Source : Association France Alzheimer

Commentaires

Transcription

Source : Association France Alzheimer
Quelles sont alors les recours envisageables pour les personnes malades et leurs proches ?
Si le tableau des dispositifs d’aides publiques aux familles est loin d’être idyllique, il n’est, pour autant,
pas complètement noir. En effet, des aides financières ont le mérite d’exister et de soulager le budget
des familles. Elles sont de plusieurs types :
- L’aide sociale afin de régler une partie des frais d’hébergement au sein d’un établissement.
- L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour accomplir les actes essentiels de les actes
essentiels de la vie quotidienne (toilette, habillement, prise des repas, etc.).
- La carte d’invalidité qui donne droit à des avantages fiscaux et des réductions de prix dans
les transports en commun.
- Les aides de la CNAV pour la prise en charge des interventions à domicile, l’aide aux vacances,
l’aménagement de l’habitat, etc.
- Des réductions et exonérations fiscales (taxe foncière, taxe d’habitation, redevance
audiovisuelle etc.)
« Dans un contexte où la maladie se vit 24 heures sur 24, toute aide est salutaire. Informer les
familles est donc essentiel ! »
Brigitte Huon vice-présidente de France Alzheimer et maladies apparentées
A noter qu’il existe des aides spécifiques pour les personnes malades de moins de 60 ans
considérant comme des personnes en situation de handicap. Ces dernières peuvent ainsi
bénéficier de l’allocation de logement à caractère social (ALS), l’allocation adultes handicapés
(AAH), la prestation compensatoire de handicap (PCH).
France Alzheimer et maladies apparentées a édité une quinzaine de fiches pratiques. Chaque fiche
pratique donne des conseils pratiques pour solutionner une problématique rencontrée par les familles
confrontées à la maladie d’Alzheimer ou une pathologie apparentée.
Source : Association France Alzheimer

Documents pareils