pdf e-media - Centre ICT-VS

Commentaires

Transcription

pdf e-media - Centre ICT-VS
Fiches pédagogiques cycle 1
Activités suggérées au Cycle 1 du PER lors de l'édition 2014
Titre de l'activité
Poisson d'avril !
Disciplines
Années Descriptif
d'enseignement
er
Le 1 avril, certains collent des poissons dans le dos de leurs camarades.
FG MITIC,
Dans les médias, les grands aussi s'autorisent à être un peu moins sérieux !
Langue 1
1-4 D'où vient cette tradition ? Comment faire le tri entre ce qu'on peut croire
français
ou pas ? Cette activité propose plusieurs variantes ludiques, comme la
réalisation d'un photo-montage.
Mathématiques
et sciences de la
nature, FG
MITIC, Langue 1
français
1-4
FG MITIC, langue
Jouons aux logos ! 1 français
Arts visuels
1-4
Les Super-héros et FG MITIC, langue
moi
1 français
1-4
Des animaux en
vedette
Il y a Georges le chamois, mais aussi des chats et des chiens qui deviennent
des vedettes dans les journaux, à la télévision ou dans des vidéos sur
Internet. Mais qu'ont-ils fait de si extraordinaire pour qu'on en parle autant ?
N'est-ce pas exagéré ? Quelques exemples pour tester nos réactions face à
ces vedettes à poils et à pattes.
Les élèves apprennent à distinguer des logos de symboles de la vie courante.
Ils comprennent l'utilité des logos. Ils s'amusent à les reconnaître, à en
dessiner et à exprimer leurs avis à leur sujet.
Les élèves observent et décrivent des images de héros et de super-héros en
utilisant un vocabulaire spécifique aux images. Ils sont amenés à
comprendre les bénéfices que tirent les acteurs de la communication à
utiliser l'image des super-héros. Ils identifient les valeurs associées à ces
personnages et les comportements attendus des spectateursconsommateurs. Les enfants se dessinent en super-héros ou super-héroïnes.
Fiche élève / garçon.
Enfants du
monde :
commenter dix
clichés
de l'agence
Keystone
Ces gens à
cheveux blancs:
commenter dix
clichés
de l'agence
Keystone
Fiche élève / fille
1-4
Les enfants recherchent des signes utiles à la compréhension des images. Ils
découvrent les éléments qui entrent dans la composition d'une image fixe
(cadrage, couleurs, lumière…). Ils associent une légende (ou un titre) à une
image. Ils donnent leur opinion, développent leur champ lexical et
développent leur connaissance du monde.
FG MITIC, langue
1 français
1-4
Les enfants recherchent des signes utiles à la compréhension des images. Ils
découvrent les éléments qui entrent dans la composition d'une image fixe
(cadrage, couleurs, lumière…). Ils associent une légende (ou un titre) à une
image. Ils donnent leur opinion, développent leur champ lexical et
développent leur connaissance du monde.
Mes parents, mes
FG MITIC, langue
grands-parents et
1 français
les médias
3-4
Les élèves développent une réflexion sur leur usage des écrans, différent de
celui de leurs parents ou grands-parents. Ils prennent conscience de la
nécessité de règles et des dangers liés à l'usage d'Internet.
2-4
Les élèves découvrent les spécificités de différents supports médiatiques
papier. Ils cherchent à repérer les détails qui marquent les différences
qualitatives dans la présentation ou la fabrication d'un produit. Ils
apprennent à verbaliser leurs observations et leurs demandes, s'initient au
monde de l'écrit et adoptent un comportement de lecteur.
Un kiosque à
l'école
FG MITIC, langue
1 français
FG MITIC, langue
1 français
1-4
Les élèves découvrent les spécificités de différents supports médiatiques. Ils
repèrent l'importance des illustrations dans la composition d'un message
médiatique. Ils explorent les principaux éléments qui composent une image
fixe, découvrent la grammaire de l'image, produisent des réalisations
médiatiques (dessins, photos), apprennent des mots nouveaux ou des
expressions nouvelles et expriment leur ressenti.
3-4
Les élèves repèrent dans la presse des illustrations d'enfants qui entrent
dans la composition d'un message médiatique. Ils essaient de déterminer à
quelles fins. Ils explorent les principaux éléments qui composent une image
fixe, découvrent la grammaire de l'image, apprennent des mots nouveaux ou
des expressions nouvelles et expriment leur ressenti.
Raconter une
histoire
FG MITIC, langue
à partir d'une
1 français
photo d'actualité
3-4
Les enfants décrivent les éléments contenus dans une image d'actualité. Ils
sont invités à exprimer ce que cette image "raconte" pour eux, en
distinguant trois moments différents : ce qui a précédé la prise de la photo,
l'instant décisif du cliché et ce qui s'est passé après (et que la photo ne
montre pas).
FG MITIC, langue
1 français
3-4
Les enfants sont invités à témoigner d'un événement, d'une rencontre, d'une
sortie ou à faire la chronique de la vie de la classe, via un blog sur Internet,
ouvert et modéré par l'enseignant-e.
Un coin images
dans la classe
L'image de
l'enfant
dans la presse
écrite
Communiquer
avec un blog
Réaliser la Une
d'un journal
FG MITIC, langue
1 français
FG MITIC, langue
1 français
FG MITIC, langue
1 français
3-4
De manière collective, avec des tâches bien réparties, les élèves composent
la Une d'un quotidien fictif, pour le proposer au concours de la Semaine des
médias à l'école.
Maquette vierge
11ème Semaine des médias à l’école / Fiche pédagogique
Ces gens à cheveux blancs : commenter dix clichés
L'agence Keystone est l'un des plus grands fournisseurs d'images pour la
presse. Mais les personnes âgées apparaissent rarement comme acteurs de
l'actualité. Nous vous proposons de passer un peu de temps sur dix photos
prises aux quatre coins du globe. Pour évaluer le regard porté sur les aînés.
Public : élèves des Cycles 1 et 2
Disciplines d'enseignement : Formation générale (MITIC) – Langue 1 (français)
Objectifs :
L1 13-14 : Production de récits à partir de situations : énonciation des événements
vécus par un vieillard
FG 11 : Sensibilisation au rapport entre l'image et la réalité; découverte des éléments
de base qui entrent dans la composition d'une image fixe (cadrage, couleurs,
lumière,…)
FG 21 : Décoder la mise en scène de divers types de messages et découvrir la
grammaire de l'image






