présente… E.mail: [email protected] Blog: http://lesrincefuts

Commentaires

Transcription

présente… E.mail: [email protected] Blog: http://lesrincefuts
présente…
Management des Rince-Fûts (siège social):
3 rue Alphonse Mairey - 21000 - DIJON
E.mail: [email protected]
Tél.: 03.80.35.36.07 - 03.80.62.94.82 – 06.71.55.64.26 – 06.79.07.05.61
Blog: http://lesrincefuts.wordpress.com/
Écoute: https://myspace.com/rincefuts
Page 1 of 9
VENDANGE DE MILLÉSIMES avec/de « HIGHWAY 61 » :
1: Epuisé
2:Stock limité 3:Epuisé
4:Epuisé
Disponible Stock limité
8:Disponible Disponible Disponible
7: Epuisé
Disponible
Nova Express exceptés: 1) Art Inédit, 4) Outside Records, 7) Lollipop records, 8) Highway 61 Recordings
Distribution: 1) Night & Day, 2) WMD, 3) MSI
CD promo contenant 5 titres dont une déclinaison en quatre
versions décapantes mais toujours festives, de l’hymne
traditionnel «Joyeux Enfants De La Bourgogne», et un
instrumental tonitruant, édulcoré de riffs distordus, le non moins
connu «Ban Bourguignon», une façon fulgurante, singulière et
quelque-peu dérangeante de revisiter le folklore en faisant fi du
protocole par l’ajout de vapeurs 50’s, missile lunaire entrecoupé
de brames déglingués.
CD 12 titres, contenant quelques magiques
brûlots redistillés tels «Mon verre», adaptation
d’une chanson de P.Théolier / N. Seraéne,
datant de la période d’entre-deux guerres
1871-1914.
Les Rince-Fûts n’ont pas retenu les couplets
témoignant du patriotisme de l’époque,
souhaitant ne conserver de ce psaume
poignant que les thèmes universels
(transmission, humilité, solitude et souvenirs de
Début 2014
CD album 12 titres
Cuvée 2013
CD single 5 titres
NOUVELLE CUVÉE « RINCE-FÛTS »
jeunesse) du 1er couplet.
Pour prestement digérer l’amas de joyaux organiques qui jonche cet album sans concession, on déglutira
«Pour la Bourgogne, j’ai trahi», chanson qui fait référence au passé des trois ex-Buckaroos (folk rock
Americana) qui sévissent au sein des Rince-Fûts en y perpétuant son et propos. On trouve, cités au sein du
texte, Rimbaud, Du Bellay, John Keats, poète anglais dont l’instrumentation du poème «When I have fears»
figurait déjà sur le 1er CD des Buckaroos «Night ramblers in a slicker», Hank Williams, genèse spirituelle du
song-writing moderne et figure de proue incontournable, dont Les Buckaroos reprenaient également «Callin’
You» sur ce 1er CD, enfin Uncle Tupelo, instigateurs du mouvement «no depression», groupe fondamental
brassant toutes les souches sensibles (folk-rock, western, country et rock US) chères à la démarche de
renégats insurgés à laquelle les Buckaroos ont toujours été assimilés.
Page 2 of 9
L’HISTOIRE DES RINCE-FÛTS
Un Rince-Fût, ça expurge un jet tonique, ça décape les salissures et dépôts,
ça met à nu la matière ternie, les sédiments, pour vinifier dans la pénombre de la fermentation les
nouvelles et parfois inattendues cuvées des meilleurs crus.
Nos Rince-Fûts, organes en ébullition, sont de telles machines, cisterciennes
et singulières, plutôt organiques que minérales. Fraîcheur et rondeur, nectar gouleyant mais incisif,
le palais lyrique, ils en décollent le bois. Nés en 2012 sur une idée incongrue et sous les humeurs
chagrines d’un auditoire resté fidèle mais tombé en sommeil léthargique, les Rince-Fûts rutilent et
sont désormais fédérateurs à chacune de leurs prestations; anciens et jeunes s’y retrouvent, tous
unis autour d’un caluchet de breuvage divin, vertu des grandes âmes.
