40 kg)
Le Président, Alain Bertholom, le 1er vice-président délégué, Salvatore
Attardo et le Directeur Technique National, Dominique Latterrade, ont eu le plaisir d’accueillir le fleuron de l’arbitrage français à
Maisons-Alfort qui s’est étoffé depuis cet été avec 4 nouveaux
jeunes arbitres internationaux.
26Ailleurs
La Lutte Bretonne / le Gouren
La Normandie
30
disciplines associées
Retour sur les World Combat Games
32
santé
Bien être
La gestion du poids chez le lutteur
34
shopping
37LEs yeux les oreilles
Amplitude
le magazine de la fédération Française de Lutte
FFL
2, rue Louis Pergaud 94 706 Maisons-Alfort Cedex
Directeur de la publication : Alain Bertholom
Rédaction : New Script
Maquette : Imag’in
Photos : DR, Laetitia Doutre, FFL, Martin Gabor, Jocelyne Jovenin,
ID Sport, Véronique Le Velly.
Ont participé à ce numéro : Fanny Gai, Noémie Egot, Julie Bertholom, Marc Rollet
Patrice Mourier, Dominique Latterrade, Salvatore Attardo,
Philippe Vidal, Sophie Cauvin, Stéphane Scelles, Christophe Delamare, Jean-Philippe Dos Prazeres
et Jean-Marc Gourdin.
Cynthia VESCAN
Vice-championne d’Europe et du Monde junior de lutte féminine (72 kg)
Mélanie LESAFFRE
La journée a été dense (travail vidéo, retour sur les différents règlements…) et a été l’occasion pour la CNA de présenter officiellement
le plan national de formation des jeunes arbitres et des arbitres
régionaux qui sera appliqué dans chaque région et zone par les
différents formateurs.
Médaillé de bronze aux Championnats d’Europe senior de lutte gréco-romaine (66 kg)
La Mutuelle des Sportifs, partenaire de la Fédération Française
de Lutte, a souhaité soutenir des projets porteurs pour le développement de la lutte dans les quartiers sensibles (ZUS). La FFL
et la MDS ont donc mis en place conjointement un appel à projet
pour appuyer financièrement les projets des comités régionaux. Au
total, 14 comités ont présenté un projet et 13 se sont vus récompensés par une bourse (Alsace, Bourgogne, Bretagne, Champagne,
Franche Comté, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Limousin, Lorraine, Midi-Pyrénées, Nord Pas de Calais, PACA et Rhône-Alpes).
Tous les résultats / Agenda
Zelimkhan KHADJIEV
Médaillé de bronze aux Championnats d’Europe cadets de lutte libre (58 kg)
Médaillée de bronze aux Championnats d’Europe senior de lutte féminine (51 kg)
La MDS et l’appel à projet
35En bref
Julie Sabatié
Robert Ait-Braham, Président de la commission nationale d’arbitrage (CNA), a, à son tour, ouvert la journée en l’inscrivant sous le
signe de la formation des jeunes arbitres, facteur essentiel du développement de l’arbitrage français.
Le ton est donné ! La CNA affirme son souhait de promouvoir l’arbitrage chez les jeunes.
28Plein feux sur
C’est Arnaud Romera, journaliste sportif chez France Télévision, qui
a animé cette soirée autour des lutteurs et des partenaires qui ont
fait le déplacement pour remettre les prix.
Meryem FATAH
Médaillée de bronze aux Championnats d’Europe senior de lutte féminine (59 kg)
Steeve GUENOT
Mélonin NOUMONVI
Médaillé de bronze aux Championnats d’Europe senior de lutte gréco-romaine (84 kg)
Audrey PRIETO
Vice-championne d’Europe senior de lutte féminine (63 kg)
Anna GOMIS
Médaillée de bronze aux Championnats du Monde senior de lutte féminine (55 kg)
Claude Fauquet (Directeur Général Adjoint de l’INSEP), Patrick
Cluzaud (Direction du Haut Niveau au CNOSF), Francis Tissot
(Président du CROSIF), Nicolas Bonnet (Région Ile de France),
Christophe Megret (Directeur Commercial Appart’City), Patrick
Rosso et Michel Godard (INSEP) notamment ont fait le déplacement pour assister à cette remise de prix.
Mariage
Ce sont entourés de leurs amis et de leur famille que Christophe
Guenot et Vanessa Rajon se sont dit oui le 25 septembre à
Tournan-en-Brie (77). La FFL adresse tous ses vœux de bonheur
aux nouveaux époux !
Naissances
La famille de la lutte s’agrandit ! Dans le dernier numéro, deux
lutteurs étaient devenus papas. Cette fois-ci, ce sont quatre
cadres techniques ! Jean-Philippe Dos-Prazères (CTN) est
l’heureux papa d’un petit Léo depuis le 21 novembre, Fanny Gai (CTN) et Joseppino Massida (CTR) ont donné naissance à une petite Mia le 7 décembre. Vincent Vidal, lutteur de
Chamalière, est également papa de Jeanne depuis le 9 novembre.
Félicitation aux nouveaux parents !
ISSN : 1969-8801
Impression : Imprimerie du Correzien
Abonnements : Fédération Française de Lutte
Prix unitaire : 3,50 €
Amplitude j r 2011
[5]
Actualité
3 questions à
Christopher Lagarde, entraîneur du CS Meaux Lutte (Seine et Marne)
Inauguration de la nouvelle
salle de lutte à Marquise
le clin d’oeil
de Pierre Milon
« Nous sommes un petit club familial [...], mais
nous nous efforçons d’être le plus professionnel
possible dans nos actions et dans le fonctionnement du club... »
Alain Bertholom, Président de la Fédération Française de Lutte et
Salvatore Attardo, Vice-président, se sont rendus vendredi 1er octobre à Marquise (62) pour inaugurer le nouveau complexe sportif
« Capoolco » et sa salle de lutte.
Votre club est passé d’une labellisation de niveau régional à national en deux ans et a obtenu 2 étoiles en 2010. Qu’avez-vous
mis en place pour obtenir ces résultats ?
Ils ont été reçus par Lise Legrand, ex-Championne internationale
de lutte (2 titres mondiaux, 4 titres européens et une médaille olympique), Présidente du comité régional Nord-Pas-de-Calais et chargée de mission au Conseil Général.
Nous menons beaucoup d’activités au niveau scolaire et périscolaire. Ce travail est un travail de longue haleine. Nous avons
également modernisé notre bureau et avons même notre profil
facebook ! Nous sommes un petit club familial (une soixantaine
de licenciés), mon père est le président et ma mère la secrétaire,
mais nous nous efforçons d’être le plus professionnel possible
dans nos actions et dans le fonctionnement du club.
L’inauguration s’est vue rythmée par une démonstration de
l’équipe de France de lutte féminine, dans cette nouvelle salle qui
servira de « base arrière » pour la préparation des Jeux Olympiques
de Londres 2012.
En temps qu’entraîneur, j’exige que les jeunes viennent en tenue. La discipline est importante. Elle a d’ailleurs conduit deux
athlètes à l’INSEP : Fatoumata et Siga Yattabaré. Elles passeront
en janvier leur BP JEPS et pourront déclencher deux emplois au
club. Elles pourront alors m’épauler dans les actions que je mène
au niveau scolaire ou en partenariat avec la ville.
Mercredi 29 septembre, l’INSEP a inauguré son tout nouveau complexe sportif « Christian d’Oriola», qui regroupe plusieurs disciplines
sportives dont la lutte, la gymnastique, l’escrime, le taekwondo et
le pentathlon moderne.
Notre club a une bonne réputation. Nous avons de très bons résultats, surtout en lutte féminine puisque nous avons une vingtaine de titres de Championne de France à notre actif. Les podiums sont notre meilleure publicité pour attirer les jeunes. En
voyant nos résultats dans la presse, d’anciens adhérents délaissent même le football pour revenir à la lutte…
En quoi cette labellisation vous aide ?
L’INSEP bâptise sa salle de lutte
La Fédération Française de Lutte a souhaité par la même occasion
mettre l’accent sur la nouvelle salle de lutte et la bâptiser au nom de
son champion olympique 2008, Steeve Guenot. L’ex-Ministre de la
Santé et des Sports Roselyne Bachelot était présente pour lancer
ces nouvelles installations.
Alain BERTHOLOM en visite à Londres
Cette labellisation nous permet surtout d’avoir une reconnaissance au niveau national. Nous sommes un club familial avec peu
de moyens mais nous faisons les choses sérieusement.
Alain Bertholom et Dominique Latterrade
se sont rendus au départ de la Route du
Rhum dimanche 31 octobre à Saint Malo.
Ils étaient invités par Appart’City, principal partenaire de la FFL, qui participait à
la course avec son propre bateau dans la
catégorie des monocoques.
Cette labellisation nous permet aussi de valoriser notre compétition : la Coupe de la ville de Meaux. Cette manifestation est reconnue comme étant une compétition de qualité pour préparer la
saison. Elle a lieu tous les ans, le dernier week-end de novembre.
On accueille environ 180 lutteurs de toute la France (en particulier Nord Pas de Calais, Champagne Ardenne, Picardie, Ile de
France…). Avec la labellisation de la FFL, nous serons encore plus
crédibles auprès des collectivités locales et territoriales.
Carrefour du Développement
des Luttes
Quel est le secteur où votre club a le plus progressé ?
Nous avons surtout progressé en terme de nombre de licenciés.
Il n’y a que le travail qui paye et nous avons bénéficié de l’effet
boule de neige : plus il y a du monde, plus on a envie de s’entraîner. Ma plus grande fierté, c’est qu’avec très peu de subventions
de la ville, nous avons réussi à faire énormément de choses et je
remercie la fédération de reconnaître nos efforts
[6]
Amplitude janvier 2011
La FFL au départ
de la Route du Rhum
Alain Bertholom s’est rendu à Londres lundi 6 et mardi 7 décembre
avec le CNOSF et les différents présidents des Fédérations Olympiques. Le déplacement a donné l’occasion de visiter les infrastructures développées dans la capitale anglaise en vue des futurs Jeux
Olympiques en 2012. Il a ainsi visité le futur Club France ainsi que
le complexe EXCEL dans lequel se dérouleront les compétitions
de lutte.
La Fédération Française de Lutte a organisé pour la première fois un carrefour
du développement des luttes, les 17 et 18
septembre 2010 au CREPS de ChatenayMalabry (IDF).
Avec comme objectifs d’informer,
d’échanger et de se projeter, différents
acteurs sont intervenus autour de la politique fédérale de développement, au
travers d’expériences vécues, de témoignages et d’explications sur les outils internes et externes dont peuvent bénéficier l’ensemble des structures fédérales.
L’association Profession Sport & Loisirs
s’est encore plus investie dans la lutte en
devenant partenaire de la soirée FranceTurquie au Cirque d’Hiver le 7 décembre.
Elle a ainsi réservé 2 loges pour la rencontre et 2 tables pour le dîner organisé
dans les coulisses du Cirque après la rencontre.
Profession Sport : nouveau
partenaire de la FFL
La Bretagne crée
son comité régional
La Fédération Française de Lutte a signé
une convention de partenariat avec le
Groupement National Profession Sport &
Loisirs lors du Carrefour du Développement des Luttes le 17 octobre 2010.
Depuis le 28 août 2010, jour de son assemblée générale constitutive, le comité
de Bretagne de lutte a vu le jour. Présidé
par Julien Fouché, il compte aujourd’hui
6 clubs affiliés, dont 2 en lutte olympique
et 4 en grappling. Les objectifs ? «Clarifier
la situation auprès des partenaires pour
se faire connaître et mettre en place des
actions de développement et de formation ». Le comité n’a pas perdu de temps
puisqu’il a déjà mis en place une équipe
technique et une formation animateur
grappling suivie par 23 stagiaires.
Dans le cadre de ce partenariat, est mise à
disposition une bourse d’emploi nationale
spécifique à l’activité lutte, dans laquelle
chaque employeur ou candidat peut déposer et consulter des annonces. L’engagement de Profession Sport et Loisirs est
plus profond encore, car chaque structure
lutte, désireuse de créer un emploi, peut
bénéficier d’un soutien personnalisé par
une association Profession Sport locale.
Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site
www.comitebretagnelutte.fr
interview
Raphaël Martinetti
Nouveau Monde de la Lutte
Raphaël Martinetti, président de la FILA évoque pour Amplitude les principaux chantiers de la Fédération Internationale des Luttes Associées et les liens étroits qu’elle a su tisser avec la Fédération Française de Lutte... Entretien.
tance technique aux pays en développement, car même si la lutte
existe partout sur la planète, la participation à des compétitions exige
des moyens financiers importants
pour les déplacements, la préparation des lutteurs, etc.
Pour réduire les écarts entre les différents pays, la FILA a ouvert et financé
partiellement ou en totalité 4 centres
continentaux : Thiès (Sénégal) et
Casablanca (Maroc) pour l’Afrique,
Doha (Qatar) pour les pays arabes,
Sofia (Bulgarie) pour l’Europe et
deux autres sont en cours, soit Rio de
Janeiro (Brésil) pour les pays panaméricains et Samoa pour l’Océanie.
Tous ces centres ont pour mission
d’élever le niveau de la lutte dans
les différents continents et pays, car
seuls les résultats suscitent l’intérêt
des médias et de la TV. Des résultats
importants se font déjà sentir dans
ces domaines puisque plus de 160
chaînes de télévision ont diffusé des
images des derniers championnats
du monde à Moscou.
A partir de 2002, la FILA est entrée dans une nouvelle
ère avec l’élection à sa tête de M. Raphaël Martinetti
(SUI), membre du Bureau depuis 1980 et Vice-président responsable du Département d’Arbitrage depuis
1986.
rations affiliées traînent un peu pour
mettre en place ce document pédagogique exemplaire, la FFL a droit à
toute ma gratitude pour sa collaboration dans ce domaine.
Dès son élection, le Président Martinetti a placé son
mandat sous le slogan « Bienvenue dans le nouveau
monde de la lutte » et a mis en place une stratégie
de modernisation et de promotion de la lutte dans le
monde. A ce jour, les principales actions entreprises ou
en cours de réalisation sont :
Quelle est, selon vous, la place de
la lutte française sur l’échiquier
mondial ?
La France peut et doit encore occuper une place plus importante sur
l’échiquier de la lutte mondiale, car
elle dispose de toutes les structures
pour obtenir des résultats aussi bien
mondiaux qu’olympiques.
Les derniers Jeux Olympiques de Pékin ont été plus que favorables aux
lutteurs et lutteuses français et il est
impératif de ne pas laisser retomber
la flamme qu’ont allumée les frères
Guénot, car les Jeux de Londres sont
à notre porte.