Rechercher les signes utiles à la compréhension des images
Percevoir et mémoriser les signes disponibles dans l'image, en comparer et
repérer les nuances (différences-ressemblances, cadrages)
Associer une légende ou un titre à une image
Donner son opinion
Développer son champ lexical
Développer sa connaissance du monde
Durée : 2-3 périodes
Mots-clés : photographie ; cadre ; cadrage ; légende ; sens (multiples) des images ;
hors-champ ; intention du photographe
Matériel nécessaire :
Plusieurs tirages papier des 10 photos de la galerie (en annexe)
Plusieurs tirages papier des légendes (en annexe)
Feuilles à dessin
Ciseaux - Crayons
1
Etapes :
1. Observation et présentation des photos :
Les élèves observent ces photos par petits groupes et cherchent les ressemblances
et les différences entre elles.
Le groupe choisit une image et essaie de faire deviner à la classe quelle photo il a
choisi, en la décrivant oralement.
Les élèves relèvent collectivement, pour chaque image, les différents personnages
présents, ainsi que les objets mis en évidence.
Les élèves recherchent à quelle saison la photo a été prise et les indices qui
permettent de le deviner ou de le savoir (habillement, paysage…)
Ils essaient de situer le lieu (ville, campagne, école, forêt, maison individuelle, rue…)
et le pays pour chaque image.
Ils situent ces différents pays sur une carte géographique et rechercher
éventuellement d’autres photos de ces pays.
Quels sont les signes qui peuvent nous donner des indications ? (paysage, race,
habillement, type de jeu, moyen de locomotion…).
2. Interprétation des photos :
Qui a pris ces photos ? Les élèves essaient d’imaginer la personne, son rôle,
l’endroit d’où elle a pris la photo, la raison.
Ils choisissent une des photos, la collent sur une feuille blanche et dessinent le horschamp, le reste des personnages, ce qu’il y a autour, l’ensemble de la situation.
Par petits groupes, ils imaginent l’utilisation possible d’une ou plusieurs images
(publicité pour des médicaments, poster, article de presse, catalogue d'agence de
voyages, récit …), cherchent le but de cette dernière (informer, convaincre, distraire,
raconter, comment faire...).
Les élèves essaient aussi de décrire les qualités qu'ils attribuent aux personnes
âgées représentées sur ces photos : en quoi ces personnages sont-ils
impressionnants, étonnants, surprenants ? Ressemblent-ils à nos grands-mères et à
nos grands-pères ? En quoi sont-ils différents ? Si on avait l'occasion de les
rencontrer, qu'est-ce qu'on aimerait leur demander ou leur dire ?
2
3. Légendes des photos :
Au Cycle 1, les élèves choisissent un titre pour chaque image et comparent avec les
autres, discutent des choix et de leur pertinence.
Au Cycle 2, les élèves découpent les images et les associent à une légende ; ils
justifient leur choix.
L'enseignant-e peut lire une partie de chaque légende seulement ; puis inviter les
élèves à associer cette légende à une image et à la compléter avec des
commentaires de leur cru.
Prolongement possible :
Les élèves repèrent d’autres photos présentant des vieillards dans la presse. Ils
mettent en évidence ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas du contexte. Ces images
nous renseignent-elles sur la situation personnelle de ces vieillards ? Sont-ils isolés
ou entourés, riches ou pauvres, heureux ou malheureux ?
Réaliser un petit reportage dans le périmètre de l'école en prenant des photos et en
créant les légendes (voir fiche pédagogique "Un reportage photo dans l’école").
Fiche inspirée par l'activité "Enfants du monde", rédigée par Anne Guibert,
enseignante au primaire et formatrice à la HEP-VD. Réécriture et sélection des
photos : Christian Georges, collaborateur scientifique CIIP. Actualisation décembre
2013.
Droits d’auteur : licence Creative Commons
Avec le généreux soutien de l'agence KEYSTONE
Utilisation des photos dans le cadre scolaire exclusivement. L'archivage du matériel
en toute forme n'est admis que pendant la période de janvier-avril 2014.
3
Annexe 1 / Dix photographies
Photo 1
4
Photo 2
5
Photo 3
6
Photo 4
7
Photo 5
8
Photo 6
9
Photo 7
10
Photo 8
11
Photo 9
12
Photo 10
13
Annexe 2 / Légendes originales des photos rédigées par la RTS (photo 1) et
l’agence KEYSTONE (photos 2 à 10)
Photo 1 : SUISSE, date indéterminée
Francis Grivel, membre de la société des Barbus de la Gruyère.
(Photo Mélanie Rouiller, Editions de l'Hèbe. Repris par le service de presse de la
RTS pour l'émission "Passe-moi les jumelles")
Photo 2 : AUSTRALIE, 2 mai 2011
Les habitants originels de l'Australie, près de Alice Springs. Une grand-mère et son
petit-fils dans le désert arborent l'art traditionnel des Aborigènes, des peintures
corporelles. Le petit-fils tient un boomerang utilisé pour la chasse.
(KEYSTONE/PHOTO RESEARCHERS/Bill Bachmann)
Photo 3 : RUSSIE, 19 janvier 2012
Des habitants du village de Poretskoye, dans la région de Vladimir avant le bain
dans la Nerl, le jour de l'Epiphanie. (KEYSTONE/RIA NOVOSTI/Iliya Pitalev)
Photo 4 : KENYA, 14 décembre 2011
Josephine Ajambo, 75 ans, est bénéficiaire d'un programme d'aide au
développement, dans le village de Bulanda à l'ouest du Kenya. Elle bêche son
champ de manioc pour montrer des racines malades aux agents du programme
lancé par une organisation catholique. Ceux-ci espèrent produire une plante
résistante aux maladies, de manière à permettre à plus de six millions de personnes
de se nourrir dans cette région. (KEYSTONE/AURORA/Carl Walsh)
Photo 5 : ETATS-UNIS, 16 janvier 2012
Patricia Jackson dans l'Eglise pentecôtiste de l'Emmanuel à Jersey City, pour la
cérémonie marquant le 100ème anniversaire de Mère Susie Pierce, le 15 janvier 2012.
Susie a été membre de cette église pendant plus de 80 ans.
(KEYSTONE/LANDOV/MICHAEL DEMPSEY)
Photo 6 : RUSSIE, 4 janvier 2012
Un couple d'éleveurs de rennes, dans la région de Khanty-Mansiysk.
(KEYSTONE/RIA NOVOSTI/Vladimir Vyatkin)
14
Photo 7 : CUBA, 5 décembre 2010
Double portrait d'une vieil homme et d'une enfant, au centre de La Havane, à Cuba.
(KEYSTONE/Roberto Fumagalli)
Photo 8 : LUXEMBOURG, 12 octobre 2010
Dans une ferme du Luxembourg. (KEYSTONE/Agence VU/Yvon Lambert)
Photo 9 : RUSSIE, 18 juillet 2011
Dans la salle de lecture des Archives d'Etat russes. (KEYSTONE/RIA
NOVOSTI/Sergey Pyatakov)
Photo 10 : ROUMANIE, 1er mars 2012
Un vieil homme tente de vendre des fleurs dans les rues de Bucarest en Roumanie,
le 29 février 2012. Après l'hiver le plus froid depuis des décennies, des millions
d'Européens de l'Est accueillent le printemps avec des coutumes païennes vieilles de
plusieurs siècles. A travers toute la Roumanie, la Bulgarie et la Moldavie, des gens
ont prévu de profiter du dégel pour acheter et offrir des bouquets du bonheur à
l'occasion du 1er mars, un jour qui symbolise le printemps et l'espoir. (AP
Photo/Vadim Ghirda)
(Traduction des légendes de l’anglais : Christian Georges)
15
11e Semaine des médias à l’école - Fiche pédagogique
Communiquer avec un blog
Public concerné : Tous niveaux
Disciplines
et
objectifs
concernés :
FG 11 MITIC : "Exercer un regard
sélectif et critique…"
L1 18 : "Découvrir et utiliser la
technique de l'écriture et les
instruments
de
la
communication…"
FG 21 MITIC : "Décoder la mise en
scène de divers types de
messages…"
L1 28 : "Utiliser l'écriture et les
instruments de la communication
pour planifier et réaliser des
documents…"
FG 31 MITIC : "Exercer des
lectures
multiples
dans
la
consommation et la production de
médias et d'informations…"
L1 38 : "Exploiter l'écriture et les
instruments de la communication
pour collecter l'information, pour
échanger et pour produire des
documents…"
Temps nécessaire :
Au bon vouloir de l’enseignant,
mais au minimum 4 périodes
Matériel nécessaire : connexion
Internet,
ordinateurs
avec
traitement de texte et logiciel
(simple) de retouche d’images
Mots-clés:
Communication,
articles
(ou
« posts »),
blogosphère, illustration, photo,
légende, titre, texte, écrire, lire,
relire,
publier,
plateforme
d’hébergement,
administrateur,
commentaires
Résumé
Simple d’utilisation et aisément
personnalisable, le blog est devenu
un outil accessible à tous, que ce
soit dans le cadre professionnel ou
dans le cadre privé, pour les adultes
comme pour les adolescents. De
nombreuses plateformes offrent
gratuitement leurs services. Cette
forme d’expression, qui se rapproche
par de nombreux aspects de celle du
journal, du carnet de route, offre un
faisceau de possibilités et de
visibilité fascinant et plein de
promesses
pour
certains,
destabilisant et incontrôlable pour
d’autres.
En effet, la facilité d’utilisation de ce
nouvel outil et son immédiateté
engendrent souvent une grande
négligence que ce soit au niveau de
la forme ou au niveau du fond.
Le but de cette fiche pédagogique
est d’indiquer quelques pistes de
base, afin que cet instrument, dont
de multiples utilisations sont encore
à inventer et à explorer, reste une
forme d’expression de qualité tant
pour le plaisir de ses auteurs que
pour celui de ses lecteurs.
__________________________________________________
donc à la lecture par un
large public.
Objectifs
-
Comprendre les modalités
et les règles de publication
liées à l’usage d’un blog
-
-
Connaître
les
comportements qui ne sont
pas admissibles (et même
sanctionnés par la loi)
Réfléchir à l’intérêt des
informations diffusées sur
Internet (pour qui ? pour
quoi ?)
-
Réfléchir à la question de
l’illustration dans le cadre
d’un blog et
exercer
plusieurs
techniques
(photo, dessin…)
-
Penser à l’adéquation entre
la thématique, la photo
publiée
et
son
commentaire.
-
-
Connaître les trucs et
ficelles qui rendent la
lecture
d’un
blog
intéressant
Exercer l’écriture d’articles
destinés à la publication,
__________________________________________________
1
ÉTAPES
1) Introduction à la
blogosphère
a) Il nous semble important de
commencer toute activité liée avec
Internet par une introduction aux
possibilités
mais
aussi
aux
dangers inhérents. En effet, quels
que soient son âge, un internaute
doit avoir conscience de quelques
impératifs de base. On peut
introduire ce sujet en montrant ces
clips de la campagne de prévention
de la police fribourgeoise, de
GRIMABU et du DICS :
http://www.t-ki.ch/tki.html
ou cette petite histoire :
http://www.petiteshistoiresdinternet.c
h/fr/08.html
ou, pour les plus grands, en écoutant
le rap diffusé sur myspace par action
innocence :
http://www.myspace.com/actioninnoc
ence
b) Quand on surfe, mais encore plus
quand on commence à prendre une
part active sur le web, que ce soit
sur les blogs ou les tchats, on a
beaucoup de liberté, mais aussi un
certain nombre de devoirs. Il est
très important que les élèves en
aient conscience.
- Pour les plus jeunes : 5 règles à
respecter lorsqu’on tient son journal:
http://www.canailleblog.com/regles.p
hp
- Cette page rassemble une liste des
comportements punissables ainsi
que des recomandations sur le
comportement à adopter concernant
la
diffusion
d’informations
personnelles.
http://www.t-ki.ch/soisFute.html
- Pour les plus grands : les pages
7 et 8 de la brochure d’Action
Innocence rappellent qu’Internet est
considéré comme un espace public
et que, par conséquent il existe des
limites légales à son utilisation.
http://www.actioninnocence.org/suiss
e/Fichiers/ModeleContenu/336/Files/
8720E2C5EA8FCB6C5552357F403
40A17.pdf
c) Avant de se lancer soi-même
dans la tenue d’un blog, familiarisez
vos élèves avec ce qu’on appelle la
blogosphère (ensemble des blogs),
en commençant par aller voir un peu
ce qui se fait.
Le site le plus fréquenté par les
jeunes est celui de skyrock :
http://www.skyrock.com/blog/
Très facile d’utilisation, elle a compté
au départ parmi les plateformes les
plus
populaires
parmi
les
adolescents et les jeunes adultes.
Son désavantage le plus flagrant –
particulièrement pour une utilisation
scolaire – est qu’elle est truffée de
publicités.
Discussion en classe :
Il peut être intéressant d’en discuter
avec vos élèves. Quelle est leur
perception de cet état de fait ?
Comment ceux qui tiennent ou qui
visitent des blogs gèrent-ils cela ? Y
a-t-il un moyen de l’éviter ? Existe-t-il
des alternatives ?
En Suisse romande, il est possible
de se faire une idée de ce qui se
publie sur les blogs sur les
plateformes suivantes :
http://blog.24heures.ch/
http://blog.tdg.ch/
Pour les enseignants neuchâtelois
qui veulent se lancer, un guide de
publication a été mis à leur
disposition avec des conseils
pratiques. Et plusieurs exemples de
blogs sont à consulter ici :
http://blogs.rpn.ch/
Pour prendre un autre exemple lié
au monde scolaire, vous pouvez
consulter le blog de l'établissement
primaire et secondaire du Mont-surLausanne :
http://www.epslemont.ch/index.php/b
log
Enfin,
malgré
une
intrusion
publicitaire voyante et des blogs
abandonnés
sitôt
créés,
des
exemples de ce qu'il est possible de
faire avec des moins de 12 ans :
http://www.canailleblog.com/
2) Qu’est-ce qu’un blog au
juste ?
Le blog est une sorte de carnet de
bord sur Internet dont les billets (ou
posts) apparaissent en ordre antéchronologique ; ainsi les lecteurs ont
toujours un accès direct au dernier
billet en date. Le blog permet une
2
grande interactivité entre son auteur
et les lecteurs puisque ceux-ci
peuvent très facilement laisser des
commentaires.
Le lien suivant présente de façon
très claire les caractéristiques
principales du blog ainsi que les
différents éléments qui composent
un billet:
http://www.commentcamarche.net/co
ntents/www/blog-weblog.php3
a) Après avoir laissé les élèves
fureter un peu, demandez-leur de
relever ce qui fait, selon eux, les
caractéristiques principales d’un
blog.
b) Qu’est-ce qu’un post ? Quels sont
les différents éléments qui le
composent ?
c) Vocabulaire : comme lorsqu’on
approche toute nouvelle branche, il
s’agit d’en acquérir le vocabulaire
spécifique. Acquérir ce vocabulaire
permet également aux bloggeurs de
connaître toutes les utilisations
possibles de leur outil. On peut se
référer à :
http://tuto.20minutesblogs.fr/archive/2008/05/14/le-blogde-a-v-au-moins.html
3) Choisir un sujet
Le blog, comme outil, se prête à
toute
publication
régulière
et
interactive sur Internet. Un même
blog peut-être ouvert à plusieurs
rédacteurs, ce qui invite au travail
collectif.
Votre blog peut faire la chronique de
la vie scolaire sur la durée. Ou alors,
il peut rendre compte d’un fait
ponctuel. A titre d’exemple, il est
possible de parler