Les Rince-Fûts sont les fils légitimes de Dylan, Hank Williams, Al Dexter et Leon Payne, mais ont su
comme les Long Ryders faire évoluer leur son vers un conglomérat de références assumées.
Pas de discours lascif, pas d’explication. Seule une formulation pour contourner les frustrations. La
constance, la complicité, le subtil mélange d’une palette colorée d’un folk-rock rentre-dedans, jouissif
et volubile, libératoire et libertaire, et le plaisir sensoriel sont les points communs avec l’aventure
guerrière et les fondamentaux tracés pas les Buckaroos.
Pourvu désormais d’un album insolite et dérangeant accouché dans l’urgence
loin des producteurs bricoleurs sans âme et castrateurs de spontanéité, leur folk-rock électrisé
transcende émotionnellement et baigne dans un jus de traditionnel bourguignon, un entre-deux
monde intemporel qui se révèle sans concession avec les travers et contraintes des figures de style
et aliénations académiques toujours imposées par la tradition.
La machine Rince-Fûts rutile. Le 12-titres «Chantons La Vigne», arsenal de
redoutables compositions bien digérées, est un disque salvateur, une lecture nouvelle du monde vitivinicole, qui marque donc la transition vers de futures et redoutables cuvées de garde.
Négociés les risques des textes médiocres et graveleux, résolus les problèmes de transgression, de
conscience avec le passé des Buckaroos et leur palmarès édifiant, de basculement vers le français
et ses phonèmes (disparité de la langue de Molière) et de l’acrobatique aliénation d’être restés de
morveux adultes, les Rince-Fûts, équipée de 3 dinosaures sauvages tempérée par 2 jeunes recrues,
ont enfourché les guitares électriques et opté pour la saturation à dose contrôlée. Nasaux braillards
relevés, glapissant de généreuses complaintes, ils sont prêts à culbuter les gigs et à foutre au tapis
les rapaces englués et autres coupe-jarrets à la coloquinte poisseuse, en assenant dans un élan de
semonces leur rock viti-vinicole survolté et ciselé au-delà des grandes plaines et des coteaux
bourguignons.
Trois guitares pétaradantes et agréablement galbées qui s’entrechoquent dans un amalgame de riffs
aux exsudations fraîches, tandis que ronronne la rythmique basse-batterie, carénée pour porter des
harmonies vocales déterminées et appuyées par des chœurs léchés et limpides… vous êtes
désormais prévenus !
Page 3 of 9
LES RINCE-FÛTS SONT…
Thierry Magnière aka T.Big
Noze, lead voc., 6-str
guitars, harp, mandoline.
Philippe Clerc, aka Phil
Rob,
drums
et
percussions.
Tortue proganochelys cryptodira
vertébrée à la ceinture
pelvienne déployée pour le
chant, «The Entertainer», «The
Rooty Renegade», âme et
vecteur de toutes les moutures
historiques du groupe, il est
aussi un ex-pro du milieu
viticole (viti-oeno à Beaune,
université de Dijon, 10 ans
d’activité dans un domaine des
Hautes Côtes de Nuits), et
produit d’illustres grappillages et
cuvées persos de Beurot.
Stegosaurius
théropode
tapophilus assis. «Mister No
Surrender». Après un passage
chez The Sentinels (Beauvais)
et un séjour aux States, a rejoint
les Buckaroos en 92, et en
devient rapidement une pièce
maitresse ; depuis lors,
il
enjolive et enlève sans
sourciller les morceaux du
répertoire en martelant ses fûts.
A lui seul, ce théropode évoque
un troupeau en furie au
radoubage
rythmique
imparable, permettant par le
classicisme de son jeu et la
conception rudimentaire de sa
batterie de jouer un grand rôle
dans la sonorité dynamique et
originale du groupe.
Jukebox sur pied ayant
biberonné
du
Folkrock
americana dès le plus jeune
âge, le mariage subtil de tous
les ingrédients qu’il dispense
s’épanouit depuis 2012 comme
un bon vin dans le répertoire
des Rince-Fûts. Un talent
insolent qui n’a d’égal que sa
bobine charismatique de leader.
Page 4 of 9
Inflexible animal, il continue à
Rincer ses Fûts à grands
coups de bâtons et bourroirs
non sans oublier de pousser
quelques
beuglantes
vocalistiques à l'occasion.