Sur le plan de la présence des dirigeants français dans les rouages de
la FILA, je serais enchanté si elle était
plus importante, mais les propositions doivent venir de la FFL.
tions. Une mention spéciale pour le
secteur médical de l’INSEP qui ferait
pâlir d’envie de nombreux hôpitaux
ou centres de thérapie à travers le
monde.
La médiatisation de notre sport est
difficile en France, quelle stratégie
la FILA impulse-t-elle pour développer l’image de la lutte dans les
médias ?
La médiatisation de notre sport n’est
pas seulement difficile en France,
mais dans beaucoup d’autres pays.
La télévision comme je l’ai déjà dit
s’intéresse en priorité aux sportifs de
leur pays et ceci pour autant qu’ils
J’ai en effet été avec le Secrétaire
Général de la FILA, M. Michel Dusson,
le pionnier du développement de la
lutte féminine au sein de la FILA. Déjà
en 1989 j’ai organisé pour la première
fois le 2ème championnat du monde
de lutte Féminine ensemble avec la
lutte Libre et la Gréco-romaine dans
ma ville à Martigny. Il se trouve que
c’est grâce à l’insistance de M. Dusson
et de moi-même que 4 catégories de
lutte féminine ont pu être introduites
au programme des Jeux pour la première fois à Athènes en 2004 et ensuite à Pékin en 2008 et qu’elles sont
toujours au programme de Londres
2012, toujours avec 4 catégories, mais
avec quelques places en plus.
• La création d’un site Internet et d’adresses e-mail
pour les Fédérations Nationales affiliées et les élus
de la FILA afin de permettre une communication efficace.
• La signature de nombreux contrats avec des chaînes
de télévision pour une diffusion efficace de la lutte
dans le monde ainsi que la retransmission de tous les
principaux championnats sur le site de la FILA par le
canal de la Web TV.
• La mise en place de centres de développement
FILA dans les différents continents: Thiès (Sénégal)
et Casablanca (Maroc) pour l’Afrique, Doha (Qatar)
pour les pays arabes, Sofia (Bulgarie) pour l’Europe.
Le centre pour le continent américain est en cours
de réalisation et, dans l’intervalle, Cuba fonctionne
comme centre de formation pour ce continent. La
FILA a également financé la mise en place du centre
pour les luttes traditionnelles à Niamey au Niger.
Une mention spéciale pour le secteur médical de l’INSEP
Quels sont les chantiers prioritaires
de la FILA pour faire progresser la
lutte sur le plan international ?
Raphaël Martinetti : La FILA est passée de 132 fédérations en 2002 à
174 à ce jour. Nous pouvons quand
même dire que la lutte a progressé
sur le plan international. D’autre part
la FILA a regroupé sous son autorité
différents styles de lutte qui intéressent la jeunesse et d’autres couches
de la population comme le Grappling,
le Pancration, les luttes traditionnelles et dans certains pays comme
le Japon, les Mixed Martial Arts. Tous
ces styles sont maintenant codifiés et
ils se pratiquent sous la responsabilité de la FILA en bonne harmonie et
non pas en concurrents, ce qui pourrait se produire s’ils étaient livrés à
eux-mêmes.
Le deuxième chantier prioritaire qui
est en réalité le premier est l’assis-
[8]
Amplitude janvier 2011
La proximité géographique de la
FILA avec la France facilite-t-elle
les rapports entre votre institution et la Fédération Française de
Lutte ?
Vous avez récemment visité
l’INSEP, que pensez-vous de cet
établissement rénové en profondeur ? Quelle est sa place dans le
monde de la lutte?
Ce n’est pas uniquement la proximité géographique de la France
par rapport à la FILA qui facilite les
échanges, mais bien plutôt la langue
des dirigeants. La FILA est en effet
la dernière fédération internationale
dirigée par un Président et un Secrétaire Général francophones, ce que
malheureusement les chantres de la
Francophonie ont l’air d’ignorer complètement.
L’INSEP depuis sa rénovation peut
véritablement remplir sa mission formatrice pour le sport de haut niveau
en France. Lors de ma visite en octobre j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec les responsables et de visiter
toutes les installations. La lutte est
particulièrement bien lotie avec des
installations remarquables et les lutteurs français n’ont plus besoin d’aller chercher à l’étranger des conditions d’entraînement bien inférieures
à celles qu’ils ont en France.
La FILA est toujours ouverte à toutes
propositions ou demandes de collaboration avec la FFL et pour le moment cela fonctionne bien. La FFL
a participé activement à la mise en
place des maîtrises au niveau mondial et même si l’ensemble des fédé-
La France a aussi la possibilité en
fonction des disponibilités à l’INSEP
de mettre en stage des lutteurs des
différents centres pour de courtes
durées dans d’excellentes condi-
aient des résultats. C’est une réalité
difficile à changer. Des pays comme
l’Inde, l’Azerbaïdjan et d’autres ont
signé avec la FILA des contrats de
retransmission depuis que leurs lutteurs remportent des médailles d’or.
D’autres pays comme l’Iran, la Turquie
ont 3 ou 4 journaux qui paraissent
chaque jour uniquement consacrés
à la lutte. La France doit absolument,
comme le judo ou l’escrime, garantir
à chaque championnat une ou deux
médailles et les médias suivront.
Le CIO souhaite féminiser la pratique aux Jeux Olympiques, quelle
est votre position à ce sujet ?
Ma position sur la féminisation des
sports aux Jeux et dans toutes les
compétitions est connue de tous depuis longtemps et mes actes parlent
d’eux-mêmes.
Je suis actuellement en discussion
avec le CIO pour que les 7 catégories
de poids de lutte féminine soient prévues au programme des Jeux de Rio
avec une augmentation du nombre
de participants afin de ne pas prétériter les autres styles masculins, car il
ne faut pas faire de la discrimination
à l’envers !
D’autre part depuis mon arrivée à
la présidence de la FILA, toutes les
compétitions continentales et mondiales ainsi que la finale des Golden
Grand Prix ne sont confiées à des
pays qu’à la condition d’organiser
les 3 styles ensemble. Cette décision
n’est évidemment pas du goût de
certains pays religieux extrémistes,
mais comme il s’agit d’une décision
du Congrès, ce sont ces pays qui devront changer et pas la FILA.
> Propos recueillis par Emmanuelle Gréau
• L’introduction de la lutte féminine au programme
des Jeux OIympiques et la consolidation des styles
de lutte libre et gréco-romaine par une modification
sérieuse des règles.
• La mise en place d’une structure professionnelle
pour l’organisation des Championnats du Monde et
d’Europe.
• La mise en place d’un système de Maîtrises permettant un apprentissage et une progression graduées
des adeptes de la lutte en dehors de la contrainte des
compétitions.
• L’installation de la FILA dans un nouveau siège afin
de lui permettre de remplir son rôle auprès des Fédérations Nationales de manière optimale.
• La création de Comités Mondiaux pour la gestion
des disciplines non-olympiques telles que le Grappling, le Pankration et la lutte à la ceinture
> Propos tirés du site web de la FILA
Amplitude janvier 2011
[9]
évènements
Les événements du premier trimestre 2011
L’année 2011 commence sur les chapeaux de roue pour la lutte féminine avec l’organisation de deux
événements internationaux dans le Nord : la Coupe du Monde à Liévin les 5 et 6 mars et la 7ème édition
du Grand Prix de Tourcoing les 25 et 26 février.
Les trois styles olympiques seront représentés à Besançon lors du Championnat de France Excellence
les 22 et 23 janvier, point d’orgue des rencontres pugilistiques françaises. L’élite gréco-romaine terminera le mois à Créteil pour la Cristo Lutte du 31 janvier, raout des meilleurs lutteurs mondiaux.
Informations pratiques
Stade Couvert Régional
Chemin des Manufactures
62800 Liévin
... un peu d’histoire
liévin
Tarif :
• 15 € le pass week-end
• 10 € la journée
Vendredi 4 mars
Coupe du Monde
Lutte féminine
5-6 mars 2011 – Stade couvert régional – Liévin
La prochaine Coupe du Monde de
lutte féminine par équipe se déroulera les 5-6 mars 2011 à Liévin au
stade couvert régional. La Chine remettra en lice le trophée remporté
en 2010 sur son territoire. Les autres
équipes, sélectionnées à Moscou
pour concourir, sont la Russie, le Kazakhstan, le Japon, les Etats-Unis,
la Suède, la Canada et la France. La
région Nord-Pas-de-Calais est indéniablement le théâtre des élites
mondiales puisque la semaine précédente, les athlètes s’échaufferont sur
les tapis tourquennois lors du Grand
Prix de la Ville de Tourcoing.
• Pesée
de 18h15 à 18h45
Samedi 5 mars : • Compétition
session 1 et 2 de 9h30-11h30
• Cérémonie d’ouverture
de 16h30 à 17h
• Compétition
session 3 de 17h à 19h
Dimanche 6 mars : • Compétition
finales 5/6 de 10h30 à 12h
finales 3/4 de 17h à 18h
finales 1/2 de 18h à 19h30
Lise Legrand, médaille de bronze
à Athènes en 2004, double championne du Monde (1995-1997) et
quadruple championne d’Europe
(1999, 2000, 2002, 2003) préside
aujourd’hui le Comité Régional NordPas-de-Calais et veillera au bon déroulement de la compétition, placée
sous l’autorité de la Fédération Française de Lutte. Gérard Santoro, directeur des équipes de France féminines
n’a pas encore composé son équipe
qui dépendra des résultats du Championnat de France de Besançon en
janvier, du tournoi de Kras-Noïarsk
(Sibérie) et du Grand Prix de la ville
de Tourcoing. Anna Gomis, Mélanie
Lesaffre et Vanessa Boubryemm
sont pressenties pour concourir mais
Gérard Santoro n’oublie pas que la
Coupe du Monde « permettra avant
tout d’évaluer les filles pour préparer
les Jeux Olympiques. »
première etape pour les jeux olympiques
[10]
Amplitude janvier 2011
L’histoire de Liévin commence bien avant la découverte du charbon….
Le passé archéologique de la commune est indéniable. De nombreux
vestiges de l’époque néolithique puis romaine et gallo-romaine en
témoignent. La plus vaste nécropole franque du Pas-de-Calais (752
tombes), exhumée en 1905 sur la colline de Riaumont, atteste que Liévin
fut une importante ville mérovingienne.
Jusqu’au 19éme siècle, Liévin, petit village artésien, vit essentiellement de
l’agriculture.
En 1414, la population de «Liévin en Artois» s’élève à 150 habitants. Ils
seront 600 en 1759.
En 1789, Liévin, gros village de 900 habitants environ, connaît lui aussi
les soubresauts de la Révolution.
En 1820, Liévin est toujours un village avec ses 1 223 habitants. La population est regroupée près de la Souchez.
En 1857, la découverte de 4 couches de houille va métamorphoser
l’économie et le paysage de la commune. Liévin connaît la fièvre de
la recherche houillère, la joie de la découverte et jouit d’une certaine
prospérité à travers l’extraction. C’est maintenant une ville minière dont
la population augmentera régulièrement jusqu’à l’aube de la première
Guerre Mondiale (25 698 habitants en 1914).
La Grande guerre va tout anéantir et transformer des siècles d’histoire
enchamp de ruines. Le Liévin du XVIIIème siècle, au charme incontournable, riche de ses églises, de ses manoirs et de ses châteaux, Rollencourt, Aronio de Romblay, Jonglez de Ligne est totalement détruit.
Les Liévinois vivent tant bien que mal dans les caves. Les vivres sont
rares. Les bombardements provoquent de nombreux morts et blessés
parmi les civils. On évalue à 400 le nombre de décès pour toute la commune. 600 soldats liévinois meurent au champ d’honneur.de fer et des
principaux édifices publics.
La deuxième guerre mondiale n’épargne pas la commune. Dès l’attaque
ennemie du 10 mai 1940, on évacue les gens demeurant. Dans les puits
de mine, la résistance se généralise et les actes de bravoure se multiplient. La ville de Liévin perd 220 de ses concitoyens.
Liévin n’échappe pas, dès 1945, à l’objectif de production de 100 000
tonnes par jour. Pour reconstituer son industrie et sa puissance économique, la France a besoin du charbon, première source d’énergie de
l’époque.au prix de nombreux sacrifices. Comme si cela ne suffisait pas,
la silicose, maladie professionnelle due à l’inhalation de poussière de
charbon, fait son apparition.
De 1960 à 1980, 60 puits de mine sur les 67 existant ferment dans le
Nord Pas-de-Calais. Liévin connaît la récession.
La population liévinoise a payé un lourd tribut à l’exploitation charbonnière. En un peu plus d’un siècle, cinq terribles catastrophes ont endeuillé la commune.
Le 28 novembre 1861, 2 mineurs succombèrent à la fosse N°1. Le 13 août
1882, on dénombrait 8 victimes au puits de la fosse 3. Peu de
temps après, le 14 janvier 1885, 28 gueules noires disparaissaient lors de
la tragédie de la fosse N°1. Le 16 mars 1957, la mine frappait de nouveau,
à la fosse N°3, faisant 10 nouvelles victimes.
La catastrophe la plus meurtrière survint le 27 décembre 1974 à la fosse
Saint-Amé. En ce jour noir, 42 mineurs étaient emportés par un terrible
coup de grisou.
Tournées vers l’avenir, les municipalités successives mènent tambour
battant une politique de reconversion économique orientée vers la
diversification. Parallèlement, il faut combler les retards pris dans les
domaines sanitaires et sociaux, de l’éducation ou de l’aménagement du
cadre de vie.
Aujourd’hui, Liévin, avec ses zones d’activités légères, sa zone commerciale et sa zone industrielle dispose d’un vivier d’emplois conséquent.