de la visite d’un lieu
de la rencontre avec
une(des) personne(s)
de hobbies
de métiers
d’une journée ou d’une
semaine spéciale
Pour les plus grands :
Imaginer en collaboration avec un
autre professeur un échange de
classe virtuel (voire une préparation
à un échange réel) : le blog sert de
plateforme de présentation (notre
ville/village, notre école, notre
classe). On peut imaginer en cas
d’échange bilingue, que chaque
classe commente brièvement ses
photos dans la langue de l’autre.
Comme le soulignent la plupart des
observateurs, quantité d’usages du
blog restent à inventer…
4) Choisir une plateforme
Plusieurs quotidiens de Suisse
romande proposent des plateformes
d’hébergement gratuites, qu’il est
facile de s’approprier.
Toutefois, le caractère commercial
de leur environnement, voire la
proximité avec d’autres blogs
peuvent heurter certains. Afin de
vous proposer des plateformes plus
« neutres », nous vous proposons
celles-ci :
Le site http://www.primblog.fr est
simple. Il propose aux classes,
enseignants et élèves, de développer
des pratiques de blogs autour de
projets. Son initiateur, Jacques
Louison,
tente
une
aventure
prometteuse pour permettre aux
jeunes du primaire de développer
réellement des compétences dans le
domaine des TIC dans des activités
intégrées aux apprentissages.
Wordpress, un projet open-source,
est une plateforme relativement
simple d'utilisation. On peut créer
gratuitement des blogs exempts de
publicité, dans une esthétique de son
choix. Se connecter directement via
http://fr.wordpress.com/
L'unité médias du secrétariat général
de la CIIP soutient le blog créé sur
cette plateforme par la TRIBUne des
jeunes cinéphiles :
http://latjc.wordpress.com/
Autre plateforme gratuite liée à la
nébuleuse Google :
https://www.blogger.com/start
Quelle que soit la plateforme choisie,
il
s’agira
de
déterminer
si
l’enseignant garde seul les droits
d’administrateur (publication des
articles, des images, éventuellement
des sons, des vidéos) ou si plusieurs
élèves assumeront cette fonction.
Ces droits peuvent être modifiés en
tout temps.
3
Il vous est aussi possible
d’utiliser le générateur de sites
internet présent sur la plateforme
Educanet 2. Cet outil gratuit et
facile
d’usage
permet
la
publication de textes et de photos
mais n’offre pas d’interactivité
(possibilité de commenter les
articles).
Mode
d’emploi :
Dans
votre
« espace privé » sur Educanet2,
cliquer sur « site web » dans le
menu
de
gauche,
puis
sur
« Préférences » en haut à droite.
Une fois choisis les réglages de
base et la mise en page, il faut
impérativement publier le site pour
le rendre accessible aux internautes.
5) Faire vivre son blog
Il est très facile et rapide d’ouvrir un
blog, mais il est souvent beaucoup
plus difficile de le faire vivre sur le
long terme. Les mots clés sont
qualité, originalité et régularité.
Voici quelques conseils :
a) Choisir pour votre blog un nom
clair qui reflète bien son contenu,
afin de permettre aux Internautes de
vous repérer facilement.
b) La régularité : pour que vos
visiteurs ne perdent pas l’habitude
de venir vous voir, il faut poster
régulièrement
de
nouveaux
messages. Mais dans la perspective
du concours, votre blog peut tout à
fait être lié à un événement ponctuel
unique (sortie, spectacle, camp,
visite, rencontre, making of…)
c) Contenu des posts : N’oubliez
pas la thématique sur laquelle vous
vous êtes fixés en créant votre blog.
d) Ton et qualité du style :
dépendant du sujet que l’on s’est
choisi, on peut adopter sur un blog
un ton et un style assez légers. Afin
que vos visiteurs aient du plaisir à
vous lire sur un écran, il faut que vos
messages ne soient ni trop longs, ni
trop lourds. Si vous illustrez de
manière originale (attention aux
droits d’auteurs !…), la légende doit
être pertinente. La tentation est
grande – dans les blogs tenus par
des adolescents, mais également de
façon de plus en plus généralisée –
de transposer une sorte de langage
sms sur la toile. Bien que parfois la
création de néologismes puisse être
un exercice créatif tout à fait
intéressant, il nous semble important
de faire prendre conscience aux
élèves que le blog est un espace
public et que par respect pour leur
lecteur, il est important d’y garder
une certaine qualité orthographique
et grammaticale.
Avant que vos élèves ne publient
leurs premiers messages, demandez
leur de suivre ce processus : rédiger
un projet d’article sur Word (ou dans
un logiciel de traitement de texte), le
corriger et le relire ensemble.
L’opinion des autres élèves peut leur
faire prendre conscience qu’une fois
publié, son billet peut être soumis à
la critique de tout le monde.
e) Animation : Afin de fidéliser son
public et lui donner envie de revenir,
il faut parvenir à le surprendre. C’est
facultatif, mais on peut par exemple
rajouter du son, des animations, des
vidéos… Pour les classes des
degrés supérieurs, cette page
recense différents astuces pour faire
vivre son blog :
http://www.commentcamarche.net/fa
q/9199-alimenter-et-monetiser-unblog
6) Connaître les directives
émises dans mon canton au
sujet des blogs
Il est conseillé de se renseigner si de
telles
directives
existent.
Mentionnons en particulier :
FR :
Directives
Fri-Tic
et
matériel
didactique traitant de tous les
aspects de la sécurité internet sous :
www.fri-tic.ch/securite
GE :
Blogs à l’école : un rapport de 2006
CMS-SPIP : « Site pour susciter une
pédagogie interactive pertinente »
NE :
Directives concernant la publication
sur Internet :
http://portail.rpn.ch/enseignants/fg/P
ages/fg-mi.aspx
Mise à disposition d’une plate-forme
http://blogs.rpn.ch/ permettant de
créer un blog de classe.
4
__________________________________________________
Encore quelques références
Le dossier sur les blogs d'e-media :
http://www.e-media.ch/CMS/default.asp?ID=293
Un moteur de recherche (en anglais) qui passe les blogs au peigne fin et
retrouve (presque) tout ce qui s’y est écrit (même en français) :
www.technorati.com
La page d’accueil des blogs de L’Hebdo :
http://www.hebdo.ch/les-blogs/
La page d’accueil des blogs de la RTS :
http://www.rts.ch/info/blogs/
Un blog de photos de lecteurs : http://vosphotos.blogs.liberation.fr/libe/
Plus généralement sur l’utilisation d’Internet par les enfants et les
adolescents :
Action Innocence met à disposition un matériel pédagogique à l’usage des
parents et des enseignants :
http://www.actioninnocence.org/suisse/web/prevention_surfer_avec_prudenc
e_sur_internet_43_.html
Pour les plus jeunes: un quizz qui permet de passer son permis web:
http://www.passe-ton-permis-web.com/
Ainsi que le site clicksafe :
http://www.clicksafe.be/splash/fr_BE
__________________________________________________
Farida Khali, rédactrice spécialisée, Fribourg, janvier 2010. Actualisation
décembre 2013
Droits d’auteur : licence Creative Commons
5
11e Semaine des médias à l’école - Fiche pédagogique
Animaux en vedette
Public concerné : 4-12 ans (élèves
des Cycles 1 et 2)
Objectifs
du
Plan
romand concernés :
d'études
FG 11 : Exercer un regard sélectif et
critique…
FG 21 MITIC : Décoder la mise en
scène
de
divers
types
de
messages…
MSN 18 : Explorer la diversité du
vivant
MSN
28 :
Déterminer
des
caractéristiques du monde vivant et
de divers milieux et en tirer des
conséquences pour la pérennité de
la vie…
A 11 AV : Représenter et exprimer
une idée, un imaginaire, une
émotion par la pratique des
différents langages artistiques…
A 21 AV : Représenter et exprimer
une idée, un imaginaire, une
émotion en s'appuyant sur les
particularités des différents langages
artistiques…
Temps nécessaire :
2, 4, ou 6 périodes en fonction de
l’activité choisie
Introduction
________________________
Les animaux sont présents dans les
médias
de
divertissement,
d’information et dans les publicités…
Une
enquête
effectuée
par
l’université de Genève à la faculté
des sciences économiques et
sociales (« Les représentations des
animaux dans les médias suisses
d’information, 1978-2008. De la
brave bête à l’altérité menaçante»)
nous renseigne sur la place des
animaux
dans
les
médias
d’information.
Intention
Même s’il est vivement conseillé d’en
parcourir au moins les conclusions
avant d’aborder ce sujet en classe
(lien ici), nous nous bornerons dans
cette fiche à parler des animaux
dans les médias de distraction et
dans la publicité, vu l’âge des élèves
concernés.
L’utilisation du capital sympathie
fourni par les animaux n’est plus à
prouver ! Le but de cette fiche est
de faire réfléchir les enfants sur
l’anthropomorphisme
des
représentations animales dans les
médias.
Quelles qualités, quelles réflexions,
quels sentiments humains prête-ton aux animaux ?
Dans quel but ?
Voici un certain nombre de pistes
destinées à analyser les messages
médiatiques par et avec les élèves.
_____________________________________________________________
De manière plus détaillée
Les animaux dans les médias de distraction
Première activité proposée :
Comme le slogan de la Semaine des médias 2014 est
« Poisson d’avril ? », nous proposons une première
réflexion autour du film animé sorti en 2003 et repris en
3D en 2013: Le monde de Nemo.
Adresse du site officiel :
http://www.disney.fr/le-monde-de-nemo/
Matériel nécessaire : connexion
internet, imprimante, papier dessin
1
L’affiche
est
une
accroche
possible de réflexion avec la
classe : un requin à lunettes… A-til l’air sympathique, pourquoi ?
On peut par la suite s’arrêter sur le
personnage de Nemo : il s'agit
d'un
poisson-clown,
espèce
existant réellement. Comment le
cinéaste fait-il pour nous rendre ce
petit poisson si sympathique, si
humain ?
Il est facile de trouver une image
réelle de poisson-clown et de la
mettre en parallèle avec une
image de Nemo (héros du film
d'animation) afin d’effectuer une
comparaison.
Les enfants pourront lister les
différences et ainsi noter comment
l’ « humanisation » de ce petit
poisson
a
été
faite.
En voici un exemple :
Source de l’image de gauche :
http://www.clipartfr.com/wallpaper.php?id=22523
Source de celle de droite :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mon
de_de_Nemo (photo de la carte
d’identité de Nemo figurant dans
l’article
de
l’encyclopédie
Wikipédia consacré à ce film).
Cette activité permet de travailler
un objectif spécifique (étude du
mode de vie des poissons). Elle
pourra être reprise avec d’autres
animaux vedettes connus, les
élèves
les
plus
avancés
pourraient, depuis une photo
d’animal réel, inventer son alter
ego humanisé et ainsi créer un
personnage de fiction.
Deuxième activité proposée
Une deuxième activité autour de
ce film, plus axée sur les
« Sciences de la nature » consiste
à se pencher sur le mode de vie
des poissons, en lien avec MSN18
et 28, en fonction de l’âge des
enfants, la diversité du vivant.
En lisant le synopsis du film, par
exemple sur le site d'Allociné,
http://www.allocine.fr/film/fichefilm
_gen_cfilm=29057.html,
on
apprend que Nemo, fils unique, est
élevé par son papa.
Observer
des
poissons
en
aquarium
ou
visionner
un
documentaire au sujet de la
reproduction des poissons : les
parents
protègent-ils
leur
progéniture ? Comparer avec le
statut de Nemo.
Les animaux dans la publicité
Le site Les animaux dans la pub
http://www.vivelapub.fr/lesmascottes-animales-dans-lapublicite-en-70-exemples/ regorge
d'archives.
Première activité proposée :
Faisons maintenant un petit tour
du côté des publicités où les
animaux
ou
plutôt
leurs
représentations sont mises à
contribution.
Première activité :
Quel animal pour quel
message ?
Est-il
possible
unique » ?
d’être
« fils
Voici quelques pistes d’exploitation
possibles : une projection de
quelques vidéos comme entrée en
matière, ou, pour les plus petits, la
lecture de la biographie de
« Serge le lapin du métro » :
http://www.lapindumetro.fr/
2
Une discussion avec la classe est
alors nécessaire.
Le chat est
propreté…
L’exploitation du capital sympathie
de l’animal, par l’homme dans un
but mercantile doit alors être mise
en évidence et conscientisée par
les élèves.
À la suite du débat, les élèves
pourraient imprimer une ou
plusieurs affiches publicitaires et
les modifier par découpage ou
dessin… en fonction de leur âge :
Quelques questions pour lancer le
débat :

que cherche-t-on à nous
vendre ?

changer
d’animal
laissant le même slogan

avons-nous
envie
d’acheter le produit à cause de
l’animal ?

pourquoi un animal ?

pourquoi cet animal et
non un autre ?
Pour cette dernière réflexion, le
site des animaux dans la pub nous
fournit ce genre d’information : le
lapin, symbole d’abondance et de
travail pour les Aztèques, était
l’animal parfait pour symboliser
l’énergie…
Le lion flatte l’ego, il représente la
force tranquille, la sécurité.
réputé
pour
sa
en