Maxime Usquin,
guitares, ukulélé et
thérémine.
Un nouveau venu à la
redoutable efficacité,
chapeau vissé sur le
carafon, le sourire
discret mais...
Mais
les
doigts
aiguisés chantent et
sillonnent le manche
en embardées et
rafales névrotiques.
Max, malaxeur de
gimmicks ondoyants,
ciselle des bennes de
riffs bien intentionnés.
Gilles Roussial,
aka
Jimbal
E.L.Buck,
guitares
et
voix.
Co-fondateur des
Buckaroos, rejoint
les
Rince-Fûts
après
une
léthargie passée à
maugréer derrière
ses
peintures
«insanes et peu
conventionnelles»
(SIC), avec la
volonté
d’en
découdre
en
expurgeant ses
frustrations.
Evitant les clichés
pour un coloriage
inattendu, élimine
les évidences par
une succession de
sons agglutinés.
Les Rince-Fûts en répétition à la MJC de Nuits-Saint-Georges.
Page 5 of 9
Victor Francisco,
basse
et
percussions.
Fraîche
recrue,
bassiste impavide,
toujours aux aguets,
ferveur
extatique,
Totor utilise sa basse
comme
une
hallebarde traversant
les flots limpides des
Rince-Fûts.
Fricassée d’onglets,
les
osselets
claquent ; il ondule
autour de son engin
et tel un maître
brasseur, décape le
glaire soumis de son
instrument.
Les «RINCE-FÛTS» ex-BUCKAROOS EN SCÈNE:
Page 6 of 9
CHRONIQUES/MÉDIAS: UN GROUPE CLÉ POUR LES INITIÉS
http://www.bienpublic.com/edition-de-beaune/2013/03/01/les-rince-futs-un-groupe-qui-decape
http://www.bienpublic.com/search?q=les+rince-f%FBts&x=1&y=1&x=0&y=0
Site (et principaux articles de presse): http://thebuckaroos.wordpress.com/about/
Myspace: https://myspace.com/thebuckshighway61/music/songs
Bio: http://buckaroos.free.fr/bio1.htm
USA: http://dylancover.blogspot.fr/2010/12/new-buckaroos-play-bob-dylan.html
Presse (liste non-exhaustive):
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Chroniques albums récentes:
Abus Dangereux n°104 (2008) - J.N.L.
Abus Dangereux n°110 (juin 2009)
Best - série n°3 (mai 1999)
Compact n°15 (sept 2001) - C.Goffette
Country News n°36 (1994) et 1998
Country News n°79 (2001)
Countryweb bulletin n°20 (2005) - J.Dufour
Country Music Attitude n°20 (2000)
Country Music Attitude n°39 (août 2001)
Country Highway FM n°14 (1996)
Country Unltd & Lone Star Music (2005)
Country Gift n°13 (1998) - P.Paulin
Crossroads n°30
Crossroads n°36 (janv 2011) - J.Pintoux
Freeway Magazine n°78 (juin 1998)
Freeway Magazine n°117 (sept 2001)
Guitare & Claviers n°202 (déc 1998)
Jambalaya Magazine Espagne (août 2001)
Juke-Box Mag 169 (sept 2001)
Le Cri Du Coyote n°33 (1995)
Le Cri Du Coyote n°65 (août 2001)
Le Cri Du Coyote n°121 (fév 2011)
Music Up n°2 (mai 1999)
Rock First n°2 (sept 2011)
Rock & Folk n°373 (sept 1998)
R.S.B. Hot Country FM (2005) – P.Ferreux
Sur la route de Memphis n°79 (2005)
Sur la route de Memphis (juil 2010)
Trad Magazine n°60 (1998)
Trad Magazine n°79 (sept 2001)
Western Magazine n°11 (1999)
• Crossroads n° 36 (2010 et 2011) - J.Pintoux
• Rock & Folk n°523 (mars 2011) - H.M.