Amplitude janvier 2011
[11]
évènements
Les événements du premier trimestre 2011
CHamPionnats de
France Excellence
Lutte féminine - Lutte libre - lutte gréco-romaine
22-23 janvier 2011 – Palais des Sports de Besançon
Informations pratiques
Palais des Sports de Besançon
42, avenue Léo Lagrange
25000 Besançon
Tarif :
• Entrée Gratuite
Samedi 22 janvier • Compétition
... un peu d’histoire
besançon
catégories > 48, 55, 63 et 72kg
éliminatoires de 8h30 à 17h30
finales de 18h30 à 21h30
• Pesée
catégories > 51, 59 et 67 kg
Lutte Libre
Vendredi 21 janvier
• Pesée
catégories > 55, 66, 84, 120 kg
de 19h à 19h30
de 17h30 à 18h
Dimanche 23 janvier
• Compétition
catégories > 51, 59 et 67 kg
éliminatoires de 8h30 à 15h30
finales de 16h à 18h30
Samedi 22 janvier • Compétition
catégories > 55, 66, 84, 120 kg
éliminatoires de 8h30 à 17h30
finales de 18h30 à 21h30
• Pesée
catégories > 60, 74 et 96 kg
de 17h30 à 18h
Dimanche 23 janvier
• Compétition
catégories > 60, 74 et 96 kg
éliminatoires de 8h30 à 15h30
finales de 16h à 18h30
Lutte gréco romaine
Vendredi 21 janvier
• Pesée
catégories > 55, 66, 84, 120 kg
de 19h à 19h30
Samedi 22 janvier • Compétition
catégories > 55, 66, 84, 120 kg
éliminatoires de 8h30 à 17h30
finales de 18h30 à 21h30
• Pesée
catégories > 60, 74 et 96 kg
Lutte féminine
Vendredi 21 janvier
• Pesée
catégories > 48, 55, 63 et 72kg
de 19h à 19h30
de 17h30 à 18h
Dimanche 23 janvier
• Compétition
catégories > 60, 74 et 96 kg
éliminatoires de 8h30 à 15h30
finales de 16h à 18h30
Par décision du Comité du patrimoine mondial, lors de sa 32e session en juillet 2008 à
Québec, les fortifications de Vauban sont inscrites sur la prestigieuse liste du patrimoine
mondial. Ce bien devient ainsi le 32e site français inscrit au patrimoine mondial.
Les fortifications de Vauban sont représentées par 12 sites exemplaires, offrant une
déclinaison géographique complète (plaine, montagne, bord de mer), la diversité de
constructions (du fort à la citadelle en passant par la création de villes), et l’évolution des
conceptions défensives du célèbre ingénieur.
Besançon, capitale de la Franche-Comté, a initié en 2003 le projet d’inscrire l’oeuvre de
Vauban sur la liste du patrimoine mondial, avec le soutien du Ministère de la Culture et
de la Communication.
Cette démarche fédère 13 communes (12 sites fortifiés par Vauban) en une association
« Réseau des Sites Majeurs de Vauban », créée à l’initiative de Jean-Louis Fousseret,
maire de Besançon et président de l’association. Ensemble, ces quinze communes ont
réalisé le dossier de candidature, mettant ainsi à l’honneur l’oeuvre du célèbre ingénieur.
Ce dossier, jugé exceptionnel par l’Etat français, a été déposé auprès de l’Unesco en
janvier 2007. La décision du comité du patrimoine mondial a été prise suite à 18 mois
d’expertise de chacun des sites par l’Unesco dont 12 ont été retenus pour l’inscription.
Vauban a exploité au mieux les caractéristiques de défense naturelle que présente le
site de Besançon. En construisant la citadelle, pièce maîtresse de l’ensemble sur la partie
la plus étroite et la plus élevée, il signe une réalisation majeure ; puis il conçoit l’enceinte
de Battant, avec bastions, courtines et demi-lunes dominés par le fort Griffon, seconde
citadelle faisant face à la première. Enfin, il optimise la défense du coeur ancien de Besançon, en édifiant six tours à canons bastionnées le long du Doubs.
L’ingénieur transforme ainsi Besançon en véritable bastion défensif, rôle qui se renforce
au 18e siècle.
Les modifications de défense, qui interviennent aux 19e et 20e siècles ont laissé presque
intacts les fortifications de Vauban, qui représentent aujourd’hui 11 hectares de superficie.
300 lutteurs 21 catégories
Besançon sera les 22 et 23 janvier prochain la capitale de la
lutte française en accueillant les
meilleurs lutteurs de l’hexagone
lors du Championnat de France
(lutte gréco-romaine, libre, féminine). Avec 800 adhérents (dont
270 lutteurs), le CPB est reconnu
comme une institution, un vivier
[12]
Amplitude janvier 2011
pour l’équipe nationale. Ghani
Yalouz, vice-champion olympique à Atlanta en 1996 et Didier
Pais, deux fois Vice champion
d’Europe en 2005 et 2008, sont
de ceux qui ont fait briller les
couleurs du club sur les podiums
nationaux et internationaux.
Lutte délivrera ses 21 titres de
Champion de France en catégorie Senior, qualificatifs pour les
prochains championnats d’Europe et du Monde. Au total, 300
lutteurs se disputeront le titre de
Champion de France dans les 21
catégories.
Le CPB est d’ailleurs rompu à
l’organisation d’événements pugilistiques : « Nous accueillons
tous les 2-3 ans un événement
national, avons organisé en 1992
la Coupe du Monde et en 1995
le championnat d’Europe », explique Max Tudezca, président
du club et triple champion de
France. Nous sommes heureux
d’accueillir l’édition 2011 du
Championnat de France qui permettra de détecter les athlètes
pouvant prétendre à une sélection olympique ».
Le CPB s’enthousiasme d’accueillir les deux pointures de
la lutte française et mondiale :
Steeve et son frère Christophe
Guénot qui connaissent bien
les infrastructures bisontines.
Steeve se rappellera son passage au Pôle France de Besançon, une étape importante dans
la carrière du jeune lutteur bourguignon. Christophe, lui, était
venu s’imposer au Palais des
Sports lors de Championnat de
France Excellence de 2004.
C’est donc sous les lustres du
Palais des Sports de Besançon
que la Fédération Française de
en 66 kg) qui remettra son titre
en jeu, mais également Didier
Pais (Champion de France de
2004 à 2009) et Lucas Lampis
(Vice-champion de France 2010)
sur qui tous les espoirs se portent !
Le public aura également à cœur
de soutenir les athlètes du club.
Particulièrement Artak Margaryan (Champion de France 2010
Amplitude janvier 2011
[13]
évènements
Les événements du premier trimestre 2011
16e Cristo lutte
7e Grand Prix de Tourcoing
31 janvier 2011 – Palais des Sports Robert Oubron – Créteil
25-26 février 2011 – Palais des Sports Léo Lagrange - Tourcoing
Lutte féminine
Lutte gréco-romaine
dez-vous permet aux lutteurs français de s’illustrer à domicile, face à
des internationaux de choix, puisque
depuis maintenant plusieurs années,
la Cristo Lutte réunit de grands noms
de la lutte gréco-romaine. »
La 16ème édition de la Cristo Lutte,
organisée par l’US Créteil, aura lieu
le dimanche 31 janvier 2011 au Palais
des Sports Robert Oubron à Créteil.
« Ce tournoi lance la saison internationale des grécos. Il intervient après
le championnat de France et avant
le championnat d’Europe d’avril,
explique Djamel Ainaoui, directeur
technique du club de Créteil. Ce ren-
Une nouvelle fois, le tournoi international réunira le gratin de la lutte
gréco-romaine. Les frères Guénot,
médaillés olympiques et le vicechampion du Monde, Mélonin Noumonvi viendront se mesurer aux « lutteurs kings » des autres nations. Une
centaine de lutteurs, provenant de 15
nations différentes, viendront fouler
le tapis cristolien et offrir un spectacle de qualité au public réuni dans
la salle omnisport. Les têtes d’affiche
seront inévitablement les athlètes
d’Europe de l’Est avec les lutteurs
russes et azerbaïdjanais.
La veille, les jeunes, des benjamins
aux cadets, garçons et filles, disputeront la Cristo Jeunes, une compétition qui rassemblera des clubs
français et étrangers et les meilleurs
espoirs de la discipline.
La Cristo Lutte est également le
point d’orgue du mois de la lutte à
Créteil. « Tout au long du mois de
janvier, différentes actions ont lieu,
tous les ans, autour de la lutte : nous
intervenons dans les écoles primaires
et proposons des initiations à la lutte,
précise Djamel. Il est important d’insister sur l’image des athlètes de haut
niveau pour sensibiliser les jeunes
des quartiers et les inciter à canaliser
positivement leur énergie. » Du 10 au
16 janvier, le club réservera deux bus
pour amener une centaine d’enfants
assister à l’entraînement de l’équipe
de France à l’INSEP.
Berceau de la lutte féminine
Liévin une semaine plus tard.
« Ce tournoi est très attendu par
l’équipe de France puisqu’il permet
de se confronter au haut niveau
mondial. Nous attendons 17 nations
venues de tous les continents lors
de cette nouvelle édition », précise
Michel Deloor, président du club de
Tourcoing. L’année dernière, l’équipe
de France s’était illustrée en se classant seconde au classement général.
Au total, les françaises avaient obtenu huit médailles.
Le mois de la lutte à créteil
Informations pratiques
Palais des sports Robert Oubron
Rue Pasteur Vallery Radot
94000 Créteil
Tarif :
• 5 € en prévente
• 8 € sur place
• Gratuit pour les moins de 16 ans
Samedi 29 janvier
• Cristo Jeunes
de 9h à 19h
Dimanche 30 janvier : • Accueil des équipes
à partir de 8h
• Pesée
de 9h à 10h
• Compétition
de 10h30 à 17h
finales à partir de 17h
• Remise des récompenses
à partir de 18h
[14]
Amplitude janvier 2011
... un peu d’histoire
créteil
Au Moyen Age, le terroir de Créteil devient le siège de seigneuries ecclésiastiques. Autour de l’église, construite du
XIème siècle au XIIIème siècle, s’élève la grange dîmeresse. Le
long de la grande rue se groupent des maisons faites de
bois et de pierre du pays, puis aux XIVème et XVème siècles des
maisons édifiées sur des caves voûtées. Plus loin se trouve
l’Hôtel de la Prévôté, siège de l’administration seigneuriale
avec le four et le moulin banaux. Le village est alors entouré
de murs, flanqués de tourelles et percés de portes. Au loin
se trouve le hameau de Mesly et Notre-Dame des Mèches
qui est un lieu de pèlerinages.
En majorité, les cristoliens sont laboureurs, vignerons
mais également maçons, barbiers ou maréchaux-ferrants.
Leur vie est rythmée par des épreuves : guerres, disettes,
pillages, crues de la marne, épidémies dévastent la campagne parisienne.
Aux XVIIème et XVIIIème siècles, Créteil est un véritable bourg,
siège de la Prévôté du Greffe et du Tabellionnage. Il y a une
école de garçons et une de filles. Quelques commerces apparaissent dans la grande rue : bouchers, cabaretiers, aubergistes, boulangers et épiciers. Les carrières de pierres des
Buttes et du Buisson sont exploitées ainsi que les pierres à
plâtre du Mont-Mesly.
Paris est à une heure de cheval et, pour leurs propres affaires, les cristoliens se rendent dans la capitale. A l’inverse,
des parisiens deviennent, à Créteil, propriétaires de belles
maisons de campagne.
Sous la révolution, de nombreux cristoliens participent à la
rédaction des cahiers de doléances et défilent dans la capitale. Ils élisent alors leur première municipalité, dont le siège
se fixe dans la salle voisine du porche de l’église. Les domaines des anciennes seigneuries, devenus biens nationaux,
sont mis en adjudication.
Durant la période napoléonienne, Créteil vit de pénibles
moments. Ses habitants sont engagés dans les armées. Les
troupes russes occupent la région.
Avec le Second Empire, le village s’embellit. De belles maisons sont construites pour une communauté forte de 2 500
habitants. Des artistes sont séduits par son charme : Victor
Hugo chante les Lavandières du Bras du Chapitre, Charles
Ransonnette les dessine, Cézanne peint les bords de Marne.
Les membres de l’Abbaye, jeunes artistes et écrivains, s’y
installeront plus tard, au début du XXème siècle.
Berceau de la lutte féminine, le club
de Tourcoing accueillera pour la 7ème
année consécutive les meilleures
lutteuses mondiales lors du Grand
Prix de la Ville de Tourcoing qui se
tiendra les 25 et 26 février prochain.
Ce tournoi international, placé sous
l’égide de la Fédération Française
de Lutte, a la réputation de préparer
les meilleures lutteuses pour les prochaines échéances internationales
et se présente déjà comme un rendez-vous incontournable pour détecter les nouveaux talents pour les
prochaines Olympiades de Londres
2012. Il est également cette année un
formidable tremplin pour la Coupe
du Monde en équipe qui se tiendra à
Dans la continuité de cette compétition, un stage international est organisé pour préparer l’élite mondiale aux
Jeux Olympiques de Londres en 2012
avec le concours des collectivités
territoriales et locales. En effet, suite
à la désignation de Londres pour accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2012, les territoires de
la Côté d’Opale, du Nord, du Pas-deCalais et de la Flandre occidentale se
sont mobilisés afin de devenir la base
arrière des équipes nationales. Dans
cette optique, « Le Plus Grand Terrain de Jeux » accueillera les reines
de la lutte féminine
Informations pratiques
Complexe Sportif Léo Lagrange
Rue des Anges
59200 Tourcoing
Tarif :
... un peu d’histoire
TOURCOING
La première mention certaine de Tourcoing
remonte à 1080. Le premier seigneur de Tourcoing est Baudouin II de Gand-Alost. Dès
cette époque, il existe un château, pas un château-fort, mais une maison, avec fossés, tours
et murailles.
La terre de Tourcoing est vendue en 1294 à
Guillaume 1er de Mortagne.
La guerre de Cent Ans et surtout la Grande Peste font passer des temps
difficiles aux habitants. Puis la seigneurie de Tourcoing est cédée en
1485 à Baudouin de Lannoy : sa Franche Foire attire dans la ville des
marchands de toutes origines. Tourcoing est un gros bourg d’environ
3000 habitants et amorce un développement qui en fera un centre de
production textile international.
Dès le retour de la paix, Tourcoing se remet à fabriquer des étoffes et, en
1668, elle devient française : une frontière apparaît. Les rues sont pavées
et la Grand’Place est dominée par trois monuments : le château seigneurial, l’église St Christophe et l’Hôtel de Ville.
L’année 1789 marque la naissance du département du Nord. Le peignage de la laine est alors la grande spécialité des ouvriers tourquennois.
En 1842, on inaugure le chemin de fer : la population augmente, la ville
possède des filatures, des teintureries, des fabriques et des commerces.
En 1865, plus de 35 500 personnes travaillent dans le textile.
Un nouvel Hôtel de Ville est achevé et des Halles remplacent l’ancien
château.
De grands projets voient le jour : boulevard Gambetta vers Roubaix,
grand boulevard vers Lille, boulevards de ceinture et de l’Egalité …
En 1877, les tramways apparaissent.
En 1906, s’ouvre l’Exposition Internationale des Industries Textiles.
Durant les deux guerres mondiales, la ville est en grande partie détruite
et doit être reconstruire. Peu à peu, apparaissent des usines qui sont à la
fois des filatures et des tissages ainsi que des entreprises de bonneterie
qui produisent bas, chaussettes, chandails, et sous-vêtements.
En 1960, Tourcoing possède encore 174 peignages et filatures. Mais, en
20 ans, 160 entreprises textiles disparaissent. De grands travaux sont
achevés comme le Centre Mercure, la Bourgogne, le Centre de Gaulle et
l’Hôpital Dron inauguré en 1986.