changer de slogan en
laissant le même animal… et
observer ainsi les différences
d’impacts véhiculées par ces
messages.
Pour les plus avancés, ce travail
peut être réalisé grâce à un logiciel
de dessin (Gimp, Photofiltre…).
Les plus imaginatifs pourront
réaliser une parodie d’affiche
publicitaire d’un produit imaginaire
venté par un animal.
On peut à cette occasion faire
remarquer aux enfants que les
animaux de la pub évoluent avec
leur temps : les gros ours bien
nourris sont passés de mode.
_____________________________________________________________
Deuxième activité proposée
Une dernière suggestion d’activité
pour ce thème sous forme
d’intrusion
dans
la
presse
romande.
Relater
ou
faire
remémorer aux élèves l’histoire de
« Georges », le chamois dont les
tabloïdes ont passablement parlé
cet automne.
Voici son histoire dans Le Matin
http://www.lematin.ch/suisse/Geor
ges-le-chamois-estsauve/story/11068627
Son portail Facebook comportant
150 amis :
https://www.facebook.com/pages/
Soutien-%C3%A0-Georges-lechamois/569777549752653
Faire réfléchir les enfants sur la
manière dont a été humanisé ce
chamois. À quoi sert son profil
Facebook ?...
Et pour conclure :
http://www.youtube.com/watch?v=
EAjqi3588XI
_____________________________________________________________
Marie-Christine Schnegg - enseignante - janvier 2014
3
C Y C L E
LANGUE 1
FRANÇAIS
1-2
ANNÉE
Utilisable sur tout le cycle 1 (1-4)
Descriptif de l’activité
Les enfants observent et comparent dix
photos de presse prises aux quatre coins
du globe en 2010 et représentant des
enfants. Ils en donnent une description
personnelle et expriment leur ressenti par
rapport au contenu.
113
ENFANTS DU
MONDE :
COMMENTER
DIX CLICHÉS
En lien avec la Semaine
des médias (mars)
Durée
2-3 unités de 50 minutes
Discipline(s) d’enseignement
Formation générale, éducation aux
médias.
Langue 1 - Français
Référence(s) au PER
L1 13-14 : Production de récits à partir de
situations : énonciation des événements
vécus par un enfant.
FG 11 : Sensibilisation au rapport entre
l'image et la réalité.
FG 11 : Découverte des éléments de
base qui rentrent dans la composition
d'une image fixe (cadrage, couleurs,
lumière,...).
Item(s) MITIC : l’élève est capable de…
• 1B.2 Citer quelques différences entre
deux images au niveau du cadrage,
des couleurs et de la lumière.
• 1B.3 Repérer quelques différences
entre deux médias traitant du même
sujet.
Accès au matériel d’enseignement
http://permitic.friportail.ch/enseignants/
sequence/113
Anne Guibert | 01.12.2010 | Page 1 / 4
ENFANTS DU MONDE : COMMENTER DIX CLICHÉS
113
Matériel et logiciels nécessaires
Plusieurs tirages papier des 10 photos de la galerie
Plusieurs tirages papier des légendes
Feuilles à dessin
Ciseaux, crayons
Déroulement de l’activité
Durée
en min.
Organisation de la
classe*
Déroulement de la leçon – description, pas à pas, des tâches des
élèves et des enseignant-e-s
Moyens, matériel à préparer
50
G
Observation et présentation des photos
Les élèves observent les photos par petits groupes et
cherchent les ressemblances et les différences entre elles.
Le groupe choisit une image et essaie de faire deviner à la
classe quelle photo il a choisi, en la décrivant oralement.
Les élèves relèvent collectivement, pour chaque image,
les différents personnages présents, ainsi que les objets
mis en évidence.
Les élèves recherchent à quelle saison la photo a été
prise et quels sont les moyens de le savoir (habillement,
paysage...).
Ils essaient de situer le lieu (ville, campagne, école, forêt,
maison individuelle, rue...) et le pays pour chaque image.
Ils situent ces différents pays sur une carte géographique
et recherchent éventuellement d’autres photos de ces
pays. Quels sont les signes qui peuvent nous donner des
indications ? (paysage, race, habillement, type de jeu,
moyen de locomotion,...).
Tirages papier des 10 photos
de la galerie
50
G
Interprétation des photos
Qui a pris ces photos ? Les élèves essaient d’imaginer la
personne, son rôle, l’endroit d’où elle a pris la photo, la
raison.
Ils choisissent une des photos, la collent sur une feuille
blanche et dessinent le hors-champ, le reste des personnages, ce qu’il y a autour, l’ensemble de la situation.
Par petits groupes, ils imaginent l’utilisation possible d’une
ou plusieurs images (publicité, poster, article de presse,
catalogue de vacances, récit,...), cherchent le but de cette
dernière (informer, convaincre, distraire, raconter, comment faire...).
Tirages papier des 10 photos
de la galerie
25
G
Légende des photos
Les élèves choisissent un titre pour chaque image et
comparent avec les autres, discutent des choix et de leur
pertinence.
*Organisation de la classe :
C = toute la classe G = par groupes E = travail individuel DC = demi-classe L = libre HC = hors-classe
Anne Guibert | 01.12.2010 | Page 2 / 4
ENFANTS DU MONDE : COMMENTER DIX CLICHÉS
113
Variante(s) ou suite(s) possible(s)
Repérer d’autres photos présentant
des enfants dans la presse. Mettre en
évidence ce qu’on sait et ce qu’on ne sait
pas du contexte.
Réaliser un petit reportage dans le périmètre de l'école en prenant des photos
et en créant les légendes (voir fiche
pédagogique «Un reportage photo dans
l’école»).
Matériel d'enseignement à télécharger
• galerie de dix photos au format pdf
• légendes des dix photos au format pdf
Crédits
Auteur-e-s :
Anne Guibert, [email protected]
Avec le généreux soutien de l'agence Keystone
Mandant :
Unité médias et TIC, CIIP (Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du
Tessin)
Expertise scientifique : Christian Georges, collaborateur scientifique CIIP, [email protected]
Copyright :
Les images de cette ressource appartenant à l'agence Keystone, cette ressource est protégée par le copyright
Images :
Pour plus d’informations sur ces conditions, consultez la page suivante : http://www.friportail.ch/page/copyright
Anne Guibert | 01.12.2010 | Page 3 / 4
ENFANTS DU MONDE : COMMENTER DIX CLICHÉS
113
Annexe : Objectifs du PER
Objectifs des domaines disciplinaires Langue 1, Français
L1 13-14 : Comprendre et produire des textes oraux d'usage familier et scolaire...
• en organisant et en restituant logiquement des propos.
• en prenant en compte les caractéristiques de l'oralité (prononciation, volume, débit, gestes,...).
Objectifs MITIC
FG 11 • Sensibilisation au rapport entre l'image et la réalité.
• Découverte des éléments de base qui rentrent dans la composition d'une image fixe (cadrage, couleurs,
lumière,...).
• Confrontation des différentes réactions face à un message issu des médias et mise en évidence de ses
propres critères de préférence.
Anne Guibert | 01.12.2010 | Page 4 / 4
11e Semaine des médias à l'école
Fiche pédagogique
L'image de l'enfant dans la presse écrite
Les images participent à la construction de nos représentations mentales. Elles influencent la manière dont nous
percevons un événement, un thème d'actualité ou une question sociale. Or ces images répondent à des objectifs
précis : informer, émouvoir, choquer, rassembler, vendre. Il s'agit de prendre du recul et de comprendre comment
certaines images de presse contribuent à construire des représentations.
Public - élèves de 6 à 11 ans, cycles 1 et 2 du Plan d'études romand (PER)
Objectifs FG 11 et FG 21 MITIC - "Exercer un regard sélectif et critique…" ; "Décoder la mise en scène de divers types
de messages…"
Apprentissages favorisés
 Comparaison et analyse des spécificités de différents supports médiatiques.
 Repérage des différents éléments entrant dans la composition d'un message médiatique (texte, image fixe…)
 Exploration des principaux éléments qui composent une image fixe ou animée (cadrage, couleur, lumière,
profondeur de champ, rythme, mouvement, champ/hors champ, plans, mise en scène…)
Durée - 2-4 périodes
Mots-clés - Illustration ; photographie ; dessin de presse ; représentation ; cliché ; symbole
Matériel nécessaire - Un grand choix de journaux et de magazines ; Suggestion : utiliser aussi les dix clichés de la fiche
pédagogique "Enfants du monde…" ; (éventuellement des copies de clichés célèbres) ; des ciseaux, de la colle et du
papier
Organisation - Travail par groupes
Étapes
1. Présentation des objectifs et du thème
On peut partir des représentations initiales des élèves avec un échange en classe : se souviennent-ils d’avoir vu des
enfants représentés dans des journaux et pourquoi ?
2. Repérage dans la presse
Rechercher et découper un grand nombre d'images se rapportant au thème de l'enfant (illustrations d'articles ;
publicités; photographies célèbres). Prendre en compte les légendes ou les slogans accompagnant ces images.
3. Recoupement, rapprochement, classement des images
Par groupes, les élèves procèdent à des rapprochements d'images et établissent des catégories. Par exemple,
l'enfant est présenté comme :






une victime (catastrophes naturelles ou humanitaires, conflits armés, violence domestique, affaires de
moeurs)
un danger (délinquance juvénile, menace pour le couple, etc).
quelqu'un de malheureux, mais sans que l'on sache pourquoi (illustration de thèmes de société, parrainage
d'associations humanitaires, etc).
quelqu'un de souriant et en bonne santé (distinguer les images "souriantes" liées à un produit (publicité) des
images heureuses d'actualité).
quelqu'un inscrit dans le contexte de l'école.
quelqu’un pris dans son contexte familial (relation aux parents, aux frères et aux sœurs).
4. Constitution du dossier et débat
Échanger avec les différents groupes sur les catégories constituées.
Des catégories sont-elles manquantes ou peu représentées ?
1
Mettre en évidence le support des images utilisées (quel genre de presse ? quotidien ? magazine hebdomadaire ?
journal gratuit ? journal payant ?), le positionnement des photos repérées (en Une ? dans les pages intérieures ?
dans la partie rédactionnelle ? dans la partie publicitaire ?) et leur objectif (attirer le regard, informer, vendre, apitoyer,
choquer...).
Montrer que ces images ne sont pas isolées, mais qu'elles accompagnent un message (texte).
Si la photo est associée à une légende : lire celle-ci. Puis prendre du recul : est-ce que la légende nous amène à voir
différemment cette image ? Cette légende apporte-t-elle une information qui ne se voit pas au premier coup d'œil ?
Sélectionner les documents les plus significatifs de chaque catégorie. Examiner les cadrages, la lumière (d'où
vient-elle ? est-elle naturelle ou artificielle ? vive ou tamisée ?), les couleurs, la profondeur de champ (c'est-à-dire les
détails que l'on distingue – ou pas – à l'arrière-plan), le hors champ (ce qui ne se voit pas dans le cadre). Se poser
obligatoirement cette question : y a-t-il eu mise en scène de la part du photographe ou s'agit-il d'une photo prise sur le
vif ?
Construire le dossier d'images à partir de ces catégories.
Confronter le résultat aux représentations initiales des élèves.
Animer le débat sur le rôle et le pouvoir des images. On se posera par exemple la question de l'utilisation de
l'image de l'enfant. A quelles fins ? Formuler des hypothèses sur les intentions de ceux qui ont choisi ces images.
Prolongements possibles

Travailler sur une image qui plaît aux enfants (une "icône" du moment). Examiner sa construction, l'usage
de la lumière, l'efficacité de la photo, mais également le contexte dans lequel elle a été utilisée. Demander aux enfants
ce qui plaît dans cette photo. Reconnaissent-ils dans cette image une figure connue ? S’identifient-ils à cette image ?
Pourquoi ?

Débattre des résultats du dossier avec un-e professionnel-le des médias, journaliste ou photographe de
presse). Repérer la mention de la source pour chaque image (nom du photographe, ou de l'agence). C'est souvent
écrit en tout petit à côté du cadre de la photo ! On pourra ensuite ranger les images en différentes catégories (clichés
pris par les photographes d'une publication ; clichés d'amateurs ; clichés d'agences d'information ; clichés
publicitaires).
Adaptation autorisée de la fiche du CLEMI " Un thème en images ", par Christian Georges (CIIP), avec le concours de
Brigitte Stauffer-Tavares (enseignante). Actualisation décembre 2013.
Droits d’auteurs : licence creative commons
2
11e Semaine des médias à l’école - Fiche pédagogique
« Mes parents,
mes grands-parents
et les médias »
Public concerné : moins de 12
ans
Temps nécessaire : 1-2 périodes
Matériel nécessaire : feuilles et
crayons.
Mots-clés: écrans,
règles,
santé,
cyberdépendance.
générations,
équilibre,
Liens avec les objectifs du PER :
FG 11 MITIC : "Exercer un regard
sélectif et critique…en exprimant
ses préférences et en échangeant
avec ses pairs sur ses perceptions
et ses plaisirs…en utilisant les
connaissances
et
l'expérience
acquises pour argumenter ses
choix
de
loisirs
et
de
consommation de médias"
notamment), lieu de distraction mais
aussi repaire d’inconnus pas toujours
bien intentionnés. Eux qui ont grandi
Les écrans sont omniprésents dans le avec les médias numériques sont
quotidien des enfants (télévision, susceptibles de développer un
Internet, téléphone portable, console sentiment de toute-puissance à leur
de jeux). Il est utile qu’ils égard, et donc d’ignorer les
comprennent
la
nécessité
de recommandations de parents ou
respecter quelques règles d’utilisation grands-parents
« forcément
pour leur propre équilibre. L’écran, qui dépassés ». Le regard d’adultes
ne mobilise que deux sens sur cinq responsables est indispensable. Les
(la vue et l’ouïe) ne doit pas empiéter écrans, objets de conflit ? Et si, au
sur des loisirs où le corps, l’amitié et contraire ils devenaient source de
l’imagination
peuvent
mieux complicité entre générations, les
s’exprimer. Une exposition à très jeunes
montrant
aux
anciens
haute dose peut atteindre les enfants comment manier une souris, les
dans leur santé. Il est important par anciens apprenant aux premiers à
ailleurs de les inciter à la prudence devenir des utilisateurs rusés ?...
sur
Internet
(à
l’anonymat
Point de départ
__________________________________________________
Objectifs

Situer l’apparition des
médias numériques dans
l’histoire des moyens de
communication.