• Le Cri Du Coyote n°121 (fév-mars 2011) E.Supparo
Récompenses iconiques:
• Adoubement Bruce Joyner et Syd Griffin
• Award Silver Album (We Shall Get No
Reprieve) en août 99 par Western Mag n°11
& 12
• Master Were Devils en 21ème place chart
independent USA « 3rd Coast Of Texas »
• Master Were Devils 3ème place au top-ten
Western Mag n°24
• Reprise «Altlantic City» 1ère place des « 1er
Award » - Land Of Hope And Dreams (20092010)
Prestations scéniques:
Formule Buckaroos :
• 4ème festival international de Dore l’Eglise
aux côtés de Bill Monroe et Gene Parsons
• 1ères parties Dominic Sonic, Dirteez, Little
Bob, Calvin Russell…
• Concerts anniversaires Bistrot de la Scène
Dijon…
Formule Rince-Fûts:
• Phonodégustation à la Viti de Beaune 2013
• Festival De cep en verre Nolay 2013
Page 7 of 9
UNE PRESSE FRIANTE, CONQUISE ET UNANIME:
Le Bien Public 25.03.2013 (Elodie Bidault)
Le Bien Public 01.03.2013 (Rémi Béjot)
…Sur ce stand de Phondégustation, il y aura
différents postes d’écoute individuelle de
musiques composées spécialement pour
l’occasion par le groupe régional Les RinceFûts, ces derniers étant connus pour revisiter
des chants bourguignons en version folk
rock… ¨
Dès qu’un fût est vide de vin, il faut le décaper
à fond afin d’éviter toute détérioration. Après
plus de vingt années passées au service d’un
pur folkrock americana, les Buckaroos avaient
donc besoin d’un bon nettoyage afin d’éviter
toute oxydation. Pour s’oxygéner un peu et
rincer leurs artères à l’eau pure, les musiciens
ont ainsi formé Les Rince-Fûts, groupe original
dans la chanson française à classer entre les
Pogues et les Wampas, voire avec les Clash et
même quelques accords des Sex Pistols….etc.
… Cinq vins étaient proposés à la dégustation:
pour chacun d’entre eux, l’un des musiciens du
groupe viti-vinicole-rock Les Rince-Fûts a
composé une musique selon l’inspiration que
celui-ci lui procurait. Sur ces mélodies ont été
ajoutés le descriptif des vins ainsi que les
explications
concernant
les
domaines
respectifs. C’est donc le casque aux oreilles
que les amateurs ont dégusté un pommard de
chez…
Diffusion interview & titres single sur France Bleu Bourgogne (7 au 11 janvier 2013) :
Ce Cd promo contient 5 titres dont une déclinaison en quatre versions d'un seul et même titre
bien connu en Bourgogne: Joyeux Enfants De La Bourgogne ainsi qu'une version
instrumentale du non moins connu Ban Bourguignon.
Joyeux Enfants De La Bourgogne: Gardant l'esprit folklorique mais néanmoins poétique du
texte, Les Rince-Fûts, dans leur approche rock, se sont réapproprié la vertu festive de cette
vieille chanson traditionnelle pour en faire un hymne à leur région d'origine.
En effet ces musiciens venant du groupe Folk-Rock underground The Buckaroos au palmarès
édifiant (20 années d'existence, 7 CD’s et des centaines de concerts à son actif) sont tous issus
de Grands Crus et c'est après avoir testé, lors de fins de concerts épiques, ce titre qu'ils
décidèrent de l'enregistrer sous des formats différents :
- Format court radio en Rock speedé
- Format long et dansant avec refrain en valse
- Format paulée (acoustique)
- Format karaoké (bande son uniquement)
Sans oublier une relecture très année 60 du Ban Bourguignon.
Toutes ces chansons n'ont qu'un but de divertissement dans la tradition de la musique populaire
et folklorique.
En résumé: Les Rince-Fûts explorent, exploitent le patrimoine bourguignon pour vinifier leurs
propres chansons, le tout certifié BIO (Bouzin – Ivresse – Orgie). Ces chansons traitent de toute
sorte de sujets (grave ou sérieux) pourvu que cela reste dans le domaine du vin, des filles ou de
la teuf… !!!
A classer entre les Pogues et les Wampas…. !!!
Page 8 of 9
Tous les textes, dessins, croquis et photos sont protégés. Reproduction interdite sauf autorisation.
Page 9 of 9