Aujourd’hui, Tourcoing assure un rôle important dans la vie culturelle
de la Métropole Lilloise. Les industries tourquennoises, malgré la crise
du textile, tentent d’assurer leur avenir avec un dynamisme qui ne leur a
jamais fait défaut au fil des siècles.
• Entrée gratuite
Amplitude janvier 2011
[15]
rencontre
Philippe Piat, président Appart’City, partenaire de la FFL
En février 2010, la Fédération Française de Lutte a signé un contrat de sponsoring sportif avec
Appart’City, leader des résidences de tourisme urbain au cœur des villes. Pourquoi Appart’City a-t-il
jeté son dévolu sur la Fédération Française de Lutte ?
Rencontre et explications avec Philippe Piat, président Appart’City.
mobilité des personnes, il devient nécessaire de proposer une offre d’hébergement de qualité, au cœur des
villes et au meilleur rapport confort/
prix, pour des séjours de quelques
jours à quelques mois.
C’est de ce double constat que sont
nés la formule d’investissement GFE
Epargne Retraite et le concept des
résidences de tourisme urbain au
cœur des villes Appart’City.
Forts de notre expertise et de notre
savoir-faire, nous garantissons avec
la formule GFE Epargne Retraite des
loyers sécurisés par bail commercial
ferme Appart’City® de 11,5 ans renouvelable. Avec Appart’City, les investisseurs ont la certitude de choisir
un opérateur solide, leader sur son
marché.
Comment expliquez-vous
la réussite de la formule
d’hébergement Appart’City ?
La chaîne Appart’City répond parfaitement à l’ensemble des demandes d’hébergement temporaire
au meilleur rapport confort / prix.
Elle propose à la location des appartements de standing entièrement
meublés et prêts à vivre avec services para-hôteliers. Des équipes bilingues professionnelles de l’accueil
et de l’hébergement, des prestations
à la carte (petit déjeuner, laverie,
parking ) ainsi que les équipements
en nouvelles technologies (accès Internet, borne Wifi, écran plat) sont à
la base du succès de la formule qui
offre un second chez soi.
Pourquoi Appart’City a-t-il choisi
le sponsoring sportif pour
communiquer ?
Nous sommes une PME régionale dont le
siège se situe à Nantes. Nous n’avons pas
les moyens d’une multinationale. Pour notre
communication, nous sommes obligés
de nous adapter à notre budget et à nos
moyens. Notre stratégie est simple et non
moins ambitieuse : nous souhaitons travailler
la marque à l’égard des utilisateurs finaux
afin qu’ils associent les appart’hôtels et les
résidences de tourisme à Appart’City. Réussir ce que la marque frigidaire a réalisé avec
les réfrigérateurs en quelque sorte !
Pourquoi avoir choisi la lutte ?
Nous avons d’abord mis en parallèle nos
propres valeurs avec celle de la lutte. Ce
n’est pas un sport facile. Il demande du professionnalisme, de la préparation et de l’expérience.
Nous sommes aujourd’hui, dans notre domaine d’hébergements en résidences de
tourisme et tourisme d’affaires, sur un marché émergent où tout le monde se bat pour
avoir la plus grande place. Seuls les bons
vont rester. Nous devons faire preuve de
beaucoup de combativité, de ténacité, d’exigence et cela ne laisse pas de place à l’improvisation. La voile c’est tout ça. La lutte
leader sur le domaine des appart’hôtels et
des résidences de tourisme urbain en cœur
de ville. Il faut sans arrêt se développer…
Aujourd’hui nous sommes ravis d’être partenaire de la FFL. Nous avons suivi les athlètes à Moscou. Nous avons également eu le
plaisir d’accueillir Alain Bertholom sur notre
vedette VIP le jour du départ de la Route du
Rhum. Notre partenariat est une relation, un
accompagnement, un partage de valeurs
communes.
Jusqu’à quand court
ce partenariat avec la FFL ?
Il est annuel et reconductible.
Nous serons là en 2012 pour soutenir nos lutteurs
Quels services apporte
votre réseau Appart’City ?
Philippe Piat : Au début des années
90, Gérard Menguy, fondateur du
Groupe Menguy Investissements, a
fait un rapprochement entre deux
constats :
>>> Le système de retraite par répartition ne permettra plus, dans les
décennies à venir, d’assurer des re-
venus pérennes aux retraités. Il y a
nécessité de répondre aux attentes
d’un public qui souhaite se constituer
des revenus complémentaires en vue
de sécuriser l’avenir de ses proches,
valoriser son patrimoine et bénéficier
ainsi d’un complément de retraite indispensable, à tout un chacun, dans
le cadre d’un fiscalité attractive.
>>> Dans un contexte socio-économique de plus en plus propice à la
La croissance de la chaîne Appart’City est de plus de 40% par an depuis
quatre ans avec un taux d’occupation de près de 80 % . Ce résultat obtenu sur plus de 7 000 appartements
démontre l’efficacité et la pertinence
de l’offre. Avec 60 résidences en
2010 et 140 à l’horizon 2015, la chaine
s’impose comme le leader des résidences de tourisme urbain au cœur
des villes.
Pour une PME, le sponsoring sportif reste accessible tout en ciblant un maximum de personnes. Aujourd’hui nous avons un vecteur
permanent qui est la voile. Nous avons notre
propre bateau, un 40 pieds et avons embauché un skipper à temps plein : Yvan Noblet,
qui a couru dernièrement la Route du Rhum.
C’est le premier vecteur que nous ayons en
sponsoring sportif.
c’est exactement la même chose. Quand
Dominique Latterrade et Philippe Vidal sont
venus nous voir il y a 2-3 mois, ils nous ont
parlé des exigences des athlètes en terme de
régime, de poids, de préparation, de rythme
physique, etc.
Nous n’allons pas physiquement jusqu’à ce
qu’ils font mais dans l’esprit on retrouve des
parallèles extrêmement forts. Puis à l’arrivée il faut la victoire, et pour gagner il faut
être le leader. Et aujourd’hui Appart’City est
Et irez-vous jusqu’aux
Jeux Olympiques ?
C’est comme ça que nous le voyons dans
un premier temps et nous continuerons certainement au delà. Nous sommes des gens
fidèles ! Nous ne pratiquons pas de stratégie
« stop and go ». On ne fait pas de saupoudrage. La fidélité est un des fondamentaux
de la communication si l’on veut travailler
une marque. Nous serons là en 2012 à
Londres pour soutenir nos lutteurs français.
> Propos recueillis par Emmanuelle Gréau
[16]
Amplitude janvier 2011
Amplitude janvier 2011
[17]
dossier
Les perspectives et évolutions du sportif de Haut Niveau
Les sportifs de haut niveau représentent l’excellence sportive. Ils
cristallisent nos rêves de victoires tricolores et, surtout quand sonne
l’heure des Jeux Olympiques, rassemblent mieux que quiconque la
société française
Au sein de la Fédération Française de
Lutte, cette élite est le fer de lance de
la discipline. Elle est un vecteur déterminant de son développement. Une victoire de remportée, c’est quelques licenciés de plus. Plusieurs victoires, et c’est la
presse tout entière qui porte au pinacle
les valeurs de notre sport, lui redonnant
ses lettres de noblesse dans ses chroniques sportives.
La Fédération Française de Lutte leur
porte une attention toute particulière.
Les espoirs olympiques sont regroupés
au sein de l’INSEP où l’équipe d’encadrement s’est structurée pour les accompagner et concilier au mieux études universitaires et carrières sportives.
« Contrairement à certaines disciplines,
les lutteurs ont pleinement conscience
qu’il est important de préparer leur
avenir car ils ne vivront pas de la lutte,
explique Franck Abrial, coordinateur
du pôle lutte à l’INSEP. L’objectif de
notre pôle est de mener de front entraînement, performance et formation
afin que chaque athlète puisse posséder un bagage solide une fois sortie de
l’INSEP. »
Cependant, ne nous y trompons pas,
c’est bien le sportif qui est au cœur du
processus.
« Tous les programmes scolaires sont
cousus main pour ne pas entraver la
carrière sportive de l’athlète ».
La quasi intégralité des cours a lieu à l’INSEP et est aménagée autour des séances
d’entraînement.
offrir le maximum de débouchés
« Chaque classe n’a généralement pas
plus de 15 élèves, toutes disciplines
confondues, précise Franck Abrial.
Nos plus jeunes lutteurs préparent le
BAC, d’autres sont en BAC pro commerce, font des études de kiné ou
préparent une licence management
ou de droit. »
Le panel de formations n’est pas restreint et l’INSEP a su tisser des liens
étroits avec les écoles environnantes
pour offrir le maximum de débouchés à
ses athlètes. Sa plus grande fierté : des
médailles bien sûr et 90% de réussite au
baccalauréat aussi !
> Propos recueillis par Emmanuelle Gréau
[18]
Amplitude janvier 2011
Amplitude janvier 2011
[19]
dossier
Les perspectives et évolutions du sportif de Haut Niveau
Au coeur de la Fédération Française de Lutte, Philippe Vidal, en tant que Directeur Technique National
adjoint (DTN adjoint) mène de front cinq grands chantiers : le management des entraîneurs que ce soit
pour la lutte libre, gréco-romaine ou féminine, le suivi des équipes de France, le contrôle des structures
du PES (Parcours d’Excellence Sportif), le contenu des entraînements et le suivi médical et diététique.
Rencontre...
Qu’est-ce qu’un sportif de haut
niveau ?
Philippe Vidal
Directeur Technique
National adjoint à la
Fédération Française
de Lutte
Fin 2010, un sportif de haut niveau
est un athlète sélectionnable pour
les Jeux Olympiques de Londres en
2012. Notre élite compte 10 à 12 personnes regroupées à l’INSEP mais
une cinquantaine d’athlètes s’entraînent chaque jour avec eux car la lutte
est un sport d’opposition qui exige
de nombreux partenaires.
Comment est repéré un sportif de
haut niveau ?
Les jeunes sont identifiés très tôt,
vers 12-13 ans lors des tournois à travers toute la France. Ils rentrent alors
dans des Pôles Espoir que l’on appellera demain les centres formateurs.
Ces Pôles sont des structures aménagées pour mener de front leurs
études et un entraînement sportif. Il
y a trois niveaux de pôles : le Pôle Espoir pour les minimes-cadets, le Pôle
France pour les cadets-juniors et
ensuite le Pôle Olympique à l’INSEP
qui regroupe parfois des juniors mais
surtout des seniors.
Quel est le quotidien d’un sportif
de haut niveau ?
Le quotidien des sportifs de haut niveau se situe donc à l’INSEP au cœur
du Bois de Vincennes. Un à deux entraînements sont organisés par jour
pour la lutte. Il y a également de la
préparation physique et des séances
de récupération puisque la récupération fait partie intégrante de la
préparation de l’athlète. L’INSEP a
des structures de balnéothérapie, de
sauna, de bains chauds, froids voire
glacés. Ainsi, le mercredi après-midi
est consacré à la régénération, et, selon la fatigue identifiée par le corps
médical, l’athlète de haut niveau est
orienté vers les bains chauds, froids,
des soins d’ostéopathie de kinésithérapie voire au repos total.
Quelles qualités sont requises pour
devenir un sportif de haut niveau ?
En lutte les qualités sont la vitesse
et la force : vitesse de réaction et
d’exécution, force explosive pour
exécuter les prises et force maximale
pour imposer sa prise. Si vous arrachez quelqu’un du sol, il faut être extrêmement fort. Il faut aussi être très
précis dans l’exécution des prises. Il
faut avoir une très haute motivation
et de la permanence dans sa volonté.
Etre capable d’élever le curseur très
haut de façon à résister à de grosses
quantités de charge, de stress aussi.
La lutte demande une volonté très
forte, persistante et une permanence
dans cette détermination ! Elle fait
appel à des qualités physiques mais
aussi psychologiques et d’analyse.
Comment évolue la carrière d’un
sportif de haut niveau ?
Chaque fois que nos lutteurs sont
dans nos structures, que ce soit dans
le Pôle Espoir, le Pôle France ou le
Pôle Olympique à l’INSEP, ils ont
forcément une formation parallèle
et nous sommes très attachés à ce
double projet : projet scolaire et/ou
universitaire et projet sportif. Nous
avons un responsable ici qui suit de
très près les sportifs sur le plan scolaire et qui réunit quasi hebdomadairement athlètes et profs de manière
à avoir un œil très pointu sur la présence des athlètes, sur le rattrapage
des cours et leur assiduité.
Nous sommes très attachés à ce que
nos athlètes obtiennent des diplômes
ou des certifications pour que, par la
suite, ils aient des possibilités d’être
entraîneurs rémunérés dans des
clubs ou rattachés à des collectivités
Comment cohabitent ces
deux projets ?
Ce double projet est un élément de
stabilisation. Le fait de préparer son
avenir, son « après » est important
pour un athlète, surtout quand la
fin de carrière est proche. Mais il est
difficile pour nous de gérer ces deux
aspects car d’un côté nous les encourageons à intégrer une formation et
de l’autre nous cherchons à ce qu’ils
ne soient pas trop investis dans leur
futur, car cela pourrait nuire au présent et à leur performance sportive
du moment. Le présent d’un sportif,
c’est d’être à 200% dans ses performances. Le dosage est donc très important. Notre objectif est d’assurer
l’après carrière, notre devoir est de
les accompagner mais en les maintenant quand même axés sur l’objectif
des Jeux Olympiques de Londres en
2012 !
Comment se prépare une
« fin de carrière » ?
Je crois que nous aidons les athlètes
à sortir de leur carrière sportive en les
préparant sur un plan professionnel
et en prenant en charge très sérieusement ce double projet pour qu’ils
soient mieux armés quand ils vont
arrêter leur carrière. La formation est
importante car en lutte nous n’avons
pas de sport professionnel. Nos athlètes ne peuvent pas prétendre à une
carrière professionnelle de sportif et
encore moins à des rémunérations
de footballeurs ou de tennismen. La
seule perspective professionnelle de
la lutte c’est devenir un cadre technique de l’Etat ou un entraîneur dans
un club !
Le fait de pouvoir proposer une palette de formations très large, d’avoir
un suivi très près de l’athlète et de
ses enseignants incite l’athlète à s’engager. Les ressources de l’INSEP sont
énormes à ce niveau là. On propose
aux athlètes des formations, des remises à niveau, on l’oriente vers une
préférence en fonction de ses sensibilités.
Et quand se termine une
carrière de sportif de
haut niveau ?
Autour de la trentaine. Christophe
Guénot aura 32 ans à Londres et il
sera certainement très performant.