Développer chez l’élève une
réflexion sur son propre
usage des écrans, et sur
celui, différent, de ses
parents et grands-parents.
FG 21 MITIC : "Décoder la mise en
scène de divers types de
messages…"
FG 22 Santé et bien-être :
"Agir par rapport à ses besoins
fondamentaux en mobilisant les
ressources utiles…en identifiant
plusieurs comportements possibles
dans
diverses
situations,…en
identifiant des situations à risque
pour soi et pour les autres"


Le convaincre de la
nécessité de règles
d’utilisation, pour son
équilibre, sa santé, voire sa
sécurité.
Stimuler une prise de
conscience des dangers liés
à Internet.
___________________________________________________
ETAPES
Etape 1 : la
technologies
chronologie
des
Pour commencer, faire l’exercice
(cf. fiche élèves 1, fournie en annexe)
sur l’histoire des technologies.
Souligner : les moyens de
communication
qui
vous
sont
familiers, comme les SMS ou
l’Internet, sont récents dans l’histoire
des technologies. Raison pour
laquelle vous avez sans doute déjà
entendu dire : « Toi, tu as grandi avec
les nouvelles technologies. » Vos
parents et grands-parents sont nés
avant la généralisation de ces
appareils.
Expliquer : c’est comme le ski ou
la natation ; plus l’enfant s’initie tôt
aux nouvelles technologies, plus
l’apprentissage est facile. Les adultes
peuvent vous donner l’impression
d’être dépassés par ces nouveautés.
Pourtant, leur regard est essentiel.
Car sans règles, l’usage des
nouvelles technologies peut nuire à
votre équilibre. Ces règles, ce sont
les adultes qui les fixent.
Etape 3 : les pièges des écrans
Combien d’entre vous, un jour,
ont-ils visionné à la télé ou sur
Internet des images qui les ont
dérangés
ou
choqués ?
Juger
de
l’ampleur
du
phénomène et éclairer : des images
très violentes circulent sur Internet
Faire l’exercice 2 sur l’usage des que vous risquez de visionner contre
médias électroniques (voir fiche votre gré. Si cela vous arrive un jour,
le mieux est d’en parler à un adulte de
élèves en annexe).
confiance.
Expliquer : les enfants passent
beaucoup de temps devant un écran
(ordinateur,
télévision,
téléphone
portable, tablette, console de jeux). Ils
le font surtout pour communiquer,
s’amuser et faire leurs devoirs. Le
risque existe que ce temps soit
« volé » à d’autres loisirs, où le
corps, l’imagination et l’amitié
peuvent mieux s’exprimer. Les écrans
ne mobilisent que deux sens sur cinq
(la vue et l’ouïe). Que pensent les
élèves de (se) fixer un temps
d’utilisation limite, 1 heure par jour
par exemple ? Se sentent-ils capables
de respecter eux-mêmes cette limite
sans contrôle par un adulte ?
Comment vous sentez-vous
après avoir passé une heure ou plus
devant un écran (télé ou Internet),
détendu ou au contraire un peu
tendu/surexcité ?
Une activité devant un écran ne
procure pas une sensation de repos.
Si elle est à la fois intensive et
répétée, elle peut au contraire
entraîner une baisse des notes
scolaires, de la solitude, de la
nervosité, de l’agressivité, des maux
de dos, de tête et des problèmes de
vue. Dans les cas extrêmes, on parle
de cyberdépendance. Elle guette
surtout les amateurs de jeux vidéo.
Etape 2 : Des générations inégales
face aux médias
Etape 4 : Les dangers d’Internet
Faire l’exercice 4 sur les
Dans le prolongement de ce qui dangers d’Internet (voir fiche élèves).
précède, faire l’exercice 3, plus
difficile, sur les médias et les
générations (voir fiche élèves).
_________________________________________________
Prolongements possibles
1)
Inviter les élèves à tenir une sorte de carnet de bord de leur
consommation d'écrans, par exemple sur un jour (quel appareil
utilisé ? quand ? dans quel but ?), et en discuter en classe.
2)
Visionner la série de la TSR "La Semaine sans médias", diffusée en
mars 2011 et en discuter en classe.
Vidéos consultables sur http://www.semainedesmedias.tv/videossemaine-des-medias-2011.html ou à emprunter en médiathèque
Une fiche pédagogique vous donne des pistes.
___________________________________________________
Estelle Trisconi, journaliste, Vionnaz, février 2012, Actualisation décembre
2013
FICHE ÉLÈVES
Exercice 1
Dans quel ordre sont apparues les technologies suivantes : numérote-les de 1 à 7, de la plus ancienne à la plus
récente.
⃞Internet ⃞Téléphone fixe ⃞Télévision ⃞Radio ⃞SMS ⃞Imprimerie ⃞Smartphone
Exercice 2
Remémore-toi ta journée d’hier. Parmi les écrans mentionnés dans le nuage, lesquels as-tu utilisé ? Réécris-le(s)
dans le tableau ci-dessous. Précise ensuite pour chacun des appareils quand et pourquoi tu l’as employé.
ordinateur relié à Internet
téléphone portable
tablette
télévision
console de jeux
Quel appareil ?
A quel moment ?
Pourquoi ?
Exercice 3
Exercice 3 a. Parmi les situations que tu viens de te remémorer, choisis-en une au cours de laquelle il aurait été
préférable que tu éteignes ton écran. Et explique pourquoi, sur le modèle suivant :
Exemple :
Plutôt que de…
Jouer à la console pendant une heure
Regarder les clips musicaux à la télé
Plutôt que de…
J’aurais pu…
Sortir pour jouer au foot avec mon voisin.
Aider ma sœur à faire ses devoirs.
J’aurais pu…
Exercice 3b. Imagine la situation suivante : tes grands-parents ne sont pas très habiles avec les outils
technologiques et leurs fonctions. En quoi ces outils peuvent-ils améliorer leur quotidien de personnes âgées ?
Trouve une idée et écris-là ci-dessous.
Ex : Ma grand-mère a des difficultés à marcher. Grâce à Internet, elle pourrait faire ses achats en ligne tout en se
faisant livrer chez elle.
Ex : D’origine espagnole, mon grand-père souhaite entrer en contact avec ses lointains cousins restés au pays.
Grâce à Facebook, il pourrait renouer les liens.
Mon idée : ________________________________________________________________________________
Quel appui personnel pourrais-je apporter ? : _____________________________________________________
Exercice 4
Pour chacune des phrases suivantes, fais une croix dans la colonne qui convient.
VRAI
1.
2.
3.
4.
5.
Je n’ai pas l’autorisation d’ouvrir un compte Facebook avant l’âge de 13 ans.
Je tchatte avec mes copains sous mon prénom seulement. Comme ça, je reste
anonyme.
J’ai reçu un e-mail à caractère sexuel d’un inconnu. Le mieux est que je l’ignore.
Mieux vaut ne divulguer à personne ses mots de passe sur Internet, même pas à
ses meilleurs amis.
J’ai lu quelque part sur Internet que les restaurants fast food étaient bons pour la
santé. Je peux donc considérer cela comme vrai.
FAUX
FICHE ENSEIGNANT
Corrigé exercice 1
1. Vers 1440, Gutenberg invente la presse à imprimer, qui jette les bases du livre et du journal.
e
2. Le téléphone se répand dans les foyers dès la fin du 19 siècle.
3. La radio apparaît dans les foyers vers 1920.
4. La télévision en France apparaît dans les années 1930, avant de se généraliser dès les années 1940 et 1950.
5. La naissance de l’Internet moderne se situe dans les années 1980, mais cet outil se répand surtout dans les
années 1990 et 2000.
6. Les premiers messages électroniques envoyés depuis un téléphone remontent à une vingtaine d’années.
7. Le smartphone s’est fait surtout connaître avec le lancement par Apple de l’iPhone en 2007.
Corrigé exercice 4
1.
2.
3.
4.
5.
Je n’ai pas l’autorisation
d’ouvrir un compte
Facebook avant l’âge de
13 ans.
Je tchatte avec mes
copains sous mon prénom
seulement. Comme ça, je
reste anonyme.
VRAI
C’est l’âge minimal requis pour s’inscrire sur Facebook.
FAUX
Il faut s’abstenir de communiquer toute info personnelle (prénom
et nom, adresse postale et adresse e-mail, nom de
l’établissement scolaire, numéro de téléphone, âge) sur Internet.
Méfiance : des gens se font passer pour ce qu’ils ne sont pas.
Lorsque la discussion prend un ton qui vous dérange, stoppez-là
immédiatement.
J’ai reçu un e-mail à
caractère sexuel d’un
inconnu. Le mieux est que
je l’ignore.
Mieux vaut ne divulguer à
personne ses mots de
passe sur Internet, même
pas à ses meilleurs amis.
J’ai lu quelque part sur
Internet que les
restaurants fast food
étaient bons pour la santé.
Je peux donc considérer
cela comme vrai.
FAUX
Il faut en parler à vos parents, qui en informeront les autorités
luttant contre la criminalité sexuelle sur Internet.
VRAI
N’offrez à personne la possibilité de modifier votre profil sur
Internet. Car cela pourrait vous causer des ennuis, maintenant
ou plus tard.
FAUX
Sur Internet, chacun peut donner son avis, du spécialiste à celui
qui ne connaît rien au sujet. Il n’y a donc pas que des vérités.
11ème Semaine des médias à l’école - Fiche pédagogique
Jouons aux logos !
Public concerné : 4-11 ans
Objectifs du Plan
romand concernés :
d'études
FG 11 MITIC : "Exercer un regard
sélectif et critique…en cherchant à
repérer les détails qui marquent les
différences qualitatives dans la
présentation ou la fabrication d'un
produit"
L1 18 : "Découvrir et utiliser la
technique de l'écriture et les
instruments
de
la
communication…en produisant des
documents (dessin)…en utilisant,
en tenant ou en guidant différents
instruments scripteurs (crayon,
craie, pinceau…)
A 12-13 AV : "Mobiliser ses
perceptions
sensorielles…en
découvrant son environnement
visuel".
"Explorer
diverses
techniques plastiques"
FG 21 MITIC : "Décoder la mise en
scène de divers types de
messages…"
L1 28 : "Utiliser l'écriture et les
instruments de la communication
pour planifier et réaliser des
documents…"
Temps nécessaire :
2-4 périodes
Introduction
L'origine des logos remonte au
XIXe siècle, quand les manufactures
industrielles devinrent importantes.
Les
nouvelles
méthodes
de
production industrielles autorisèrent
une meilleure finition que les anciens
produits manufacturés. Ces nouveaux
produits étaient alors distribués dans
des zones géographiques plus
vastes.
De
nouveaux
concurrents
apparaissaient régulièrement et l'offre
pour des produits de même sorte
augmenta. Or, une partie importante
de la population était alors illettrée.
De plus en plus de fabricants
commencèrent à inclure un symbole,
signe ou emblème sur leurs produits
et emballages, pour que tous les
acheteurs puissent reconnaître le
produit qu'ils voulaient.
Les fabricants ajoutèrent ensuite le
nom de la compagnie ou du produit
sur leur signe. Le nom prit une forme
spécifique
chez
chaque
manufacturier.
Ces logotypes combinés, qui pour la
première fois incluaient signe et nom,
devinrent très populaires. Depuis de
nombreuses années, quand un
nouveau logo est dessiné, les
propriétaires font appel à des
publicitaires
et
des
designers
graphiques pour créer un signe ou un
emblème qui apparaîtra comme un
logotype, accompagné du nom de la
compagnie, du produit ou du service.
Le logo a une place importante
dans la publicité d'aujourd'hui. Il
est fréquent, surtout pour les
marques les plus connues, que le
nom de la marque n'ait pas besoin
de figurer à côté du logo pour que
le consommateur sache de quelle
marque il s'agit.
__________________________________________________
Objectifs spécifiques




Distinguer les logos et les symboles courants de la vie quotidienne
Comprendre à quoi servent les logos
S’amuser à les reconnaître, à les dessiner et à lire (pour Cycle 1 lecteurs
débutants)
Exposer les travaux et apprendre à exprimer son avis
__________________________________________________
Matériel nécessaire : matériel
pour dessiner et écrire
1
http://www.cleanclothes.ch/fr/p19528.
html
ÉTAPES
Cycle 1 non lecteurs : regarder
autour de soi.
Activité en classe
Préparer de petites cartes (ou
découper les images dans un
magazine) avec, sur la moitié d’entre
elles, des images de logos très
connus (Migros, Apple, McDo,
Starbucks, Nike, Google, la Poste,
RTS, Hello Kitty, etc..).
Cycle 1 (tous niveaux), variante 1.
Organiser une heure de balade à
l’extérieur à un endroit où se trouvent
des panneaux publicitaires, ou, si
nous sommes en ville, dans une rue
marchande. Prévoir des groupes de 3
élèves dans un périmètre restreint.
Chaque groupe doit repérer des logos
qu’ils connaissent, ou des marques
de magasins, etc… Dès qu’ils les ont
trouvés, ils les dessinent. Chaque
groupe doit rapporter 3 dessins (un
par personne).
Sur l’autre moitié, des images
connues qui ne sont pas des logos :
drapeau
suisse,
Tour
Eiffel,
Cycle 1 non lecteurs.
pyramides d’Egypte, Petit Nicolas,
Retour en classe : préparer une
Cervin,
tournesol,
Mickey,
exposition des dessins de logos pour
Teletubbies, etc…
toute la classe : chaque élève devra
se promener et coller
Donner des « missions secrètes » à
chaque enfant (en lui chuchotant à
1) une pastille de couleur bleue
l’oreille par exemple) : dessiner
sur les dessins qu’il
l’image reçue, la copier le mieux
reconnaît.
possible.
2) Une pastille de couleur rouge
sur les dessins qu’il
Puis
exposition
comme
dans
reconnaît et sait nommer.
l’exemple précédent, en utilisant les
3) Aucune pastille sur ceux qu’il
différences : qu’est-ce qui est le plus
ne reconnaît pas.
connu : logo ou image traditionnelle ?
Que disent les enfants
différents dessins ?
de
ces
Cycle 1, lecteurs débutants :
regarder autour de soi
Découvrir les logos familiers et la
provenance des produits
Placer les enfants deux par deux :
chaque enfant doit partir à la
recherche des marques des habits de
son camarade. Ne pas oublier les
vêtements
de
sortie !
Et,
éventuellement,
les
tenues
de
gymnastique. Logos, pas de logos ?
Où se trouvent les logos quand ils
sont
présents ?
Chercher
les
étiquettes
qui
mentionnent
la
provenance des vêtements. Faire un
croquis des logos ainsi découverts et
écrire le pays de provenance des
vêtements concernés.
Si intérêt, possibilité de commander
du matériel pédagogique (prévu pour
le secondaire I, mais à adapter) pour
des vêtements éthiques, un DVD à
12 CHF sur le site :
Discuter avec les enfants et leur
expliquer à quoi servent les logos, les
rendre attentifs au fait que certains
sont connus de tous et toutes et que
d’autres sont plus confidentiels. Leur
faire
comprendre
comment
ça
fonctionne. Leur montrer des logos
très connus (ceux qui auront beaucoup
de pastilles) et d’autres moins célèbres
et voir leur réaction.
Cycle 1, lecteurs débutants
En classe, on fait écrire (avec aide si
nécessaire) le nom du logo en
question (la marque) sur une autre
feuille. Puis on fait un Memory géant
sur le sol de la classe : qui arrive à
faire des paires ?
Enfin, discussion simple sur ce que les
enfants pensent de cette activité.
Comment sais-tu que telle paire va
ensemble ? Ou as-tu vu cette image
avant ? A quoi ça sert d’avoir de telles
images?
(Et
quelques
mots
d’explication sur l’histoire des
logos).
__________________________________________________
2
Variante (pour Cycle 1, lecteurs débutants ou début Cycle 2)
Exercice 2 : l’histoire du logo Apple
Apple - Le logo de la marque représente la pomme de
Newton. Le logo est considéré (à juste titre) comme trop
difficile à comprendre, il est remplacé par la pomme
croquée. En 1977, elle est colorée pour paraître plus fun et
20 ans plus tard elle est chromée pour faire passer une
image plus high tech. Source : histoire du logo Apple (sur
Wikipedia), http://fr.wikipedia.org/wiki/Apple
Pour les élèves
Connaissez-vous ce logo ? L’avez-vous déjà vu, et si oui,
où ? De quoi s’agit-il ?
Connaissez-vous l’histoire de la pomme de Newton ?
Idée : Profiter des BD de Gotlib « Rubriques-à-brac » pour
présenter la pomme de Newton, qui est un fil rouge de
toute cette bande dessinée. Les dessins sont très drôles.
Mettre côte à côte le logo Apple et une image de la BD
citée ci-dessus et discuter de ce que ça évoque pour les
élèves.
Gotlib, Rubriques à brac, Editions Dargaud
3
Exercice 3 : comment détourner un logo célèbre.
De…
…à…
Comment expliquer ce changement ?
Pourquoi passer de l’orange au vert ?
Comment comprenez-vous cette modification de couleur?
Qu’est-ce que le vert évoque pour vous ?
Un clip explique le principe qui sous-tend cette idée :
comment le comprenez-vous ? Qui voit-on dans ce petit
film ? Que disent les personnages ? Comment sont-ils
habillés ?
http://www.youtube.com/watch?v=2o_5GZSuFTY&feature=
player_embedded
__________________________________________________
Autres ressources
Le grand jeu des logos et des marques : dès 12 ans : jeu plateau qui peut
être intéressant et utile pour faire le point sur les différents logos les plus
célèbres. Vendu dans les grands magasins de jouets ou sur Internet. Environ
30-40 CHF
Bibliographie : Naomi Klein, No logo, Editions J’ai lu
"La face cachée de logos des grandes marques". Reportage TV diffusé dans
l'émission TTC de la RTS le 13 avril :
http://www.rts.ch/video/emissions/ttc/4822885-les-logos-des-grandesmarques-possedent-souvent-une-face-cachee.html
__________________________________________________
Florence Hügi, journaliste RP. Neuchâtel, décembre 2012. Actualisé en
décembre 2013
4
11e Semaine des médias à l'école
Un kiosque à l'école
Public - élèves de 6 à 10 ans
Objectifs du PER :



Exercer un regard sélectif et critique en
cherchant à repérer les détails qui
marquent les différences qualitatives dans
la présentation d'un produit (FG 11 MITIC)
Découvrir et utiliser la technique de l'écriture les instruments de la
communication en développant le décodage des médias et des images (L1
18), en approchant le monde de l'écrit via différents canaux (logos,
pictogrammes, photos, cartes, schémas, dessins, légendes, textes …)
Mettre en place un comportement de lecteur : rendre l'enfant capable de
construire du sens à partir de ce qu'il voit et d'utiliser le journal selon son
projet.
Durée - À définir par l'enseignant(e)
Mots-clés - Kiosque ; journaux ; magazines ; cahiers publicitaires ; Une ; quotidien ;
hebdomadaire ; mensuel ; catalogue ; maquette
Matériel nécessaire :
- Un grand choix de titres de la presse écrite, la plus variée possible (journaux,
magazines, etc).
- Des tables ou des éléments de mobilier permettant l'installation d'un "coin
kiosque"
Organisation - Travail par ateliers.
Étapes :
1. Demander aux enfants d'apporter des journaux (et compléter leur apport) :
En groupe, découvrir les différentes sortes de presse. Les élèves connaissent-ils les
journaux qu'ils ont apportés, le public auxquels ils s'adressent ? En connaissent-ils le
contenu ? S'agit-il de presse ou plutôt de catalogues ou de publicité ? Proposer
ensuite des activités en atelier.
1
2. Atelier A - Découverte
Distribuer les journaux et les magazines aux enfants, proposer différentes sortes de
tris : qualité du papier, format, présence ou absence de couleurs, de photos,
périodicité…
3. Atelier B - Entrée dans l’information
Faire prendre conscience aux enfants que le numéro du journal qu'ils ont en main
n'est pas un objet unique. A partir de quelques numéros consécutifs du même
quotidien ou d'un hebdomadaire, proposer aux enfants de décrire les Unes. Repérer
les éléments constants (titre, indication de prix, maquette…) et les éléments qui
changent. Les amener à expliquer les raisons de ces différences.
4. Atelier C - Lecture et compréhension
Jeux de lecture. Faire retrouver aux élèves le journal ou le magazine qu'ils sont
invités à feuilleter. Il vaudra la peine de préparer au préalable des cartons portant les
titres des journaux qu'ils seront invités à retrouver. Si les compétences en lecture le
permettent, amener les enfants à raconter brièvement le contenu d'un article ou
d'une réclame qui les aura frappés.
5. Le coin kiosque
Un coin kiosque pourra ensuite être installé dans la classe pour plusieurs semaines.
Un enfant "marchand" aura pour consigne de "vendre" le journal inscrit sur la fiche du
"client".
Prolongements possibles
Ce kiosque pourra être le départ de nombreuses activités de lecture ou de travaux
manuels, selon les périodes de l'année et l'âge des enfants.
Adaptation autorisée de la fiche du CLEMI " Un kiosque dans la classe maternelle ",
par Christian Georges (CIIP), avec le concours de Brigitte Stauffer-Tavares
(enseignante). Actualisation décembre 2013.
Droits d’auteurs : licence creative commons
2
11ème Semaine des médias à l’école - Fiche pédagogique
Poisson d’avril !
Public concerné : 4-8 ans
Point de départ
er
Temps nécessaire :
1-2 périodes
Matériel nécessaire :
Variante 1 : outils de dessin
Variante 2 : feuilles, ciseaux,
connexion Internet, imprimante,
scotch
Variante 3 : magazines/journaux,
ciseaux, outils de collage, scotch
Variante 4 : outils de coloriage,
ciseaux, scotch
Chic, revoilà le 1 avril ! Et avec,
l’opportunité unique dans l’année de
s’autoriser quelques farces sans
risque d’être réprouvés. Même les
adultes s’y mettent, ainsi que les
institutions sérieuses comme les
médias. Ce jour-là, des « poissons
d’avril »
autrement
dit
des
informations
aussi
loufoques
qu’inventées s’invitent dans les
journaux, à la radio, à la télévision et
er
sur Internet. Le 1 avril 1957, des
farceurs ont voulu faire croire à
l’existence d’arbres à spaghetti au
Tessin. C’est l’un des premiers
« poissons » recensés dans les
médias. L’esprit se veut facétieux,
sans aucune velléité de froisser
quiconque. Dès le lendemain, la
plupart des « poissons » médiatiques
sont d’ailleurs révélés au grand jour.
Rien à voir avec les blagues de
mauvais goût qui circulent toute
l’année sur Internet ou les réseaux
sociaux. Toutefois, il n’est pas
toujours facile de faire la différence
entre fiction et réalité : l’actualité nous
habitue à découvrir des faits
incroyables pourtant bien réels.
Pour éviter de tomber dans le piège, il
faut faire preuve d’esprit critique,
habileté se développant avec l’âge,
les expériences vécues et les
connaissances acquises.
Il faut savoir encore qu’un « poisson
d’avril » qui implique un piégeur et un
piégé, obéit à des règles de respect
d’autrui.
Les activités, pour la plupart
créatrices, proposées dans cette fiche
er
sont à réaliser idéalement le 1 avril.
__________________________________________________
Mots-clés: farce, imaginaire/réel,
sens critique
Objectifs

Comprendre la différence
opérée entre fiction et réalité

Connaître la tradition du
« poisson d’avril » qui
s’observe aussi dans les
médias

Se familiariser avec la notion
de sens critique, qui suppose
la mobilisation d’expériences
vécues et de connaissances

Comprendre la notion de
« farce » et les limites qu’elle
suppose pour le respect
d’autrui

Saisir le champ sémantique
lié aux « poissons d’avril »
(cf. variante 2)

Exprimer un imaginaire fait
d’humour par l’utilisation d’un
langage imagé (cf. variante
3).