Didier Pais, deux fois vice-champion
d’Europe en lutte libre, aura également la trentaine. Ca ne va pas tellement au delà. Une exception quand
même pour la lutte féminine : Anna
Gomis qui, à 37 ans, nous a montré
aux Championnats du Monde de
Moscou qu’elle était capable d’obtenir une médaille de bronze. Et qui
sait, à 39 ans elle pourrait obtenir une
médaille olympique !
Audrey Prieto
Didier Pais
Christophe Guénot
30 ans - Lutte Féminine
27 ans - Lutte Libre
31 ans - Lutte Gréco-romaine
Comment arrivez-vous à mener de front
votre carrière professionnelle et sportive ?
Comment se prépare votre fin de carrière ?
J’ai la chance d’avoir signé en 2006 une
convention de sportive de haut niveau à la
RATP. Je suis agent de maîtrise et j’organise
mon planning en fonction des compétitions.
Cette convention m’a vraiment libérée psychologiquement et me permet aujourd’hui
de vivre de ma passion. Etre sportive de
haut niveau requiert beaucoup de motivation, car il est souvent difficile de joindre les
deux bouts. J’ai vécu entre 2003 et 2006 au
rythme des petits boulots - prof de fitness,
serveuse… L’INSEP m’a permis de tenir mais
aussi l’encouragement de ceux qui ont toujours cru en moi, mes proches comme mes
sponsors. Mais, même si elle génère parfois
de la souffrance, la carrière de sportive de
haut niveau est vraiment une expérience à
vivre. Il faut être fort pour aller jusqu’au bout
de son rêve. J’ai fait beaucoup de sacrifices
dans ma vie de femme mais je l’ai fait sciemment parce que cette expérience est énorme
et les valeurs véhiculées par la lutte sont des
valeurs magnifiques !
Vice-Championne d’Europe
Seniors en 2005
Médaille de bronze au Championnat
d’Europe à Moscou en 2006
Je suis en deuxième année pour préparer
mon master management du sport à l’INSEP.
Je suis des cours avec des profs au sein de
l’INSEP mais je dépends de l’université de
Lyon qui a passé des accords avec l’INSEP.
J’ai fait, l’année dernière, un stage au sein de
la Fédération Française de Squash qui m’a
amené à travailler sur le règlement interne
de la fédération. Je prends le temps de bien
faire les choses. Si je passe deux ans à finir ce
master, cela me permet de ne pas travailler
au détriment de ma carrière sportive. J’ai
cette année plus de temps pour me préparer
aux prochaines échéances sportives et j’espère par la suite devenir cadre technique à la
fédération. Après Londres… ou plus tard, tout
dépendra de mes envies, de ma volonté et
de mes capacités à poursuivre ou pas.
Deux fois vice-champion d’Europe
en lutte libre en 2005 et 2008
>>> Master Management du Sport <<<
Comment menez-vous votre double projet
au sein de l’INSEP ?
Très tôt, j’ai pris conscience que je ne pourrai
pas vivre de la lutte. J’ai toujours cherché à être
très studieux pour préparer mon avenir. J’ai fait
un passage à la RATP mais ce n’était finalement
pas ma voie. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé, l’année dernière, de faire l’impasse sur les
Championnats d’Europe en avril pour préparer
mon concours de professeur de sport. Et l’obtention de mon concours équivaut à une belle
médaille ! Je suis cette année en stage pour
être titularisé et devenir cadre technique à la
Fédération Française de Lutte. Je travaille sur
un dossier relatif à l’alimentation et la diététique
des sportifs qu’ils soient lutteurs mais aussi judokas, taekwondoïstes, boxeurs…, là où la perte de
poids est un paramètre important dans la pratique du sport de haut niveau. Il n’y a jamais eu
de gros travaux menés à ce sujet et je travaille
avec une équipe de scientifiques (médecins,
diététiciens, entraîneurs) sur différents protocoles à mettre en place : un protocole pour la
perte de poids tout au long de l’année, un autre
juste après la pesée et un dernier pendant la
compétition.
Aujourd’hui après l’obtention de mon concours,
je m’entraîne plus sereinement pour les Jeux
Olympiques de Londres en 2012, car j’ai su anticiper ma fin de carrière de sportif de haut niveau.
Championne du Monde en 2007
Médaille de bronze
aux Jeux Olympiques de 2008
Médaille de bronze au Championnat
du Monde à Tokyo en 2008
Médaille de bronze
aux Championnats du Monde en 2007
Championne de France
Senior Excellence en 2008
Médaille de bronze
aux Championnats d’Europe en 2008
Vice-championne d’Europe en 2010
>>> Agent de maîtrise à la RATP <<<
Médaille d’or en 2001, de bronze en 2005 et
d’argent en 2009 aux Jeux Méditerranéens
5 fois Champion de France senior
>>> Futur Cadre Technique de la FFL
> Propos recueillis par Emmanuelle Gréau
[20]
Amplitude janvier 2011
Amplitude janvier 2011
[21]
décryptage
L’arraché de côté de Christophe Guénot
Cette technique appellée « arraché de côté » est une des spécialités de Christophe qui lui a permis de remporter de
nombreux combats. Elle demande une grande force des muscles lombaires mais également une grande souplesse.
Il est très difficile pour l’adversaire de défendre car il s’expose à un enchainement d’une ceinture de côté en pont
(côté opposé).
> fixation de l’épaule + engagement de la jbe gauche contre la hanche de DEF
Technique 2
5 • Contrôle debout les 2 bras dessous
5 • DEF se met en opposition pour ne pas se faire arraché et ATA engage la jambe
gauche du côté opposé
6 • Rotation
6 • Ceinture de côté en pont
3 • Placement des 2 jambes sur le côté (pieds à plat) pour arraché DEF
7 • Terminer la rotation puis tomber sur les genoux
7 • Finir en poussant sur les jambes
4 • Soulevé ou arraché du DEF
8 • Finale pour tomber DEF
8 • Terminer par la position de départ
1 • Départ saisie haute
2 • S’engager sur le côté droit
Technique 1
Les 4 premières étapes sont communes aux 2 techniques.
Lutteur rouge (ATT) >>> Christophe Guénot
Lutteur bleu (DEF) >>> Steeve Guénot
Cette technique vous est décryptée et expliquée
par Patrice Mourier :
Entraîneur
• Directeur des équipes de France de lutte gréco-romaine
Lutteur
• Champion du monde 1987
• Champion d’Europe 1990
• Médaillé de bronze aux championnats du monde 1990
• Médaillé de bronze aux championnats d’Europe 1987
• 8 titres de Champion de France senior
[22]
Amplitude janvier 2011
Amplitude janvier 2011
[23]
portrait
Anna Gomis
Incroyable Anna Gomis ! Inusable Anna Gomis ! L’exemplaire
Anna Gomis ! Lorsqu’Anna remporte le 9 septembre dernier sa
huitième médaille mondiale en décrochant le bronze en 55 kg,
la presse est à nouveau dithyrambique pour la lutteuse tourquennoise. Elle ajoute une ligne à un palmarès qui comporte quatre titres
Abonnez-vous dès aujourd’hui à
Amplitude
Le magazine de la lutte attitude
européens et autant de Mondiaux (le dernier en 1999) et une médaille de bronze
aux JO d’Athènes en 2004. A 37 ans, qu’est-ce qui fait encore lutter Anna ?
10,50 € pour les 3 prochains numéros !
Sa dernière victoire à Moscou, elle ne
s’y attendait pas ! Car Anna a désormais
une autre approche de la discipline. A
37 ans, elle ne s’entraine plus pour la
gagne, juste pour le plaisir de fouler
le tapis et de passer des techniques.
Aujourd’hui sa passion est ailleurs et
elle en parle avec un emballement non
dissimulé : « J’ai obtenu en juin dernier
mon BEP en maraichage bio. J’aime
beaucoup m’occuper des plantes. J’ai
beaucoup appris durant ma formation et j’ai toujours soif d’apprendre. »
Cette reconversion, elle la doit au maire
de Tourcoing, Michel-François Delannoy, qui fut à ses côtés, quand, après
les Jeux Olympiques d’Athènes, Anna
doute et cherche sa voie. « MichelFrançois Delannoy m’a fait entrer aux
Serres de la Ville. Depuis, je travaille
dans l’équipe de production. Je sème,
je rempote, je fertilise, je traite. C’est
une toute autre fatigue, mais ça me
passionne et grâce à cela j’ai retrouvé
l’envie de m’entraîner à nouveau. »
Le bonheur n’est pas forcément ailleurs,
mais cet « ailleurs » permet d’appréhender ses premières amours avec plus de
distance et d’y revenir avec une envie
Ma passion, je la dois à Monsieur et
Madame Picavet, et plus particulièrement Denise Picavet, qui, avec le club,
m’a soutenue de 1989 à aujourd’hui »
Ils remarquent alors chez elle un potentiel à exploiter. C’est alors le début
des compétitions et des premières victoires : « On passait avant tout de bons
moments, on découvrait de nouvelles
destinations que l’on n’aurait jamais
exploré par nous-mêmes. Les récompenses n’étaient pas une fin en soi
mais elles étaient toujours au rendezvous, donc elles nous permettaient de
garder le cap ».
e
d
u
t
i
l
Amp
3,50 €
Amplitude
Elle est inscrite au « FILA Hall of Fame »,
le Couloir des légendes de la lutte, mis
en place par la FILA (Fédération Internationale des Luttes Associées) en
2004 afin de récompenser les personnalités qui ont marqué la lutte mondiale.
Anna Gomis est la première française a
avoir obtenu une telle distinction. Elle
est une légende de la lutte… pourtant
la « Lionne » est encore bien vivante et
combattive sur le tapis.
#5
e la lutte
d
e
in
z
a
g
a
m
e
L
S’ensuivent les premières consécrations avec Richard Chelmowski et
Gérard Santoro, les entraineurs de
l’équipe de France féminine à qui Anna
doit beaucoup : « Richard et Gérard
ont changé beaucoup de choses car,
avant, la lutte féminine était dévalorisée, personne ne voulait s’en occuper.
Richard et Gérard ont créé une bonne
ambiance dans le groupe. Ils avaient
toujours un petit mot réconfortant et
avaient l’œil pour voir les techniques
qui nous correspondaient. »
Richard Chelmowski et Gérard Santoro l’amènent aux Jeux Olympiques
de 2004 à Athènes et jusqu’à la troisième marche du podium. « Je n’ai plus
eu beaucoup de résultat après les JO.
J’ai alors voulu décrocher de la lutte.
Je me suis essayée à l’enseignement,
mais je n’y trouvais pas beaucoup de
motivation ». Le salut est donc venu de
la terre, de cette nouvelle passion découverte pour l’horticulture et l’arboriculture. « J’ai trouvé quelque chose qui
u
Votre nouvea e
magazin
attitude
ts du
n
e
m
e
n
é
v
é
s
Le
tre
s
e
m
i
r
t
r
e
i
m
pre
2011
Interview
mr martine
tti
de Féminine
Coupe du Mon
Excellence
ce
an
Fr
t de
e Cristo Lutte
Championna
16
de Tourcoing
7e Grand Prix
une lutteuse hors-pair
renouvelée. C’est ce qui permet aujourd’hui à Anna de revenir à la lutte
« par plaisir » sachant que la compétition n’est plus sa préoccupation première. C’est d’ailleurs comme ça que
tout a commencé en 1987 lorsque son
professeur de sport invite ses élèves
à découvrir pendant les vacances de
Pâques de nouvelles disciplines : « J’ai
alors choisi la lutte par curiosité, car
je connaissais déjà le judo et la danse,
les autres sports proposés. J’ai été la
seule à choisir ce sport et j’y suis restée
car le club avait une bonne ambiance.
[24]
Amplitude janvier 2011
me plaît et j’aurai dorénavant beaucoup moins de temps à consacrer à la
lutte »…
Londres en 2012 ? « Je ne me vois pas
trop poursuivre, Londres c’est loin…
J’espère beaucoup que Meryem Fatah se sélectionne en 55 kg, mais s’il
n’y a personne dans cette catégorie, je
ne sais pas… tant que la lutte reste un
plaisir… »
La retraite sportive d’Anna n’a pas encore sonné… Assurément.
> Emmanuelle Gréau
bulletin abonnement
r...
Pleins feux su
La norman
die
OUI, je m’abonne à Amplitude dès aujourd’hui.
A remplir et à retourner à l’adresse suivante :
guénot
hristophe
c
e
d
é
t
ô
c
de
Prénom > .........................................................................................
ch>é........................................................................
L’arraNom
Je joins mon règlement par chèque à l’ordre
ry: ptage...
cde
é
Adresse > ....................................................................................................................................................................................
d
>
Fédération Française de Lutte
Je choisis de m’abonner pour les 3 prochains numéros au prix de 10,50 €.
Fédération Française de Lutte
2, rue Louis Pergaud 94706 Maisons-Alfort Cedex
Code Postal >.........................................................Ville > .................................................................................................
Pays > ......................................................................... Tél. > ...................................................................................................
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification
ou suppression des informations la concernant, en s’adressant au service Direction de la publication, Fédération
française de Lutte, 2 rue Louis Pergaud, 94706 Maisons-Alfort Cedex.
Mail > ....................................................................................................................................................................................
Date > ......................................................................... Signature obligatoire >..............................................................
Ailleurs
La Lutte Bretonne / le Gouren
L’esthétisme du geste du Gouren
Carte blanche a été donnée à
l’artiste Véronique Le Velly, photographe amateur, mais non
moins talentueuse. « J’ai découvert le Gouren à Monterfil, près
de Rennes, lors d’une manifestation de sports bretons. J’ai été
attirée par ce sport car il s’agit
d’un sport traditionnel fortement
identitaire. J’ai aimé me concentrer sur des portraits serrés pour
mettre en valeur l’effort du lutteur
en action », explique Véronique
Le Velly.
A travers ses clichés, la photographe nous rappelle que le Gouren est un patrimoine vivant qui a
su se transmettre de générations
en générations en véhiculant des
valeurs immuables de loyauté
et de courtoisie. En témoigne «
Le Serment du Lutteur » où les
émules jurent de lutter en toute
loyauté « sans traîtrise et sans
brutalité ».
Véronique Le Velly a su parfaitement fixer sur le nitrate d’argent,
l’effort, les gestes et les regards
des lutteurs combattant également pour que vive cet héritage
breton.
un art ancestral
ceau en Irlande et dans le Cornwall.