Développer des habiletés de
découpage, de collage, de
dessin et/ou de coloriage
___________________________________________________
Étapes
1.
Introduction théorique à la
thématique
environnement (ex : livres éducatifs).
Ce que l’on désigne par sens critique.
ère
ème
Pour les 1 et 2
années, faire une
analogie avec la lecture d’histoires
imaginaires, destinées à divertir, et la
lecture de livres éducatifs.
Vérifier que les élèves connaissent la
tradition du « poisson d’avril » qui
consiste à faire une farce à quelqu’un
2. Travaux pratiques
de son entourage et/ou de lui coller
un poisson en papier dans le dos à
son insu. La coutume veut que le
Variante 1 : imaginer une farce
farceur s’exclame « poisson d’avril ! »
au moment où il se démasque.
Répartir les élèves par groupes de 2
et leur demander de réfléchir à une
Expliquer que les journaux, la idée de farce à l’attention d’un ami ou
télévision, la radio et Internet d’un
membre
de
la
famille.
s’amusent aussi à piéger leur public Eventuellement, les inviter à dessiner
en parsemant des « poissons » dans le matériel dont ils ont besoin pour ce
le flot des nouvelles courantes.
faire.
Citer l’exemple des arbres à
spaghetti (reportage de la BBC
er
diffusé le 1 avril 1957): « poisson
d’avril » ou pas ?
Tour à tour, les groupes présentent
leur projet. C’est l’occasion pour
l’enseignant de préciser les limites
d’un « poisson » qui n’est drôle que si
le destinataire le vit comme tel, et
qu’il n’entraîne rien de fâcheux.
Citer l’exemple de la nouvelle
annonçant l’obligation pour les
automobilistes de transporter leur
chien dans un siège-auto (parue le
Variante 2 : confectionner un
er
1
avril 2010 dans le quotidien « nuage de mots » en forme de
vaudois
24heures) :
« poisson poisson
d’avril » ou pas ?
Citer l’information selon laquelle des
chameaux promèneront les touristes
en visite à Sion à la place du petit
er
train touristique (parue le 1 avril
2010 dans le quotidien valaisan Le
Nouvelliste) : « poisson d’avril » ou
pas ?
Pour chacun des thèmes abordés,
demander aux élèves de préciser leur
pensée (« Pourquoi cela te paraît-il
possible/impossible? »).
Souligner
l’importance, dans cet exercice,
d’activer les expériences vécues et
les connaissances acquises au
contact de son entourage (parents,
maître(sse), pairs, etc.) ou de de son
Demander aux élèves de donner leur
propre définition du « poisson d’avril »
par oral ou par écrit.
L’enseignant réalise un « nuage de
mots » en saisissant les mots clés
des différentes définitions sous le lien
create du site
www.wordle.net
(couleurs, polices de caractère,
Demander aux élèves d’apporter en
classe pour le jour J des photos
glanées
dans les journaux et
Expliquer comment « lire » un nuage magazines. L’idée : confectionner un
de mots : la taille de caractère dépend poisson de papier orné d’un
du nombre d’occurrences, autrement assemblage de photos de presse
dit du nombre de fois où le mot est détourées, qui rompt avec le réalisme
cité. Plus il est cité, plus il apparaît en (jouer avec les notions de grandeur,
grand.
d’humour, de sens commun, de
couleurs, de rotation spatiale, etc.)
Imprimer le résultat en plusieurs
exemplaires de sorte que chaque Réaliser l’activité manuelle (de
élève en possède un pour pouvoir manière individuelle ou par groupes),
découper le nuage en forme de en commençant par découper des
poisson. Libre à l’élève de scotcher formes de poisson dans du papier.
son œuvre dans le dos d’une victime
de son choix.
Faire une comparaison avec les
« poissons d’avril » observables dans
Préciser les mots que l’on pourrait les médias, qui sont eux aussi en
encore associer à la fête du « poisson rupture avec la réalité.
d’avril » pour compléter son champ
sémantique.
Variante 4 : jouer à un mémory
ère
ème
humain (convient aux 1
et 2
Variante 3 : réaliser un années)
photomontage en collage
Chaque élève découpe un poisson en
papier puis le colorie dans des teintes
imposées pour obtenir des paires
(deux poissons rouges, deux verts,
deux bleus, etc.).
nombre de mots et orientation des
mots à choix).
Désigner dix à douze élèves pour
jouer les « porteurs » de poissons, et
les aligner devant le reste de la classe
ou les répartir en cercle en veillant à
ce qu’ils fassent face à leurs
camarades. Scotcher les poissons
Les médias s’amusent à déformer la dans leur dos, et démarrer le jeu de
réalité avec leur « poisson d’avril » : mémory avec comme but de retrouver
proposer aux élèves de faire pareil en les paires de poissons par couleur.
réalisant un photomontage sur la
Inverser les rôles entre « porteurs »
base de photos de presse.
de
poissons
et
joueurs.
_________________________________________________
Estelle Trisconi, journaliste, Bachelor en Sciences de l’éducation, Vionnaz,
janvier 2014
11e Semaine des médias à l'école
Fiche pédagogique
Raconter une histoire à partir d’une photo d’actualité
Public - Élèves de 7 à 12 ans (cycles 1 et 2 du PER)
Disciplines et objectifs du PER concernés
 L1 13-14 : "Comprendre et produire des textes oraux d'usage familier et scolaire…"
 FG 11 MITIC : "Exercer un regard sélectif et critique"
 L1 24 : "Produire des textes oraux variés propres à des situations de la vie courante…"
 FG 21 : "Décoder la mise en scène de divers types de messages…"
Durée - 2-4 périodes
Mots-clés - Photo ; image ; portrait ; cadre ; histoire ; passé ; présent ;
Matériel nécessaire
- Photos d’actualité de la presse ou de la fiche pédagogique « Enfants du monde ».
- Facultatif : beamer pour projeter des photos préalablement scannées, depuis un ordinateur
Étapes
1. Demander aux enfants de repérer des photos d’actualité qui leur parlent, soit dans la
presse, soit dans la fiche « Enfants du monde » ou sur un site préalablement sélectionné par
l’enseignant.
2. Demander aux enfants de tenter de préciser les conditions dans lesquelles les photos ont
été prises
L’enseignant-e montre l’exemple. À partir d’une photo de la fiche « Enfants du monde » et des
éléments de légende, il (elle) indique le lieu où elle a été prise, situe le moment, le contexte et si
possible la personne qui a pris cette photo (par exemple : « Par un photographe de presse, en
décembre, à proximité d’un bidonville, à Rio au Brésil »). Chaque enfant est invité à faire de même, en
s’aidant de la légende qui va avec la photo.
3. Inviter les enfants à commencer par décrire les éléments contenus dans l’image
Amener chacune et chacun à énumérer ce qui figure sur la photo. On pourra commencer par une
formule du style : « Cette image montre… » Il s’agit d’apprendre aux enfants à faire une description
complète et objective. L’enseignant-e aidera à étoffer une description incomplète par des questions
ciblées (« Et derrière, qu’est-ce qu’on aperçoit ? »). On insistera sur la précision du vocabulaire.
4. Inviter les enfants à exprimer ce que « raconte » cette photo pour eux
 Mettre en évidence le fait que cette photo représente un moment figé.
 Montrer qu’il y a un « avant » et un « après » cette photo.
 Aider les enfants à raconter une histoire plausible, en distinguant bien trois moments : avant la
photo, l’instant de la prise, ce qui s’est passé depuis et que la photo ne montre pas. Veiller à
l’expression d’un déroulement logique, avec des mots qui situent l’histoire dans le temps et
dans l’espace, qui marquent les transitions.
Prolongements possibles
 Chercher des portraits dans la presse et se poser des questions sur ce que ces portraits ne
montrent pas (contexte, émotions ressenties, etc)
 Réaliser sur ordinateur un diaporama sonorisé avec les récits des enfants. Exemples à
consulter sur http://www.educlasse.ch/telemedias/
Fiche rédigée par Christian Georges (CIIP). Actualisation décembre 2013.
11e Semaine des médias à l'école
Fiche pédagogique
Réaliser la " Une " d'un journal
ère
Depuis la 1
édition de la Semaine des médias, cette activité fait l’objet d’un concours.
Comme en 2013, nous souhaitons que les Unes comportent des informations et des
illustrations originales fournies par les classes (au moins un bloc de texte + photo). Cette
matière pourra être complétée par les dépêches et photos d’agence fournies comme de
coutume.
Public : élèves de 7 à 20 ans. Pour favoriser l'implication de chacun, il est préférable que cette
activité concerne simultanément plusieurs petits groupes (par exemple 5-10 élèves motivés, qui
n'appartiennent pas nécessairement à la même classe), tous guidés par un(e) enseignant(e).
Temps nécessaire : une journée complète, de 9h à 17h.
Environnement requis : une salle par groupe (les locaux du " journal "), centre de documentation de
l'établissement, salle informatique libre pour la journée, connexion Internet à haut débit (pour accéder
aux éléments du sujet donné, aux moteurs de recherche, aux dépêches de l’ATS et aux photos
KEYSTONE), logiciel de traitement de texte (par ex. Word) ou de mise en page (par ex. Publisher,
Pages ou Scribus) installé sur les ordinateurs. Éventuellement un scanner pour digitaliser une carte,
un schéma ou un dessin de presse (obligatoirement créés pour l'occasion par les élèves).
Encadrement : la présence d'au moins une personne familière de l'informatique et du multimédia est
indispensable. Les autres enseignants veillent surtout à superviser les choix des élèves et la rectitude
orthographique des textes rédigés.
Ressource recommandée : dossier en trois volets « 5 colonnes à la Une » (modèles de maquettes et
explications des termes usuels, à télécharger sur cette page du site www.e-media.ch, sous
« Evénements », « Semaine des médias», "Concours de Unes").
Objectifs :
- Réaliser, en l'espace d'une journée, la " Une " d'un journal inventé de toutes pièces par les
élèves, à partir d'éléments de base mis à disposition via Internet, sur cette page du site
www.e-media.ch.
- Apprendre à légender une photo originale et à en indiquer la source.
- Prendre conscience des choix à faire en matière éditoriale et en matière de charte graphique,
avec leurs conséquences sur le traitement de l'information (mise en scène, mise en valeur,
hiérarchie des sujets…).
- Prendre conscience de la contrainte temporelle.
Étapes :
1. Cette opération nécessitera au préalable la mise en place de connaissances de base sur la
presse par les enseignants, ainsi que la maîtrise des logiciels de traitement de texte et de
mise en page au cours des diverses leçons (sans évoquer le concours).
2. Quelques jours avant le jour J, les élèves apprennent au cours d'une réunion plénière qu'ils
devront créer un journal d'information (inspiré par le modèle de quotidiens connus, dont des
exemplaires seront à disposition). Ils se répartissent en plusieurs groupes concurrents (A, B,
C…). Chaque groupe devra se structurer en attribuant des rôles à chacun de ses membres
comme dans un véritable quotidien (rédacteur en chef, journalistes, documentaliste, graphiste,
metteur en page, illustrateur…). Prévoir des badges (autocollants) avec les fonctions.
3. Quelques jours avant le jour J, chaque groupe définira des sujets d’articles possibles en lien
avec l’actualité de la classe, du collège, du quartier, de la ville ou du village, de la région… Il
faudra définir quelle information on veut rechercher, quelle information on souhaite
transmettre aux lecteurs du journal. La collecte d’information commence, pour être prêts le
jour J.
L’information originale fournie par la classe n’a pas besoin d’être très développée. Ce n’est ni
une enquête ni un article de fond. Mais la UNE doit attirer l’attention du lecteur sur un fait, sur
un témoignage, en quelques phrases.
Il est possible de prévoir un éditorial (commentaire d’actualité).
Il est souvent payant de confier à un élève qui dessine bien le soin de produire une caricature
de presse, en lien avec un fait d’actualité.
On peut aussi confier à des élèves le soin de présenter des chiffres sous forme de graphique.
Beaucoup d’élèves apprécient aussi de se voir confier la réalisation de bandeaux publicitaires,
avec des logos originaux (on privilégiera la créativité, sans lien avec des marques ou slogans
existants).
4. Le travail de production du groupe commencera par le choix d'un titre original, d'un publiccible et d'une ligne rédactionnelle (notion à expliquer et à rappeler dans la journée !), ainsi que
d'une charte graphique.
5. En fonction de la préparation réalisée en amont, chaque enseignant(e) guide ses élèves en
laissant une large marge de créativité. On veillera à ce que l'activité favorise une bonne
répartition des fonctions et du travail, pour éviter que des "leaders" prennent les choses en
main, sans recourir à leurs camarades. Le jour du concours, les groupes mettent en forme
leurs informations et illustrations originales. Sont-elles assez attractives ? Assez inédites ? Le
titre est-il assez clair ? Assez percutant ?
6. Les groupes prennent connaissance sur Internet de la matière qui peut compléter la page. Ils
ont à disposition une sélection journalière des dépêches de l'Agence télégraphique suisse
(ATS), ainsi que des illustrations fournies par une agence de presse. Libre de droits, cette
matière est rassemblée sur le site d'éducation aux médias de la CIIP sous http://www.emedia.ch/CMS/default.asp?ID=995.
7. Une fois toutes les contributions réalisées, les élèves en prennent connaissance et votent
pour celle qui leur paraît la meilleure et qui sera adressée aux organisateurs du concours.
8. A 17h30 au plus tard, cette page est envoyée par e-mail aux organisateurs de la Semaine des