Le Gouren a des attaches culturelles
fortes. Il est un art ancestral de lutte
debout au corps à corps. Son origine
est encore incertaine, mais on considère que la naissance du Gouren se
situe probablement entre le VIème
et le VIIème siècle et trouve son ber-
[26]
Amplitude janvier 2011
Les lutteurs bretons ont, jusqu’au
XIXème siècle, fait partie de l’identité de la Bretagne. Toutes classes
confondues, de la noblesse à la paysannerie, les bretons luttaient en extérieur, sur une aire de combat délimitée par les spectateurs, toujours
nombreux à se réunir pour soutenir
leurs favoris. Paul Gauguin et Paul
Sérusier n’ont-ils pas également couché sur la toile la ferveur des lutteurs
et le respect inspiré par ce « sport de
combat non violent, respectueux de
l’adversaire, convivial et breton. »
C’est ce que retrace, en préambule,
l’exposition itinérante du Gouren impulsée par le Comité Gouren d’Ille-etVilaine et la photographe Véronique
Le Velly. Initiée début 2010, l’exposition a déjà campé son décor dans
neuf localités bretonnes lors d’événements particuliers (Championnat européen 2010 de Saint-Brieuc, championnat de Bretagne par équipe à
Kemper) ou au cœur d’institutions
prestigieuses (Parlement de Bretagne). « Nous expliquons à travers
cette exposition : les origines, l’histoire, les artistes qui ont représenté
le Gouren, mais également la pratique moderne, la pratique en haute
Bretagne, l’apprentissage des jeunes,
le serment et les valeurs du Gouren
», explique Yan Giron, actif bénévole qui a travaillé à l’élaboration des
textes des panneaux de l’exposition.
« Nous venons aussi de signer un
partenariat pour créer la première
section handisport gouren » précise
Yan.
Informations
pratiques
> Pour réserver l’expo :
http://outils.pratique-le-gouren.fr
> Fédération de Gouren
(comité gouren de la FFL) :
www.gouren.com
> Présentation du gouren :
www.pratique-le-gouren.fr
Zoom sur l’Exposition Itinérante du Gouren
Réalisée conjointement par le Comité Gouren d’Ille-etVilaine et la photographe Véronique Le Velly, l’exposition itinérante du Gouren présente à la fois des photos
et des explications sur la lutte bretonne associée aujourd’hui à la Fédération Française de Lutte.
Prochaines
expositions
> Rennes – Sevenadur 2011
(festival de la culture Bretonne)
Mars 2011
> Musée Eugène Aulnette
Sel de Bretagne,
Du 30 juin au 1er aout 2011.
> Emmanuelle Gréau
Amplitude janvier 2011
[27]
plein feux sur
La Normandie
Suite à la volonté de la Fédération Française de Lutte d’aider les régions Basse et Haute Normandie à mutualiser
leurs moyens pour optimiser leur développement, Isabelle Ladeveze a pris ses fonctions à Rouen à la Direction
Régionale de la Jeunesse et des Sports de la Cohésion Sociale en tant que cadre technique de la FFL. Fraîche
émoulue de l’université, cette lutteuse de haut niveau s’est donné pour mission d’augmenter les résultats des deux
régions par, entre autres, une détection plus efficace des jeunes espoirs
La Basse Normandie en chiffres
La haute Normandie en chiffres
12 clubs répartis dans 3 départements : 4 dans
la Manche, 7 dans le Calvados et 1 dans l’Orne. Il
s’agit de clubs de taille modeste où les entraîneurs
sont bénévoles. Mis à part les 3 clubs de Caen, la
plupart des clubs sont situés en zones rurales.
Le comité de Haute Normandie est constitué de
5 clubs : le club de lutte Havrais, le club de lutte
Dieppois, l’asptt Rouen lutte (et une section
grapling) la section Lutte du Stade Sottevillais
et le toutnouveau club de lutte de Harfleur qui
s’appelle actuellement Atlas Pankration.
322 licences « lutte » sont recensées et le Sambo
totalise 71 licences. Les féminines même si elles
accusent une petite baisse représentent 26% des
licenciés. Les moins de 18 ans représentent près
des 2/3 des licenciés.
C’est le baptême du feu pour Isabelle Ladeveze. Originaire des Alpes
Maritimes, la jeune femme, 22 ans au
compteur, est arrivée en Normandie avec pour unique compagnon
son GPS ! Après l’obtention de son
concours de professeur de sport en
juin 2010, la Fédération Française
de Lutte la missionne à Rouen pour
suivre deux régions : la Haute et la
Basse Normandie. Les deux régions
n’ont pas connu de CTS depuis
longtemps : le cahier des charges
est dense ! Il lui faut coordonner les
équipes régionales pour mener à bien
le développement de la région
7 clubs de lutte olympique, 1 club de lutte adaptée
(handicapés), 4 clubs de Sambo. Avec une forte
pratique de lutte scolaire avec l’UNSS et la FFSU,
l’académie de Caen est l’une des premières tant
au niveau du nombre de participants que des
résultats. Pour la seconde année consécutive
la Basse-Normandie accueillera en 2011 les
championnats de France scolaires UNSS.
La Basse Normandie a cumulé durant la dernière
saison 19 participations en championnats de
France. Même si la région ne fait pas partie des
meilleures régions en termes de résultats, elle
a tout de même obtenu un titre et quelques
médailles :
• Muhammed Guzel... Champion de France
en cadet (46kg lutte libre) sélectionné pour les
Championnats d’Europe.
« Cela passe par la mise œuvre
d’actions techniques sur les régions explique Isabelle : stages de
formation des arbitres, des encadrants, des animateurs et profs de
lutte (brevets fédéraux), du secrétariat technique des compétitions,
stages de perfectionnement des
athlètes, détections des benjamins
et des minimes, incitation à l’utilisation des Maîtrises FILA, préparation au championnat de France… »
• Marc Patte Vice-champion de France juniors
(74 kg lutte libre).
• Maeva Leseigneur Vice-championne de France
en cadette (65kg lutte féminine).
• Achille Reggiani Double médaillé de bronze
en minimes (72kg libre et gréco).
Et également des titres et des médaillés aux
championnats de France, en scolaires (UNSS &
FFSU), en vétérans, en lutte adaptée ainsi qu’en
disciplines associées
Le comité comptait environs 300 licenciés… dont
une cinquantaine de féminine… tandis que les
moins de 18 ans tourne au alentour des 60%. Cette
saison nous espérons atteindre les 360 licenciés et
progresser également dans le grappling avec une
cinquantaine de sportif, puisque Rouen, Harfleur
et Le Havre on une section.
Coté performances :
• Pour le Havre, Adama Sow fait 2 podiums : Vicechampion de France en libre et en gréco.
Samba Diong fait le doublé champion de France
libre et gréco en 2009 et 2010, et se qualifie pour les
Championnats d’Europe où il se classera 12e, puis 5e aux
Championnats du Monde.
• La section lutte de Rouen est l’un des meilleur club
de la fflutte parmis eux des champions tel que Bruno
Lawson champion de France seniors, Thomas Ponchon
3e France Seniors. Coté féminines Renée Marie Mendy,
Vice-championne de France et Laure Plessiet. Avec 2
titres de champions de France vétéran Fabrice Peltier
(3e au Championnat du Monde Vétéran libre) et Gilles
Yon. En grappling, Jean Baptiste Lemerle garde un
niveau national en 2e division.
• La section lutte de Sotteville évolue également à haut
niveau en ayant 2 équipes la saison dernière en D1 et
D3. Et 3 cette saison ! 5e en D1, 4e en D3 et 9e en Coupe
de la jeunesse.
• Le cercle de lutte de Dieppe avec Maxime Fiquet
Champion de France juniors.
• Le club de Harfleur, Atlas Pankration, a également des
champions en Grappling …
Depuis maintenant 2 saisons le club de lutte de Sotteville
organise un Tournoi International de lutte libre, avec une
centaine de lutteurs, rentré au calendrier des tournois
labélisés de la Fédération Française de lutte.
Deux régions réunies autour d’un nouveau cadre technique
La liste est aussi longue que la
motivation d’Isabelle est sincère :
« Mon rôle est d’être force de propositions dans les responsabilités
de chacun. On n’attend pas de moi
que je fasse tout à la perfection
mais que j’impulse une politique
cohérente de développement. Les
deux comités régionaux savent
que je ne consacre que 38% de
mon temps à la Normandie (et 12%
du temps alloué à des missions nationales féminines) car je suis encore stagiaire et 50% de mon emploi du temps se déroule à Poitiers
pour ma formation en vue de ma
titularisation. »
Il n’en demeure pas moins que les
deux régions saluent l’arrivée d’Isabelle :
[28]
Amplitude janvier 2011
« Isabelle arrive avec ses qualités ;
professeur de sport, sportive de
haut niveau, une maturité certaine
malgré sa jeunesse et aussi à mon
avis une grande capacité d’écoute.
Son travail n’est pas évident, elle
doit faire une synthèse de ce qui se
faisait dans chacune des Normandie et créer des synergies entre les
deux régions. Elle apporte aussi un
œil neuf et neutre, cela lui permet
de voir des améliorations potentielles, que nous, avec toutes nos
années et notre expérience nous
ne voyons plus. Les premières
actions réalisées en ce début de
saison sont encourageantes pour
la suite de la saison », confie Stéphane Scelles, président du comité
régional de Basse Normandie. « En
Basse-Normandie, lors de la saison précédente, nous avions déjà
Isabelle Ladeveze
Style : Lutte Féminine
Catégorie : 55 kg
Date de naissance : 30 avril 1988
Taille : 1m69
PARCOURS SPORTIF
Club actuel : Lutte Club Saint Joseph (Réunion)
Entraineur club: Jean-Pascal HENRION
1ère licence en : 2000
Formation : Pôle de Font Romeu, INSEP depuis 2009
PAlMARès
3ème aux Championnats de France senior en 2008, 2009 et 2010
Vice-championne de France junior - 2008
informations personnelles
Formation : Master 1 STAPS
Situation familiale : Célibataire
Loisirs et passions : Sports de montagne (ski, randonnée, escalade…)
constitué notre ETR avec Paul
Patte comme référent technique,
en une saison un travail remarquable a été fait compte tenu du
temps imparti. Pour perpétuer
cette dynamique il faut aussi assoir
nos fonctionnements et nos organisations entre les deux régions ».
Les premières actions d’Isabelle illustrent parfaitement la volonté de
la Fédération Française de Lutte de
mutualiser au maximum les moyens
des deux régions. Ainsi Isabelle a-telle amené les deux régions à se réunir pour un stage de formation des
entraîneurs et un week-end de détection des benjamins et des minimes.
« Avec ces actions menées ensemble, nous sommes en adéquation avec le schéma directeur de
la Fédération qui a bien compris
que notre sport doit s’adapter à la
société, souligne Christophe Delamare, président du comité régional
de Haute Normandie. Nous devons
changer nos codes, pour tendre
vers une vraie mixité sociale, mais
une mixité vers le haut pour attirer
les classes moyennes et défendre
auprès d’eux les valeurs de la lutte.
La formation des entraîneurs sert à
cela aussi : améliorer l’image de la
lutte auprès des parents. »
Faire travailler les deux régions ensemble pour développer la lutte, tel
est le credo d’Isabelle. Ils en sont tous
convaincus : « C’est par la solidarité
entre clubs et la participation de tous
que nous progresserons, ensuite les
résultats sportifs suivront. »
> Emmanuelle Gréau
Amplitude janvier 2011
disciplines associées
Retour sur les World Combat Games
Fédérations Internationales lors des
Jeux Olympiques est purement technique.
Le deuxième objectif était de rassembler aussi bien des sports olympiques que non olympiques et de les
faire cohabiter dans un même programme. La dimension culturelle et
historique du sport était également
l’un des éléments clés de ces Jeux
avec l’organisation conjointe d’expositions sur les différents sports, d’un
forum avec des intervenants de renommée internationale et d’un programme pour les ambassadeurs de
chaque Fédération qui ont participé
à des actions dans la ville pour promouvoir leur sport auprès des Pékinois.
La FILA a été représentée par la lutte
féminine, le grappling, le pankration
et la lutte à la ceinture. Les 8 meilleurs
athlètes du monde dans chaque catégorie ont été sélectionnés lors des
Championnats du Monde et ont été
invités à participer aux World Combat Games tous frais payés par les organisateurs. 96 athlètes (56 hommes
et 40 femmes) de 28 pays ont fait le
voyage à Pékin.
Echanges culturels
Dès leur arrivée, les délégations ont
été impressionnées par l’ampleur de
l’événement qui avait été sous-estimé par bon nombre d’athlètes. Un
système d’accueil et de transport si-
particulier les compétiteurs des disciplines non-Olympiques qui vivaient
de telles conditions pour la première
fois de leur carrière. Les spectateurs
étaient au rendez-vous et leurs encouragements lancés à tous les athlètes quelle que soit leur nationalité
a poussé tous les participants à se
surpasser.
Les médailles
françaises
Le premier jour de compétition (le 2
septembre) était dédié à la lutte féminine et à la lutte à la ceinture. Les
Françaises ne sont montées sur le podium qu’une seule fois avec une médaille de bronze d’Aurélie Basset en
48kg, une cinquième place pour Cynthia Vescan en 72 kg et une sixième
place pour Tatiana Debien en 55 kg.
Le deuxième jour de compétition (le
3 septembre) était dédié au grappling et au pankration. Les grapplers
Français ont réalisé une performance
remarquable avec une médaille d’or
pour David Pierre Louis en 80 kg,
une médaille d’argent pour Matthieu
Husson en 70 kg et une médaille
de bronze pour Océane Talvard en
60 kg. Les pankratiastes français ont
eu moins de chance avec deux blessures lors des tours éliminatoires
pour finalement terminer à la sixième
place pour Dimitri Milosevic en 90 kg
et à la huitième place pour Yann Marcou en 70 kg.
Tous les sports de combats réunis à Pékin
« Word Combat Games » est une compétition regroupant treize arts martiaux et sports de combat olympiques ou
non olympiques. La première édition s’est déroulée en Chine du 28 août au 4 septembre 2010. Le Stade Intérieur
de Pékin a été le théâtre d’une cérémonie d’ouverture grandiose et d’échanges culturels enrichissants. Huit athlètes français (lutte, grappling et sambo) avaient pris part à l’événement et ont ramené 4 belles médailles.
La première édition des World Combat Games organisée par SportAccord a tenu toutes ses promesses
(et même au delà) à Pékin fin août.
Treize Fédérations Internationales
avaient répondu présentes à savoir :
l’aïkido, la boxe, le judo, le ju-jitsu,
le karaté, le kendo, le kickboxing,
le muay thaï, le sambo, le sumo, le
taekwondo, le wushu et la lutte avec
en moyenne 80 athlètes par sport,
soit au total 1008 participants. La
délégation française était représentée par 3 lutteuses (Tatiana Debien,
Aurélie Basset et Cynthia Vescan), 3
[30]
Amplitude janvier 2011
grapplers (Océane Talvard, Mathieu
Husson et David Pierre Louis) et 2
samboïstes (Andy Sedaminou et Sébastien Libebe).
Rassembler tous les
sports de combats
L’objectif poursuivi par les organisateurs était d’offrir aux Fédérations Internationales gouvernant des sports
de même nature (les sports de combat en l’occurrence), un événement
de grande envergure qui leur appartienne entièrement, quand le rôle des
milaire à celui mis en place lors des
Jeux Olympiques les attendait. Les
athlètes des différents sports étaient
tous logés au Friendship Hotel où
un « village culturel » était organisé
afin de favoriser les échanges entre
les différents sports et nationalités. La cérémonie d’ouverture a fait
beaucoup parler d’elle avec un spectacle grandiose qui s’est soldé par
l’hymne des Jeux chanté par l’acteur
chinois Jackie Chan. Le représentant
français désigné pour défiler dans
le stade était David Pierre-Louis,
Champion du Monde de Grappling
2010. Les compétitions de lutte se
sont déroulées dans la salle de l’Université d’Agriculture qui avait déjà
accueilli notre sport lors des Jeux
Olympiques de Pékin en 2008. Un
décor prestigieux a plongé les athlètes dans une belle euphorie, en
Prochaine édition
en Russie
La prochaine édition aura lieu en octobre 2013 en Russie (la ville n’a pas
encore été déterminée). La FILA est
en train d’élaborer son plan d’action,
mais il y a de fortes chances que la
lutte libre, le grappling, le pankration,
le combat grappling et la lutte à la
ceinture soient au programme. La Fédération de Savate (boxe française)
fera également son entrée dans les
prochains Jeux. La fréquence des
World Combat Games, tous les 2, 3
ou 4 ans, n’a pas été arrêtée pour le
moment mais SportAccord prévoit
déjà d’étendre le concept aux sports
aquatiques, artistiques et de plage
dans les années à venir…
Informations pratiques
> Lien sur le site officiel:
http://www.worldcombatgames.com/en/
> Lien sur la chaîne YouTube :
http://www.youtube.com/combatgamechannel
> Emmanuelle Gréau
Amplitude janvier 2011
[31]
santé
Bien-être
La gestion de poids chez le lutteur
L’évolution de la pratique de la lutte et des discours des scientifiques suscitent une multitude de questions.
A travers ses conseils, le docteur Marc Rollet apporte des réponses pratiques, succinctes mais malgré tout élaborées pour une alimentation parfaitement adaptée aux différentes périodes de la vie du lutteur.
Après l’entraînement dans les deux
cas de figures développés plus haut
où il importe de se restaurer avant
de reprendre le travail.
. le sandwich (avec pains spéciaux
complets, céréales…) + beurre +
jambon, crudités reste un très
bon produit et n’est pas une
erreur alimentaire.
. ou encore si on n’est pas adepte
du sandwich : salade de féculents
et de crudités + viande froide +
produits laitiers + fruit
(ou compote)
>> Entraînement en soirée.
Goûter
. un produit céréalier (pain, céréales,
beurre) ou bol de potage ou cake
sportif salé ou gâteau de riz au lait
ou semoule.
. un produit laitier (lait, yaourts…)
. un fruit frais au choix.
Nutrition en période
d’entraînement
Les horaires d’entraînement étant
parfois incohérents par rapport au
rythme habituel des repas (surtout
en période de compétition) l’alimentation doit obligatoirement s’adapter
pour s’ajuster aux besoins énergétiques de l’organisme.
Marc Rollet
Consultant et
Médecin Fédéral
>> Entraînement tôt le matin
Petit déjeuner
. grand verre d’eau dès le lever
. bol de lait et avec céréales
aux fruits.
. ou pain grillé (ou biscottes)
avec compote ou confiture.
. boissons (thé, café, chicorée)
Collation de 11 heures
. apports en sucres complexes
(barres de céréales, gâteau de riz
ou semoule, pain)
. fruits frais, jus de fruits
ou compotes
. produits laitiers (yaourts,
fromages blancs)
. boisson glucidique d’effort
spécifique pendant l’entraînement.
[32]
Amplitude janvier 2011
> Jus de fruit pur, non dilué
(100 % jus de fruits) Orange,
ananas, raisin.
Attention à la quantité !!!
> Jus de fruit dilué (pur jus
d’orange avec moitié d’eau
hyper minéralisée type SaintYorre, Roxana, Quezac…)
> Ou eau seule (minéralisée,
plate ou gazeuse)
> Fruits frais (Orange, pample
mousse, banane) ou compote
de fruits ou fruits secs (raisin,
abricots, banane)
> Biscuits secs (type petit
déjeuner), cookies céréaliers,
barres de céréales.
> Mini sandwiches peuvent
se concevoir avec pain de mie,
grillé ou biscottes avec miel
(ou jambon cuit)
>> Boisson energétique
. 10 à 15 cl toutes les 20 à 30
minutes d’une boisson fraîche
mais non glacée de 100 à
150 ml comprenant jus de fruits
frais avec moitié eau plate et
deux cuillères à soupe de miel
+ une cuillère à soupe de
gluconate de potassium
+ 1 g de sel (facultatif).
Ration de
récupération.
>> Retour au calme
0 à 60 minutes
24 à 30 g de glucides.
. 300 ml de boisson énergétique
. 25 à 30 cl de boisson
bicarbonaté et gazeuse
(Perrier ou Vichy).
. de l’eau.
>> Après la douche
>> Composition type du dîner
(valable pour les trois situations
développées plus haut)
. un hors d’oeuvre au choix.
. une viande ou poisson ou jambon
découenné et dégraissé ou blanc
de volaille.
. un féculent type pâtes, riz,
pommes de terre, semoule,
polenta ou encore potage, avec
pommes de terre et pâtes ou
encore purée.
. une compote de fruits
(de préférence aux fruits frais)
. un produit laitier (ou gâteau
de semoule)
. une tisane
>> Entraînement le midi
Collation
d’après pesée.
Ration d’attente.
C’est-à-dire les apports nutritionnels
entre le dernier repas et le début de
l’effort (période courte de 3 heures
et stressante au cours de laquelle du
glucose sanguin est consommé).
Nutrition avant
la compétition
Le dernier repas devra être pris au
minimum 3 heures avant le début de
l’effort et sera riche en glucides.
>> Composition type
. d’une assiette de pâtes
(60 g de glucides)
. d’une tranche de jambon maigre
(protéines)
60 à 120 minutes
40 à 50 g de glucides.
. un gobelet de boisson
chaude sucrée.
. une poignée de fruits secs.
. un yaourt à boire (200 ml).
. une tranche de pain d’épices
ou 20 g de biscuits.
>> Repas de récupération du soir
. 40 g de pain (20 g de glucides)
180 à 200 g de glucides
. 25 cl de boisson énergétique
(20 g de glucides)
. potage salade avec germe de blé
plus levure de bière.
. 1 yaourt et une cuillère à soupe
de miel (15 g de glucides) soit
au total 115 g de glucides.
. quiche ou oeufs ou tarte salée.
. pain.
. assiette de riz ou pattes.
. fromage blanc et 50 g de
crème de marron.
. biscuits.
>> Coucher.
20 g de glucides.
. tisane au miel ou les sucrées.
. une pomme.
shopping
1 La lutte en situation
5 Asics Split second
Dans son ouvrage « La lutte en situation » des éditions
EP&S, Daniel Ray part des difficultés vécues par les
élèves pour apporter des solutions pratiques. À partir
d’une situation initiale, l’auteur s’appuie sur l’observation des pratiquants pour définir leurs niveaux et en
déduire quatre axes de travail :
Voici une exclusivité de www.1monde2sport.com avec
cette paire de chaussures de lutte Asics Split second 8
très techniques avec une semelle constituée des dernières technologies permettant d’agripper les tapis au
mieux. Stock limité a 70 pièces en France.
www.1monde2sport.com
Prix : 79,95 €
1) Faire tomber l’adversaire avec un contrôle
des jambes
2) Faire tomber l’adversaire avec un contrôle
tête et bras
3) Retourner un adversaire à plat ventre
4) Riposter en manchette sur un retournement
4
1
Pour chaque axe, l’analyse des problèmes rencontrés
débouche sur des connaissances à construire à travers des situations d’apprentissage. Chacune de ces
situations met l’accent sur ce qu’il faut observer chez
les pratiquants, sur les modes d’intervention qui en
découlent et est enrichie d’un guide fournissant des
clés à l’enseignant pour dialoguer avec les élèves. Enfin, l’auteur propose des cycles d’enseignement et des
leçons types.
www.revue-eps.com
Prix : 18 €
6
2 Genouillère senior
Brute TORQ grise
Import des Etats-Unis
www.1monde2sport.com
Prix : en promotion à 24,95 € (au lieu de 29,95 €)
5
Fluid Trainer d’Adidas est une gamme mixte de trois
modèles ultra-légers, souples et confortables : Fluid
Trainer, Fluid Trainer Light et Fluid Trainer Leather.
La flexibilité des modèles offre une liberté de mouvements à 360 degrés tout au long de la journée, dans la
rue comme en salle de sport. Fluid Trainer est le parfait
compromis pour la mode et le fitness et s’adapte à
toutes les situations. Soyez «fun» avec Fluid Trainer!
8
Adidas offre également la possibilité de customiser
ses Fluid Trainer. Chacun aura la possibilité de créer
son propre modèle. Des couleurs des lacets aux couleurs des languettes en passant par la broderie ou le
bijou de lacet, adidas donne l’opportunité unique d’affirmer sa personnalité avec la Fluid Trainer!
www.adidas.com
Prix : à partir de 75 €
10
2
Le nouveau tee shirt Battler conçu pour les accrocs du
tapis va ravir les amateurs de lutte notamment ! Le flocage haute qualité du graphisme arrière est épatant :
aspect velours pour l’araignée plus vraie que nature !
Look totalement lutteur avec la surface de fond et
l’énorme inscription.
www.1monde2sport.com
Prix : 20 €
7 Chaussures Vapor speed
Les chaussures de lutte Vaporspeed d’Adidas en plus
d’être superbes avec leur coloris blanc et chromé sont
des baskets de lutte légères et durables. Conçues en
matière filet respirant pour une meilleure évacuation
de la transpiration.
www.1monde2sport.com
Prix : en promotion à 44,95 € (au lieu de 65 €)
8 Lactibiane Défenses
3 Fluid Trainer
3
6 Tee shirt Battler
4 Huile de massage
à l’arnica Weleda
L’Huile de Massage à l’Arnica est plébiscitée par les
masseurs-kinésithérapeutes et les sportifs de haut
niveau. Ils utilisent l’Huile de Massage à l’Arnica pour
faciliter la préparation et la récupération musculaires.
Lactibiane Défenses, du laboratoire PiLeJe, contribue
à limiter les affections hivernales en renforçant les défenses naturelles de l’organisme et à maintenir un état
optimal chez l’adulte et chez l’enfant à partir de 12 ans.
Très facile d’utilisation, ce produit se prend à raison
d’1 gélule par mois les 10 premiers jours du mois, à renouveler.
www.pileje.com
Prix : 11,65 €
9 halo headphones sport pack
Halo Headphones est conçu pour faciliter vos activités
sportives quotidiennes. Il est idéal pour marcher, courir, s’entraîner dans une salle de sport, tout simplement
parce qu’il ne bouge pas malgré vos mouvements.
Leur souplesse vous permet aussi de vous reposer et
parfois de vous endormir en musique !
Le Sport Pack contient :
- une paire d’écouteurs Halo
- un bandeau noir en coton lycra
- un adaptateur pour l’avion
- un bandeau Charcoal en Sorbtek
www.haloheadphones.com
Prix : 45 €
- Avant l’activité sportive : en friction rapide, elle soutient
l’échauffement et limite les contractions musculaires.
- Après l’activité sportive : en massages amples et lents, elle
accélère la récupération mu sculaire et prévient l’apparition
des courbatures.
www.weleda.fr
Prix : 7,70 € (50mL), 11,30 € (100mL)
ou 16,40 € (200mL)
9
10 Maîtrises fila
Distributeur officiel des produits homologués FFL
Maîtrises (tarifs licenciés)
www.yalouz.com
Prix : 15 € le top, 12 € le bermuda,
25 € l’ensemble jeunes et 30 € l’ensemble adultes
7
[34]
Amplitude janvier 2011
Amplitude janvier 2011
[35]
en bref
Tous les résultats
Mémorial KARAVAEV
Senior / Lutte Gréco-Romaine
Compétition par équipe
Minsk, Bielorussie
25/26 novembre 2010
9ème Championnats
du monde
Universitaires
Turin (Italie) / 26 au 30 octobre 2010
Lutte gréco-romaine
60 kg • HIDALGO Sébastien
60 kg • SEKER Fuat • 12e/15
Lutte féminine
74 kg • GUENOT Steeve
51 kg • BASSET Aurélie • 8 /11
55 kg • LADEVEZE Isabelle • 5e/10
67 kg • KOLIC Mariana • 5e/9
72 kg • BENTORKI Shéhérazade • 3e/10
e
84 kg • GUENOT Christophe
96 kg • NOUMONVI Mélonin
120 kg • SZCZEPANIAK Yannick
Résultats par équipes
1 • BIELORUSSIE
2e • GEORGIE
3e • RUSSIE
4e • POLOGNE
5e • UKRAINE
6e • FRANCE
7e • KAZAKHSTAN
8e • BIELORUSSIE
9e • LITUANIE
10e• USA
e
Benjamin / Lutte Jeunes
Minime Cadet / Lutte Libre & Féminine
42 kg • TECHER Anthony Hugo
• FIBAC Christophe
• KAGHKETSYAN Arsen
33 kg • FOUEN Coralie
40 kg • GIROT Jessica
• BOUTIN Claire
44 kg • DEPECHE Cassandra
• LAMBERT Heloise
60 kg • JACOB Melissa
Clubs • Genlis
• Torcy ZL
• Beaune
Benjamin - Lutte jeunes
33 kg • POING William
• OZTURK Muhammet-Fathi
• BERTHENET Melvyn
36 kg • ALTAMIROV Aslan
• ALTAMIROV Magomed
• DECHAUME Pierre Louis
Senior / Lutte Libre - Lutte
Gréco-romaine - Lutte Féminine
25/26/27 novembre 2010 à Nice
Equipe de France
Lutte féminine
48 kg • BASSET Aurélie • 2e/10
55 kg • DEBIEN Tatiana • 3e/7
55 kg • VESCAN Adeline • 1e/7
72 kg • VESCAN Cynthia • 1e/2
Equipe de France
Lutte gréco-romaine
60 kg • SEKER Fuat • 7 /12
84 kg • VESCAN Cyril • 3e/5
120 kg • SAUVAIRE Nicolas • 3e/3
e
66 kg • BRUANDET Thibault
• HENTZ Xavier
• STOKLOSA Paul
72 kg • TAVERNESE Nicolas
• EDDOUKALI Yannis
85 kg • FERREIRA Flavio
52 kg • PLANES Lea
• LOUBAT Elodie
• CHATEAU Marion
Coupe féminine
1e • DOUAI
2e • CRETEIL
3e • Besancon
4e • lyon st priest
5e • belleu & challons en Ch.