médias à l'école ([email protected]). Si vous ne recevez pas d’accusé de réception
d’ici au lundi 7 avril, envoyez un mot à la même adresse. Attention : l'envoi de fichiers trop
lourds (plus de 10 Mo) entraîne des risques de blocage dans les boîtes aux lettres
électroniques. Pour se prémunir contre ce risque, il est indispensable de mettre en page des
photos qui auront été allégées au préalable. Dans un logiciel de traitement d'image, on
veillera à réduire la taille des photos (pixels ou pourcentage). La conversion d'un fichier en
document PDF permet aussi d'alléger, selon la procédure choisie.
9. Tous les travaux seront exposés sur le site d'éducation aux médias de la CIIP. Des prix seront
attribués aux plus remarquables d'entre eux, en mai 2014. Voir les critères d'évaluation.
10. Dans une deuxième phase, les élèves font l'autocritique de leur travail. Ils comparent avec les
travaux des autres groupes. Un feedback personnalisé sera envoyé pour chaque Une de la
part du jury.
Fiche réalisée par Christian Georges (CIIP) et Jean-Paul Krattinger (enseignant). Actualisation
décembre 2013.
11e Semaine des médias à l’école - Fiche pédagogique
Les super-héros et moi
Public concerné : 5-12 ans
Disciplines et objectifs du PER
concernés :
Formation générale, MITIC
FG 11 : "Exercer un regard
sélectif et critique… en exprimant
ses
préférences
et
en
échangeant avec ses pairs sur
ses perceptions et ses plaisirs. »
FG 21 : "Décoder la mise en
scène de divers types de
messages… en comparant de
manière critique les informations
données
par
des
sources
différentes sur les même sujets. »
Langue 1, Français
L1 13-14 : "Comprendre et
produire
des
textes
oraux
d'usage familier et scolaire… en
adaptant sa prise de parole à la
situation de communication"
L1 24 : "Produire des textes
oraux variés propres à des
situations de la vie courante… en
mobilisant ses connaissances
lexicales,
grammaticales
et
phonologiques"
Temps nécessaire :
3-4 périodes
Matériel nécessaire : Une
dizaine d’images ou plus de
super héros issus du cinéma, de
la BD et de jeux vidéo permettant
de
travailler
les
objectifs
spécifiques.
Mots-clés
:
super-héros,
cadrage, couleurs, publicité
Introduction
Les super-héros (S-H) sont dans
notre monde et surtout celui des
enfants : au cinéma, sur les
écrans, sur les habits, dans les
jeux vidéo. Dans notre société
super organisée, dominée par la
technique, les super-héros, tout
comme
les
super-héroïnes,
introduisent un peu de magie et
d’imaginaire.
Comme les personnages de
contes et de mythes dont ils sont
souvent une réinterprétation, ils
offrent la possibilité aux enfants
de
s’interroger
sur
leurs
capacités (force,
intelligence,
handicap, …), le sens de la vie
(vivre, mourir, aider, sauver,
vaincre le mal, …) et de se
projeter dans ce qu’ils imaginent
de la vie d’adultes :
conduire une super voiture, avoir
de la force, aller vite et loin,
voler, aider les enfants… Rêver
de super-héros ou de superhéroïnes, c’est aussi rêver d’être
protégé dans un monde incertain
où les difficultés et obstacles
sont nombreux.
N’oublions cependant pas que
les super-héros sont créés et
distribués par divers acteurs
économiques et médiatiques et
qu’ils représentent indirectement
des
enjeux
économiques,
sociaux et politiques pouvant
également
générer
des
comportements
excessifs
(violence,
consommation,
dépendance aux jeux vidéo,…).
Portons un regard critique sur les
super-héros qui nous entourent !
__________________________________________________
Objectifs
Education aux media
 Définir les bénéfices qu’ont les divers acteurs de la communication
(médias, agences de publicité) à utiliser l’image de super-héros
pour répondre aux demandes des entreprises commerciales,
associations, communes, mais aussi parents et enseignants.
 Observer et décrire des images de héros et super-héros en utilisant
un vocabulaire spécifique aux images (angles de prises de vue,
cadrage, couleur, lumière, composition, mise en scène)
 Distinguer une image artistique d’une image publicitaire
Formation générale
 Après avoir choisi un super-héros (Batman, Superman, Spiderman,
etc…) ou une super-héroïne (Barbarella, Catwoman, Lara Croft,
etc…) identifier ses qualités, ses valeurs et ses actions positives et
négatives. Déterminer la part de réel de la part d’imaginaire.
 Identifier
les
comportements
attendus des
spectateursconsommateurs de super-héros et de leurs produits dérivés.
 Repérer les symboles et significations des gestes, comportements
ou situations exagérées des super-héros
1
__________________________________________________
Définition
Le terme super-héros et super-héroïnes désigne un type de héros fictif que
l'on retrouve principalement dans les comics (bandes dessinées américaines)
ou dans leurs adaptations audiovisuelles. Un super-héros est généralement
un type de justicier, se distinguant par des capacités dites extraordinaires,
pouvant dériver de pouvoirs surhumains ou surnaturels. La super-héroïne est
tout autant surhumaine, puissante et active.
Un super-héros possède au moins deux des quatre caractéristiques suivantes
(les deux dernières étant très souvent liées) :
•
•
•
•
des capacités extraordinaires (force physique surhumaine, rapidité hors
du commun, résistance à la douleur...) appelées super-pouvoirs.
un équipement lui permettant de rivaliser avec des êtres dotés de superpouvoirs et d'accomplir des exploits a priori surhumains.
une double identité : celle d'une personne normale et celle, secrète, de
super-héros.
le port, dans le cadre de ses aventures, d'un costume distinctif (le plus
souvent collant au corps), qu'il abandonne quand il reprend ses activités
d'individu ordinaire.
(Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Super-héros)
___________________________________________________
Partie 2 - L’enseignant-e demande
Exercice 1
aux élèves de s’identifier à un super« Les super-héros et moi » héros dont ils se sentent proches. Les
Cycles 1 et 2
élèves
doivent
motiver
leurs
Cet exercice propose à l’élève de se
comparer à un-e S-H. Il va devoir le
décrire, le définir, puis expliquer ce
qu’il aime ou pas chez lui et pourquoi.
réponses. Puis chacun remplit la fiche
« Je suis un Super-Héros » (proposée
en annexe 1). Les élèves découvrent
ainsi les caractéristiques corporelles,
magiques, techniques d’un superRassembler des images dans un lieu héros, ses relations familiales, la
précis de la classe pour constituer le motivation à ses comportements
"coin des images de super-héros et (pourquoi il sauve, il aide ou il tue…),
de super-héroïnes".
la
manière de gérer sa double
Partie 1 - En groupe, au besoin à identité. (Cycle 1 : utiliser uniquement
l’aide d’images ou de vidéos, la page 2 – dessin, Cycle 2 : faire
l’enseignant-e demande aux élèves toute la fiche).
de définir ce qu’est un super-héros.
Une mise en commun sera faite pour
Réponses possibles :
 c’est un justicier ou une justicière,
un héros positif qui a des valeurs
identifier les aspects positifs (et
négatifs) de ces super-héros et
identifier les comportements et
situations exagérés.
 il et elle a des super-pouvoirs ou Prolongement : en fonction du climat
un équipement particulier qui lui scolaire, l’enseignant-e peut profiter
en donne
de cet exercice pour discuter avec les
élèves de leur comportement dans la
 il a une double identité : celle
cour et/ou avec les autres. Les
d'une personne normale et celle,
comportements ou valeurs positives
secrète, de super-héros, superdes super-héros peuvent encourager
héroïne
les élèves à aider les plus petits ou à
 il porte un costume distinctif (le être attentifs aux autres.
plus souvent collant au corps),
souvent une cape ou un masque
___________________________________________________
2
Par groupe, les élèves classent les
images en deux ensembles :
noir/blanc et couleur (en règle
générale les images noir/blanc sont
Cet exercice invite les élèves à celles du super-héros en difficulté,
observer attentivement des images de celles en couleur quand le ou la S-H
super-héros et de super-héroïnes, à est mis-e en valeur : quelle manière
les "lire"(ce qui a été compris, de présenter les hommes et les
interprété) puis à les décrire (ce qui femmes ?). Puis ils étiquettent chaque
est vu, identifié, représenté) et à groupe ou chaque photo avec le
utiliser un vocabulaire de l’image sentiment qu’ils ressentent en voyant
approprié
cette photo. Faire une mise en
commun finale pour échanger les
résultats. Faire remarquer aux élèves
Partie 1
que les sentiments ressentis sont
propres à chacun, mais que le
Mettre les élèves en activité pour dessinateur utilise les couleurs pour
qu’ils s’approprient les notions faire passer un sentiment général.
suivantes :
Exercice 2
« Lecture de l'image »
fin du Cycle 1 et Cycle 2
a) cadrage : la fiche 1 du document
http://permitic.friportail.ch/sites/permiti
c/files/187_fiches_eleve.pdf explique
les divers cadrages. A l’aide de
cadres en papier qu’ils posent sur les
photos, les élèves doivent faire
différents cadrages sur les images, et
donner le type de cadrage effectué.
Faire une mise en commun finale
pour échanger les travaux.
b) couleurs : par groupe ou seuls, les
élèves définissent les couleurs
propres à chaque super-héros et
super-héroïne (bleu, rouge et jaune
pour Superman, noir et jaune pour
Batman, bleu et rouge pour
Spiderman,
noir et blanc pour
Barbarella, noir pour Lara Croft et
Catwoman, etc…). En commun, les
élèves classent les couleurs entre
couleurs chaudes et couleurs froides.
Faire relever éventuellement la
symbolique des couleurs : noir
comme la mort, bleu comme…,
c) texte : les élèves définissent les
différents lettrages visibles dans les
images : grosses lettres, petites,
déformées, colorées etc. Ils lisent à
haute voix les textes des bulles, en
donnant l’intonation qu’ils pensent
correspondre
au
lettrage.
Ils
définissent quel est l’émetteur du
message lu (le narrateur, le superhéros etc…). Faire une mise en
commun finale pour échanger les
résultats et établir des catégories.
Partie 2
Chaque élève choisit une image qui
lui plaît et/ou une qui lui déplaît et
donne les raisons de son choix. Pour
l’aider il utilise le vocabulaire de la
première partie de l’exercice, et/ou
des pictogrammes «émotions».
Variante : cet exercice peut aussi être
fait en comparant des images fixes
avec des images animées (film,
dessin animé).
___________________________________________________
marketing qui viennent à l’origine de
Exercice 3
comics de super-héros (par exemple
« Comment les superfilms, jeux vidéos, objets de
héros poussent à la
décoration, habits…)
consommation / Le rôle
L’enseignant-e projette les publicités
des super-héros dans la
suivantes
(login
avec
adresse
educanet2 obligatoire) :
publicité »
 publicité « Spiderman » :
Cycle 2
Cet exercice invite les élèves à
réfléchir aux bénéfices que peuvent
retirer les divers acteurs de la
communication à utiliser l’image des
S-H.
Partie 1 - Les élèves énumèrent les
endroits où ils voient des objets
http://goo.gl/6OzTQ
 publicité « Hero Factory » :
http://goo.gl/DkUxj
 publicité « Red Bull » :
http://goo.gl/bcLkE
3
 publicité “Lara Croft”:
http://goo.gl/QwiE6
produits dérivés en lien avec les
super-héros et les super-héroïnes.
Partie 3 - Mise en commun : définir
avec les élèves l’objectif d’une
Partie 2 - A l’aide de l'annexe 2 « On publicité (faire acheter un produit) et
aime tous les super-héros… mais les critères utilisés pour fabriquer une
pourquoi ?», les élèves définissent pub.
« qui gagne quoi » à faire des
___________________________________________________
Prolongement possible :
Filmer un super-héros en action !
Filmer l’action du super-héros et de la super-héroïne qui arrive, avec deux
doigts, à séparer les deux poings fermés de son enseignant-e.
L’enseignant-e tient ses deux poings fermés l’un au-dessus de l’autre comme
s’ils étaient collés (photo). Attention de bien tenir les bras écartés, coudes
relevés à l’horizontal.
Avec deux doigts, un sur les doigts de chaque poing, l’élève parvient sans
peine à séparer les deux poings de l’enseignant-e (pousser les poings de
manière à ce qu’ils glissent l’un sur l’autre de chaque côté).
Plus l’adulte appuie fort ses deux poings l’un contre l’autre verticalement, plus
ils sont faciles à séparer horizontalement sans aucune force.
Pour le travail filmique : choisir plusieurs cadrages ; d'abord un plan qui situe
les deux personnes, puis un plan plus rapproché afin que l’on puisse visualiser
les super-pouvoirs du super-héros et de la super-héroïne et montrer qu’il n’y a
pas de triche ! (Il ne s’agit que d’une force verticale opposée à une force
horizontale).
Bibliographie
Umberto Eco, Du Superman au surhomme, Grasset 1993
Loïse Bilat et Gianni Haver, Le héros était une femme…, Antipodes 2011
Exposition
Superman, Batman & Co…mics, à la Maison d'Ailleurs à Yverdon-les-Bains,
du 22 mars 2014 au 21 septembre 2014.
__________________________________________________
Jeanne Mollard-Guillaume, enseignante personne ressource MITIC,
canton de Fribourg.
Avec la collaboration de Florence Hügi,
journaliste RP, décembre 2012. Actualisé en
décembre 2013
4

Documents pareils

pdf e-media - Centre ICT-VS

pdf e-media - Centre ICT-VS connaissance du monde. Les enfants recherchent des signes utiles à la compréhension des images. Ils découvrent les éléments qui entrent dans la composition d'une image fixe (cadrage, couleurs, lumi...

Plus en détail