Coupe de la jeunesse
43 kg • DURAND Laurine
46 kg • GALLO Felicia
• OZKAN Medine
• HONORINE Hilary
50 kg • BOUDET Sandy
• VANDEVOORDE Wicky
• MARTINEZ DE PAOLA Vivianne
54 kg • VILLY Romane
• COSTES Justine
• CLAIN Camille
58 kg • FERRER Opale
63 kg • POILLOT Megane
69 kg • SANCHEZ Cassandra
• BATTINI Flora
69 kg • GOBATCHEV Ali
• CAPAR Metin
• PAPOTTO Antoine
76 kg • HEYER Stephane
• REGGIANI Achille
• CLODEREE Maxime
85 kg • NOBLET Jordan
• MILLIERE Quentin
• FLORICOURT Florent
Clubs • Chamalieres
• Aulnat
• Lyon St Priest
Challenge de
Nègrepelisse
Tournoi National - Labellisé FFL
Benjamin / Lutte Jeunes
Minime Cadet / Lutte Libre & Féminine
23/24 octobre 2010 - Nègrepelisse
Benjamine - Lutte jeunes
40 kg • LAZIERS Alexia
• VIGNOLS Aurore
Clubs • Besancon
• Chamalieres
• Cluses
40 kg • SAHLAOUI Nina
• GAGNEPAIN Anais
63 kg • NICOLLE Remi
• CIMEN Kadir
• BOUHIER Damien
Cadette - Lutte féminine
60 kg • LAHMAR Marwane
37 kg • MIHOUBI Fadia
58 kg • SOUG TANI Smail
• BOU Jeremie
• MALEZIEUX Alexis
33 kg • LAMOUROUX Coralie
1e • TOURCOING
2e • BAGNOLET
3e • PARIS CL
4e • CLermonT FERRAND ASM
5e • ROUEN
Minime - Lutte féminine
54 kg • SERRURE Logan
• GUILLAUMIN Pierre
• GUERIN Anthony
Clubs • St Joseph LC
• Besancon
• Cluses
2ème Division
1e • aulnat
2e • aulnay CMASA
3e • nice LC
4e • Besancon
5e • bagnolet &
Clermont FERRAND ASM
Amplitude janvier 2011
60 kg • MUKTAROV Ilman
• CERVEAUX Thomas
• MAMAKAEV Adam
49 kg • SOIFI Stamadati
• LEMETAYER Mathilde
• JASPART Manon
1e • aulnay CMASA
2e • Besancon
3e • Toulouse OAC
4e • SoTteville-les-rouen
5e • Bron & Bourg-en-BRESSE
96 kg • MASSIDDA Andréa • 5 /7
55 kg • BOCQUENET Brandon
• THARRADIN Romain
• POTHIN Dylan
54 kg • BABAYAN Eric
• ARNAUD Alexis
• DUFRENEZ Clement
55 kg • FATAH Hamza • 8e/10
66 kg • PAIS Didier • 3e/14
66 kg • FERREIRA Grégory - 9e/14
74 kg • LAMPIS Luca • 2e/25
74 kg • BERTRAND Loic • NC
84 kg • ITAEV Said Ahmed • 3e/13
84 kg • MARCZINSKI Stéphane • 11e/13
e
44 kg • FRETIS Mehdi
• AZZI Kenz
• GASULL Marius
50 kg • BRUGHERA Eddy
• VAZ Rayan
• PAJE Alexandre
46 kg • SABATIE Julie
• BOUCHICHE Meriam
3ème Division
Pôle France INSEP
40 kg • THARRADIN Florian
• SERIEYS Quentin
• LACABE Alex
46 kg • VAREY Theo
• VARAGOFF Tigran
• HACHEMI Chahine
49 kg • AKRIMI Omar
• STELLINI Corentin
• YUSHAYEV Abdoulla
Equipe de France Lutte libre
74 kg • CHIRAIN Lilian • 8e/25
74 kg • AIBUEV Akhmed • 3e/25
35 kg • ROUISSI Moumen
• LE METAYER Valentin
30 kg • MILLIERE Felicie
49 kg • LARROQUE Kaumba
1ère Division
Minime - Lutte libre
38 kg • HAROUNA El Haniou
60 kg • MASSIDDA Antoine • 10e/16
74 kg • RAINA Antoine • 15e/18
1e • SARREGUEMINES
2e • PARIS METRO
3e • NICE CAVIGAL
4e • LYON SAINT PRIEST
5e • SOTTEVILLE LES ROUEN
5e • BAGNOLET
7e • SCHILTIGHEIM
7e • BELLEU
9e • BESANCON
10e• CHAMALIERES
11e • MAIZIERES LES METZ
Clubs • Cluses
• Champforgeuil
• St Joseph LC
Benjamine - Lutte jeunes
Lutte libre
CHAMPIONNATS de
France par équipe
CHALLENGE
HENRY DEGLANE
[36]
Tournoi National - Labellisé FFL
12/13 novembre 2010 - Ceyrat (Auvergne)
Equipe de France
66 kg • MARGARYAN Artak
Grand Prix de
l’Artenium
agenda
56 kg • CAILLAUD Manon
• AGATHE Emilie Germaine
• GRAV Deborah
36 kg • ISRAPILOVA Madina
• DES Laetitia
44 kg • KREUTZER Mathilda
• DIOP Aimy
• TOURNAY Lea
49 kg • LARROQUE Koumba
• KENOUCHE Lisa
54 kg • DENIS Julia
Benjamin - Lutte jeunes
24 kg • JANNAUD Clement
60 kg • FRANCOIS Valentine
• GOUX Marion
30 kg • COQUENE Medhy
• VIGOUROUX Hugo
• CHAKHBIEU Kamil
65 kg • OSMONT Kelly
• TISSOT Pauline
• PAYEN Oceane
33 kg • ISMAILOV Adam
• NEGGAZ Mahedine
• MOUHAMOUSSA Reda
70 kg • GOMES Cindy
36 kg • BAILET Corentin
• TAYSOUMOV Islam
• ISSAYEV Daout
Clubs • Courcy
• St Joseph LC
• Dreux OL
cadet - Lutte libre
40 kg • DIONG Saba
• BAHUET BASTIEN
• LEGHAT Amine
42 kg • ELOUARRAQUE Bilal
• SOW Adama
• KUZGUN Taylan
44 kg • GAULIER Gatien
• MANNA Brice
• PARVIN Clement
46 kg • DELIEV Youssoup
• DO NASCIMENTO Maxime
• MIRAILH Kilian
49 kg • MUTAEV Yousoup
• PEREZ Alexy
• DIEGO Alejadro munoz
50 kg • SAHBANI Geith
• TONNOIR Johan
54 kg • DESCHIEV Valid
• RODIER Valentin
plus d’infos sur www.fflutte.com
• BOUE Donovan
60 kg • BERGMAN Ulrick
• PICOT Remi
• GARCIA HEVIA Imaki
65 kg • GATIGNOL Julie
• OSMONT Kelly
• LEBORGNE Eva
70 kg • CLARAC Ines
Minime - Lutte féminine
cadet - Lutte libre
43 kg • BERTHON Prescylia
46 kg • DELIEV Youssoup
• SOW Adama
• DONASCIMENTO Maxime
46 kg • GERARD Morgane
• TESSEARE Lydie
• GALLEN Jennifer
50 kg • VIGUIER Angelique
• BOUDET Sandy
• BESSON Oceane
54 kg • COTTEREAUX Stephanie
• LANFROID-NAZAC Eva
• MARAIS Laureen
58 kg • DESOINDRE Isaure
• RECALDE Itziar
• MILLERVET Baptistime
63 kg • CORNU Pauline
Minime - Lutte libre
35 kg • ALBEKOV Magomed
• LECAUX Jordan
• DURIEUX Florian
42 kg • MEMMA Luca
• KASUMOV CASSIN Daniel
• BONGEAT Aymeric
46 kg • LISIUKI Maverick
• ALITI Adel
• BERTRAND Quentin
50 kg • GOBATCHEV Imran
• PINET Franck
• MATHE Theo
55 kg • BOCQUENET Brandon
• CONTE Antoine
• DESCHIEV Khalid
60 kg • RAKHAMN Yakhyaev
• CAMARA Youssouf
• TIMIRBULATOV Abdul
66 kg • STOKLOSA Paul
• DAVID Tibo
• DUMON Jeremy
72 kg • PILTON Thio
• LEDAIN Remy
• GAUTHIER Gregory
85 kg • STEFANOV Mario
• KENOUCHE Nory
Cadette - Lutte féminine
43 kg • SABATIE Julie
• LAURENT Margot
46 kg • DAVESNES Emeline
• BOUCHICHE Meriam
49 kg • MEMMA Loredana
• LEMETAYER Mathilde
• LIZARRAGIA Sara
52 kg • CAILLAUD Manon
• PLANES Lea
• HUARTE Ocaia
56 kg • GUELBENZU Maialen
• FRANCOIS Valentine
• CAMPOS Anais
50 kg • TONNOIR Johan
• VIDAL Leo
• CHOUAIB Farid
54 kg • GUERIN Anthony
• BOU Jeremy
• PANNISSET Jonathan
58 kg • SOUGTANI Smail
• MALEZIEUX Alexis
• ALLARD Alexis
63 kg • ALVAREZ Jonathan
• NICOLLE Remi
• BTASTAYRE Nicolas
69 kg • CAPAR Metine
• PAPOTTO Antoine
• GALERA Christian
76 kg • HEYER Stephane
• ZOUTAR Samir
• MILLIERE Quentin
85 kg • JUSTIN Mallory
• ZOUTAR Samir
• HARO David
100 kg • EGIDO Asier
• TROUPEL Benoit
• ABAY Baran
Championnat
du Monde
Seniors / Sambo sportif
04/08 novembre 2010
Tashkent (Ouzbekistan)
68 kg • ALBERTI Guillaume • 12e/19
82 kg • REINA Jean-Louis • 5e/18
100 kg • LAVIALE Yannick • 5e/9
Championnat
du Monde
Juniors Espoirs / Sambo sportif
07/11 octobre 2010 - Tbilissi (Géorgie)
52 kg • FRIQUIN Estelle • 3e/8
90 kg • JOURDAN Valentin • 5e/9
France / Turquie
07 décembre 2010
France 6 – 5 Turquie
Ont gagné leur match :
55 kg Libre • KAPLANBABA Lokman
74 kg Libre • LAMPIS Luca
51 kg Féminine • BASSET Aurélie
63 kg Féminine • PRIETO Audrey
72 kg Féminine • VESCAN Cynthia
60 kg Gréco • HIDALGO Sébastien
Du 2 au 12 janvier
Stage d’oxygénation
Lutte gréco-romaine & lutte libre
Bessans - Savoie
Du 5 au 17 janvier
Stage d’oxygénation
Lutte féminine
Poiana Brasov - Roumanie
22 & 23 janvier
Championnats de France
Senior
Lutte gréco-romaine, libre & féminine
Besançon
Du 27 au 30 janvier
Tournoi Krasnoyarsk
Lutte féminine
Russie
29 & 30 janvier
Tournoi international
Cristolutte & Cristojeune
Lutte gréco-romaine
Créteil - Val-de-Marne
Du 25 janvier au 12 février
Stage + Tournoi Colorado
Lutte féminine
Spring - USA
Du 4 au 24 février
Stage nationaL
Lutte libre
lNSEP - Paris
Du 13 au 25 février
Stage + Tournoi
Lutte gréco-romaine
La Havane - Cuba
Du 21 au 25 février
Stage national
Lutte féminine
Wattignies - Nord-Pas-de-Calais
25 & 26 février
Tournoi international
de Tourcoing
Lutte féminine
Tourcoing - Nord-Pas-de-Calais
Du 25 au 27 février
Tournoi Dan Kolov
Lutte libre
Bulgarie
Du 27 février au 4 mars
Stage national
Lutte féminine
Tourcoing - Nord-Pas-de-Calais
5 & 6 mars
Coupe du monde
de lutte féminine
Lutte féminine
Liévin - Nord-Pas-de-Calais
Du 13 au 25 mars
Stage de préparation aux
championnats d’Europe
• Lutte libre et lutte gréco-romaine
Minsk - Biélorussie
• Lutte féminine
Moscou - Russie
Du 29 mars au 3 avril
Championnats d’Europe
Lutte gréco-romaine, libre & féminine
Dortmund - Allemagne
60 kg • GORRIA Aintzane
Amplitude janvier 2011
[37]
Les yeux les oreilles
Passionnés de Lutte, cette rubrique vous est réservée... Brèves, anecdotes, petites annonces, photos, affiches,
n’hésitez plus, partagez vos meilleurs moments de lutte avec tous les lecteurs.
La rédaction se réserve un droit de regard sur les éléments transmis.
Critères
techniques,
pour nous
transmettre
vos éléments ...
Textes en
format word
Images de
bonne qualité
en format jpeg
(poids de fichiers > 600 Ko)
... par mail à
l’adresse suivante :
[email protected]
Le Mardi 7 décembre dernier, le Cirque d’Hiver Bouglione a accueilli dans ses mythiques
arènes, le 5e Test Match organisé par la Fédération Française de Lutte.
LA soirée
à ne surtout
pas louper !
PUB
Un plateau exceptionnel, des invités de renom, une ambiance électrique, le tout dans
un lieu grandiose !!! Tant les amateurs de
lutte que les novices y trouvent leur bonheur.
Et après l’Arménie en 2006, Cuba en 2007,
les Etats-Unis en 2008 et l’Italie en 2009, la
France été, cette année, opposée à la Turquie.
Une équipe redoutable qui avait aligné dans
ses rangs des médaillés Européens, Mondiaux et Olympiques. Ce qui n’a pas suffit à
effrayer nos lutteuses et lutteurs Français,
tous plus motivés les uns que les autres.
Un face à face qui s’annonçait épique !
Et c’est dans une ambiance plus que survoltée que les Français se sont brillamment imposés devant leur public, conquis ! En remportant cette rencontre 6 à 5, les Equipes de
France de Lutte Olympique décrochent leur
3e victoire au Cirque d’Hiver…
Alors suite à cette soirée mémorable, la
question qui est suspendue à toutes les
lèvres est : « Qui osera venir défier les Français pour la 6e édition ?! Mais qui ??? ».
Vivement 2011 !!!
> Julie Bertholom
[38] Amplitude janvier 2011

Documents pareils